Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

La Régalade, c'est pas de la rigolade !!

9 Avril 2011, 09:25am

Publié par Docadn

Bonjour à tous,

 

Un énième séjour francilien, une énième opportunité de dîner aux frontières de la petite ceinture...

Sans conviction, j'avais tenté une résa via La Fourchette 48h00 avant. Tentative gagnante, puisqu'un texto annonça très rapidement qu'un couvert était disponible.

 

En ce mercredi soir, encore chaud, qui a déjà fait trembler tous nos seniors à la perspective d'un été pas très sympa pour eux, j'arrive rue Jean Moulin à 20h00 sonnantes.


Je vous épargne la redite sur ce bistrot très couru, ancien fief de Camdeborde (dépositaire officiel de la bistronomie),  entre les mains de Bruno Doucet (ex-Barrier à Tours, ex-Gagnaire) depuis 2004.


Casque ou trottinette à la main, des clones de Beigbeder entrent en même temps que le piéton, sapé comme une gravure de La Redoute, que je suis.


Je découvre un vieux rade à la déco fatiguée, soigneusement négligée et entretenue par des décennies de nicotine incrustée jusque dans les joints du carrelage.

Accueil tout sourire et densité des tables semblable à un pack de rugby. 


Découverte de la carte, composée d'une formule à 32 €, avec 6 entrées, 5 plats et 7 desserts, plus une ardoise de "suggestions du jour" à insérer dans le menu avec suppléments ( ce soir là, entre 3 et 10 €). 

La célèbre terrine arrive rapidement sur la table. Elle est goûtue, "fraîche" et consensuelle.


Je parcours la carte des vins. Cette dernière fait le "grand écart idéal". De Dom Pérignon à Gramenon, De Rayas à Darnaud en passant par Ostertag, Lapierre, Uroulat et Breton...

Éclectisme malin, branchée à mort, bling-bling assumé.

Chinon et Bourgueil (C & P.Breton pour ce dernier), seules références disponibles en demi-bouteilles, je passe .

La serveuse sort de sa manche un verre de Marsannay 09 d'Olivier Guyot.


Un élevage soutenu, un petit air de fraîcheur, de rafle et un trait d'acidité au nez. Un boisé confirmé en bouche, une matière ramassée, un poil extraite, finement perlante et pas si mal au global.

 

DSC04329.JPG

 

Mi-cru mi-cuit de thon rouge, juste rôti à la plancha, ail et thym frais, caviar d'aubergines à l'huile d'olive

 

C'est juste pour faire chier le blanchisseur prince Albert (qui ferait mieux de s'occuper de l'éradication des requins financiers de son rocher) que j'ai choisi ce plat écologiquement et politiquement incorrects.

Un caviar dense, onctueux, idéalement relevé.

Le thon, très délicat, parfaitement saisi, fondant et doux dans l'expression. La coriandre est généreuse (en quantité), "le pesto de fond d'assiette" est délicieux (l'huile d'olive, une petite tuerie). Une excellente entrée !!

 

DSC04331

 

Dorade grise sauvage de Bretagne, pochée dans un bouillon à la citronnelle et à la coriandre, légumes de printemps

 

Les premières bouchées révèlent une chair très bien cuite. En gagnant le coeur du filet, la cuisson est bien moins maîtrisée, dommage.

Les légumes représentent un nouveau défi pour mon palais "chiant du végétal".

Encore le chou-fleur tant redouté, accompagné par son cousin le romanesco. Des individus moins louches comme les petits pois, les tagliatelles de courgettes, oignons grelots, olives noires.


C'est pour le coup, la partie la plus intéressante de l'assiette. Les légumes surfent entre croquant et fondant. Cette alternance et cet équilibre de texture sont superbes et me font une fois de plus oublier tous les traumatismes liés à certains d'entre-eux.  

Les olives font dans le "consensuel agréable" côté puissance et goût.

 

DSC04335.JPG

 

Nage de pamplemousses roses et ananas à la menthe, sorbet maison

 

Une énorme tuile masque le montage "approximatif" du sorbet (neutre) et des fruits.

Ensemble rafraîchissant, pamplemousses (dont je ne suis pas fan de la première heure) très bons.

Ananas un peu "vert" (croquant). Une bonne nage, désaltérante et bienvenue en cette fin de repas.

 

En conclusion, un bon dîner alternant le très bon (l'entrée), le bon (moyenne du plat) et le pas mal (le dessert). Pas de fulgurances notables. Un service intelligent qui ne se la raconte pas (maladie chronique des "places to be" avec la "melonite aiguë" qui va trop souvent avec), des claquements de mains remplacent les ordres criés en cuisine.

