Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Panorama du Rhône

28 Février 2009, 14:01pm

Publié par Docadn

Un de mes cavistes organisait il y a quelques jours une grande dégustation sur la vallée du Rhône avec des étiquettes prometteuses. Le non buveur d'étiquettes que je suis a fini par céder à l'appel de la syrah, grenache et de toute la tribu des cépages locaux...
Je me présente le soir venu au restaurant le Yachtman à Lorient où est organisé cette soirée. une salle confortable et agréable nous est réservée pour cette session.
Yves Noppe et son épouse Agnès (propriétaires des caves Bacchuséum à Lorient) sont les maîtres de cérémonie de cet opus où se retrouvent nombre de leurs clients, tous passionnés et habitués de ces soirées. Personnellement c'est mon baptême au sein du groupe et je m'installe en sortant timidement mon carnet et mon petit numérique.
Agnès demande aux convives s'ils souhaitent connaître les vins ou les déguster en aveugle. Ma grande gueule en sommeil fait entendre que ce serait plus sympa en aveugle,vu les étiquettes et l'éventuelle surnotation pouvant en découler...
On démarre par les blancs :

Un fin boisé ouvre le bal. Des notes de pierres sèches et de fleurs blanches ainsi qu'un soupçon de violette et d'écorces d'orange. En bouche expression de fruits blancs (poire), c'est rond et gras pour une jolie longueur et un amer marqué. On me demande de noter sur 20 pour la 1ere fois. Étant plutôt de l'école des étoiles (mes voisins de table feront un joli comparatif des pro Michelin Vs pro Gault & Millau). Je note juste  la moyenne pour ce Saint Joseph Blanc 2005 de chez Pierre Gaillard (10/20)



Le 2ème vin arrive déjà et il est bien peu engageant au nez. J'ai l'impression de revivre quelques instants la dégustation de la semaine précédente. Notes de marée basse un jour de canicule et d'oeuf pourri intenses. La matière se révèle très boisée et laisse transpirer une belle expression fruitée. L'alcool rejaillit malgré tout et donne une impression de puissance.

la longueur est plus qu'honorable et la finale très épicée. Vacqueyras - Galéjade 2006- Domaine de la Monardière
(Roussanne 50 %, Grenache blanc 30 %, Viognier 20 selon leur site) 13/20



Le 3ème blanc dès son nez nous fait grimper de plusieurs niveaux avec ses notes beurrées et d'encaustique. Un boisé intense et une richesse dont la profondeur me font penser à la complexité d'un chenin de grande classe.La matière est ramassée, miellée pour une rondeur et une fraîcheur épatante. C'est plein, gras avec un amer discret. Très joli vin que ce
vin de pays des collines rhodaniennes - Taburnum 2005 - Les Vins de Vienne (17/20)



Déjà le 4ème et dernier blanc au nez fleuri, aux accents marqués de fruits jaunes, au boisé palpable et avec une touche de sucre et d'anis. L'amer est bien marqué, c'est rond avec une pointe de poire un poil verte. Pas mal mais qui souffre de son prédécesseur.
Condrieu 2006 - Les Chaillées de l'Enfer - G. Vernay (14/20)



Place aux rouges :


Des notes de réductions et des flaveurs sanguines, de cuir et une certaine profondeur anime le verre d'une syrah bien affirmée. L'attaque est poivrée et étonnamment typé bordeaux. C'est énorme, plein, vif et dynamique avec un pointe de salinité. Finesse et longueur achève cet excellent
Saint Joseph 2004 de chez Chave (16/20)

Sur ce vin c'est une belle et jeune fille parfumée qui nous invite avec tremper nos lèvres pour découvrir une confiture de groseilles mêlée à de la figue et de la cerise. Un boisé ostentatoire et un amer très désagréable pour ce décevant
Rasteau de Jérome Bressy. Gourt de Mautens 2005 (08/20)



Fin bois et effluves sanguines nous ouvre un faille vertigineuse de profondeur avec une acidité jaillissante. Cette dernière ouvre le ban à un festival de soie. Équilibre magistral pour une danseuse étoile au top de son art, longueur interminable,finesse des grands crus de Bourgogne la très grande classe pour les
Grandes Places 2004 de Jean Michel Gerin (17).


