Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Soirée labrador...

19 Septembre 2015, 20:48pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Si pas mal d'entre-nous sont rompus à la "dégustation à l'aveugle" classique (je m'adresse aux 12 picolos qui me lisent, ainsi qu'à mes 50 abonnés), "la dégustation à l'aveugle intégrale" reste un exercice plus rare.

Aussi, quand on vous en propose une, vous sautez sur l'occasion, comme d'autres sur une invitation à bouffer ou boire à l’œil...

Si en "dégustation à l'aveugle standard" vous tentez de deviner le breuvage servi en l'analysant visuellement, olfactivement et gustativement, dans une "dégustation à l'aveugle intégrale", on vous retire le visuel... et ça change absolument tout !!


Si j'ai brillé à plusieurs reprises dans la forme classique de l'exercice (comprendre je suis une brêle mais j'adore ça), je suis un vrai débutant dans sa forme vraie, sémantiquement parlant.

Soirée labrador...
Soirée labrador...

Pour faire un parallèle (un peu extrême,soit), on peut dire que dans une "dégustation à l'aveugle standard", vous êtes mal-voyant depuis votre naissance, vous possédez un labrador éduqué pour vous mener où bon vous semble, en gérant "naturellement" vos déplacements ...

Dans une "dégustation à l'aveugle intégrale", vous êtes en fait mal-voyant depuis 2 jours, votre labrador a les yeux crevés, on a foutu du Tabasco dans sa truffe, elle est en chaleur (oui, c'est un labrador transsexuel), n'a plus de harnais, vous pisse sur le futal et tente de vous semer dans une ville où vous n'avez jamais foutu les pieds !!

3 conditions pour bien réussir votre "soirée labrador" :

  • le fameux verre noir-opaque ci-dessus.
  • un éclairage qui doit faire passer "Le Projet Blair Witch" pour un film visuellement surexposé.
  • un serveur capable de servir TOUS les verres à la frontale, sans vous laisser deviner la couleur du breuvage.

Au programme ce soir-là : 4 blancs, 4 rouges et 1 rosé.

Le but : déterminer la couleur de chacun des 9 vins servis !!

Vu que j'aime ce jeu là, je me laisse même aller à l'orgueil la vanité de déterminer la région, ainsi que les cépage(s) reniflés, bus.. mais pas vus !!

Tous les vins sont dévoilés à la fin de séance, à l'ambiance très déconneuse, comme si l'obscurité désinhibait les esprits et les langues !!

Le 1er vin propose un nez au boisé appuyé, un caractère "lacté marqué", qui me dirige vers un blanc.

En bouche, la piste du blanc se confirme. Je gargarise 2-3 lampées pour finir avec le diagnostic suivant : melon de Bourgogne, de type muscadet 2012 !!

Soirée labrador...

Ça commence très très fort... bon, j'ai la couleur.... "ouane Poïnte" !!

Le second vin "transpire" les agrumes, c'est la Loire ça... puis des effluves quasi exotiques.

Té, voilà l'ananas !! Gros manseng... oh et puis non, trop mou... un viognier... pff, porte naouak, marsanne ?! Allez, on se concentre... bon, c'est un blanc... bourboulenc, Barbier 09... non, allez je reste sur viognier, c'est myopathe, c'est sudiste !!

Soirée labrador...

Bon, du rolle... mais c'est sudiste !!

Merde, il est où mon labrador en chaleur ?!! J'ai la couleur, "tou poïnte" !!

3ème vin... ah, du rouge, c'est sûr !! Y'a de la réduction, pas autant de bois que dans les Landes, mais y'en a... hey, c'est mûr... pourquoi pas un cab' franc !! Un peu d'astringence, ça poivre... oh le joli champignon en fin de gueule... allez, je tente "Dittière - Les Beaugrands 11"...

Soirée labrador...

Ben quoi, un 100% merlot (plutôt pas si mal)... Toby, t'es où ?! Putain de clébard !! "Tree poïnte" !!

Purée, ça enchaîne, 4ème pif... oh, ça c'est du gamay, c'est sûr, ça "gamayte grave"... bien mûr, dense, bien le style de Thévenet... allez, "Grain et Granite 13"... oui, oui, un beau Régnié !!

Soirée labrador...

.... Ouais, bon, c'est du pineau d'Aunis 12... et c'est drôlement bon !! Putain, si je remets la main sur ce putain de chien de mes 2, je lui recrève les yeux avec ma canne blanche !! J'ai encore la couleur... seulement !! "For poïnte" !!

Bon, allez, on va se refaire avec le suivant !!

Ah te voilà le rosé !! Au nez, tu suintes le bonbec, le sud, le truc trop tendre que j'aime po... y'a de la matière, mais non, t'es pas ma came !!

Soirée labrador...

Mourvèdre-syrah-grenache 12 !! T'es bien un rosé !! "Faïve Pointe" !!

Labrador, si je t'attrape, je te défonce, je te dépèce et je te revends en kebab avec de la sauce canne blanche !!

6ème vin... ouh putain, c'est quoi ce truc... pineau d'Aunis... non, du côt... na... merde, ce côté "résine"... rouge, ploussard évolué... non... trousseau... non... putain (oui, c'est comme dans "Un monde sans pitié", je dis "putain" tous les 3 mots dans ma tête)... cette "résine", ce côté "acacia"... allez, je mets "blanc zarbi", mais je sais foutrement pas ce que c'est !!

Soirée labrador...

Hein !!! du sauvignon, ça ?!!!

Nous ne sommes pas nombreux à avoir mis "blanc" sur cette macération pelliculaire (à la rital paraît-il), ni levuré, ni sulfité... pas ma came non plus !! "Sixe poïnte" !!

Ouch, la "fourrure" au pif... gamay ou cab' franc... merde, déjà mis... perlant, kirsché, jolis amers... pfff, c'est quoi encore... bon, c'est du rouge, mais d'où ?!

Soirée labrador...

Cinsault, grenache, mourvèdre... s'ils le disent !! Bon, rouge again... "c'est vaine poïnte" !!

Bouh c'est quoi cette menuiserie ce "boisé outrancier" ?! Mais c'est quoi cette forêt qui débarque comme ça dans le noir, sans crier "hey je te ramène ton labrador, il est tellement excité qu'il a essayé de faire bander des vers de terre" !! C'est "grillé-boisé"... tain, je suis paumé... ça fait bordelais caricatural à la Michel Leeb... cab'-sauvignon plus du merlot... rouge, mais paumé... fuis labrador, surtout ne te retourne pas !!

Soirée labrador...

Ah bon !! Du pinot noir... ça reste du rouge... "eillete poïnte" !!

Bon, si je me suis pas trop planté, normalement le prochain est un blanc !!

Ahhhhh, la poire, les épices, les belles amandes... un peu sudiste... ou bien un aligoté sur millésime chaud... mais blanc... sûr !!

Soirée labrador...

Bon, objectivement on va dire que c'est le sud... et c'est blanc !!

Mes notes griffonnées en "braille maison", en raison d'un éclairage d'environ 0,001 lux !!
Mes notes griffonnées en "braille maison", en raison d'un éclairage d'environ 0,001 lux !!

Mes notes griffonnées en "braille maison", en raison d'un éclairage d'environ 0,001 lux !!

Ouf, c'est fini !!

Bilan : 9 sur 9 pour le nuancier... et "Fanny sur 9" pour les cépages, les régions, etc...

Dégustation très instructive sur la puissance oculaire dans l'analyse d'un vin !!

Sans lui, vos "certitudes" (déjà pas très solides) vacillent sans mal !!

