Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Mon année 2009 dans le verre & l'assiette...

31 Décembre 2009, 15:46pm

Publié par Docadn

Allez derniers coups sur le clavier pour cette année en neuf. Et que retenir de ces 12 mois à lever le coude et tenter de se percer le visage à coups de fourchette.
Tout d'abord la claque gastro de l'année que je dois à un "canarien de Barlovento". Oui c'est à cet anonyme cuistot de la Isla Bonita, propriétaire de la Pradera à qui je dois l'émotion gustative de l'année. Et avec quoi : un Steack !!! Oui, oui un con de steack, mais attention quel steack. Ze Steack parfait : goût, trendeté et cuisson de génie... Et la seule fois où je n'avais pas d'appareil photo, comme quoi le hasard est drôlement pas bien foutu... Petit souvenir ICI...

Coté glou, ben vu que je dégoupille plus souvent que je ne cloue mon séant aux tables aux nappes repassées, pas un, mes 7 coups de coeur sous les appellations suivantes :

Loire :

Arcestral 2002 - Chinon - P Pichard :Un sommet de finesse et d'aérien.****

Patrimoine 2007 Sébastien David : volume, vivacité, longueur. C'est soyeux, jouissif. ****

Pourquoi les cabernets ne sont pas tous comme ça, hein Jull et Laurent ??
Ca doit quand même vous faire marrer de voir 2 Cf dans mon top 2009 !!


Coteaux du Layon-Quintessence D'Erable 1997-Domaine des Sablonnettes :
Nez confit, rôti, abricot et minéral (pierre humide).Une attaque tendre relayée par une acidité démente. Aerien, long, long, long pour une finale miellée ****

Bourgogne
:

Chambolle Musigny-Les Mombies 2007 -Chantal Lescure : C'est droit, net, fluide avec une très très fine sucrosité. Amer parfait, finale sur les épices douces. Epoustouflant. ****

Beaujolais :

Jean Foillard - Morgon - Côte de Py 2007 :ramassé,plein, suave, soyeux, dynamique, long, savoureux... J'arrête, mais c'est top. ****

Rhône :

Châteauneuf du pape 98 du Domaine Les cailloux (Brunel) :matière archi pleine, ultra fine et d'une douceur jouissive.... ****

Crozes Hermitage - La Guiraude 2001 - Alain Graillot :L'ensemble est suave,puissant à l'acidité pointue comme affirmant sa jeunesse insolente (elle en a encore sous la pédale la bougresse !!). Finale poivrée longue et amer superbe. Du grand Graillot.****


Allez fini de martyriser le clavier et vos yeux, en vous souhaitant d'excellentes fêtes et au plaisir de vous retrouver d'attaque pour cette nouvelle décennie...

Voir les commentaires

La Closerie de Kerdrain

27 Décembre 2009, 09:54am

Publié par Docadn

Je n'étais plus retourné à la Closerie de Kerdrain depuis le 04 Janvier 2003 (les collectionneurs de factures de resto sont d'une organisation préoccupante pour le corps médical !!). Le resto était désert en ces lendemains de fêtes et la pièce guère chauffée. J'y avais fait un excellent dîner avec une lumineuse cuisine et notamment des produits de la mer de très haut niveau et à la cuisson d'orfèvre.

virgule-0139.JPG
Aussi en ce soir du 24 Décembre 2009, j'étais impatient d'en découdre à nouveau avec la belle cuisine de Fernand Corfmat et de son équipe. La belle demeure est toujours là, mais ornée pour l'occasion d'une guirlande électrique maladroitement plaquée sur la façade.
Il est vingt heures et l'équipe est sur le pied de guerre pour accueillir les "feignasses du 24/12" (dont j'assume totalement le statut).
Pour l'anecdocte, j'avais pensé dîner chez Abadie à Lorient mais les 250 euros (hors vins) par personne demandés m'ont laissé sans voix sur le coup.
On nous propose d'emblée de prendre l'apéritif dans la véranda (nouveauté depuis mon dernier passage) que j'accepte volontiers, en avinant mon palais avec un Pouilly Fumé  "cuvée triptyque 2007" du domaine Cailbourdin, très bof accompagné quelques lampées plus tard de quelques honnêtes grignotages tièdes.

JUIN-2009-0104.JPG
2 menus sont proposés ce soir. L'un se nommant "Saveurs de fêtes" et le second "Tentations" respectivement à 60 & 90 euros. Devant la variété des propositions et des goûts de chacun, nous prendrons les 2 menus pour découvrir :

Patience
virgule-0113.JPG
Huître et mousse de pois cassés & Saumon

Je vais être honnête avec vous, je n'ai pas noté l'intitulé exact de ces mises en bouche, juste le souvenir d'une huître pas écrasée par les petits légumes croquants qui la couvrait (notamment des petits dés de cornichons) mais surtout à l'agréable citronnelle (déduction personnelle que l'on a pas été capable de me confirmer) qui relevait le tout. La mousse est riche mais goûteuse, quant au saumon, il est remarquablement fumé. Une jolie entrée en la matière.
Patience commune aux deux menus la suite fut bien distincte.

