Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Calendrier de l'Avin 2015 : 20

20 Décembre 2015, 10:22am

Publié par Docadn

Calendrier de l'Avin 2015 : 20

Calendrier de l'Avin, saison 6 !!

S'il est bien une notion de l'éphémère, c'est au net qu'on la doit... sauf pour le calendrier picologique proposé, sans relâche, par Eva-Oenos depuis plus d'une demi-décennie !!

Heureux élu depuis la genèse de cette cave à vin virtuelle, j'ai eu cœur de mettre en avant des vins ligériens (chers à la "Gouroute aux ongles tatoués"), à 2 exceptions près (beaujolais et japonais).

"Fidélité" oblige, c'est encore la Loire qui illustrera cette 20ème case.

Une case particulière, puisque je vais parler du vin d'un collègue de goulot !!

Je vous vois déjà en train de dodeliner de la tête en expirant un "pfff, il va nous faire la pub de son pote..."

Et bien détrompez-vous... qu'à moitié !!

Vouvray - Le Compte Marc 2013

Vouvray - Le Compte Marc 2013

Julien Vedel est ouvrier agricole (niveau 4 quand même) au Domaine du Clos Naudin (Philippe Foreau), à Vouvray.

Le soir venu, quand il n'a pas de dégustation, il cultive quelques ares sur une parcelle nommée "Le Compte Marc".

Depuis 2012, son premier millésime, il concocte un Vouvray avec l'ambition de se mesurer aux références locales.

Labours au bourrin, pas d'intrants, une pincée de soufre à la récolte, puis à la mise (je crois) et c'est tout !!

Il a beau être mon pote, il n'empêche que je ne lui laisse rien passer pour autant !!

Déjà, aucune bouteille offerte... ce qui me laisse une franche objectivité sur les jus chèrement payés !!

J'ai goûté son 12 à 2 reprises. Une fois seul, une autre fois en comité élargi à l'aveugle. La critique ne fut pas exagérément enthousiaste !!

C'est ainsi, comme je le répète souvent : on ne ment pas à un pote... même s'il met ses couilles au barbec' jette tout son égo dans son vin !!

Julien Vedel, géniteur du Compte Marc

Julien Vedel, géniteur du Compte Marc

Pour cette case n°20, partons à l'assaut de son Vouvray - Le Compte Marc 2013.

un premier nez très mellifère, crayeux, sur des fruits blancs génériques, qui vire sur l'archétype d'un chenin.

Une attaque vive, fine, crayeuse à mort, un poil courte, aux amers fins, courts, donc frustrants... j'oublie la bouteille 01h00, avec l'espoir qu'elle va se livrer un peu plus.

Je reviens sur la bestiole après les 60 minutes réglementaires de respiration, pour redécouvrir un vin totalement métamorphosé.

Le nez "poire", sur un caractère s’annonçant "plus gras".

Le gras se confirme en bouche, avec une jolie pointe d'austérité comme je l'aime dans le chenin. L'ensemble est plus vibrant, aux amers enfin sexys et longs...

La finale est superbe, l'allonge de rigueur, "vlà ti pas un bon chnin" !! ***

A j+1, la matière est monolithique, plus puissante, aux amers plus "pointus". Un vin moins charmeur-charmant et surtout plus court.

A carafer longuement sur ce millésime... si vous en trouvez !!

Domaine Julien Vedel

46 rue Docteur Lebled

37210 Rochecorbon

julienvedel@yahoo.fr

lecomptemarc.vouvray@gmail.com

C'était le Calendrier de l'Avin 2015, à vous Madame Eva !

Voir les commentaires

Week-end angevin part II : Thibaud Boudignon à Savennières

17 Décembre 2015, 12:52pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Suite et fin de la balade angevine, avec l'autre étoile montante du paysage viticole local : Thibaud Boudignon.

Cet ex-judoka, membre du Pôle France, a troqué le kimono contre le sécateur et le mustimètre il y a déjà presque une décennie.

Diplômé d’œnologie (il raconte qu'on lui a demandé de se taire et de suivre les cours lors de sa "reconversion"), notre ceinture noire débute au Château Olivier (Pessac-Léognan), avant de tâter du pinot noir chez Charlopin.

Puis ce sera le Domaine de la Soucherie en Anjou, avec un poste de directeur d'exploitation, qu'il occupera jusqu’à la fin de cette année 2015, pour mieux se consacrer à son propre domaine, crée en 2008 (1ère récolte en 09) désormais "mature" !!