Forcément, je vous conseille de tenter le plus rapidement possible cette expérience, si elle vous est étrangère, quand personnellement je vais retenter la chose dès que possible... pour apprendre à me passer définitivement d'un labrador !!

Voir les commentaires

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

6 Septembre 2015, 14:13pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Pour clore cette trilogie lusitanienne, un exercice (décalé) déjà appliqué au Japon et à la Norvège (et leurs habitants respectifs).

Si le Japon a l'avantage d'être assez loin, la Norvège d'être suffisamment riche froide fraîche pour ne pas se voir opposer un droit de réponse au premier de degré, j'avoue être bien emmerdé avec le Tossland Portugal.

Mais tant pis, soyons de mauvaise foi parfois !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

1/ Au restaurant, tout ce qui est sur la table est payant !!

Eh oui, un piège que beaucoup de Français n'apprécient que peu, en découvrant le montant des "couverts" (pain, olives, fromages) à l'addition !!

Pratique considérée comme "illégale" par certains, 9 restos sur 10 continuent d'appliquer cette "tradition", se frottant les mains goinfrant au passage sur le dos portefeuille des touristes ignorants et affamés, se jetant sur le pain comme des poules.

Les locaux y touchent rarement, les prix variant de 1,50 à 3,50 € par personne !!

J'avais aussi croisé cette pratique en Sicile l'an dernier, avec tentative de baise d'arnaque qui avait vu le prix des couverts enfler de 2 à 4 € par tête !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

2/ Le risque d'hypoglycémie au Portugal est proche de zéro, quand le risque de carie(s) frise les 400% !!

Le moindre petit patelin portugais abrite toujours une "pastelaria", ou une "confeitaria", sorte de "pâtisserie-snack-salon de thé" servant majoritairement des viennoiseries et autres douceurs capables de tuer une abeille en plein vol !!

La "pastel de nata" ("pastéis de nata" au pluriel, photo ci-dessus), est le gâteau-roi de Lisbonne, même si on en trouve un peu partout au Portugal aujourd'hui !! Le "Pão de Ló" (gâteau éponge) est moins connu, mais n'est pas moins capable d'être classé comme "arme de 1ère catégorie" dans le milieu des diabétiques !!

Sachez aussi que le pain semble être sous la coupe d'une forme de monopole, que vous n'en trouverez pas dans les "pastelarias-confetarias", qu'il vous faudra pousser la porte d'une "panaderia".

Ces boulangeries ne vendent pour le coup que du pain (très) blanc, pas cher et pas terros.

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

3/ Il est interdit de revendiquer vouloir "manger 5 fruits et légumes par jour" au Portugal, tant les lobbies de la patate, du riz et de l'huile de tournesol sont puissants !!

J'avais effleuré l'infinie délicatesse (de lanceuse de marteau qui ne tricote pas) qui anime la cuisine portugaise par l'intermédiaire de sa cousine açorienne.

La cuisine métropolitaine n'a pas démenti cette lubie monomaniaque des féculents et autres sucres lents A CHAQUE REPAS !!

Vous trouverez bien parfois une tranche de tomate, voire une tranche d'ananas avec votre brochette de viande... mais aussi les inévitables patates (bouillies ou frites), accompagnées de 2 ou 3 palettes de riz, qui vous donnent envie de napalmer toutes les rizières du monde, les sacs de Kouchner et lui avec !!

C'est un fait, on ne va pas au Portugal pour compter ses calories, ni y faire des ventrées de carottes râpées !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

4/ Les conducteurs de bus et de tramways sont les principaux responsables de la perte du titre de "peuple le plus sympa d'Europe" !!

Force est de constater que même les "conducteurs-branleurs" du réseau Transdev du 9-3 sont des modèles de politesse, de sourire et de savoir-vivre face à l'introversion la froideur d'une bonne partie du personnel roulant des transports en commun lusitaniens !!

Si comme tout étranger, je n'ai pas saisi dans la seconde toutes les subtilités des us et coutumes régissant la bonne marche des transports locaux, je me suis fait insulter quelques fois pour ne pas être monté dans la rame en moins de 2/10 ème de seconde avec mon sac de 15 kg sans écraser femmes et poussettes !!

Sorti de cette caste à la tolérance aussi peu méditerranéenne que celle d'un Kim Jong-un, le reste de la population fait preuve d'efforts permanents à regagner, à mes yeux, le titre de "peuple le plus sympa d'Europe", trophée souvent disputé avec la Belgique et la très grande majorité des ses ressortissants ni pédophiles et ni Flamands !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

5/ Si tu vas à Sintra, ne va pas à la Pena et contente-toi de la Regaleira...

Classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco, Sintra est située à 45 minutes (en train) de Lisbonne. Symbole de l'architecture romantique européenne, elle est assiégée par des hordes de touristes (dont je ne m'exclue pas) qui errent dans la petite cité avant de trouver le moyen de gagner les hauteurs et de découvrir le "joyau de la cité" : le Palais national de la Pena.

Si le parc (200 ha) vaut le détour, le palais est un véritable sommet du kitsch, sûrement aussi excitant et surpeuplé que celui de Disneyland Paris (que je ne connais pas) !!

Au-delà d'un tarif plutôt prohibitif et d'un accès pas des plus aisés (il faut prendre un bus payant pour parcourir les 6 kms de lacets, ou entreprendre une jolie rando au dénivelé conséquent dont le point de départ n'est pas non plus indiqué est des plus discrets), je vous conseille plutôt de rester "en ville" et de vous diriger à pied vers la Quinta da Regaleira.

Même si, comme moi, vous ne "comprenez rien à l'architecture", vous serez sûrement "touché" par "l'intelligence et l'harmonie des jardins et des terrasses" ainsi que le style "propre" de cette quinta forcément atypique !!

Pour 5€ l'entrée, pas "La Pena" de vous ruiner emmerder là-haut !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

6/ Non, ce pays ne "sent pas la morue jusque dans le coeur des frites batatas fritas que des grosses mains (moustachues) invitent..."

Il est quand même bon de rappeler que la fameuse "bacalhau" est née en Norvège (je l'ai déjà écrit ICI), que son nom originel est même "bacalhau de Noruega", qui ne traduit pas un poisson préparé selon la recette d'un ex-trafiquant de drogue, mais bien "morue de Norvège" !!

Sources Le temps/Le Nouvel ObsSources Le temps/Le Nouvel Obs

Sources Le temps/Le Nouvel Obs

7/ Non, ce pays n'est pas peuplé de clones d'Edwy Plenel pour les hommes et de photocopies de Conchita Wurst pour la partie féminine !!

Là encore, un mythe s'effondre !!

Si vous pensiez voir des hôtesses de l'air à la pilosité d'un Demis Roussos vivant, ou des pêcheurs affichant des bacchantes à la António José Conceição Oliveira, vous serez globalement déçus !!

Les filles pratiquent des bains quotidiens de Roundup afin d'exhiber leurs merveilleux tatouages de "cagoles locales", quand les mecs se laissent majoritairement bronzer les zones entourant le philtrum, s'adonnant aussi au tatouage à la sensibilité artistique aussi élevée que la bibliothèque de Franck Ribery !!

Par contre, pour les fringues, même à Lisbonne, nous sommes quand même plus près des "Deschiens en short à Palavas-les-Flots" que des créations de Felipe Oliveira Baptista.

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

8/ Il y a un secret que les Portugais vous confieront, à l'unique condition de découvrir leur pays autrement que par la plaie des tuk tuk et les bus Sightseeing, bandes de feignasses !!

Ce secret, j'ai eu la chance de le découvrir, par hasard sans leur aide, dès 2004 !!

La découverte de la "métropole" n'était qu'une (longue) escale pour mon 3ème voyage vers l'archipel INOUÏ des Açores !!

