750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EscapadeS

Soirée tourangelle...

1 Février 2012, 16:23pm

Publié par Docadn

Fin janvier, les salons, rencontres et autres concours se concentrent entre régions Centre & Pays de Loire.

Sollicités de toutes parts, les amateurs (et surtout les pros) ne savent plus où donner du verre à pied. La collision des rendez-vous viniques n'engendrant que frustrations et impasses, le choix final se doit d'être le moins pénalisant possible.

Pour ce premier épisode, "Bristolman" (alias "Papylimougeaud", "Polaireman", ou encore "le poneytalon de Limoges") et moi, sommes conviés chez notre collègue de goulot Jull (alias "Gargantua",  "le composteur sur pattes" ou encore "gonade d'écureuil").

Un dîner au cœur de Tours, ponctué de plats (plus que pas mal) et de vins (servis à l'aveugle) discutables.

Il est 19h 30 quand Jull nous sert le premier vin. Ce dernier m'embarque en Anjou avec des notes pharmaceutiques marquées et de fruits mûrs. Une matière tendre, ronde qui ne manque pourtant pas de vivacité. Nous ramons sec, avant de descendre à l'extrême sud-est de l'hexagone, accouchant péniblement d'un 100% rolle, produit sous le sobriquet de « Le Clos St-Vincent 08 » en vin de Bellet.**(*)


Vins-2012-0697.jpg 

 

Le second vin exhale le sucre candy et une déviance sous-jacente. La bouche confirmera ce côté « pas net » et poussiéreux de l'ensemble. Déception du contributeur (et des dégustateurs) pour ce "Vouvray ½ sec 96 de chez Foreau".*


Vins-2012-0699.JPG


Le 3ème blanc me paraît totalement fermé au nez. La bouche tente d'extraire une expression plus seyante de cette matière molle, aux sr traînants. Nous sommes bien loin de la belle impression laissée au domaine lors de son acquisition. Un "Grotte Di Sole 04 de chez Aréna" massif et décevant.*/*(*)


Vins-2012-0700.JPG


Jull nous propose (à découvert) quelques gorgées de « La Châtelaine 10 » du domaine de la Cadette aux arômes anisés, aux amers saillants, couronnés d'un fil acide élevé.**

Un excellent « risotto al dente » by Jull a ponctué cette série des blancs.     

 

Place aux rouges avec un premier vin au nez boisé, sanguin à la rafle expressive.

 Un vin servi trop froid, qui muera lentement. Un élevage marqué en bouche, une matière qui « cabernete » puis qui « syrahte » enfin. Au fil de la soirée, la « métamorphose continue » dévoilera une « Guiraude 04 d'Alain Graillot » à l'élégance, à la jeunesse et à la droiture remarquables.***/***(*)


Vins-2012-0703.JPG


Le second rouge pinote agréablement, lançant quelques notes de fruits à noyaux pour dévoiler un ensemble d'abord tendu, puis totalement dissocié en fin de bouche. Une robe claire, pour ce nebbiolo qui a perdu les convives. Une déception pour ce Langhe 05 « No Name » de chez Borgogno & Figli. *(*)


Vins-2012-0702.JPG


4ème cobaye offert à nos narines et nos palais avides. Une forêt en préambule, des notes végétales et de craies s'immiscent ensuite dans le bal olfactif. Une matière soyeuse, poivrée à l'équilibre modèle. Le plus racé des rouges de la soirée avec cet « essai 04 » (syrah-mourvèdre) Coteaux du Languedoc du domaine de Montcalmès. ***(*)


Vins-2012-0701.JPG


Un rôti de boeuf à la cuisson « tartare au cœur » viendra, par deux fois, s'offrir à nos badigoinces avides.


Vins-2012-0707.jpg


L'excellente douceur «chocolat-framboise» (Boréal) de La Chocolatière, achèvera ce dîner autour d'un Mosto d'Uva de la Cascina Bonfante, ainsi qu'un "Jull-Pull 09" maison.


Vins-2012-0705.JPG

Il est quasi 02h00 du mat', on a examen à 09h00...

Voir les commentaires

VdV #42 : Le vin et les voyages...

27 Janvier 2012, 05:38am

Publié par Docadn

"Ah ça, le vin peut faire voyager : Certains vous emmènent très vite très loin, d'autres ne sont que des allers simples jusqu'à l'évier le plus proche. Non, moi ce que je veux, c'est vous voir voyager dans la réalité. Que vous nous parliez d'un vin que vous avez découvert lors d'un voyage et que vous avez rapporté (ou que vous auriez aimé rapporter) dans vos valises..."

vdv-logo

C'est Guillaume Nicolas-Brion, auteur du gamophile blog  "Du morgon dans les veines" qui, pour cette 42 ème session des Vendredis du Vin, nous invite au voyage...
Un 42 ème rendez-vous qui permet à  Olif et son Bon vivant préféré, de faire un bout de chemin l'un vers l'autre pour le meilleur et pour l'écrire...

J'ai eu l'occasion de voyager dans quelques pays aux vignobles actifs et relativement singuliers. De  l'Italie aux Canariesen passant par la Californie, ou encore l'archipel des Açores, ne ramenant que frustration (sauf en Italie) et le déplaisir de ne pouvoir partager des souvenirs fermentés.
Pour ce VdV#42, j'ai choisi de conter le vin d'un pays que je n'ai jamais visité... Ce que j'aspire à vouloir faire à chaque voyage, m'est enfin offert en restant chez moi.

Vins-2011-0193.JPG

Plavac Mali 07 - Matusko - Hrvatski

Un vin qui, comme son nom l'indique, est produit en Croatie, sur la presqu'île de Pelješac. Doté de l'autochtone cépage Plavac Mali, c'est surtout l'étiquette la plus chiante qu'il m'ait été donné de photographier (bonjour la typo dorée à la bling-bling russe).

Une robe très évoluée, pour un vin "jeune". Un nez languedocien évoquant aussi la terre humide, un poil de réduction et un fin boisé.
Une attaque fraîche, aérienne, qui se dissocie rapidement, laissant comme dans une chromatographie, une point de rétention d'épices, un spectre de rafle et une impression demi-corps marquée.
Les gorgées suivantes évoquent une jolie cerise à l'eau de vie.

