Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Escapade en Penn Ar bed

27 Mai 2007, 21:13pm

Publié par Docadn

Nous y sommes, et nous voilà parti direction la Penn Ar Bed (c'est aussi le nom de la compagnie maritime), le nom breton du département du Finistère. Littéralement "là ou la terre se finie". C'est du coté de Douarnenez (plus exactement à Tréboul) que nous commençons notre escapade en nous épuisant au repos et à la relaxation à la thalasso locale puis en nous déjeunant au restaurant du centre marin.
Une petite ballade digestive nous permet d'entrevoir de jolis paysages sur la randonnée des Penn sardin
DSCN2335.JPG

Mais aussi des quartiers plein de charme



Nous quittons à regret ce très bel endroit pour prendre possession de notre chambre au manoir de Moëllien.
Un relais du silence comme je les affectionne avec un cadre de toute beauté...

DSCN2348.JPGDSCN2352.JPG

Cette magnifique batisse organise aussi des concerts de musique classique. Mais nous voilà déja parti à la (re) découverte de la baie de Douarnenez et ses magnifiques plages entre Sainte Anne la Palud et Pentrez Plage.
Bien évidemment nous ne manquons pas de grimper sur un des Everest breton pour admirer (par temps dégagé comme ce fut le cas) le panorama embrassant d'un seul regard la presqu'île de Crozon,la pointe du Raz et sa Vieille
bienveillante puis Brest à l'opposé...
Et c'est justement au pied de ce sommet vertigineux (330 mètres) que se niche notre table du soir. C'est à
Plomodiern que sévit un certain Olivier Bellin. Ex élève de Thorel et Robuchon il a repris le flambeau de l'Auberge des glazicks (il avait pas assez de place le graphiste...)

DSCN2376.JPG

Une magnifique vue sur la baie de Douarnenez et une déco en demie teinte. Des sièges bleus discutables mais d'un confort indiscutable. Un chardonnay de Loire en guise d'apéritif (juste honorable et dont j'ai oublié la provenance). 4 menus s'étalant entre 45 et 115 euros.
Notre choix s'arrête sur le menu plaisir (il se situe juste avant le menu découverte qui est le plus gros).
Pas de photos (désolé mais les soirs d'anniversaire, je ne bosse pas). Donc ce soir nous nous régalâmes de :

Navette "brioche de homard" lait de coco, betterave en émulsion.
*
Saint Pierre étuvé "voile d'agrumes" condiment de carotte-rabugo-pamplemousse confit
*
Carré d'agneau rôti en chapelure de blé noir, grillotin de ris, navarin en capuccino
*
gros lait au blé noir
*
Soda aux carottes & gingembre, biscuit glacé (chocolat)
*
Oeuf végétal et sa vinaigrette de citron vert
*
dentelle fourrée à la rubarbe crème glacée au laurier, réduction aux fruits rouges


Vins : Sancerre 2005 de Patrick Noël : nez peu expressif, notes de réduction, perlant, matière diluée, bof bof...
Fixin 2001 de chez Faiveley robe évoluée, nez sur le fruit, pinotement correct, classique, bien fait.

