Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Sao Jorge : Épilogue

27 Octobre 2007, 08:43am

Publié par Docadn

Pour beaucoup de voyageurs Sao Jorge s'apparente à un petit paradis de la marche.En dehors des fajas, il existe des marches sur les sommets de l'île. Un couple d'allemands rencontré à Pico nous avait vanté les qualités de ces balades sur  "l'arête de l'île". Il y en a notamment  une entre  la Faja Do Ouvidor et Pico Pedro qui offre de beaux panoramas sur les 4 îles (Terceira,Graçiosa,Faial et Pico).Une fois de plus les caprices de la météo n'ont guère dégagés "la dorsale" lors de notre séjour pour pouvoir la faire dans de bonnes conditions.Ce qui ne nous a pas empêché d'aller découvrir cette faja.

DSCN2824-copie-1.JPG

Nous y avons découvert un ensemble de piscines naturelles, intéressantes non loin du petit feu. garez votre monture à proximité du terrain vague. pénétrez y.

DSCN2831.JPG
Vous passez devant "une déchetterie sauvage" sur votre gauche et continuez tout droit.Vous arrivez devant ceci.

DSCN2832.JPG
L'escalier est un peu abrupte (il semblait récent, car Christian n'en connaissait que la version précédente en très mauvais état) et vous accedez à une ravissante piscine déserte. Bien évidemment vous avez pris soin de prendre votre masque et tuba pour observer de jolis fonds et quelques (rares) poissons.Les amateurs d'oursins pourront même faire une très belle cueillette tout au bout de la piscine (ces derniers ne faisant pas partie des fruits de mer courus par les Açoriens). Après votre baignade, et en revenant sur vos pas,jetez un coup d'oeil à l'autre piscine.

DSCN2826.JPG
Et observez le joli travail des vagues sur le basalte.


DSCN2828.JPG
Autre endroit intéressant pour du snorkling sur "la praia" du camping de la Faja Grande (juste à coté de Calheta)
un bel endroit calme (avec transats disponibles). n'hésitez pas non plus à faire un saut à la pointe de Topo pour y découvrir l'île de Topo (classée natura 2000).

DSCN2796.JPG
On découvre enfin une pelouse grillée par le soleil !! Seuls habitants de cette îlot : Des vaches bien sur.
Des insulaires me confirment bien le fait que ces dernières gagnent la pâture par leurs propres moyens : A la nage !!!
Je n'ai hélas pu assister à ce spectacle sûrement unique. Et derrière le muret de cette pointe se cache encore un fois une piscine très bien aménagée...
Coté restaurants je vous conseille vivement celui de l'école professionelle de Sao Jorge A Quinta
et avec un peu plus de réserve (sauf pour l'architecture "spéciale") quant à la durée du service : Fornos de Lava avec des grillades correctes.Puis pour dépanner, Mazeninho à Urzelina,un self pratique, nourriture pas gégé (sauf la carte de vins), mais bon pour refaire le plein de calories...
Nous profitons largement du calme très reposant de tous les petits ports en assistant au ballet des embarcations sur "les grues" de mise à sec (quasi tous les ports en sont équipés).
Et disons au revoir à cette île au charme fou...

DSCN2800.JPG
Prochaine et dernière étape de notre périple, celle que l'on surnomme  "L'île Bleue" : FAIAL

Voir les commentaires

Faja Dias Joao : La faja perdue

19 Octobre 2007, 16:39pm

Publié par Docadn

C'est en petit déjeunant dans notre maison d'hôtes qu'un voisin de tablée nous a suggeré cette balade. Il semblait fort enchanté de cette découverte... Christian confirme et nous dit "voilà la dernière vraie faja de l'île..."
Sitôt notre dernier fruit de la passion englouti nous nous mettons en quête de la faja. A proximité du parc de sete fontes, les indications se font rares voire inexistantes. Puis une piste rouge avec la plaque d'azulejo de rigueur indique le lieu  (c'est à 15 mètres d'une intersection avec un parc à veaux meuglants à tue tête "maman" en portugais).
Un demi km de piste plus loin, un parking avec 2 pick up et un local repeignant la barrière d'accès à la faja. Un rapide coup d'oeil en contrebas.