"Saveurs de fêtes"
JUIN-2009-0118.JPG
Rémoulade de céléri, coquilles St Jacques, granny, émulsion de passion & mangue

Entrée qui me semble un peu "cheap" pour un réveillon mais bon, choix de la miss avant tout.Mariage désormais classique entre la St Jacques et la pomme. Ça fonctionne toujours, mention pour l'émulsion des fruits exotiques, juste acidulée et très bonne. La rémoulade est basique, les Saint Jacques sont crues et top de fraîcheur.

"Tentations"
virgule-0117.JPG
Foie gras cru et St Jacques à l'orange amère, mâche et endives

Une première pour moi concernant le foie gras cru. Je me suis toujours arrêté au mi cuit. Il faut reconnaître que sous cette forme c'est très bon. Il est juste parsemé de ce qui me semble être du poivre blanc et recouvert de lamelles de radis noir. La St Jacques est toujours divine et l'orange amère se marie merveilleusement avec l'ensemble. Une très belle entrée que je savoure avec soin et qui me semble bien courte...


"Saveurs de fêtes"
JUIN-2009-0121.JPG
Sauté de sole, salsifis aux amandes grillées, jus de cresson

Le syndrome de l'Atlantide se réveille, aïe !! les morceaux de sole sont trop cuits. Ils sont bons, mais plus fermes que ne le voudrait une juste cuisson. Le reste est bien cuit et en harmonie avec le poisson, mais il y a quelques minutes de trop de sauts dans la poële...

"Tentations"
JUIN-2009-0120.JPG
Queue de homard bleu laquée au beurre d'épices, purée de panais

Comme pour la sole, la queue se révèle elle aussi un poil trop cuite. Elle ne possède pas la texture qui en fait ce "morceau" un peu mythique et rare. Elle a le goût mais pas la majesté. Je suis d'autant plus déçu que Fernand Corfmat m'avait ébloui lors de ma 1ere visite par sa maîtrise "poissons, crustacés" dont la cuisson ne souffrait pas l'approximation de ce soir.
Le beurre est sublime, la purée bonne mais il manque l'actrice principale...

"Saveurs de fêtes"
virgule-0124.JPG
Poitrine de pigeon fermier, tarte de cèpes, jus en salmis et porto

Retour vers les sommets avec ce volatile à la cuisson au laser coté poitrine, un poil moins précise coté "pattes". Très beau plat avec une savoureuse tarte aux accents "forestiers" qui vous plonge chez ces gros moustachus de chasseurs bourrés et leurs gros fusils en plein coeur de la saison des treillis et des meutes de chiens du dimanche matin. Le jus en salmis et porto est à se damner.
"Tentations"
JUIN-2009-0123.JPG
Noisettes de chevreuil sauce venaison, marrons, cèpes et brocolis

On reste en altitude avec cette version très réussie du cervidé. Cuisson rosée (à ma demande) et tendreté de la viande sont au rendez vous. Les morceaux marient force et fondant. Les marrons ne sont pas secs. Juste un petit bémol sur l'assaisonnement un poil appuyé de la sauce.

"Saveurs de fêtes"
virgule-0128.JPG
Juste intitulé "Pré dessert" cette verrine composée (de mémoire) d'une mousse d'amande et d'un coulis de fruits rouges s'avèrera être la petite tuerie de la partie sucré du repas.

"Tentations"
JUIN-2009-0126.JPG
Soupe glacée de fruits exotiques, granité sauge et ananas

C'est la soirée des fruits exotiques !! Il ne manquait plus que l'ananas et le voici. Pré dessert simple et granité rafraîchissant.

"Saveurs de fêtes"
virgule-0133.JPG
Cube chocolat noir 1er Cru Maralumi, sauce pistache, glace chocolat

Et ce fut l'heure de la grande tuerie sucrée du repas par le biais de ce met (dont la présentation d'équilibriste attira le regard des convives encore présentes ayant toutes optées pour le menu Tentations). Au delà de la présentation flatteuse de la chose, le chocolat est d'une puissance à faire passer le fameux Chuao pour une vulgaire plaquette de Galak.
L'ensemble est riche mais au caractère affirmé. La sauce est fidèle à ce que l'on attends de la pistache fraîche.La glace chocolat semble tellement douce par rapport au cube. Mais cela en fait malgré tout un grand dessert !!!
"Tentations"
JUIN-2009-0129.JPG
Tour ganache, chocolat mi amer, glace vanille, espuma cappuccino

Jolie présentation (guère relayée par la photo j'en conviens) et cappuccino agréable. Seul reproche, sur la consistance de la ganache pas assez croustillante à mon goût. C'est bon mais je ne décolle pas sur ce dernier.

virgule-0134.JPG
Petits fours frais et chocolat de Kerdrain

Guère plus faim pour les apprécier pleinement. Toutes ces agapes furent accompagnées par une eau pétillante habillée par Jean Paul Popeye et :

virgule-0137.JPG
Santenay 1er Cru "Beaurepaire" 2003 - Domaine Chanzy

Point d'expression caniculaire pour ce vin, mais il manque singulièrement de caractère et reste coincé dans une gangue de bois particulièrement expressive. Pas mauvais, mais pas le frisson du juste plaisir attendu. La carte des vins est sage en terme de sélection, les tarifs un poil moins.

