Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Le Bistrot de l'Ecailler, Nevez

18 Juillet 2010, 17:49pm

Publié par Docadn

Il est parfois des conjonctions qui vous mettent en posture défensive et peu disponible à la délectation.

Fin d'une randonnée oscillant entre le "pas mal" et le "j'attendais plus, car dans le coin elles sont souvent top...".

11 bornes, 02h00 de marche et un dénivelé semblable à celui d'un tapis de bagnole.

Pile midi et un estomac qui commence à piaffer d'impatience. Nous sommes sur le joli port de Brigneau lorsque notre balade se termine...


Restos 0057


L'antique Viamichelin indique quelques tables à une vingtaine de kms, mais rien de salivant.

Je prends la direction de Pont Aven pour tenter ma chance à "Sur le pont" , la version bistro du Moulin de Rosmadec.

La vingtaine de têtes visibles de l'extérieur et l'encombrement du centre ville, me rende subitement agoraphobe et agacé. Je passe mon chemin.


Mon GPS vintage clame alors, dans un sursaut d'orgueil "l'hôtel du port".

Direction Port Manech , sans conviction, mais toujours animé par une faim grandissante.

Et là, "l'aide à l'orientation embarquée" a failli périr noyé dans le port.

Le restaurant de l'hôtel du port est fermé le samedi midi (en pleine saison, c'est étonnant mais c'est ainsi).

Je suis à 2 pas du fraîchement étoilé  Ar Men Du, mais ma franche exaspération ne saurait supporter un 3ème échec.


Je rebrousse chemin quand la miss s'écrie au premier croisement : "Kerdruc, y'a un truc bien là-bas il paraît, je l'ai lu dans ton magazine de bobo" (ndlr, il s'agit d'Etoile ).

N'étant plus apte à tergiverser, je fais un demi-tour que le respect du code de la route m'interdit de détailler, et me dirige prestement vers cette 3ème destination...


Enfin le calme attendu... Ce ravissant et tranquille petit port (que je connais principalement par les randos le traversant) fait face à celui de Rosbras.

C'est ici que depuis 7 ou 8 ans, Gwenaëlle Cadoret (nom emblématique de l'ostréiculteur modèle local et surtout père de cette dernière) transfère son  Ecailler du bistrot parisien le temps de la saison (de mai à septembre) et propose un "Bistrot de l'Ecailler".


Restos-0060.JPG


Toujours passablement énervé, je découvre un bel intérieur de bistrot au visuel forcément parisien, loin des gargotes locales spécialisées dans le coquillage.

La serveuse nous propose une place sur la terrasse ombragée, remplie aux 3/4 d'une clientèle "pull Ralph Lauren sur les épaules et Iphone IV sur la table".

Les propositions sont visibles sur des ardoises et la serveuse annonce que le plat du jour est "un 1/2 homard au Kari Gosse et ses frites maison"(32 euros la grosse crevette).

Elle se lance dans sa récitation sur le Kari Gosse que je coupe en annonçant que nous sommes locaux et connaissons le Kari Gosse .


Restos-0061.JPG


Ben oui, quand je suis énervé, je peux être aussi désagréable qu'un touriste débarquant en BMW immatriculée dans l'Essonne.

Ma tension va monter d'un cran quand mes oreilles s'ouvrent à la musique d'ambiance régnant aussi bien en intérieur qu'à l'extérieur... C'est pas vrai !! Elle a même ramené sa compil Costes !!!


Restos-0062.JPG


La lecture de la carte amorce l'apaisement dont j'ai réellement besoin.

Elle est franchement appétissante. Obligatoirement branchée mais prometteuse.

La question se pose évidemment sur les huîtres. Les toutes dernières consommées il y a 15 jours étaient limites (à savoir terriblement laiteuses). Les Spéciales de Bretagne (9,50 € les 6) n'ont pas cet inconvénient...


