Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Florilège de dégustations XXV

26 Juin 2012, 10:01am

Publié par Docadn

25 ème "festival de notes de dégustations gribouillées sur mon carnet". Le "debriefing" est parfois digne de la lecture de la Pierre de Rosette, au mieux d'une étude en phraséologie des citations de Johnny Hallyday

 

Chardonnay 07 - Coteaux Bourguignons Blancs (E. Bailly) : impossible de retrouver le cliché résumant le spécimen cité. J'avais noté un nez peu disert, "chablisien", fruité, aux accents de "tendresse" jaillissants. L'attaque vit cette "présomption de tendresse" confirmée. Du berlingot, de l'ananas mûr, un boisé expressif sur un chardo caractéristique. "Simple et court" ai-je noté. **

 

Vins-2012-0022-copie-1.JPG

 

Auxerrois 08 - Grevenmacher-Rosenberg - Grand 1er Cru - Domaines Vinsmoselle - Luxembourg

 

Réduction et carton mouillé flottent au-dessus du verre. Quelques fruits blancs, une pointe chardonnesque, d'improbables crustacés pour clore le générique olfactif. Une entrée en matière tendre, fruitée, massive, courte, légèrement perlante. La poire prégnante ferme la porte de ce vin au global sans aspérités, presque "Suisse dans l'âme" (je parle de la "neutralité politique" de la confédération, pas de son expression viticole !!). *(*)

 

Bourgogne Blanc - Chardonnay 02 - E. Bailly : décidément, mon appareil a refusé d'immortaliser les étiquettes de ce (sûrement) négociant dont j'ai du mal à établir la traçabilité jusqu'à ma cave. Un nez "timide comme un puceau devant une cabine d'essayage dame de Monoprix". Fin boisé, expression "chardo-beurré", pierre humide, fruits blancs, un peu de "methylate" pour finir. Attaque très boisée, amère, à la rétro de pain grillé, aux épices puissants. L'amertume revient faire un rappel. Bof. *(*)

 

Vins-2012-0019.jpg

 

Anticonstitutionnellement - Vin de table avec 4 chaises - Les sabots d'Hélène

 

Une grosse compote de pommes, des effluves nettes de calcaire. Le chenin double tout le monde avec son cortège d'épices. Un très joli nez de poire finit par se stabiliser. Une mise en bouche fluette, relativement lâche, "nature", crayeuse, très fruitée, linéaire (sous-entendue sans relief), qui "poire" et "épice" sympathiquement et pourrait nous faire dire : "pas mal pour un blanc du sud !!". Mais les sabots ont besoin de prendre l'air. L'ensemble prend de l'ampleur, de la mâche. Le tout finit par dégager une matière très volumineuse, moins sphérique, aux amers sympas. A J+3, l'ensemble donne toujours dans la poire et la craie. Le Woody Allen de "tombe les filles et tais-toi" s'est mué en Georges Clooney qui joue au Scrabble et marque 369 points d'un coup. **(*)

 

Vins-2012 0021

 

Folle Blanche - Gros Plant du Pays Nantais 09 - Pierre Luneau Papin

 

Déjà commenté lors du dernier florilège, cette folle prend des allures sudistes, avec son nez anisé, très fruité. Un fin berlingot (le mystère de cette lubie sera percé, je l'espère, vers 2018 ou 2046 !!) étendu sur une matière grasse, s'arque en finale grâce à une acidité, d'abord sauvage, qui  s'affine au fil des gorgées. ***

 

Brut chardonnay - Frissons marins - Méthode traditionnelle - Vignerons d'Oléron : Nez de chardonnay, à l'acidité qui dressent les poils du pif. La bulle déroule un fin cordon tranquille. Une substance ronde, au caractère sucré (c'est la version "sec" qui est dégustée), tendre, à la jolie prégnance de poire cuite. Peu complexe, juste désoiffant. **

 

Vins-2012-0002.JPG

 

Chorey-les-Beaune 05 - François Gay & fils

 

Nez "typique" de pinot, ainsi que des notes boisées, solaires, épicées, rafle et de menthol. Une attaque assoupie, finement asséchante, sur la cerise, aux amers saillants, mais au volume globalement plat. A J+1, la cerise domine les débats. Cela reste fluet, plat, inerte. *

 

Vins-2012-0003-copie-1.jpg

 

Coteaux du Tricastin 09 - Tissu de syrah - Domaine les Alyssas

 

Nez "rhodanien", épicé, mentholé, un poil végétal. Quelques rotations supplémentaires annoncent une syrah prometteuse. La matière est suave, finement épicée, pleine. A J+1, le nez est métallique, l'acidité expressive, à la finale sanguine et gourmande. ***

 

DSCF4765.JPG

 

Rully 1er Cru - Grésigny 08 - Domaine Jacqueson

 

Nez très "chardonnay champenois", sucre candy, craie, fruits blancs et bois. Attaque muette, éthérée, fermée. Matière grasse, aux amers vifs. Peu d'évolution et d'ouverture de l'ensemble au fil de la dégustation. **

 

DSCF4741.JPG

 

Vouvray 95 - Gilles Carème 

 

Verdict sans appel : bouchonné. NN

 

DSCF4766.JPG

 

Terre des Chardons - Discret 09 - Costières de Nîmes

 

Un nez de syrah évident (95% normalement !!), solaire, capiteux, à l'olive verte intense. La richesse du nez me donne des envies de prolongations. Un côté lacté, acidulé, encore cet ineffable métal. Une attaque "très syrah", fruitée, épicée, assez gourmande, gâchée par une olive verte amère rédhibitoire. Le soir venu, malgré le joli acidulé, l'olive verte flingue le plaisir. *(*)

