Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Vdv #54 : soyons joueurs !

29 Mars 2013, 08:52am

Publié par Docadn

Pour ce #VdV54, c'est Anne Graindorge (championne du monde ligérienne 2013) qui préside aux destinées de cette nouvelle édition

 

http://4.bp.blogspot.com/-dOHQCaTZkI4/UVVCfugSqNI/AAAAAAAAEwA/Lg5aNZWqeeU/s320/vdv54+r%C3%A9my.jpg

 

(Rémy Bousquet)

 

C'est à l'occasion du WBT (Wine Blog Trophy) qu'elle dit avoir découvert la dégustation à l'aveugle...

Personnellement, je pratique (très mal) très régulièrement cet exercice depuis des années. Mes débuts, dans cette catégorie, se situant vers 2005 après JC, aux feues LPViades (actuelles  REVEVIN) de St-Jean-de-Monts !! 

 

Je suis une "brêle de compétition", mais j'adore la dégustation à l'aveugle !! Il faut une dose nécessaire vitale d'autodérision, assortie d'une humilité permanente pour pratiquer pleinement cette dernière. 


http://vendredis.files.wordpress.com/2013/03/rc3a9my-vdv-54.jpg

 

(Rémy Bousquet)

 

L'un des plus grands moments de ma "carrière de dégustateur à l'aveugle", eut lieu il y a un peu plus d'un an, lors d'une manche qualificative du "championnat de France de dégustation RVF 2012" au Château de la Bourdaisière.

En duo avec une  ex-gloire des soirées chez Jeff, nous avons brillé aussi fort qu'une bougie chauffe-plats dans une cave-cathédrale. C'est dans les profondeurs du classement, mais en tête côté rires, que nous avons conclu cette session fort instructive !!

Un de mes dealers organise régulièrement des dégustations thématiques. L'aveugle est un principe indéboulonnable de ces soirées. L'une d'elles fut consacrée aux cépages. 8 vins blancs pour 8 cépages.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/191771DSCF5160.jpghttp://img15.hostingpics.net/pics/399736DSCF5167.jpghttp://img15.hostingpics.net/pics/143274DSCF5171.jpg

 

Si le sauvignon, le riesling et le gewurztraminer ne furent pas à l'aune des profils aromatiques et gustatifs, il n'en fut pas de même avec les #@,!!enfoirés sournois melon de Bourgogne, roussanne et autre chardonnay ou chenin, dont la dégustation à l'aveugle offre parfois un cousinage forcément trompeur !!

 

http://img15.hostingpics.net/pics/965867DSCF5170.jpghttp://img15.hostingpics.net/pics/940306DSCF5166.jpg

 

Ce soir-là, ce fut entre le melon de Bourgogne et la roussanne que mes sens furent déboussolés !! Autant il m'arrive souvent de "planter" l'aligoté et le melon de Bourgogne (cherchez pas, je suis une brêle, c'est écrit 11 lignes au-dessus), autant je n'avais jamais foutu "roussanne" sur un "melon" (et le "vice inversa" pour le coup aussi !!). 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/324087DSC0715.jpg

 

Cet extrait de mes hiéroglyphes en atteste (ben oui, j'écris très mal !!). Si j'avais bien deviné le melon dès les premières lignes, les vins anonymes suivants ont instillé le doute... puis ce fut le drame !!

A l'heure où le concours du meilleur sommelier du monde se termine (lire les "minutes" d'Emmanuel Delmas  ICI), nous constatons que même au plus haut niveau, le doute subsiste, malgré des décennies de pratique pour certains !!

 

 

Alors vive la dégustation à l'aveugle !! Se tromper n'est point mortel !! Savoir apprécier le vin déconnecté de son étiquette, prestigieuse ou pas, est le seul meilleur moyen de développer ses vrais goûts, affranchis de toute la littérature qui tourne autour. 


Il n'y a pas de honte à préférer un splendide vieux gamay qui pinote, à un pinot prestigieux à l'extraction poussée !!


Aucun rouge au front à avoir en annonçant qu'on préfère ce côt sans-grade du Sud-Ouest à ce bordeaux surclassé !!


Pas de quoi se retirer dans une léproserie pour avoir préféré un crémant de Loire à un champagne !!

 


Buvez sans préjugés, buvez les yeux bandés !!


C'était VdV#54, à vous les studios Ray Charles !!

