Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Escapade Chez les Greks...

24 Mars 2008, 10:13am

Publié par Docadn

DSC00222.JPG
Point de faute d'orthographe, juste l'autre appellation désignant les habitants de Groix en référence aux cafetières (greks en breton) fumantes avec lesquelles les femmes acueillaient leurs courageux pêcheurs de maris à Port Tudy...

DSCN3497-copie-1.JPG
Voilà près d'une décennie que je n'avais plus mis les pieds sur ce bout de terre au large de Lorient. Un week end de Pâques sous le signe du vent, du froid et d'un soleil inattendu. Le PR 1 emprunte la totalité du sentier côtier et couvre 27 kms. Le profil est plutôt facile et il faut environ 7h00 pour "boucler la boucle" à un rythme normal. Après avoir déposé nos bagages chez notre sympathique et dynamique logeuse,

DSC00270.JPG
 nous démarrons notre promenade maritime de Port Lay (siège du  festival du film insulaire tous les mois d'Aout) en direction de Pen Men.

DSCN3479-copie-1.JPG

Une fine bruine sur Pen Men puis nous entamons la côte sauvage sous un soleil radieux (et le vent dans le dos enfin).

DSCN3484.JPG
Peu de randonneurs croisés sur cette partie du parcours. Le grain se fait a nouveau menaçant et pas d'abri à l'horizon. Cette partie me fait immanquablement penser à la côte sauvage de Belle Ile mais elle a un poil moins de charme à mes yeux. A proximité de Kerloret une mini mousson de type polaire nous assaille violemment (comprenez "il pleut des lianes et ca meule dur").
Désormais doté d'un taux d'humidité corporel d'environ 90%, nous reprenons notre "rafting sur terre" pour découvrir la très charmante anse de St Nicolas.

DSCN3505.JPG
Puis la Pointe de l'Enfer se profile au loin...

DSCN3510.JPG
Cette dernière, largement abîmée, est en cours de "réhabilitation du tapis végétal" et offre une très jolie perspective sur les Saisies la Pointe des Chats.

DSCN3511.JPG
C'est après Locmaria que les marcheurs se font plus nombreux (partie de la côte classée réserve naturelle minéralogique). La partie entre la pointe des félins et la plage des Grands-Sables semble en effet la plus empruntée.

DSCN3490-copie-1.JPG
Nous voilà sur le final de cet agréable "Giro insulaire". Visite du bourg et de son église surmontée d'un thon en guise de girouette, une bonne bière dans le mythique Ty beudeff (avec un posters géant d'un des 2 avis de fermetures administratives pour "avoir servi de l'alcool à des personnes manifestement ivres").

DSC00272.JPG
Un excellent dîner à l'hôtel de la Marine, et un excellent roupillon dans la maison de maître avec "la déco dans son jus"...
Une rando facile, très plaisante pour amateur de minéraux et de botanique (
réserve naturelle François Le Bail) et de marche bien entendu...

Voir les commentaires

Florilège de dégustation part IV : Les rouges

12 Mars 2008, 17:58pm

Publié par Docadn

Comme promis la suite des  quilles dégustées versions magenta :

Domaine d'Ardhuy - Ladoix 2004 : un nez toasté, épicé et des notes de rouge à lèvres (tiens ca me change de mon registre très pneumatique). La matière se revèle fraîche, aérienne, pleine sur la cerise. Un poil de sucre, mais c'est bien bon (***)

Domaine Guinand - St Cristol 2006 : Un assemblage de grenache-syrah-carignan-mourvèdre s'ouvrant sur des notes de figues, de terre humide et de noix. C'est typé sudiste et solaire. En bouche une pointe de sucre en attaque. La matière est moyenne, ronde, assez douce mais manque de fruits. C'est pas mal malgré tout (***)

Domaine Baronnie de Bourgade - les 3 poules - VDP d'Oc 2006 : nez sur le clou de girofle, le café, le tabac et les sous bois. En bouche le vin est dynamique, sur les fruits rouges. C'est sudiste (solaire), un poil asséchant pour une longueur correcte avec de l'acool en finale. Pas si mal et seulement 5 euros. (**)

