Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Florilège de dégustations Part XV

11 Novembre 2009, 07:26am

Publié par Docadn

Voilà près de 4 mois (sans compter les vins de l'atlantique) que je n'avais pas couché sur écran mes notes de dégustations.
Il est donc temps que j'y consacre les 2 volets réglementaires, à savoir les blancs-bulles pour commencer et les rouges rosés pour finir.
Et vu que ça fait aussi un bout que je n'ai pas redonné le glossaire qui va avec, à savoir :
O : Loin de moi cette horreur...
*/ *(*): bof à mouais, t'as rien d'autre dans ta cave...
** / **(*): Moyen à pas mal, c'est bien parce que j'ai soif et que je ne veux pas te laisser boire seul(e)...
*** / ***(*): Bon à j'aime beaucoup, donne m'en donc encore une goutte ou plus pendant qu'il en reste...
**** : Excellent, j'adore, que personne d'autre ne touche cette bouteille !!

Château Jonc Blanc -Montravel 2007 : pétrole et encaustique pour démarrer, puis vernis, pharma qui passent le relais au miel et un fin boisé pour laisser enfin place à des pommes au four. le vin nous promène tantôt en Loire tantôt en Alsace.L'attaque est grasse, sur les fruits blancs, une facette ligérienne, à la longueur moyenne mais à la matière dense.L'amer pèse sur le vin au fur et à mesure de son réchauffement. C'est un poil mou. **

Champagne Mercier - Brut Rosé : Bulles grosses & denses. Nez éthéré puis pas grand chose d'autre. D'emblée, le dosage est appuyé, l'amer est conséquent et c'est très peu expressif. La bulle au palais se fait moins dense que visuellement. L'ensemble est là aussi mou, mou...**

Rolet - Coeur de Chardonnay - crémant du Jura 2006 : bulles fines et très nombreuses. Nez de pommes intenses matinées d'un soupçon de végétal et de foin (c'est pas du cidre pourtant !!).
En bouche, les bulles sont hyper fines et "serrées", l'ensemble manque un poil de tension, mais c'est bien. La finale sur le pamplemousse pour une longueur moyenne et un "dosage" nickel. j'aime bien.
***

Cuvée Hortense - Entre deux mers 2008 :carton mouillé et bois ouvre le bal. Puis des notes végétales et de "crustacés iodés" en second plan. L'attaque est "grosse", un poil rudimentaire sur les agrumes puis le bois déboule et hop les agrumes reprennent le dessus. Un sympathique impression de fraîcheur laissée par l'ensemble. Voilà des années que je déserte les FAV mais dès que je vois cette cuvée de soif, ben j'en prends et vu le tarif, pas de risque...**(*)

Domaine Gentile - Patrimonio 2007 : très levuré et agrumes intenses laissant place à de très étonnantes notes de bière blanche (une Hoegaarden avec sa tranche de citron). L'attaque est molle et malgré son coté agrume, ce n'est pas suffisant pour redonner du peps à la matière. Cela manque cruellement de structure. L'ensemble décline ensuite des notes de violette et d'anis. un gras correct et un poil perlant.**

Domaine Vincent Carème - Vouvray - Le Clos 2006 : nez miellé, poires et fleurs blanches pour commencer. Notes de sucre candy et de violette dans un second temps. L'attaque est un poil sucrée, un tantinet perlante évoluant sur de jolies notes miellées.C'est d'un bel équilibre avec un amer plaisant pour une finale sur de fins sr.**(*) / ***


Bodega Monroux - Julius - Rueda 2008 (100% verdejo) : nez de sauvignon mêlant l'urine, la ronce et le citron le tout sur des effluves de cosmétique. L'attaque est sucrée, puis acidulée sur l'ananas et puis... Plus rien. C'est donc plus que court, légèrement perlant à la finale sudiste et sur la violette. * / *(*)


Domaine Bigonneau - Quincy 2007 : là encore un nez typique de sauvignon MAIS marqué par des notes très très prononcées de réductions, de carton mouillé et de soufre. Attaque citronnée avec là encore un poil de réduction laissant place à une matière grasse, opulente sur la poire très mûre pour une finale épicée. C'est pas mal du tout.**(*)



Domaine Les Goubert - Sablet 2007 - Côtes du Rhône Villages : effluves fines de poire, fleurs blanches, d'anis et cosmétique. Attaque un poil pharma, grasse, fruitée mais un tantinet pommadée. Amer marqué.**