L'entrée est étonnante de douceur, la betterave est une réussite.***
Le St Pierre est époustouflant, il y a un excellent travail sur le sucré, l'amer et l'acide (en fait il y a une émulsion à l'amande amère) le tout est parfaitement cohérent.****
Le carré d'agneau est d'un fondant exceptionnel (il est accompagné par un sorbet au poivron rouge démoniaque, ainsi qu'une crèpe garnie de tripes d'agneau) renversant.****
Le gros lait fait office de fromage, très sarrazin. Je goûte au pendant du fromage par le biais du soda acidulé au poil mais que je trouve trop "gimgembré".**
L'oeuf végétal (là c'est vrai que ca méritait une photo) est une sorte de kinder que l'on ouvre par une coulée de vinaigrette chaude. C'est le dessert au chocolat le plus léger jamais dégusté... ****
La dentelle est classique, le sorbet au laurier est juste, la réduction au fruits rouges (qui est à boire puis à manger) est juste sucrée ***.
Pour résumer une cuisine très inspirée et délicieuse ou toutes les sensations sont sollicitées...Le 2ème macaron devrait vite arriver, sauf que la soirée aurait pu être totalement magique si la matrone de service ne s'était pas imposée comme la trouble fête de ce bon moment.
En effet la fin du repas fut gaché par le comportement déplacé d'un clone de Maïté (rustiquement parlant) qui tançait PUBLIQUEMENT les courageuses serveuses à la moindre (petite) faute de service. C'est une faute professionnelle inadmissible à mes yeux. Tout le monde sait que les remarques se font "hors champ".
C'est dommage car l'établissement mérite beaucoup mieux.
Une excellente nuit au manoir, un petit déjeuner (léger) et un saut à Locronan avant que le grain ne s'en mêle...


DSCN2381.JPG

Voir les commentaires

Veillée d'escapade

27 Mai 2007, 20:02pm

Publié par Docadn

En cette fin de mois de mai, je fête, comme de nombreux "bébés des congés payés" mon anniversaire. Cette année j'ai un peu plus de chance que les échéances précédentes, car il tombe le week end. Et j'ai donc droit à un "pré anniversaire gustatif".quelques images des petites sottises picorées ce soir là...
DSCN2291.JPG
Quelques choux salés suivi de quelques gourmandises marines
DSCN2316.JPG
 
 
 
Assortiments de la Ria d'Etel et de Bélon
DSCN2289.JPG
suivi d'un Bleu de nos côtes au beurre d'escargot marocain*
DSCN2288.JPG

(*en fait nous avons remplacé le classique persil par la coriandre aussi appelée parfois persil marocain).
 
 
 
Et pour finir
DSCN2329.JPG

Une petite légèreté de chez Gloton mariant pistaches fraîches et coulis de fraise sur une mousse facon macaron...
 
Coté boisson c'est le Bollinger spécial cuvée qui ouvrît la soirée. Un nez toasté, une bouche toujours aussi charmeuse de part sa vinosité et sa bulle taillée au scalpel. Pour la suite nous allions à la découverte
d'un vin étonnant du domaine de Clovallon cuvée les Aurièges 2000.

DSCN2312.JPG

Une robe jaune or, une minéralité (type silex) qui saute au nez à laquelle succèdent des arômes de fruits jaunes (la passion notamment) et de tabac froid. En bouche une matière équilibré de densité moyenne (je trouve même cela typé chenin alors qu'il n'y en pas une molécule) des notes poivrées, c'est sec et c'est bon...
Bon il est tard et demain l'escapade commence...
 

Voir les commentaires

Petit bilan des REVEVIN 2007

25 Mai 2007, 14:03pm

Publié par Docadn

Comme promis un apercu des vins qui m'ont marqué lors de ces 4ème rencontres :
Quelques gourmands s'étaient retrouvés la veille au "QG" . Le champion du monde des blogs dédiés au vin ouvrit le ban (et le blanc) avec un délicieux
crémant du Jura de chez Ganevat au nom bien inspiré à la jolie bulle fleurant bon la pomme reinette et très typé chardonnay.
DSCN2223.JPG

Puis ce fut un panorama des vins du domaine de la Pépière
Des muscadets à des lieues des clichés qui leur collent aux basques. Mes préférés furent :
Le clos cormerais 1997 et la cuvée vieilles vignes que j'ai trouvé étonnamment "jurassico alsacien"par leurs expressions "oxydo pétrolées".