Le lendemain, l'ensemble a pris de la mâche, mais pas suffisamment pour faire oublier le petit manque d'équilibre sous-jacent. Un vin relativement agréable au global (nous sommes dans la catégorie des "vins supérieurs"), qui donne envie de se pencher sur une région au passé viticole riche, varié, aux efforts qualitatifs soutenus, visibles à travers les tarifs relativement ambitieux (jusqu'à 30 €). **(*)

Le genre du vin que mon verre aimerait voir un peu plus souvent... Je crois que je vais l'emmener avec moi la prochaine fois... Si le vin ne vient pas à toi, vas à lui...

Voir les commentaires

Le beaujolais nouveau "Torché sur la toile" par Aurélien Litron...

21 Janvier 2012, 14:10pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Escapades s'essaie à la vidéo, faisant presque tomber le "pseudo anonymat" de son géniteur (qui écrit à la 3ème personne, même s'il n'a pas de contrat avec Krys)... Un essai trop maladroit, un prétexte fallacieux pour voir si  "ma blonde* cousine" me reconnaîtra lors du prochain salon Renaissance (elle m'a déjà confondu avec un célèbre caviste jurassien).


Blonde ayant une signification plus "intime" au Québec, je précise, avec l'astérisque, que c'est la sémantique française qui se doit de prévaloir dans la lecture de cette dernière expression...

Voir les commentaires

La Gourmandière à Vannes

16 Janvier 2012, 17:19pm

Publié par Docadn

Je ne suis pas le 1er fan des déjeuners dominicaux. J'ai l'impression d'avoir 22 25 ans de plus en s'immisçant ainsi, dans le pré carré de mes aînés fièrement endimanchés. Mais voilà, avec beaucoup d'avance, j'observe les travers touchants de cette caste à l'appétit solide et au lever de coude maîtrisé. J'espère avoir encore la même gourmandise qu'eux (et leur pognon) à leur âge...

Voilà près de 8 mois qu'Olivier Samson est revenu "sur ses terres". Ce natif de Loudéac est désormais à la tête de sa propre maison à Vannes, après avoir "tenu" le double macaron de  La Réserve de Beaulieu, ainsi que ceux du prestigieux restaurant du  Parc des Eaux-Vives à Genève.

La Gourmandière est installée en périphérie du centre de Vannes. Un endroit qui se mérite, pas naturellement placé sur la route...


Restos-2012-0701-copie-1.JPG


Les premières critiques croisées font état d'une déco discutable, d'un service hésitant. La déco se prête en effet à la polémique. Le Fooding pourra trouver "trendy" ce carrelage hideux de crêperie, qui jonche la salle du resto "Chez Olivier".

Pour le service, force est de constater que la volonté ne manque pas, mais qu'il y a encore quelques progrès à faire entre l'aisance et la chaleur attendues en ces lieux.


Restos-2012-0714.JPG

Olivier Samson et son épouse ont dissocié leur (grand) établissement en deux parties. "Le Bistr'Aurélia", fonctionnant tous les midis en semaine (à la déco moins discutable), "La Table d'Olivier" prenant le relais tous les soirs, ainsi qu'au déjeuner le week-end.

Nous sommes donc côté gastro en ce dimanche de janvier. La carte est réduite au choix entre 2 menus (le second reprenant le premier, complété d'un plat et d'un dessert). Pas de plat à la carte disponible. Autant venir avec un peu d'appétit.

Nous optons pour la "bal(l)ade au fil des saisons" à 45 €, comprenant entrée, 2 plats, et un dessert.

Restos-2012-0702.JPG

Restos-2012-0703.JPG


Chou à la rillettes de maquereau - Sablé à la mousse de fenouil - Acras de crevettes


Des bouchées apéritives réussies, avec une mention pour le "sablé fenouil" intense de goût et de naturel, ainsi que le délicat assaisonnement des acras.


Restos-2012-0706.JPG


Brandade de morue citronnée, jus de cresson


Mise en bouche fraîche, belle "extraction" du cresson, efficace préparation des papilles.


Restos-2012-0710.JPG

St-Jacques de nos côtes mi-salées au tandoori, fine betterave de gelée acidulée, chair de tourteau relevée au kumquat, crémeux sous écume


Restos-2012-0711.JPG

Un intitulé long comme une thèse, qui dévoile des St-Jacques (froides) parfaitement saisies, une chair de tourteau délicieuse, une gelée de betterave à la juste sucrosité (je hais la betterave, c'est dire), accompagnée d'une crème parfumée à la texture aérienne. Une entrée sans reproches.


Restos-2012-0716.JPG


Cabillaud des mers du Nord, nacré au parfum iodé, boulghour de chou-fleur/coquillages


Une excellente langue d'oursin en guise de "thalasso du palais". Un couteau prolonge le bain iodé...

J'accède enfin au magnifique morceau de cabillaud qui, dès la première entame à la fourchette, s'effeuille naturellement. Une trop rare teinte nacrée apparaît. Mes pupilles, lassées de voir des filets souvent trop cuits, s'affolent. J'ai l'impression de saisir "le coeur d'une St-Jacques à la cuisson millimétrée".

La première bouchée me laisse pantois !! Mes sens sont totalement désorientés. Comment est-ce possible !? C'est bien du cabillaud !! Je suis face à la perfection absolue de ce qui m'a été donné à déguster en terme de poisson. Une cuisson MAGISTRALE !!

Ce poisson est un centaure mêlant gadus et pectinidae !! Les bouchées suivantes rééditent les sensations gustatives quasi orgasmiques, que même les plus nobles poissons ne m'ont jamais offertes...

Un cabillaud de légende, sublimé par le savoir-faire d'un véritable "Jedi du poisson" (il m'avouera, à la fin du repas, suivre la cuisson à la sonde et être aussi casse-couilles difficile que moi sur la cuisson des spécimens à écailles). Je suis en lévitation face à ce pur monument de la gastronomie...


Restos-2012-0720.JPG


Jarret de veau de lait, cuisson douce de 36h00, scorsonères, moelleux de pommes de terre au sel fumé, croquette aux herbes fraîches


Les scorsonères sont en fait des salsifis. N'en mangeant jamais, pas pur dégoût théorique, ces derniers sont délicieux, à la texture et à la cuisson irréprochables. Le jarret de veau est une ode à la tendreté. Le coeur est rosé, on nage en plein "comfort food", le goût en plus. Un jus corsé un peu salé, une croquette un poil grasse, au fourrage végétal délicieux. La purée est puissamment fumée. Un plat de saison, à la cuisson diabolique pour tous les acteurs de la scène...