Voir les commentaires

Florilège de dégustations XXXII

25 Mars 2013, 18:50pm

Publié par Docadn

Bonjour, 

 

Nouvelle petite synthèse des quilles bues ces derniers temps. Le retard est quasiment comblé. A peine 1 mois de décalage entre les dégustations et mes CR. Pour le coup, ce sera plus court que d'habitude, donc plus "digeste"... à lire !!

C'est parti...

http://img15.hostingpics.net/pics/336525DSC0716.jpg

 

Pouilly-Fuissé - domaine Saumaize Michelin - Vignes Blanches 10

 

Nez actif de "jeune chardo-boisé ", assez monolithique. Une attaque grasse, très très tranquille, boisée, très fruitée, opulente mais peu vivante. Les gorgées suivantes offrent un peu plus de vivacité. Forcément trop jeune, les amers se font plus saillants au fil du temps. A J+2, l'ensemble reste opulent, toujours vif, aux amers marqués. **/**(*)

 

http://img15.hostingpics.net/pics/712234DSCF5173.jpg

 

Bourgogne Blanc 07 - Domaine Roulot

 

Nez boisé, de "roche humide après une averse estivale", huître, marin, carton mouillé, un peu "serré". La matière confirme le boisé, additionnée de notes de pain grillé et de fumée. L'ensemble est fluide, fin, aux amers puissants, relativement complexe, à la vibrante amertume finale. Un vin au très bel équilibre, aussi expressif dans le registre de l'élégance que de la gourmandise pure. ***(*)

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/422679DSC0715.jpg

 

Mercurey - La Plante Chassey 09 - Catherine et Dominique Derain

 

Une robe étonnamment évoluée, au nez pinoteur, austère, boisé, se déclinant sur les fruits à noyaux et des notes métalliques. Une attaque évoluée, tannique, finement asséchante, se faisant plus aimable au fil de la dégustation, tout en gardant un caractère corsé affirmé. Le côté "nature-oxydé" finit par dominer les débats. L'ensemble est simple, à l'évolution "étonnamment prématurée". *

 

http://img15.hostingpics.net/pics/796313DSC0717.jpg

 

Valençay 10 - Le Clos Delorme - Albane et Bertrand Minchin

 

Un nez de sauvignon, version mûr, très mûr, laissant craindre un sr malvenu, complété de notes de "pierre à fusil" !! Une étonnante pointe végétale filtre au-dessus de ce "bouquet de fruits à maturité".

L'attaque est très fruitée, "grasse et tendue", au bel et inattendu acidulé. Une matière finement perlante, longiligne, épicée, aux amers "aigus", dont l'ossature finalement fluette ne pourra se dissimuler plus longtemps.

A J+1, le nez de "pierre à fusil" et la pointe végétale répondent toujours présents. Un ensemble toujours "étroit", empreint de "gras et de grâce" retrouvés, dont les épices finaux donnent toute la dimension attendue, trop infidèle pour être pleinement satisfaisante.

**/**(*)

 

http://img11.hostingpics.net/pics/555447DSCF5270.jpg

 

Clos Habert 08 - Montlouis/Loire - Domaine Chidaine

 

Nez de pain grillé intense, laissant un espace réduit aux fruits nombreux jaillissant du verre. Une attaque étrangement hésitante, aux sr traînants évidents, à l'expression de "demi-sec à mi-chemin". L'ensemble s'ouvre lentement, tout en restant "tortueux", malgré un joli fruité et un crayeux expressif. Les gorgées suivantes montrent un ensemble tendre, au sucre "pas intégré". A J+1, la poire domine, la craie la seconde. Expression plus "fraîche", malgré ce côté "sur-mûr" et ce sucre saillant. *(*)

EDIT : il s'agit d'un demi-sec, dont acte, mais pas à l'attendu, malgré tout, de ce que j'attends d'un demi-sec !!

 

et voili pour cette XXXIIème fournée !!

A suivre...

 

Voir les commentaires

Restaurant Richer à Paris

21 Mars 2013, 07:17am

Publié par Docadn

Bonjour,

 

Nouvelle "escale-flash à Paris" (1 soirée), pour des retrouvailles avec un vieux collègue de goulot (et autres vices associés), après "13 ans de rendez-vous ratés"

L'occasion de nous raconter enfin nos vies, autour d'une des nombreuses tables "branchées" qui fleurissent (et fânent) aux frontières des arrondissements toujours "tendances" que sont les IXème et Xème... 