Le lendemain nous avions rendez vous avec les vins du Cêdre.DSCN2244.JPG
Dans la gamme du cêdre (ce sont les bouteilles à l'étiquette ronde) les
millésimes 2000 & 2002 se détachèrent des autres pour leur fraîcheur et le joli fruit. Un coté aérien pour le 2002 et un jolie trame pour le 2000.
Dans la gamme
GC c'est le fameux millésime 2003 qui eu mes faveurs pour son coté plein et soyeux, une petite bombe de cassis.
En fin de dégustation arriva
l'expression du château Lamartine (2000) qui malgré son boisé appuyé m'a séduit par sa juste sucrosité sa fraîcheur et son coté soyeux.
En fin d'après midi nous attaquions "les moelleux liquoreux accompagnés des
pates persillées"
DSCN2255.JPG
mon palais rendit son verdict par le tiercé suivant :
* La quintessence
(97) du domaine de Juchepie un très beau vin avec une matière énorme, sphérique et une rétro magnifique.
*
Johannisberg (2000) de Martigny (en Suisse on parle de "flétri sur souche" pour le passerillage) aux arômes de miel et de fruits jaunes confits doté d'une acidité de toute beauté et d'une matière remarquable.
* Banyuls (82) de Vial magnères cuvée Al Tragou un rancio très vieux à la robe acajou au nez de café de ratafia et d'épices et dont mon palais se régala sans réserve (ben oui celui là je l'ai pas recraché non plus).

Le lendemain nous ouvrions les hostilités par la botte italienne avec une revue du Roero,
DSCN2264.JPG
de belles découvertes avec notamment :
* Prachiosso (04) de Négro avec des flaveurs de fruits rouges présentant une très jolie matière mélant épices et sur une acidité sur le fil vibrante, un très joli vin.
* Cascina Val de prete (04) avec un nez boisé plutôt envoutant sur le marc, la vanille et le caramel et s'exprimant en bouche par une fraicheur et un fruité energique agrémenté par une jolie vague épicée le tout sur une bonne longueur.
*
Costa Stéfanino (04) qui lui est un Roero supériore sur des notes de fruits noirs et de figue il m'a plu pour son coté acidulé les belles épices qui déboulent juste derrière...

Nous enchaînions avec Marc Houtin et ses remarquables 2005 avec une mention spéciale à :
* Princé un 100% cabernet franc (mûr c'est tellement rare sur ce cépage n'est ce pas Laurent !!) qui est rond et qui nous fait le coup du comptoir des indes, c'est un festival d'épices, c'est très bon.
* Côteaux de l'aubance (avec ses 800 gr de sucres résiduels sur la balance) titrant à peine 11,5° aux arômes de miel, de beurre et de fruits exotiques, en bouche une matière énorme, du gras, et tout ça sur un équilibre magnifique chapeau bas Marc...DSCN2266.JPG
Puis le final avec les vins de Patrick Baudouin là aussi des bouteilles immenses avec (pour ma part) :

Après minuit (97) mélant les agrumes et la douceur d'un vin gourmand et jouissif.
Les sens du chenin (97) un extra terrestre de 1°( oui oui 1°) qui nous envoie de l'abricot en pleine poire et possédant une matière vive et une acidité démoniaque d'équilibre.
DSCN2273.JPG

Et tout cela ponctué par des vins surprises lors des repas ou les dégustateurs s'emploient à deviner (ou non) la provenance des breuvages proposés puis a s'exclamer sur la qualité surprenante ou décevante de tel ou tel vin.
D'agréables moments qui vous rendent accrocs à cette manifestation unique. Je me répète mais vivement 2008.

Petit jeu : une salade de fruits s'est glissée dans le texte à toi de retrouver tous les fruits...

Voir les commentaires

REVEVIN 2007 snif c'est fini...

20 Mai 2007, 19:06pm

Publié par Docadn

Escapade en Vendée pour la 4ème édition des REVEVIN... Grâce à la pipette aux 4 vins et au Chai Carlina (en fait un duo de Philippe & Philippe) de grands moments de convivialité autour des vins dont voici quelques photos :

DSCN2244.JPG

La rencontre des blancs et des pâtes persillées
DSCN2251.JPG

Escapade en Piémont à la découverte du nébbiolo
DSCN2265.JPG

Le très beau panorama 2005 des vins de Marc Houtin du domaine de la Grange aux belles
DSCN2266.JPG

Les impressionnants liquoreux de Patrick Baudoin
DSCN2273.JPG
Ces dégustations furent, je vous rassure ponctuées de repas servis sur la terrasse du Chai Carlina (tout à nous réservée) sur les thèmes du marais, de la mer et Eva Lallemant.