Restos-0073.JPG


Nous avions commandé des n°3 (nous prenons généralement des n°3 ou 4), et elles ont la taille de n°2. Charnues, extrêmement bien affinées, peu salées, des vrais steaks de rivière. Gwenaëlle peut être en effet très fière de son père...


Restos-0069.JPG


Salade de homard "bleu" et haricots verts frais (18 €)


Visuellement appétissant et mention pour le montage casse-gueule des haricots. Ces derniers sont "top croquants" et assaisonnés au laser. La pince est juste un poil trop cuite, mais très juste côté tronçons, le tout respirant une fraîcheur indiscutable. Le coulis aux langoustines sert de "réveil-plat" tant l'ensemble est doux.


Restos-0078.JPG


Tartare de lieu jaune de ligne (12 €)


Tartare jusqu'au bout puisque les allumettes de pommes et la courgette sont aussi crues. Là encore, une fraîcheur qui est un pur plaisir à chaque bouchée. L'une révèle de l'estragon, la suivante le moelleux du tartare, puis le croquant de la courgette. Un très joli plat...


Ça y est, je suis enfin calmé. Le service est sérieux, détendu et pro. Je me laisse tenter par un dessert. Je lance un provocateur "le tiramisu est maison?". Réponse de la serveuse : "Tout est fait maison ici..."


Restos 0082


Tiramisu maison (7 €)


Classique, bien fait (juste un poil sucré pour ma pomme).


Restos-0084.JPG


Fondant au chocolat, crème anglaise au basilic (7 €)


La moins jolie des présentations, mais assurément la petite tuerie de ce joli déjeuner. Au-delà de la crème réussie et agréablement "basiliquée", le fondant est démoniaque. Un chocolat à la limite du "brûlé" qui confère au fondant une puissance et une longueur béatifiantes...


Côté glou, la capitale et ses tendances sont descendues remplir la carte à l'orientation bio et naturelle.

Encore une fois, assurément branchée et qui donne (souvent) soif...

Quelques noms : Dard & Ribo , Gramenon , Mosse , Pacalet , Senat , Arena , Foillard , Villemade , Chaussard côtoyant du coup les atypiques Cheval Blanc et Roederer... Le tout à des coeffs franciliens.


Restos-0065.JPG


Bourgogne - Chitry 07 - Alice & Olivier De Moor (26 €)


Un nez plein de jeunesse exhalant fruits blancs et bois. Attaque grasse qui se tend subitement sous l'impulsion d'un fil acéré, vif et tendu. Le boisé encore marqué, laisse place au pamplemousse et la coquille d'huître au final (pour le coup, l'accord s'est fait naturellement). Jolis amers très très longs, inversement proportionnels au niveau de la bouteille. ***


En conclusion, des "travers d'apparence" qui m'agacent mais une cuisine qui ne se discute pas.

C'est bon à très bon de bout en bout. Gwenaëlle Cadoret aurait t-elle réussi à implanter la bistronomie de la mer à Kerdruc ?

Elle est sûre de contenter sa clientèle en mal du "tralala urbain" que le voisin d'en face (Jacky) ne proposera jamais.

L'addition reste cohérente pour des fruits de mer et des crustacés partout un peu onéreux. Entrecôte de boeuf en alternative pour les allergiques à la mer.

En résumé, une belle adresse côté assiette et côté verre, à faire surtout sans pull sur les épaules et Aïefaune sur la table...

 

Le Bistrot de l'Ecailler

Port de Kerdruc

29920 Nevez

02 98 06 78 60

Ouvert de mai à septembre

fermé le mardi et mercredi en mai, juin et septembre

fermé le mardi et le mercredi midi en juillet & août

Voir les commentaires

Ze Bigue Où-est steu : à dormir, à manger, à écouter...

14 Juillet 2010, 19:59pm

Publié par Docadn

Epilogue de ce périple express dans le grand ouest pour faire la synthèse des miams, dodos et musiques de là-bas dit...

1er constat : les hamburgers sont moins bons qu'à New York.