9 îles, 9 pays aurais-je envie de dire !!

Cette année, après 2 voyages et 5 îles, c'était au tour de ce qui est considéré comme la "perle absolue des Açores" : Flores.

Et quand les Portugais en parlent, ils ont souvent des étoiles dans les yeux... je fais désormais partie de cette secte !!

Sa "petite soeur" Corvo nous a échappé... ce n'est que partie remise !!

Comme vous l'avez constaté, rien de bien méchant sur cette vision "subjective" du Portugal et de ses habitants, qui sont globalement adorables, accueillants, plutôt pas grands et pas très poilus en plus !!

Voir les commentaires

Porto en mangeant...

30 Août 2015, 12:27pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Second et dernier volet des adresses "testées-approuvées en Lusitanie", consacré à Porto.

Si la ville (auréolée d'un classement au patrimoine mondial de l'Unesco) est surtout connue pour ses vins et ses vignobles, elle m'a laissé une impression plus dynamique que son ainée Lisbonne dans le domaine gastronomique.

Trois adresses "testées-validées" (sur les 5 ou 6 fréquentées).

Porto en mangeant...
Porto en mangeant...
Porto en mangeant...

Une première adresse populaire, sise face au Mercado do Bolhão, assidûment fréquentée par les locaux et les touristes : Confeitaria do Bolhão.

Dans une ambiance d'obédience "Art-déco", un peu froide à mon goût, on peut notamment se bâfrer d'une énorme et goûteuse "costela vitela" (côte de veau), ou se laisser tenter par les fameuses "tripas" (tripes à la mode de Porto) !!

Moins de 19 € le déjeuner pour 2, avec des jus de fruits frais et un café !!

A noter, un petit-déjeuner correct, mais très disputé passé 09h00 !!

Une confeitaria très animée, qui cache une salle de restauration à priori plus calme au sous-sol !!

Confeitaria do Bolhão

Rua Formosa, 339

Porto

Tél : +351 22 339 5220

www.confeitariadobolhao.com
Porto en mangeant...
Porto en mangeant...
Porto en mangeant...
Porto en mangeant...
Porto en mangeant...

Au détour d'une (très) longue balade jusqu'au bord de mer, notre petit guide de voyage nous signale cette adresse aux aspirations "bistrot-gastro" : Cafeína

Déco soignée, élégante, "cosy" diraient les spécialistes dont je ne suis pas !!

Une formule déjeuner à 20 € (avec un verre de vin moyen) plutôt pas mal, bien au-dessus des standards habituellement croisés.

Jolie purée, cuisson de la pièce de viande respectée, poisson un poil trop gras, par contre on y sert aussi peu de légumes qu'ailleurs !!

Une adresse déjà signalée par Eva lors de son grand "triporto" !!

Quasiment en face, Terra (appartenant au même proprio) se veut plus "guindé" (ce qui sous-entend plus cher), quand Cafeína Wine & tapas se veut plus simple et accessible.

Cafeína

Rua do Padrão 100

Tél : +351 22 610 8059

www.cafeina.pt
Porto en mangeant...
Porto en mangeant...
Porto en mangeant...
Porto en mangeant...

Pour finir, le coup de coeur fourchette de ce séjour chez les "Tripeiros" : Tapabento !!

Planquée sur le côté de la gare de Sao Bentocette discrète enseigne semble être la "cook success" du moment à Porto !!

Découverte par hasard, sans résa, nous obtenons 2 sièges au comptoir.

Jolie salle voutée, 2 niveaux, où 94,36% des clients ont réservé !!

Des entrées plus espagnoles que portugaises, avec notamment cette "tortilha de batata" modèle pour démarrer.

Plat du jour pour La Miss, en l'espèce des "St-Jacques avec une réduction pinardière*" parfaitement saisies, quand j'ai dévoré un "carril de peixe e marisco" (curry de poissons et fruits de mer) relevé avec doigté, aux cuissons là encore maîtrisées !!

Service très aimable, multiliguiste, très "Bennetton", louchant un peu sur "l'esprit Fooding".

La patronne se la joue "copine avec ses clients les plus fidèles", virant poliment les "improvistes" qui veulent une table à tout prix !!

Une vraie "cuisine de marché journalière" aux tarifs plus élevés que la moyenne (de 5 à 17,50 € pour les tapas, comptez 14 à 19 € pour un plat), mais justifiés vu la qualité et les quantités délivrées !!

Résa impérative si vous voulez éviter le comptoir !!

* : je n'ai pas noté l'intitulé exact.

 

Tapabento

Rue Da Madeira, 222

Tél : +351 912 881 272

www.tapabento.com

 

Prochainement... on verra !!

Voir les commentaires

Lisbonne en mangeant...

23 Août 2015, 08:59am

Publié par Docadn

Bonjour,

Comme environ 1 Français sur 2, je suis parti (notamment) au Portugal cet été.

Destination plutôt bon marché, pas très loin, aux charmes nombreux, faisant la quasi unanimité des voyageurs...

Ma seconde préoccupation après le tourisme étant la bouffe, j'ai pu poser ma bedaine dans différentes cantines et restaurants.

Ne connaissant que la roborative "cuisine açorienne", je m'attendais à un certain cousinage culinaire.

Aussi, avant d'attaquer un régime "patates-riz" pour la quinzaine, je tente "la meilleure pizza de la ville", à Lisbonne, pour démarrer ce cycle lusitanien.

Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...

Face à la gare de Santa Apolónia, les pieds dans l'eau, la pizzeria Casanova a pour prestigieux voisins "Bica Do Sopato" et "Deli Delux" (épicerie fine), tout 2 détenus par un certain John Malkovich.

Vous entrez côté cuisine-aquarium, pour découvrir une salle aux hauts plafonds, à la déco assez quelconque.

La clientèle tuerait père, mère, frères et serveurs pour une table sur la terrasse, quand je me contente d'une table à l'intérieur, au coude à coude avec d'autres clients.

"La Primavera" (tomates-mozza-basilic, 11,50€), avec tous ses ingrédients crus est effectivement bonne, la pâte très au-dessus des basiques croisés. "La Siciliana" (9€) est en-dessous, la pâte sauve l'ensemble.

Panna cotta moyenne pour finir. Service speed et impersonnel, salle bruyante, faut que ça tourne.

Tarifs plus français que locaux (sauf pour "l'eau gazeuse maison" à 1€)

Pensez à arriver tôt (genre 19h30), pour éviter la file d'attente dès 20h00, ainsi que la grosse 1/ 2 heure d'attente qui va avec.

Pizzeria Casanova

Avenida Infante D. Henrique 

Cais da Pedra, Armazem B, 

Lisboa

Tél : +351 21 887 7532

​Page FB
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...

Une table croisée lors de mes randos urbaines.

Niché dans le musée de la pharmacie, Pharmacia offre une belle et chaude terrasse, ainsi qu'une très charmante salle à manger.

Tous les accessoires et la déco sont centrés sur le thème du "labo de pharma", mais aucune mixture médicale au menu.

Il fait chaud, nous nous contentons de salades.

Salade au quinoa (8,90€) et aux légumes (9,80€) très bien foutues, dégueulant de fraîcheur, quand nous regrettons juste la taille de l'excellente "crème de pois chiches -curry" offerte servie (en fait tu la raques avec tes couverts) en grignotage.

L'endroit est très plaisant, un poil intimidant quand on est sappé en Quechua-Kalenji touriste, mais vaut le détour quand on veut avaler moins des 7000 calories traditionnellement servies à chaque repas.

Service soigné, pas très souriant, toujours trop lent pour le speed que je suis (même si c'est une constante au Portugal).