 

 

Vins-2012-0002-copie-1.JPG

 

Clos des Boutes - Les Fagnes 09 - Costières-de-Nîmes

 

Des flaveurs très "Rhône" (grenache), violette (syrah !?), bonbec (levure ?!), carbo, de rafle et de bois. Une attaque fraîche, ramassée, astringente, alcooleuse, à l'amertume violente. Un vin trop chaleureux, peu digeste, au plaisir très limité. *

 

Vins-2012-0001-copie-2.JPG

 

Mâcon-Uchizy - "La Martine" 07 - Bret Brothers

 

Expression olfactive peu diserte. Quelques fruits jaunes, un peu de craie. L'aération provoque le réveil attendu. Alternant un côté (encore) très "chardo champenois", une facette "citrique", un étonnant pétrole. Une danse buccale délivrant un énorme fruit, du gras, une amplitude et un volume impressionnants. La synthèse se fait salivante (calcaire), saline, presque "chablisienne", aux beaux amers, à la rétro poivre blanc remarquable. ***(*)

 

Vins-2012-0003.JPG

 

Hermitage 00 - Les vignerons réunis de La Cave de Tain

 

Boisé "bordelais outrancier", solarité et acidité prégnantes. Quelques effluves de métal et de sang pour finir. Attaque extrêmement boisée, sanguine, à l'acidité mordante. Finale astringente, au goût de bois brûlé très marqué. *

 

Vins-2012-0004-copie-1.JPG

 

Château Cadet-Piola - St Emilion Grand Cru 96

 

Nez discret, finement végétal. Attaque veloutée mais sans caractère. L'appréciation générale est rapidement dénuée d'intérêt. C'est relativement dilué, sans l'acidité et la complétude attendues à ce niveau. **

 

A SUIVRE...

Commenter cet article

jull 01/07/2012 08:41

Tiens j'ai un copain qui vient de me filer un gros pet'/folle blanche de Luneau Papin 2010, il me semblait bien avoir vu ca qq part...
je te dirais quoi! hein (avec l'accent du chnord! c'est affreux....)

Docadn 01/07/2012 09:25



Gros pet pour gros plant je dois comprendre, oui, oui, c'est bien ici que t'as lu le truc par deux fois même !! à 4,50 la quille c'est bien foutu le bousin, ben "tu me diras quoi" !! Qu'est ce
que tu fous à 08h41 devant ton ordi au lieu de déménager feignasse ?!



jull 27/06/2012 19:34

Bah oui Alain, TBS/TDS, ma blague qui court! ce n'est pas la 1ere fois que je la fais et je ne doutes pas qu'Adnane l'avait compris
Et vous allez etre content, mais plus je vous lis sur cette cuvée, plus je me dis qu'a priori il n'y a pas de raison que je n'aime pas! Alain m'a dit une fois que je devrais trouver ca trop lisse,
à voir...

Sinon, si 06 c'est classique, bah ca me va!!! 04 aussi est classique dans le rhone et la guiraude etait superbe
A moins que tu ne veuilles dire autre chose par "space", vas y balance, au pire je la revends!

AlainT 27/06/2012 12:36

Sans compter que si le père Jull parle de pompes, il doit évoquer les "TBS", non ?

jull 26/06/2012 21:29

c'est juste que le mot champenois+candy ca va tellement bien ensemble le plus souvent... ramassé à 9.5+1.5 de chaptal+1.5 de prise de mousse, et au final 5-10% de volume de gagné... enfin encore
heureux qu'il y ait des vignerons qui bossent bien!

mon hermitage est de Graillot, un 06, j'attends encore un peu je pense meme si Max m'a dit que ca se goutait bien des maintenant

enfin TDS, "une blague qui court" pour moi avec la marque de sketbas, mais 07 ca doit pourvoir s'attendre encore un peu, non?

Docadn 26/06/2012 23:10



C'est vrai j'y avais pas pensé !! blague à part en effet, l'association est fastoche, raccourcie, encore souvent
vraie... Comme tu dis, heureusement que les sérieux sont là, de plus en plus nombreux !! Hermitage 06, pff, je trouve ce millésime "space" (les polis diront classique, je dirais pas fastoche,
très aléatoire en quille, à voir  !!). Le running gag de TDS, quand il va arriver dans ton godet, là on va se
marrer 5 minutes si t'aimes !! Faut pas tarder, tu sais très bien que les vins de garde n'existent pas là-bas...



jull 26/06/2012 20:51

"chardonnay champenois", sucre candy; y a t il un rapport entre ces 2 impressions/sensations? ;-o))

dommage et surtout indigne apparemment cet hermitage... je n'en ai qu'une en cave d'un illustre producteur dont j'attends beaucoup

sinon, va falloir que je goute quand meme un jour à ce TDS qui ne sent pas des pieds!

Docadn 26/06/2012 21:06



J'ai résumé par ce raccourci l'impression nasale de ces 2 pifs en me référant à un Blancs de blanc qui aurait perdu ses bulles !! D'où l'allusion  a un chardo champenois. Le sucre ressenti
(toujours olfactivement) traduit par le candy. Pour L'Hermitage, c'était indigne, comme le fut 01 et le sera sûrement le 99 restant... Et toi, c'est quoi ton hermitage d'étiquettes ?? Pour TDS,
un 10 (récemment goûté) n'était pas terros du tout (à ce stade). J'ai retrouvé un 07 à torcher avec les mains et sans les pieds...