Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Restaurant Le 6 Paul Bert à Paris

18 Mars 2014, 21:28pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Que n'a-t-on pas lu, ou écrit, sur cette rue et de "l'annexion discrète" des pas-de-portes de cette dernière par Bertrand Auboyneau.

Le 6 Paul Bert est le dernier rejeton de la rue, après "Le Paul Bert" et "Le Bistrot de l'Ecailler".

Une salle tout en longueur, une déco à faire se pâmer le touriste moyen américain, qui pense encore que tous les locaux jouent de l'accordéon, en plus d'avoir l'aisselle droite qui sent la baguette molle baladée toute la journée sous le bras...

Restaurant Le 6 Paul Bert à Paris

Le "bobo-précieux-faussement-argenté" s'y sentira forcément à l'aise.

A croire qu'on a pensé à lui, en concevant cet intérieur, mille fois vu, plutôt agréable, un poil "froid" de "bistrot-se-voulant-chic-mais-pas-trop-gardons-l'esprit-populaire-cliché-bois-ferronnerie-mais-pas-de-ballon-de-rouge-à-1,50€-faut-pas-déconner-par-contre-tu-as-droit-à-la-cuisine-ouverte-tendance-oblige".

C'est aéré sur les espaces circulatoires, bien moins entre les tables.

Par chance, nous avons une table de 6, pour 5, un poil isolée, près du bar-comptoir.

Accueil très souriant, pro, juste.

Une formule unique, le soir, à 44 €, pour une séquence comprenant 4 assiettes (entrée-poisson-viande-dessert), avec 3 choix (minimum) pour chaque étape.

Les entrées : Carpaccio de maigre céleri-rave poutargue # Maquereau mariné au citron, mandarine corse et fenouil # Tartare de cerf, blettes, oignons marinés et betteraves
Les entrées : Carpaccio de maigre céleri-rave poutargue # Maquereau mariné au citron, mandarine corse et fenouil # Tartare de cerf, blettes, oignons marinés et betteraves
Les entrées : Carpaccio de maigre céleri-rave poutargue # Maquereau mariné au citron, mandarine corse et fenouil # Tartare de cerf, blettes, oignons marinés et betteraves

Les entrées : Carpaccio de maigre céleri-rave poutargue # Maquereau mariné au citron, mandarine corse et fenouil # Tartare de cerf, blettes, oignons marinés et betteraves

Les plats maritimes : St-Jacques saisies, soupe de pomme de terre, poireaux et chou # Lotte rôtie, échalotes confites, héliantis et tarama d'anchois # Endives grillées, brocciu, lardo et trévise # Gnocchi aux praires, consommé aux algues et navets fermentés
Les plats maritimes : St-Jacques saisies, soupe de pomme de terre, poireaux et chou # Lotte rôtie, échalotes confites, héliantis et tarama d'anchois # Endives grillées, brocciu, lardo et trévise # Gnocchi aux praires, consommé aux algues et navets fermentés
Les plats maritimes : St-Jacques saisies, soupe de pomme de terre, poireaux et chou # Lotte rôtie, échalotes confites, héliantis et tarama d'anchois # Endives grillées, brocciu, lardo et trévise # Gnocchi aux praires, consommé aux algues et navets fermentés
Les plats maritimes : St-Jacques saisies, soupe de pomme de terre, poireaux et chou # Lotte rôtie, échalotes confites, héliantis et tarama d'anchois # Endives grillées, brocciu, lardo et trévise # Gnocchi aux praires, consommé aux algues et navets fermentés

Les plats maritimes : St-Jacques saisies, soupe de pomme de terre, poireaux et chou # Lotte rôtie, échalotes confites, héliantis et tarama d'anchois # Endives grillées, brocciu, lardo et trévise # Gnocchi aux praires, consommé aux algues et navets fermentés

Les plats terriens : Carré de veau, betterave, cresson et radis # Échine de porc fermier, poitrine croustillante, pissenlit, navet jaune et miel # Pintade rôtie, salsifis, panais et limette confite
Les plats terriens : Carré de veau, betterave, cresson et radis # Échine de porc fermier, poitrine croustillante, pissenlit, navet jaune et miel # Pintade rôtie, salsifis, panais et limette confite
Les plats terriens : Carré de veau, betterave, cresson et radis # Échine de porc fermier, poitrine croustillante, pissenlit, navet jaune et miel # Pintade rôtie, salsifis, panais et limette confite

Les plats terriens : Carré de veau, betterave, cresson et radis # Échine de porc fermier, poitrine croustillante, pissenlit, navet jaune et miel # Pintade rôtie, salsifis, panais et limette confite

Gâteau aux panais, café, glace au pain brûlé et champignons séchés # Ganache chocolat blanc, poire et glace topinambour # Cannoli au citron de Sicile, sorbet au fromage frais
Gâteau aux panais, café, glace au pain brûlé et champignons séchés # Ganache chocolat blanc, poire et glace topinambour # Cannoli au citron de Sicile, sorbet au fromage frais
Gâteau aux panais, café, glace au pain brûlé et champignons séchés # Ganache chocolat blanc, poire et glace topinambour # Cannoli au citron de Sicile, sorbet au fromage frais