Restaurante Pharmacia

Rua Marechal Saldanha 2, 

1249-069 Lisboa

Tél : 351 21 346 2146

​Page FB
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...
Lisbonne en mangeant...

Gros coup de coeur gourmand du séjour lisboète pour ce bistrot atypique.

Planqué dans une jolie halle un poil décatie de la place Santa Clara (où se déroule le célèbre "marché des voleurs"), le Restaurante Santa Clara Dos Cogumelos dédie TOUTE sa carte aux champignons !!

De l'entrée (paté aux champignons) au dessert (crème brûlée aux champignons), le chef délivre une savoureuse cuisine forestière et troglodyte !!

Assaisonnée avec précision (sauf sur les ravioles), relevée avec intelligence (le-la poejo* me fait encore saliver sur le clavier), une très jolie cuisine qui flirte souvent avec une certaine finesse gastronomique !!

Sympathique déco décalée, service aimable, souriant, attentionné. Prix plus élevé que les cantoches voisines.

Comptez 50 € pour 2 pour une séquence entrée-plat-dessert, sans les vins !!

Si vous traînez vos guêtres vers le Panthéon, que vous aimez les campinolius, ne ratez pas cette table !!

*menthe pouliot

Restaurante Santa Clara Dos Cogumelos

Campo de Santa Clara

Mercado de Santa Clara 7

Lisboa

Tél : 21 8870661/ 91 3043302

www.santaclaradoscogumelos.com

J'ai écumé d'autres restos-cantines, mais aucun(e) n'a provoqué un frémissement suffisant pour générer un inutile trouble musculo-squelettique supplémentaire sur mon clavier !!

A suivre... un petit tour à Porto !!

Voir les commentaires

Digression estivale

16 Août 2015, 11:53am

Publié par Docadn

Bonjour,

Reprise des activités, quand la moitié de la France soigne encore intensivement son cancer de la peau sur des plages souvent bondées.

Un foutoir internautique qui promène sa bedaine depuis maintenant 9 saisons, tout en se posant l'éternelle question du "renouvellement-lassitude-habitudes-à-la-con".

Je vous épargne le couplet du"je-sais-pas-si-je-vais-arrêter-dans-l'espoir-de-provoquer-une-mobilisation-de-mes-3-lecteurs-et-feindre-le-caprice-de-diva-discount-sans-talents-qu'on-supplie-de-continuer", car je suis aussi (et avant tout) un lecteur de blogs !!

Digression estivale

Mais combien de blogs sont soit morts-nés, soit aussi actifs que Vincent Lambert, comatant dans une permanente procrastination éditoriale ?!

Pour les "encore vivants", combien de blogs à la même rhétorique grammaticale, visuelle, provocatrice aussi passionnante qu'une cérémonie des César ?!!

Ce foutoir n'échappe pas non plus à ce constat et ces travers !!

Si le vin a occupé grandement les débuts calamiteux de ce carnet (à l'orthographe qui peut encore rendre aveugle), la gastronomie s'est faite majoritaire au fil de l'eau... et depuis ronronne !!

Les limites "littéraires" personnelles, les "carcans descriptifs" des sujets abordés, pour ne pas se couper de son petit auditoire... quand certains n'écrivent plus que pour leur petit ego, cultivant au quotidien la frustration d'être un écrivain raté de n'avoir jamais percé dans le milieu de l'édition !!

Cela reste assurément une question de talentS !!

Digression estivale

Alors oui, nous pouvons user et abuser de toutes les astuces grossièretés éditoriales pour "attirer le chaland".

Comme si ces artifices devaient combler, à marche forcée, le vide éditorial et créatif de ces supports potentiellement très excitants !!

Mais non, la "Closer-isation" des blogs poussifs va bon train !!

Voyez vous-mêmes : deux zobs en porcelaine, une poitrine en pvc, un chaton aux yeux d'aryen et c'est la quasi garantie d'une course au clic !!

Digression estivale

Rajoutez un cliiffhanger une accroche suffisamment travaillée pour vous assurer un nombre de like, retweet conséquent... puis monétisez le tout, quitte à ne pas faire ça que pour la gloire, merde !!

Je sais de nombreux blogueurs viscéralement braqués sur leurs "stats" !!

Certains pour mieux vendre leur "pouvoir de prescription" auprès des marques, d'autres pour toiser leurs semblables et/ou masturber caresser langoureusement leur ego !!

Fin de la digression "crachons-sur-les-blogs-à-entraîneuses-pas-de-ça-chez-moi-je-suis-au-dessus-de-cette-vulgarité", pour parler "liquide", même si la question du "renouvellement éditorial" reste ouverte et en suspens !!

Brut Viard-Lanier - 45% pinot meunier, 45% pinot noir, 10% chardonnay

Brut Viard-Lanier - 45% pinot meunier, 45% pinot noir, 10% chardonnay

Poursuivons dans le "décalé bacchique", qui à force de se démarquer finit par ressembler à du "normcore vinique" !!

Au détour d'un séjour forcé aux confins de l'Aisne, j'ai découvert une boutique excitante : La Triperie de Luzoir qui, comme son nom l'indique, vend des produits tripiers à Luzoir !!

Après avoir rempli mon panier d'une bonne dizaine de conserves, mon regard a été happé par cette étiquette !!

La patronne m'en fit un article dithyrambique, normal elle vend pas de la merde !!

5 semaines plus tard, je scalpe ladite bouteille lors d'un apéritif au soleil !!

Et je retrouve dans mon verre l'exact contenu décrit par notre tripière picarde !!

Un vrai bon petit champagne, au dosage un poil appuyé pour mon palais fan du "zéro dosage", mais à l'esprit de circonstance !!

Une acidité de bon aloi, une amertume "intégrée", à l'expression maîtrisée, bref un vrai champ' de consensualité apéritive !!

Si on fouille sur le site de la maison Viard-Lanier, on voit que ce petit domaine ne foule pas ses raisins avec des Birkenstocks traitées "à la 500", qu'il travaille en "raisonné", comme la très grande majorité des domaines champenois !!

Ah, une dernière chose, ça coûte 17 € en boutique, soit le prix d'un crémant "haut de gamme"... et c'est plutôt bien foutu, à mon humble goût, pour du brut !!

Allez, bonne fin de congés payés... pour ceux qui en ont !!!

Voir les commentaires

Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...

1 Juillet 2015, 21:33pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Le traitement individuel des tables fréquentées m'aurait fait tenir jusqu'à décembre 2016 vu mon rythme d'écriture.

Le recours à ce subterfuge me permet de faire "un solde de tout compte" de quelques tables survolées pendant mes longues et méritées salvatrices vacances printanières.

Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...

"L'Ecole de Nice" est un bistrot né de la collaboration entre le chef japonais (et étoilé) Keisuke Matsushima et un DJ franco-japonais Marc Panthe.

Nice est, depuis quelques temps, aussi touché par la mode des cuistots japonais. Les pianos dudit bistrot ont été confiés à Yoshinobu Seki (qui secondait Matsushima dans son resto éponyme).

Un vendredi de "Victoire 1945" au déjeuner, toujours avec ma grande amie, pour découvrir une déco de bistrot mille fois repompées, archétypique d'une table éligible au Fooding (une pièce en cuivre qu'il y sera en novembre prochain !!). On se croirait à Paname aux tableaux près, ornant les murs, rappelant l'origine du nom du lieu.

Formule à 27 balles en 3 plats, 35 € en 4. Nous partons pour le classique entrée-plat-dessert.

Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...

En mai, nous frisons forcément l'overdose d'asperges, mais globalement la séquence se tient !! C'est soigné, "enlevé" diraient les blogueurs qui, comme moi, ne savent pas quoi écrire d'autre !!