Domaine de la Soumade - Rasteau 2005 : des effluves de camphre, d'épices de fraise, de rose et un zeste de poivron ouvrent le vin. En bouche le coté ultra épicé se confirme avec une amertume toute... bordelaise. C'est vif, doté d'une grosse matière mais de longueur moyenne. L'acidulé porte tout le vin. C'est excellent et la patte du bordelais Derenoncourt lui donne un caractère très Sud Ouest.  (****)

Domaine du mage - VDP des côtes de Gascogne 2005 : Un assemblage merlot - syrah qui se dévoile par des notes de réductions marquées. La noisette et une touche de menthol complètent la palette olfactive. Le vin se révèle très fruité avec une matière moyenne assez courte et des tannins en "dedans" (me demandez pas de m'expliquer, mes mots n'exprime pas très bien ce que mon palais me souffle). C'est pas si mal (**)

Domaine de Grangeneuve - Tradition 2006 - Côtes du Rhône : un nez solaire sur la figue, les fruits rouges et la mûre. Le vin est vif puis velouté. On croque des fruits rouges, la structure est superbe, c'est gras et de très belle facture (8 euros je crois). Cela me conforte sur l'idée que 2006 est supérieur à 2005 dans le coin... (****)

Rouge Garance - Côtes du Rhône 2005 : un assemblage grenache-syrah-mourvèdre (70-20-10). Des notes de terre humide, de camphre d'olive et de menthol. Un vin plein, présentant une très belle acidité et une amertume de bon niveau. La longueur est moyenne et on croque une fois de plus de jolis fruits rouges mûrs. (***)

Domaine d'Antonin - Côtes du Lubéron - Pourquoi pas 2003 : caractère sudiste, boisé et syrah (20% je crois). Un poil poivronné et de micelium. Le sucre déboule en 1er dans une matière énorme, c'est gras mais perlant et court en bouche. L'impression d'une refermentation !!! (**)

Jaboulet Ainé - St Joseph - Le grand Pompée 2005 : notes de pierres chaudes et d'olive saumurée intense. La bouche est superbement acidulée (grenade) mais plutôt courte. C'est dynamique doux et velouté. Classique et de très bonne facture (***)

Domaine de la Janasse - Terre D'argile 2005 : notes d'épices, de fruits rouges, pierre chaude et d'olive. Matière fruitée épicée et soyeuse. Tout en puissance (***)

Campo Viejo - Rioja - Crianza 2004
: nez peu expressif sur le bois, la réduction et la pierre mouillée. Le boisé se confirme en bouche avec une très jolie acidité et une amertume assez fine. L'acool domine en finale. (**)

Pour conclure : encore trop de vins du Rhône (mais je me soigne), un lobbying involontaire sur le Tricastin de Grangeneuve avec un rapport qualité prix difficile à battre... La Janasse et Rouge Garance sur leurs "milieu de gamme" tiennent leurs promesses, la Soumade tire l'appellation Rasteau très haut et petit conseil d'amateur prétentieux :  achetez les 2006 dans tout ce coin du Rhône, c'est très bon...





Voir les commentaires

Florilège de dégustation Part III : Les blancs

9 Mars 2008, 15:16pm

Publié par Docadn

Petite synthèse des différents vins bus rebus ou découverts en cette fin d'année passée et ce début d'année bien entamée.On ne change pas les "habitudes" prises lors des 1ers florilèges avec une "notation" très personnelle et en commencant par les blancs.
Je vois d'ici notamment un lecteur à l'oeil chirurgical (il ne lit que du bon oeil) du coté du pays de la porcelaine qui va encore me signaler que les champagnes sont nombreux. Je me justifierai par ces 10 termes : "oui mais il y avait noël en fin d'année dernière...". Ceci  expliquant cela. C'est parti :

Vouvray 2000 - Domaine Gilet
: Un très joli nez sur la poire, la pomme (et toujours pas de scoubidou) et les agrumes. Quelques relents pétrolés, de vernis et de bonbon anglais. L'acidité est vive, la matière est fraîche et plutôt courte. Il va tenir encore une bonne décennie vu l'acidité, mais il ne va pas s'allonger. (**)