Un nez bien plus discret pour son successeur sur un fin marc de café, la figue, la prune et une pointe de réglisse. La matière est droite dynamique d'abord, puis elle s'affaisse brusquement. Finale plaisante sur les fruits rouges et de fines épices pour le Cornas 2004 du domaine du Tunnel (15/20)



je devine un Rhône sud sur ce nez intense de fruits noirs et de fruits secs. La matière explose de prune avec une fraîcheur et un soyeux des plus agréables. Une finale sur la figue pour un vin bu une fois et qui n'avait pas le même profil.
Châteauneuf du Pape - Château de Beaucastel 98 (15/20)


Une robe évoluée et une petite réduction pour des notes discrètes de café.Une pointe sucrailleuse en attaque et une fraîcheur épatante. Finale poivrée et sur la griotte pour ce Châteauneuf du Pape- cuvée Laurence 95 du domaine de Pégau (15/20).


Et on retrouve nos odeurs de viande et de sang et son florilège de réglisse, d'épice, de cacao et de bois. Attaque là aussi un poil sucrée laissant place à une matière soyeuse, fine ronde et à l'amer relevé mais superbement équilibré. Je pense syrah, c'est bien cela mais c'est au delà, c'est super bon. A priori c'est normal puisque c'est un Hermitage - La Chapelle 2003 - P. Jaboulet Aîné (17/20)


Dernier rouge de la série s'ouvrant sur là aussi une petite réduction qui s'estompera rapidement pour laisser place à des notes toastées, poivrées et à des friandises aux fruits rouges. La matière là aussi est superbe, soyeuse mais moins complexe que la précédente. Cela reste de haut niveau pour "Le Méal" 2000 -Ermitage de chez Chapoutier
(16/20)


Le repas mené en parallèle fut agrémenté de :


Sardines marinées maison


Julienne sauce aux poireaux et à la badiane et son risotto d'Ebly


le plateau de fromages affinés au poil (ça c'est moi qui le rajoute)

Une très belle soirée avec des vins de haute volée qui respectent plutôt la hiérarchie médiatique et financière de ces derniers.
Une cuisine appétissante et qui me donne des idées pour l'organisation de dégustations dans des conditions de service et de logistique adaptés. A méditer.
PS : toutes mes excuses pour les quelques photos floues mais après la dégust le poignet était aussi fatigué que les papilles...

Le Yachtman

14, Rue Poissonnière
56100 Lorient
Tel : 02 97 21 31 91

Bacchuseum

Boulevard Mendès France
56100 Lorient
Tél: 02 97 83 39 31

Voir les commentaires

LPV Ligérien II : Le poivron contre attaque !!

26 Février 2009, 17:12pm

Publié par Docadn

C'était il y a longtemps (ben 7 jours ça commence à faire) dans une lointaine région (en tout cas pas à coté de chez moi), un groupe aux moeurs étranges avaient décidé de se revoir après  "le florilège de la cave de Jeff".
Rendez vous fut pris et nous nous retrouvâmes 10 pour une soirée que j'annonçais poivronnesque. Le défi du soir était de "comparer" le cabernet franc sur les appellations Chinon & Bourgueil. Attention pas Saint Nicolas, Bourgueil tout seul.

Ainsi sur ma droite AOC depuis 1937 et accusant une aire de culture de 2200 ha toutes couleurs confondues dont le Chenin en blanc et un poil de Cabernet sauvignon (10% max à ce qu'il parait) pour "arrondir" l'autre cabernet franc majoritaire. Il est cultivé sur des terroirs oscillant entre les calcaires du turonien et les argiles sableuses, merci de l'encourager, voiçiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii le CHINON.

Sur ma gauche AOC la même année que son adversaire du jour et accusant une aire de culture d'environ 1300 ha sur les mêmes cépages en rouge ou rosé ( je parie qu'un vicieux va me trouver le blanc endémique tiré à 400 quilles et non commercialisé...) sur des terroirs un poil similaires merci de faire un triomphe ooooooooooooooo BOURGUEIL....

18h00 : les athlètes rentrent en piste (en fait c'est chez Eric et y'a pas de piste mais une grande table, des verres, une cheminée et de la musique, c'est cool).
Jean François commence par remettre le trophée sous la forme d'un rouge 2004 de Montalcino de Siro Pacenti au cador du Limousin qui a écrasé de son tarin à absorption atomique et de son palais couplé masse toute la concurrence lors du 1er stage.


