Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

La Table d'Aki à Paris

25 Octobre 2014, 11:04am

Publié par Docadn

Bonjour,

Mes (rares) lecteurs le savent : j'adore le poisson !!

J'en prends 7 fois sur 10 au restaurant quand ce dernier s'avère "assez sexy sur le papier"... puis, dans la même proportion, je critique vertement sa cuisson trop souvent ratée !!

Paris ne fait pas exception à cette règle !! Autant chercher une vraie facture dans la dernière campagne présidentielle de Sarkosy !!

J'ai fait l'apologie de Chez Casimir et de Chez Michel dans ce domaine... tout en cherchant d'autres tables capables de me faire décoller avec des "bestioles à nageoires mortes mais fraîches" !!

Notre capitale ne manque pas de ressources pour continuer à me faire espérer, voire bander de m'esbaudir sur des trésors "gastro-maritimes" cachés !!

La Table d'Aki à Paris

Le magazine Wasabi (qui traîne parfois dans certains restos abonnés) avait publié une enquête sur la cuisine dite "hybride".

Cette "investigation" était assortie d'une liste de cuisiniers japonais exerçant à Paris (ces derniers sont très recherchés tendances dans le petit monde du bistrot-branchouille-lutétien) et pratiquant une cuisine autre que celle en vigueur dans l'archipel nippon.

La Table d'Aki avait retenu mon attention, par son fonctionnement atypique et le joli buzz suscité il y a presque 3 ans, lors de son ouverture...

Depuis, un silence guère étonnant, dans une sphère où chaque nouveauté chasse la précédente...

Aussi, je tente ma chance 48h00 avant, pour décrocher 2 des 16 couverts disponibles dans cette dînette avec cuisine ouverte et murs sobres, n'ouvrant qu'à 20h00 pétantes (j'ai essayé 5 minutes avant, c'est fermé !!).... et ça marche !!

Le chef Akihiro Horikoshi a aligné 80 trimestres à l'Ambroisie (Bernard Pacaud), avant de reprendre ce qui fut un salon de thé.

Ici, depuis 3 ans, il oeuvre seul en cuisine, assurant même le service quand la serveuse est occupée.

Un menu unique qui pique au tarif plutôt élitiste le soir, en 5 plats... c'est parti !!

St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée
St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée
St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée

St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée

Puis vint...

Bar rôti-coeur de laitue caramélisée-jus de viande-légumes / Dacquoise mousseline-figue poêlée-caramélisée
Bar rôti-coeur de laitue caramélisée-jus de viande-légumes / Dacquoise mousseline-figue poêlée-caramélisée

Bar rôti-coeur de laitue caramélisée-jus de viande-légumes / Dacquoise mousseline-figue poêlée-caramélisée

  • Si le St-Pierre fait quasiment office de "mise en bouche", vu sa taille, son extraordinaire expression gifle déjà mes sens blasés par le poisson maltraité !!
  • Les St-Jacques nous font décoller à une altitude vertigineuse !! La juste fermeté, l'incroyable maîtrise des textures et la cuisson millimétrée nanométrée font de chaque bouchée un quasi orgasme bucal, adossé à une touche épicée d'orfèvre !! Un plat monstrueux, inhumain de perfection, capable de décrocher 3 macarons sans trembler !!
  • Les 2 poissons suivants ne souffrent d'aucune tare !! Le bar a une peau grillée qu'on ne peut décemment abandonner sur le bord de l'assiette !! J'en aurais dévoré des autoroutes !!
  • Même cette "dacquoise à la con" m'a renversé par sa simplicité et son aérien transfigurés !!

En 01h45, Akihiro Horikoshi a dégainé 80 assiettes (64 en vrai, vu que la dacquoise est déjà prête), d'un sobre esthétisme (les spots éclairant très bien le centre de la table mettent peu en valeur l'assiette sur les bords tout ça pour justifier mes photos pourries), d'une netteté confondante, où chaque poisson garde son identité gustative !!

