Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

VdV#44 : Régalades et rigolades en Val de Loire...

30 Mars 2012, 06:55am

Publié par Docadn

C'est  Anne Graindorge qui assure la présidence de cette 44ème édition des Vendredis du Vins. Escapades a fait appel à Aurélien Litron pour tenter de traiter la chose. Ce dernier a vraiment besoin de quelques vacances...

 

NB : Un  jetlag local avait édité la vidéo avec 24h00 d'avance... quand je vous dis qu'il a besoin de vacances !!

Voir les commentaires

Vins en cours...

23 Mars 2012, 06:35am

Publié par Docadn

En voilà une idéee qu'elle est bonne !! Ceux qui pensent (comme moi) que Paris ne regorge que de soirées événementielles étudiées au cordeau par des hordes de RP hystériques, devraient se refaire un référentiel avec ce genre de "happening", moins onéreux mais pas moins couru...

 

Vins-en-cours.jpg

 

Ce n'est pas la première édition du genre organisée par "Autour d'un Verre" (qui m'est décidément bien plus sympathique que le "Verre Volé"), la foule présente en témoigne... Quelques notes gribouillées pendant la navigation à vue...


Je pénètre (difficilement) dans la salle (bondée) et me retrouve directement face à la table, étonnamment déserte, de De Moor (si tous les amateurs présents savaient qui ils sont et le niveau de leurs vins !!).

 

DSCF4519.JPG


 

Un "A ligoter 11" immédiatement gourmand, sur la pomme prononcée, à l'ample déroulé fruité, à la finale très épicée. ***/***(*)

Le "Chitry 10" au nez fumé, offre un gras, un fruité, un volume axés sur un berlingot plaisant. ***


 

Vins-2012-0013.JPG


 

Cette délicieuse mise en gueule me permet de glisser sur la droite, pour découvrir "Autour de l'Anne". Décidément, à Chargé on aime l'équidé trop souvent moqué. "Mr Paillet" nous avait déjà gratifié de La Mule, voilà qu'Anne enroule son initiale autour de la queue de cheval du bourricot. Anne Paillet s'est enfin lancée dans le vin. Du négoce qu'elle a bâti avec les raisins de son ami  Christophe Beau

Cinsault 11 pète de fruits, la matière est souple, joueuse sous la langue, gourmande. ***

Grenache 11 propose un fin sucre, un jus plein, moins joueur. **

Syrah 11 présente un nez peu disert, un ensemble plein, sautillant, très gourmand. ***


 

DSCF4525.JPG


 

J'arrache au dernier amateur vorace (mais sympa) quelques gorgées de "La Mule 10" de Grégory Leclerc, resté garder la maison à Chargé. Une Mule vive, acidulée, au volume impressionnant. Y'a du monde sur et sous la bête. ***/***(*)


 

DSCF4526.JPGDSCF4527.JPG


 

Direction la Bourgogne, avec les vins de Julien Altaber, à la tête de Sextant. Rencontré lors du dernier  Vini Circus, où il animait le stand de Derain, il est ici avec ses propres vins. Mise en situation avec le "Bourgogne Aligoté 11", très anisé, rond, gras un peu tendre **. Le "Bourgogne 10 blanc" présente aussi cette trame anisée agréable, à la tension attendue ***. Son "Bourgogne 10 rouge" (vignes sur Puligny et St-Aubin) est vif, très frais, au fruité éclatant ***. La version 09 a le petit sucre saillant, mais la plénitude de bon aloi. Étonnante similitude avec les rouges de Derain sur ces 2 dernières quilles...