Un bon rapport qualité prix pour la ville, un succès largement mérité sur des plats sérieusement bâtis !!

 

La Régalade

49, Avenue Jean Moulin
75014 Paris

tél : 0145456858

Commenter cet article

JC 17/05/2011 23:00


merci je vais y aller ...


mixlamalice 11/04/2011 10:11


Salut Doc, je t'avoue que ta propension à prendre tout le temps du poisson me laisse pantois... quand je vois un sauté de veau au basilic ou de la poitrine de cochon confite, la question ne se pose
même pas en ce qui me concerne.
En fait, je laisse le poisson aux restos "spécialisés" (parfois décevants), aux chefs qui ne travaillent que les produits de la mer ou presque, à quelques "sushis" archi-reconnus, et aux restos
"haut de gamme" (souvent moins)...
Tiens, si tu loges toujours près de Montparnasse, la prochaine fois, tente le Bistrot du Dôme. C'est un peu le resto pour emmener papa-maman, mais les produits sont tops, cuisinés sans esbrouffe,
et les quantités assez généreuses.


Docadn 11/04/2011 13:47



Salut Mix,


je comprends aisément ce "sentiment", mais je m'impose l'alternance viande & poisson (au Pré Verre, c'était viande tiens !!). Et pour le dîner, c'est souvent poisson car la viande c'est le
midi (le poisson étant souvent immonde dans la cantoche imposée au boulot) !! Pour la viande, je reste toujours très prudent sur la qualité trop rarement croisée dans les établissements
fréquentés. Le poisson (même si ce n'est jamais une grande spécialité des adresses récemment testées) est souvent de "qualité" plus régulière que la barbaque... Par contre, sa préparation est
souvent ultra-sensible !! D'où le nombre de "déceptions croisées"(et les spécialistes n'en sont pas exclus en effet). Le quasi de veau proposé à la Régalade était pour 2 et avec 10 € de
supplément ! Si je me fais le Sévéro, aucune chance que je me tape des gambas là-bas ;-)). Merci pour le Dôme à tester une prochaine fois...


PS : Il est vrai que j'ai pris du maigre à l'Hédoniste un midi, du coup j'ai fait viande le soir :-)) !!



mixlamalice 10/04/2011 12:41


Y a pas Doc, les notes de frais ca a du bon... meme si manger tout seul au resto manque un peu de fun. La Regalade du 14eme, je dirais que c'est un resto a faire entre potes... Celle de la rue
Saint-Honore, dans un quartier plus touristique, a un coté un peu plus "formel" (le service, notamment, doit s'accommoder des touristes américains qui aiment un peu d'attention). Il se peut aussi
qu'en "délocalisant", Doucet n'ait pas encore réussi à atteindre l'ancienne constance (et qu'il favorise un peu la nouvelle enseigne).
En tout cas, c'est un vrai bon chef (son bouquin de plats de bistrots est bourré de tueries pas trop compliquées à réaliser).


Docadn 10/04/2011 14:16



Salut Mix,


je plussoie tout aussi limitées soient-elles (je parle des notes) et malgré la solitude vécue, y'a pire comme traitement ;-))!! Je vois pas mal de "littérature" sur l'adresse de la rue St-Honoré,
en effet très promue, en terme de com' Vs l'historique (cette dernière en a t-elle besoin ?!). Je ne doute pas du talent du chef, j'attendais peut-être plus d'esthétisme visuel et ai-je fais le
bon choix en partant sur le poisson Vs la viande ?! En attendant, c'était bon. J'en attendais peut-être aussi un peu plus dans les fulgurances (trop sûrement)... Je jetterai un coup d'oeil sur
son bouquin !!



JCfromLivr-esse 10/04/2011 09:40


Une de mes tables favorites dans le XIV°, quand j'en étais, mais qui semble avoir un peu perdu de son lustre... c'était plus travaillé d'mon temps !

Tjs le plat de terrine à volonté en attendant l'entrée ?


Docadn 10/04/2011 09:57



Salut JC,


C'était du temps de Cambdeborde que t'as dû traîner ton tour de taille à la Régalade ?? Vu la déco et sa couleur, le "lustre" a sérieusement morflé... Dans l'assiette, c'est sérieux, mais pas
super soigné en terme de présentation... La terrine aux 10 000 calories est en effet toujours proposée en attendant l'entrée (c'est écrit, putain tu lis de traviole merde ou quoi !!)...