Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Escapade en Tasmanie...

22 Avril 2007, 20:47pm

Publié par Docadn

J'ai, comme tout le monde (ou presque), rempli mes devoirs civiques et n'ai pas daigné prendre un jet privé pour cette lointaine destination.

Plus simplement, une escapade à travers une bouteille de pinot noir 2004 en provenance de cette île australienne, dont beaucoup d'entre-nous ne connaissent que le célèbre diable endémique, popularisé par les Lonney Tunes, plus connu sous le sobriquet de Taz.

Cette bouteille singulière m'a été offerte. Peu d'espoir de la trouver en France mais plutôt chez nos voisins d'outre-Quiévrain.

En effet être amateur de vin et belge a ses avantages et ses inconvénients...

Inconvénient : pas de production locale donc tout (ce qui peut l'être) est importé...Par contre ils ont exporté Annie Cordy, Salvatore Adamo et Frank Michael. Et ça, c'est vraiment pas sympa !!

Avantage : Ils ont des vins qu'on a pas, mais aussi leurs bières , leurs chocolats  et surtout leurs croquettes de crevettes...
Pour les amateurs des vins du monde, la Belgique est un marché intéressant pour découvrir des vins qui n'ont que peu de chance d'atterrir sur les linéaires gaulois.

Pinot noir 2004 Ninth Island :

La robe  est claire avec une très légère évolution. Le nez évoque la cerise, la prune, les fruits rougesaccompagnés d'effluves étonnants de figue
(c'est la 1ère fois que je renifle cela dans un pinot noir), additionnés d'un soupcon de bois...
En bouche, la matière est moyenne, toujours sur les fruits rouges, se délitant
rapidement. L'amertume massacre le tout, ça part dans tous les sens, l'oesophage déguste aussi en passant.

bref c'est vraiment pas terros, ça vaut quand même paraît-il 10 euros...

Bon, c'est rapé pour cette fois-ci mais j'ai d'autres flacons (plus prometteurs paraît-il) du pays des wallabies...

A suivre

Voir les commentaires

Les 2 rivières du Bono

17 Avril 2007, 18:13pm

Publié par Docadn

Un randonnée fastoche en ce beau dimanche. Le Bono, joli port situé à 5 kms d'Auray nous propose une balade de 8 kms à la découverte de 2 rivières (Le loch & la rivière d'Auray).


DSCN2181.JPG

En arrivant sur le port prendre le quai à gauche et les indications du GR 34 débutent...

Ce dernier suit en partie le tour du golfe du morbihan.
Au départ de la randonnée vous pourrez observer l'ancien pont inspiré d'Eiffel dont voici une vue :


DSCN2178.JPG


puis cette balade vous promenera entre campagne et littoral ou vous découvrirez notamment le tumulus de Kernours.
Sentier par endroits boueux, en dehors de la période estivale. Nous découvrons aussi sur le chemin cette très jolie batisse :


DSCN2187.JPG


une pancarte indique qu'il s'agit d'un resto que je n'ai pas encore inscrit à mon tableau de chasse gustatif...
Il ne perd rien pour attendre. La lecture des menus creuse davantage mon appétit malgré les à peine 15h28 qu'affichent ma tocante.
il s'agit de l'Hostellerie Abbatiale. Une table dont j'ai entendu le plus grand bien et qu'il me tarde de découvrir.
La partie couchage de l'établissement gâche un poil le caractère historique du bâtiment principal.
La balade se poursuit.
Mes mollets indique un dénivelé semblable à celui que parcourt quotidiennement un népalais entre sa chambre et sa salle de bain (le point culminant du parcours s'élevant à 27mètres).
1h50 après notre départ, nous bouclons cette escapade dominicale.
Un cidre bien frais, une petite crêpe dans le quartier de Saint Goustan
à Auray achèveront joliment cet après midi.