Gâteau aux panais, café, glace au pain brûlé et champignons séchés # Ganache chocolat blanc, poire et glace topinambour # Cannoli au citron de Sicile, sorbet au fromage frais

Boire : De Moor - Bel-Air & Clardy 2012 #  Benoit Courault - La Coulée 2010
Boire : De Moor - Bel-Air & Clardy 2012 #  Benoit Courault - La Coulée 2010

Boire : De Moor - Bel-Air & Clardy 2012 # Benoit Courault - La Coulée 2010

Je pourrais vous tartiner l'écran en commentant chaque bouchée, de chaque plat (oui, on a fait tourner nos assiettes, histoires de partager nos miasmes et autres herpès en sommeil), mais non !!

La prestation générale ne souffre guère la critique*.

Le service est réglo du début à la fin, les plats sont tous bons à très bons dans l'ensemble (mentions pour le maquereau, l'endive, le veau, le salsifis).

Toutes les cuissons sont justes, les desserts fort honorables pour certains d'entre-eux.

Mix a judicieusement noté la, forcément lassante, présence des légumes racines et autres légumes oubliés agrémentant l'intégralité du menu.

Mais l'endive, comme le salsifis, ou encore le panais sont redoutables de personnalité dans l'assiette.

La carte des vins est, comme à l'attendu, dans le ton.

C'est à dire bio, aux accents "natures", avec tous les vignerons "stars" que le Verre Volé vend aussi du microcosme en question.

Les coefficients sont par contre moyennement tendres (3 à 4, sur les quilles bues, par rapport aux tarifs cavistes).

Le rapport qualité-prix est cohérent pour la capitale, le soir, au vu du niveau culinaire élevé délivré.

Une adresse fort recommandable...

* Bon, histoire de faire un peu le chieur que je m'étais promis de ne pas être, faut juste qu'ils se calment sur l'aneth et parfois sur le sel.

Le 6 Paul Bert

6, rue Paul Bert

75011 Paris

Tél : 01 43 79 14 32

M° Faidherbe-Chaligny

Commenter cet article

Fanny 03/04/2014 08:18

Bobotisé mais pas trop, adresse à suivre
Vins dans la lignée...

vins de loire 24/03/2014 10:11

oui ! j ai un peu rigolé Alain sans pour autant aimé votre article doc! merci! hi hi

Patrick Böttcher 23/03/2014 09:49

Très recommandable, en effet !

mixlamalice 19/03/2014 08:14

Salut Doc,
Comme tu m'as devancé de beaucoup, je pense, quelques mots ici: c'est un peu le genre de restos qu'a priori j'ai pas vraiment envie d'aimer tant il coche toutes les "cases marketing" du resto parisien à la mode des 2-3 dernières années, comme tu le rappelles dans ton article:
- table d'hôtes en bois on est tous des potes c'est populaire quand on lâche presque un billet de 50 rien que pour le menu
- cuisine ouverte
- "cuisine de produits", légumes racines oubliés
- vins nature
etc
Mais force est d'admettre que c'est bien fait, que les assiettes ont quand même pas mal de personnalité, et que le service est très bien, pas du tout justement dans la mouvance "on est trop à la mode, on vous prend de haut".
J'ai finalement préféré le 6 à la maison mère, dans le même ordre de prix, et je trouve que ça fait partie du haut du panier dans le quartier qui pourtant ne manque pas de concurrence dans le registre "bistrot bourgeois".

Docadn 19/03/2014 21:04

Salut Mix,
Effectivement, sur les mêmes codes, avec une cuisine passe-partout, j'aurais sûrement flingué la boutique, mais là, tout aussi horripilant que cela puisse paraître et lassant, le service pro et juste adossé à des assiettes font allègrement passer la pilule agaçante !! Après, pour le quartier, je ne suis pas assez dedans pour juger... tu es sur ton "terrain" désormais, mais on ne peut effectivement pas sortir toutes les semaines un bifton de 50 boules pour avoir le droit de manger à 1,34 mètre des cuistots, tous bons soient-ils !!

AlainT 19/03/2014 07:25

J'avoue avoir été très légèrement inquiet, en lisant ta prose. En effet, les lignes défilaient, sans que j'aperçoive la moindre critique au niveau du dosage en sel. Fort heureusement, tu m'as rassuré en ne pouvant pas t'empêcher de glisser une petite saillie tout à la fin de l'article ! Rien sur le navet, par contre !..
Dernier petit conseil on ne peut plus amical : n'écris plus "le chieur que je m'étais promis de ne pas être", si tu ne veux pas provoquer un sourire ironique chez tes lecteurs !
@ plus, bobo.

Docadn 19/03/2014 20:52

Salut Alain,
c'est surtout l'aneth qui nous a presque tué Mix et mézigue !! Le sel, plus rarement, mais quand même... oui, je reconnais, c'est un peu mon "poisson trop cuit" de l'assaisonnement !!