Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

La Mare aux Oiseaux, St-Joachim, Eric Guerin

8 Août 2014, 14:08pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Comme l'an dernier, j'entretiens un retard (très stable) de presque 3 mois dans le "reporting" de mon repas d'anniversaire.

Si le jeu de "la-destination-pour-la-bougie-de-trop-à-souffler" est toujours aussi plaisant, je dois reconnaître que cet outsider était sorti des mes radars !!

Et de me souvenir, avec un certain émoi, que mes pieds n'avaient plus foulé le carrelage de cette maison depuis 9 ans (pour mon anniversaire aussi), fut l'autre jolie sensation du jour !!

La Mare aux Oiseaux, St-Joachim, Eric Guerin
La Mare aux Oiseaux, St-Joachim, Eric Guerin

J'avais laissé une salle "champêtre", agrémentée de canards en bois accrochés sur des meubles et autres vaisseliers.

Le jeune chef Eric Guerin (passé notamment par Taillevent, La Tour d'Argent) faisait des navettes entre son piano et la salle.

Il se mettait dans un coin de la pièce, l'air inquiet, scrutant fébrilement les réactions de ses clients.

Ce fut un admirable dîner !!

Ceux dont on ne peut oublier quelques plats des plus percutants, presque une décennie après, comme cette "anguille rôtie", ou encore ce "filet de boeuf-cuisses de grenouilles" !!

Eric Guérin promenait déjà une cuisine teintée de poésie (la grenouille et le boeuf était un clin d'oeil à la fable de La Fontaine), déjà marquée du sceau de la sensibilité.

La Mare aux Oiseaux, St-Joachim, Eric Guerin

En ce dimanche de Fête des mères, à quelques heures de ma (re)naissance, je retrouve un établissement totalement "revampé".

La modeste auberge d'antan abrite désormais chambres et spa, jardins, basse-cour et volières.

C'est largement moins "mémère" qu'en 2003. Le mélange des styles fonctionne bien (la mère du cuisinier doit sûrement y être pour quelque chose).

Nous profitons du salon, picorant les grignotages servis en compagnie d'un cocktail maison.

La Mare aux Oiseaux, St-Joachim, Eric Guerin
La Mare aux Oiseaux, St-Joachim, Eric Guerin

Le menu s'appelle justement "picorons ensemble", en 5, 7 ou 9 plats (65, 78, 98 €) au choix.

Le consensus sur 7 plats s'impose rapidement...

Foie gras grillé, riz soufflé, petits pois et gingembre frais

Foie gras grillé, riz soufflé, petits pois et gingembre frais

Jeunes carottes en gaspacho, caramel à la fleur de Guérande

Jeunes carottes en gaspacho, caramel à la fleur de Guérande

Pomme de terre nouvelle de Noirmoutier à la coque, tartare de bulots, petits gris et herbes fraîches

Pomme de terre nouvelle de Noirmoutier à la coque, tartare de bulots, petits gris et herbes fraîches

Vernis breton, pain au blé noir, pousses de junsaï et caviar végétal

Vernis breton, pain au blé noir, pousses de junsaï et caviar végétal

Aiguillette de flet "aïe, aïe, aïe", asperges, sauces BBQ

Aiguillette de flet "aïe, aïe, aïe", asperges, sauces BBQ

Filet de boeuf de Brière lardé d'anguille fumée, buratta crémeuse

Filet de boeuf de Brière lardé d'anguille fumée, buratta crémeuse

Chocotruffe

Chocotruffe

Chèvre fermier céviche de fruit avocat et pousses d'oseille

Chèvre fermier céviche de fruit avocat et pousses d'oseille

"L'autre Dauvissat"

"L'autre Dauvissat"

Le Paris-Brest

Le Paris-Brest

Soufflé so chocolat et caramel

Soufflé so chocolat et caramel

Mignardises

Mignardises

Un déjeuner parfaitement orchestré, au service délicat, très souriant, apaisant même ... à une seule exception*.

Plusieurs fulgurances ont ponctué ce riche déjeuner.

Si je ne devais en citer que 2, je retiendrais le sensationnel filet de boeuf de Brière lardé d'anguille fumée, buratta crémeuse, aux cuissons fantastiques (l'un a demandé bleu pour le filet, l'autre saignant), sans oublier le chocotruffe bluffant d'équilibre et d'imagination !!

Mais je ne peux passer sous silence le niveau des desserts, souvent points faibles de ces repas d'exception, tout simplement remarquable !!

Oui, il y a une stupéfiante sensibilité dans cette cuisine.

Pas seulement de "bonnes trouvailles" !!

Eric Guérin arrive à transmettre des morceaux de "littérature du terroir" avec une grâce bondissante, couronnée d'une insolente générosité !!

Ce gars-là doit arroser de larmes ses croquis de plats en matant "Champion" (ne cherchez pas, il n'y a que moi qui puisse comprendre) !!

On regrettera seulement les coefficients, majoritairement trop élevés, de la carte des vins, brillamment animée par 2 jeunes sommeliers.

Au-delà de ce détail (on y va pour manger, ne l'oublions pas), La Mare aux Oiseaux est une belle adresse, à la cuisine imaginative, jouissive par moments, imprégnée d'une certaine poésie des lieux, de son auteur et des produits ainsi magnifiés !!

* des présentations un peu sèches et sans attention, délivrées par une serveuse, qui dénotaient face à la douceur générale du service

La Mare aux Oiseaux

223 rue du Chef de l'Île Fédrun

44720 Saint-Joachim

Tél : 02 40 88 53 01

www.mareauxoiseaux.fr

Voir les commentaires

Le Cotte Rôti à Paris

15 Juillet 2014, 18:50pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Votre serviteur poursuit son "enquête de profilage du bistrot parisien huppé type, labellisé par Fooding".

Si le guide a imposé un glossaire endémique (les fameux "Feeling", "Trop bon", et autres "Voir et se faire voir"), il peut aisément l'enrichir par des indications géographiques du genre "Loin de la rue Richer" ou "Si c'est fermé, y'a la rue du Nil à 5 minutes en taxi".

Dans cet esprit, le Cotte Rôti pourrait se voir décerner le badge "Bastille ou Gare de Lyon-t'as les crocs-marche-demande ton chemin aux 2 passants que tu vas croiser sur Daumesnil-une chance d'arriver avant la fin du service".

Si le guide consacre la moitié de ses pages à Paris, il se doit aussi d'aller explorer les coins les plus reculés de ladite capitale.

Avec le Cotte rôti, on peut considérer que cette "zone blanche du XIIème" est correctement couverte (il y aurait même un viandard, dans la même rue, 14 numéros plus haut).

En même temps, nous ne sommes pas sur le plateau de Langres !!

Voilà que je me mets à pester contre quelques centaines de mètres, comme tout bon parisien qui ne supporte pas de marcher à plus de 5 minutes d'une bouche de métro !!

Le Cotte Rôti, (notez le jeu de mots, bande d'ignares) selon l'hagiographie internautique, est l'oeuvre d'un dénommé Nicolas Michel, passé par Meneau-Pignol-Pacaud, qui a ouvert ce bistrot-bobo vers 2011.

On y retrouve tous les codes chers au guide qui "déniaise la gastronomie" :

  • une déco soignée, avec sa touche de "jus de bistrot reconstitué".
  • la grande table d'auberge (version haute).
  • les 4 ardoises avec les 14 suggestions du jour.
  • des serveurs de moins de 28 ans et demi, à la pilosité mal assurée, pesant 39 kg max...
Le Cotte Rôti à Paris

C'est le boss en personne qui anime l'ardoise... et il y met tout son coeur !!