Restos-2012-0724.jpg


Orange/safran de Bretagne® dans l'esprit d'une tarte contemporaine, marmelade d'agrumes et sorbet


Je redoute toujours le moment du dessert après une grande séquence salée. C'est souvent l'atterrissage casse-gueule après le haut vol. Une première bouchée avec la marmelade d'agrumes tend à me rassurer. Le sorbet, très joliment safrané, confirme la première sensation. Le sablé de la tarte, extraordinaire (mais chiant à manger), son fourrage aérien sensationnel, achèvent de me convaincre et m'envoie une fois de plus à 2 mètres au-dessus de ma chaise...


Restos-2012-0729.JPG


"Le kouign-amann maison", fait dans les règles de l'art et dévoré dans les règles du morfal, accompagne le café (fort) clôturant ce déjeuner aux accents uniques. Un mot sur la carte des vins : perfectible, évidemment trop jeune, proposant Tour des Gendres ou encore la Cuvée Marie...


Une très jolie claque mandale d'ours jubilatoire, pour cet établissement très très prometteur. Un cuisinier expliquant (à la fin du service) vouloir offrir tous les jours, au bistrot comme au resto, "le meilleur de la région au rythme des saisons"...


Mon enthousiasme, forcément déraisonnable, va jusqu'à prendre le pari (évidemment stupide) de me baigner dans l'océan au mois de février si cette table n'obtient pas un bib gourmand et un macaron au Gros Rouge (pour l'édition 2013, je suis patient et prudent !!). Le bain hivernal vaudra aussi pour le Gros Jaune s'il ne lui met pas 3 toques sur cette même édition. Je ne manquerai pas de traiter de "gros blaireaux" tous ces prescripteurs une fois dans l'eau !! Quant au Fooding, qu'il laisse Sophie Lecerf dans le 16 ème, c'est pas la crêperie de Me Le Floch, ni assez "feeling" pour lui payer un billet Prem's pour Vannes...


La Gourmandière 

Lieu-dit Poignant (près de l'Echonova)

56000 Vannes

tél : 02 97 47 16 13

www.la-gourmandiere.fr

Voir les commentaires

Et au milieu... cool Le Mékong !!

14 Janvier 2012, 11:53am

Publié par Docadn

Les petits (comme les grands) "restos chinois" ne sont guère ma tasse de thé ! Quand je rôde (dans une ville inconnue ou pas) à la recherche d'une table, toutes les enseignes arborant des dragons en plastique et autres murailles de théâtre me font assurément fuir.

La conjonction de plusieurs facteurs rédhibitoires me pousse à ignorer, sans forcer, toutes ces tables. La déco kitsch clonée (un Monsieur Meuble asiatique existe, c'est sûr !!), le mélange absolu des cuisines (je me projette toujours au local, imaginant un improbable resto proposant ses spécialités de couscous, flamenkuche et de goulash), le rapport qualité-prix largement discutable (même si les tarifs sont dérisoires), la douce musique du micro-ondes rythmant la majorité des plats amoureusement assemblés après décongélation.

Sans parler de l'ambiance musicale assurée par la Mireille Mathieu continentale, le tout, souvent couronné par un service aussi joyeux qu'un Droopy ayant échappé à sa 8ème tentative de suicide. Pour ne pas inscrire dans le marbre ce cortège de clichés, je me fais parfois "violence" et renouvelle exceptionnellement l'expérience. 

 

DSCF4245.JPG


Le Mékong offre tous les critères tant aimés. Une déco qui louche vers le balinais (rare, mais pas moins kitsch), un sous-titre indiquant "spécialités cambodgiennes, thaïlandaises et chinoises", la musique barbeliviennesque d'abord rigolote, puis insupportable. La serveuse doit sûrement être la fille du boss, vu son jeune âge. Elle est sobre, pas plus triste que le "standard croisé"

Le menu à 10,50€ n'est pas disponible en ce samedi midi (salle déserte, complétée par 3 autres clients durant le repas), va pour la carte !


 DSCF4248.JPG


Une entrée à partager. Une feuille de salade dans laquelle on roule la "crevette entubée", on trempe dans une sauce endémique douce, on se brûle doucement le palais. Frits minute, comestibles jusqu'à la pointe. Rien d'extraordinaire, mais bien.


 DSCF4250

DSCF4251


Une première visite, convaincante, m'avait fait choisir "une plaque chauffante" (appelée planchette ici) de canard vraiment remarquable. 

La prise de risque n'étant pas de mise, nous optons une fois de plus pour les "spécialités du chef".

En haut, une version carnée de la planchette, au boeuf (13 €)

Juste en-dessous, "La Planchette Maison"(13 €), mêlant crevettes, lotte, St-Jacques, calamars et une sauce au basilic épicé. 

Le première planchette propose une viande bien marinée, rappelant la texture "des larmes du tigre". Légumes croquants, sauce réduite, légèrement sucrée, un plat gustativement abouti.


La version maritime est une pure tuerie !! Pas un seul crustacé ne souffre d'excès de cuisson. La lotte, poisson à la cuisson ô' combien délicate, s'en sort honorablement. Le sommet de cette planchette est incarné par les noix de St-Jacques, à la cuisson inouïe !! Un ensemble de haut niveau, relevé, confirmant l'impression de la première visite. 

Les légumes d'accompagnement sont raccords avec la prestation proposée. Le riz est quelconque. 

Ce déjeuner m'a paru plus standard en terme de fluidité de service. La première expérience montrait des longueurs conséquentes, dues au "service à emporter" qui cartonne le soir. Service effacé, amateur, pas désagréable. Les différentes "agences de notation gastronomique" placent, dans l'ensemble, Le Mékong parmi les meilleurs "chinois" de la ville.

Sur le panel testé, je confirme. Reste à savoir ce que valent les autres spécialités. Je révise pour le coup mon "aversion naturelle et exacerbée" pour ces établissements, tout en observant la progression inquiétante des ces "hangars à bouffe"(sortes de routiers sans chauffeurs) peu à même de redorer le "blason des petits chinois, bons et pas chers"...


