Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Remise en Jambes III : Angers

6 Mars 2010, 17:40pm

Publié par Docadn

Dernier et tardif volet de ce week end ligérien qui s'achève par une  balade à travers Angers.
Randonnée urbaine qui démarre du côté de la Doutre, ses ruelles pavées et ses maisons à colombages.

photos-2010-0039.JPG
Un quartier souvent ignoré par les visiteurs qui se contentent de la rive opposée. C'est aussi pour ma part une découverte. Petit crochet sur le parcours pour admirer la façade du magnifique hôtel des Pénitentes.

photos-2010-0041.JPG
Puis se succèdent, les rues Billard, de la Harpe, la sempiternelle (et sympathique) place du Tertre avant l'inévitable rue de la soif.

photos-2010 0043
On enchaîne avec la rue de l'Hommeau et son café éponyme que les Costes n'ont pas encore pu racheter...

photos-2010-0044-copie-1.JPG
Puis un imposant bâtiment à la façade de schiste et aux flancs de tuffeau....

photos-2010-0047.JPG
 "Ils" sont fermés...Ils, ce sont les fameux greniers St-Jean. Puis la balade quitte doucement la cité, file vers la Savatte, longe le quai Tabarly pour atteindre la Parc Balzac...
Les indications sont plus floues. Une vieille barre d'immeuble nous sert d'amer et nous mène à la partie "verte" de la rando.
Des centaines de joggers du dimanche (comme l'ânonne maladroitement Miossec sur son pas très bon dernier album) filent vers l'étang de Saint Nicolas.
Ces derniers trottinent sur une boucle de 5 ou 7 kms selon leur envie. Et nous, nous marchons toujours...
L'étang couvre plusieurs parcs. Aussi nous passons du parc de la Garenne à celui des Carrières. Ce dernier doit son nom à d'anciennes exploitations d'ardoise. On en tirait les fameuses barrettes (du schiste débité en pieux) qui faisaient office de tuteurs et échalas de vigne.

photos-2010-0051.JPG
L'ensemble est très plaisant, et donc victime de son succès avec un seuil marginal de promeneurs face aux hordes galopantes des chasseurs de calories en cette fraîche matinée dominicale.
Et voilà qu'une ampoule s'allume à environ 2000 mètres de l'arrivée (négligence technique de ma part : chaussettes inadaptées). Résultat presque décevant au finish : une led d'à peine 10W sur l'échelle de la voûte plantaire...
Une jolie promenade de 13 000 mètres et de 02h00 environ.
Le point de départ se situe à quelques mètres de "Ze Table Tou bi" de la ville : Le Favre d'Anne.
Aucun espoir de s'y attabler car c'est dimanche et c'est relâche !!
La lecture des cartes & menus est alléchante, mais c'est la partie bistrot qui est presque plus tentante coté plats...
Tant pis, nous reprenons la route car comme Gilles Servat, je dors en Bretagne ce soir...

Commenter cet article

docadn 08/03/2010 19:12


Salut Laurent,

tu vois comment je peut être sectaire parfois, préférant ta cave et tes bouteilles à celles des greniers... ;-))))


Chinbourg 08/03/2010 17:54


Hé Doc, c'était fin janvier qu'il fallait aller au Grenier St Jean. ;-)))))

Laurent


jull 07/03/2010 13:17


des barettes de schistes??? où ca où ca?????? et il y avait pleins de feuilles au sol et une dechetterie à coté où on recycle les cartons???
sinon comme Alain, si je devais faire une table sur Angers (ville qui me tente guère hormis son Grenier St Jean) ce serait Une Ile! une magnifique repas sur la presqu'ile de Behuard il y a qq année
en compagnie du patron de Rive Gauche et JPH -le caviste gitan-, apres une Dive Turquantoise qq peu arrosée...
allez bises et bon dimanche comme dirait le regrétté Jacques Martin, il est st jacques d'Erquy/embeurrée de pomme du terroir et saumur blanc Guiberteau moins 5 (copie gratte de F6B)...


AlainT 07/03/2010 11:45


Quoi, tu serais rentré dans en endroit chic avec des chaussettes à losanges ?!
Pour le plus gros melon, t'as Murat qu'est pas mal non plus...


docadn 07/03/2010 11:36


J'ai de plus en plus de mal a cacher mes jeux de mots pathétiques !!Tu l'as trouvé Alain bravo...
Perso, si la boutique était ouverte ce dimanche, j'aurais testé le bistrot (proposant étonnamment 2 fois moins de couverts que le gastro !!).
Quant au plus gros melon de la chanson française, il risque de modifier la composition chimique de la stratosphère après sa soirée d'hier...