Si vous aimez les émissions culinaires, alors vous allez vous régalez !!

Nicolas Michel vous détaille toute l'ardoise avec minutie !!

Tout y est : de l'origine des produits, au(x) mode(s) de cuisson, les astuces du chef en sus !!

C'est sympa sur 2-3 trucs, mais au bout de 10, on se sent comme ligoté devant un florilège de "Bon appétit bien sûr !!"

Forcément, quand l'exercice se répète de table en table, on en vient presque à regretter les intitulés du type "le homard, la salicorne, l'(i)ode à la mer"

La séquence entrée-plat-dessert du soir est à 39 €.

C'est parti...

Tartare de mulet côtier au citron noir, riz soufflé, condiment avocat et wasabi

Tartare de mulet côtier au citron noir, riz soufflé, condiment avocat et wasabi

Épaule d'agneau confite doucement autour de la lasagne et du champignon

Épaule d'agneau confite doucement autour de la lasagne et du champignon

Avec une tarte au chocolat (annoncée au dernier moment) pour finir !!

Objectivement, c'est pas mal du tout.

En dehors d'un assaisonnement au godet de pelleteuse sur le plat de viande (son jus), l'ensemble est soigné (mention très bien pour les lasagnes de champignons), bien exploité, au service pro, à la carte des vins assez bien pensée, mais au tarif plancher trop élevé (> 40 €), sans parler de l'eau de ville, passée au Soda Stream, facturée 7 boules !!

L'amie dînant avec moi, s'est enthousiasmée sur les premières bouchées, puis s'est rétrospectivement ravisée sur 2-3 détails, écornant "la magie de l'instant".

Le niveau sonore est notamment très limite au pic du service !!

C'est à la fin du repas que s'est révélé le truc dont je me moquais chez bien d'autres gourmands : je me suis emmerdé !!

Je ne comprenais pas jusqu'à ce jour ce que signifiait "s'emmerder à table", mais là j'ai compris !!

Alors, pas de bol, c'est tombé sur Le Cotte Rôti !!

A une table près, ce serait tombé sur Youpi & Voilà, ou un Entredgeu (résumé dans quelques mois, vu mon retard), mais non, c'est Le Cotte Rôti qui "gagne" sur ce constat.

Ce repas a eu lieu au mois de mai 2014.

Il ne m'aura pas fallu 5 mois (pour à peu près autant d'adresses estampillées Fooding), pour déjà me fatiguer de l'increvable et unique benchmark, sans âme ni imagination, de la "cuisine bistrotière-branchouille-parisienne" !!

Tout le monde fait la même chose !!

D'autres rabâchent depuis 2-3 ans (perso, c'est la 2ème fois) que la cuisine française la bistronomie le "bistrot branché parisien" ne sait pas se renouveler !!

Il est clair qu'avec les "normes en vigueur", maintenues par le guide parigot, pas un rade ne va oser "décaler" les critères d'éligibilité chers aux enquêteurs !!

  • Ne reste-t-il que la déco pour se démarquer (toute pourrie volontairement dans son jus, ça marche aussi)?!
  • Sommes-nous obligés de manger des légumes racines/oubliés TOUS les hivers, les"premières fraises à ma façon" TOUS les printemps, sur des tables taillées pour des fêtes de la bière ?!
  • Le lobby de l'ardoise espagnole a-t-il un intérêt économique vital à ce que TOUS les menus soient présentés sur ces dernières (quand ce ne sont pas directement les plats) ?!
  • Est-ce que certains vignerons ne ratent pas volontairement leurs vins, pour figurer sur certaines cartes des vins, plus aptes à s'afficher sur celle d'une sidrería !?
  • Ne suis-je pas assez parigot urbain pour ne pas m'extasier, à chaque fois, devant le jambon Ospital, le beurre Bordier, le café d'un El Gringo pieds nus servis partout ?!

Une digression née d'un dîner pas désagréable, mais d'une fadeur émotionnelle qui risque de bégayer pour moi, si certains cuisiniers ne retrouvent pas cette forme de "mise en danger culinaire" sur leurs pianos, en lieu et place d'un train de sénateur à l'arrêt, au cul désormais trop large pour entrer dans une gare...

Le Cotte Rôti

1 rue de Cotte

75012 Paris

Tél : 01 43 45 06 37

Voir les commentaires

Florilège de dégustations XXXIII

24 Juin 2014, 20:44pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Le 10 mars 2013 paraissait le dernier florilège du blog...

Depuis, des tables, des tables, encore des tables, des balades viticoles, des Greniers, un peu de VDV, mais plus de florilège depuis 15 mois (les cérémonies païennes de LPV BzH, ça ne compte pas) !!

Est-ce la grosse flemme d'écrire toujours "nez de carton mouillé, amers soutenus, bouche compacte" symbolique des 33 qui m'a fait reculer ainsi (Jésus, crucifixion tout ça !!)?!

Et pourtant, ce ne sont pas les bouteilles qui ont manqué !!

Je note toujours scrupuleusement mes impressions laissées par toute boisson, à base de raisins, passant à proximité de mes badigoinces.

Mais je vomis plus ne rends plus beaucoup compte par le biais de ces florilèges, foutoirs au style télégraphique à la profondeur d'un bonnet de soutifs de Milla Jovovich !!

Trêve de mea culpa en copeaux, place aux vins en tonneaux (parce qu'en cuve ça rime moins !!).

Une (très courte) sélection piochée, au hasard, dans mon carnet gribouillé :

Domaine Charvin - Châteauneuf-du-Pape 2007

Domaine Charvin - Châteauneuf-du-Pape 2007

Nez empli de finesse, relativement discret, épicé, à la joli touche de menthol. Si les 1ères impressions sont moyennement rhodaniennes, la bouche s'ancre lentement sur le terroir concerné (la sentence qui ne veut rien dire, mais ça meuble le compte rendu).

La note de rafle s'évertue à dominer, au milieu d'un bouquet de fraises et autres fruits rouges à l'eau de vie. Une matière très poivrée, compacte, pleine, à la puissance débridée, laissant des notes d'alcool peu flatteuses en finale.

A ce stade, il y a même un côté "clérical-bordelais", finement asséchant, à la rétro de champignons.

Le lendemain, le nez est encore plus fin, peu disert, avec une jolie touche de "fraise écrasée avec une pointe lactée". L'attaque est "acidulée", presque crayeuse, mais à la digestibilité limitée à ce stade. **/(**(*)

BBF - Bénédicte et Stéphane Tissot - Crémant du Jura

BBF - Bénédicte et Stéphane Tissot - Crémant du Jura

Nez boisé, fermentaire, "bourgui-chardonnesque" marqué, au fin sucre palpable, au fruité puissant.

L'attaque est boisée, la bulle vive, la matière dense, mais assez court dans l'ensemble.

Finale marquée par une petite amertume presque intégrée, finement salivante.

Le fond de verre de cette bulle élevée en fût durant un an, qui a passé les 52 mois suivants sur lattes est un petit plaisir à humer.

Un joli pirate, qui flirte avec le chenin par moment. ***

Imalaya 2010 - Domaine Le Roc des Anges - Côtes du Roussillon

Imalaya 2010 - Domaine Le Roc des Anges - Côtes du Roussillon

Nez d'une élégance rare, pas du tout sudiste, évoquant le chenin, alors que nous sommes en présence de carignan gris.

La poire mûre, quelques fruits jaunes se bousculent au-dessus du verre. Puis ce sont des notes d'hydrocarbures qui viennent occuper une espace quasi alsacien pour le coup !!

Une attaque très dynamique, à l'acidité haute, très marquée "blanc du nord", un poil courte, au juste gras, au boisé encore marqué.