Restos-2012-0692.jpg


Le Mékong 

13 rue du maréchal Foch

56100 Lorient

02 97 21 59 53

Voir les commentaires

Fooding or not Fooding ?!

6 Janvier 2012, 11:52am

Publié par Docadn

Les agapes de fin d'année à peine digérées, que l'on vous reparle de remettre le couvert. Ne cultivant point le culte du "j'en ai parlé avant tout le monde", ni celui du "prenez cette ruelle peu rassurante, asseyez-vous entre le dealer et le mac pour manger le meilleur poulet rôti de l'hémisphère nord", j'ai acheté le guide Fooding 2012 fin décembre dernier, pour occuper les 04h00 de TGV me séparant de la capitale.

Ayant eu l'excellente idée de sortir le même jour que le beaujolais nouveau 2011, on doit reconnaître une stratégie de la com' sûrement trop avant-gardiste pour en comprendre toute l'efficacité. L'info fut tout juste relayée par quelques réseaux sociaux et certains des récipiendaires de cette 12 ème cuvée.


Restos-2012-0695.JPG


J'ai personnellement découvert l'existence de ce guide "alternatif" vers 2004. Son format magazine, son côté "on n'est pas un guide comme les autres", me donnait plus l'impression de lire un "Guide du Routard illustré", plutôt que le déclamant guide "qui paie ses notes", sensé "déniaiser la gastronomie". Pas suffisamment pertinent à mes yeux pour y succomber, je me suis contenté de le feuilleter d'un oeil distant quand je tombais dessus...

Il est vrai que la concurrence des guides (se résumant aux Gros Rouge & Jaune, puis les autres) laissait de la place à un acteur réellement indépendant, plus à même de faire connaître des tables ignorées (volontairement ou non) par les deux poids lourds de la place, sans venir grossir inutilement les rangs des petits guides de publi-reportages échangeant "bon billet contre table ouverte"...

Force est de constater qu'une décennie après, Fooding est encore là, mais que sa force de frappe et de prescription est toujours aussi ridicule sur le plan national. Un rapide sondage, auprès de français normaux (je connais beaucoup de personnes pour qui un dîner au Buffalo Grill équivaut à une soirée au Moulin Rouge pour un japonais !!), révèle que Fooding : "Jamais entendu parler..."

Alors, c'est bien la peine de vouloir déniaiser la gastronomie, faudrait peut-être commencer par développer votre lectorat en dehors du Verre Volé !!

Passons à la lecture de ce guide 2012 au tarif plutôt doux (9.90 €) par rapport à celui du Rouge (24 €) et du Jaune (29€). D'un côté, 900 adresses pour Fooding, quand Le Rouge en aligne 3300 et Le Jaune écrase tout le monde avec ses 3800 chefs toqués. Soit un tarif moyen de 1 centime par adresse pour notre guide décalé, quand les dinosaures affichent un tarif moyen de 0.7 centime par table pour Le Rouge et 0.8 centime par enseigne pour Le Jaune (hors hôtels et chambres d'hôtes pour ces deux derniers). Une conclusion à la M6 (c'est vrai, pourquoi toujours taper sur TF1 ?) ferait conclure à un guide élitiste en terme de rapport quantité/prix...


Restos-2012-0696.JPG


Plongeons à l'intérieur du "déniaiseur élitiste" (C'est M6 qui l'aurait dit, donc c'est tout comme). 3 doubles-pages consacrées aux partenaires, "respectueux de l'éthique", avant de tomber sur l'édito d'Alexandre Cammas. Ce dernier fait le teaser des 3 éditos suivants, réaffirme ne pas bosser pour les blaireaux touristes, bombe le torse avec ses 60 000 téléchargements de l'appli "Aïephone", tape sur son poitrail pour annoncer le portage sur Android... Je consulte à nouveau la couverture. Ouf, ce n'est pas un magazine d'informatique, j'ai douté un instant...

 Puis vient le casting des contributeurs. La répartition géographique est digne d'une carte de "commerciaux en force de vente de sirop contre la toux pour caméléons albinos". Les plus chanceux se cognent un seul arrondissement parisien, quand les tricards doivent faire le grand écart entre la capitale et les bouseux régions. Une pensée émue pour Dominique Hutin, qui a l'immense chance de se voir confier l'exclusivité du Calvados, La Manche et L'Orne... et rien d'autre. Y'a des chouchous à la rédaction, ça se sent !!

Je passe rapidement sur les 3 "portraits crachés", exercices de style plus ou moins réussis, décryptant les travers des acteurs de la cuisine d'aujourd'hui (largement mise à l'honneur par Fooding). J'y vois une forme aboutie d'autodérision des auteurs, à moins qu'ils ne soient aveuglés par leur propre jugement !! Le billet du "vieux de la bande", Patrick Astor, délivre quelques fulgurances accrocheuses mais se perd aussi dans "le retour aux fondamentaux de la cuisine".

Je feuillette toujours. Tiens, une pub "Georges Duboeuf", y'a pas à dire c'est du partenaire de poids !! Une succession de photos "brutes mais soignées", où l'on prône le "tartare de cheval", le "foie gras cru", le "boeuf maturé 6 semaines", les "pousses-pieds au naturel" pour faire "roots" et parler une nouvelle fois du Verre volé...

Le palmarès comporte 10 prix, dont un pour le "meilleur livre de cuisine", ainsi que celui du "meilleur décor". C'est pas les César, mais je ne désespère pas voir un jour le "Fooding de la plus belle trancheuse à jambon posée sur un comptoir"...

Pour les prétendants à un éventuel prix, sachez que l'édition 2012 a récompensé 7 parisiens et un banlieusard, sur les 10 trophées disponibles !! Seuls un cht'i (Meilleur Délirium), un marseillais (Meilleur Bistrot ex-aequo, faut pas déconner non plus) et un corse (Meilleur retour de pêche, trop facile là-bas !!) se sont glissés dans le tableau d'honneur.

Un glossaire, un peu lourd, indique les différents concepts et catégories dans lesquels le guide a rangé les adresses recommandées. C'est ultra-urbain, illustré par des logos pas très explicites...