Même s'ils ont été testés dans des chaînes comme Carl's Jr (ci-dessous The Original),


STATES-2010-0621.JPG


ou dans des dinners, le niveau était loin d'être gégé...

L'ouest est surtout le territoire des fameux Tex-Mex. Et là, il faut reconnaître que même les chaînes s'en sortent bien...


STATES-2010-0192.JPG


Le Chevys Fresh Mex, testé à Santa Rosa , est tout à fait recommandable. Tous les ingrédients sont réunis. Que ce soit la machine à tortillas, les portions XXL, la bière "cryogénisée", on en ressort repus et sans le palais démonté par des sauces volcaniques et/ou peu digestes...


Pour remonter le fil dédié à ce voyage, j'avais évoqué le fameux clamshowder.


STATES-2010-0256.JPG


C'est à la sortie de Bodega Bay que l'on trouve The Boat House. J'ai enfin pu goûter à cette spécialité.

Cette dernière était tout juste honnête gustativement parlant (et très marquée par le couple infernal poireau-céleri), contrairement à son fish & chips...


STATES-2010-0259.JPG


Le poisson est d'une fraîcheur toppisime (les frites sont un poil en dessous). Un excellent fish & chips comme rarement goûté...

Affranchissez-vous du cadre vintage (et limite crado) pour vous concentrer sur l'assiette (qui semble largement plus regardante sur les règles d'hygiène).


Le grand coup de coeur gastro du séjour a vu le jour à Springdale, aux portes du Zion National Park.


DSC02627.JPG


C'est sous les traits d'une souris d'agneau divine et d'une raviole de homard délicate que la révélation culinaire locale eut lieu. Un patron affable et pas peu fier de sa carte des vins. 

The Spotted Dog café

428 Zion Park Boulevard
Springdale, UT 84767

Phone: (435) 772-0700 Fax: (435) 772-0703

info@spotteddogrestaurantzion.com


Côté dodo, nous avions volontairement axé nos nuits vers du "low-cost". Il existe un multitude de sites pour des nuitées dégriffées et autres Roomsaver très pratiques.


STATES-2010-0439.JPG


A noter le bon rapport qualité prix des  Quality Inn, rare chaîne à inclure presque systématiquement le sacro-saint petit déjeuner. L'environnement de ces derniers est par contre très rarement bucolique.

Une autre alternative pas chère et bien plus personnelle, avec en prime la palme du meilleur accueil pour le plus fameux Bob d'Arizona...


DSC02804.JPG


Planté au milieu d'un quartier populaire de Page, ce sexagénaire a vu passer des cohortes de touristes désargentés et pratique des tarifs limites honteux au vu des chambres et des équipements proposés. Nous avions la chambre "Australia",

située sous l'accueil et dont la situation à demi-enterrée lui confère une fraîcheur idéale dans la fournaise quotidienne.

Quant à Bob, si vous avez besoin de lui, il biberonne très régulièrement son cubi de sauvignon dans le cabanon faisant face à son camping-car dans la cour du motel...

Bashful Bob's Motel

750 South Navajo Drive

P.O Box 2990

928-645-3919

bashfulbobmotel@webtv.net


NB : le resto mexicain Los Delfines de Page fait une honnête et impressionnante mariscada et sert (dans des verres pouvant héberger une dizaine de poissons et le décor qui va avec) des margaritas terribles...


Pour finir, si l'ouest brille moins que sa cousine de l'est pour ses burgers, elle n'a guère à rougir de sa production musicale toujours à la pointe...

Et c'est encore du côté de la Californie que les formations musicales aussi peu prévoyantes que la faille de San Andréa, donnent des leçons à frustrer des colonies entières de boutonneux se dandinant crânement sur du yaourt anglo-saxon...


http://www.themorningbenders.com/assets/cd.jpg


The Morning Benders alias Chris Chu et ses 3 comparses (et une coproduction assurée en partie par Chris Taylor du très surestimé Grizzly Bear). Cet album a tout pour lui et tout pour nos oreilles aussi...