St Joseph  2004 - Domaine de vins de Vienne : nez boisé sur le pain grillé et la brioche avec quelques notes fleuries. Le vin est gras, le boisé appuyé se confirme, la matière est dynamique mais courte. Sans plus (**)

Champagne Lanson - Black Label : nez sur les fruits jaunes et la craie, avec quelques effluves de violette et de badiane. La bouche s'avère compacte, les bulles sont "nerveuses" de tailles moyennes. Le dosage est appuyé et la finale sur la pomme verte avec une belle acidité et une petite amertume. (**)

Champagne Billecart Salmon - Brut Réserve
: nez sur les agrumes la pomme et la brioche. C'est typé chardonnay (ca tombe bien il y en a).En bouche, c'est vif, agréable et les bulles donnent tout le dynamisme nécessaire à ce champagne fort agréable. (***)

Champagne Bollinger - Spéciale cuvée : notes d'agrumes intenses. Acidité elle aussi intense mais juste, matière très vive, crèmeuse. Cordons de bulles extra fines, c'est moins vineux qu'a l'accoutumé, mais explosif au palais.J'aime toujours ce BSA (***)

Champagne Canard Duchêne - Brut Rosé : Nez classique peu expressif. Matière moyenne, plutôt vineuse, crèmeuse et au fruité qui évoque la grenade (le fruit pas l'autre). (**)

Jurançon 2005 - Domaine de Cauhapé - Chant des vignes : Des notes de craies, de fleurs blanches et de violette ouvrent ce vin. Je le trouve typé blanc du sud-est puis sauvignon. Je suis perdu dans mon verre. Attaque vive, linéaire et sans creux et marqué par la violette intense. Fine amertume de fin de bouche. Servi un poil trop frais. (**)

Coteaux du Vendomois 2005 - Domaine de Montrieux : Un bouteille troquée avec le chantre de la Loire et lobbyiste du grand complot mondial pour la généralisation du poivron dans tous les verres à pied (Salut Laurent )... Ce n'est pas le cas de ce vin, composé d'un de mes cépage favori : Le chenin.
Des notes de miel, de fleurs, et de vernis enrobés d'une touche de bois. En bouche le perlant s'impose, la matière m'évoque discrêtement l'Anjou. Les notes pharmaceutiques s'imposent et le boisé ne se fait pas oublier. C'est de facture classique, dommage que le perlant gache un poil ce petit vin sympa (**)

Champagne José Michel & fils  1998 - Brut cuvée Club : un nez très "fumé" accompagné de pomme et d'amande.La aussi la bouche est marqué par un dosage appuyé. La matière est du coup douce, la bulle "caressante", et c'est le citron et la pomme qui dominent pour laisser une fine amertume de fin de gueule. (**)

Vin de table (Roussillon 2000)  - Péchigo (Chenin moelleux) : Un vin élaboré par Sylvain Saux s'ouvrant sur des notes de champignons, de pétrole et de miel. La matière est fluette, limite diluée. C'est leger et un poil perlant. Une deception plutôt grande pour moi, j'en attendais beaucoup plus, snif.(*)

Vin de Pays des collines rhodaniennes - Domaine Lattard - Roussanne : Un vin bio élaboré à Autichamp sur des coteaux sablonneux et calcaires. Un nez typé sauvignon mélant pierre humide, miel, fumée et carton mouillé. En bouche la matière s'avère veloutée et conséquente. C'est gras, fleuri pour une longueur moyenne et un poil alcooleux en final. A peine 6 euros (***)

Champagne Moët & Chandon 2000 - Grand Vintage : nez boisé sur le pain grillé du dimanche matin quand on à la flemme d'aller chercher sa baguette fraîche. Un gras dont le dosage doit être responsable en partie. La bulle est fine la matière dense. C'est bon mais cher pour ce que c'est (***)

Voilà j'en ai fini pour les blancs. Pas de grandes découvertes, quelques deceptions... Les rouges s'avèrent plus intéressants... A SUIVRE



Voir les commentaires

Le chemin Stevenson

4 Mars 2008, 09:41am

Publié par Docadn

Une fois de plus j'avais répondu hativement  "oui" à ce défi 6 mois avant le départ. la veille du départ j'étais une fois de plus pas du tout préparé  mais c'était trop tard...