Bon il est hors champ le King du chenin, l'empereur du sauvignon mais il est content et il a promis de partager son trophée avec les loosers que nous sommes... Sympa.
En arrière plan Eric a déjà commencé le service et nous démarrons les warm up par une série de 7 blancs en aveugle
qui verront se succéder avec le talent de chacun des plantages remarquables d'identification. Même notre renifleur infaillible affichera un score à la Jacques Cheminade qui le laissera abattu surtout après un alsacien revêche...



Nous aurons goûté pêle mêle :
  • Marsannay 05 Huguenot père & fils
  • Pet Nat Pepin la bulle, les Capriades, Pascal Potaire
  • Marsannay 05 Huguenot père & fils
  • Montlouis 07 Frantz Saumon, minéral +
  • Cheverny 02 M.Quenioux argilo
  • Riesling 04 L Boesch "tradition"
  • Mc Manis Viognier millésime...
  • Ante Phylloxera-Clos de Maulévrier 05...
La précision de ma liste étant du niveau de mes prises de notes soit aucune. De mémoire, une belle impression laissée par le petit ovni pétillant de P. Potaire et qui fit l'unanimité dans la salle, le surprenant et plaisant viognier américain et le potentiel de charme de l'Ante Phylloxera.
Le tout sur des charcuteries de chez Hardouin et de délicieuses terrines aux St jacques ou au saumon.
Ca y est les corps sont échauffés, la tension monte, le ring se rapproche,  la clameur se fait dense, la foule hurle sa passion,c'est insoutenable...Gong !!
1er Round
:














   










Arcestral 2006 - Chinon - P Pichard
 
                    

Nez fumé et toasté, matière un poil     
astringente sur des fruits mûrs            
et à l'expression tannique affirmée     
c'est concentré avec une finale sur    
la figue **(*)

Lasmé Delisle Boucard Bourgueil2006- cuvée VV
Très joli nez pinoteur sur des fruits
rouges extrèmes et un fin bois. La
matière se révèle très féminine,
  suave et aérienne, c'est bon ***
La finesse du Bourgueil l'emporte sur la brutalité affirmée du Chinon. Le jury donne le round au Chinon, mais je me rebelle, victoire pour un Bourgueil qui s'avère être un de mes apports...


Round 2 :


















F.Hardouin-Les Quarts sélection -Chinon 2006                         

Nez
métallique et sanguin, matière          
très fruitée sur la fraise et à             
l'attaque un poil sucrailleuse, c'est     
un peu court mais assez plaisant
pour un joli fruit d'été **(*)

Dom de la Chevalerie-Busardières-Bourgueil 2005
Nez solaire mélant foin et pourri, 
en bouche c'est fade puis dynamique
mais à l'astringence aigüe...bof bof *

Avantage au Chinon (mon apport, j'ai du bol ce soir) sur ce round contre une busardières en petite forme qui ne s'ouvrira que tard dans la soirée...

Round 3 :




                




Arcestral 2002 - Chinon - P Pichard                          "Les Perrières"Bourgueil 2004 - C&P Breton
Notes délicates et profondes. C'est                j'ai noté nez "nul" voire foxé. En bouche
évolué sur les champignons et le tertiaire.     un fruit discret et des notes de réductions
En gueule, la matière est extrèment fine,       rédhibitoires, une fine sucrosité mais à coté
aérienne, épicée et d'une longueur                du king du soir, il souffre désespérement *(*)
époustouflante, le round du Mohamed
Ali de la soirée. Du grand ****


Chinon prend de l'avance et le poulain de Pichard peu convaincant en 2006 nous sort un 2002 très grand, c'est un peu le tournant du match qui se joue avec cet uppercut terrible...

Round 4 :

 


La croix Boissée - Chinon 2003 - B.Baudry                        Lasmé Delisle Boucard Bourgueil 2003- cuvée prestige
Nez repoussant de camembert et quelques      Nez là aussi nul. La matière est serrée
notes fécales redoutables, le menthol fini        plutôt austère et un poil végétale. Là
par les dominer.La matière est là aussi            encore souffre d'une certaine simplicité
fruitée,relevée et juste épicée.un soupçon        face à son adversaire de round *(*)
de sucre en fin de bouche pour un amer
très sympathique. Joli vin ***

L'appellation Chinon prend de l'assurance au fil des rounds et ce joli Baudry marque quelques points de plus ...