Une bouteille forcément trop jeune, mais au potentiel de "grande sudiste du sud qui peut faire la nique à quelques seigneurs des blancs du nord". ***/***(*)

Petit Chablis 2012 - Domaine Droin

Petit Chablis 2012 - Domaine Droin

Nez de carton mouillé puissant, assez monotone-monocorde olfactivement parlant. La bouche s'avère plus variée, dansante, avec son toucher "caillouteux" (oui, j'ai beaucoup sucé de cailloux dans mon enfance, c'est la famine de 1976 qui m'a poussé à en lécher des quantités non négligeables), relativement simple, lisse, bien équilibré, aux fins amers dans le ton, un poil lâche en finale.

Plutôt pas mal pour le coup **(*)/***

 Ciel Liquide - Côtes du Roussillon Villages 2005 - Jean-Philippe Padié

Ciel Liquide - Côtes du Roussillon Villages 2005 - Jean-Philippe Padié

Nez caractéristique de grenache, adossé à des fruits rouges cuits et le pruneau. L'attaque est fraîche, très acidulée, épicée, relativement simple.

La matière "s'ouvre" lentement sur les fruits à noyau, se faisant même "crayeuse" par moments. L'ensemble reste frais, gourmand, sur une jolie cerise en finale. ***

Mélaric - Globules Roses - Vin de France (11)

Mélaric - Globules Roses - Vin de France (11)

Nez fermentaire, à l’effervescence débridée. C'est successivement entre l'Aspro et le microbullage macro-bullage pas ménagé du tout !!

La grenade (le fruit, pas l'explosif) survole ce bouillon à l'acidulé jaillissant.

Une attaque nerveuse, à la bulle inversement proportionnelle au visuel (elle est fine sous la langue quand le visuel est plus proche d'un détendeur de plongée en action !!), à l'acidité relevée, au sucre "intégré", à l’amertume sur le fil. Une vraie bulle de soif !! **(*)

Fin du XXXIII ème florilège. Prochain "revue de cave" dans moins de 15 mois, j'espère.

Voir les commentaires

Restaurant Youpi et Voilà à Paris

9 Juin 2014, 20:13pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Après Playtime, ma série "des restos adoubés par Le Fooding où il fallait tuer le client devant vous il y a 18 mois pour avoir une table" se poursuit...

Youpi et Voilà a ouvert ces portes en mars 2012, dans une rue peu rieuse du Xème, après de longues tergiversations de son patron-cuisinier Patrice Gelbart, selon Sophie-Ptitpois-Brissaud (croisée ce soir-là).

J'avais déjà aperçu "le tarnais" derrière le comptoir du Verre Volé (à qui j'avais octroyé le rôle d'aide-cuistot, alors qu'il était un des "6 Grands de Demain Gault et Millau 2009", shame on me !!).

J'y avais moyennement apprécié cette "cuisine ménagère d'assemblage"...

Mais Le Verre Volé est une vache sacrée qu'on ne peut salir indûment !!

Je pourrais raconter tout ce que je veux, j'aurais forcément tort J'ai forcément un palais en plomb et n'ai su apprécier à sa juste valeur cette "cuisine de Légo, simpliste et réchauffée directe et sans chichis" !!

Restaurant Youpi et Voilà à Paris

Ici, Patrice Gelbart est chez lui, dans une vraie cuisine, la sienne !!

Voyons ce que cet adepte revendiqué de "slow food" (qui name-drop forcément chaque radis et salsifis par son prénom*, son rang dans le potager et sa date de cueillette), revendiquant une "cuisine philanthropique", va nous proposer en ce samedi soir d'avril, à travers une "balade dans la carte" (menu surprise à 43 €, tiré de la carte, concocté par le chef, en soulignant que les "menus transmis de bouche à oreille" commencent à me brouter sévère en passant) !!

Un fromage frais de chèvre, asperges vertes et amandes en crème froide huile de ciboulette

Un fromage frais de chèvre, asperges vertes et amandes en crème froide huile de ciboulette

Bonite de St-Jean de Luz juste marinée, betterave croquante façon mille feuilles, du soja et des fruits secs

Bonite de St-Jean de Luz juste marinée, betterave croquante façon mille feuilles, du soja et des fruits secs

Poulpe - rhubarbe -sucrine - carotte

Poulpe - rhubarbe -sucrine - carotte

Bavette d'aloyau, des échalotes et des anchois, une purée de patates toute simple

Bavette d'aloyau, des échalotes et des anchois, une purée de patates toute simple

Les premières fraises en gaspacho, une mousse au chocolat blanc et poudre de pain d'épices

Les premières fraises en gaspacho, une mousse au chocolat blanc et poudre de pain d'épices

Le verdict est forcément très contrasté !!

Les plats se succèdent comme des "actes théâtro-culinaires de l'imaginaire débordant du chef".

Comme beaucoup de "chiensfous" (de grands chefs ont reconnu l'être avant de "prendre du recul"), il y a un foisonnement de bonnes et de moins bonnes choses !!

LE PLAT à retenir sera forcément ce tentacule de poulpe, à pleurer, tant par sa cuisson magistrale que par sa superbe mise en scène gustative !!

Pour le reste, il y a des maladresses évitables, tant par la trop grande juxtaposition des saveurs, qui finissent par mortifier le(s) plat(s), que par certains assaisonnements à la précision du dripping d'un Jackson Pollock parkinsonien !!

Bref, ça bouillonne d'énergie, mais on est pas des cobayes non plus !!

Je trouve cela d'autant plus dommage que les produits sont beaux, la technique et les idées sont là, mais l'empressement et le côté parfois brouillon qui en découlent hélas aussi !!

On reste avec des souvenirs de "presque réussites" qui, dans notre raisonnement injustement binaire, vous font pencher la "balance de la satisfaction" du mauvais côté !!

Sans parler de l'acoustique insupportable quand la salle est pleine !!

Restaurant Youpi et Voilà à Paris

Le service fut cohérent jusqu'à l'avant-dernier plat, carrément longuet en attendant le dessert (différent de celui de notre table voisine, sur la même formule !!).

Une tentative de discussion avec le chef, en fin de service, a donné lieu à la même chaleur de retrouvailles entre un ex-choriste et de son maître de chant à soutane aux organes très tactiles s'est soldée par une gêne (réciproque) d'un cuisinier qui n'avait pas envie de parler et d'un client qui s'est trouvé bien con de juste vouloir en savoir un peu plus sur ce dernier !!

Jolie et courte carte des vins "tendance-actuelle" (bio-machin tout ça) gérée par Jean-Philippe Morice (ex-Verre Volé et sommelier discret), à l'honnête coefficient (2,0 prix caviste) pour la victime du jour : Exilé 12 des Jousset...

* Plus sérieusement, une page du menu répertorie tous les producteurs (liquides et solides) sollicités, par leur prénom !!

Youpi & Voilà

8 Rue Vicq d’Azir

75010 Paris

Tél : 01 83 89 12 63

www.youpietvoila.com

Voir les commentaires

Restaurant Playtime à Paris

30 Mai 2014, 06:41am

Publié par Docadn

Bonjour,

Dans la série "allons voir ce que deviennent les tables 18 mois après un buzz anormalement élevé, que j'étais pas là quand ça s'est passé, mais je ne suis pas mort de honte d'avoir raté Ze scoop hebdomadaire culinaire de la capitale", me voilà rue des Petits-Hôtels.

Je me présente sans résa, à midi pétantes, pour découvrir, avec soulagement, que je vais enfin manger dans un cadre "standard".

J'entends par là que "la déco dans son jus", ou encore le "j'ai chiné des vieux faux objets des années 60 aux puces de St-Ouen" me gave invariablement le steak depuis quelques années à Paris !!