Je parviens à échanger quelques mots avec l'auteur. Je balbutie mes émotions répétées face à ces salves gastronomiques d'un très haut niveau (ça ne vaut pas moins d'un mac et 3 toques).

Il marmonne ne cuisiner que des poissons sauvages (tous étaient bretons ce soir-là !!), n'avoir servi du saumon que 3 fois (il se pince le nez pour signifier que la majorité d'entre eux puent... sauf celui de l'Adour, seul digne de toucher ses poêles !!).

Dans d'autres circonstances, je me serais plaint d'une "satiété optimisée" de ce dîner (on explique, à qui veut l'entendre, que les japonais mangent à 80% du seuil de satiété, pour rester "éveillés et efficaces").

Hormis le 1er plat, les autres furent de vrais plats "quantitativement parlant".

Mais l'immense bonheur gastronomique vécu remplit aimablement les espaces laissés vacants.

Certains esprits analytiques n'y verront qu'un laboratoire expérimental de la cuisson fondamentale du poisson... faisant abstraction des subtiles combinaisons tissées autour de ce dernier.

Si vous cherchez un VRAI et BON TRES BON EXCELLENT restaurant de poissons à Paris, au service pro, efficace, dans une ambiance "comme à la maison",on ne se risquera pas au "rôt chanté" sans que les 14 autres convives ne tournent la tête vers le ou la coupable dans une ambiance sereine où tout le monde chuchote par respect pour autrui, c'est ici !!

Le prix : pas donné, cette séquence était facturée 70 €... 80 en remplaçant un poisson par un demi homard !!

Les vins : carte courte, pas excitante, 9 rouges, 7 blancs, 2 champagnes, de 30 à 106 €.

La Table d'Aki
49, rue Vaneau
75007 Paris
Métro : Vaneau
Tél. 01 45 44 43 48

Voir les commentaires

Restaurant Rossi & Co à Paris

10 Octobre 2014, 22:28pm

Publié par Docadn

Bonjour,

A peine digéré, déjà en ligne !!

J'accuse un retard éditorial conséquent sur mes dégustations de vin. Par chance, les impressions de ces dernières sont figées sur le papier, quand celles d'un restaurant s'évaporent souvent à la vitesse d'un rot d'une digestion.

Il m'arrive parfois de griffonner, à la va-vite, des notes très synthétiques, pour les reprendre des mois après.

Mais là, pas question de cramer quelques milliards de synapses supplémentaires pour conter ce dîner.

Restaurant Rossi & Co à Paris

Je me retrouve dans la peu rieuse rue Mandar (du nom de l'architecte qui a vécu dans cette rue, puis dessiné les immeubles s'y trouvant... pour les bizarres comme moi qui veulent toujours connaitre la genèse des noms des rues), au 10, une nouvelle fois invité pour découvrir une table "digne d'intérêt" (ce qui est quand même plus fastoche que de mentir d'écrire sur un bouge infâme pour compenser les avis pourris de TripMachinChose).

Rossi & Co est tenu depuis 5 ans par Marco Rossi (j'ai découvert qu'il avait un homonyme footballeur).

Ce napolitain qui pourrait provoquer une émeute entre cougars et gays au physique très intelligent avait d'abord tenu la "Salumeria Rossi", avant de se lancer dans cette aventure gastronomique.

Restaurant Rossi & Co à Paris

La salle est petite, un poil froide, mal éclairée pour y faire des photos pas trop pourries l'éclairage tamisé, la déco dépouillée... mais l'accueil chaleureux !! Nous sommes venus pour manger... à table !!

Poulpe, capres, concassée de tomates, mousse à l'orange - Truite de Banka, encre de seiche, aubergine brûlée, sésame noir - Soufflé de mozzarella de Buffala fumée, girolles, truffe blanche (tuber magnatum Pico)
Poulpe, capres, concassée de tomates, mousse à l'orange - Truite de Banka, encre de seiche, aubergine brûlée, sésame noir - Soufflé de mozzarella de Buffala fumée, girolles, truffe blanche (tuber magnatum Pico)
Poulpe, capres, concassée de tomates, mousse à l'orange - Truite de Banka, encre de seiche, aubergine brûlée, sésame noir - Soufflé de mozzarella de Buffala fumée, girolles, truffe blanche (tuber magnatum Pico)

Poulpe, capres, concassée de tomates, mousse à l'orange - Truite de Banka, encre de seiche, aubergine brûlée, sésame noir - Soufflé de mozzarella de Buffala fumée, girolles, truffe blanche (tuber magnatum Pico)

Puis vinrent...

Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise
Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise
Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise
Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise

Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise

Le tout arrosé de...

Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris

On pourrait s'agacer du sempiternel name-dropping des légumes et autres "hommage à Soulages" (cauchemar des photographes, surtout les mauvais comme moi !!), mais c'est sans compter sur l'infinie douceur et de la satiété issues des assiettes délivrées.

Le très joli panel des vins proposés, certes trop jeunes pour certains, ne manque pas d'interpeller sur la passion viscérale de notre maître queux pour la dive bouteille... mais comment faire autrement quand on a épousé une bourguignonne ?!

Restaurant Rossi & Co à Paris

La carte des vins, mise en scène toute en douceur par un sommelier lui aussi italien, sera justement plus pertinente du côté de la Botte (y compris Sardaigne et Sicile) que sur les vins français, dont les coefficients peuvent faire légitimement sursauter... mais ceux qui cherchent à boire du Rousseau (Armand, bon Eric en fait) en trouveront aussi !!

Mais je martèle depuis des lustres que je vais d'abord au restaurant pour manger... et sur cette thématique, Marco Rossi, cuistot-bambin-barbu aux yeux emplis d'étoiles quand il vous présente ces (énormes) cèpes ou ses légumes, nous a livré une séquence remarquable, aux saveurs justes, aux cuissons respectées, aux expressions très élaborées, explorant au-delà des terroirs napolitains avec une élégance épurée et un talent créatif indéniable, le cuit, le cru, le brûlé, le fumé (je l'ai même traité de "scandinave" pour le coup)... un peu comme un Patrice Gelbard qui aurait réussi à se débarrasser du superflu pour ne garder que l'essentiel !!

Rossi & Co

10 rue Mandar,

75002 Paris

Tél : 09 54 96 00 38

Fermé dimanche et lundi

Formule déjeuner à 24 €, comptez 40-45 € le soir, sans les vins. 

PS : à noter en face, "Rossi le Deli", version foccace-panini-salades

Rossi le Deli
9 rue Mandar 75002 Paris 

Voir les commentaires

Les Diables au Thym à Paris

5 Octobre 2014, 14:22pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Retour dans un quartier qui a laissé exsangue mon pouvoir d'achat et presque intact mon appétit.

Le BAT est déjà très loin, quand on m'invite* à dîner aux Diables au Thym, adresse hors des radars et guides tendances.

Les Diables au Thym à Paris

Eric Lassauce a repris cette table (à son ancien chef) voilà 7 ans.

Passé par la case Senderens, il rame un peu s'évertue depuis à faire sa cuisine, presque dogmatique, très loin des esbroufes à picorer pour hipsters anorexiques et autres trucks à huile pour foodistas aux jeans trop serrés...

Alors forcément, la presse et le microcosme "branchés" n'ont que faire de cette adresse... normale !!

Je retrouve mon collègue de goulot du soir (responsable de ma "débauche éditoriale") que je n'avais pas revu depuis au moins 3-4 ans... 20 kg de moins pour l'un, 8 de plus pour l'autre...

Les Diables au Thym à Paris

Le sommelier étanche rapidement nos soifs avec un savoyard dynamique, à l'acidité diabolique.

Les Diables au Thym à Paris

Je pioche rapidement dans le menu à 38 €, histoire de pouvoir comparer le comparable** !! Un tarif "dans la cible", le soir à Paris, dans les bistrots estampillés chics "(bistro)nomie" !!

D'ailleurs, la déco sobre et les nappes blanches sont raccords avec le "standing" visé par le cuisinier belfortain.