Voir les commentaires

Randonnée rennaise

15 Avril 2007, 09:44am

Publié par Docadn

L'ouest étant pauvre en évenement de ce type, c'était une occasion a ne pas rater.
Comme beaucoup de salons les conditions ne sont pas optimales. Un énorme hangar surchauffé, des vins qui ne sont pas dans toujours à leur avantage...
Ce sont des allées calmes et desertes qui nous accueillent. Ce qui n'est pas pour arranger les vignerons présents qui déboursent près de 1100 euros pour louer leur emplacement pour 3 jours.
Un vigneron avait la veille fait une journée cauchemardesque avec la vente de ... 9 bouteilles.
Avec un passionné rencontré ici, nous nous attaquions donc à ce que je nomme la randonnée rennaise ou les chances de mourir de soif sont réduites a néant.

nous découvrîmes pêle mêle :

*champagne Boulard-Macaire et un très honnête BSA (brut sans année) tradition à la bulle fine sur des notes de pomme et de brioche, dosé au poil pour moins de 15 euros.
*Un champagne Axonnais Biard-loyaux avec un étonnant rosé aux accents fruités et acidulé comme un bonbon et d'un vineux charmeur à 13,80 euros. De plus j'y ai appris que l'appellation champagne s'étendait jusque dans la seine et marne...
*Les chablis du domaine Barat avec une jolie démonstration des terroirs et des minéralités qui en découlent dont les "Vaillons" (10,80 euros) et les "Mont du milieu" (12,30 euros) sur l'excellent millésime 2005 ont retenus toute mon attention.
*Une très belle étape bourguignonne chez Michel Magnien (et dont le fils Frédéric est très présent chez Carrouf avec des vins à la collerette couleur milka) et des pinots noirs de grande classe(et dont le crachoir était étonnament vide) notamment son Gevrey Chambertin 1er cru "les Goulots" et son clos de la roche. Ici nous sommes dans le monde exclusif des grands bourgognes en terme de prix puisqu'il faut débourser une moyenne de 40 euros pour les 1ers crus et plus de 50 euros pour le clos de la roche.
*Une énorme dégustation au domaine de la pinte (en bio) avec en point d'orgue "un rêve d'automne"("une expérience" du plus célèbre des moustachus d'Arbois, un vin de paille "oublié" de plus de 15 ans) inouï se troquant contre la modique somme de 130 euros les 37,5 cl.
*Un domaine fort sympathique et au rapport qualité prix probant : Brulesécaille.
*Une halte rapide pour un joli blanc sec (sauvignon 2006) à la Tour blanche. Un domaine au destin étonnant et au sauternes réputé.
*Un arrêt chez le très dynamique gendre de O.& H. Bour pour le domaine de Grangeneuve (coteaux du tricastin) avec l'incroyable "cuvée tradition 2005" (pour à peine 5 euros une affaire tellement en or qu'il n'y en avait plus à notre passage).
*Et pour finir le Clos Roca (coteaux du languedoc) un jeune couple installé à Nizas depuis 2003 et et dont la maîtrise est déja affirmée a travers la signature de chacune des cuvées.
C'est que nous repartîmes fort dépourvus en euros mais lestés de quelques dizaines de flacons dont le sort semblent scellés  et qui patientent dans la pénombre en attendant leur funestes destins...
Vous comprendrez aisement que je n'ai pas daigné faire de photo de l'affreux hangar.

Voir les commentaires

Un matin chez Régis Marcon épilogue

10 Avril 2007, 16:44pm

Publié par Docadn

La nuit fut excellente. Si l'établissement était éligible aux relais du silence il l'aurait sans problème...Le soleil est de retour et nous nous apprêtons à recevoir le petit déjeuner que nous allons déguster en chambre dans la véranda.
C'est Marie Laure qui s'est chargée de la préparation de notre "brunch". Elle arrive au volant d'un chariot
impressionnant (avec des roues limite 4x4) et fixe le lourd plateau sur notre table basse la transformant en véritable table de salle à manger. Nous regardons le plateau ébahi. Voici un plateau de petit déjeuner au Clos des cîmes :

DSCN2155.JPG
De l'interêt à demander un petit déjeuner sucré & salé.Même le beurre est "maison"...
                                                                                     DSCN2156.JPG