Round 5 :




"Mi pente"- Bourgueil 2004 - J.Blot - Dom de la Butte                        Chinon VV 2001 - P. Alliet
Nez là aussi désespérément nul, puis                  Nez insipide. Vin à la structure serrée,
enfin évolue vers des fruits rouges confirmés     
très joli fruit, là aussi une fraîcheur
en bouche. La matière est fraîche, nette et             indiscutable mais avec une pointe
droite.Un joli poivré couronne le tout                    sucrée et un amer persistant **(*)
très joli vin là aussi ***


Sursaut du Bourgueil dans ce 5ème round et victoire aux points d'une courte tête. Chinon mène toujours le bal...Avant le dernier round. C'est le moment ou jamais d'impressionner les juges...

Round 6 :




Domaine de la Lande - Bourgueil 1996                                                  Chinon VV 2000 - P. Alliet
Nez au bois dominant. Là encore un fruit          nez mûr, sur de jolis fruits rouges. La
expressif pour une matière pleine fraîche          matière est nette, l'expression aussi
et un poil lactée.C'est bien foutu,                       claire. Un vin bien fait avec une petite
j'aime bien ***
                                                                       âme joyeuse ***


Dernier round avec un baroud d'honneur pour Bourgueil qui ne se laisse pas faire et obtient un résultat plus qu'honorable dans cette confrontation.
Et pour moi la démonstration que le cabernet franc peut être grand mais ne souffre pas l'approximatif, le "à peu près" à l'instar du pinot noir. Je le répète toujours, pas mûr c'est vraiment pas bon !!
Et ce soir là tout était mûr (sauf le Busardières qui à mûri dans la soirée !!).
Un match de haut niveau qui ne laisse pas deviner,pour ma part,des caractéristiques spécifiques pour différencier le Bourgueil du Chinon...
Victoire personnelle pour le Chinon grâce notamment au très beau 3ème round...
Un excellent civet de lapin plus tard (merci Pierrette) et de voir Eric nous offrir un vin carafé explosant de cannelle et de clou de girofle pour une matière archi pleine, ultra fine et d'une douceur jouissive.... Un très beau chateauneuf du pape 98 du Domaine Brunel Les cailloux****
Belle soirée que cet opus 2 du cercle LPV ligérien, et c'est sûr le cabernet franc mûr ça existe je l'ai rencontré...

Voir les commentaires

Florilège de dégustations part XI

15 Février 2009, 13:19pm

Publié par Docadn

1er florilège de l'année en cours mais déjà la 11ème édition regroupant les quilles sacrifiées en fin d'année dernière et celles ayant ouvert le bal 2009.
1er opus annuel sur les blancs :

  • Champagne Bollinger - Brut Spéciale - BSA : Bulles nerveuses, il se présente avec une caractéristique moins végétale que les rencontres précédentes. L'attaque est fraîche, un poil toastée, et révèle parfaitement le coté vineux qui fait sa réputation.L'amer est fort joli, une fine touche boisée, c'est savoureux pour une finale sur le citron et la pâte d'amande. ***

  • Australian White wine - South East Australia 2006 (sémillon - chardonnay) : nez sur un miel d'acacia puissant, quelques notes pétrolées et des touches de fruits jaunes et de pommes.En gueule cela s'avère bien plus sec qu'au nez  laissant la place aux fruits blancs pour un joli gras, une certaine minéralité et de longueur moyenne. Lui manque juste l'âme nécessaire pour clôturer le tableau presque réussi. **(*)

  • Vouvray - Les Argiles 2006 - F.Chidaine : légères effluves d'hydrocarbures (y'a du schiste sur ce terroir ?!) et dominance de fruits jaunes (l'ananas) de bonbon anglais, de miel et de notes pharmaceutiques. Matière serrée à l'attaque un poil molle,puis s'ouvrant très grand (j'entends par là que ça rempli complètement le palais) évoluant sur des notes de caramel et se terminant par l'étonnant ananas accompagné de miel et d'épices. C'est un poil alcooleux avec un fin sucre résiduel. En bref : riche, puissant et à l'amer plaisant. ***


