Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Torino, sucré...

27 Août 2011, 16:24pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Je n'ai plus le choix... Je me dois, hélas pour vous, de démarrer la narration de mes vacances d'été 2011.

Comme promis, je débute par la fin. C'est plus pratique en terme de mémoire (ce qui laisse entrevoir une fin très très floue pour le début), tout en me donnant la latitude nécessaire pour broder des pans entiers de mythomanie estivale...

C'est donc la fin des vacances disais-je,  nous bouclons la quinzaine de notre voyage par l'ex-capitale historique de l'Italie : Turin.

 

Italie-Suisse-2011 0589

 

"La ville aux arcades" (près d'une vingtaine de kms) regorge de palazzos et d'édifices baroques.

Malgré cela, elle souffre d'une "relative carence de valorisation de son exceptionnel patrimoine architectural" (interprétation personnelle, que j'ai la prétention de comparer à "Bordeaux avant l'ère Juppé" !!).

 

Italie-Suisse-2011 0561

 

Côté ventre, la ville ne manque pas d'atouts. Célèbre pour son chocolat à croquer (cioccolatO), elle le décline aussi à boire (cioccolatA) dans une version chaude, épaisse, très particulière.

 

Italie-Suisse-2011 0557

 

C'est dans le magnifique décor du Mulassano (un café historique datant du début XXème, situé Piazza Castello), que j'ai pu me régaler d'une tuerie cacaotée.

 

Italie-Suisse-2011 0560

 

Élaboré comme un chocolat chaud traditionnel, le lait est remplacé par de la crème fraîche... Plus facile à manger qu'à boire, un des meilleurs chocolats jamais croisés par mon palais. Comptez environ 15 678 calories par cuillerée...

 

DSC04969

 

Autre spécialité de la ville, le bicerin.

Un savant mélange de café, chocolat et de crème. C'est dans l'antre du très chic Caffè San Carlo (Piazza San Carlo) que j'ai pu découvrir le "Bicerin D Cavour" (6,5 €, soit bien plus cher qu'ailleurs, standing oblige).

 

DSC04973

 

C'est bon, bien équilibré entre le café et le chocolat, un poil trop sucré pour moi. La crème est par contre moyenne.

"L'astuce économique" des cafés en Italie est de consommer au comptoir, afin d'éviter la surcharge de service pouvant peser jusqu'à 50% de la note...


La plus grande joie sucrée du séjour est arrivée lors de la conclusion d'un déjeuner au Consorzio (dont je détaillerai la partie salée dans le volet suivant). Une panna cotta renversante, de texture et de goût, immense, qui me fait encore saliver en l'évoquant...

 

A SUIVRE

 

NB : Une plainte a été déposée par 14 de mes pantalons pour "pression physique" à la suite de cette expérience...

Voir les commentaires

Quand le Limousin et la Touraine débarquent en BzH...

21 Août 2011, 11:42am

Publié par Docadn

Que voulez-vous ?! J'ai encore trouvé un prétexte pour reporter mon "cahier de vacances" !!

Un célèbre "ouvrier niveau IV", en villégiature à Roscoff qui ,d'un en 8 coups de Dacia, a traversé la péninsule pour s'attabler avec une petite fiotte nature du Limousin, au top de sa forme (à peine 1 kg d'Ibuprofène et 400 grammes de Citrate avalés lors du week-end).

Les hostilités démarrent gentiment avec un "blanc du sud", fort bien vendu par Nicolas, de la cave "Les Crus des Vignerons" à Auray.


Vins-2011-0798.JPG


Bastide du Claux -L'Odalisque 09 - Vin de Pays de Vaucluse


Roussanne-grenache blanc-chardonnay à 30-30-40%, guère facile à situer à l'aveugle, mais à l'aromatique soutenue (fastoche quand on sait).

Il finit par dévoiler son visage sudiste (plus typé marsanne que Roussanne), dont le boisé "juste" donne du volume.

Une matière schizo, grasse et citronnée, à l'acidité bienvenue, soutenue, qui donne un peu de charme à cette cuvée opulente, un peu tendre, sur un millésime que j'attendais moins frais dans la matière proposée. **


Vins-2011-0799.JPG


Alsace - Louis Sipp - Riesling - Nature'S 08


A mon tour de jouer avec (n'en déplaise à certains) des notes "d'énergies fossiles" (j'ai pas dit pétrole), typées (j'ai pas dit typiques) d'un riesling, accompagnées de notes de caillou humide après une pluie d'orage de juillet 84 dans l'Aude.

Matière très fruitée, immédiate, fine sucrosité, pour un "resserrage des papilles" en fin de bouche, qui relance l'ensemble.