 

N'étant qu'un péquin de l'ouest, je ne suis pas à la nanoseconde "l'actu des restos", comme d'autres suivent le mercato des masseurs de cuisses gauches sur France Football !!

Trouver un resto libre un lundi soir est aussi un autre problème. C'est certes surmontable, mais les choix sont plus restreints qu'à l'accoutumée. Aussi, après avoir tenté de décrocher, en vain, une table à L'Albion, c'est Richer qui nous offre l'asile stomacal.

 

Selon mes 18 secondes de recherche sur le net, c'est un certain Charles Compagnon, sommelier de formation, qui est à l'origine de cet "ex-rade en angle" à la croisée des rues Richer et Faubourg Poissonnière.

Ce même Charles est aussi "l'auteur" du très couru L'Office, logé dans la même rue, quasiment en face de notre table du soir. 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/877551DSCF5259.jpg

 

Il est vingt-heures passées, quand nous entrons dans Richer. Déco relativement dépouillée, doublée d'un éclairage au "chauffe-plat version Barry Lyndon discount".

Une prédisposition à la nyctalopie est un plus pour slalomer entre les tables sans se niquer une hanche bousculer les clients. 

Tout absorbés par nos retrouvailles, nous mettons un temps certain pour choisir nos plats. Les serveurs sont souriants, peu intrusifs, patients.

Ils ont juste le défaut d'être quasiment tous des clones physiques de Romain Tischenko, à savoir peser 21 kgs, porter des jeans taille 8 ans, tout en arborant une laborieuse barbe-duvet depuis 4 ou 10 ans...

Pour autant, au-delà de ce casting d'anorexiques pileux, ils nous laissent deviser tranquillement, avant de prendre nos commandes. 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/594147DSCF5260.jpg

 

Carpaccio de daurade, noix, moutarde violette et raifort

 

Une entrée vraiment pas mal, visuellement gourmande (que l'éclairage minimaliste ne sert pas), aux bouchées toniques, équilibrées, à la fraîcheur évidente.

Mon collègue F. est plus circonspect sur sa "crème de haricots noirs, oeuf de caille poché, écume vin rouge et lard". Son amie D. avait, de mémoire, opté pour "l'artichaut barrigoule, burrata, olives et parmesan", conforme à ses attentes.

Puis vint un enchaînement digne d'un relais jamaïcain de 4x100 entre l'entrée et le plat : un serveur enlevait nos assiettes des entrées, quand un autre nous déposait les plats dans la foulée !!

 

http://img11.hostingpics.net/pics/588690DSCF5264.jpg

 

Caille rôtie, croustillant de cuisse, purée de céleri et tétragone

 

Là, c'est le cassage de gueule, tout relatif soit-il !! Rien à redire sur la cuisson et le moelleux/croustillant des 2 morceaux proposés. Mais l'ensemble manque de "relief", de "caractère"... c'est relativement neutre, sans personnalité !!

Sans vouloir intellectualiser la chose, ce plat ne me "cause pas". F. enchaîne son deuxième "bide" (même plat). D. avait opté pour un satisfaisant "bar rôti, pommes de terre, poivre, herbes".

 

http://img11.hostingpics.net/pics/782526DSCF5268.jpg

 

Crème prise au citron, financier pistache, perles du Japon, menthe

(désolé pour la photo super pourrie, grâce à cette lumière sûrement très "étudiée")

 

Le baroud d'honneur du repas, avec ce dessert complet, à la crème vraiment bien foutue, aux perles bienvenues, au financier dans le ton. Le point fort de la séquence. 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/773092DSCF5263.jpg

 

Un service en douceur (sauf quand les plats sont délivrés en rafale), une carte des vins courte, assez curieuse, forcément jeune (le raccourci explicatif fait par le "sommelier" m'a  fait ricaner sourire*, mais bon, s'il le dit, c'est que c'est vrai, c'est lui le "sommelier" !!), aux tarifs d'appels et coefficients "raisonnables".

Le Côtes-du-Rhône 11 du domaine des Espiers (22 €, quasi coef 3 prix caviste) était à l'attendu : tonique, jeune, à la rafle expressive !!