Si certains s'éclatent à déjeuner dans des reconstitutions de squats pour punks à chiens et autres appartements témoins albanais, mon "snobisme de campagnard" ne supporte presque plus cet autre "snobisme d'intérieur"...

Restaurant Playtime à Paris

Ici, je retrouve enfin un certain plaisir visuel à m'asseoir, sans craindre de trouver la mention "propriété de la mairie de Garges-lès-Gonesse" sur le dossier de la chaise.

Un cadre agréable (souvent critiqué dans la foodosphère), très "50's" (je n'y connais rien en "arts-déco", mais ça m'a fait furieusement penser à l'appartement témoin de la Cité Perret au Havre, en version bourgeoise), qui vous plonge effectivement dans l'esprit de certains décors des films de Jacques Tati !!

C'est Viveka Sandklef qui m'accueille. Cette dernière, pâtissière de formation, assure le service, quand Jean-Michel Rassinoux (ex-Ritz et Carlton) sévit en cuisine.

Je pars sur la formule entrée-plat à 22 €, accompagné d'un verre (banal) de Montlouis 10 du Domaine Moyer.

Rouleau de poisson façon ballotine, champignons de Paris, pesto

Rouleau de poisson façon ballotine, champignons de Paris, pesto

Filet de tacaud, brick de blette, vinaigrette de légumes

Filet de tacaud, brick de blette, vinaigrette de légumes

Le rouleau dégueule de fraîcheur. Le pesto est juste, le poisson par moments un poil sec. C'est pas mal foutu, roboratif en terme de quantité, je valide !!

Le filet est forcément sur le fil, en terme de cuisson, l'ensemble joue sur le croquant de la brick et une acidité jubilatoire (pour les fans). Là encore, une assiette généreuse dans les portions servies.

France : two points !!

En conclusion, un déjeuner au bon rapport qualité-prix-quantité-fraîcheur-saveur(s), pour qui veut manger frais, rapidement (32 minutes montre en main), puis ressortir rassasié pour moins de 25 boules € !!

Un service un poil moins "coincé du cou et des zygomatiques" (tardif décoinçage de ces derniers chez Viveka Sandklef) serait aussi le bienvenu, sans pour autant imaginer un chat-bite avec ce dernier !!

PS : ravissantes toilettes au sous-sol !!

Playtime

5 Rue des Petits-Hôtels

75010 Paris

Tél : 01 44 79 03 98

Voir les commentaires

Restaurant Almanak à Copenhague

11 Mai 2014, 15:07pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Si la ville de Copenhague m'a laissé un poil sur ma faim par sa configuration-attrait architectural-charme endémique-magie des lieux, il me fallait éclaircir-découvrir-démystifier un des symboles culinaires du pays : le smørrebrød !!

Littéralement traduisible par "pain-beurre", le smørrebrød est le pendant de la "base nourricière" si chère à nos rougeauds de bretons et vendéens fiers habitants de l'Ouest hexagonal, qui absorbent à eux seuls une grande partie de la production beurrière de nos alcoolos dégénérés vaillants producteurs laitiers normands !!

La différence résidant dans sa composition, plus variée que celui que l'on considère, ici, comme le meilleur ami de l'huître après le café !!

Restaurant Almanak à Copenhague

Ce sont nos dernières heures sur place, pas un seul smørrebrød n'a encore croisé notre chemin !!

Heureusement que se dresse "The Standard" juste devant nous !!

Niché dans un grand bâtiment à la jolie façade "art-déco-avec-une-touche-de-Guimard-local-revu-et-corrigé" sur la Havnepromenade, l'Almanak nous attend en ce frais dimanche de mars.

Restaurant Almanak à Copenhague

En fait, la bâtisse abrite aussi un jazzklub (à l'étage) du nom surmontant la façade. L'enseigne de l'Almanak n'est visible qu'une fois sur le côté dudit bâtiment.

"Déco-dépouillée-danoise-pas-froide-un-poil-M6-Déco", esprit "plantes-et-herbes-en-pot-accompagnées-de-gros-luminaires-qui-tombent-dans-l'assiette"vous saluent au loin (entre l'accueil et les premières tables, il y a bien 40 mètres !!)

Un accueil affable, en anglais, expliquant rapidement la carte disponible et la formule dominicale en vigueur, baptisée "The quick lunch"...

Restaurant Almanak à Copenhague
Restaurant Almanak à Copenhague

C'est notre choix du jour, puisqu'elle propose les fameux smørrebrød !!

Ici, c'est le chef qui choisit, selon son "inspiration du moment"(j'ai toujours été intrigué par ce concept, pensant naïvement que le chef faisait à bouffer avec ce qu'il avait acheté le matin sur le marché, mais là non, selon votre heure d'arrivée, le chef concocte des smørrebrød différents pour les tables concernées, on peut presque douter de la gestion des stocks prévisionnels pour te vendre de "l'inspiration" !!).

Le verdict : ben c'est bon, oui !!

Pain-complet-presque-noir-à-graines-un-peu-à-l'allemande, produits frais, juste assaisonnés, végétal dominant, crémeux, complet, un très terrien, l'autre intensément maritime... mais ça reste juste des tartines, toutes bonnes à très bonnes soient-elles... pour plus de 20 € les 2 pièces !!

Alors soit nous sommes tombés chez le "Vivant du smørrebrød", soit Copenhague est vraiment une ville trop chère pour moi qui m'échappera à jamais !!

L'Almanak

Havnegade 44

1058 Kobenhavn

+45 72 14 88 08

thestandardcph.dk

contact@thestandardcph.dk

Voir les commentaires

Restaurant Radio à Copenhague

20 Avril 2014, 19:02pm

Publié par Docadn

Restaurant Radio à Copenhague

Copenhague, le temps d'un week-end.

Une ville qui occupe souvent l'espace médiatico-culinaire depuis la "chute" d'El Bulli. Il va sans dire que les 3 titres consécutifs de meilleur restaurant du monde (2010-2011-2012) du Noma ont pas mal aidé à cette mise en lumière !!

Un éclairage qui aurait pu s'apparenter à la résistance d'une benzodiazépine à demi-vie longue, sans l'octroi de macarons bibemdumesques agrémentant, depuis, certains établissements de la ville, sans parler du Bocuse d'Or de Rasmus Kofoed en 2011.

Le Danemark, via Copenhague, s'évertue à donner un sens et une dimension à la cuisine nationale, de la faire briller au niveau international, même si les chances de la voir reprise ailleurs sont assez minces !! L'inspiration semble par contre avoir conquis plus d'un cuistot en Europe moins septentrionale !!

En attendant, le goinfre qui sommeille en moi a voulu voir de plus près à quoi cela pouvait bien ressembler !!

Le budget pour le Noma ayant potentiellement pu grever la dette publique étatique d'un quart de point supplémentaire au-delà des critères de Maastrich, je me suis rabattu sur le Noma du pauvre : Radio.

Restaurant Radio à Copenhague

Une réservation indispensable pour cet établissement, situé juste en face du The Royal Danish Academy of Music's Concert Hall, d'où le nom du resto selon la légende !!

Radio semble avoir remplacé un resto italien (Caffé La Sosta, merci Street View).

Ouvert depuis 2012, on lit souvent que ce sont d'anciens cuistots du Noma qui ont ouvert la chose, mais aussi que c'est Claus Meyer (actionnaire notamment du Noma, figure bouffeuse-gastro de la ville) qui est derrière les manettes du Radio.

Je ne sais pas où se situe la stricte vérité, je m'en fous même carrément oserai-je écrire !!