The Morning Benders

Big Echo

(Rough Trade Records)


Dans un autre registre :


http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:Y1nFDEWLjdlvBM:http://cdn.pitchfork.com/media/josiah.jpg


Le grand frère de Why (Yoni Wolf) s'appelle Josiah Wolf .

Il s'illustre sur un album qui oscille entre fragilité et sensibilité non feintes et la maîtrise d'un "vertige" peu commun. Un très bel album...


Josiah Wolf

Jet Lag

(Anticon/ La baleine)

 

C'était le dernier épisode de "Ze Bigue Où-est Steu..."

Voir les commentaires

Ze Bigue Où-est Steu : Les parcs nationaux Acte II

11 Juillet 2010, 13:05pm

Publié par Docadn

Nous poursuivons notre chevauchée touristique en plongeant toujours et encore plus à l'est.


DSC02532.JPG


Petit arrêt dans la Red Cliffs Desert Reserve et petite mise en jambes à travers le paysage schizophrénique du Cottonwood Canyon.

Pas très bien indiqué et croisant le trompeur Cottonwood Hills. Une jolie et chaude balade face aux montagnes enneigées à la fraîcheur lointaine...

Nous arrivons dans un de mes parcs coup de coeur du séjour.


DSC02631.JPG


Zion National Park


Il possède les atouts du parc "parfait". Service de navette (déjà en fonction alors que les autres parcs attendent mai ou juin pour l'activer, quand il existe), "Visitor Center" au top et un réseau de randonnées à faire frémir tous les amoureux des chemins.

Une bonne semaine ne serait guère suffisante pour écumer tous les chemins disponibles.


DSC02645.JPG


N'ayant hélas pas ce laps de temps nécessaire, nous nous contenterons de la très classique Riverside Walk (arrêt navette : Temple of Sinawava), l'Emerald Pools Loop (arrêt navette : Zion Lodge) et le Watchman Trail (départ du Visitor Center) pour conclure.

Et l'énorme frustation de n'avoir pu gravir les pentes du mythique Angels Landing.

Un très beau parc aux dimensions en phase avec "nos standards".

Nous reprenons la route...


DSC02696.JPG


Quelques miles et pieds de dénivelé plus tard, nous rejoignons un immense plateau culminant à près de 2700 m.


DSC02755.JPG


 Bryce Canyon


DSC02721.JPG


"Le parc chouchou" des visiteurs qui effectuent "la boucle des parcs de l'Ouest". Certes, il est agréable, mais assez monocorde contrairement à ceux entrevus auparavant.

Cela reste un beau parc, facilement visible dans son intégralité (en terme de "viewpoints") en 3-4 heures. Côté randos, la neige étant encore au rendez-vous, 90% des chemins étaient fermés... Juste une petite descente dans le canyon en effet bien enneigé...


DSC02756.JPG


Nous quittons l'Utah pour rejoindre les bords du lac Powell.


STATES-2010-0657.JPG


 Glen Canyon


Je n'étais guère motivé pour aller sur cette partie du parc, mais aucun regret d'y avoir fait une pause.

L'eau du Colorado est à moins 200°C. Une petite balade (située après le barrage et avant Page) nommée Hanging Gardens, permet de découvrir une étonnante paroi végétale dans une cavité, au milieu d'un désert à la faune sévère (balade très mal indiquée après les repères 8-9, suivre les cairns tout aussi discrets)...


DSC02780.JPG


Le détour par Horseshoe Bend est à ne pas manquer...


DSC02789.JPG


Ce dernier donnant un avant goût de ce que le géant d'Arizona nous dévoilera...


STATES-2010-0659.JPG


Nous croiserons d'abord une tempête de sable impressionnante...


DSC02814.JPG


Puis l'arrivée sur le site de Grand Canyon verra se succéder :


nuages...

DSC02837.JPG


neige...