Au global un bon repas, dont mon coté "sodomite de diptères" ne devrait retenir que les "plats pas grands" du service.
Ce n'était pas aussi magique que la 1ere fois, et c'est parfois le bon coté des "one shot" sur certains établissements.
Dans le cas contraire cela dessert grandement la table en question (quid de l'Atlantide)...

Fernand Corfmat est "boudé" par le Michelin depuis un bail alors qu'il a de quoi tenir un mac depuis un bout... Il est membre des "Tables & Saveurs de Bretagne" qui réunit les grandes tables d'Armorique, et il y a toute sa place surtout les jours ou tout ce qu'il touche est grand... Il sait faire, à vous d'avoir la chance de tomber ce jour là...

La Closerie de Kerdrain
24 rue Louis Billet
56400 Auray
Tél : 02 97 56 61 27

www.lacloseriedekerdrain.com

Voir les commentaires

Florilège de dégustations Part XVIII

25 Décembre 2009, 18:18pm

Publié par Docadn

Oh yeah oh yeah braves gens voilà donc le cadeau de noël d'Escapades avec son XVIII ème volet de dégoupillage de quilles version magenta.

Bourgogne - Hautes Côtes de nuits 2007 - JP Marchand : Rafle et végétal, menthol et épices le tout couvert par une réduction très expressive. attaque acidulée qui laisse immédiatement place à une certaine suavité. L'ensemble est dense et épicé et me fait penser à une syrah rhodanienne. Une pointe de sucre, un poil court au boisé mal intégré pour une finale pinoteuse. **(*)

Beaujolais - Moulin à Vent 2007 - JC Pivot : Nez métallique, et fruits rouges saillants, solaire, Ras El Hanout plus une pointe de réduction. Attaque doucereuse, fraîche et fort épicée.C'est ample, aérien à la finale là encore épicée. Une jolie matière pour un vin bien gourmand. ***

Vin de Pays de l'Hérault - Les Pampres 2008 - Mas Laval  : Fruits rouges intenses, solaire, prune, réglisse, café et finement pinoteur. Attaque poivrée, puis fruitée qui saute au palais et se fait très persistante dévoilant une matière veloutée, suave avec un expression de syrah sous jacente. C'est d'une gourmandise absolue, j'adore et à la finale douce amère comme j'aime. ***(*)

Beaujolais - Saint Amour 2006 - Domaine Bergeron : solaire, prune et camphre sur le 1er coup de pif. Puis un caractère évolué, féminin,grenadine et thym. En fait j'ai noté : "nez fabuleusement érotique". Attaque anguleuse, fruitée et relevée. L'ensemble est volumineux mais reste velouté et fin sur un très bel acidulé et un équilibre au milligramme. Très fine astringence de fin de gueule et très jolie bouteille. ***/***(*)

Domaine Charvin, Côtes du Rhône 2007
:Nez d'olive, Ras El Hanout, rafle, sanguin, menthol,fumée, profond et épicé.
Attaque aérienne, fraîche, mûre, épicée avec une belle mâche. Sensation crémeuse, finale amande amère et noix.
A J+3 (dans la bouteille juste rebouchée) le nez à viré confiture de fraise et la finale pareille. ***

Moonlight Organics - Merlot 2009 - Afrique du Sud : vin issu de la région de Western Cape et orienté commerce équitable et bio. Nez lourd, fruits noirs, typé "bordelais boisé", menthol, cosmétique, épicé et lacté.
Attaque en retrait, à la très forte astringence. Malgré cela un joli fruité gaché par ce coté asséchant. Finale épicée et amer marqué pas agréable. *(*)/**

Bourgogne 2006 - Amiot Servelle : Nez métallique et fraise intense très typé Marsannay, solaire, épicé, profond et délicat.Attaque douce, fraîche, un poil astringente et végétale. Il laisse transpirer une belle acidité malgré une certaine austérité et un amer délicat qui laisse deviner un gros potentiel de "je l'oublie dans ma cave". Dommage je n'en ai pas d'autre...***/***(*)

Trivento - Reserve 2005 - Argentine : nez acidulé, boisé et solaire et sanguin. Puis la menthe, les fruits noirs et un coté syrah. Attaque acidulée, un poil bordelaise laisse place à un boisé outrancier puis un milieu de gueule très "Croze Hermitage". Il finit par prendre la texture d'une Rhône nord (pas mal pour un Malbec !!) et exprime une matière pleine à l'amer un peu dur. **(*)/***

Châteauneuf du Pape 2005 - Domaine Charvin
: Nez profond, olive intense, doux et concentré à la fois, rafle, épices, sanguin et figue. Attaque de soie, ronde, pleine, fraîche sur des fruits noirs croquants. C'est ciselé au possible à la finale poivrée et à l'équilibre de diable. ***(*)

Et voili pour cette édition, et des photos plus que rebelles à l'idée de se montrer...
Pour les plus assidus et les moins aussi, le récit de mon réveillon chez Fernand & Martine (avec des photos j'espère !!) très très très prochainement.
Joyeux noël à tous...

