Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

En route pour Saint Bonnet acte II

9 Avril 2007, 15:02pm

Publié par Docadn

Après 2h30 d'autoroute et d'une petite route de campagne (plutôt un chemin vicinal), nous voilà à Tissac. Bon y'a vraiment peu de chance que vous y mettiez les pieds un jour, sauf à y connaître
l'un des 20 habitants (et de leurs chiens encore plus nombreux) de ce hameau situé à 6 kms de Brioude à moins de pratiquer le vtt de manière intense au vu des nombreux chemins sillonnant les nombreuses forêts avoisinantes.
De plus aucun espoir d'avoir un lecteur de par là bas (sauf un pervers s'épuisant des mois durant à charger des pages en 56K).
Tissac perché du haut de ses 600 mètres et des poussières n'a et n'aura pas l'ADSL de
sitôt puisque situé à plus de 5kms d'un "répartiteur". Donc nous faisons halte chez des amis pour la nuit.
Le lendemain nos amis nous emmènent nous dégourdir les pieds au bord de l'Allier sur une promenade à la bageasse, reliant Brioude à Vieille Brioude.
Une promenade très facile et courte passant devant le nouveau et l'ancien camping.
C'est bucolique et avons à peine 3 personnes croisées en cette période.
DSCN2114.JPG

Je sais elles cassent pas des briques c'est juste pour les reflets que je les ai mises...

DSCN2113.JPG

Mais nous devons reprendre la route. Le clos des cîmes nous attends. Après 1h15 de route
parsemée de ce que je nomme "les épouvantails de la route", nous rappelant le caractère dangereux
des routes de haute loire, nous arrivons à Saint bonnet le froid,
qui  ce jour fait honneur à son nom.
Un oeil sur le thermomètre me confirme ce que mes poils des avants bras ont ressentis: "Ca meule" ce qui en  jargon d'automobiliste signifie : "ouh là là fait pas ben chaud dans l'coin".
La neige tombée la veille a disparue de la route mais resiste encore vaillamment dans les patures.
Rappelons par la même occasion que nous sommes à 1100 mètres d'altitude, donc pas anormal non plus.
Une pancarte indique le restaurant mais ce n'est pas encore d'actualité. Direction l'hotel. Ce dernier
se trouve au centre du village et il a abrité pendant fort longtemps l'ancien "clos des cîmes" avant de déménager
au sommet du village en Octobre 2005.
C'est désormais une version bistro du restaurant qui occupe les locaux : la coulemelle.
Le cadre y est agréable et les prix sont d'une étonnante sagesse, puisque le menu le plus élevé est à 25 euros
(le 1er menu est à 18 euros).
Penser à reserver 2 à 3 semaines avant (ben oui j'écoute tout ce qui se dit).
Notre chambre n'étant pas tout à fait prête, le réceptionniste nous offre un très bon café accompagné par de petites mignardises délicieuses.Un coup d'oeil à la carte du bistrot. Ca à l'air appétissant.
Voilà notre chambre est prête.
Nous suivons le réceptionniste qui nous mènent par un souterrain (très sympa au demeurant puisque c'était l'ancienne cave du resto gastronomique) à notre chambre.
Et bien là nous nous rappelons tout à coup que l'établissement est un relais & châteaux.
Voici quelques clichés de notre chambre "véranda" (160 euros la nuitée).Je vous rassure Il existe des suites juniors plus onéreuses.
DSCN2115.JPG
Ca ne rend pas des masses en photos mais je peux vous assurer qu'en vrai c'est une des plus belles chambres que j'ai eu l'occasion d'avoir...
DSCN2118.JPG

et personnalisée jusque dans le tapis (c'est le logo du restaurant)
DSCN2127.JPG
La vue du balcon
DSCN2130.JPG
Cela s'annonce plus que bien. moults détails et attentions particulières.
Une paire de pantoufles
blanches estampillées "clos des cîmes" pour chacun et à emporter, fait rarissime , le mini bar est à notre disposition gratuitement.
Je vous rassure tout de suite pas de champagne millésimé
ou de vin de prestige mais quelques bières de l'eau gazeuse
et 2 ou 3 jus de pommes bio (très bon au demeurant).Un petit
tour dans le village pour constater que St Bonnet est bien un village
gastronomique. Le boucher est ouvert , normal c'est le dimanche des
rameaux et nous avons raté le traditionnel défilé des boeufs
qui précède la fête des boeufs de pâques.Un autre restaurant
semble lui aussi tirer son épingle du jeu.
Nous croisons une très alléchante patisserie, elle appartient aussi à
Régis Marcon.
Le froid nous fait regagner rapidement notre chambre douillette.
Ils faut nous préparer pour le diner...
A suivre...

Commenter cet article