 

DSCF4528.JPG


 

Après une longue lutte contre tous les autres assoiffés de l'assemblée, je parviens à atteindre la table de Jean-François Nicq et Yoyo (alias Laurence Krief). "Restaké 11" respire un côté très nature, un peu fermentaire. Une ample et fraîche matière, matinée de parfums sudistes, ponctuent ce grenache gris **. "Akoibon 11", un mourvèdre souple, gourmand, épicé **(*). "Tranche 11", un grenache granuleux, plein, aux amers marqués **."La Negra 11" est un carignan qui fleure bon la carbo, au profil très gourmand qui donne envie d'en boire des fontaines ***. Pour finir "Km 31", grenache-carignan à l'acidulé et à la matière sautillantes, très joliment équilibré. ***/***(*)


 

DSCF4529.JPG


 

"Le raisin et l'ange", le domaine de Gilles Azzoni. "Nedjma 10" (en fait, un assemblage 10+11) présente un fruité sudiste, un petit perlant, une matière qui évoque les pommes au four. Des amers aériens, une trame très serrée qui "muscate" puissamment (il y a aussi du viognier, de la roussanne et de la marsanne)**. "Fable 11" (syrah/cab'sauv/grenache) donne dans la fraîcheur et l'aérien, avec là encore une impression "serrée"**. "Hommage à Robert 11" (merlot/grenache) exhale une carbo évidente, se fait plus large que Fable en terme de gourmandise ***

 

DSCF4530.JPG

 

Je termine ce tour de vignobles par Potron Minet. "Macache 11" (maccabeu/grenache) fait dans la poire mûre jusqu'à la finale. Cela reste frais, juste un peu trop tendre pour moi **. "Pari Trouillas 11" (carignan/grenache/syrah) explose de gourmandise, délivrant une fraîcheur jouissive (quand le 10 de l'an dernier était coincé du calbut) ***/***(*)

 

 

Arrivé à 18h00 pétantes, j'en suis ressorti 01h40 plus tard la mine et le palais réjouis. Les Kevin et consorts ont maîtrisé cette sauterie liquide avec brio !! Offrant, par plateaux entiers, de salvatrices tartines garnies, rechargeant les tablées des vignerons de grignotages divers, avec un éternel et franc sourire (malgré les nombreux et peu discrets pique-assiette de rigueur)...

Voir les commentaires

L'Alto à Lorient

17 Mars 2012, 08:44am

Publié par Docadn

Escapades poursuit sa quête des "déjeuners à moins de 20 euros" dans la capitale du merlu, des églises en béton et de la halle aux poissons la plus excitante du coin (la plus moche aussi en passant)...

Voilà longtemps que j'hésite à franchir la porte de ce restaurant aux arguments un peu attrapes pigeons dans mon esprit légèrement parano. Repris fin 2008 par les deux fils de Jean-Paul et de la regrettée Véronique Abadie, Quentin et Paul ont eu à coeur de relancer cette annexe du Grand Théâtre de la Ville. 

 

http://2.bp.blogspot.com/_k7ezA66BRss/TNQlhbRmooI/AAAAAAAAAAQ/HGkpuNT2mCw/s1600/Grand-theatre-lorient.jpg

(source  commerceslorient.blogspot.fr)

 

Paul le cuisinier a endossé le rôle du serveur. Quentin, l'étudiant en droit, est parti dissimuler sa timidité en cuisine. Papa est "derrière", maman était aussi de la partie au démarrage et après. Une grosse pression d'emblée, quand les parents cautionnent le pari des enfants...

J'ai, comme beaucoup de personnes, un à priori de rigueur pour les "enfants de". Un sentiment de "facilité" s'inscrit dans le jugement à venir. L'accès à une incontournable médiatisation pour "décoller" est presque mâchée, quasi gratuite, ne nécessitant presque pas d'efforts. Les bataillons de restaurateurs "enfants de personne" devront se plier à une laborieuse (et souvent onéreuse) campagne de com' à la portée incertaine, doublé d'un potentiel talent que l'on ne demande même pas aux "fils et filles de" tellement c'est évident...

Les deux revers de la médaille des progénitures de "stars" sont qu'ils se font souvent descendre en flammes par les ennemis des parents, ou bénéficient d'un consensus mou consistant à ne pas dire du mal car "les parents sont nos amis"... Après, reste des exceptions comme les Bras, Marcon, Pic, Troisgros, titulaires d'un héritage pour les deux premiers, détenteurs d'une histoire pour les deux derniers...