Salade croquante aux supions, quenelle de ricotta / Dos de cabillaud, tian provençal au romarin / Tourte de blettes à la niçoise
Salade croquante aux supions, quenelle de ricotta / Dos de cabillaud, tian provençal au romarin / Tourte de blettes à la niçoise
Salade croquante aux supions, quenelle de ricotta / Dos de cabillaud, tian provençal au romarin / Tourte de blettes à la niçoise

Salade croquante aux supions, quenelle de ricotta / Dos de cabillaud, tian provençal au romarin / Tourte de blettes à la niçoise

  • Une petite salade, tantôt salée, tantôt sucrée, aux multiples textures et épices agréablement juxtaposées. Une pointe finale de clou de girofle, un poil surdosé, gâchera à peine la fraîcheur anisée et la justesse de l'ensemble.
  • L'inévitable cabillaud (je parle pour moi, vu que je prends du poisson 7 fois sur 10) et sa cuisson sur le fil, à coeur, alors que l'extérieur faisat craindre le pire. Le tian passe plutôt pour une ratatouille, tant les légumes sont confits et bons (mention pour la tomate) !!
  • Une première pour moi que de manger des blettes au dessert... en manger tout court devrais-je écrire (ma dernière expérience c'était en 1994 à Lyon) !! Si je ne suis pas fan de la 1ère heure de la fleur d'oranger, elle est assez discrète pour ne pas flinguer la bonne tourte aux blettes qui doit se faire bastonner tous les niçois dont les mères respectives doivent faire la meilleure du monde, la vraie ou je ne sais quoi d'autre !! Par contre pour la glace, c'est bien de la fleur d'oranger... et je ne suis toujours pas fan !!
Les Diables au Thym à Paris
Les Diables au Thym à Paris
Les Diables au Thym à Paris

Sympathiques découvertes bacchiques, animées par un sommelier dont la juste humilité fait honneur à la profession (il a vécu et travaillé 5 ans au Japon, avant de revenir en France).

Je retiens notamment ce pinot noir braucol syrah cabernet franc cabernet sauvignon merlot, syrah La Coquille, rouge aveyronnais produit par Patrick Rols, aux accents naturels et à la digestibilité modèle !!

Une carte des vins serrée, sobre, curieuse, aux tarifs humains, joliment illustrée par une rubrique "C'est dix vins pour enchanter vos palais" mettant en avant les coups de coeur de notre échanson.

A noter, une VRAIE carte des eaux (autre passion de notre sommelier) qui nous change des sempiternelles San-Pé et Badoit !!

Les Diables au Thym à Paris

Puis vint l'heure du digestif, moment propice pour échanger assez longuement avec Eric Lassauce.

Un patron un peu ovni dans ce microcosme gastronomique où la course à la tendance est permanente. Il a décidé de ne pas courir avec les marionnettes des assiettes, en payant cher l'anonymat qui en découle.

Il a l'innocence de croire semble encore croire à la "vraie cuisine", celle qui ne brode pas QUE sur la com', celle qui nourrit, qui apaise, qui gifle, refusant de céder aux sirènes des cuisines éphémères et sans relief du "show-boufness" !!

Si je me plains depuis des mois des copiés-collés sans âme d'un dogme imposé par le Fooding d'une certaine "bistronomie parisienne", voilà assurément l'adresse que je conseillerais à des fourchettes fatiguées des poitrines de cochon cuites 12 jours à 27,86°C et autres céviches péruviens.

Les Diables au Thym
35 Rue Bergère 
75009 Paris
Tél : 01 47 70 77 09

www.lesdiablesauthym.com

*Comme je reproche à pas mal de bloggeurs/bloggeuses de ne pas jouer la transparence lorsqu'ils vont au resto sans payer, pour la 1ère fois dans l'histoire de ce blog, j'ai accepté une invitation à la seule condition d'écrire la "vérité vraie"...

** Vu que je ne prends que des formules ailleurs, pourquoi changer sous prétexte que je ne raque pas suis invité ?!

Voir les commentaires