Des entrées entre 8 et 9 €, des plats s'échelonnant entre 15 et 19 €, desserts au prix unique de 7 €. Ambiance calme, dîner en dents (élimées) de scie. 

Une relative déception pour cette table, aux tarifs corrects, manquant un poil de relief et d'homogéneité. Avis partagé par les locaux, qui m'ont promis d'autres horizons plus prometteurs dans le quartier...

Encore merci F & D pour cette soirée... 

 

Richer

2 rue Richer

75009 Paris

Tél : 01 48 24 44 80

 

* "on a des vins jeunes, c'est normal, il faut aller dans les étoilés pour trouver des vins à maturité...". J'en pouffe encore !!

Voir les commentaires

Une Table à Lorient

16 Mars 2013, 17:31pm

Publié par Docadn

Bonjour,

 

Juste avant que Pudlo n'édite, à la vitesse d'un Shinkansen, sa (nouvelle)  "saga lorientaise", je retournai vers une de ces tables que j'avais involontairement boudée depuis 6 ans !! 

Margarita et Dominique Dublé arrivaient de l'Yonne, quand ils ont repris l'hôtel-restaurant Le Victor Hugo en septembre 2006.


Ils ont servi, dès le départ, une bonne et copieuse "cuisine de marché", à des tarifs serrés, dans une déco entre deux eaux. Le nom avait changé, mais tous les habitués continuaient à nommer la table "Le Victor Hugo".

C'était, semble-t-il, une des cantines du  patron de la région Bretagne de l'époque (dînant discrètement, ce soir-là, derrière un paravent), sûrement moins fidèle depuis ses nouvelles fonctions...


6 ans plus tard, Une Table à Lorient a vu sa déco (chaotique) un peu évoluer (elle a été refaite il y a 2 ans selon les dires de Margarita). Des expos ponctuent toujours les murs de la salle. 

Le changement notable vient du label  "Maître Restaurateur", ostensiblement affiché à l'entrée de la lumineuse salle aux tons toujours discutables. Une musique breizhou un peu déprimante tourne en boucle.  


Un vieux couple déjeune. Madame est pimpante et droite. Monsieur est triste et voûté, enchaînant les plats sans quitter son épais manteau.

La bonne humeur méditerranéenne de Margarita Dublé est par contre intacte. Nous sommes vendredi midi, une formule entrée-plat à 14,50 €. 18,50 € avec le dessert en sus...

 

http://img11.hostingpics.net/pics/742905DSCF5199.jpg

 

Langoustine à la provençale

 

Mise en bouche aux accents asiatiques, trop chiche, car bien foutue !!

 

http://img11.hostingpics.net/pics/426555DSCF5201.jpg

 

Seiche marinée à la plancha

 

Des morceaux grillés à point, parfaitement cuits, ne tombant pas dans le piège de "l'élastique marin", que nous sommes nombreux à avoir laborieusement mastiqué (comme une régression avec le patient mâchouillage des pattes de Sophie la Girafe !!), nous détournant ensuite systématiquement de ce décapode souvent maltraité. La fraîcheur est au rendez-vous, la petite salade justement assaisonnée. 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/508637DSCF5203.jpg

 

Duo océanique aux coques

 

Un mulet noir un poil cuit, quand le morceau de cabillaud répond à mes attentes dans ce domaine. Il est même top dans le cas présent !! Quelques épinards frais pas mal, un "boulghour-Ebly" passable, une sauce un poil riche, des coques (trop rares) excellentes. Fort heureusement, ce duo trio de fraîcheur océanique se hisse sans peine au-dessus des accompagnements !!

 

http://img11.hostingpics.net/pics/483774DSCF5207.jpg

 

Panacotta au caramel au beurre salé

 

Une bonne panacotta succède au caramel au beurre salé, trop gras, trop sucré, donc forcément trop bon !!

Un service paisible, assuré en duo par Margarita et une "nouvelle" serveuse (trisomique comme Pierre, le précédent serveur) appliquée et déterminée.

 

Un déjeuner arrosé par un sympathique pichet de Château Thébaud 11, perdu dans une carte des vins à la peine (quand la petite sélection des whiskies est plutôt intéressante) .  

Le chef, souriant, fait son rapide tour de salle en fin de service. Aucun doute sur le respect du cahier des charges de Maître Restaurateur, tout semble frais (sauf le cahier de réservation estampillé METRO*  !). 