Restos-2012 0697


Un peu plus "équilibré" que le palmarès ci-dessus, Le Fooding a le "courage" de consacrer la moitié de son guide à Paris et sa petite couronne. Eh oui, vous ne le saviez pas, mais la moitié des bons restos de France ont eu la bonne idée de s'installer dans une ville où l'on trouve un autocar après 19h00 !! Aussi, toi le provincial ignorant qui te promène, insouciant, dans les rues de la capitale, tu n'imagines même pas le nombre de "néobistrot-dînette-miniprix-trop bon-feeling" qui te tendent les bras dans un périmètre guère plus grand que les zones commerciales de Kervidanou 2, 3 et 4...

Chaque arrondissement est passé au peigne fin. Pas une seule "cave à manger", "bar à soupes", "cantine éthiopienne" ne manque à l'appel. Côté banlieue, ça se gâte déjà. Les Hauts-de-Seine comptent 16 adresses, la Seine-Saint-Denis 7 (dont 5 à Montreuil, nouveau fief de "la tribu des trottinettes - Abercrombie&Fitch - coupe de cheveux à la Beigbeder"),  la Seine et Marne une seule.


Restos-2012-0698.JPG


Passons à l'autre moitié du guide : le reste de la France. Les critères de sélection restent presque les mêmes. Il faut toujours être soit "feeling", soit "trop bon", soit "néobrasserie". Les bonnes cuisines exotiques semblant plus frileuses à s'installer au-delà de la RN 104, "italien", "coréen", "indien" sont facilement remplacés par "terroir".

La carte semble suivre les dessertes TGV et les grands flux migratoires des franciliens vers l'eau salée. La Haute & Basse-Normandie ainsi que la Bretagne cumulent 57 recommandations, quand Lyon avec ses 20 repères est devancée par Marseille et ses 27 accessits (soit pour cette dernière, autant que le seul 9 ème arrondissement de Paris !!). Nouvelle pensée pour Dominique Hutin qui n'aura mangé que 14 fois (soit 2 tables de moins que la seule ville de Toulouse !!), quand ses collègues parisiens doivent se partager, notamment, les 24 adresses recensées du deuxième arrondissement de la capitale...

Sur le plan régional, je découvre un japonais à Auray, y croise le très médiatisé "La Table Bzh Café" de Cancale, les belles tables "Henri & Joseph" de Lorient, "L'Auberge des Glazicks" de Plomodiern, ou encore la filiale maritime du "Bistrot de L'Ecailler".

Plus loin, je retrouve "L & Lui", le bon bistrot "Autour d'un cep"... Un doux mélange de références à la Pudlo, louchant sur le jeune mais solide "Carnet de route" de L'Omnivore. Les textes, se voulant sûrement décomplexés, ressemblent plus à des argumentaires de pubards pour un client régional qui veut monter au national avant la météo d'Evelyne Dhéliat... Quant aux mini-traductions (tips in english), résumant la tirade pour les anglophones, ça sent le Google Translate à plein nez pour le non "fluent" que je suis.

Au global, Fooding est un Guide du Routard un peu plus travaillé, fainéant quand il s'agit de sortir de la ville, assez populaire pour trouver un public pas spécialement friqué, un peu à la ramasse pour servir de réel prescripteur de vin (même s'il ressasse sans cesse sa découverte du Verre Volé, c'était il y'a 11 ans, d'autres on fait au moins aussi bien depuis... ailleurs), qui cultive une branchitude aussi exaspérante que ridicule avec ses cuistots tatoués, ses légumes au naturel, son glossaire énervant... Même si les éditos affirment le contraire, le ton reste "bitume, nature & branchitude font bon ménage"

Aussi je conseille très fortement ce guide pour les touristes détestant se faire pigeonner par "les brasseries spécialistes en décongélation". Ils trouveront de quoi largement bien manger sans se faire systématiquement matraquer, s'ils évitent les "caves à manger" à 50 € le déjeuner et les menus uniques à 70 € au dîner... Après, si le guide a décidé de rester dans cette niche mêlant faux-populaire et vrai-élitisme, qu'il ne change rien, il est en plein dans la cible...


Guide Fooding Paris & France 2012


9,90 € dans tous les kiosques de Paname. A la Maison de la Presse du coin, entre Biba et Bilto pour les autres...

Voir les commentaires

Courrier des lecteurs (malgré eux), ou comment Google n'est pas toujours ton ami...

24 Décembre 2011, 15:34pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Comme beaucoup de blogueurs, je m'intéresse à mes lecteurs. Surtout les "lecteurs du hasard". Quand on cumule l'audience hebdomadaire d'une seule soirée d'un concert d'Adamo, on se pose la question centrale : "d'où viens-tu, noble étranger ?"

Aussi, j'ai compilé quelques questions, improbables, qui ont mené des lecteurs jusqu'à ce blog guère plus réaliste. Je vais tenter de répondre, avec mes moyens et mes connaissances, à quelques-uns d'entre eux :


NB : Toutes les requêtes citées sont vraies !!


Q : Tomate normale caramélier pour apéro ?? 

R : Cher(e) inconnu(e), le terme Caramélier est déposé par le chocolatier Leroux. Autant il fait des chocos à la menthe fraîche, autant ceux à la tomate me sont inconnus.

 

Q : Gags sur les cavistes ?

R : N'étant pas caviste, adressez-vous directement à ces derniers. Ils ont sûrement des cartons de blagounettes sur leurs clients à vous livrer...

 

Q : Olif Piémont ?

R : Si vous cherchez un Olif dans le Piémont, c'est trop tard. Il rôde le plus souvent dans le Jura ou chez des restaurateurs aux cartes des vins plus alcooliques que catholiques et sans italique !!

 

Q : Oeufs à la huguenotte cuits dans un jus de viande de mouton ?

R : J'ai jamais goûté, mais ça m'a l'air pas très light comme entrée !!

 

Q : Pet d'huître ?

R : Jamais entendu !! Par contre, comme chez les humains, ce sont les pires à sentir...

 

Q : Mauvais vignerons ?

R : Comme dit l'adage consensuel : "y'a que des mauvais vins..." Quoique !!

 

Q : Sexe entre amis consentants ?

R : C'est quand même plus agréable, mais c'est pas sur mon carnet que vous aurez des astuces pour ne pas rater vos parties fines... Tapez "Dominique en peignoir", requête plus à même de vous guider sur ce sujet...

 

Q : Boulimie pains au chocolat ?