Accueil très chaleureux, par un personnel physiquement très IX-Xème Richer et consorts !!

Je sais désormais d'où vient cette mode de serveurs barbus et anorexiques, qui sévit à Paname depuis quelques années !!

Restaurant Radio à Copenhague

Une salle sobre, parquet en chêne et ferronnerie, quand la lumière très très discrète tamisée distille une ambiance intime très scandinave dans l'esprit vous laisse penser que le kWh local coûte 132 € HT (je sais désormais d'où vient cette mode-déco-éclairage-minimalistes-qui-sévit-à-Paname-dans-tous-les-néo-bistrots !).

Le resto n'est qu'à moitié plein à cette heure-là (20h00), le niveau sonore déjà quasi insupportable !!

Restaurant Radio à Copenhague

Un verre de riesling autrichien correct pour accompagner des crakers champignons-moutarde pas mal.

Un beurre lardé, bien foutu, nous est proposé pour tartiner un délicieux pain, à la mie hautement acidulée !!

Le soir, 2 formules au choix : 3 ou 5 plats, pour 300 ou 400 DKK (soit au cours du 20/04/14, 40 ou 50 € selon la formule choisie).

Un option mets-vins est dispo pour chacun des 2 menus pour 200 à 250 DKK supplémentaires (27 à 35 €).

Une alternative sans alcool, pour 120 à 200 DKK supplémentaires (16 à 27 €), peut accompagner ces 2 menus !!

Nous partons pour la séquence 3 plats + eau gazeuse.

Cod/Potato/Onion

Cod/Potato/Onion

Le crémeux visuel de cette entrée se confirme en bouche. Un poisson bien planqué, dans un plat aux accents fumés très prononcés. L'oignon est justement grillé.

Assez bien équilibré, malgré la générosité conjuguée de la crème et de l'assaisonnement .

Au global, c'est quand même bon.

Squid/Leeks/Dried beef

Squid/Leeks/Dried beef

Des poireaux brûlés-croquants, là encore d'une justesse irréprochable, quand le boeuf séché paraît neutre sous la langue.

Le calamar est tendre, bien cuit. L'ensemble est toujours trop salé pour mon palais. La première expression dominante d'agrume asiatique fait son apparition. Pas mal aussi !!

Lumpfish roe/Grain/Cheese

Lumpfish roe/Grain/Cheese

Des oeufs de lompes croquants, pour un plat totalement croquant aussi. Un peu l'esprit ceviche-perle-du-Japon, quand la citronnelle (forcément asiatique) s'invite à nouveau, me fatigant déjà les sens... mais c'est encore bien fait !!

Chicken/Parsley/Aronia berries

Chicken/Parsley/Aronia berries

Poulet extra-moelleux, fumé, pas sec, à l'ail très bien dosé. Un bouillon toujours trop assaisonné et cette impression continue de goûter un plat d'obédience nordique préparé par un chef chinois !!

Apple/Milk/Caramel

Apple/Milk/Caramel

Loin d'être le plat le plus inintéressant, cette conclusion se retrouve même avec le statut de très bonne surprise de la séquence !!

Une glace au lait cohérente, un caramel surpuissant sur une pomme judicieusement exploitée, où même les épluchures sont redoutablement mises en valeur !! Coup de chapeau pour ce dessert (trop rare au resto pour que je le passe sous silence !!).

Un service toujours souriant, très barbu mal rasé, mais plus costaud qu'au Richer !!

Une carte des vins très branchée France-bio-nature, aux tarifs locaux (soit pas donné pour le péquin français moyen !!).

En conclusion, un resto dont je ne sais quoi penser... en mal comme en bien !! C'est pas mal à bon, un poil trop centré Asie-citron-acidulé-nordique-revisité.

Une cuisine assez bien exécutée, mais peu causante-excitante à mes sens d'enculeur de mouches qui voit du sel et de la citronnelle partout...

La salle reste jusqu'au bout vraiment trop bruyante !!

Radio

Julius Thomsens Gade 12

1632 København

(+45) 2510 2733

info@restaurantradio.dk

restaurantradio.dk

fermé le lundi

Voir les commentaires

10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants

12 Avril 2014, 06:48am

Publié par Docadn

Bonjour,

La série des articles "croisons les clichés et les vérités sur une ville, un pays et/ou ses habitants", continue...

Après la Norvège et le Japon, au tour de la capitale danoise de passer au scanner de mon œil torve et presbyte.

Une vision toujours parcellaire, accentuée par les ridicules 54 heures passées sur place, lors d'une fraîche escapade dans la ville abritant la Petite Sirène.

1/ Si t'as pas de vélo, t'es un zéro !!

Les premiers pas dans la ville vous font prendre conscience que le 2 roues est non pas roi, mais partout !!

"En jeans à 35 à l'heure, avec un laptop tout neuf accroché au guidon", ou "à la cool avec panier à chien fixé sur l'avant", le "köbenhavn boende" (habitant de Copenhague, j'ai pas vérifié 3 fois, mais normalement c'est comme ça qu'on dit) pédale par tout temps !! On peut même observer des bouchons de vélos par endroits !!

Pourtant, malgré cela, un seul vainqueur danois du Tour de France en 110 ans !!

Ou ce peuple n'est pas doué pour la petite Reine, ou la filière du dopage la fédération locale de cyclisme est très mal organisée !!

10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants

2/ Un köbenhavn boende sur 2 est barbu !!

Ce qui te fait dire que si tu n'aimes pas te raser, que tu es un peu typé, tu es forcément un islamiste en puissance qui fomente des attentats, entre 2 prêches sur internet et une raclée bien méritée contre une de tes 11 femmes...

Par contre, si ton physique a des caractéristiques d'une ligne géographique située (bien) au-dessus de Béziers tu es blond, barbu, que tu habites Copenhague, tu es forcément un hipster (ou gay) local, respectueux de la nature, des femmes, partisan de la paix sur Terre, qui promène ses enfants blonds comme Rahan, (tous casqués) sur son grand vélo, contrairement à tous ses barbus bruns, moches, qui égorgent tout, sauf les cochons (même les bios) !!

3/ Si tu trouves que Paris est une ville propre, alors Copenhague est une ville propre aussi !!

Toi qui pense que les pays nordiques ont inventé l'esprit et le geste écolo, en roulant en vélo, ou en vendant des kits de toilettes sèches, sache que Copenhague est une ville aussi sale que Paris, voire même plus selon les quartiers !!

Assez étonné par le haut niveau de crasse et de déchets jonchant le sol de la cité !! Je ne vous parle même pas de l'état des rues le dimanche matin, après les beuveries du week-end. Des centaines de canettes, bouteilles, verres de bière même pas terminés, traînent sur les trottoirs et autour des poubelles (quasi vides).

Forcément "choqué" par le manque de propreté d'une ville, qui jouit (de loin) d'un statut de ville "verte" !!

Je vous épargne les carcasses de vélos pouvant, pour certaines, être datées au carbone 14 !!

NB : une curieuse coutume locale consiste à parsemer les déjections canines, "oubliées" sur les parvis, de petits drapeaux danois, soit pour ne pas marcher dessus, soit pour "réveiller les consciences citoyennes, normalement vexées de voir le drapeau national sur une merde de chien..."

10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants

4/ Si t'as pas un café à la main, c'est que t'as pas de mains !!

Copenhague est au café ce que le "joint de beuh" est à Amsterdam !!

Cette ville est un extraordinaire parc d'attractions pour amateurs de café !!

Il existe une multitude de torréfacteurs-cafés, permettant à tous les "caféïnomen" d'assouvir leur soif de crus rares, bios, préparés de la manière la plus rigoureuse pour préserver les qualités organoleptiques caractéristiques de ces derniers !!