DSCN2853.JPG
Un joli dénivellé en perspective. C'est un sentier uniquement emprunté par les ânes & mules qui transportent péniblement tout le nécessaire pour "vivre" là bas en bas...

DSCN2851.JPG
D'ailleurs les effluves d'hydrocarbures laissées par les caravanes croisées au retour ne font pas de doutes sur l'utilisation de groupes electrogènes. Après 45 minutes de descente sur un sentier boueux (et donc très glissant) et abrupte, nous arrivons tranquillement à la faja.

DSCN2842.JPG
Un calme absolu règne dans ce hameau du bout du monde.

DSCN2849.JPG
Quelques occupants discrêts cuisine des poissons au barbecue (en fait des vacanciers, car d'après les infos récoltées une seule personne y vivrait  à l'année).

DSCN2843.JPG
Des chevaux paissent et un vieux pêcheur se faufile entre les énormes rochers pour récolter des coquillages.
Nous nous attardons largement sur la plage en contrebas d'une maison au dessins (très) naïfs (ou maladroits).

DSCN2845.JPG
Les occupants rentrent d'une pêche sous marine qui fût semble t il très prolifique...Bref c'est réellement un petit paradis mais aux conditions de vie spartiate(il y a tout de même l'eau courante dont le tuyau d'approvisionnement est visible sur le sentier. Nous regagnons le chemin du retour tout en profitant des vues plongeantes que ce dernier laisse entrevoir.

DSCN2840-copie-1.JPG
1h00 plus tard notre périple se termine (et les veaux beuglent toujours)...Nous reprenons la route et faisons une halte sous un abri (genre paillotte un poil délabré) en bois faisant face à la baie de Entre Morros.


Quand vous allez ou quittez  Vélas vous passez obligatoirement devant. Avec le Moro Do Lemos (ci dessus) et le Moro Grande à l'opposé culminant à 161 m. Installez vous dans le restant d'abri bus à la Charles Ingalls, et vous ne tarderez pas a voir débarquer des dizaines de lézards (du type lézard de Madère). Et pour autant que vous grignotez alors là vous assistez à des empoignades uniques. Ces derniers ne semblent pas avoir de prédateurs et contrairement à leurs cousins de nos contrées dont on voit rarement plus que la queue, sont pour le moins peu farouches.De plus ils sont inoffensifs donc pas de souci.



A SUIVRE : Sao Jorge l'épilogue



Voir les commentaires

Faja Dos Vimes - Faja de Sao Joao : la route du café

9 Octobre 2007, 17:24pm

Publié par Docadn


Encore une balade sur une faja du sud. Sur place seule la descente entre Serra Do topo et  Dos Vimes est indiquée (d'ailleurs le départ est quasi en face de la rando précédente).  Mais en prenant le chemin longeant la côte nous empruntons celui d'une autre rando reliant Dos Vimes à Sao Joao. 9,3 kms (-585m,+633m).Une première partie avec quelques jolis points de vue...

DSCN2806.JPG
avant de croiser les 1eres chutes d'eau....

DSCN2808.JPG
Nous progressons à travers une végétation hallucinante et des côtes plutôt relevées...Puis un innocent passage à gué me fait faire bien une pirouette peu gracieuse et entendre un craquement inquiêtant sur ma cheville. C'est bien évidemment la même jambe que sur le Pico.
Comme nous en sommes à la moitié du parcours, je continue en serrant les dents. Nous arrivons au point culminant de la ballade à l'Ermida Do Loural (500 m).

DSCN2807.JPG 
Une petite pause pour grignoter et ne voir passer qu'une seule voiture sur ce qui semblait être une piste auparavant. Nous entâmons la descente et cette dernière s'avère agréable (pour moi qui déteste toujours cela et malgré l'entorse) et magnifique mêlant cultures et fleurs.


Puis la faja de Sao Joao au bout de 02h40 de marche.


Nous recroisons dans cette faja déserte les occupants de la seule voiture vue à l'Ermida. Nous entamons la conversation. Il s'agit d'une famille de Teircera.Le conducteur met à l'épreuve son français (plus qu'honorable) vieux de 30 ans. Il nous fait savoir qu'il n'était pas revenu dans cette faja depuis 1980. Elle n'a pas changée hormis le fait qu'elle est aujourd'hui électrifiée.