Voilà donc une bonne adresse, qui a tenu le cap depuis sa reprise, offrant pour moins de 20 € un déjeuner frais, copieux dans une ambiance paisible... peut-être trop pour certain(e)s !!

 

Une Table à Lorient

36, rue Lazare Carnot

56100 Lorient

M° : Montparnasse-Bienvenüe, puis correspondance pour Quimper.

tél : 02 97 64 26 54

www.restaurantlevictorhugo.com

Fermé samedi midi, dimanche soir, lundi


* Mais oui, bien sûr qu'ils ont le droit d'acheter des serviettes et du papier alu chez METRO, c'est juste un détail que mon esprit, joueur, de sodomite de diptères n'a pu passer sous silence !!

Voir les commentaires

Florilège de dégustations XXXI

10 Mars 2013, 15:57pm

Publié par Docadn

Bonjour, 

 

Le rythme ne faiblit pas... côté dégoupillage seulement, cette livrée ne concernant que certaines des quilles décédées dans le courant des mois de janvier-février derniers !!

C'est donc reparti pour ce (court) XXXIème bilan des sacrifiées :

 

http://img4.hostingpics.net/pics/963336DSCF5016.jpg

 

Agrapart & Fils -Terroirs - Champagne extra-brut - Blanc de Blancs -

Mise en bouteille en mai 09, dégorgé en septembre 12

 

Un cordon nerveux, une pagaille d'effervescence au nez d'agrumes, craie et notes fermentaires. L'attaque est crémeuse, vive, à la bulle caressante, superbement "calibrée", nette. La matière est d'abord tranquille, puis se tend au meilleur point d'équilibre, délivrant fruits, superbes amers et fin boisé. Un ensemble évanescent, forcément "chardonnesque", à la bulle modèle, à la gourmandise et à l'équilibre rares. ***(*)

Message perso : "c'est con que t'étais pas là Eva, c'est achement bien comme rôteuse !!".

 

http://img4.hostingpics.net/pics/770852DSCF5023.jpg

 

Domaine Le Rocher des Violettes - Touche-Mitaine 10 - Montlouis/Loire -

Xavier Weisskopf

 

Nez serré, net, frais, crayeux, aux parfums intenses de poire, au "soufre un poil jaillissant", angevin dans l'expression. Une entrée en matière fluide, sur la poire, qui s'étiole légèrement pour se retendre brusquement. Un caractère dominant vif, à l'acidité pointue, une matière longiligne, à la finale très vive, succédant aux faux-départs répétés de chaque début de gorgée. L'ensemble devient salivant, aux amers superbes. Un jus "schizo", dont le dynamisme sort gagnant. ***/***(*)

 

http://img4.hostingpics.net/pics/763976DSCF5061.jpg

 

PierreLune 11 - Pinot gris sur granite - Vin de Pays d'Urfé - Verdier/Logel 

 

Nez très sudiste, pommadé, peu sexy, semblable à celui d'un rosé myopathe servi en pichet dans un attrape-touristes "qui a du slip, servi dans un restaurant avec vue sur le Pont du Gard". Attaque perlante, moins "Flamby" que prévue, sans relief, épicée, qui va mourir sans panache au fond du gosier. Les 48 heures de sursis supplémentaires ne le rendront guère plus excitant que les variations de l'action Eurotunnel.  0

 

http://img11.hostingpics.net/pics/114877DSCF5063.jpg

 

La Nouvelle Don(n)e - Vertigo 09 - Côtes du Roussillon villages

 

Puissant et joli nez, aux allures féminines, mêlant fruits à noyaux, caractère "syrah-grenache" (alors qu'il n'y en a pas un gramme), finement alcooleux, très oriental (essence algérienne, menthol). A J+1, il renforcera ses accents de menthol, prenant même un visage castel-papal. Une attaque sanguine, fraîche, sur la grenade, pleine, à l'acidité relevée. L'ensemble est épicé, à la finale d'orange sanguine.