L'obtention du Bib Gourmand en 2011 a donné la légitimité attendue à ce restaurant axé sur la très prisée "cuisine du marché". Les tarifs du déjeuner se sont alignés avec la concurrence. Fort de ce rodage et de cette reconnaissance, je m'attable enfin à la table de L'Alto.

Accueil neutre du serveur, qui saisit 2 cartes et nous place avec la même délicatesse que dans un Buffalo Grill un samedi soir. Vingt-huit secondes plus tard, un autre serveur (moins neutre) dépose les mises en bouche, puis s'évapore sans nous "faire l'article" de ces dernières.

 

DSCF4499.JPG

 

Pour le coup, pas d'intitulés. Je devine une crème de champignons, des rillettes de poisson (maquereau ?!), un sablé salé... J'arrose ces bouchées froides et lampées chaudes à coups de chardonnay de Savoie de chez Dupasquier, mou et pommadé comme un blanc du sud...

 

Restos-2012-0001.JPG

 

Nous optons pour la formule du midi et la séquence entrée, plat, dessert...

 

DSCF4502.JPG

 

Taboulé orientale (j'imagine que le E sous-entend "à l'orientale")

 

Il nous aura fallu patienter pas loin d'une minute après la prise de commande, pour voir débarquer la portion de taboulé oriental(e). Encore sous l'effet anesthésiant du froid ventilé du frigo, la semoule et les légumes peinent à s'exprimer. La température de la salle (chaude) n'aidera en rien cette entrée. C'est fade, trop riche en fruits secs, même pas parfumé comme tout bon taboulé qui se respecte, à l'assaisonnement inexistant (et c'est un "homéopathe de l'assaisonnement" qui l'écrit !!).

 

DSCF4503.JPG

 

Filet de julienne - sauce crustacés

 

Des légumes dont je n'ai pas su deviner l'ADN (aucune "présentation" des plats n'est faite pas les serveurs d'un restaurant catalogué comme "chic" par les guides et référents gastronomiques). Le (petit) filet de julienne est au 3/4 trop cuit. Le dernier (petit) quart dévoile le nacré, la texture et le goût attendus. La sauce est d'une neutralité à faire passer la Suisse pour une Tchétchénie révoltée...

 

DSCF4504.JPG

 

Paris-Brest

 

C'est la seule fulgurance notable de ce déjeuner. Une pâte à chou qui respire la fraîcheur, une crème aérienne, équilibrée, rien à redire...

Parlons du service. Entre les rares sourires mécaniques et calculés (dont le plus large survient au moment de l'addition) et les mines dominantes de Droopy, pas de quoi se mettre en appétit. Faut-il justifier d'un statut particulier (du style "client de la Grande Maison", ou encore "costume-cravate-tickets restaurant", "notables", "élus de la ville") pour bénéficier d'une juste et légitime attention ? Offrir de francs sourires à tous ne coûte pas plus cher !!

Comme pour "L'assiette à Quimper", la mention au gros Rouge est instinctivement très discutable. Celle du Bib Gourmand encore plus désarmante. Ce déjeuner est, de part son niveau, aux antipodes des "critères standards croisés" justifiant la délivrance de cette mention porteuse !! 

 Sur cette base là, des établissements comme L'Astéroïde (tenu par l'ex-sommelier de l'Amphitryon), ou encore L'Alliance (dont je viens d'apprendre la triste mise en vente) méritent amplement une mention dans le Gros Rouge (moi qui m'étais juré de ne pas hurler avec la meute sur les incohérences du Gros Rouge, raté !!).

En conclusion, la salle à l'ambiance lounge (qui sert d'annexe au Bon Coin avec un chouette Vespa couleur motte de beurre à vendre à 700 €), le service froid, la cuisine sans relief perçus ce jour-là, confirment la méfiance naturelle que j'avais avant d'y aller, enfoncant un  peu plus le cliché des "enfants de", aux compétences héréditaires peu évidentes en salle comme en cuisine...

PS : La carte des vins n'est pas si mal !!

 

L'Alto

Place de L'Hôtel de Ville

56100 Lorient

www.lalto.fr

fermé dimanche et lundi

Voir les commentaires

Merci Madame Abadie...