DSCN2816.JPG
Il nous propose gentiment de nous remonter jusqu'à la route principale. Nous acceptons et en profitons pour faire plusieurs arrêts sur la montée et prendre quelques clichés.

DSCN2818.JPG
Notre chauffeur nous fait découvrir quelques plantes endémiques des Açores, puis nous nous quittons sur la grande route (menant à Topo). Et c'est là que nous faisons appel à ce cher Fernando qui comme prévu, en moins de 15 minutes, vient nous récupérer et nous ramène à la faja du départ. 35 minutes plus tard nous revoilà au point de départ prêt a découvrir ce qui fait la fierté de la faja Dos Vimes...

DSCN2823.JPG

Face à la terrasse duDSCN2822.JPGnous observons ces jolis grains séchant selon l'humeur du soleil.

DSCN2821.JPG
Le café affiche des horaires d'ouverture s'étalant entre 07h00 du mat et 02h00 du mat. S'il est fermé sonnez donc  à l'entrée du hall à gauche du café  (les gérants habitent au dessus) et goutez au seul café d'Europe (pour le thé c'est à Terceira). Entre nous le café au Açores est tellement fort que j'aurais bien du mal à vous dire sil il était bon. Mais c'est fait. Si vous êtes curieux cherchez donc les plants de café disséminés dans la faja...
Tiens j'en avais oublié mon entorse...

A SUIVRE la Faja Dias Joao... L'autre joyau de Sao Jorge
 

Voir les commentaires

Serra Do Topo - Faja Dos Cubres : La descente enchantée

7 Octobre 2007, 10:18am

Publié par Docadn

Sao Jorge est considérée comme le petit paradis des randonneurs aux Açores. Et cette balade va nous confirmer ce statut. Tous les habitants nous ont dit : S'il ne faut n'en faire qu'une c'est celle çi. Aussi nous nous dirigeons vers celle qui est considérée comme la perle des fajas de Sao Jorge : la faja Dos Cubres. 

DSCN2791.JPG
Et en effet cette faja est de toute beauté, elle est facile d'accès et carrossable. Nous stoppons devant LE bar resto (en vente lors de notre passage) et demandons la liste des taxis de l'île à la gérante. Comme beaucoup de randos aux Açores, il s'agit d'une balade en ligne. Nous avons donc déposé notre monture mécanique au point d'arrivée et gagnons notre point de départ en tacot. Petit détail, la couverture gsm (car la faja n'a évidemment pas de ligne fixe) est limite. Placez vous sous l'arbre en face de l'entrée du resto pour obtenir un faible signal (il semblerai que ce soit le seul point ou l'on capte). Moins de 15 minutes plus tard c'est un certain Fernando (966780070) qui nous mène à Serra Do topo. Ce dernier parle un excellent anglais. 10 ans passés en Californie et ce fut le retour sur son île natale comme nombre de ses concitoyens. Il est taré de ponctualité et se fait un point d'honneur à vous déposer à l'heure annoncée en début de course (il faut dire que les taxis ont une conduite plutôt sport). Je l'ai du coup surnommé "mister 15 minutes" à l'issue de notre séjour ou nous avons fait appel par 2 fois à ses services. Nous arrivons à Serra Do Topo (711 m) sous une fine pluie et démarrons notre descente...

DSCN2782.JPG
nous longeons des haies et des champs d'hortensias à perte de vue, les quelques inévitables vaches sont bien évidemment à poste. La pente est plutôt douce (et un poil humide et donc glissante) et nous arrivons rapidement à proximité de petites cascades avant de plonger vers la faja de Santo Cristo. Comme celle de Dos Cubres elle possède un étang ou plutôt une lagune reliée à l'océan et faisant office de port.

DSCN2784.JPG
Le hameau semble paisible. On peut même s'y restaurer dans un établissement dédié aux fruits de mer (et les palourdes notamment).