  • Drappier - Brut Nature (Zéro dosage) - Pinot noir : nez délicat sur les fleurs et les fruits jaunes avec des bulles "nerveuses".L'ensemble est suave et dynamique, la bulle se fait caressante au palais apportant une belle fraîcheur pour une finale un poil toastée et à l'amer marqué. Une expression du pinot "transparente" et nature.C'est super bon  ***(*)
  • Rully 2002 - Ropiteau : Nez lourd de bois, buis poivre et miel avec quelques flaveurs de carton mouillé. La matière est citronnée, un poil perlante. C'est gras, toujours boisé sur des notes de bonbon anglais avec une certaine minéralité (qui n'est pas sans rappeller Chablis) et de fines notes de sucre. **
  • Rocca Del Geco 2006 - Inzolia - Sicile : Nez peu expressif de sauvignon et de carton. La bouche s'avère fruitée avec un léger sr. Typé blanc de Bordeaux, l'ensemble se révèle court fluet et à l'amer appuyé. *(*)

  • Roussette de Savoie - Marestel Altesse 2004 - Domaine Dupasquier : nez un poil pharma suivi de miel et de fruits blancs. Une touche de boisée complète le tableau nasal. La matière prend des accents ligérien sur un cocktail pomme-poire très expressif, une fine oxydation et une puissance sur un vin plein à la finale de curry. La longueur est marathonienne, Jura sort de ce vin !! C'est super bon ***(*)

  • Bouzeron 2006- Domaine Aubert & Pamela De Villaine : Beaucoup d'amateurs surnomme ce vin "la danseuse d'Aubert De Villaine". Nez extrêmement fleuri immédiatement dominé par des notes de réductions très persistantes. J'oublie quelques instants pour revenir vers un nez un poil plus engageant mais sur des notes fermentaires. La matière est très fruitée sur la poire bien mûre avec une touche de cannelle. C'est gras, sapide et bien équilibré. D'une jolie longueur, le vin se présentera le lendemain avec un nez plus minéral mais toujours gourmand. Dommage quand même pour ce nez si repoussant alors que le vin est sympa comme tout.***


  • Reuilly 2005 - Les Sables - Domaine Cordaillat : nez de carton mouillé, buis et urine féline. Le vin s'ouvre doucement vers les fruits blancs et une pointe de silex. La matière est pleine, un gras de bon aloi avec une fine sucrosité et l'expression confirmée des fruits blancs. L'amer est excellent. Sympathique découverte. ***
  • Chardonnay 2004 - Manoir de l'Hommelais - Vin de pays du jardin de la France - Dominique  Brossard : nez anisé sur les fleurs blanches et la poire avec un fin bois jaillissant. Un joli gras ouvre le bal buccal avec un équilibre acide-amer de belle composition. Las cela se révèle court et fluet avec tout de même une finale poire mûre et boisé délicats. ***
Ainsi s'achève ce onzième rendez vous. Les domaines marqués en orange ou "milka" (selon les bugs habituels d'Overblog), sont en lien avec leurs coordonnées ou leurs sites.
Très prochainement les rouges mais vu que j'ai un stage  poivron Bourgueil Vs Chinon dans les prochains jours du coté de Chambord dans le cadre du comité LPV Ligérien il sera édité après cette soirée piperade "le cabernet franc mûr ça existe je l'ai rencontré"...

Voir les commentaires

Terroirs

4 Février 2009, 18:23pm

Publié par Docadn

Voilà un peu plus de 2 ans qu'Emmanuel Deféver et son épouse  Jacqueline ont posé leurs casseroles et leurs limonadiers à Vannes.
Après de brillantes carrières à Londres (Emmanuel en tant que chef sommelier au mythique Fat Duck et Jacqueline à la direction d'un non moins prestigieux double étoilé : The Capital) retour aux sources pour la bretonne et nouveau défi pour l'ex rhodanien dans leur propre établissement nommé Terroirs.
Près du quartier Saint Patern, ils s'adonnent désormais ensemble à leur passion respective : la cuisine et le vin. Leur vision gastronomique mettant le vin au centre du repas est assez rare dans la région pour que l'on ignore plus longtemps cette table.
J'ai donc décidé de leur rendre visite pour découvrir la cuisine et les vins de Terroirs.