C'est un poil perlant, à l'acidité marquée, mais juste, d'un 08 comme je les apprécie. **(*)


Ces 2 vins furent proposés à Jull et "Jullette" à leur arrivée, en guise de mise en bouche.

Une entrée en la matière salvatrice, quand on connaît les traumatismes irréversibles liés au séjour, 02h00 durant, dans un habitacle spartiate, à la réputation éhontée de pickpocket (dans leur cas ce sont les clés dudit engin qui ont été subtilisées par le monstre de fer blanc lui-même).


Jull nous propose un blanc carafé pour ouvrir le bal de ce vendredi soir.


Vins-2011-0800.JPG


Montlouis - Chidaine - Les Choisilles 02


Très jolie robe évoluée, qui exhale le gingembre, un fin boisé et des épices très marquées.

La matière est ample, miellée, dynamique grâce à une acidité franche, se terminant par d'étonnantes notes d'ananas. Perdus nous sommes !! Un chenin difficile à positionner, qui s'ouvre en louchant vers le sud avec un faux-air de Jurançon. Très agréable. ***/***(*)


Vins-2011-0806.JPG


Meursault - Domaine Buisson-Charles - Les Tessons 02


Un nez bourguignon, finement grillé ("cacahuète coche-durienne"), fumé, avec des relents de "carton mouillé" comme j'en renifle parfois sur le chardonnay.

Attaque d'abord fraîche, toucher de bouche sur le champignon, qui me renvoie sur "La Lune 02" d'Angeli.

La matière bégaie, hésite, elle se cherche.

L'évolution est spectaculaire (le regret de ne pas avoir carafé l'ensemble). Le vin se met en place, dégage des notes métalliques impressionnantes. Il délivre même d'étonnantes notes sanguines.

J'ose lancer "Chassagne, pour le fumé", Jull tente je ne sais plus quoi. Raté et surprise pour ce Meursault schizo, complexe et relativement unique.  ***


Vins-2011-0801.JPG


Vouvray Sec 96 - Domaine Foreau


Nez "profond", sur la cire, le miel et le "champignon de Paris fraîchement coupé".

Le nectar livre une matière ciselée, délicate, fraîche, un fin sr, tout en nuance. Un vin salivant, puissant, là encore déroutant. Une très belle quille. ***(*)


Vins-2011-0802.JPG


Crozes-hermitage 05 - Domaine Combier


La syrah est immédiate. Cassis, poivre, fraîcheur, un soupçon de rafle. Une syrah qui me ramène à celle de "Terre des Chardons".

La matière est fraîche, nette, toujours méridionnale pour mon palais. Une jolie syrah de cuve, agréable, digeste à l'aromatique discutable pour certains, à la densité étonnante pour un 05 pour la majorité **(*)


Vins-2011-0804.JPG


Bourgogne 03 - B. Dugat-Py


Nos experts partent dans le grand sud, puis hésitent longuement sur l'origine de ce pinot à la rafle marquée, à la fraise exubérante.

Une matière encore bien marquée par le bois, très conséquente en terme de volume, finement astringente, vraiment too much pour ma pomme. L'ensemble me renvoie aux limites de buvabilité d'un autre pinot bu il y a quelques temps. *(*)


Vins-2011-0803.JPG


Cornas - La Geynale 06 - Robert Michel


Une syrah évidente, olfactivement parlant (merci Combier), la discrétion aromatique en plus.

Un fin sr, une certaine rusticité, qui donne du volume et un caractère très plaisant à l'ensemble. Le "grain de bouche" me plaît beaucoup. C'est soyeux, à l'amertume sautillante. Le temps le rend "cistercien" et confirme le pedigree souvent "austère" d'un Cornas que nous n'avons pas deviné...***/***(*)


Vins-2011-0805.JPG


Nuits-Saint-Georges 02 - David Duband


Un pinot serré, relativement monolithique, soyeux, fruité, à la finale épicée agréable.

La framboise s'en mêle pour mettre en évidence la juste maturité du jus. ***/***(*)


Une soirée quasiment improvisée, qui s'est révélée très agréable pour les papilles et les abdos, de part les tranches fines et délicates de rire de notre humour très cérébral, à la justesse indiscutable.


Ndlr : cette conclusion à lire au degré que vous voulez, se veut aussi drolatique que l'a été notre soirée...

Voir les commentaires

C'est la rentrée, alors sortons !!

14 Août 2011, 15:34pm

Publié par Docadn

Déjà ?! Oui, c'est déjà fini. Ou bien ça commence, comme vous voulez !!

Avant de vous saturer les mirettes avec mon cahier de vacances, commençons par la fin, ou presque...

Après une quinzaine à courir la montagne suisse et le vignoble piémontais, votre dévoué buveur-marcheur a renoué avec un de ses plaisirs premiers, en rentrant dans sa très (trop) verte Bretagne.