DSCN3097.JPG
J'allais découvrir le mythique GR 70 en VTT. Il aurait fallu que je relise les aventures de Bob (je l'appelle Bob depuis que j'ai fais le même parcours que lui) et de Modestine (et les autres ne les oublions pas).
Départ en ce frais matin d'Aout de l'été dernier du Monastier sur Gazeille pour une randonnée de 4 jours à 2 roues sur les traces de célèbre écrivain.
Les 5 premiers kms furent un enfer. Tout le monde mit rapidement pied à terre et fît mine d'admirer les paysages  qui nous entouraient.

DSCN3087.JPG
cette première étape de "mise en jambes" nous menera près de Langogne. Nous sommes 9 à effectuer ce périple dont 3 sont partis la veille du Puy et continueront jusqu'a Alès ( soit 6 jours sur la selle).

DSCN3081.JPG
Cette première étape fut éprouvante dans tous les sens du terme et l'apparition du lac de Naussac au détour d'un virage provoqua la joie de tous les séants présents.

DSCN3090.JPG
La moitié des participants jurent d'arrêter le lendemain soir... Bienvenue en Lozère.
La 2ème journée nous mènera jusqu'à Chasserades, après une jolie descente partant de l'abbaye de ND des neiges jusqu'a Chasseradès. Une jolie succession de montées & descentes ponctuent cette journée notamment la plus remarquable après ces ruines...

DSCN3098.JPG
Là aussi malgré les quelques fous rires de rigueur dans ce genre d'expédition, le corps crie " eh oh tu m'avais pas dit qu'on allais en ch... bavé comme ça  alors t'arrête tout de suite les frais...". La nuit porte conseil et surtout du repos.

DSCN3100.JPG
3 ème jour et toujours pas d'abandon, le groupe fonctionne mine de rien à l'orgueil (surtout moi). C'est la plus grosse journée avec un dénivellé positif de plus de 1000 m. Je daigne enfin passer le "petit plateau" (en fait j'ai vraiment pas le choix vu le profil).

DSCN3108.JPG
La plus grosse étape avec notamment le mont Lozère et le col de Finiels. Et le plaisir de manger des framboises sauvages sur le chemin. Une étape ou se succèdent des paysages semi arides,

DSCN3111.JPG

les forêts du Gévaudan, les rivières fraîches, voire salvatrices pour certaines...

DSCN3138.JPG
L'arrivée a Langogne est vécue comme une renaissance. Il fait encore chaud à 19h00 la ville vit au rythme estival, les jambes disent " et nous on est en vacances quand??". Nuit ronflante dans un gîte au remplissage digne du RER A à 18h30 aux Halles. L'heure de nos derniers coups de pédales en direction de Saint Jean du Gard.

DSCN3153.JPG
Etape roulante comme une arrivée de tour de France, tout le monde de remémore les moments épiques de ces 3 journées à pédaler. Et toujours étonné de se voir encore en selle, alors qu'on à juré 10 fois de bruler son vélo et de rentrer avec la camionnette d'assistance... Et après 72h00 de chance inouïe au vues de mes descentes

DSCN3160.JPG
de "casse cou", de gentils graviers m'ont rappelés à l'ordre et m'ont frictionné le coude... Ma jambe se sentit moins seule...
248 kms de paysages de montées et de descentes dantesques. L'ombre de Bob et de son anesse en haut de chaque col ou de panorama... Le GR 70 se mérite grandement :

* Peu de monde croisé sur le parcours
* Une bonne condition physique minimum nécessaire (j'avais juste des "restes" de mes randos pedestres des Açores, mais c'est pas malin de le faire sans remonter sur selle une quinzaine avant).
* Une bonne logistique (quel bonheur d'arriver le midi avec la table de pique nique dressée dans une nature et un calme absolus)
* le camping du lac de Naussade (qui abrite un hotel sympa : les terrasses du lac) et tout à fait recommandable et l'accueil VTT est remarquable.

Et pour finir le site officiel du chemin de Bob : par ICI.
Et le livre comme mise en bouche : par






Voir les commentaires