Corte Gardoni - Bianco Di Custoza 2001 - Brésil :
Solvant, vernis et fruits blancs mêlés à de la chartreuse. Typé ligérien. La bouche se révèle totalement chimique avec toujours ces "solvants de salle de bains", la matière délivre des fruits à l'eau de vie pour finir sur des notes de griottes et d'amandes amères très marquées.*

Arbois - Fauquette 2004 - Gahier :
Noix, eau de vie de prune et notes fumées s'extirpent du verre. Puis les pommes blettes et un fin boisé se faufilent à leur tour vers mon appendice nasal.
L'attaque est fruitée, finement boisée et aérienne. Cela n'empêche pas la matière de faire preuve de force et de densité. Elle est dotée d'une mâche conséquente.Finale douce amère. J'y peux rien j'aime toujours ça...***



Philippe Guérin - Souverain 2004 - Muscadet sèvre & Maine : Nez intense de poire et de confiserie avec de notes incongrues de violette.Attaque là aussi très fruitée sur les fruits blancs, au gras conséquent et au volume prégnant.Il lorgnerait presque sur l'Anjou ce pif là !!Fin perlant, amer grandissant et finale agrumes qui donne un tonus agréable à l'ensemble.**(*)


Domaine Barat - Vaillons 2005 - Chablis 1er Cru : Très joli nez de confiserie, de fruits blancs soulignés d'un fin boisé. L'attaque est douce, un poil sucrailleuse mais révèle immédiatement son anorexie flagrante.La matière est grasse mais molle. Sans complexité, manquant de profondeur avec juste cette finale poivrée. **

Domaine Croix Duplex - Villette 1994 - Suisse : nez de figue et de fruits pourris, oxydation évidente. En bouche c'est de la noix et surtout du bouchon qui pète à la gueule...Non noté

Domaine Laureau du Clos Frémur - Clos Fremur - Anjou 2004 : nez extrêmement fruité "sucré", finement pétrolé et "vernissé". La matière se révèle pharmaceutique au possible en gueule, c'est perlant, à l'amer désagréable et au résiduel plombant et dans l'ensemble simpliste. 2 ème quille sur le même "pov" millésime et 2ème nullité. 0

Alsace - Shoech - Gewurztraminer 1997 Vendanges Tardives : eh oui à chacun "ses rossignols de cave" : fine réduction, miel et carton mouillé puis cosmétique et soufre sur une vague d'hydrocarbures. Attaque très évanescente qui se décline en fluide voire vide. C'est pétrolé et miellé à souhaits et cela manque cruellement d'ossature.Finale pâtissière sur l'orange amère et les épices.*(*)


Allez zou ainsi s'achève le 15ème volet des blancs bulles, à suivre la longue litanie des rouges-rosés...

Commenter cet article

docadn 11/11/2009 18:31


Bon ben du coup j'ai corrigé en majuscule, que tous les amoureux du sauvignon acceptent mes plates excuses... Et c'est vrai que la bouche était pas mal du tout...


docadn 11/11/2009 18:27


Ouh la la mea culpa, j'aurais du marqué "...sauvignon, bla bla bla Mais..."
Ah l'exercice périlleux du compte rendu et les amalgames parfois involontaires !!!
Ah ils ont tout lu les bougres ;-))


AlainT 11/11/2009 17:08


Oh la vache, heureusement que t'es pas prof !
Enfin, cette fois-ci, je n'ai bu aucun des nectars décrits, et apparemment, mon gosier ne s'en porte que mieux...
Alain
P.s : enfin,pour La Fauquette, j'ai bien dû en croiser à St Jean.


olif 11/11/2009 16:33


Ouais, il y va un peu fort, le Doc!

"là encore un nez typique de sauvignon marqué par des notes très très prononcées de réductions, de carton mouillé et de soufre. (...) C'est pas mal du tout.

Apparemment, tu as l'air d'avoir aimé la bouche (ce qu'il y a dans le (...), mais rien qu'au nez, ça m'aurait fait fuir! Pas la réduction, mais le soufre, le carton mouillé et le nez "typique" de
sauvignon.

Dur dur pour le Clos Frémur, je trouve, mais bon, La Fauquette s'en sort bien! :-)

Doc, son univers impitoyable! :-)


docadn 11/11/2009 15:28


salut Jull,
heureusement que j'ai mis un point en les 2. C'est en bouche que je l'ai trouvé ligérien...j'ai oublié de préciser "nature déviant"...
;-))