DSCN2786.JPG
Nous sommes quasi à mi chemin de notre rando longue de 9 kms et présentant un  dénivellé négatif de 700m.
Nous attaquons la dernière partie nous menant à notre point de départ : Faja Dos Cubres.Nous découvrons avec étonnement un chemin plus large et croisons plusieurs véhicules motorisés...
J'ai appris plus tard, que pendant très longtemps, la faja de Santo Cristo n'était accessible que par la mer ou par un chemin de mûle. Puis des continentaux découvrirent ce paradis perdu et y amenèrent  des quads. Les locaux les adoptèrent rapidement.Le chemin fût agrandi à la taille de ces 4 roues et Santo Cristo perdit définitivement son charme. Des panneaux (un arreté municipal en vigueur) ont beau signaler les heures de circulation de ces machines (et sur ce chemin la priorité est au marcheur), mais rien n'y fait, leurs pétaradants moteurs viennent gacher notre marche...

DSCN2789.JPG
Après 2 petites heures de marche nous arrivons à la Faja Dos Cubres et nous attardons enfin sur ce lieu vraiment magique et reposant...Et nous reprenons notre cheval mécanique et découvrons la vue quasi aérienne du site

DSCN2780.JPG
ainsi que celui de la côte...

DSCN2793-copie-1.JPG
Une très belle balade, techniquement aisée et très agréable (sans les quads)...

A suivre, la rando de Faja Dos Vimes à Faja de Sao Joao



Voir les commentaires

Sao Jorge île des Fajas

28 Septembre 2007, 09:54am

Publié par Docadn

Nous arrivons donc à Velas, petit port très animé à chaque rotation de navette et ou certains petits paquebots font escale. Nous récupérons notre fiat 500 coréenne et filons vers le nord de l'île à Rosais pour découvrir le jardin de sete fontes (7sources). Ne les cherchez pas elles sont certainement taries depuis des lustres. Petite ménagerie (avec une étonnante cohabitation entres des cochons du Vietnam et des daims) et parcours ponctué d'arbres et plantes exubérantes.

DSCN2768.JPG
Nous tentons le miradouro signalé à la sortie du parc (1 petit km de marche) mais comme prévu ces messieurs les nuages sont à la fête. Une rando est signalée menant au phare abandonné de la pointe de Rosais. Il s'agit d'une piste de 5 kms en ligne droite). Nous mettons à l'épreuve notre cheval mécanique et empruntons cette piste (je vous déconseille du coup la ballade à pied sans interêt sur le parcours ). Le phare est en état de délabrement avancé et le temps est dégagé. En faisant le tour du muret (par la gauche) entourant ce dernier on accède à un panorama somptueux sur Faial & Pico et la vue plongeante est de toute beauté.

DSCN2772.JPG
Il est temps pour nous de découvrir notre villégiature à Manadas. Sao Jorge est une cigarette de 56 kms de long et 8 de large avec un point culminant à un peu plus de 1000m.Elle me fait vaguement penser à Madère (toutes proportions gardées en terme de pentes). Les routes sont dans un état passable comparé aux billards de Pico. Manadas est à mi chemin entre Velas & Calheta. C'est Christian qui nous accueille dans ses chambres d'hôte d'Eco Triangulo. Depuis 1997 il gère avec son épouse cette activité. Nous prenons possession de notre chambre avec terrasse et fruits de la passion en guise de tonnelle. La vue sur Pico est magnifique et la chambre tout simplement délicieuse.

DSCN2773-copie-1.JPG
La chaleur nous pousse à rejoindre l'océan. Christian nous indique justement une faja ou nous pourrons nous adonner à une de mes activités favorite : le snoorkling (ou masque-tuba en français, éléments obligatoires si vous séjournez aux Açores). Les fajas semblent devoir leurs origines aux effondrements de falaise. Sao Jorge en compte 46 dont une trentaine dans le nord. Nous partons à pied pour l'une des rares située au sud : la Faja das Almas. Une petite marche d'environ 4 kms en passant devant la très jolie église de Santa Barbara.

DSCN2774.JPG
Puis après un éprouvante côte par "el caminho de la iglésia" (le chemin de l'église) et une descente ensoleillée nous découvrons un petit morceau de terre en contrebas uniquement accessible à pied.

DSCN2775.JPG
Une piscine naturelle aménagée peu profonde (et accessible même aux enfants) permet d'observer des centaines de poissons dignes des plus beaux aquariums. Un snoorkling à ne pas rater si vous êtes à Sao Jorge.Certains s'adonnent coté océan à la pêche sous marine et en sortent des spécimens impressionnants.
Après 2h00 de contemplation aquatique nous entamons le retour sous un soleil mordant mais heureux de cette découverte. Le soir tombe et nous nous prélassons sur notre terrasse en compagnie d'un verre de vin rouge portugais pas inoubliable mais qui prend une autre dimension devant ce spectacle de lumière...