Voir les commentaires

Florilège de dégustations Part XVII

20 Décembre 2009, 14:45pm

Publié par Docadn

Petit bilan pré noël avant l'avalanche des bulles, liquoreux, rouges et blancs sacrifiés lors de cette période païenne et où les boucles de ceintures se font plus lâches.
On ne déroge pas à la tradition en présentant d'abord les blancs :

JUIN-2009-0004.JPGAlsace - Sylvaner 2003 - Dopff : Nez pétrolé, fleurs blanches, camphre matiné d'une certaine profondeur et d'une lourdeur équivoques. L'attaque est pétrolée puis immédiatement fraîche relayée par des épices. C'est gras mais vide. Hormis le sr, le pétrole domine de bout en bout. *



Domaine les hauts de la Noëlle - Muscadet Sèvre et Maine 2007 : Jolie poire, fleurs et sucre plus une pointe d'hydrocarbure pour ouvrir le bal. L'attaque fraîche, caressante sur les fruits blancs (pomme et poire), la finale arrive vite et elle est décevante. cela manque un poil de structure malgré un gras et un amer correct. fin perlant et pétrole persistant. **(*)


ab.jpgDomaine Lattard - Marsanne 2004 -Vin de pays des collines Rhodaniennes : Boisé, miellé et très "toasté bourguignon" (oh ça va vous vous énervez pour des clichés qui n'en valent pas la peine, est ce que les bordelais en font des tonnes sur ce sujet ? Non bon alors !!). L'attaque est molle et grasse, petite expression sur la violette et encore ce magasin de meuble qui emplit la gueule. Un poil oxydatif et une finale à l'amer marqué.*(*)

Champagne Gardet - 1er Cru (d'Hautvillers) .Assemblage de pinot meunier (40%) Pinot noir (40%) :
nez brioché, assez discret avec quelques effluves de craie et de poudre pour des bulles nerveuses.L'attaque est dynamique laissant le palais se gargariser de fines bulles. Joli volume et acidité frétillante sans ce coté "végétal" caractéristique de nombres de champagnes pour une finale crémeuse et gourmande sur la poire. ***/***(*)

Champagne Ayala - Brut Majeur : nez végétal sur les agrumes et un dosage qui transpire. En bouche, l'expression est très "chardonnesque", c'est crémeux et sur des agrumes intenses et à la bulle caressante et fine. C'est pas très tendu, mais une certaine fraîcheur et un coté aérien rendent ce champagne fort plaisant avec une finale légèrement toastée. ***

Domaine Jomain - Puligny Montrachet 2007
: Boisé, confiserie, pierre humide et fragrances lourdes flottent au dessus du verre.Attaque florale et un poil confiserie pour une matière " tendue et détendue". Expression de poire et finale épicée et tourbée. **(*)/***

Autrement 2008 - Chardonnay - Vin du pays d'Oc : Floral et bordelais au 1er contact nasal. Pomme verte à la seconde rotation du verre. Attaque sur le bonbec anglois, grasse et doucereuse. Milieu sucré et fruité. L'ensemble est mou, c'est typé sud et pommadé. Bof *(*)

Champagne - Perrier Jouet - Grand Brut : nez léger, agrumes et un poil levurien, pommes au four et miel. Fines bulles nerveuses. Attaque vive, matière un poil dosée, expression sur le pamplemousse. Matière volumineuse portée par ces jolies bulles qui cisèlent parfaitement l'ensemble malgré l'amer marqué. ***/***(*)

René Muré - Crémant d'Alsace (dégorgé le 06/08/09)-Cuvée prestige : bulles au ralenti, nez de champagne matiné de pomme, pierre sèche, un tantinet chardonnesque et finement levurien.L'attaque surprend par la taille des bulles, expression de pomme verte suivie des agrumes. C'est étonnement typé Chablis pour une finale de bonbon anglais et une impression un peu "grossière" coté bulle. **

Domaine de l'Engarran - Vin de pays d'Oc - cuvée Adelys : nez liégeux, poire, fleurs blanches, vernis, pétrolé.Attaque grasse et pommadée, matière volumineuse, expression ligérienne, finale amère pour un ensemble mou et simpliste. *(*)

Crémant de Loire - Dom Nature 2005 - domaine Richou : Nez végétal, levuré, menthe et sucré couronné par une joli cordon de bulles. Attaque vive, à la bulle serrée, la poire apparaît mais aussi une sensation de "dosage" un poil appuyé (alors qu'il n'y a pas de liqueur d'expédition). C'est pas mal mais ça manque un poil de longueur. **(*)

