Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

L'Auberge

17 Avril 2009, 21:43pm

Publié par Docadn

Redécouverte d'un établissement fréquenté par 2 fois à l'aube de cette décennie mais depuis délaissé. A l'époque, le cadre était "bourgeois vieille France" et la cuisine était raffinée, classique et copieuse.
Un dîner en famille était le bon prétexte pour y retourner et découvrir ce qui avait changé. La famille Larvoir est toujours aux commandes de cette institution locale.Les cheveux des parents se sont fait plus clairs, la fille n'est plus la frèle adolescente mais une dynamique jeune femme en charge de la sommellerie.
L'établissement a fait peau neuve avec un hall et un salon des plus contemporains ainsi qu'une salle plus vaste aux teintes tendance.Les chambres semblent avoir subi le même traitement. Les meubles anciens et régionaux ont résisté à la vague de jeunisme.
La vaisselle est elle aussi dans le coup et Madame Larvoir fidèle au poste.La carte nous arrive avec ses (excellents) grignotages de rigueur. Des menus s'étalant entre 25 & 85 euros. Les intitulés sont appétissants et la table se met d'accord pour gouter aux suggestions du menu à 39 euros.
Sandrine Larvoir me tend le bottin des vins. Ce dernier aussi a bénéficié d'une "restructuration constructive". A l'époque, la carte (déjà fort bien fournie) était outrageusement dominée par les quilles bordelaises. L'équilibre semble être la ligne directrice de notre sommelière maison. On y retrouve aussi bien des étiquettes comme Krug ou Bollinger comme les moins médiatiques mais néanmoins délicieux vins de Dupasquier... Les tarifs semblent sages avec des coefficients honnêtes et la sélection plutôt pertinente.
Chacun a fait son choix. Place aux entrées :


Ventrèche de bar au poivre long, jus de persil plat, caviar d'aubergines

Ca c'était mon entrée mais on pouvait aussi observer sur la table :


Foie gras de canard maison, crème brûlée aux cèpes, confiture d'oignons

Mais aussi :


Noix de Saint jacques en fines lamelles, façon bretonne, mirepoix de champignons

Excellente entrée en matière pour mesurer la remarquable évolution de la cuisine de Jean Luc Larvoir et de son équipe. Le foie gras est parfait, aussi bien dans sa texture que dans son assaisonnement au laser. La ventrèche est délicate et saisie à point.Je ne pourrais guère vous détailler la dernière entrée car elle ne séjourna guère longtemps dans son plat sous les assauts répétés de mon beauf doté d'un appétit à faire passer Homer Simpson pour un anorexique chronique.
Un délicat et rafraichissant sorbet au cidre plus tard nous voilà paré pour le(s) plat(s) :


Croustillant d'Agneau, tarte de ratatouille, jus de carotte réduit

l'autre moitié des convives ayant opté pour :


Morceaux de Saint Pierre confit au beurre (terre-mer), chausson de pommes de terre au crabe, jus de cotriade


Le festival des saveurs se poursuit. Un agneau à la cuisson et au goût inouïs et une toute bête "tartatouille" jouissive.
Le saint pierre étant de son coté une parfaite tuerie gastronomique qui laissa bouche bée les heureux locataires de l'assiette.
Encore sous le choc gustatif, on vint nous réconforter avec un étonnant entremet :


Ou comment faire un oeuf au plat avec une mangue et de la crème

puis arriva le temps des desserts :


Croustillant au cacao, fraises et sorbet idem et vinaigre (ben voui j'ai oublié l'intitulé exact)

ce dernier était entouré par :


La Farandole de desserts


Nous appellerons ce dernier le "dessert de Carol" (c'est celui que l'avant dernier pape mangea lors de son repas en ce lieu) car j'ai là aussi oublié l'intitulé exact de ce dessert à base de feuilles de sarrasin, oranges, d'un jus au gingembre et une crème au grand Marnier.


Moelleux au chocolat grand cru, crème glacée vanille bourbon

Le coup de grâce avec ces épilogues sucrés mélant force du chocolat et aérien du croustillant pour le 1er dessert, impasse sur la farandole confiée à l'aspirateur buccal de service (toujours le beauf).Le moelleux simple et juste.Seul le dessert de Carol fût un poil en retrait.
Toutes ces agapes furent arrosées par l'eau minérale zéro nitrate régionale et par la gagnante du casting du bottin qui devait assurer le consensus de la diversité des plats choisis ce soir :


Première rencontre avec le domaine Anne Gros et énorme coup de coeur pour ce Chambolle-Musigny 2004 "La Combe D'Orveau" au boisé encore bien palpable mais qui laisse le champ libre avec une suavité, une finesse et une gourmandise de fraise vertigineuses.Une très belle acidité qui laisse présager un beau potentiel de vieillissement. Du grand, du très bon. Et Sandrine Larvoir en sommelière avisée et fan de la première heure délivrant le juste message mélant passion et lobbyisme de rigueur pour une des rares vigneronnes de Bourgogne.
La maison ayant décidé de régler le compte stomacal du Gargantua de passage nous offrit en guise mignardises :


puis avec le café servi dans le très joli salon :


Cette dernière gourmandise acheva comme prévu la très belle soirée. J'avais laissé un établissement ronronnant et assis sur sa bonne réputation. J'ai retrouvé un nouveau restaurant, porté par une cuisine joyeuse et aérienne et dont le maître mot sur chaque plat fut : Fraîcheur. Un gros coup de coeur pour l'auberge (qui si je devais lui donner une note mériterait un joli 14 et une toque bien vissée) et un coup de griffe au petit livre jaune qui ignore (du moins dans son édition 2009) superbement ce dernier (Je compte bien sur le "disque dur limousin" pour me donner les éventuelles notes et appréciations dont l'Auberge bénéficia peut être il y a très longtemps...).
L'Auberge
56, route de Vannes
56400 SAINTE-ANNE-D'AURAY
Tél. : 02 97 57 61 55
Fax : 02 97 57 69 10
auberge-jl-larvoir@wanadoo.fr
www.auberge-larvoir.com

Commenter cet article

olif 18/04/2009 19:21

"Si j'Auray su, j'Auray bien venu!", aurait pu dire le Tigibus dans la Guerre des Boutons.

En tout cas, pareil qu'Alain: ça donne envie!

AlainT 18/04/2009 14:27

Je continue (j'ai encore fait "entrée" au mauvais moment, c'est vraiment top ton affaire, en plus, on ne peut pas faire de "copié/collé" à partir de Word)Tu me demandes de te faire l'historique de la notation dans le GM :entrée dans le Guide 88 avec 12/20 et un joli commentaire (rapport Q/P souligné, mais vins un peu chers)La note est maintenue en 89, promotion en 90 (1 toque avec 13/20, les vins sont bien choisis, maintenue jusqu'en 99, avant d'avoir une nouvelle promotion dans le Guide 2000 (la toque est créditée d'un joli 14/20), puis disparition de l'établissement à partir du Guide 2004.Voilà M'sieur ! Bon, mais si j'en crois ce que tu écris, ça vaut effectivement un beau 14/20, ce qui fait que je le mets aussitôt sur mes tablettes pour notre prochaine escapade du côté de chez toi...Dernière chose, bravo pour le texte, ça donne bien envie ! Alain (agacé par le fait qu'on ne puisse apparemment pas aller "à la ligne" dans le pavé "commentaires" de ton blog / si tu sais comment faire, merci de me prévenir, ça m'évitera de faire "entrée" !)

AlainT 18/04/2009 13:51

Argh, je viens de me taper plus de 2 heures de vélo, j'ai faim !