DSCN2776.JPG

Prochainement : la fameuse rando Serra De Topo - Faja dos Cubres

A SUIVRE






Voir les commentaires

Pico épilogue...

23 Septembre 2007, 17:27pm

Publié par Docadn

Au delà des randos détaillées précédemment l'île regorge de nombreux points d'interêts et d'activités. Tout d'abord les nombreuses pistes (sans parlez d'un des plus beau réseau routier croisé aux Açores) qui sont largement carrossables et réservent rarement de mauvaises surprises.Qui dit île dit bateau dit poissons voire gros poissons...Comment ne pas citer le pape du Whale watching. En effet sans Serge Viallelle, l'île n'auraient pas vu naître cette activité totalement inouïe car succédant à la chasse baleinière. Il a défini la charte et les règles d'approches des cétacés qui sont depuis appliqués par tous et depuis près de 20 ans ne cesse de communiquer sa passion. il a notamment organisé toute la logistique des équipes de tournage sur les Açores du prochain opus de Jacques Perrin actuellement en bouclage se déroulant sur toutes les mers du monde...
Amateurs de grottes vous découvrirez à travers la gruta das torres la 12ème grotte mondiale (en taille avec ses 5,150 kms)

DSCN2756.JPG
issue d'une coulée de lave. On en visite environ 800 mètres. Elle a le grand avantage de ne pas avoir été défigurée par des autoroutes de béton et autres projecteurs aveuglants. elle se visite à la frontale et la guide (commentaires en anglais ou portugais) est tout simplement passionnante et passionnée... Elle s'attache a nous expliquer toutes les étapes de formation de ce remarquable couloir de lave souterrain agrémenté d'anecdoctes succulentes. Vous apprendrez notamment ce qu'est la lave "biscoito"... Puis y vous croiserez une queue de baleine et la joconde...
Coté cuisine de par l'isolement de Piedade, nous avons soir après soir gouté à quasi tous les plats de O ponta da ilha à
Manhenha. Une excellente cantine. Pour les pique niqueurs c'est à Fogos (en dessous de Candelaria) que nous avons découvert une jolie aire aménagée et déserte (qui comme ailleurs doit être prise d'assaut le dimanche) avec une jolie vue maritime (en fait vous suivez la route goudronnée vous passez un beau dragonnier et la 1ere piste sur votre gauche vous y êtes). Prenez le temps de savourer le calme des petits ports comme Calheta De Nesquim (là aussi un kiosque aux motifs viticoles) ou d'admirer les très belles vagues et le coucher de soleil dans le joli hameau de Cais do Mourato.
Mais l'image qui marque tous les hôtes de Pico est cette montagne visible de quasi partout (sauf à Piedade) et qui rythme la vie de tous les habitants. Même caché on sent sa présence par les flancs massifs qu'il laisse toujours apparaître. Aussi sur la centaine de photos réalisées sur cette île une bonne trentaine concerne uniquement ce pic de balsalte.

DSCN2660.JPG
Mais l'île montre parfois un visage commun à tous les pays mais avec sa touche personnelle...

DSCN2761.JPG
Une île fascinante que nous avons découvert par Madalena et que nous quittons par Sao Roque (Cais Do Pico).
Moins d'1h00 après commence un nouveau périple...

DSCN2763.JPG
A SUIVRE


Voir les commentaires

Cap à l'Est, des sternes & du raisin...

11 Septembre 2007, 17:54pm

Publié par Docadn

Nous continuons notre périple pedestre par une rando  sur la pointe Est de l'île. Départ  du petit port de Calhau (à 2 petits kms de Piedade) pour une marche  le long de la  côte. La piste disparaît rapidement pour laisser place a de la roche en basalte. La signalisation du PR est du coup faite au sol le plus souvent... Il faut environ 50 minutes pour traverser cette partie plutôt pénible (quand le soleil s'en mêle) mais plane ...

DSCN2710.JPG
On y observe malgré tout quelques points de vue très intéressants et on ne croisera personne...