Argentine - Vida Organza - Chardonnay 2009 : Nez fleuri, anisé, typé rhône sud, épicé, miellé. L'entrée est molle mais laisse place au fruit et un acidulé bienvenu mais pas suffisant pour réveiller l'ensemble. Nette impression de gras et de pommadé matinée de poire pour une finale asséchante et amer. *(*)

Champagne - Canard Duchène Rosé
: Sucre, fruits rouges et levure pour de jolis et intenses cordons. Attaque très fruitée, bulles serrées avec une pointe de chardonnay jaillissante, mais cela s'avère là encore un peu mou. **

Champagne - Extra Brut - Larmandier Bernier
( Blanc de Blanc 1er Cru ) : Carton mouillé, fruits blancs et grosse expression d'agrumes et l'observation de grosses bulles. Attaque sur la pomme, bulle caressante, une fine pointe végétale, ensemble délicat, crémeux et ciselé. très belle matière pleine et jolie rétro épicée et amande amère. ***(*)

Savennières Roche aux Moines - Château Chamboureau - Cuvée D'avant 2001
: nez oriental de miel, cèdre, datte complété de vernis et une pointe oxydative. Bouche un poil pharma, douce, un poil déficitaire en structure. Reste une fraîcheur agréable et un léger caractère oxydatif pour une ensemble gras à la jolie rétro épicée et miellée. **/**(*)

Et voili pour les blancs, déjà pas mal de bulles et Noël n'est pas passé. Les rouges a suivre...
et ce p... d'éditeur d'image qui chie dans la colle !!

Voir les commentaires

Hôtel de La Croix d'Or ou le cauchemar de F.Simon et de ses ouailles

17 Décembre 2009, 21:42pm

Publié par Docadn

Alors voilà, ça se passe à Avranches, vous savez cette grosse bourgade célèbre pour sa bataille et son promontoire. Bon on s'ennuie à Avranches, c'est pas d'un esthétisme fascinant et les magasins ferment entre midi et 2. Et puis il y a ce restaurant là, bien caché là haut sur la colline.
Alors on fait comme tout le monde. On refait la déco par Garcia, on passe en boucle la dernière compli de Béatrice Ardisson (pas l'originale mais la Versus par Benjamin Biolay bien sur). On la joue Costes à 2 jets de caillou de Gargantua du Mont Saint Michel et son "omelette mythique".
On a fait sauter le toit tricentenaire pour mettre une verrière et des poutres en acier que l'on a peint en mauve pour être raccord avec les tables en cuir de tapir vernis au placenta d'agneau de pré salé.
Coté toilettes on pouvait pas faire plus bio responsable puisque de ravissantes latrines sèches vous accueillent.
Selon la saison vous pourrez recouvrir vos besoins de sciure de teck d'Indonésie plantés en biodynamie par le Nicolas Joly local (qui enterre des couilles de tigre à défaut de corne de boeuf pour que ça marche) ou des copeaux de Cèdre naturel du Liban estampillé Max Havelaar...
Les serviettes et les nappes sont en coton Gabonnais qui comme tout le monde le sait est le dernier coton non ogm du monde...
Et puis le service est "casté" comme pas permis. On a misé sur l'esthétisme, moins sur la compétence.Les garçons affichent un tardif jean du temps des cerises alors que les filles surfent encore sur le modèle 2008 de JCC, c'est agréable, ça swingue :
Et "simon" coté assiette, ben c'est pas si pas mal.

entree2.jpg
C'est bien présenté,du moins pour le coin, on veut faire comme à la capitale,
du saumon bien fumé, sans chichi, le sorbet de poivron est bien, c'est bon, un peu copieux, mais c'est la PROVINCE, les paysans ils aiment ça manger.
Tiens d'ailleurs y'en a plein la salle. Ils sont touchants avec leurs vestes pied de poule et leurs Méphisto toutes crottées.
Et leurs dames qui sortent de chez "Actuelle Coiffure" ou de "Touch de couleur", et qui ne se séparent jamais de leur sac "Bernadette vintage 77" rouge pompier. Elles sont toutes gauches et ne savent pas tenir leur verre.
D'ailleurs, elles virent à leur tour rouge au bout de 2 gorgées et c'est Bernard qui va finir seul la bouteille de Saumur Champigny 2004...
Puis vu que je suis à coté de la mer, j'ai poursuivi avec du saumon pour changer.

plat.jpg


Là encore, on s'est un peu cassé la tête en cusine pour nous donner envie de "piocher dedans".C'est bien cuit, le gateau de légumes est correct, c'est bien ça le gâteau de légumes, c'est une bonne idée, un peu cuisine nouvelle seventies, mais c'est bon. Et puis y'a du beurre, on est en Normandie.Bon y'a la petite tomate qui sert à rien, mais ça fait joli dans l'assiette.

dessert.jpg
Le dessert c'est l'assiette des assortiments, tiens ça se fait encore ça !!! C'est pas mal, les portions sont impeccables, les glaces sont à la bonne température. Bon le fondant au chocolat, il est fondant comme partout.