 DSCN2158.JPG
entre le saumon fumé "maison" le jambon de pays les fromages affinés, le flan aux morilles,la tarte aux mûres,la salade de fruits, les confitures exceptionnelles, les viennoiseries, les compotes
les yaourts, le jus d'orange ultra frais... Malgré le peu d'appétit au reveil, toutes ses merveilles trouvent place dans notre estomac fortement
mobilisé depuis la veille. De mémoire de gourmet, je n'ai jamais "petit déjeuner" ainsi.
Nous nous delectons des mets les uns après les autres en nous extasiant devant tant de bon gout de fraîcheur et d'originalité...
Voici un petit déjeuner d'anthologie qui risque de rester fort longtemps au panthéon de mes souvenirs gustatifs.
Des chats se sont agglutinés sur notre balcon espèrant quelques bonnes miettes de notre "brunch du Velay".
Marie Laure fut impressionnée par notre appétit nous faisant remarquer que beaucoup des clients touchent a peine au plateau alors qu'elle y met toute sa conviction. Nous ne manquons pas de la féliciter pour ce grand moment (encore un).
Mais il est déjà l'heure de quittez ce paradis, au grand bonheur de notre système digestif.
Nous quittons à regrets comme vous pouvez l'imaginez ce "palace de campagne" qui nous fait toujours dire "riche c'est bien comme métier".
Nous delestons la boutique du très beau livre de
 "petites recettes à faire chez soi une main dans la poche"

Un dernier coup d'oeil au village

Nous reprenons la très jolie et sinueuse route direction Annonay (l'Ardèche est vraiment à un jet de pierre de St Bonnet) puis nous remontons par Saint Etienne via le col de la république.
Puis Clermont ferrand , une étape nocturne à Romorantin  avant de regagner ma Bretagne d'adoption.
C'est ainsi que se termine la 1ere escapade de l'histoire de ce blog.
A très bientôt.




Voir les commentaires

Un 1er avril chez Régis Marcon phase III

9 Avril 2007, 17:28pm

Publié par Docadn

C'est le grand soir. Nous nous sommes mis sur notre 31 en ce 1er avril.
nous réempruntons le fameux souterrain ou on peut encore y lire sur les
ardoises les vins abrités quelques mois auparavant "la guiraude Alain Graillot"
"hermitage Guigal"...
Nous redébouchons dans le hall de la Coulemelle. Un silence plutôt inquiétant.
Personne, pas âme qui vive, quand tout à coup on nous appelle par notre nom
Il s'agit de notre chauffeur (répondant au prénom de Jean Christophe)
nous invitant à monter dans le monospace.Ah oui j'oubliais de vous dire que nous nous rendons au restaurant par une navette privée spécialement dédiée au transport entre l'hôtel et le restaurant (quand je vous dis qu'on touche au grand service ce n'est pas exagéré). 1 km sépare les 2 enseignes.
Sur la route nous apercevons enfin le temple de nos agapes.
Perché au sommet du village le restaurant Jacques & Régis Marcon
trône en citadelle  sur le Velay et se teinte des derniers rayons de soleil
(je vous jure j'arrête la poésie à 2 euros à la fin de cet article).
Une dernière route totalement dédiée à l'établissement nous mène aux
portes des délices tant rêvés et désirés.
La bâtisse est immense toute de verre de bois et de pierre.
A l'accueil le choix nous ai donné de passer au salon ou de gagner notre table et profiter des dernières lumières de la journée.
Vous auriez choisi quoi vous? hein ??
Et bien c'est ce qu'on a fait.
Nous arrivons dans l'immense salle toujours avec cette alliance
de pierre et de bois. Notre table est là près de la monumentale baie vitrée courant
sur toute la longueur de la salle. La vue est splendide sur des massifs
parsemées de neige et des sommets alternant alpages et sapins.
Le chef de salle nous installe et nous confie les menus et le bottin des vins
(vu la taille la mot carte semble désuet et le choix en vins du rhône est de toute beauté quand on s'intéresse un tant soit peu à ce domaine).
Notre choix s'arrête sur le menu le Vellave qui est le 1er menu disponible en
terme de prix. Il est à 105 euros avec 2 plats. Nous optons pour ce menu avec 3 plats (une viande et un poisson 120 euros) pour goûter au travail de Marcon sur ses 2 matières.
Madame Marcon vient nous saluer et nous souhaiter une bonne soirée
suivi par Régis himself avec qui nous échangeons des banalités typiquement
françaises sur les affres de la météo et la réouverture du restaurant datant de la veille.
Après s'être mutuellement souhaité une bonne soirée, Nous débutons la soirée avec un condrieu 2005 de chez Guigal qui m'a interloqué par ses accents "sauvignon"doublé
d'une acidité tranchante et une trame minérale très "silex".
Mais voici déjà que se profile celui qui fera office
de responsable de notre table accompagné d'un autre serveur.
Le restaurant en compte pas loin d'une vingtaine pour moins de vingt tables
pour le service unique du soir.
Il nous tend une boite en bois munie d'un oiseau
articulé qui plonge le bec dans cette dernière pour en extraire un cure dent.
Nous le prenons avec grâce car le 1er des "savoureux apéritifs" vient d'arriver.
Il s'agit d'une pomme dauphine fourrée de saint nectaire fondant.
Puis arrive immédiatement après une tartelette au escargot,
Cela va un peu vite, mais ce sont des bouchées. Tout semble "fait minute".
puis enfin la mise en bouche annonciatrice du véritable commencement
de la grande soirée tant attendue:

DSCN2133.JPG
*La cuisse de grenouille à l'ail des ours et sa tuile au thon séché  (désolé c'est flou)

DSCN2134.JPG
*Asperges vertes et langoustines en terrine, les pointes servies tiède au jambon de chez nous .

DSCN2137.JPG
*La morue demi sel rôtie aux morilles et petites herbes brandade aux 2 céleris

DSCN2138.JPG
*Dans la tradition ponote,le ragoût de lentilles vertes du Puy et oeuf de caille fumé

DSCN2139.JPG
*Boeuf "le fin gras du Mézenc" dégusté en 3 cuissons : la pièce poêlée,le paleron braisé,et la marinade façon tartare.

DSCN2140.JPG
*Sorbet au bleu d'auvergne marmelade de pomme et céleri, stick au parmezan
(sorry encore flou mais pas dans mon souvenir).

DSCN2141.JPG

*Blanc manger dans un oeuf coulis de fraise
(rere pas terrible en image mais terriblement bon et beau en vrai).


*Les prés desserts ; Mont blanc, pâte à la verveine,tartelette citron, éclair à la vanille et liqueur de châtaigne.
A ce moment l'estomac commence à tirer la sonnette d'alarme du genre "eh coco faudrait penser à lever le camp,on va pas continuer à ce rythme là pendant des plombes..."
DSCN2143.JPG
*Les tuiles.

DSCN2144.JPG
*La banane rôtie au caramel de morilles

Dantesque et REMARQUABLE. oui Marcon mérite largement sa réputation.
Sa morue, son sorbet au bleu et sa banane pour ne citer que mes préférés
furent des éxpériences inoubliables de cette soirée unique. Dans le coin
à droite de la dernière photo se trouve un post dessert que j'ai oublié de détailler
mais qui ne dénotait pas de l'ensemble du repas.
coté vins nos choix se portèrent sur
un Croze hermitage 2005 (en blanc) de chez Alain Graillot présentant une robe claire au reflets verts un nez sur la poire, la pêche et l'ecorce d'orange, en bouche, une jolie matière et une fraicheur très agréable une phase ethérée précédant des notes d'eucalyptus en rétro.
Puis ce fut un très joli chateauneuf du pape en la personne d'un
Beaucastel 98,carafé 1h00 robe évoluée reflets tuilés,
nez sur les fruits rouges puis le pruneau et les champignons
(normal chez Marcon)en bouche une matière soyeuse, équilibrée
avec une amertume sur le fil...

Nous prîmes le soin de gouter aux infusions sélectionnées et préparées
par un herboriste local et mal nous en pris car en plus d'être délicieuses
nous nous vîmes infliger une dernière volée de gourmandises dont un carré
de chocolat au cèpes à tomber.

DSCN2148.JPG
On nous racccompagna à notre chambre avec le menu en guise de souvenir
DSCN2124.JPG
 et nous plongions 10 minutes après
dans un lit qui avait subi quelques transformations pendant notre absence.

DSCN2150.JPG

Mais demain est un autre jour et nous ne manquons pas de fixer nos désidérata pour le petit déjeuner même si la faim n'est plus d'actualité
à cette heure avancée de la soirée.