L'établissement est relativement désert en cette fin du mois de janvier et la fermeture annuelle est prévue pour la semaine suivante.
Une déco qui s'appuie sur des murs de pierres centenaires et un mobilier
"aérien".
Accueil chaleureux par Emmanuel himself épaulé par un jeune serveur délicat et attentif.
Un menu déjeuner variant entre 12,50 & 16 ,50 € et des menus du soir oscillant entre 22 & 32 €.
Nous découvrons que l'établissement fonctionne selon un calendrier mensuel mettant à l'honneur les cuisines et les vins du monde mais proposant aussi au quotidien une carte culinaire non moins internationale...
Ainsi le traditionnel "fish & chips" est proposé tous les vendredis au déjeuner.
La carte des vins est étoffée et propose de nombreux terroirs avec une prédilection pour les vignerons indépendants souvent bios, mais aussi un goût prononcé pour les vins espagnols.
Beaucoup de noms me sont étrangers (quid de la diversité et de l'immensité du champ culturel à acquérir).
Nous entamons les agapes par un verre de Marsanne rhodanienne d'un côté et un blanc de Loire en face dont j'ai oublié les origines.

Les entrées arrivent :

  • Chipirons farcis à la morue d'une part.
  • Terrine de pigeonneau chips et confiture de betterave de l'autre.

Présentations sobres dans les 2 cas, les chipirons sont honnêtes (ils souffrent un poil de la comparaison avec ceux goutés l'été dernier chez Maya qui étaient vraiment exceptionnels).
La terrine est délicieuse et la confiture bluffante de goût.
Nous en faisons la remarque à Emmanuel qui ne se prive pas de nous narrer  les jeux d'Heston Blumenthal sur les "désynchronisations visuelles et gustatives". Ce dernier s'amuse à chambouler les conditionnements du cerveau en faisant notamment des gelées jaunes pour les fruits rouges et rouges pour les fruits jaunes...

Place aux plats :

  • Wok de légumes et dos de cabillaud aux épices.
  • Filet de bar et purée de choux fleurs en vis à vis.

C'est sur le 1er plat cité que se révèle toute la culture londonienne de Jacqueline. Emmanuel nous avouera que sa femme adore faire des woks, ces derniers ayant semble-t-il détrôner nombre d'emblèmes culinaires outre manche.
Le poisson arrive dans une papillote transparente. Les légumes sont juste croquants et le poisson divinement épicé et "gingembré" au poil.



Le filet de bar semble moins expressif à coté, mais fin et frais. La purée de choux fleurs est délicate.
Et c'est un sympathique Côtes du Lubéron du Château les Eydins (cuvée l'Ouvière 2004) qui fût un excellent compagnon de route de nos mets.
Les échanges au gré des passages d'Emmanuel à notre table révèle une "véritable bête de salle", un cador du service", bref "le chantre du bien être à table", en un mot le talent avec un grand T(erroir).
Remarquable sens du client, discrétion et équilibre dans ses rapports avec ces derniers et tout cela avec un naturel épatant, sans tapages ou artifices pompeux et inutiles...
Lancez-le sur les vins et il a le don d'en parler avec toute la modestie de rigueur (teintée d'une certaine timidité me semble-t-il !!) qui manque parfois à certains sommeliers hautains et sourds à vos questions.
Voilà un gars qui a tenu certainement l'une des plus pertinentes (et non moins prestigieuse) carte des vins au monde et qui s'enthousiasme pour un "anonyme" vin de pays des collines rhodaniennes, se réjouit à l'idée de vous faire découvrir un non moins "obscur" vin roumain...
Une sorte d'anti buveur d'étiquettes qui a profité de ses vacances pour découvrir "des talents en germes" ou de "futurs ex anonymes" de la vallée du Rhône et les faire partager dès son retour à ses clients (et qui peuvent même repartir avec la bouteille au prix cave)...
Les zinzins du vin et les curieux des papilles ne sauraient ignorer plus longtemps cette cave
œcuménique des vins et sa cuisine franche et ouverte vers le monde et tous ses terroirs...
Terroirs
22, rue de la Fontaine
56000 VANNES
Tél./fax : 02 97 47 57 52

Vins à emporter et plats de terroirs

Horaires d'ouverture :

Tous les jours
du mercredi au vendredi : 12h - 19h30

et samedi à partir de 19h30
dimanche 12h - 19h30

Site internet : www.terroirs-restaurant.com

Voir les commentaires