Bref ça tient son rang de "bistrot-branché-avé-la-touche-locale-mais-on-sait-faire-comme-à-la-capitale". Service cool-sérieux, petite carte des vins pas trop mal foutue, où l'on pourra aiguiser sa curiosité vinique.

Une bonne alternative aux pièges à gogos du Cour Saleya !!

L'Ecole de Nice

16 rue de la Buffa

06000 Nice

Tél : 04 93 81 39 30

info@lecoledenice.com

www.lecoledenice.com
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...

Direction Cairanne (Vaucluse), au Tourne au Verre, QG local "du bon boire et du bon manger" selon les picolos de la France entière !!

Une adresse un poil à l'ombre des fameux Côteaux et Fourchettes voisins, dont j'avais envie de tâter les assiettes depuis un moment !!

Jolie terrasse, personnel accueillant, pour partir immédiatement sur la formule 3 plats à 16,50 € !!

Conclusion : ça ne souffre pas une seconde d'un quelconque mauvais rapport qualité/prix vu les tarifs pratiqués !!

Nous avons englouti une "cuisine bistrotière" fraîche, de saison, soignée, à un tarif presque "délirant" vu la qualité délivrée.

Sans parler de la carte des vins... et de la majorité des coefficients modèles, dont certains devraient largement s'inspirer !! Le Domaine des Tours 11 (serré dans son slip) a été facturé une vingtaine d'euros sur table !!!!

Une adresse où on peut même croiser des vignerons venus casser la graine le midi (Richaud himself lors de mon passage).

Service plutôt rapide, clientèle mêlant locaux et touristes ricains en plein "wine tour" !!

Le Tourne au Verre

5 route de Carpentras

84290 Cairanne

Tél : 04 90 30 72 18 

www.letourneauverre.com
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...

Et à Bordeaux alors ?! Encore une escale bistrotière estampillée "Le Fooding". Le Bô Bar est planqué au fond de la jolie place St-Pierre !!

Serveur un peu rentre-dedans, qui impose d'emblée la dégust' (des vins) à l'aveugle comme un dogme à prendre ou à laisser se barrer !!

La sélection des liquides est très "nature vins peu protégés", quand la bectance est simple et pas chichiteuse pour un rond !!

Si le bouclard (tenu depuis 10 ans par un certain Benoît Veyret-Logerias) est étroit, la terrasse (un poil en pente mais sympa) multiplie par (au moins) 3 la surface totale disponible !!

Pêle-mêle, quelques (bonnes) huîtres de Bruno Gass (La Cabane Buissonnière), la jacquère de Giachino, un godet de R14 de Lemasson, un axoa juste correct (préparé par une ferme basque, juste réchauffé sur place).... et la possibilité de boire juste un coup avec un grignotage (obligatoire) à 1 €, car pas de statut de bar pour le Bô Bar !!

Restaurant Le Bô Bar

8, place Saint-Pierre

33000 Bordeaux

Tél : 05 56 79 38 20
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...
Tables en vrac à Cairanne, Nice, Bordeaux, Paris...

Fin du vrac, avec le dernier "vrai plaisir primaire d'être à table" vécu à Paris : L'Ordonnance !!

La veille, j'avais mangé à A Noste (version La Table).

Des mois après, je n'ai toujours pas envie d'écrire et décrire cette expérience un peu "neutre émotionnellement parlant", assez semblable à celle (aussi bizarre) vécue chez Youpi & Voilà !!

Revenons à notre bistrot qui ne joue pas à faire semblant !! Paumé au fin fond du 14ème, voilà un vrai bistrot, pas un truc reconstitué genre "néo-bistrot avec du carrelage noir et blanc et des nappes à carreaux"... composant aussi la "déco de cinoche", tant recherchée par les touristes, de L'Ordonnance !!

Un vrai cahier des charges tenu avec une rigueur peu médicale !! Le patron gouailleur, les "grands classiques" gravés dans la carte, l'ardoise, le plat du jour... il ne manque que l'accordéon pour faire bander décoller de bonheur des Ricains et des Japonais !!

Pour le coup, à moi la "salade de pieds de veau à la lyonnaise, remoulade de céleri", le "carré d'agneau des Pyrénées grillé, risotto aux asperges", la "verrine de chocolat Valrhona, chantilly de mascarpone et canelé bordelais" ...

Brut et raffiné, frais et distinct, une cuisine juste, généreuse, servie avec gentillesse et envie !!

Le genre d'Ordonnance nocturne qui vous soigne largement mieux qu'un générique inefficace comme il s'en ouvre tous les mois là-bas !!

Petite carte des vins avec quelques tarifs accessibles !!

L'Ordonnance

51 Rue Hallé,

 75014 Paris

tél : 01 43 27 55 85

Fin des émissions pour "la saison 2014-2015" !! Votre scribe (trop) gourmand va laisser le clavier refroidir et espère vous compter encore parmi ses 12 lecteurs quotidien à la rentrée !!

Bel été, grand(s) appétit(s) et large(s) soif(s) à tous !!!!

Voir les commentaires

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

21 Juin 2015, 21:06pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Notre groupe de soiffards a décidé de consacrer 3 volets aux vins de Loire. Il y a 3 mois, nous explorions les vignobles nantais et angevins.

Au tour de la Touraine de passer sur le grill de nos papilles curieuses et parfois sévères !!

Mon aversion (naturelle) pour le poivron cabernet franc me fait redouter de potentiels mauvais moments. Mais la Touraine, c'est aussi du chenin... soit de bons moments en perspective aussi... normalement !!

Mais voilà, quand ça veut pas, ça veut pas !! Chronique d'une dégustation catastrophe pour l'anti-breton et le pro-chenin que je suis !!

16 joyeux drilles autour d'une tablée ravitaillée par un punk à la crête napalmée, épaulant sa moitié qui, quand elle n'apprend pas à parler à ses légumes les fait chanter dans les poêles, s'est décarcassée comme toujours pour tenter de coller sa (jolie) cuisine aux vins proposés.

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...
LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...
LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...
LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Tradition oblige, nous commençons par une bulle (merci Gilles) aux effluves étonnamment forestiers, profond, à la bulle nerveuse. La vivacité se confirme en bouche, un jus immédiatement salivant, crayeux au possible, à la longueur remarquée. Au fil des gorgées, le vin se révèle assez compact, puissant, aux amers nobles, sur une finale de pamplemousse. J'aime beaucoup ce Vouvray - Brut 2008 - Clos Naudin - Philippe Foreau ***(*)

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Un premier apport, gentiment offert par un collègue de boulot. Un rosé au nez de berlingot, très "levuré", quand la matière s'avère pommadée, sudiste molle au possible et simpliste. L'assemblée grogne déjà devant ce Touraine Noble-Joué - Rosé 2014 - Domaine B. Blondeau 0

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Le premier rouge débarque. Un boisé appuyé envahit mes narines, puis les "capteurs archétypiques" du cab' franc se rangent à la queue leu leu au-dessus du verre. L'attaque est douce, quasi sucrée, puis... pas grand chose derrière !! C'est clairement "maigre" et sans caractère pour un Bourgueil - Tempérance 2012 - Bertrand Galbrun *

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Second rouge, avec un nez de "peu protégé" qui fait craindre le pire. La bouche est presque miraculeusement "neutre", si ce n'est des amers finaux assez toniques, limites désagréables. Pourtant cette trilogie de pinot noir, gamay et pineau d'Aunis du Domaine Augé, vin de France 2010 le Herdeleau là avait tout pour plaire... sur le papier *(*)

3ème rouge s'ouvrant sur un sympathique pif de "fourrure typé macération carbo du Beaujolais", à l'attaque d'abord douce, puis très épicée, aux amers justes... qui part en vrille en moins de 5 minutes, laissant place à un végétal rédhibitoire !! Comment ça c'est un 09 ?! Eh oui, Bourgueil - Les Galichets 2009 - Catherine et Pierre Breton *(*)/**

Le concours de grimaces bat son plein !! Pat le Moineau (dit La Mouthe) jette ses verres avec le même enthousiasme qu'un magasinier détruisant des yaourts périmés.