Alors coté ambiance, c'est pas mal, la sono distille la compil,il fait un peu chaud, normal y'a un séminaire Windows 7 avec 50 nazes cadres de la Banque Postale à coté. Les serveurs et serveuses promènent leurs silhouettes standardisées et envoient des SMS et matent leur profil Facebook dans le dos du chef de salle...

Donc l'addition, 94 euros pour 3, même pas un déjeuner solo à la Brasserie du Bristol...
C'est bien pour la PROVINCE...
Donc Avranches, vous regardez sur la carte, c'est juste avant le Mont Saint Michel et le resto c'est La Croix d'Or. Ils auraient pu le nommer Ze Gold Cross ou ZGC pour faire underground mais ici on dit La Croix d'Or...

Hôtel La Croix d'Or
(ancien relais de Poste du XXVII ème siècle)
83 rue de la Constitution
50300 Avranches
tél : 02 33 58 04 88
www.hoteldelacroixdor.fr
hotelcroixdor@wanadoo.fr

Merci d'avoir lu tout ceci au 11 ème degré, car tout est évidemment absolument faux sauf les plats qui étaient au delà de l'honorable...
Alors oui, c'est la "vieille France" qui se donne rendez vous dans cette "institution locale". Encore oui, le maître d'hôtel semble surgir de l'époque giscardienne et la déco est de la même trempe.
Et cela suffit à certains esprits franciliens ou tellement citadins pour caricaturer sans appel tous les établissements sans "Costes touch", sans "Garcia ou Starck spirit" et de ne même pas prêter attention à l'assiette.
Ils veulent une ambiance !! C'est quoi une ambiance ? Un Beaumard dans chaque salle !! Du coude à coude où l'on postillonne dans l'assiette des voisins ! un patron grande gueule et qui claque la bise à un client sur 2 et qui connaît "du monde", un service typé Elite version discount !!
A la Croix d'Or, il y a des Casseroles en cuivre clouées aux murs, une horloge qui marque à jamais 12h30, un service traditionnel, des plats d'aujourd'hui avec la piqure de rappel du terroir environnant, des baptèmes, des noces d'or et autres métaux précieux... Et alors aurais je envie de hurler !!! J'y vais d'abord pour me sustenter, pas pour un speed dating !!
Je me régale des yeux et des papilles des assiettes que l'on transpire à me faire en cuisine. Je laisse le clinquant, l'épuré, le zen, "l'esprit" à ceux qui n'ont rien d'autre à me proposer...
Bien sur qu'il y a aussi un vrai plaisir à manger dans un joli cadre (quid du bon goût).Il participe au faste d'une (vraie) grande table, d'un hôtel chargés d'histoire.
Et si je n'ai que des gogos dancers de salle des fêtes et autres bimbos d'enterrement de vie de garçon pour me servir du fade à prix d'or dans un ex studio de tournage porno relooké , dois je trouver cela "intéressant" ???
Ces mêmes gravures de la Redoute ne sachant même pas prononcer Chassagne Montrachet et qui vont me toiser zapper entre le plat et l'addition...Désolé mais je préfère le fils naturel de Balladur et ma serveuse à l'acnée tenace pros et disponibles, avec du concret dans l'assiette...

Au lieu de chercher des ambiances "lumineuses", de "l'esprit" dans les tonalités des nappes, cherchez donc des tables où on s'éclate avec les couverts et pas avec le Désigneuuu, la musique ou le cul des serveuses...
Cessez donc de cherchez "la future table la plus en vue" de Hong Kong ou du Marais, pour courir après la meilleure crème brûlée du pays Basque ou le meilleur carré d'agneau du sud est...

A ce jour mes plus belles claques gastronomiques ont eu lieu sur des tables à la déco "has been de chez Barbelivien"mais avec de vrais talents devant et derrière les pianos. Les 2 ne sont pas incompatibles mais cela se fait rare...

En attendant La Croix d'Or est une chouette table et si vous y passez, comme disait Karol : "n'ayez pas peur"...

Voir les commentaires

Hent Er Mor

13 Décembre 2009, 09:52am

Publié par Docadn

Un deuxième passage dans cette antre de la pâte à crêpe imposait un petit billet. Les époux Guillevic ont tenu une crêperie durant 10 ans à Crac'h. Et c'est en Avril 2004 qu'il ont repris Ze crêperie de Kervignac. Personnellement, je n'y avais plus mis les pieds depuis cette époque. J'en avais gardé le souvenir d'une déco surchargée de tableaux aux thèmes et styles discutables, et de crêpes (ou galettes pour faire plaisir à nos voisins costarmoricains) d'un niveau supérieur à celles croisées ça et là.

virgule-0116.JPG

La déco s'est allégée de quelques toiles mais l'ensemble est encore dans son jus.
Yann Guillevic vous accueille avec une bonhomie réjouissante, et semble doté d'une mémoire à démoraliser toute velléité du syndrome d'Aloïs en m'indiquant la table que j'occupais lors de mon 1er passage.
Un honnête cidre brut de chez Camille Even pour entamer les hostilités et je démarre par :

Crêpe aux noix de Saint Jacques (recette maison)


JUIN-2009-0112.JPG
De véritables St Jacques et non pas des pétoncles comme souvent.Les noix sont épaisses, nombreuses et cuites au poil. Un excellent coulis à base de corail enveloppe l'ensemble dans une pâte fine, croustillante et moelleuse à la fois.