10 Mars 2012, 06:24am

Publié par Docadn

Je ne suis pas coutumier des hommages funéraires, mais en ce samedi matin un collègue de goulot m'a appris le décès de Madame Abadie. Ça m'a bizarrement un peu touché, sincèrement. Je la savais malade, mais sans plus. Véronique Abadie était la femme de Jean-Paul Abadie, seul restaurateur deux étoiles du Morbihan, à Lorient.

J'avais déjeuné, il y a près de 2 ans, dans cette belle maison. C'était mon anniversaire, ce fut un des plus beaux repas de ma petite vie d'apprenti-gastronome. Madame Abadie était là. J'avais lu et entendu des critiques peu positives sur son travail de salle. Comme on dit dans ces cas-là, "on est un con", le mieux est de le vérifier par soi-même.

La preuve fut apportée qu'il n'en était rien, bien au contraire. J'ai vu une grande professionnelle à l'oeuvre. La seule à ce jour à m'avoir gratifié d'un petit tabouret pour mon appareil photo, condamné depuis toujours à traîner au sol.

C'est peut-être futile comme attention pour beaucoup, mais pas pour moi. Voilà le premier geste d'une fine observatrice, qui annonçait un spectacle gastronomique de haut vol. Nous avions échangé sur les vins aussi. J'y avais perçu un amour indiscutable, de la curiosité non feinte. Nous avions parlé des 2 Jobard. Je lui ai parlé de Rémi, quand elle m'a parlé de François. Le déjeuner fut magistral. Le service impérial.

 

Pour ce trop bref instant, encore merci Madame Abadie.

 

Le souvenir du déjeuner est lisible ICI.

 

http://www.goutsdouest.fr/goutsdouest/wp-content/uploads/2012/03/Vero-Abadie-Table-et-Saveur1-386x266.jpg

 

Crédit photo Goûts d'Ouest

Voir les commentaires

Florilège de dégustations XXIII

7 Mars 2012, 18:25pm

Publié par Docadn

Qu'il est loin le dernier florilège !! Retour (éphémère !?) d'une rubrique chère à Jull (et sûrement à d'autres, mais c'est le seul qui s'est roulé dans son urine avinée pour obtenir gain de cause). Donc, pour toi lecteur attentif, mais surtout pour toi, petit quintal de douceur et de raison, voilà enfin le tant attendu florilège XXIII. 

N'ayant pas commis de synthèse sous ce vocable depuis le 15/04/10, vous comprendrez aisément que je fasse l'impasse sur moult quilles bues ces vingt trois derniers mois. Aussi, pour ne pas prendre un retard plus grand, voici une sélection des bouteilles sacrifiées depuis le début de cette année 2012.

Quelques clichés absents, bien évidemment, reste les notes... c'est parti !!

 

Vins-2012-0694.JPG

 

Terre Inconnue - Guilhem 07 - Vin de Table

 

Très joli nez "castel-papal" mêlant notes viandées, rafle, surgreffées d'un boisé démonstratif. Le bois finit par dominer le dessus du verre, c'est déjà too much !! Une attaque amère, une matière immédiatement ronde, confortable, très boisée, très épicée. Les déclinaisons buccales se font sur la cerise et d'autres fruits à noyau. L'alcool domine la fin de bouche. Le lendemain, le nez pinote agréablement, puis vire sudiste à l'aération. La matière est encore plus dense, toujours très épicée, au végétal marqué. J'avais résumé cette bouteille comme l'Inde de mon imaginaire : épicée avec beaucoup trop de monde !! **

 

Pommard - Vaumuriens 05 - J. Chartron

 

Nez d'abord "fermé", à la rafle intense dès l'aération. Après quelques minutes, cela reste malgré tout peu disert. On devine un fin boisé, des notes lactées qui laisseront place à la rafle le soir venu. Une attaque délicate, suave, finement astringente, légèrement épicée. Une acidité marquée, qui donne de la vivacité à l'ensemble. Le cortège décline un fruité trop court, un végétal assez désagréable. Finale sur des notes terreuses concluant un ensemble peu complexe, court, mais relativement gourmand... **/**(*)