DSC02841.JPG


Et d'attendre la fin de la journée pour que la merveille de l'Arizona se dévoile enfin...

DSC02888.JPG


DSC02911.JPG


Nous découvrirons une infime partie de ce gigantesque miracle géologique et esthétique, en doublant la visite au lever du soleil sur le Rim Trail...

Ainsi s'acheva le périple qui nous ramena à Las Vegas pour y déposer notre poney coréen, et reprendre un vol intérieur en direction de SF...

Comme souvent, on établit un podium qui ne sert à rien, mais on fait quand même son petit classement... Pour ma part, les "miss beautés" furent Death Valley, Zion et Grand Canyon...

Un tableau qui aurait pu être idyllique, si l'isolement et la misère sociale dans lesquels baignent les Navajos ne m'avaient pas choqué... Ce ne fut pas le cas...

Ces derniers (en dehors d'Antelope Canyon et de 2 ou 3 autres points d'attraction) ne ramassent même pas les miettes de ce qui fut le coeur de leur nation...

Voir les commentaires

Ze Big Où-est steu : Les parcs nationaux Acte I

9 Juillet 2010, 16:32pm

Publié par Docadn

Nous avions démarré par Muir Woods qui s'avèrera être un parc de poche comparé à ceux que nous serons amenés à visiter...

Le premier d'entre eux fut l'un des plus célèbres :

 

STATES-2010-0314.JPG

 

Yosemite Park

 

Parc national depuis 1890, il s'étend sur près de 3000 km2, propose près de 3400 mètres de dénivelé et plus de 300 kms de routes. "La grande cathédrale de la nature" mérite amplement son nom. On y croise notamment les Yosemite Falls (700 mètres de chutes d'eau), le mythique El Capitan (à gauche sur le cliché, plus gros monobloc de granit du monde avec ses 1000 m de haut et Mecque déclarée des grimpeurs). Un festival de rivières et de forêts ponctuent ce magnifique et gigantesque parc dont nous bouclerons la visite par Mariposa Grove et ses séquoias, pour le coup vraiment géants.

 

STATES-2010-0433.JPG

 

Côté rando, nombre d'entre elles étaient fermées pour cause de neige. Le facteur temporel n'aidant pas non plus, nous nous sommes contentés de faire la boucle de Bridaveil Fall (à peine 1/2 mile) et celle du Mirror Lake (1 mile).

 

STATES-2010-0367.JPG

 

Cette dernière, jolie au demeurant, n'a pas d'intérêt au mois d'Avril (au moment où nous y étions), le lac n'étant pas encore formé à ce moment de l'année...

 

STATES-2010-0551.JPG

 

Death Valley

 

Si vous avez l'opportunité de passer une nuit DANS le parc, faites le !! Nous logions dans le seul hôtel de Stovepipe Wells Village. Un petit 36°C pour nous accueillir (largement plus impressionnant à lire en °F et loin des 48-50°C quotidien de l'été). Comme des milliers de visiteurs, nous avons sacrifié au traditionnel coucher de soleil sur les Mesquite Dunes.

 

STATES-2010-0547.JPG

 

Et le lendemain, nous découvrions dans le désordre :

 

STATES-2010-0494.JPG

 

Mosaic Canyon

 

STATES-2010-0575.JPG

 

Badwater Basin

(Le point le plus bas d'Amérique du Nord : 86 m en dessous du niveau de la Grande Motte)

 

STATES-2010-0589.JPG

 

Devils Golf Course

 

STATES-2010-0601.JPG

 

Artists palette

 

STATES-2010-0611.JPG

 

Zabriskie Point

Nous quittons le plus grand parc national (hors Alaska) du pays, grand comme 22 fois le Territoire de Belfort (désolé, mais j'adore ces comparaisons insensées).