R : Je sais ce que vous vivez !! J'ai vécu tout ma scolarité du collège à lutter contre l'achat quotidien du pain au chocolat à 1,50 fr (0,22 € pour les djeunes). Aujourd'hui, je vais super bien, j'ai décroché et je trouve la vie fantastique... Courage, vous y arriverez, surtout si vous êtes bélier du premier décan avec jours favorables du 01 au 12, puis du 18 au 26 entre 12h16 et 17h09...

 

Q : Franc-maçonnerie amusante ?

R : Ça m'a l'air aussi excitant qu'un stage d'humour avec Eric Woerth !! Si vous trouvez un moyen rigolo de faire de la franc-maçonnerie, partagez vite avec nous cette expérience désopilante...

 

Q : Blog des supers trottinettes, explication gratuite pull 3/6 mois ?

R : C'est un peu jeune 3/6 mois pour faire de la trottinette !! Attendez d'avoir trente ans et une cravate pour vous ridiculiser ainsi !! Pour le pull, ça peut compléter la panoplie du trotter...

 

Q : Les suisses aiment les grosses voitures ?

R : Aussi, mais pas que. Ils aiment aussi le parapente, le vin, randonner, dénoncer à la fourrière les voisins mal garés, voter... Bref, comme des français, en plus polis et moins bruyants !!

 

Q : Comment maintenir le style mal rasé ?

R : En vous "mal rasant", par exemple...

 

Q : Humour tronche d'alcoolo ?

R : Je connais bien 2-3 personnes qui ont des tronches d'alcoolos drôles, mais qui ne sont pas rigolotes pour autant... Méfiez-vous des apparences !!

 

Q : Manteau chèvre angora beaujolais ?

R : Demandez à  Lilian Bauchet, ou encore à  Isabelle Perraud s'ils peuvent vous dépanner dans ce domaine, ils en sont capables !!

 

Q : Rasoir pour poil pubien ?

R : La réponse se trouve chez le  Bicéphale Buveur, spécialiste mondial en pilosité post-cuisses et pré-abdominale...

 

Q : is it faudon or fondant that you put on cake on cake boss ?

R : It's fondant. U can put it on what u want !!

 

Q : Le cornichon téléphone ?

R : A ce compte-là, le pâté peut aussi envoyer des mails !!

 

Q : Comment faire un vernis pour fusil Lebel ?

R : J'ai une tronche à avoir un fusil Lebel et passer des heures sur le net pour chercher comment vernir cette péteuse pour pigeons !?

 

Q : Palourdes géantes près des volcans sous-marins ?

R : Quand ce film de série Z sortira, merci de m'en tenir informé...

 

Q : Que faire avec de la mâche flétrie ?

R : Je compte justement ouvrir un forum dédié à la mâche flétrie l'an prochain. Merci de reposer votre question sur ce site.

 

Q : Karim, je t'aime avec un coeur !!

R : Je ne m'appelle pas Karim et j'ai horreur qu'on dessine des coeurs pour le montrer !!

 

coeur-ringard----copie-1.gif

 

Q : Visiter une confiserie avec des élèves en Vendée ?

R : chacun ses fantasmes !!

 

Q : Camping-car joie de vivre ?

R : Si un joujou à 50 000 € peut vous priver d'une cure de Prozac, faites-vous plaisir !!

 

Q : Comment s'habiller fin août à Quiberon ?

R : Comme à Nice début janvier...

 

Q : Touristes beaufs St-Jean de Monts ?

R : Je peux vous donner plein d'autres stations balnéaires aussi peuplées de cette ethnie nombreuse !!

 

Q : Canard nantais appétissant ?

R : Soit, mais l'origine non nantaise dispense-t-elle d'un côté moins appétissant ?

 

Q : Où puis-je trouver la recette de la fine ratatouille aux épices de Patrick Bourgouin ?

R : Pas chez moi !!!

 

Q : Nom de vin sexuel ?

R :  Gama-Sutra, ça ira ??

 

Q : Liqueur crémeuse africaine, bouteille léopard ?

R : Quelqu'un a fait un étui avec le peignoir de DSK !!

 

Voilà amis lecteurs, les réponses à vos questions essentielles. Rendez-vous l'an prochain pour un nouveau courrier des lecteurs. Bonne fêtes à vous tous !!

Voir les commentaires

Les Escapalmes d'Or 2011

21 Décembre 2011, 06:41am

Publié par Docadn

La remise des prix la plus attendue de l'année de la "miamglousphère" est enfin arrivée.

Relégant le Wine Blog Trophy au statut de défilé de majorettes malgaches, les Escapalmes d'Or ® sont les équivalents des Oscar® version "Académie des sets de table, du verre à pied et du poisson trop cuit"

Vins-2011-0680.JPG

 

Un jury indépendant, n'appartenant à aucun lobby industriel ou loge secrète aux rites discutables. On raconte que certains cercles obscurs vous obligent à réciter la carte des vins de Vivant, sur le rythme des transes soufies en tenue de derviche tourneur-fraiseur !!

De longues délibérations, des discussions vives, des consensus rares. Un jury exigeant, impitoyable, objectif.

Tous les critères indispensables à la délivrance de la plus haute distinction du savoir-vivre, à table ou sur un tonneau, sont réunis. 


Aussi, après délibération et vote à l'unanimité de moi-même, je décerne :

 

  • L'Escapalme d'Or de "la meilleure bulle de Champagne qui fait pas dans le Bisounours et ne met pas un kilo de betterave par litre de roteux" :

DSCF4029


Les 7 - Laherte Frères


Un nez maritime, iodé, salin. Une bulle taillée au laser qui met en scène une substance fine, fruitée, très vive, calcaire, aérienne, équilibrée.

Un vin "anti-Bisounours" qui, de part son acidité et sa classe cinglante, porte à débat. Un Champagne atypique contenant  fromenteau, arbanne, pinot noir, blanc et meunier, chardonnay, Petit Meslier ("Les 7 cépages"). Personnellement, j'adore. ***(*)

 

Italie-Suisse-2011-0531.JPG

 

Seule certitude pour ce divin breuvage, exhalant le "sous-bois à l'aube", c'est immense !! Une profondeur inouïe, une suavité, un équilibre hors normes pour ce Barbaresco 89, debout et droit, fruit du travail d'orfèvre de Roagna père ****.


Vins-2011-0144.JPG

 

Le salon Renaissance. La magnifique charpente des greniers St-Jean D'Angers, la crème des vrais vignerons de l'hexagone, des blogueurs barbus et des grizzlys photographes. A faire absolument...