DSCN2258.JPGDSCN2269.JPGDSCN2271.JPGDSCN2272.JPG

Vivement 2008...
PS :Prochainement des commentaires sur les vins remarqués, et des nouvelles des côteaux du tricastin...

Voir les commentaires

La chapelle

15 Mai 2007, 17:53pm

Publié par Docadn

C'est le nom du restaurant que j'ai (enfin) découvert dans le vieux St Paul. Ce dernier jouit d'une réputation certaine et il était grand temps de le vérifier... DSCN2212.JPGC'est dans une impasse que l'entrée de l'établissement (surmontée d'une vierge) se dévoile.
C'est une très jolie batisse au murs très épais avec une agréable cour.
Le patron est en fait tout nouveau (3 jours d'activité lors de mon passage début mai).
En effet Eric Rolland après 11 ans d'activité à la chapelle
à repris un établissement à Grignan
(la table des délices ex relais de grignan). Et c'est de
la station de la Plagne que nous arrive ce couple fort sympathique.
Une formule unique sous forme de menu du marché avec 3 entrées autant de plats et de desserts.
Je m'ouvre l'appétit avec la traditionnelle tapenade maison accompagnée d'un viognier 2006 des vignerons ardéchois).

En entrée
DSCN2214.JPGSalade tiède aux langoustines

Le plat
DSCN2217.JPGLapin à la moutarde à la Jacqueline

Le dessert

DSCN2219.JPG
Sabayon léger à l'ananas

Au global ce fut excellent, les langoustines sont cuites au poil et la feuille de brick est d'une légèreté rare,
le lapin fut un délice, un petit bémol sur le dessert un poil trop sucré a mon goût.
Le patron-serveur est volubile (en fait j'étais le seul client ce midi là) et soucieux de préserver la réputation de l'établissement désormais à sa charge. Donc une cuisine soignée et appétissante qui mérite une halte si vous passez par là.
D'autres adresses recommandables :
Cédric Denaux qui officiait à
L'Esplan est désormais à la barre de son propre établissement : L&Lui (Cathy jardine Cédric cuisine)...
La vieille France (jardin des saveurs) pour y découvrir notamment en saison la seule et vraie
tuber menalosporum.(Ca c'est juste pour taquiner les périgourdins).




Voir les commentaires

Des montagnes aux collines

13 Mai 2007, 16:47pm

Publié par Docadn

Après avoir effectué un écobuage, répondu aimablement à toutes les sollicitations culinaires, assisté à l'arrivée (mais aussi au départ) de quelques animaux, dans la ferme dont celui ci :

DSCN2203.JPG

 

j'ai dû me résoudre à quitter ce havre de paix pour gagner ma région natale à savoir la Drôme. Un dernier coup coup d'oeil sur la vallée :


DSCN2200.JPG

 

Et c'est reparti pour 4h30 de voiture jusqu'à Saint Paul 3 Châteaux : dernier village (ou 1er selon le sens de circulation) de la Drôme provençale.

C'est le village (devenu bourgade) des 20 premières années de ma vie. A chacune de mes visites, des métamorphoses architecturales (plus ou moins réussies), des nouveautés commerciales (très étonnantes).

Ce n'est plus la vie d'un paisible village où tout restait figé.

La capitale de Tricastin est devenue une annexe supplémentaire de bobos en quête de "typicité", l'immobilier a explosé (ben oui mon pauv' monsieur, dans le Lubéron c'est plus possible, c'est trop cher, y'a plus de place), et  la ville a perdu en art de vivre ce qu'elle a gagné en  réhabilitation du "vieux Saint-Paul".