 

Vins-2012-0693.JPG

 

L'Infidèle 07 - Mas Cal Demoura - Terrasses du Larzac

 

Nez intense de "boucherie après la fête du mouton", sudiste, profond, très aromatique (merci la syrah !!), auréolé de notes de fumée et de bois. Une mise en bouche douce, ronde, finement boisée, aérienne, qui se fait bousculer par un pulpeux ravageur. C'est droit, net, super gourmand, à l'élevage classieux. Un des mes languedociens favoris ***/***(*)

 

Vins-2012 0695

 

Conversation - Blanc de Blancs Grand Cru - J.L Vergnon

Un nez qui fleure le glucose et la poire cuite. Une bulle dense à l'oeil. Une première gorgée qui suinte un fin dosage, une amertume saillante. C'est court, crémeux, à la jolie expression de calcaire. Le dosage s'accentue, l'expression se fait neutre... Rapport qualité/prix très discutable. **

 

Chamane 10 - Roc des Anges - Vin de Pays des Pyrénées Orientales

 

Une cuvée 100% muscat qui "muscate" justement. Un beau "caillou mouillé après la pluie" couronne ce nez aromatiquement très expressif. Une attaque ronde, avec de la mâche, qui déroule mollement. C'est très trop tendre. Le soir, la matière s'est un peu tendue. De belles épices, des amers stricts. L'ensemble est toujours sec, l'acidité donne enfin le dynamisme attendu, mais cela reste dissocié et gâche largement le plaisir de l'instant. **

 

Vins-2012-0696.JPG

 

Les Rosiers - Jasnières 06 - Domaine de Bellivière

 

Très jolie robe or qui exhale un sucre évident, un botrytis quasi angevin, l'abricot, un champignon prégnant. Bref, un nez de demi-sec, quand ce dernier sera bien plus net et sec le soir. Une attaque lâche, fluette, diluée, aux fins sr. C'est mou, tendre et perlant. Le soir, l'ensemble prendra un peu d'épaisseur, mais restera tendre. Jolies notes de curry en finale. *(*)

 

Vins-2012-0781.JPG

 

Grand Cru Engelberg - Riesling 07 - domaine Pfister

 

Les hydrocarbures ouvrent le bal olfactif. Ils s'éclipsent pour laisser place au silex et à un nez tout simplement vertigineux. Mon appendice se prend pour Mike Brant. Il veut plonger et palper directement la "profondeur" du liquide exhalant richesse et notes orientales subtiles. Je passe près de 10 minutes à m'enivrer, sans me lasser, des magnifiques fragrances délivrées. Une attaque pétrolée, fraîche, distillant finesse, acidité millimétrée et puissance. Étonnant déroulé de bouche qui voit la matière se mouvoir lentement, puis accélérer subitement dès le milieu de bouche, creusant le sillon d'un racé longiligne exemplaire. Finale très fruitée faisant écho à la finesse sans faille, une tension excitante, ponctuées d'une salinité sous-jacente. Le lendemain, la rondeur est plus "typique" d'un 07 alsacien. En attendant, un très beau vin dans un millésime discutable. ***/***(*)

 

Hautes-Côtes de Nuits 08 (blanc) - Manuel Olivier 

 

Joli nez exotique, finement sucré, fruité qui laissera vite la place au boisé. L'attaque est forestière, ample et grasse. Le "développé buccal" est plein, à l'acidité saillante, aux amers marqués. Le lendemain, l'acidité rythme les gorgées. Un vin complet, pas complexe, bien fait. ***

 

Rully 1er Cru - Les Cloux 05 - Jacqueson

 

Un "lacté-boisé" signe les premières effluves. Le pinot se fraye péniblement un passage,  chalant sur son porte-bagage, une rafle fine et des notes métalliques. Un végétal confirmé en attaque, qui s'efface devant une certaine suavité de la matière opulente. Court plaisir haché par un caramel rédhibitoire. **

 

Vins-2012-0783.JPG

 