Aussi, tout le monde en boit, n'hésitant pas à se pavaner avec, dans toute la ville...

10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants

5/ Dès que le soleil apparaît, le köbenhavn boende se transforme en tournesol...

Il suffit de voir le soleil se pointer pour observer des hordes de barbus et de blondes (équipés de pare-brises géants en guise de lunettes), sortir des cafés sombres, avec leurs sièges, pour s'exposer aux timides ou généreux rayons de soleil, puis suivre la course de ce dernier.

Aussi, pour les (rares) rues les mieux exposées, on peut voir une effervescence différée d'un côté à l'autre d'une rue, selon son éclairage.

10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants

6/ Les danois possèdent des poussettes 2 fois plus larges que les trottoirs !!

J'ignore les dimensions standards locales des poussettes, mais force est de reconnaître que ces dernières affichent des largeurs records !!

Aussi, il n'est pas rare de voir des poussettes occuper l'intégralité des trottoirs (et quand c'est un modèle double, il ne manque que le C15 et son gyrophare orange pour annoncer un convoi exceptionnel !!), vous obligeant à jouer à frotti-frotta avec... les vélos !!

Il m'est bien venu à l'esprit que c'était les trottoirs qui n'étaient pas assez larges... que nenni, ces derniers affichent une largeur moyenne double à triple de la majorité des ridicules trottoirs de certains quartiers de la Rive-droite de Paris.

Si on se targue de la fécondité record des françaises, le parc de poussettes de Copenhague est "visiblement" très encourageant pour l'avenir des maternités et, dans une moindre mesure, celui du planning familial...

7/ Quand tu visites Christiania, tu peux légitimement t'interroger sur le concept de village alternatif !!

Attraction touristique de 1er plan lorsque l'on visite Copenhague, Christiania est situé à proximité d'une charmante partie de la ville.

Autoproclamée "ville libre de Christiania", ce quartier "dit alternatif" est en fait un ensemble de cabanes plantées dans un parc aussi crade que le reste de la ville.

Ailleurs, un ex-ministre de l'intérieur (récemment promu) aurait déjà lancé ses compagnies de CRS pour démonter ce gourbi, visiblement géré par des artistes picolos et autres junkies libertaires.

En dehors de la zone de découpe du bois pour chauffer des cabanons dont l'indice d'isolation thermique doit frôler le Z, le reste du "village" ressemble à un camp rom, avec canettes vides dans tous les fourrés et seringues usagées en sus.

Bref, si vous êtes à Copenhague, gagnez du temps, n'y allez pas !!

10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants
10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants

8/ Le bon goût règne aussi sur la téloche danoise.

Tout petit soit-il, la Danemark n'échappe pas au trash de la tv réalité !! Au-delà d'une langue assez inbouffable à entendre, il suffit de zapper sur le PAD (Paysage Audiovisuel Danois), pour tomber rapidement sur des beaufs à bouc mal tatoués, aux physiques imposants de beaufs raccords, s'enfilant des bières cul sec sous les vivas d'autres beaufs à bouc et de leurs moitiés au look de bimbo discount coiffées comme des caissières alternatives.

Ca doit ressembler aux émissions de notre TNT consistant à envoyer des Jacky et des Cindy sous le soleil, sauf qu'ici, on les laisse hurler comme des Playmobil punks et gras dans une boîte de nuit locale à moitié vide.

9/ La couronne est une devise chère d'où qu'elle vienne !!

Après avoir dépensé m'être fait tondre financièrement en Norvège, j'ai découvert la couronne danoise, qui n'a guère à rougir en terme de valeur.

Vous payez tout au tarif local, ce qui peut signifier de 4 à 7 € pour un (vrai) café, une trentaine d'euros à 2 dans un salon de thé (un peu chic, soit), une vingtaine d'euros par tête pour manger dans un indien "bon marché" (qui est souvent le low cost de référence un peu partout).

Bref, si le billet d'avion n'est pas cher, préparez-vous à cramer cette économie dans la capitale...

10/ La gare ferroviaire de Copenhague est plus petite que celle du Mans, quand l'aéroport est 2 fois plus grand qu'Orly-Sud et Ouest réunis...

Un décalage très conséquent entre l'immensité de l'aéroport de la capitale, aux couloirs quasi infinis, face la gare ferroviaire centrale de Playmobil, située à juste 15 minutes de l'aérogare !!

Copenhague, avec un peu plus de 500 000 habitants, semble avoir tout misé sur l'aérien, donnant le sentiment de délaisser le rail et sa gare en briques aux tagueurs et autres junkies...

10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants

10bis/ L'ours de Copenhague est le symbole le plus connu de la ville... après cette connasse de Sirène...

Le plantigrade (version polaire) fut le symbole de la conférence de l'ONU sur le réchauffement climatique, dont la 15ème édition eut lieu à Copenhague en 2009. A cette occasion, une manifestation monstre anima les rues de la ville.

Depuis peu, il est possible d'en voir de vrais au zoo...

Mais n'ayant vu ni la connasse le premier symbole, ni le second (très récent) de la cité, je vous livre 2 versions imagées, dont une (très peu polaire) spécialement pour mon "correcteur orthographique", grâce à qui vous avez, normalement, les yeux qui piquent moins dans les 03 heures qui suivent l'édition brute de mes articles...

Crédit photo : Docadn / Michel Hasson
Crédit photo : Docadn / Michel Hasson

Crédit photo : Docadn / Michel Hasson

Conclusion : Copenhague n'est pas une ville super sexy au premier abord. Des bâtisses rappelant tantôt Chimay, tantôt Bergues, tantôt Londres, vous font passer de l'admiration à l'étonnement !!

Quelques jolies places, d'autres coins plus glauques, des jardins sans âmes, quand les canaux et autres quais révèlent un charme certain... surtout quand le soleil s'en mêle !!

A suivre, quelques adresses...

10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants
10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants
10 généralités subjectives sur Copenhague et ses habitants

Voir les commentaires

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil : le bilan !!

2 Avril 2014, 20:03pm

Publié par Docadn

Vendredistes, vendredistes,

Ceci est ma dernière déclaration en tant que Zident des Vendredis du Vins de cette 64ème édition.

J'ai mené ma politique de redressement économique tambour du Burundi battant jusqu'au bout, ne cessant de défendre de toutes mes forces la nécessaire "réforme philosophique du vin et son avenir", à côté de laquelle le Rapport Berthomeau ressemble à un Post-It de rappel de vaccin...

Un sujet vaste, ardu, relevant quasi de l'impossible selon les "spécialistes", qui a "rebuté" soulevé un taux d'abstention chez pas mal d'électeurs-scribouilleurs-fidèles des VdV.

Mais les plus picolos citoyens ont répondu à l'appel, trop contents de pouvoir dégoupiller du cabernet chinois et autres douceurs d'un futur prometteur.

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil : le bilan !!

Votre Zident s'était fait un point d'honneur à publier le 1er son point de vue sur le sujet !! C'était sans compter sur ce diable de Michel Smith, renversant le coq pour lancer la machine à remonter le temps.

Aussi, c'est un duo Santana-Mas Amiel millésime 69 qui a ouvert en forme de générique cesVdV #64 !!

Puis, il sont arrivés dans un désordre à la hauteur des angles d'attaque de la problématique posée.

D'abord l'increvable Olif, qui s'inquiète en passant du dentier à venir du Zident alors qu'il n'est même pas dentiste.