 

Vins-2011-0033.JPG

 

 Un festival très bien organisé, aéré, sans vins"barrés" sentant le cidre ou la pomme blette. Un très beau casting de la viticulture respectueuse et des vigneron(ne)s passionné(e)s et passionnant(e)s.



Vins-2011 0011

Le Rocher Des Violettes - Cuvée Touche-Mitaine 08 - Montlouis/Loire (11€)


Il a tout : de la race, un versatile bluffant et une finesse magistrale !!! ***(*)/****


  • L'Escapalmbeach d'Or (prix spécial du jury) du "meilleur bar à vins pour amateurs de chaussures pointues qui aiment boire 3 cl de vin par verre à des prix dérisoires sans jamais côtoyer des blaireaux qui n'aiment que les vins qui sentent le rectum de dindon et le tabac presque bio Fleur du Pays" :

Ô Château

68, rue Jean-Jacques Rousseau

75001 Paris

tél : 01-44-73-97-80

l'article-souvenir.

 

  • Une Escapalmedeplongée d'honneur à "mon troll le plus fidèle, qui tente vainement de m'apprendre à manger chez Dutournier et qui l'a ramené 66 fois en un seul semestre" Bionaute, cette récompense est pour vous, même si je suis trop con pour comprendre votre démarche, merci de votre fidélité...



Vins-2011 0257


Vin de pétanque 09 - "Bon vin de France" - Mas de Libian


...Les gorgées s'enchaînent sans mal. Le plaisir est là.***



Vins-2011 0630


"Mondeuse/Persan" 09 - Vin de pays des Balmes Dauphinoises (8,70 €)

www.vins-nicolas-gonin.com

Une très belle acidité anime ce très joli vin, à l'équilibre joueur, top gourmand. ***/***(*)

Michaël Nauleau    

www.ampelographe-caviste.com

&   

Julien Boyer

  http://carnetdevins.fr

 

Restos 0576-copie-1


Auberge Grand Maison

 1 rue Léon Le Cerf

22530 Mûr-de-Bretagne

Tél : 02-96-28-51-10

www.auberge-grand-maison.com



DSCF3180

Chez Casimir

 

6, rue de Belzunce

75010 Paris

M° : Gare du Nord ou Poissonnière

tél : 01 48 78 28 80


 


DSCF3964

Le Cornichon

34, rue de Gassendi

75014 Paris

tél : 01 43 20 40 19

www.lecornichon.com

 

Restos-0268.JPG


Restaurant l'Alliance

20, rue Victor Massé

56100  Lorient

Tél. 02 97 35 00 76

Fermé dimanche et lundi

www.restaurant-lalliance-lorient.com


DSCF3631.JPG

 

Ristorante Pizzeria Cavallo Bianco

Corso Manzoni, 3

Montà D'Alba


  • L'Escapalme d'Or du "meilleur chocolat de Dijon qui tue sa race de caniche abricot, que même Michalak dit que c'est le meilleur de France, j'en sais rien je les ai pas tous goûtés, mais c'est le top 3 de ceux que j'ai dévorés"

 

Restos-2011-0670.JPG

Fabrice Gillotte 

21 rue du Bourg

21000 Dijon

 www.fabrice-Gillotte.fr


L'académie de "la ripaille et des gros mots comme Benjamin Biolay" a décidé de créer cette année, une :

  • Escapalme d'Or de "la lecture de l'année quand on peine à ouvrir 10 bouquins par an, alors qu'on se cogne Étonnants Voyageurs pendant trois jours". Ceci afin de donner une caution pseudo-intellectuelle à la cérémonie suivie par une moyenne de 17595 lecteurs par jour.

Restos-2011-0673.JPG

Marco Mancassola - La vie sexuelle des super-héros - Gallimard

Un titre qui intrigue. Un roman qui a choqué les fans de Batman. Une écriture un peu "old school", fluide, soignée, à la thématique drôle et inquiétante à la fois. Une noirceur aboutie, un petit pavé d'impertinence...

Pour finir, L'Escapalme d'Or de "la zique que j'écoute tout le temps depuis la sortie de l'album le 25 janvier 2011, et que le nom est toujours aussi sympa, que c'est achement trop trop bien, même si le dernier Fleet Foxes était pas loin de lui choper la place !"

 

Ainsi s'achève la 2ème cérémonie de remise des Escapalmes D'Or. Bravo à tous les récipiendaires. Rendez-vous l'an prochain pour la 3 ème édition... Ou pas !!

Voir les commentaires

Calendrier de l'Avin #19 : N°6 un 20 Paire noël...

19 Décembre 2011, 06:00am

Publié par Docadn

Bonjour à tous, 

Cette année encore, j'ai réussi à obtenir un des numéros officiels du calendrier le plus alcoolisé du marché.

Le succès est tel qu'il y a, comme lors de la première édition, prolongation jusqu'au 31/12. L'an dernier j'avais tiré le N°18. Un an et un jour plus tard, me voilà à nouveau prêt à ouvrir la petite porte du numéro fétiche de la fragrance créée par Henri Robert. Une tradition respectée par le sacrifice systématique du presque cépage adoré.

Vins-2011-0984.JPG

Domaine des Pothiers - N°6 - Côte Roannaise

Un numéro que la marque "aux C entremêlés" n'a pas (encore ?) exploité.  J'ai vécu 1 an à Roanne. J'étais en moyenne section de maternelle. J'ai juste le souvenir cuisant de cauchemars atroces, peuplés de ce connard de Nounours et son glaçant "bonne nuit les petits". Je me suis promis d'y retourner afin d'exorciser le lieu de mes nuits tourmentées. 

Revenons à notre gamay n°6 du 19 !! Romain Paire exploite (en famille) une petite dizaine d'ha, en culture biologique, sur une propriété séculaire située à Villemontais.

La cuvée N°6 est composée de "gamay Saint-Romain", variante du cépage que l'on ne retrouve que sur la Côte Roannaise.

Un nez qui "gamayte", une acidité évidente, des fragrances de suie, de fer avant d'attaquer "la bête au flanc". Une entame fraîche, très fruitée, dotée d'une mâche étonnamment conséquente. Un côté cendré, une élégance naturelle dans son déroulé en bouche. 

