Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

La Palma à manger...

11 Octobre 2009, 10:55am

Publié par Docadn

Dernier volet sur la Isla Bonita pour faire un court bilan des tables croisées.
Je fus étonné du peu de place que le poisson et les fruits de mer occupent dans les habitudes alimentaires locales.Pas de pêche artisanale apparente, des étals de poissonneries de fin de journée dès le matin...
Peu d'élevage visible sur l'île mais nous avons quand même affaire à un peuple de carnivore.
Et en même temps la forte proportion de touristes allemands à fait fleurir bon nombre de gargottes qui ont adaptées leurs cuisines tambouilles aux attentes de ces derniers.
Aussi les pizzerias et autres "boutiques à gras" ont le quasi monopole de l'appétit des plus nombreux...


Pour démarrer et pour des raisons pratiques, le restaurant de l'hôtel "La Palma Romantica".
2 repas en son sein avec une carte volontairement orientée "spécialités locales". Quelques bons à très bons poissons à la cuisson et à la préparation fort maîtrisées mais des tarifs un poil élitistes par rapport à la moyenne.
Et la première rencontre avec le Mojo (rouge ou vert) sauce endémique aux poivrons locaux.
La Palma Romántica
Las llanadas S/N, 38726 Barlovento,
La Palma - Islas Canarias.
Tel +34 922 18 62 21 - Fax +34 922 18 64 00

www.hotellapalmaromantica.com


Autre adresse située juste au dessus des piscines de la Fajana (Cf la balade ICI),
où nous avons dégusté une tuerie de poulpe à la galicienne, ainsi qu'une seiche admirablement préparée.
Le vin maison est à éviter à tout prix.Le mojo est moyen, mais c'est assurément la meilleure adresse croisée en terme de produits de la mer (et la vue est vraiment très belle).

La Gaviota
Piscinas de la Fajana
Barlovento
tél : 922 186 099

Et comme je le disais au début de cet article, qui dit carnivore dit resto grill.
Là bas on dit Parrilla.
Après avoir écumé "presque" tous les restos de Barlovento (y'en a pas 30 non plus !!), nous échouons devant "The resto qui m'a scotché cette année" tellement c'était inattendu.
Et j'avais oublié mon appareil photo sur la certitude de faire un repas oubliable...
Du coup, je vais me la raconter "Fake Simon" (et je m'étais juré de ne jamais le faire !!).

Une grande baraque carrée avec son toit en taule et 3 picks up qui pioncent sur le parking et une fumée qui sort par toutes les ouvertures du resto.
 L'intérieur est typé cantine à la Charles Ingalls avec d'énormes tables en bois et toujours cette fumée dense.

Le patron très moustachu n'apporte même pas le menu. Donc on devine que ce ne sont pas biscottes qu'il fait fumer.
Donc ce sera "2 bisteches y papas fritas".
Comme d'habitude on commande le mojo maison et là premier uppercut au palais.Il a un équilibre qui relègue tous les mojos précédents à de vulgaires sauces industrielles pour spaghettis.
Mojo que l'on déguste avec une énorme assiette du fromage local qui tient lui aussi ses promesses.

Puis arrivent les steaks cuits donc au feu de bois. Deux morceaux d'environ 500 grammes pièce et ses frites blanches (dans l'ensemble ils ne sont pas fanas de frites cuites aux canaries).
La barbaque me met Ko direct. Cuisson au top, goût terrifiant.
L'inimitable cuisson au feu de bois et la maîtrise conséquente de cette technique (et toutes proportions gardées lisez donc l'expérience unique et basque des GoT).

Je dévore littéralement cet énorme bonheur gastronomique dans ce lieu improbable, et ne regrette nullement de repartir fumé de la tête au pied.
Le patron a enfin daigné nous sourire quand il a vu nos assiettes vides et nos mines repues...

Parrilla "La Pradera"
Route LP109 / Barlovento
(c'est sur la droite en sortant de Barlovento)
tél : 922 18 61 23

Et pour finir une expérience largement oubliable à la Taberna Del Puerto (port de Tazacorte) où au delà de l'interminable attente pour une parrillada de poissons, le repas fût d'une qualité détestable.
Les poissons guère frais et asséchés par une cuisson plus qu'approximative...

Ainsi s'achève le récit de la Palma. Retour aux fondamentaux avec à venir un buffet bio loin de chez moi et la suite de ma thérapie chez les crêpiers locaux...

Commenter cet article