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Enfin un joli nez original de "raisins mûrs" virant presque sur les agrumes !! C'est bien un rouge, un cab' franc, à l'expression étonnante d'orange amère un poil anachronique, plein de fraîcheur, pas mal en fait ce Bourgueil - La Petite Cave 2007 - Yannick Amirault **(*)

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Nez très métallique, fines notes de fourrure, puis une attaque bien mûre, épicée, hélas demi-corps avec une finale en couille de loup qui trempe négligemment dans une piperade à l'amertume monstrueuse. Chinon - Clos Guillot 2010 - Bernard Baudry */*(*)

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

J'ai déjà envie de jeter l'éponge pour les rouges, attendre les blancs, quand survient ce 6ème rouge au nez de Bernardo muet comme un Chaplin des années 20 !!

La bouche se fait heureusement plus bavarde, délivrant une matière juste mûre, relativement fine, très gourmande, fraîche, pas du tout du cab' franc en fait !! Eh si !! Merci donc à ce Touraine - Ante Phylloxera - Franc de pied 2009 - Clos de Maulévrier - Marc Plouzeau de faire une trêve dans cette boucherie de rouges pas mûrs, amers, simplistes pas du tout à mon goût !! ***/***(*)

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Un nez "local", virant café et menthol par moments !! Attaque immédiatement gênante de traviole, épicée, aux amers monstrueux et vulgaires.

J'avais un différent historique eu une détestation quasi psychanalytique avec un Busardières 2005 du domaine... dire que même à l'aveugle, je trouve détestable ce Bourgueil - Grand-Mont 2011 - Domaine de la Chevalerie - Stéphanie, Emmanuel et Pierre Caslot 0

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Le calvaire se poursuit avec ce 8ème rouge au nez très épicé, plutôt avenant, qui se fait balayer par un jus "décalé", aux amers saillants, pour ne pas dire grossiers, encore un cab' franc identifié comme un Touraine - 2006 - Patrick Corbineau vraiment pas bon !! 0

Dernier rouge annoncé !! Les larmes de joie coulent à travers mes yeux rougis par les poivrons verts et le Tabasco recrachés !!

Nez sanguin, à l'acidité jaillissante, qui annonce tonicité et vie !! La matière confirme le caractère nasal, par une expression dynamique, équilibrée, aux amers parfaitement intégrés... bordel, vous voyez, c'est pas compliqué !!

Il faut faire quoi pour avoir ça ?! Signer un pacte avec La Diablesse 2001 - Château de Coulaine - Chinon ***/***(*) ?!

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Les blancs arrivent, j'aspire à enfin prendre du plaisir... mais non, à ce moment là, je ne sais pas encore que je vais me farcir une dégustation aussi énervante qu'un album de Michel Sardou !!

Le premier vin est tellement "rosé-sudiste-berlingot-attaque-molle-mais-c'est-quoi-ce-vin-invertébré" que je me dis... non c'est pas du chenin ?!!

Très jolie blagounette de Ben53 (qui rappelons-le est diacre itinérant, responsable-adjoint de la promotion du vin de messe mayennais pour le diocèse de son district occidental).

Et c'est effectivement un chenin estampillé Vin de France - 2014 - Domaine de la Morinière - JM Leroy (avec une étiquette conçue par un atelier encadré, composé d'anciens touristes ayant burn-outé après des vacances en Mayenne) vendu 9€... ce qui est 9€ de trop en passant !! 0

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Second blanc, qui démarre avec une acidité haute... puis qui se vautre en largeur puis en mollesse, malgré un caractère citrique net. Nouveau coup de sang pour La Mouthe et son Jasnières - Cuvée des Perrés 2013 - Domaine J. Martellière, qui risque de laisser encore un caviste rennais sous la menace d'une colère rousse rouge !! *(*)

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Mon apport s'ouvre sur un "citrique" évident, avec un soupçon de poire !! J'avais laissé ce vin comme "too much" par son côté "Hulk véner", je retrouve une matière à l'acidité toujours haute (comme j'aime), à la tension attendue, mais sur un profil bien moins large !! C'est plus posé, mais moins puissant... presque trop "étroit" pour le coup !!

Ca me fait un peu chier, et pour le vin et pour Julien, de le boire ainsi, mais on ne ment pas aux potes !! Vouvray - Le Compte Marc 2012 - Julien Vedel **(*)

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Le nez le plus expressif des blancs, avec son cortège de poire, sa pincée de pomme blette, quand la bouche se fait finement oxydative, avec ses notes pharma ... et sa finale pas nette du tout pour moi (sans parler de la grosse impression de sr), dommage pour ce Coteaux du Loir - Vieille Vignes Eparses 2005 - Domaine de Bellivière - Eric Nicolas *(*)

Un pif un poil soufré, mais une promesse en bouche qui se dénude élégamment !! Matière équilibrée, amers modèles, fraîcheur de bon aloi, enfin un chenin qui se tient (très) bien que ce Vouvray - Le Mont - Sec 2010 - Domaine Huet !! ***/***(*)

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Etonnant "demi-sec", à l'acidité haute bienvenue, qui "safrane" sympathiquement, mais manquant quasiment de "douceur" dans son registre, alors que le domaine aime laisser "traîner du sucre même dans ses secs" la rondeur !! Je reste circonspect devant ce Montlouis/Loire - Les Tuffeaux 2009 - françois Chidaine *(*)/**

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

Fin du (laborieux) marathon, avec un ultime blanc au nez marqué de champignon, à l'acidité de diable, mais pour cause de fatigue, de désarroi, ou je ne sais quoi encore, je n'apprécie pas pleinement cette ultime salve, alors que nous sommes devant un jus historique : Vouvray - Les Morandières 2004 - Lemaire-Fournier **

LPV BzH XV, la remontée de la Loire se poursuit...

En conclusion, une dégustation calamiteuse pour mes sens... et pas mal de mes collègues de goulot aussi !!

Le genre de séance qui vous conforte dans la culture d'une aversion (disproportionnée) pour le cab' franc, mais vous rappelle aussi que le chenin ne supporte pas non plus la médiocrité !!

Vivement la fin de la trilogie avec le Centre-Loire qu'on souhaite forcément moins funeste !!

Merci à tous les participants pour leur dévouement à la science et leur abnégation totale durant ce très long après-midi de souffrance !!

Voir les commentaires

Alain Llorca à la Colle-sur-Loup

17 Juin 2015, 10:15am

Publié par Docadn

Bonjour,

Le long résumé gastro printanier se poursuit, avec une "figure" incontournable du paysage culinaire sudiste !!

Alain Llorca fut la star de Mougins et de la PACA entre 2004 et 2009 ("Le Moulin de Mougins" 2 macarons au Gros Rouge), avant de tenter l'aventure de la "bistronomie" sous un concept nommé "Café Llorca" (Vallauris, Monaco).

Un parcours bizarre, atypique, qui l'a mené jusqu'à reprendre, le temps d'une saison, les fourneaux de l’hôtel Belles Rives à Juan-les-Pins.

A la tête d'un "piano à son nom" depuis 2009 à la Colle-sur-Loup, il est titulaire d'une étoile Michelin depuis 2012.