Voir les commentaires

En route pour Saint Bonnet acte II

9 Avril 2007, 15:02pm

Publié par Docadn

Après 2h30 d'autoroute et d'une petite route de campagne (plutôt un chemin vicinal), nous voilà à Tissac. Bon y'a vraiment peu de chance que vous y mettiez les pieds un jour, sauf à y connaître
l'un des 20 habitants (et de leurs chiens encore plus nombreux) de ce hameau situé à 6 kms de Brioude à moins de pratiquer le vtt de manière intense au vu des nombreux chemins sillonnant les nombreuses forêts avoisinantes.
De plus aucun espoir d'avoir un lecteur de par là bas (sauf un pervers s'épuisant des mois durant à charger des pages en 56K).
Tissac perché du haut de ses 600 mètres et des poussières n'a et n'aura pas l'ADSL de
sitôt puisque situé à plus de 5kms d'un "répartiteur". Donc nous faisons halte chez des amis pour la nuit.
Le lendemain nos amis nous emmènent nous dégourdir les pieds au bord de l'Allier sur une promenade à la bageasse, reliant Brioude à Vieille Brioude.
Une promenade très facile et courte passant devant le nouveau et l'ancien camping.
C'est bucolique et avons à peine 3 personnes croisées en cette période.
DSCN2114.JPG

Je sais elles cassent pas des briques c'est juste pour les reflets que je les ai mises...

DSCN2113.JPG

Mais nous devons reprendre la route. Le clos des cîmes nous attends. Après 1h15 de route
parsemée de ce que je nomme "les épouvantails de la route", nous rappelant le caractère dangereux
des routes de haute loire, nous arrivons à Saint bonnet le froid,
qui  ce jour fait honneur à son nom.
Un oeil sur le thermomètre me confirme ce que mes poils des avants bras ont ressentis: "Ca meule" ce qui en  jargon d'automobiliste signifie : "ouh là là fait pas ben chaud dans l'coin".
La neige tombée la veille a disparue de la route mais resiste encore vaillamment dans les patures.
Rappelons par la même occasion que nous sommes à 1100 mètres d'altitude, donc pas anormal non plus.
Une pancarte indique le restaurant mais ce n'est pas encore d'actualité. Direction l'hotel. Ce dernier
se trouve au centre du village et il a abrité pendant fort longtemps l'ancien "clos des cîmes" avant de déménager
au sommet du village en Octobre 2005.
C'est désormais une version bistro du restaurant qui occupe les locaux : la coulemelle.
Le cadre y est agréable et les prix sont d'une étonnante sagesse, puisque le menu le plus élevé est à 25 euros
(le 1er menu est à 18 euros).
Penser à reserver 2 à 3 semaines avant (ben oui j'écoute tout ce qui se dit).
Notre chambre n'étant pas tout à fait prête, le réceptionniste nous offre un très bon café accompagné par de petites mignardises délicieuses.Un coup d'oeil à la carte du bistrot. Ca à l'air appétissant.
Voilà notre chambre est prête.
Nous suivons le réceptionniste qui nous mènent par un souterrain (très sympa au demeurant puisque c'était l'ancienne cave du resto gastronomique) à notre chambre.
Et bien là nous nous rappelons tout à coup que l'établissement est un relais & châteaux.
Voici quelques clichés de notre chambre "véranda" (160 euros la nuitée).Je vous rassure Il existe des suites juniors plus onéreuses.
DSCN2115.JPG
Ca ne rend pas des masses en photos mais je peux vous assurer qu'en vrai c'est une des plus belles chambres que j'ai eu l'occasion d'avoir...
DSCN2118.JPG

et personnalisée jusque dans le tapis (c'est le logo du restaurant)
DSCN2127.JPG
La vue du balcon
DSCN2130.JPG
Cela s'annonce plus que bien. moults détails et attentions particulières.
Une paire de pantoufles
blanches estampillées "clos des cîmes" pour chacun et à emporter, fait rarissime , le mini bar est à notre disposition gratuitement.
Je vous rassure tout de suite pas de champagne millésimé
ou de vin de prestige mais quelques bières de l'eau gazeuse
et 2 ou 3 jus de pommes bio (très bon au demeurant).Un petit
tour dans le village pour constater que St Bonnet est bien un village
gastronomique. Le boucher est ouvert , normal c'est le dimanche des
rameaux et nous avons raté le traditionnel défilé des boeufs
qui précède la fête des boeufs de pâques.Un autre restaurant
semble lui aussi tirer son épingle du jeu.
Nous croisons une très alléchante patisserie, elle appartient aussi à
Régis Marcon.
Le froid nous fait regagner rapidement notre chambre douillette.
Ils faut nous préparer pour le diner...
A suivre...