Puis, une journée dans un lieu qui pourrait prétendre à l'appelation de parc national, tant le paysage et la faune sont rares et uniques :

 

STATES-2010-0628.JPG

 

Las Vegas


Une ville incontournable et stupéfiante. J'y ai vécu les heures les plus irréelles de mon séjour. Le génie côtoie le débile, l'industrie des loisirs au firmament de son art. Délires architecturaux uniques, agrégés de marketing à foison, la ville "no limit" est fidèle à sa réputation...

 

STATES-2010-0641.JPG

 

Son côté obscur apparaît dès la nuit tombée. Quand les américains viennent se lâcher à Vegas cela donne parfois des scènes dignes de "very Bad Trip"... Je pourrais vous faire une dizaine d'articles sur les 24h00 passées là-bas, mais une chose et sûre : Il faut absolument passer une journée et une nuit dans ce fascinant temple du "grand n'importe quoi"... Pour exemple :

 

STATES-2010-0636.JPG

 

 

Voici donc "une oeuvre" réalisée par Jean-Philippe Maury "executive pastry chief" (et accessoirement MOF) à la Jean-Philippe Pâtisserie . Il a passé 2 ans à mettre au point la vitale et plus grande fontaine de chocolat au monde. Voilà de quoi donner du baume au coeur à ceux qui suent sang et eau pour obtenir le prestigieux titre de MOF.

Courage les gars, vous pourrez si vous le voulez, faire la plus grosse chouquette du monde, la place est libre...

 

A Suivre

Voir les commentaires

Ze big Où-est ce Steu : Vincent Arroyo Winery

4 Juillet 2010, 05:55am

Publié par Docadn

STATES-2010-0200.JPG


C'est à Calistoga que nous prendrons un petit déjeuner. Lorsque je voyage, je m'attache à me fondre totalement dans le milieu dans lequel j'évolue. Aussi j'adapte forcément mon appétit et m'initie aux coutumes locales. Pour l'occasion, j'ai sacrifié au rituel en prenant une version belge du petit déjeuner local.


STATES-2010-0202.JPG


C'est très léger et ça calerait à peine un demi-Jull comme vous pouvez l'imaginer...C'est donc lesté de ces 12000 calories matinales que nous nous dirigeons vers notre rendez vous.

Une winery choisie grâce à mon forum liquide favori, nourri au quotidien par des milliers de passionnés.



STATES-2010-0229.JPG


Il est 11h00 pétantes quand nous coupons le contact de notre coréenne de location.

C'est David qui nous accueille.


STATES-2010-0208.JPG


Des travaux sont en cours et un bungalow fait office de "tasting room". Étant donné la météo, c'est sous une tonnelle que se déroulera la dégustation.

David nous présente brièvement le domaine créé en 1973 par son actuel propriétaire Vincent Arroyo (qui fera une brève apparition dans la boutique). Le domaine exploite environ 35 Ha et un (très) grand nombre de cépages.

Aucun blanc n'est au programme (ils sont tous épuisés) et l'exploration peut démarrer :

STATES-2010-0209.JPG


Melange 2007 (17 $) : d'emblée je suis épaté par la précision du degré d'alcool (13,52%). Une première cuvée qui tire son nom d'un mix de cépages entrant dans la composition de ce dernier.

On y trouve pêle-mêle du "Napa gamay"(le valiguié ou valdiguié en français), du pinot noir et du gamay.

Un très joli nez qui dévoile une matière gourmande, fraîche avec une pointe de rafle et de jolis amers. ***


STATES-2010-0211.JPG


J.J'S 2007 (20 $) : les 3 petites empreintes ne sont pas celles d'un plantigrade local, mais celles du vieux chien du domaine. 75% de cabernet-sauvignon et 25% de franc. Nez profond et de cosmétique. Là encore, une jolie fraîcheur et d'étonnants agrumes révèlent cette cuvée agréable. ***


STATES-2010-0212.JPG


Bodega 2006 (40 $) : composée de 60% de cabernet-sauvignon, 30 de malbec, 6 de petit verdot et 4 de merlot. Très joli nez salin et iodé. La matière pleine et suave déploie confiserie et menthol sur des amers majestueux. C'est long, épicé et beau. ***(*)