Il gère aussi en parallèle un "Carré Llorca" à Nice, au succès notable selon les locaux et les fans.

Alain Llorca à la Colle-sur-Loup

Un dimanche midi de mai, j'emmène ma grande amie déjeuner dans le "vaisseau amiral" de la flottille Llorca.

Service de voiturier, accueil grande maison, pour nous retrouver rapidement sur la charmante (et immense) terrasse, avec une vue splendide sur la campagne et le trop fameux village de boulistes bling-bling St-Paul-de-Vence.

Alain Llorca à la Colle-sur-Loup

Une formule déjeuner à 58 € "sponsorisée" par le Gros Rouge (en fait on vous offre une coupe de champagne en sus de la formule "boissons comprises").

Raviolis de poitrine de veau confite à la ricotta et marjolaine/ jus de tomate et parmesan
Raviolis de poitrine de veau confite à la ricotta et marjolaine/ jus de tomate et parmesan

Raviolis de poitrine de veau confite à la ricotta et marjolaine/ jus de tomate et parmesan

Paella cuisinée aux artichauts / filet de rouget et calamars du Pays / aïoli

Paella cuisinée aux artichauts / filet de rouget et calamars du Pays / aïoli

Pâtisserie

Pâtisserie

Si on s'attend, à quasi coup sûr, à de la "cuisine pour notaires" (poke Mix) sur le papier, vu la clientèle visée, la réalité est heureusement un poil divergente.

Llorca offre une cuisine plutôt classique mais pas emmerdante pour un sou !!

Ses "raviolis de poitrine de veau" sont le bon résumé d'un numéro d'équilibriste nécessaire pour attirer les touristes anglais en mode "Peter Mayle Tour", mais aussi garder les boulistes en plastique vacanciers/autochtones friqués financièrement à l'aise du village voisin...

La présentation "sommaire" de la paella est due au service directement à table, pour le coup très 70's !!

Service précis, attentif, presque précieux par moment.

Une fois de plus, je déplore une "partie sommellerie" assez déconnectée du niveau attendu (en plus d'être old school).

Les vins servis sont très moyens, qualitativement parlant, respirant plus l'optimisation financière qu'une réelle réflexion "accord mets et vins".

Les desserts sont, comme chez Pic, la bonne surprise de cette séquence !! Des classiques de très bonne tenue, généreux, quasi éligibles aux Relais Desserts.

En conclusion, Alain Llorca semble avoir retrouvé une vraie place dans la sphère gastro sudiste. Sa cuisine mérite le macaron, mais on ne peut s'empêcher d'y renifler des "non mises en danger" "filets de sécurité" prompts à rassurer les Anglais et les notaires (voire le cuisinier lui-même), tout heureux de flirter avec une certaine originalité des plats, le tout porté par un service rigoureux orné d'un snobisme étudié.

Restaurant Alain Llorca

350 Route de Saint-Paul, 

06480 La Colle-sur-Loup

Tél : 04 93 32 02 93

www.alainllorca.com

Voir les commentaires

Anne-Sophie Pic à Valence

4 Juin 2015, 12:28pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Parfois, vous lancez des défis en l'air... et ils finissent par vous retomber sur le coin de la gueule !!

En 2014, un de mes neveux passe son bac. Aussi, en "tonton blagueur", je lui lance un défi du type "prime de résultats" :

  • Mention "assez bien", je lui offrais le buffet à volonté de la caféteria voisine.
  • Mention "bien", c'est l'étoilé local qui était honoré de sa présence.
  • Mention "très bien", les portes du paradis valentinois au déjeuner pour son palais.

Le morveux bosseur a raté les "félicitations du jury" de 0,1 point !!

Aussi, avec son 17,9 de moyenne et ladite mention "très bien" en poche, je retrouve Quentin un an plus tard, dans le jardin du 285 avenue Victor Hugo à Valence, pour savourer enfin sa victoire.

Anne-Sophie Pic à Valence
Anne-Sophie Pic à Valence

Petit apéro dans l'agréable jardin du restaurant (jus de fraise pour notre désormais lyonnais, un verre de châteauneuf-du-pape blanc pour ma pomme), avec déjà des grignotages de haut niveau !!

Moment consacré au choix du menu de ce déjeuner de l'Ascension, que j'oriente insidieusement vers la version "Découverte" !!

Anne-Sophie Pic à Valence
Anne-Sophie Pic à Valence

Accueil "grande maison", staff conséquent papillonnant en silence dans l'immense bâtiment à la déco et au mobilier très soignés.

Anne-Sophie Pic passe en salle, dit bonjour à tous, sait qui fête quoi, se prête avec grâce aux photos.

L'apprenti gourmand est impressionné. C'est la première fois qu'il met les pieds dans un grand restaurant gastronomique.

Je lui conte rapidement la saga de la famille Pic* et le fait que seuls 26 établissements en France sont couronnés de 3 étoiles au Gros Rouge Michelin... une mise en bouche arrive.

* j'avais déjeuné il y a 2 ans dans la brasserie "Le 7", article visible -> ICI
Crème brûlée au foie gras
Crème brûlée au foie gras

Crème brûlée au foie gras

A partir de là, nous voilà embarqués pour 02h30 de voyage.

La carotte et la fleur de jasmin

La carotte et la fleur de jasmin

Les berlingots, coulant au crémeux de chèvre de Banon légèrement fumé, consommé au cresson infusé au gimgembre et à la bergamote

Les berlingots, coulant au crémeux de chèvre de Banon légèrement fumé, consommé au cresson infusé au gimgembre et à la bergamote

Le pigeonneau de la Drôme mariné au saké et au géranium Rosat, grué de cacao, petits navets et radis primeurs

Le pigeonneau de la Drôme mariné au saké et au géranium Rosat, grué de cacao, petits navets et radis primeurs

Le Brie de Meaux à la vanille Bourbon

Le Brie de Meaux à la vanille Bourbon

Interlude (pré-dessert dont j'ai franchement oublié l'intitulé mais qui reste un souvenir "frais et fleuri" dans mon esprit)

Interlude (pré-dessert dont j'ai franchement oublié l'intitulé mais qui reste un souvenir "frais et fleuri" dans mon esprit)

Le citron Meyer comme une évocation de la garrigue

Le citron Meyer comme une évocation de la garrigue

Le thé Sencha et le géranium Rosat (dessert de Quentin) : dans l'esprit d'un vacherin, crème légère au géranium Rosat odorant, glace gingembre et thé Sencha, coeur coulant passion-mangue

Le thé Sencha et le géranium Rosat (dessert de Quentin) : dans l'esprit d'un vacherin, crème légère au géranium Rosat odorant, glace gingembre et thé Sencha, coeur coulant passion-mangue

Fin du voyage et très jolie séquence gastronomique.

Avec mon neveu, nous refaisons le match. Gros coup(s) de cœur pour la crème brûlée au foie gras et les berlingots de chèvre pour lui.

Il est vrai que le Banon, très puissant, ne fait pas dans la dentelle et se place aussi dans mon trio de tête. Le pigeonneau, tout classique soit-il, est terrible de justesse.

Ma grosse claque reste tout de même pour le dessert (le moment que je redoute le plus) !! Ce citron Meyer restera, je pense, longtemps comme le meilleur dessert aux "agrumes-herbes" jamais savouré englouti.

Le "syndrome Ratatouille" (ou "Les Gouttes de Dieux" au choix), quand la première bouchée vous emmène quasi instantanément dans la "vraie garrigue", puis que le citron vous téléporte en Loire avec un chenin crayeux qui vous fait saliver...

Et pour finir...

Et pour finir...