Crêpe Gourmande

JUIN-2009-0115.JPG

Des pommes rissolées dans une beurre et son caramel le tout orné d'une boule de vanille. Là encore même sur le froment on maîtrise l'ouvrage.

Lors de ma visite précédente, j'avais dégusté une délicieuse crêpe à la sardine (version pimentée),et une crêpe miel chèvre. Coté froment je m'étais sustenté de la crêpe CBS maison topissime.

Le service est ultra rapide et pourrait décontenancer nombre d'entre nous.
Et petit détail pour faire pleurer les expatriés nostalgiques ou les franciliens amoureux de la galette de blé noir et de froment : Les prix.
Les sarrazines sont disponibles entre 1,80 et 5,90 euros.
Les froments varient de 1,90 à 5,70 euros.

Et Les Guillevic ont décroché le fameux label "crêperie gourmande" il y a près de 3 ans. Label qui pour une seconde fois dissipe un peu plus mon scepticisme naturel dès que l'on agite un énième référentiel gastronomique.
L'interpellant sur la crédibilité de ce label, Yann Guillevic ne s'est pas fait prier pour me donner tous les détails de cette démarche.

Inspiré directement du label des restaurants du terroir, les crêperies gourmandes ont appliqué le même esprit dans leur cahier des charges.
Et pour garder une réelle objectivité dans la notation et l'appréciation des établissements désirant s'inscrire dans cette démarche, les inspections ont été confiées à un organisme externe.

Ainsi Mr Guillevic a répondu aux questions d'un "client mystère" après son déjeuner, et lui a ouvert sa cuisine et ses frigos...
Et le "Hent Er Mor" s'est vu notifier d'un taux de 92% de conformité (il manquait l'affichage des heures d'ouverture !!) et de la note globale de 8,80/10.

Bref au delà de tout ceci, voilà encore une crêperie qui me réconcilie un peu plus avec cette "famille gastro" dont je ne suis pas un fan de la première heure.
Un lieu un peu excentré des sites touristiques mais avec l'assurance de manger bon, différent et dans un esprit "terroiriste" totalement assumé et un service bigrement équilibré...

Hent Er Mor
30, avenue des Plages
56700 Kervignac
02 97 65 77 17

Voir les commentaires

L'Atlantide

3 Décembre 2009, 18:27pm

Publié par Docadn

Vingt heures pétantes et c'est au 3ème étage de la CCI de Nantes que nous avons rendez vous avec la cuisine de Jean-Yves Gueho.
Jolie salle panoramique avec vue sur l'ile du grand éléphant le plus célèbre de l'ouest et toujours cette pu.. de pluie qui balaie la terrasse et les baies vitrées.
Accueil pro et délicat, table bien située (201). C'est parti et très vite puisqu'à peine 25 secondes après avoir posé nos séants, les grignotages sont déjà là :


Bonbon de foie gras et gelée de coing

Le bonbec de foie gras est tiède et bon. Joli contraste entre la brick craquante et fine et le foie gras poêlé.La gelée de coing me parle moins mais est bien exécutée.
Le tout sur une flûte rosé Besserat de Bellefon (Cuvée des moines), très crémeux et (hélas) encore un poil trop dosé pour moi. Ça me laisse un peu froid contrairement au tarif de la dite flûte (17 euros). en face on sirote le cocktail maison à base de Cointreau et de champagne.


N'étant ni fan de cocktail ni Cointreau et malgré la jolie présentation, je me lance dans l'étude des menus.


Et rapidement l'un d'eux se détache rapidement par sa variété et les produits proposés et il se nomme "Métissage des saveurs" (55 euros).
En parallèle la carte des vins (le bottin) au premier abord classique, et qui après un second balayage s'avère pertinente, éclectique notamment coté Loire (heureusement). Un jeune et passionnant sommelier au service. Et coup d'envoi du menu avec :

Éveil de palais


"Levée de merlan" mi cuit et velouté de poireau

Un tronçon de filet juste saisi et fondant comme je l'aime. C'est délicat, juste relevé par le fin velouté. Une bouchée délicieuse pour amateur de poisson "presqu'à poil". Un peu japonais, totalement bon. Ça commence très bien.


Homard du pays aux navets croquants, miel et romarin

De fines pétales de navets abritent la pince de homard tiède. L'ensemble est une tuerie de chez Attila !! navets croquants et fins (je hais les navets !!), homard saisi au laser, iodé, moelleux et ce "faux bouillon et vrai jus" est le second homicide du plat. Très grand plat, trop petite entrée, mais très grand plat...Une véritable gifle gustative !!!