Voir les commentaires

En route pour Régis Marcon tome I

9 Avril 2007, 13:05pm

Publié par Docadn

Voilà donc que je commence à meubler cet espace avec un des mythes de la cuisine française j'ai nommé Régis Marcon .
Eh bien oui j'ai eu l'énorme chance d'être invité dans ce temple de la gastronomie enfin "consacré" 3 macarons par le "petit livre rouge" en 2005 alors que les fans de la cuisine du Velay criaient que dis je hurlaient  à cette injustice depuis des années.
Tout d'abord la route. Sachant que j'habite l'un des lieux les plus excentré
du centre justement, nous avons pris l'option de faire cette escapade
par étapes.
Une première étape à Bourges. Ce qui ne connaissent que le printemps
musical
du même nom ratent une jolie ville aux multiples maisons à colombages et au passage l'un des plus joli bureau de poste que j'ai croisé (si si ca compte !). Il y fait froid au moment de notre passage et
nous faisons halte dans une très jolie chambre d'hôtes à l'accueil digne de ce mode d'hébergement que je ne manque jamais de promouvoir.
Le site vous donnera un apercu du standing de la demeure pour le prix d'un hotel en plastique dans une zone d'activités glauque.
Je passerai sur l'affreuse pizzeria à éviter au décor de péplum en carton pâte qui devait nous délivrer d'une faim certaine mais nous la coupa rapidement par la médiocrité de sa cuisine.
C'est du coup notre charmante hébergeuse qui nous fit découvrir par le biais de 3 friandises offertes à nos bouches curieuses avant de nous coucher les fameuses forestines.C'est terriblement bon. Du coup nous en avons achetés avant de quitter la ville dans une magnifique confiserie (avec un non moins superbe plafond en faience de Gien)qui ne porte pas un autre nom que "la maison des forestines" (3 place cujas). Attention les forestines sont des confiseries de luxe car elles s'échangent contre 3 billets de 20 euros le kilo.
Nous reprenons la route direction l'abbaye de Noirlac :

DSCN2108.JPG

Petit hameau à quelques kilomètres de St-Amand-Montrond.
Même si vous n'êtes pas amateur de lieux de culte, je vous conseille malgré tout la visite de cette abbaye cistercienne magnifiquement restaurée et entretenue.
Voici un apercu d'une des plus belles salles (à mon goût) qui est le dortoir des convers.
DSCN2106.JPG

si vous avez la chance d'être seul dans le cellier comme ce fut notre cas vous pouvez vous essayer à des vocalises (même avec des voix de chèvre comme la mienne) ou  vous pourrez prendre toute la mesure  de l'acoustique inouïe que possède cette très jolie salle.

DSCN2096.JPG
La visite prend environ 1h00 et vous pouvez terminer par le parc agréable et
ombragé
DSCN2111.JPG

Mais voilà que nos estomacs nous lancent des signaux d'alertes alarmants (alors pléonasme ou non ??).
Diantre mais ou allons nous nous sustenter ??Et bien juste en face une auberge au nom étrangement commun à l'abbaye nous tend les bras .
Cette dernière aux murs très épais (et très anciens il va de soi puisque les familles des moines séjournaient déja là lors des visites à leurs proches), aux belles tommettes, mais à la déco banale (avec des tableaux limite kitsch mais bon les goûts...) nous proposa une excellente cuisine de terroir. C'est  le menu du terroir à 25 euros qui eut nos faveurs et qui nous a permis de déguster :
(E)Fricassée de lumas (des escargots) et gésiers confits,
(E)les 3 Fromages Berrichons en Croustillants sur Salade de Saumon Fumé
(P)Cuisse de Lapereau au Thym, Crème de Cocos Blancs et Gâteau de Racines.
(P)Vapeur de saumon aux Trompettes et Lentilles du Berry
(F)Terrine de chèvre du Berry aux noix et salade de saison.
(D)Panaché de desserts Berrichons (Fondant aux poires et biscuit moelleux aux noix).
(D)Rencontre Craquante "Pruneaux-Abricots" jus au Sancerre et Glace au Marc.
C'est d'un rapport qualité prix remarquable.Le Service souriant.
(E pour entrée, P pour plat,F pour fromage et D comme vous l'aurez deviné pour la Dition).
Coté vin une petite carte des  crus de la région.Mais je suis au régime jusqu'à St Bonnet le Froid, ce fut donc de l'eau (Bon d'accord y'avait un p'tit Ménetou Salon à l'apéro).
Mais c'est pas le tout il nous faut reprendre la route. Prochaine étape Brioude
en Haute loire. On approche du temple...