J'ai entendu, ça et là, des réserves sur le travail d'Anne-Sophie Pic. "Cuisine de fille", "pas une grande cuisinière", des avis aussi durs que ce microcosme gastronomique !!

J'admets juste que les "touches japonaises, ou d'inspirations japonaises" quasi systématiques sont un poil "fatigantes" sur les plats dégustés.

Elles ne flinguent pas les assiettes, mais le fait de "name-dropper" chaque plat avec son herbe, sa racine, son fruit ou son whisky japonais me gonfle un peu parait superfétatoire vu le haut niveau culinaire délivré !!

Le gros reproche de la maison, guère différent dans d'autres grandes maisons, reste forcément la question du vin.

Dès l'apéritif, on vous vante les vins de la maison Pic, propriétaire de vignes, dont les vins sont élaborés par la maison Chapoutier.

Les tarifs de la (très grosse) carte sont forcément indignes (les coefs 4-5 et plus sont légions). Mon neveu ne buvant pas, j'ai juste tenté un verre de vin rouge, sur le pigeon, à la guise du sommelier.

Ce dernier, tout droit sorti des années 82-84 en terme de style, m'a servi un Hermitage 11 de la maison Pic.

Un jus de raisin d'ébéniste, à l'amertume prompte à faire fuir le pigeon... servi plutôt chichement et facturé plus de 20 € !!

Il est toujours triste, dans ce genre d'établissement, de ne pouvoir s'extasier aussi sur le vin.

Si le déjeuner est solidement facturé (160 € par personne, 90 € en semaine hors jours fériés), j'admets presque sans broncher que les frais induits (produits, salaires) soient en (grosse) partie justifiés.

Pour le vin, s'il sert toujours de "vache à lait" pour gonfler la marge par couvert, rien ne justifie de tels coefficients !!

Des détails qui n'ont guère ému mon neveu, soufflé et heureux d'avoir enfin pu caresser le monde merveilleux du luxe et de la haute gastronomie !!

Cette immense joie spontanée a suffi à rendre ce moment unique, à tout jamais gravé dans sa mémoire... et dans la mienne aussi !!

Anne-Sophie Pic

285 Avenue Victor Hugo

26000 Valence
04 75 44 15 32

www.anne-sophie-pic.com

Voir les commentaires

Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux

30 Mai 2015, 10:20am

Publié par Docadn

Bonjour,

Après une longue pause, votre scribe reprend enfin la plume le clavier pour vous conter, en mode quasi SMS, ses nombreuses pérégrinations liquides et (surtout) solides vécues.

Une bonne quinzaine de tables ont essaimé ma grande tournée printanière. Honneur à la dernière fréquentée, chronologiquement parlant, puisqu'elle fut visitée lors de la célébration de ma lointaine naissance mon anniversaire !!

Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux

Surprise totale pour cette table, dont j'ignorais tout avant de m'y asseoir.

Nelly et Denis Franc opèrent depuis une trentaine d'années sur la place de Bordeaux. Le Pavillon des Boulevards est une véritable institution de la bourgeoisie locale, affublée de son macaron Michelin prompt à rassurer le snobisme naturel d'une clientèle visiblement aussi souple que les bottes d'Alain Juppé en 1995.

L'élégante devanture laisse place à une déco résolument "chic-moderne" à l'intérieur. C'est lumineux, sobre et d'assez bon goût, loin des clichés des maisons bourgeoises où le portrait de l'arrière grand-mère veille sur des meubles de musée en acajou massif.

Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux
Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux
Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux

Accueil très souriant de la maîtresse de maison, personnel affable, au rang attendu pour ce type de table.

Amuse-bouches soignés, sur un verre de châteauneuf-du-pape blanc (Beaurenard 11) au tarif fiévreux de 18 € !!

Nous optons pour le "Menu découverte"... soit un dîner à l'aveugle !!

Oeuf brouillé, haddock fumé - Bouchée de thon rouge, gelée de navet, noix de coco, épicée au vadouvan
Oeuf brouillé, haddock fumé - Bouchée de thon rouge, gelée de navet, noix de coco, épicée au vadouvan

Oeuf brouillé, haddock fumé - Bouchée de thon rouge, gelée de navet, noix de coco, épicée au vadouvan

Place aux "vrais plats" !!

Tous les intitulés sont le résultat des retranscriptions (approximatives) après l'énoncé oral.

Asperges de Blaye sauce yaourt-olives, oeuf de caille - Foie gras fumé minute au bois de hêtre, cédrat et caviar de citron, espuma au sauternes, piment d'Espelette
Asperges de Blaye sauce yaourt-olives, oeuf de caille - Foie gras fumé minute au bois de hêtre, cédrat et caviar de citron, espuma au sauternes, piment d'Espelette

Asperges de Blaye sauce yaourt-olives, oeuf de caille - Foie gras fumé minute au bois de hêtre, cédrat et caviar de citron, espuma au sauternes, piment d'Espelette

Tartare huître-daurade, perle d'huître feuille "iodée" (mertensie maritime) - Le couteau et la langoustine, sauce wazabi
Tartare huître-daurade, perle d'huître feuille "iodée" (mertensie maritime) - Le couteau et la langoustine, sauce wazabi

Tartare huître-daurade, perle d'huître feuille "iodée" (mertensie maritime) - Le couteau et la langoustine, sauce wazabi

Merlu, feuille de nori, sésame noir, sauce miso, petits pois, carottes, girolles - Pigeon : le filet, le cromesquis, le civet, tuile amande, boulghour à l'orientale
Merlu, feuille de nori, sésame noir, sauce miso, petits pois, carottes, girolles - Pigeon : le filet, le cromesquis, le civet, tuile amande, boulghour à l'orientale

Merlu, feuille de nori, sésame noir, sauce miso, petits pois, carottes, girolles - Pigeon : le filet, le cromesquis, le civet, tuile amande, boulghour à l'orientale

Caillé de brebis, gâteau basque - Meringue, blancs en neige givrés-coco, coulis de fruits exotiques - Sabayon au chocolat
Caillé de brebis, gâteau basque - Meringue, blancs en neige givrés-coco, coulis de fruits exotiques - Sabayon au chocolat
Caillé de brebis, gâteau basque - Meringue, blancs en neige givrés-coco, coulis de fruits exotiques - Sabayon au chocolat

Caillé de brebis, gâteau basque - Meringue, blancs en neige givrés-coco, coulis de fruits exotiques - Sabayon au chocolat

Remarquable séquence, qui a frisé le sans faute, si le "caillé de brebis, gâteau basque" n'avait pas dénoté aussi vivement du haut niveau général.

Si en entrant, je m'attendais à une cuisine très sage et soignée, Denis Franc "ose" bousculer sa clientèle avec des associations "peu académiques" et franchement réussies.

Long métrage servi en 02h30, à un bon rythme, aux proportions justes, à la variété qui met en fuite toute pointe d'ennui !! Un macaron largement mérité et très bien tenu !!

Service allant du "gauche volontaire je démarre faut pas m'en vouloir" à l'impeccable "j'ai 9227 services au compteur", toujours aimable et attentif.

Carte des vins classique aux coefficients (outrageants) en phase avec le quotient familial de la clientèle, allant des touristes anglais en "romance bordelaise", jusqu'aux tribus de notables avec le casse-couille de service méprisant (vous savez le lourdaud qui a tout vu, tout fait, tout mangé, tout bu et qui chuchote à 34 000 décibels).

Un grand merci La Miss pour ce joli cadeau !!

Le Pavillon des Boulevards

120 rue de la Croix de Siguey

33 000 Bordeaux

Tél : 05 56 81 51 02

pavillon.des.boulevards@orange.fr

www.lepavillondesboulevards.fr

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>