Les gorgées suivantes dévoilent "délicatesse, réglisse, fraîcheur d'une syrah du nord associées à la complexité d'un Châteauneuf". Pas mal pour un vin composé de 75% de carignan et 25% de mourvèdre !! A J+1, l'ensemble reste très digeste, le soyeux est toujours au rendez-vous, le pruneau domine la finale. Très beau vin. ***(*)

 

http://img11.hostingpics.net/pics/782857DSCF5156.jpg

 

Domaine Monier-Perréol - Châtelet - St-Joseph 09

 

Olive intense et bois flottent au-dessus du godet. Acidulé, terreux, menthol, épices, sang et métal se succèdent sur l'estrade de mon tarin. Une attaque fraîche, immédiatement élégante, à la vertigineuse suavité, puissante, fine, tout simplement magistrale, signe le racé d'un vin long, droit, gourmand, au fin boisé encore jaillissant. ***(*)/****

 

A suivre... 

Voir les commentaires

Le Salgado à Vannes

3 Mars 2013, 13:03pm

Publié par Docadn

Bonjour,

 

Voilà quelques années que je passe devant cet établissement, sans que rien de spécial ne me donne envie d'y entrer. J'aime assez la (roborative) cuisine portugaise, mais c'est un "délit de sale gueule" qui m'a toujours empêché de mettre les pieds dans Le Salgado !! 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/945134DSCF5077.jpg

 

J'entends par "délit de sale gueule", l'identité "visuelle" du resto !!  Ok pour le coq, mais que penser des coloris de la carte et des ardoises extérieures, plus proches d'un concept de pizzeria de centre commercial ou d'un club de foot, que de celles d'un restaurant traditionnel portugais !!

Comme quoi, le "marketing" peut parfois tout flinguer, alors que j'y suis, habituellement, aussi sensible qu'un scorpion aux radiations nucléaires !!

 

http://img15.hostingpics.net/pics/845201DSCF5076.jpg

 

La faim (ainsi que le manque de charme des propositions des autres établissements de la rue) a eu raison de mon entêtement !! Je cède, pour découvrir une sympathique salle aux tons "duvet de poussins écrasés", aux volumes verticaux généreux, au mobilier sobre. 

Il est 13h00, le rush bat son plein, une table de libre sur la (chaude) mezzanine. Accueil naturel, souriant, décontracté, vif (pas loin de 50 couverts à servir, 2 personnes en salle, vous entendez ça les molles du mollet !?).

 

http://img15.hostingpics.net/pics/452828DSCF5068.jpg

 

Prise de commande en servant les 2 verres de vinho verde, perlant et fruité à souhait. Une formule "entrée-plat" pour La Miss (10,90 €), la totale formule "midi gourmand" pour moi (14,80 €) !!

 

http://img15.hostingpics.net/pics/825147DSCF5070.jpg

 

Salade d'encornets

 

Servie dans la "traditionnelle" (petite) vaisselle du pays (à chacun son Arcopal !!), des encornets très bien cuits (loin des élastiques pour queue de cheval, souvent croisés), une bonne et douce huile d'olive, une salade un poil généreusement trop assaisonnée, sans parler de la rondelle de tomate anachronique. Hormis ces 2 derniers détails, les anneaux sont vraiment bons !!

 

http://img15.hostingpics.net/pics/979144DSCF5073.jpg

 

Frango Assailo (Coquelet à l'ail)

 

Un volatile fort en ail (j'aime ça, mais les sensibles ou les vampires devront fuir la chose), aux bonnes et grasses riches "chips maison"

 

http://img15.hostingpics.net/pics/844018DSCF5075.jpg

 

Tripes à la mode de Porto

 

Excellentes tripes (je ne cours pas naturellement après, en temps normal), plat très "fumé", riz bien cuit, assiette là encore généreuse... 

 

Une (classique) mousse au chocolat pour finir. Une cuisine assez "personnelle", relativement soignée, très roborative, dont la longue digestion et le caractère riche ne feront pas de mystère dans l'après-midi qui a suivi... 


Un service vif, souriant en permanence (plus généreux en "strip-tease dentaire" côté mâle que femelle), une clientèle très Ticket Restaurant®, visiblement fidèle, un menu aux rapports qualité-prix-goût-calories forcément difficile à battre.


Le resto propose, quelques mètres plus loin, "La Boutique du Salgado" (pas visité, car fermée pendant le service), proposant vins, fromages et morues salées de Rodez du pays... 

 

Le Salgado

Spécialités portugaises

43 rue Fontaine

56000 Vannes

Tél : 02 97 47 66 93

www.lesalgado.com

 

EDIT : je viens de me rendre compte que c'est le 400 ème billet du blog !!

Voir les commentaires