"Le spécialiste  de l'étiquette pourrie mais souvent divine" nous a nouveau convié à sa table, pour le match retour d'un tournoi en deux manches, organisé annuellement avec son ami Denis autour de la table et du vin.


Aussi, après une quinzaine parsemée de vins souvent trop boisés, je ne me suis guère fait prier pour occuper le strapontin d'une soirée dantesque. Comme toujours, tous les vins sont dégustés à l'aveugle.

 

Vins-2011-0733.JPG

 

Chassagne-Montrachet 1er cru Morgeot 84 - Bernard Morey 


Superbe couleur d'un vin apparemment évolué, qui exhale la cire, le thé et un fin toasté.

L'attaque est "en dedans", délicate, "chardonnesque" (que j'ai placé en Jura), accusant rapidement un manque de puissance.  

Fidèle à la tradition, Ludo nous dévoile une étiquette au look très étudié. C'est très finement oxydatif, sympathique au regard des conditions de vieillissement (au-dessus d'un placard de cuisine pendant une bonne douzaine d'années). **


Vins-2011-0735.JPG


Jurançon sec 74 - Clos Joliette

  
Nez évolué, peu net, sur des notes de champignons. La bouche est littéralement à l'opposé, délivrant une immédiate pureté sans faille.

C'est très volumineux, doté d'une très belle et grosse acidité. Une finale sur l'ananas donne un ressort supplémentaire, une seconde et longue vie à ce quasi quadragénaire. Très beau vin ***(*) 


Vins-2011-0738.JPG

Savennières - Bel Ouvrage 05 - Damien Laureau 

 
Nez puissamment miellé, fines notes de berlingot, colle Cléopatre, un étonnant pétrole au fil du service.

Attaque opulente, mûre qui dévoile un très bel équilibre, une matière classieuse, à la finale d'amande amère, au potentiel de garde encore conséquent. ***/***(*) 


Vins-2011-0744.JPG


Riesling Frédéric Émile 1979 de chez Trimbach 


Assurément le vin de la soirée !! Un nez, limite repoussant, de terminal pétrolier, de soufre volcanique (déjà ressenti lors d'une soirée chez les Vikings) qui m'a pour le coup mis sur la (fausse) piste d'un riesling allemand. La matière est dentelle, l'acidité extraordinaire, équilibre, plénitude & complétude d'un très grand riesling **** 


Vins-2011-0761.JPG


Meursault-Genevrières 1er Cru 02 - Domaine des Comtes Lafon 


Difficile de passer derrière ce monumental riesling.

Pourtant, le carton mouillé, le fruité, le fumé, largement moins repoussants que le gaz alsacien, du Meursault ne se laissent pas faire. Il nous offre amplitude, délicatesse et une classe aboutie. Un très joli chardonnay finement épicé ***/***(*)

 

Vins-2011-0765.JPG


Côte-Rôtie "La Mordorée" 93 de Chapoutier 


Un boisé intense, un solaire conséquent enveloppent mon appendice nasal. Un soupçon de chèvrefeuille, de fruits à noyaux. Une acidité très dérangeante, limite, pour une matière peu complexe, à la finale kirschée. Un petit millésime dont j'attendais un poil plus. */*(*) 

 

Vins-2011-0766.JPG

Margaux Marquis de Terme 90

 

Nous nous plantons royalement à travers tout le vignoble bordelais pour découvrir un Margaux au nez "très rafle", à l'acidité jaillissante, métallique, solaire, sanguin, plus une étonnante pointe d'olive.

Le jus est soyeux, "debout", avec un côté très "garçon manqué" qui me surprend beaucoup pour un Margaux.

Les notes de café parfument le verre, donnant un plaisir musclé et délicat d'un domaine, dont j'ai bu quelques millésimes, surprenant de masculinité dans l'échantillon proposé. ***(*)


Avant les rouges, Ludo nous a une fois de plus gratifié de sa cuisine inspirée, fraîche, savoureuse et cinglante (pour information, Ludovic est cuisinier à domicile). La preuve par l'image :


Vins-2011-0742.JPG

Cocos de Paimpol, girolles & pétoncles

Vins-2011-0747.JPG"Petites saloperies locales" avant le grand sacrifice du feu Weber

Vins-2011-0751.JPGLe combava pour parfumer

Vins-2011-0760.JPG

Homard bleu de nos côtes, tagliatelles fraîches (maison), carottes du jardin (le sien bien sûr)...


Une soirée aussi délicieuse dans les verres que dans l'assiette. Un très bon moment de convivialité, de plaisirs et de gourmandises...

Les coordonnées du cuistot inspiré :


Ludovic Jouan

 3 clos parc fossec

 56880 Ploeren

06 19 86 47 15

Voir les commentaires