Bar laqué au citron coquillages du golfe

A peine remis ce cette entrée d'anthologie, que survient l'un de mes poissons favoris. D'emblée une douche froide comme j'en ai rarement vécu après un tel plaisir. Le poisson est définitivement bien trop cuit. La cuisson se fait plus fine au fur et à mesure que l'épaisseur du poisson se fait plus dense. Las, c'est raté !!!Matière asséchée par une cuisson mal maîtrisée. Les petits coquillages sont le parfait contre exemple du poisson. Un moelleux laissant l'iode et la fraîcheur intactes. Ils sont délicieux et trop rares.


Tranche épaisse de côte de veau , jus corsé

La tranche est grasse est goûteuse et parfaitement saisie.La grande surprise vient de l'accompagnement composé d'une aubergine et de champignons aux parfums et à la cuisson extra. Le jus corsé est juste un poil trop salé à mon goût. dans l'ensemble un bon plat.


Cake citron en dôme ananas rôti

En fin la deuxième belle claque de la soirée. Cake juste "trempé", cuisson de l'ananas parfaite et très belle expression de fruit dans l'ensemble. La glace au nougat (au demeurant délicieuse) me paraît juste de trop dans ce dessert fort réussi.L'ananas "parfait" restant pour moi à la charge de l'Auberge de Kerbourg de St Lyphard désormais fermée.


Les mignardises

des mignardises soignées avec une "petite mention" pour les macarons framboise juste un poil trop sucrés. Nous terminons le repas par un moka d'Ethiopie fort corsé. Service relativement rapide pour ce type d'établissement (02h00).
mais une jolie régularité dans le "lancement des plats".
Coté vin, j'ai voulu redonner une autre chance à un domaine goûté la semaine précédente et qui m'avait laissé une impression mitigée.


Macon Villages Guillemot-Michel "Quintaine" 2004

Et j'ai bien fait, car j'ai pu goûter un vin exprimant toujours des fruits jaunes et exotiques mais avec une très belle tension dont il manquait sur 2006. Un vin qui s'est ouvert au long du repas et toujours marqué par cette finale épicée et délicieuse. Là je l'aurais noté plutôt ***/***(*).
L'Atlantide, "un mac, 4 toques" selon les classements du rouge et jaune. Ok pour le mac, pour les 4 toques, c'est moins évident, car il y a un manque flagrant de régularité et d'application sur les mets goûtés.
Il est capable du meilleur et j'ai pu l'entrevoir alors pourquoi pas sur tout un repas !!!
Malgré tout de bons moments et de moins bons aussi.
Une belle conclusion de normand...

L'ATLANTIDE
16 quai Ernest Renaud 44100 NANTES
 Tél : 02 40 73 23 23
Fax : 02 40 73 76 46
 www.restaurant-atlantide.net

Voir les commentaires

La Pérouse

1 Décembre 2009, 18:56pm

Publié par Docadn

Et c'est au sein de l'hôtel le plus contemporain de Nantes que nous avons jeté notre dévolu pour ce mini week end toujours pluvieux.
Bâti en 1993 selon les plans du cabinet Barto + Barto, cet hôtel à l'architecture très spécifique a fait couler beaucoup d'encre en son temps, notamment en raison de son implantation au milieu du cours des 50 otages.
Mais il a dans le même temps récolté le prix de l'hôtel le plus design d'Europe 1 an après son ouverture et peut se targuer d'être une des attractions majeures des journées du patrimoine de Nantes en ouvrant ses portes lors de cet évènement...


Coté accueil, c'est pro et souriant. Jolie réception et remise des clés rapide pour la découverte de la chambre.


D'emblée la déco annonce la couleur. On a joué la sobriété et une certaine austérité. Même l'éclairage accentue cet effet.
L'esprit un poil nordique (mais sans la chaleur intérieur) et la transparence des rares rangements disponibles agrémenté de l'un des symboles de l'établissement :

la chaise Zig-Zag Rietvield

Fort heureusement, l'hôtel ne s'est pas contenté de vivre sur ses "acquis visuels" et cultive une véritable philosophie doublée d'une politique de développement durable sérieuse :
Température des chambres,petit déjeuner bio,gestion de l'eau, "empreinte écologique", l'hôtel fût le 1er hôtel des pays de Loire "diplômé" de  l'éco label européen. Et il continue la collection des labels.

Et cela attire automatiquement une clientèle "bobio"raccord, qui est toute perdue quand le grille pain ne fonctionne pas !!!
En parlant du petit déj (2 salles disponibles une au rez de chaussé et une au niveau -1) avec des fromages affinés au top !!!

Dans l'ensemble l'établissement vieilli moyennement coté piaule et paye l'audace des couleurs claires sensées réchauffer la légendaire froideur du béton. Un petit lifting ne lui ferait pas de mal.La salle de bain risque de rappeler (en dehors de la vasque) pour certains une ostalgie tout à fait assumée...


Malgré cela la nuit fut délicieuse (efficaces ces "rideaux couettes") après un dîner à "la table de la ville"...
La Pérouse

Cours des 50 Otages,
3 allée Duquesne
44000 Nantes
Tél : 02.40.89.75.00
Fax : 02.40.89.76.00

www.hotel-laperouse.fr


A SUIVRE...

Voir les commentaires