Pour lui l'équation est simple : vin de demain = celui d'aujourd'hui qui n'est pas fini (ça doit pas arriver souvent) et donc qui du présent passe au passé, puis devient celui du futur... vous suivez ?! Moi non plus !! On s'en fiche, mais c'est pas mal foutu comme équation temporelle pour faire durer le vin !!

En attendant, c'est Danaé 04 de Pascal Lambert, parce que ça poivronne pas (il paraît), mais surtout pour trinquer au souvenir de la grande absente de ces VdV : Anne Graindorge.

Source Le Blog d'Olif

Source Le Blog d'Olif

Puis, Olivier Lebaron le Showviniste du Languedoc, tance la frousse du Zident, rappelant à juste titre que cela fait 20 siècles que l'on fait du vin et que c'est pas prêt de changer !! Évoquant le vigneron comme le "pèlerin de l'espace", il veut un vin qui ressemble à son paysage...

Et vu que le paysage claque, je le mets (source showviniste)

Et vu que le paysage claque, je le mets (source showviniste)

Au tour de la râleuse de service !! Des jours à geindre sur les affres de la page blanche, quand les 2 innocents mots "clitoris" et "vaginal" lui sont apparus.

Dès lors, l'encre du clavier de Sandrine machinchose Goeyvaerts de la Saoulothèque PinardoteK s'est mis à dégueuler.

Je vous passe le couplet pro-féministe-femen-girly-je-bois-avec-des-couilles-de-caviste-mais-avec-du-rouge-à-lèvres auquel elle nous a habitué pour "jouir avant qu’il ne soit trop tard, avant d’avoir des regrets, ou pire des remords"...

Prête à bouffer son chapeau (j'aurais préféré qu'elle avale ses baskets zèbres) pour ce grenache-carignan d'Anne-Marie Laveysse.

Le "Rouge fruit" du Petit Gimios, un "vin qui te donne envie de rouler des pelles"...

L'auteur du "meilleur blog belge alcoolique 2014 selon la RVF" ayant gratifié le Zident de sa virtuelle et sincère sympathie, je peux à présent mourir en caleçon élimé sur un fauteuil crapaud en regardant "Histoires Naturelles" en vo !!

Source La PochtronoteK

Source La PochtronoteK

Restons outre-Quiévrain, avec le monstrueux, l'inénarrable, le drollissime VdV Brusseleirs de Patrick Böttcher !!

Si l'humeur n'était pas de la partie ce jour-là, l'autoflagellation ne manquait pas à l'appel de cette session très Jackass dans son contenu, ou l'on cite même la singulière maison d'hôtes de la Fistinière (Patrick, je te hais pour cette splendide formule que je te jalouserai jusqu'à la fin du XXème siècle !!).

Un groupuscule capable de goûter du Changyu comme Angélus, pour mieux mettre en exergue la magie de Teroldego Sgarzon 2011 d'Elisabetta Foradori ou celle de l’Altenberg de Bergheim 2007 de Mathieu et Jean-Michel Deiss !!

Une fois de plus, "respect total" dirais-je si j'étais un djeune à casquette !! Un jour aussi,je voudrais être intronisé par les Brusseleirs !!

Source Vins libres

Source Vins libres

Place à Olivier Zavattin, qui, après avoir imaginé se faire des rails de cabernet, voit une forme de manichéisme s'emparer du vin de demain : les vins généralistes côtoieront les vins natures.

Et au bout de la route de la soif, on trouve Calce, où sévit Le Petit Taureau qu'élève avec soin Jean-Philippe Padié...

Source Blogbyoz

Source Blogbyoz

Place aux bigleux de service, avec pour commencer DFA (David Farge Abistodenas) qui ressuscite l'hoverboard et le Doc (le vrai, celui du film) !!

DFA craint la montée en puissance, dans les consciences aveugles, du pouvoir de destruction prescription de l'ANPAA !!

S'il pointe, à juste titre, les inutiles frictions bastons internautiques, il ne sait toujours pas quoi boire le soir venu !!

Alors le vin de demain, c'est beaucoup trop loin et flou pour lui (un peu comme l'astigmatisme en fait).

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil : le bilan !!

L'autre célèbre binoclard de ce VdV #64, n'est autre que GD (ouais, on va faire dans les initiales pour les porteurs de loupe), plus connu sous le sobriquet de Guillaume Deschamps.

Vu qu'il n'a pas tout compris et qu'il sait à peine se servir d'une carte IGN (alors une boule de cristal, n'en parlons pas), il s'est juste pointé au Domaine de Pelissols, il a tout bu les vins de Vincent Bonnal, après s'être fait le palais avec du thé, et a décidé que c'était lui le vigneron de demain !!

Un autoportrait de GD (en bas à droite) et le vigneron au milieu de ses grenaches (source découverte-vins)

Un autoportrait de GD (en bas à droite) et le vigneron au milieu de ses grenaches (source découverte-vins)

Mais, comme les choses sont bien faites, voilà Vincent Bonnal (sans entente préalable avec le précédent contributeur),quidouble la mention pour le Domaine de Pellisols.

Texte d'anticipation un poil inquiétant, où 2 mondes vont se côtoyer : les petits à visage humain, et les "gros", monstres hybrides tout droit sortis d'un roman de SF!!

Source D-pellisols

Source D-pellisols

Voilà Marie Limd, de "Drink a beat", qui ne veut pas choisir !! Car "choisir c'est forcément renoncer", n'est-ce pas ?!!

Elle pointe "la décomplexité d'un domaine élitiste" grâce aux réseaux sociaux, pierres angulaires de l’accessibilité du vin de demain...

C'est le Grand Soir pour La Tour du Grand Bruille qui ouvre sa cave à Valenciennes... un bel avenir forcément pour les vins, la boutique et ses nouveaux ambassadeurs !!

Source "Drink a beat"

Source "Drink a beat"

Intermède audio, avec les mots de Boris Politi... devin, "de ville" ?!! Un hommage de plus, pudique, instinctif...

Du côté d'AJL (Antoon Jeantet-Laurent), l'avenir du vin passe par le rosé... un art de vivre dit-il !!

Eric Leblanc, du P'tit blanc sans col, au volant de sa Delorean nous dévoile une synthèse réaliste, teintée de projections forcément inquiétantes... mais point de blues pour Ricounet Ze White : à bas l'élitisme, soyons "élitaires" : du bon, pour tous !

Source le P'tit blanc sans col

Source le P'tit blanc sans col

Une vision ouverte de l'avenir du vin, avec Tom Delanoue.

Si ce dernier lit très mal l'avenir dans les entrailles de poisson, sans y voir les bons numéros du loto, il veut de nouvelles cuvées, de nouvelles tronches, du nouveau, du nouveau, encore du nouveau... voire encore des bastons pour les futures "affaires Giboulot" !!

Source 1098

Source 1098

Nos derniers lapins d'Alice bouclent notre thématique du mois.

Véro du Mas Coris revendique pragmatisme et tolérance, pour que chacun fasse le vin qui lui ressemble.

Si le paysage et l'état d'esprit transpirent dans les vins d'aujourd'hui et de demain, alors l'avenir sera rempli de plaisir selon notre blonde des vignes !!

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil : le bilan !!

Dernier gros lapin, bien duveteux, à répondre tardivement à cette dissert' philoenologique improbable : Le Monocéphale !!

Notre Faria national reste un punk pour qui le "No Future" reste aussi vrai pour le vin qui n'a pas le temps de se reposer !!

Pour lui, un vin qui vieillit est soit oublié, soit perdu !!

Au-delà de potentiels frottements avec le Zident, notre derviche-torcheur brame au présent avec "Ze Bulle - Zéro Pointé", car l'impatience est la plus juste des qualités du Bitorcheur !!