STATES-2010-0214.JPG


Cabernet Sauvignon 2007 (36 $) : cuvée 100% issue de 9 parcelles et bénéficiant de 3 ans d'élevage. Nez vanillé et lourd avec une pointe de rafle surnageante. La bouche est à l'opposé. Festival de fruits rouges à l'acidité relevée. Complexe et structuré. ***


STATES-2010-0215.JPG


Cabernet Sauvignon - Winemaker reserve 2006 (50 $) : 36 mois d'élevage, un nez de noyau, pruneau et de bois. Toujours cette fraîcheur caractéristique et des notes poivrées dominantes. Au delà de la touche un poil sucrailleuse, c'est d'une longueur extraordinaire. très jolis amers de fin de bouche et caractère "rafle" bien trempé. ***/***(*)


STATES-2010-0216.JPG


Entrada 2007 (65 $) : 55% syrah, 31% cabernet sauvignon et 14% de petite syrah. Une outrageuse cannelle , sanguin et olive au nez. Cette même cannelle version "spicy" sur un fil acide (est-ce le miracle de cette petite syrah) pêchu et au très bel équilibre. ***/***(*)


STATES-2010-0217.JPG


Petite Syrah 2007 (32 $) : élevée en fûts de chêne américain (les autres cuvées grandissent dans des fûts made in France). La bouteille est ouverte depuis la veille. Noyau et peu disert au nez. Attaque sucrailleuse amortie par une rafle et un tannique conséquents. Un joli profil féminin et plein, mais pas très convaincant pour ma part. **/**(*)


STATES-2010-0218.JPG


Petite Syrah - Winemaker reserve 2006 (45 $)  : élevage là aussi en fûts de chêne endémiques. Ambiance de gastro-entérite, sucre et solaire. Attaque sucrailleuse, un poil court et astringent. serait-ce donc ces fameux fûts qui "sucrent" autant les vins du coin ?? **


STATES-2010-0219.JPG


Petite Syrah - Greenwood Ranch 2007 (45 $) : Très joli nez de petits fruits rouges (limite carbo) et de muscade. Comme sur l'Entrada, la cannelle se jette dans la mêlée, pousse les magnifiques fruits à contre-attaquer. Une très fine pointe de sucre contrebalance le côté épicé d'une texture éblouissante et gourmande. ***(*)


Encore sonnés par cette Petite Syrah magique, David nous fait découvrir le chai et les travaux en cours.


STATES-2010-0221.JPGSTATES-2010-0228.JPG


Un domaine très prisé, ce dernier ne vendant sa production qu'aux particuliers. A priori, aucune chance d'en trouver chez un caviste ou sur la table d'un restaurant.

La très grosse majorité de la production est "sold out" très rapidement. Il livre partout, mais hélas uniquement au sein des U.S.A.

Une très belle dégustation et la grosse frustration de ne pouvoir en ramener dans des conditions décentes ou en évitant un tarif prohibitif de transport.

Nous repartons non sans avoir aussi dégusté l'excellente production d'huile d'olive qu'assure le domaine en parallèle. Coup de chapeau à David, un animateur patient, peu avare en détails et au charisme indiscutable.

Ce dernier nous indiquera d'ailleurs l'aire de pique-nique adéquate (chez un concurrent) pour notre déjeuner...

Un excellent domaine pour se "déclicher" l'esprit et le palais de ce que les californiens sont capables de faire...

Attention, le domaine ne reçoit que sur rendez-vous, et chose très rare (à Napa comme à Sonoma) et agréable la dégustation est totalement gratuite...


Vincent Arroyo Winery

2361 Greenwood Ave,

Calistoga

CA 94515

tél : 707-942-6995

fax : 707-942-0895

info@vincentarroyo.com

www.vincentarroyo.com

Voir les commentaires