DSCN2207.JPG

 

Bon, après avoir maudit les bobos, je me dois hélas de les remercier. Car leur arrivée a permis la naissance de ce qui manquait depuis toujours à la cité : UN CAVISTE. et je devrais plutôt dire une caviste.

Regardez c'est juste derrière la fontaine (ah oui grâce à son parc conséquent de fontaines le chef lieu de canton porta le nom de Saint-Paul-les-Fontaines avant d'en changer pour 3 châteaux qui n'existent d'ailleurs point) :

 

C'est l'hôtel-restaurant de l'Esplan qui a eu la riche idée d'ouvrir ce lieu uniquement consacré aux vins de la Vallée du Rhône (et quelle sélection !!). Je disait donc UNE caviste puisque c'est la charmante et compétente Peggy qui gère les caves de l'Esplan.

Sa passion est complète. Elle ne manquera pas de vous vanter notamment les Coteaux du Tricastin dont le réveil qualitatif ne saurait tarder à s'imposer.

Sur ses conseils, j'ai pris 3 "futurs talents sur leur 1er millésime", à savoir Laurent Bes du domaine des Alyssas, Audrey Chauvin du domaine Val d'Aeria et Laurent Clapier du Mas Théo. Vins que je proposerai au palais passionnés et curieux des REVEVINS. A suivre...

 

PS :Le temps fut éxécrable, voyant tous mes projets de randonnées tomber "à l'eau" alors qu'il fait toujours beau dans une cave...

Voir les commentaires

3317 kms

11 Mai 2007, 17:29pm

Publié par Docadn

C'est ce que ma pauvre et vieille voiture a dû parcourir en 10 jours entre fin avril et le début du mois de mai. 

 

1ere étape à 840 kms de mon chez moi :

 

C'est traditionnellement l'époque ou je rends visite à des amis dans un ravissant village situé dans la vallée de la pique à 670 m d'altitude : Binos.

 

Un village que je fréquente assidûment depuis une dizaine d'années. J'y suis attaché par les liens personnels que j'y ai tissé. C'est un paradis perdu à l'abri des hordes de touristes mais qui fut mêlé, malgré lui, à l'arrivée de Palouma en 2006. (cela se passait dans le village d'en face).

 

J'étais déjà en villégiature là-bas à cette date. Ce fut une nuit très agitée.
Un des chevaux de mes amis en a fait les frais depuis, un vilain coup de griffe qui aurait pu lui être fatal...

 
Mais cette année, pas de nounours en vue. Le panorama du seul gîte du village est toujours aussi magique :

 

DSCN2206.JPG


Tout au fond de la vallée se trouve  Luchon bien connue des curistes, aux pieds des plus hauts sommets des Pyrénés.

 

Coté balade, juste au-dessus du village on trouve le col d'Estiouère que l'on atteint, assez facilement, en 1h30 tout en traversant une incroyable et très rare forêt de hêtres têtards (3 forêts subsisteraient en France).

 

Direction St Béat, au départ de Bezins-Garraux. Une très belle randonnée mène au pic du Gar (1785 m), où par temps très clair on peut voir Toulouse parait-il !! Mais c'est vers les sommets enneigés que nos yeux se fixent. Les 200 derniers mètres permettent de jauger notre condition physique (surtout celles des cuisses).

 

Coté luchonnais, si vous êtes en famille, la balade jusqu'au lac d'Oo ravira tout le monde par sa facilité et sa durée (environ 45' depuis les granges d'Astau).

 

Et ce n'est qu'un ridicule apercu des randonnées à faire sur le Commingeois et le Luchonnais.

 

Un guide local pour randonner sans souci : Randonnées en Luchonnais de Jacques Jolfre.

Pour la petite histoire, Binos il y a fort longtemps cultivait des vignes et on peut tout à coup faire le parallèle avec son nom (un poil d'origine hispanique).

Surtout si l'on sait que le village juste en dessous qui en possédait aussi se nomme Bachos.

Vraiment, j'ai beau y faire il y a toujours une histoire de vin...

Voir les commentaires