DSCN2711.JPG
Puis  des constructions réapparaissent ainsi que les carrés de vignes typiques de l'île. Un paysan s'affaire , nous le saluons . Sachez que dans ce coin de l'île, les hommes sont les plus "terroirs" que vous rencontrerez. Ils sourient rarement mais  répondront toujours à votre "Bom Dia" ou "Bom Tarde". Hors notre homme n'est pas du tout doté du  même sourire intérieur que ses comparses. Il nous répond toutes dents dehors et nous fait signe de le rejoindre dans son champ. Je ne comprends toujours pas le portugais mais le verre fraichement rincé tendu vers nous me fait dire qu'il a certainement de la compassion  à nous voir marcher comme des forcats sous ce cagnar... C'est une sorte de liqueur de raisin délicieuse qui vient étancher une soif insoupçonnée... C'est pour cela que j'aime marcher, le prochain virage vous réserve toujours une surprise. Un paysage, des rencontres...ou une pierre tombée de nulle part !!

DSCN2715.JPG
Je ne peux m'empêcher de regarder ses raisins, notre "bistrotier" se précipite pour m'en offrir une grappe énorme et mûre...Je le remercie comme je peux avec mes mains et une dizaine de "muito obrigado"... Un peu plus loin j'aperçois une vigne plantée de nombreux panneaux ou on peut y lire : pinot gris, malvasia,muller, avs longo...
La suite de notre marche nous oblige à couper notre itinéraire pour des raisons écologiques indiscutables...

DSCN2714.JPG
Dans notre cas il s'agit de la nidaison de la sterne très présente sur les Açores. Nous arrivons enfin à Manhenha nous poussons jusqu'au phare...


et dégustons tranquillement notre grappe...façe à ce sympathique décor naturel...

DSCN2719.JPG
Nous regagnons notre point de départ par la route (une belle petite côte). L'occasion de découvrir de plus près l'énorme kiosque de Piedade. Ce dernier sert aux représentations du cercle philharmonique, presque chaque village possédant le sien..Et le petit détail qu'on ne peut louper...

DSCN2724.JPG
A SUIVRE

Voir les commentaires

Leçon de portugais : pedra = pierre

31 Août 2007, 09:54am

Publié par Docadn

Les visiteurs de Pico devront accepter une chose incontournable : C'est le Pico qui décide. Il peut se passer plusieurs jours avant qu'il ne daigne montrer sa tête. Comme par caprice, il s'enveloppe de nuages et boude. Je n'aurais guère attendu plus de 48h00 pour qu'il se montre totalement nu de la tête au pied (ben oui il n'en a qu'un mais taille 1 million !!).

DSCN2661.JPG
Nous empruntons la très belle et très droite route transversale pour gagner le point de départ de la randonnée ou des taxis vont et viennent pour déposer les candidats au toit des Açores et du Portugal. Un pick up des "bombeiros" recueillent l'émargement obligatoire de tous les marcheurs (mais pas au retour !!). Des travaux sont en cours. On y bati ce qui semble être une future "maison de la montagne de Pico".

DSCN2697.JPG
Voilà une randonnée que je qualifierai de difficile. Marcher sur un volcan est très different d'une montagne. Je déconseille fortement les chaussures ouvertes (dont j'ai vu plusieurs propriétaires rebrousser chemin rapidement).
S'il fait chaud (comme ce fut le cas) emporter 2 l d'eau minimum (et même moi qui suis plutôt du signe du chameau, je n'en avais plus une goutte au retour). Les locaux conseillent de prendre des gants pour la descente (la roche volcanique n'est pas des plus douces pour les mains) aussi pentue mais plus glissante que la montée. Un bon marcheur peut espérer faire l'ascension en 02h30,mais comptez plutôt 3h00. Le chemin est très mal balisé, aussi on doit repérer des piquets en béton ou en plastique (type de ce que qu'on trouve sur le bord des routes) pour progresser vers le sommet. La 1ere partie plein nord permet d'observer des dizaines de cratères. En fait l'île en compte pas loin de 300.

DSCN2672.JPG
La montée est lente et plutôt pénible. Mon amie abandonne au bout de 2h00. Je poursuis seul et arrive enfin à la base du "cratère". C'est saisissant et sublime (ah les limites de la photo pour le rendu de la réalité !!)