Côtes du Forez - La Volcanique 10 - Verdier/Logel

 

Tabac blond "Fleur du Pays", acier de chez "ArcelorMittal", fin végetal de chez "Gamm Vert", épices intenses de chez "Gérard Vives" s'affichent en 4 sur 3 au-dessus du verre. Une matière immédiatement gourmande s'offre à ma cavité buccale. De forts accents de beaujolais, version Chignard, habitent ce gamay à la granulosité plaisante, juste un poil trop court pour être complet. **(*)/***


Allez, 10 ça suffit !! On tentera de garder le rythme à la demande générale... ou pas !!

Voir les commentaires

Dan Ewen

4 Mars 2012, 17:11pm

Publié par Docadn

J'ai déjà "soupiré" mon attirance peu naturelle pour "les tavernes à  bilig"La Crêperie d'Antan à St-Gildas de Rhuys, ou encore Hent Er Mor ont fait vaciller mes a priori à la con à la légitimité discutable.

Depuis, la crêperie "Au Vieux Quimper" s'est imposée à mes papilles, comme un des sommets de "la gastronomie bretonne du blé noir". Je fais, pour le coup, confiance aux "Crêperies Gourmandes", au cahier des charges suffisamment drastique, pour ne pas y voir figurer les dealers de crêpes au Nutella (adoubés par METRO), postés en embuscade, près des manèges pour enfants.

Vannes compte (à l'heure où j'écris cet article) 2 établissements détenteurs du label "Crêperies Gourmandes". Distants d'une centaine de mètres à peine, "Dan Ewen" et "Balade en Crêpanie" sont logés dans de sympathiques maisons à colombages du quartier de St-Patern. 

C'est Dan Ewen qui est choisie pour ce déjeuner du samedi. Un intérieur "traditionnel", où poutres, pierres et binious stridents vous accueillent. C'est sombre, un peu triste, tout en longueur, relativement grand. Accueil souriant, même quand on n'a pas réservé, rapidement installés, nous attaquons la lecture (dense) du "set de table mode menu moules-frites de bord de mer".

Le choix y est important. Des combinaisons intrigantes, comme "La Malo", mêlant champignons, St-Jacques, curry et ananas... où encore "La Trohennec" proposant le duo éprouvé poire-roquefort, complétée de caramel...

 

DSCF4485.JPG

 

Asturies (7.80 €)

 

Comme son nom ne l'indique pas, cette galette est composée de thon, sauce tomate, oeuf et un peu de verdure.

Le thon émietté est sec, la sauce pas mal, l"oeuf impeccablement cuit. Par contre, la galette est assez quelconque dans son "expression sensitive". Elle a du goût soit, mais manque foncièrement des 2 qualités essentielles qui signent Ze galette : moelleuse à l'intérieur, craquante aux extrémités !!

 

DSCF4486.JPG

 

Crêpe au caramel au beurre salé (4.40 €)

 

Un temps d'attente relativement long (la salle est pleine), avant de découvrir la partie sucrée commandée. Là encore, la pâte est comme celle au blé noir, peu convaincante . Il manque encore cette "bilig touch", à moins que ce ne soit volontaire ?!

Le caramel est indéniablement maison, fait minute. Le beurre exhale encore tous ses parfums, presque orientaux. Le caramel est puissant, équilibré presque miellé avec l'expression dominante du beurre. Sans conteste le meilleur CBS (marque déposée by Leroux) caramel au beurre salé croisé dans un crêperie !! Dommage que la crêpe ne soit pas aussi séduisante...

 

Au global, des bases un peu décevantes, des garnitures de bonne tenue, une musique gonflante au possible qui donne envie d'étrangler, puis de noyer, tous les bagadous et joueurs de bombarde. On est au-dessus de la crêperie lambda, mais un gros amateur se lassera peut-être vite du manque de croquant des bases... On verra ce que "Balade en Crêpanie" nous propose...

 

A suivre...


Dan Ewen

3 place du Général De Gaulle

56000 Vannes

02 97 42 44 34

danewen.fr

Voir les commentaires