Le soir, le nez louche sur une syrah aromatique. La matière s'est faite sanguine, crémeuse, serrée, aux amers vivants. Un gamay (de St-Romain) versatile, complet, élégant et bon. ***

PS : C'est un 2009, mais je trouvais que la profusion de chiffres était suffisante !!

L-avin-socks.jpg

Ici le N°19 du calendrier, à vous le N°20 !!

Famille Paire

Domaine des Pothiers

42155 Villemontais

www.domainedespothiers.com

Voir les commentaires

Le Saison

14 Décembre 2011, 06:29am

Publié par Docadn

Après avoir expérimenté la table bistrot du duo Etcheverry-Flageul, me voici face à la "grande table de Saint-Grégoire" (c'est juste une table pour deux, mais sur le papier c'est "la grosse table du coin").

Auréolé d'une étoile au Gros Rouge Michelin, 3 toques au Gros Jaune Gault & Millau, Le Saison est aussi l'un des chouchous du "Carnet de Route" de  L'Omnivore.


Restos-2011-0656.JPG


Comme diraient les turfistes : "favori, petite cote, peu de risques, gain assuré" (j'invente totalement, mais je voulais rendre un petit hommage aux parieurs à casquettes).

Aussi, c'est avec confiance et des espérances certaines que nous nous attablons chez Christine & David Etcheverry.


Restos-2011-0615.JPG


Du vert, du blanc. C'est contemporain jusque dans les dessertes, géométrique, épuré, un peu froid, lumineux, à l'assise confortable. 

Des grignotages mêlant "rillettes de lapin/pistache", "feuilleté de tomates séchées", "sablé mousse de cocos de Paimpol"... C'est juste bon.

J'avale ces bouchées à l'aide d'un verre de Hautes-Côtes-de-Nuits 07 de chez Méo-Camuzet (Clos St-Philibert), boisé et "tendre comme un 06" !!


Restos-2011-0618.JPG


Crème de cocos de Paimpol


j'ai oublié l'intitulé exact et les autres composants de la crème ci-dessus. Juste le souvenir "rassurant" d'un mets relativement riche, chaud, crémeux, bien assaisonné.


Restos-2011-0621.JPG


Un bouillon d'araignée de mer, radis paysans et poireaux au citron


Une 1ère entrée très parfumée, au bouillon épatant. Une araignée évidente, que l'on retrouve dans une sorte de sushi renfermant entre autre la chair délicate du crustacé. C'est divin !! Le citron donne un côté aérien à l'ensemble. Un croquant végétal addictif. Très belle entrée. Décollage quasi spatial !!


Restos-2011-0625.JPG


Épaisses St-Jacques aux châtaignes, corail d'oursin et risotto de panais


Deux St-Jacques à la cuisson parfaite, se déclinant pour l'une sur un acidulé, une vivacité, un cinglant, douce, molle et quasi endormie pour l'autre. Une seconde entrée aux allures de Dr Jekyll & Mister Hyde. Une très jolie mise en scène de "l'acide qui boxe contre le doux-moelleux déstabilisant d'un même produit". Un plat déroutant, où le panais peine à trouver sa juste place et déséquilibre certaines bouchées.


Restos-2011-0619.JPG


Ormeaux sauvages rôtis, un lait fumé, ravioles de courges et citron combawa (32 €)


L'entrée de La Miss. De beaux ormeaux, à la juste cuisson, au combawa précis.


Restos-2011-0634.JPG


Bar de ligne, chou d'hiver, émulsion coco persil


J'ai l'impression de tester un menu "le coco dans tous ses états". Le vol stationnaire se termine, la chute s'amorce. Le bar souffre d'une sur-cuisson absolue, quand les légumes et les morceaux de cèpes frisent la perfection. Toujours ce "fil acide-signature", qui donne un énergie salvatrice au plat. Il est quand même très frustrant d'observer autant de maîtrise côtoyer cette approximation de cuisson...


Restos-2011-0629.JPG


Turbot sauvage en vapeur de foin, chou de Shanghai, cèpe et oreille de cochon grillé (32 €)


Pour La Miss, un poisson à la cuisson largement moins discutable, expressif, à la complétude évidente.


Restos-2011-0636.JPG


Kouign-amann et girolle de brebis pour une glace au pain brûlé


Un mariage, à mes yeux improbable, qui fonctionne à merveille !! Kouign-amann miniature excellent, brebis détaillé "comme une Tête de Moine", glace aux saveurs de pain d'épices. Pas mal du tout.


Restos-2011-0639.JPG


La mandarine dans tous ses états (15 €)


Le dessert de La Miss. Esthétique fort plaisante, au fruité régressif réjouissant (ça m'a rappelé les Chamonix de Belin).  Goûts et textures justes, équilibrés. 


Restos-2011-0642.JPG


Choco-caramel crémeux, poivron confit et feuilles de cacao


Là encore, une esthétique indiscutable. C'est épuré, précis, salivant. "La basquitude" résumée. Très belle alliance entre le puissant chocolat et le doux poivron. Un équilibre, une dissociation des goûts subtils. Sûrement le mets qui aurait presque pu me faire oublier le "ratage du plat"...


Restos-2011-0645.JPG


Mignardises


Service de "grande maison" qui ne souffre aucune critique.

Un sommelier plaisant, léger, à la tête d'une carte des vins impressionnante, aux coefficients très variables.

C'est un St-Romain 08 de chez A.Gras, qui a eu la difficile tâche de se plier à cette salve de plats. Un chardonnay que j'attendais tendu, vibrant comme ce millésime sait l'être dans la région. Il s'est avéré rondouillard, au gras pesant, à la gangue de bois massive.


Une impression générale en demi-teinte (alors que seul le poisson était médiocre).

Une cuisine qui transpire d'inventivité, de recherche, qui ne bénéficie pas de la rigueur permanente attendue.

J'ai adoré le fil "haut" de l'expression acidulée des plats. Mais je ne peux m'empêcher de comparer l'expérience avec celle vécue à L'Auberge Grand Maison, 6 mois avant.

Avec le recul, je n'y retrouve pas la même excitation à vous conter les plats.

Le menu "Sur les Rives" dégusté est à 58 €. Les plats de La Miss sont à la carte.


Le Saison

1 impasse du Vieux Bourg

35760 Saint-Grégoire

tél : 02 99 68 79 35

www.le-saison.com

Voir les commentaires