 

Voir les commentaires

Et mal poli en plus avec ça...

9 Avril 2007, 11:35am

Publié par Docadn

Bien évidemment j'ai oublié de me présenter.
Une fiche synthétique comme on en aura tous bientôt, donc autant s'habituer tout de suite.
Nom : Docadn
Age : ce jour-là naquit aussi le
prince héritier Frederik de Danemark
Sexe : garçon
Taille : 2m moins 22
Poids : non mais oh !! c'est perso ça quand même.
Lieu de naissance : nougatland dans la Drôme.
Lieu de résidence : BZH south coast.
Profession : on s'en fout un peu beaucoup...
Centres d'intérêts : z'aviez qu'à lire le 1er article, mais je peux rajouter les peinture aborigènes, les crèmes brûlées, Joe Jackson,Ouessant le ski et d'autres trucs incroyables...
Bloggeur depuis : le lundi de pâques 2007.
L'oubli est réparé.

Voir les commentaires

Escapades, première... Et pour combien de temps

9 Avril 2007, 10:17am

Publié par Docadn

Bonjour  à tous,

Et dire que je m'étais juré de ne pas succomber à la tendance des blogs qui représente une majorité de  journaux intimes qu'un maximum de gens
doivent lire et dont on attends les mots les plus gentils qui soient.
 
Alors pourquoi le fais-je ? Est ce que les autres bloggeurs se sont posés la question. Question d'égo ou juste l'envie de partager des idées, des thèmes... 99,9% ont répondu "partage" je parie !!
 
Les défauts d'un blog : on ne peut y discuter, c'est dommage, ou juste par les commentaires.
Les avantages : on n'y discute pas et c'est tant mieux y'a des forums pour ça...

Tout d'abord pourquoi m'être inscrit sur le thème de la gastronomie !?
Comme souvent les thèmes proposés sont "Ah c'est presque ça mais y'a aussi ça ça et ça...".

Donc la gastronomie, parce que j'aime ce monde et tout ce qui gravite autour de la table.
Soit le vin, les bonnes adresses (beaucoup de ce qu'on appelle les petits restos et plus rarement les grandes tables), les bons produits bien de chez nous et de chez les autres...
Bref manger, boire et manger et boire voyager et marcher...

Escapades, pourquoi ce titre ?
En 1er, c'était pas pris !! J'en étais fort étonné (du moins sur over-blog)... C'est tout de même incroyable d'arriver 2 à 3 ans après le début de ce phénomène, de pouvoir quand même s'y inscrire avec ce titre bateau.
L'objectif de ce carnet de voyages dégustatifs étant de vous faire partager mes découvertes géographiques, gastronomiques, bacchiques et "sportives".

Contrairement à beaucoup de blogs, ce dernier ne sera alimenté qu'au rythme des escapades et autres "expériences". Donc, faut pas s'attendre à un texte par jour !!

Loin de moi l'idée de vous gratifier de mes menus de la cafétéria "Géant" du coin, les bonnes comme les mauvaises expériences auront droit de citer sur ce cahier numérique.

Voilà c'était le (long) préambule de ce blog naissant qui, je l'espère, trouvera une petite place à travers cette jungle électronique.
Sinon d'ores et déjà, je vous adieu, ce fut un plaisir d'écrire ce premier article d'un espace mort-né...

De plus, je tente mon 1er transfert d'image. Une photo prise l'été dernier sur le pont enjambant la Drôme à Crest.
Il s'y déroule un excellent festival de jazz en plein air, très agréable lorsque la pluie ne s'y invite pas... et c'était le cas.

DSCN1348.JPG

Voir les commentaires