 Week-end angevin part II : Thibaud Boudignon à Savennières

Thibaud nous reçoit dans un chai splendide, résultat de travaux qu'on devine dantesques. Ce trentenaire, au look d'hipster, parle aussi sereinement que Pierre Ménard.

La pipette s'impatiente déjà, au boulot !!

D'emblée, Thibaud nous balance "l'Anjou Domaine 15", élevé en fûts neufs. Un nez puissant, très "bourguignon dans l'esprit", avec cette impression de raisins bien mûrs. Une matière immédiatement précise, nette, à l'acidité très haute, comme déjà en place, comme déjà très grand. ***(*)

Nous enchaînons avec "la fin de presse" Les Gats, toujours en 15. Un nez très réduit, plus "angevin dans l'esprit", à l'attaque vive, aux amers vibrants. **

La version "pleine" Les Gats 15 offre un nez élégant, au fruité de fou... un monstre pour les sens... et la bouche. ***(*)

A Françoise 15 (Anjou) délivre des effluves élégants, précis, une bouche diablement structurée, vive (pas de malo), aux amers, là encore, longs et vibrants. ***(*)

La même cuvée, sur une barrique de 500 l, offre un perlant conséquent, assortie d'une plénitude et d'une dimension monumentale ***(*)/****

 Week-end angevin part II : Thibaud Boudignon à Savennières

Place aux savennières !!

Les Fougeraies 15 (barrique Gauthier Frères) hume la fraîcheur et une finesse modèles, quand le jus se pare d'une élégance, d'une délicatesse qui confèrent à un silence de recueillement et de contemplation. ***(*)/****

Le Clos de la Hutte* 15 (Stockinger) est olfactivement très réduit, mais le vin est "plein", frais, au "train de sénateur" qui file tranquillou au fond du gosier. ***

La version "4 vins assemblés" du Clos de la Hutte 15 (barrique de 500 l) louche vers Fougeraies 15 au nez, alors que la bouche est d'un équilibre hypnotique, où quand King Kong danse son 1er ballet étoilé !! ****

Nous balayons furtivement 2014, en démarrant par l'Anjou 14, au nez de crème brûlée, rond, "gras et opulent", un poil tendre à mon goût, aux jolis "amers polis". **(*)

Les Fougeraies 14 fait dans "l’archétype local", avec une pointe de consensualité étonnante par rapport au panel goûté. **(*)

A Françoise 14 me fait mentir, par la somptueuse délicatesse, la droiture et son profil "traçant". Finale très salivante. ***(*)

Une dégustation exceptionnelle !!

Des vins d'une rare précision, aux squelettes parfaitement équilibrés, où le bois est au service du vin.

Thibaud Boudignon est un vigneron à la "passion tranquille". Derrière un calme quasi olympien, se cache un vigneron qui n'a pas perdu sa fougue de sportif.

Il plante 1 ha par an, forme et travaille avec un "repenti de la restauration", fourmille d'idées, teste des dizaines de barriques.

De grands projets sont en cours pour son domaine (nouveau chai au milieu des vignes) !! Des ambitions forcément coûteuses, avec une idée fixe sur l'optimisation des flux et des process que son implantation lui oblige à repenser !!

Thibaud Boudignon ne reçoit pas les particuliers. Il a fait une exception pour nous (nous étions nous-mêmes accompagnés d'un vigneron).

Il ne fait pas les salons, avoue détester cet exercice.

En quelques millésimes, Thibaud Boudignon a, pour moi, piqué le cul réveillé l'appellation Savennières sur ses grands secs !!

Si on parle très souvent d'Eric Morgat comme "premier coup de trompette", Thibaud Boudignon sera le cor de chasse qui suit...

Les 15 risquent d'être des monstres qu'il faudra très rapidement récolter piller chez tous les bons dealers.

Les tarifs sont aussi ambitieux que le bonhomme.

Comptez, de mauvaise mémoire, 19 € pour l'Anjou domaine, 27 € pour la cuvée "A Françoise", 36 € pour "Les Fougeraies"...

Thibaud Boudignon
13 chemin de la monnaie
49170 Savennières

* nouvelle cuvée en Savennières, pas d'indication pour le tarif !!

Voir les commentaires