Ainsi s"achève cette 64 ème édition des Vendredis du Vin. Un immense merci à tous les participants, à l'heure ou pas, pour avoir relevé le défi du jour, pour mieux boire demain !!

Votre Zident dépose son sceptre et va boire un coup, parce que ça m'a asséché cette synthèse quand même !! Si j'ai oublié quelqu'un, merci de m'engueuler poliment !!

Prochain VdV avec la nouvelle Zidente : l'ébouriffée de Liège !!

Thématique à suivre sur la page FB des VdV.

Voir les commentaires

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil !!

28 Mars 2014, 06:07am

Publié par Docadn

Vendredistes, vendredistes bonjour,

Nous voilà à nouveau réunis en ce dernier vendredi du mois de mars, pour nous épancher sur une thématique aussi large que les branchies d'une sardine du port de Marseille ayant une otite (que les vétos, ORL et autres médecins d'organes parallèles ne viennent pas me gaver le steak devant ce non-sens médical, je suis le Zident, donc j'invente toutes les maladies et les organes que je veux sur la sardine !!).

En tant justement que Zident de cette 64ème édition des Vendredis du vin, j'ai lancé un sujet plutôt casse-gueule, mais prompt à réveiller tous les cocktails saoudiens d'anciens alcooliques anonymes et autres apéros débridés, à la roteuse, de kermesses laïques.

Qu'attendez-vous du vin que l'on vous donnera à boire et à voir demain ?!

Assistez-vous à la dégénérescence de ce "pan de la culture française", ou contrairement à tous les cris "péricolégaciens", voyez-vous de vrais signaux de renaissance de ce dernier ?!

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil !!

Le vin de demain peut-il venir d'ailleurs ?!

Je m'attache à goûter TOUS les "types de vin" passant à proximité de mon gosier.

Pour cela, je n'hésite pas à payer de ma personne, voire dépasser les certitudes (souvent bien franchouillardes) qui occupent les esprits hexagonaux sur la "supériorité des vins français".

Combien d'entre-nous ont plus de 10% de vins étrangers dans leur cave ?!

Je peux lever le doigt en premier, tout en me cachant derrière les prétextes les plus basiques inacceptables pour justifier cette carence !!

J'ai bien quelques breuvages italiens (ramenés d'un périple dans la botte), quelques spécimens allemands, 1 ou 2 pinots américains oubliés, 2-3 cava et tempranillo espagnols, mais rien de "réellement représentatif" d'une pseudo diversité du vin.

La presse se fait régulièrement l'écho d'une énième "revolution-mondialisation" du vin, nous promettant que le vin de demain sera tantôt chilien, tantôt chinois, tantôt argentin, que des vignerons français s'essaient régulièrement à y faire pousser de la vigne.

Le constat est simple : les rayonnages de GMS sont encore bien garnis de ces vins à 2,90 €, quand nos caves sont, pour le moment, loin de suivre ces "paris sur l'avenir".

Aussi, quand je me pose, une seconde fois, la question de "qu'aurais-je envie de boire demain ?"... je sens surtout que je me suis tiré une bonne grosse dum-dum dans le panard avec un tel sujet !!!

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil !!

Alors, dans la panique (je suis aussi de ces imbéciles qui pondent quasi à la dernière minute leurs papelards), je parcours mes carnets de dégustation, pour tenter de retrouver un commentaire enflammé citant "le vin de demain", "le vin en avance sur son temps", "le vin retour vers le futur... tu parles !!

Juste quelques gribouillis signalant de lapidaires "trop jeune", "too much", "à ne pas mettre dans toutes les gueules", "difficile à comprendre", "complexe, trop complexe", "trop trituré, trop travaillé", "encore du cab' franc pas mûr"... un peu comme la cuisine d'un chef qui torture ses plats pendant des années, avant de réaliser que la "simplicité est une évidence tellement compliquée à comprendre et à maîtriser" !!

Aussi, c'est cette "évidence" que je cherche à chaque fois qu'un vin s'offre à mes sens !!

L'évidence de voir mes sens gustatifs comprendre le "message" colporté par cette réaction chimique mise en bouteille.

Je veux que demain le vin soit "sensoriel" et "extatique" !!

Je veux que le vin me révèle ses sens, ses origines, ses racines.

Je veux qu'il livre toute sa complexité naturelle que le sol lui transmet, qu'il ressemble non pas obligatoirement au vigneron, mais au paysage qui l'héberge !!

Mais pour que tout cela soit visible, perceptible, évident, il faut que le vigneron, la vigneronne, le chef de culture, l'ouvrier agricole, le maître de chai, le tonnelier, que toute cette "chaine de vie du vin" comprenne ce que la plante et le fruit dissimulent...

Je veux que le vin de demain soit aujourd'hui en mesure de délivrer son plus bel ADN dans mon verre...

Le Claux 2010 - AOP Côtes-du-Rhône - La Roche Buissière

Le Claux 2010 - AOP Côtes-du-Rhône - La Roche Buissière

Et sinon, par chez nous...

Ces derniers mois, c'est un vin rhodanien (mes racines), composé à majorité de grenache (une autre évidence liée à mes racines), produit par Pierre, Antoine et Laurence Joly à Uchaux .

En agriculture bio depuis la fin de règne de Giscard et ses diamants, voilà un domaine de 18 ha planté de grenache, syrah, cinsault, mourvèdre qui m'offre, avec cette cuvée, des râles de bonheur en balade dans mon gosier.

Je pourrais vous faire une propagande éhontée du secret de cette alchimie, mettant en avant que le domaine masse aux huiles essentielles le dos de toutes les coccinelles présentes dans les vignes, que le déchaussage mécanique se fait après traitement homéopathique et séances d'acupuncture de la herse dont l'acier a été coulé le 3ème jour d'un cycle de 6 jours de Mistral, sur les heures "racine" du premier quartier de la nouvelle lune rouquemoute rousse blonde vénitienne.

Si pour certains, il est important incontournable impensable inimaginable nécessaire de boire ce vin uniquement parce que les rendements sont inférieurs à 50 hl/ha, que le sulfitage à la mise n'est pas systématique, alors je ne peux m'empêcher de penser à une forme de cloisonnement des sens et des goûts face à une dimension plus profonde, mais néanmoins occultée....

Sur ce Claux 2010, c'est l'olive locale qui surgit et envahit vos cloisons nasales.

Quand le breuvage glisse entre vos badigoinces, délicatesse et suavité se bousculent sans violence dans votre palais.

Une fraîcheur immédiate, salvatrice, anime le flot continue des gorgées étonnamment aériennes.

Alors, les épices douces, l'orange sanguine, tour à tour libèrent leurs effluves.

L'ossature orientale, élancée, la "chair" ultra-gourmande, emplie de finesse, à l'équilibre modèle, met à mal tous les poncifs sur les "vins rouges lourdauds du sud" !!

Ce vin est l'évidence de demain !!

Il transpire dans le verre la complexité de ses racines perchées (300-400 mètres), son caractère puissamment élégant, profond, sa gourmandise naturelle, son ADN terrien talentueusement décrypté par des vignerons clairvoyants ...

Voilà, notamment, à quoi je veux que leS vinS de demain ressemblent...

Quant aux vins Devil(s), ils continueront d'exister, surfant inlassablement sur la méconnaissance (parfois entretenue) et les repères-critères économiques et moraux du "client lambda".... même au pays du vin et de la gastronomie !!

LA ROCHE BUISSIÈRE
Route de Vaison

84110 FAUCON

Tél. : 04 90 46 49 14

www.larochebuissière.fr

C'était le point de vue du Zident des 64ème VdV... au plaisir de lire tous vos billets sur le sujet !!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>