DSCN2680.JPG
Des marcheurs pique nique à la base du "cône". Pas mal de français assis sur ce qui semble LE "camp de base" du Pico (en fait tous les randonneurs candidats au coucher & lever du soleil sur le Pico campe entre ses murets). Le "cône" doit faire une quarantaine de mètres de haut. Je m'y engage précédé par un groupe.

DSCN2679.JPG
Plus de balisage et un chemin quasi inexistant. Puis j'entends le groupe me devançant s'exclamer "PEDRA, PEDRA".
Peut être un rite montagnard dont je n'avais pas eu vent, quand je vois débouler une roche de la taille d'une boule de bowling face  à moi. J'esquive tardivement le projectile mais ce dernier vient embrasser fraternellement ma jambe gauche.


Plus de peur que de mal. Le groupe responsable de cette "tentative d'assassinat", vient prendre rapidement de mes nouvelles. Je les rassure en anglais puis en français. Il s'agit d'une groupe d'açoriens de Sao Miguel. Je me cale sur leur rythme et poursuis l'ascension. Et je découvre un aspect totalement technologique de la randonnée. L'un d'entre eux dirige le groupe au mètre près avec son GPS... Je pose la question sur les coordonnées données. Il m'indique qu'un ami guide et grand spécialiste du Pico a rentré toutes les coordonnées du chemin le plus pratique jusqu'au sommet.Il est vrai que sur cette partie là cela s'avère utile. Puis il justifie l'utilisation de ce dernier en cas d'ascension dans le brouillard... Nous arrivons enfin au sommet.
DSCN2689.JPG
A part l'altitude tout semble exact. Des centaines de mouches nous accueillent et trouvent assez rapidement ma jambe délectable. Un sympathique randonneur tchèque me dépanne totalement en pansements et autres désinfectants. Puis je me régale enfin de la vue incroyable (sauf sur l'Est ou les nuages squattent). Faial, Sao Jorge et Graciosa (et Terceira un chouia)unique...


Nous ne manquons pas d'aller observer et renifler les fumerolles sur le coté de la borne qui nous rappellent que le Pico est en sommeil. D'ailleurs l'hiver le Pico fume et notre groupe d'açoriens et très coutumiers du ski sur ses pentes...

DSCN2683.JPG
il est temps de redescendre (une véritable torture pour moi et combien difficile ici) et de regagner notre point de départ en près de 2h00.
Mes cuisses mettrons 2 jours à se remettre de cette descente d'enfer parsemée de vues magnifiques sur Faial.

DSCN2691.JPG
A SUIVRE...


Voir les commentaires

Lajido de Santa Luzia & Criaçao Velha

28 Août 2007, 17:41pm

Publié par Docadn

Jusqu'en 2004 , les Açores ne comptaient qu'un seul lieu classé au patrimoine mondial de l'humanité, à savoir la magnifique cité d'Angra Do héroismo sur l'île de Terceira. Désormais elle doit partager cet honneur avec le paysage viticole de Pico.Cette dernière produit l'essentiel des vins des Açores. et cette forte tradition a façonné les paysages de l'île. Cultivée entre des murets de basaltes, la vigne pousse sur une terre d'à peine 50 à 80cm de profondeur, puisque le basalte se trouve au delà.

DSCN2615.JPG
Et ce sont ces paysages magnifiques que nous découvrons à travers 2 randonnées. Les 2 paysages classés se trouvant de part et d'autre de Madalena. Chacun proposant une rando très facile pour découvrir cette "architecture paysanne unique".
1ere promenade au nord de Madalena sur Lajido de Santa Luzia. En fait nous partons de Cabrito puis longeons la route cotière en traversant les hameaux d'Arcos et Lajido de Santa Lucia. La quasi totalité des habitations sont elles aussi en basalte. On peut même y observer la rénovation de certaines d'entre elles dans le respect des matériaux et de l'architecture.

DSCN2608.JPG
Ce qui n'a pas empêché de croiser quelques excentricités inspirées...

DSCN2619.JPG
C'est à Lajido que nous découvrons plusieurs batiments viticoles rénovés dont un chai et une distillerie . La lecture des différents panneaux nous apprend que l'on y distillait du raisin et de la figue.

DSCN2625.JPG
Nous poursuivons notre balade du coté de Lajido Da Criaçao Velha où on y observe les plus beaux panoramas viticoles de l'île. La rando y est plus jolie que sur Santa Lucia (c'est une piste qui déambule entre les murets des vignes).DSCN2651.JPG
Un moulin à vent restauré (avec un mini boutique associative au sommet proposant des t-shirts un poil original) permet de prendre un peu de hauteur pour mieux apprécier l'étendue et la beauté de ce paysage magnifique.

DSCN2646.JPG
Nous terminons notre balade par le musée du vin (gratuit) situé à la sortie de Madalena et qui ne présente aucun interêt hormis des batiments flambants neufs et quasi vides... Seuls les dragonniers (auquels le gouvernement régional à consacré un livre !!) extraordinaires valent cette visite...


Prochain épisode : une leçon de portugais sur le toit de Pico...

Voir les commentaires

Ile de Pico, l'arrivée...

26 Août 2007, 16:19pm

Publié par Docadn

1er épisode du périple atlantique promis. Atterrissage au petit aéroport international de Horta à Faial (petit message aux anxieux de l'aéroplane, la piste est courte et le freinage  est spectaculaire). Petite nuit chez le sympathique  Rébélo & son épouse (un bon plan peu cher et très pratique), un rapide petit déjeuner dans le mythique Peter sport (petit conseil: à 07h30 c'est très agréable, passé 08h00 c'est l'horreur mais on y petit déj pour vraiment pas cher).
DSCN2576.JPG
Puis c'est l'embarquement pour Madalena (3 euros l'aller simple),que nous gagnons en une vingtaine de minutes.. Voiture du location chez le quasi incontournable Ilha Verde.
Et nous voilà parti pour 5 jours sur la plus juvénile des îles açoriennes. En effet Pico du haut de ses 2351m n'a que 300 000 printemps quand Santa Maria en affiche 8 millions. On est immédiatement saisi par l'austérité des paysages. Une ile de basalte, ce n'est guère commun, mais cette rudesse nous dévoilera doucement tous ses charmes...

DSCN2580.JPG
Nous empruntons la route du nord pour rejoindre notre chambre d'hotes basée à la pointe Est de l'île. Cet itinéraire nous permet d'admirer Sao Jorge quasi en face. Contrairement à Sao Miguel très peu de miradouro sur Pico. Nous pique niquons à Prainha dans l'aire aménagée d'un parc forestier (en fait il le sont tous)  comme les fameux miradouro de Sao Miguel (wc, four à barbecue, tables...).Il est desert et très calme, mais doit afficher complet tous les dimanches, les açoriens étant fous de barbecue...

DSCN2589.JPG
Pico est la 2ème plus grande ile de l'archipel avec ses 450 km2, les déplacements sont du coup assez conséquent . Il nous faudra près d'une heure (bon je ne suis pas Loeb non plus, et c'est les vacances) pour gagner Piedade ou  se niche notre résidence. Nous sommes accueilli à  O Zimbrero par le très sympathique François. Cet ex coiffeur de Charleroi est installé depuis une dizaine d'années à Pico ou il s'est reconverti en potier. Il est le père de notre hôte Jérémy.


Nous prenons possession de notre ravissante chambre. et partons à la découverte de notre villégiature. Jérémy y a bati sa maison (la 1ere en bois des Açores) et la piscine (la 1ere de l'ile). Le tout à un charme indiscutable et les petits déjeuners sur sa terrasse face à So Jorge sont de beaux moments.




Nous partons à la découverte des quelques lacs situés à proximité de Piedade. Les nuages jouent à cache cache.

DSCN2598-copie-1.JPG
Nous croisons les incontournables vaches açoriennes ainsi que les très nombreux picks up des producteurs laitiers.

DSCN2600.JPG
Retour à Piedade, dîner chez Jérémy (20 euros/pers. hors boissons) en compagnie d'allemands. Tous,comme nous, en sont à leur deuxième voyage aux Açores et une grande partie de notre discussion tourne autour de cette question : Pourquoi??
Les jours qui suivent vont nous donner des réponses plus que convaincantes...
A SUIVRE

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 > >>