Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Résultat pour “Nantes”

La Pérouse

1 Décembre 2009, 18:56pm

Publié par Docadn

Et c'est au sein de l'hôtel le plus contemporain de Nantes que nous avons jeté notre dévolu pour ce mini week end toujours pluvieux.
Bâti en 1993 selon les plans du cabinet Barto + Barto, cet hôtel à l'architecture très spécifique a fait couler beaucoup d'encre en son temps, notamment en raison de son implantation au milieu du cours des 50 otages.
Mais il a dans le même temps récolté le prix de l'hôtel le plus design d'Europe 1 an après son ouverture et peut se targuer d'être une des attractions majeures des journées du patrimoine de Nantes en ouvrant ses portes lors de cet évènement...


Coté accueil, c'est pro et souriant. Jolie réception et remise des clés rapide pour la découverte de la chambre.


D'emblée la déco annonce la couleur. On a joué la sobriété et une certaine austérité. Même l'éclairage accentue cet effet.
L'esprit un poil nordique (mais sans la chaleur intérieur) et la transparence des rares rangements disponibles agrémenté de l'un des symboles de l'établissement :

la chaise Zig-Zag Rietvield

Fort heureusement, l'hôtel ne s'est pas contenté de vivre sur ses "acquis visuels" et cultive une véritable philosophie doublée d'une politique de développement durable sérieuse :
Température des chambres,petit déjeuner bio,gestion de l'eau, "empreinte écologique", l'hôtel fût le 1er hôtel des pays de Loire "diplômé" de  l'éco label européen. Et il continue la collection des labels.

Et cela attire automatiquement une clientèle "bobio"raccord, qui est toute perdue quand le grille pain ne fonctionne pas !!!
En parlant du petit déj (2 salles disponibles une au rez de chaussé et une au niveau -1) avec des fromages affinés au top !!!

Dans l'ensemble l'établissement vieilli moyennement coté piaule et paye l'audace des couleurs claires sensées réchauffer la légendaire froideur du béton. Un petit lifting ne lui ferait pas de mal.La salle de bain risque de rappeler (en dehors de la vasque) pour certains une ostalgie tout à fait assumée...


Malgré cela la nuit fut délicieuse (efficaces ces "rideaux couettes") après un dîner à "la table de la ville"...
La Pérouse

Cours des 50 Otages,
3 allée Duquesne
44000 Nantes
Tél : 02.40.89.75.00
Fax : 02.40.89.76.00

www.hotel-laperouse.fr


A SUIVRE...

Voir les commentaires

Le 1 à Nantes

18 Juillet 2012, 06:17am

Publié par Docadn

Nous nous sommes échappés une petite heure des "Vignes de Nantes", pour nous sustenter en face, sur l'île de Nantes.  Le 1 a ouvert il y a un peu plus de 4 ans, sous l'impulsion de l'actuel chef de L'Atlantide, Jean-Yves Gueho.

Depuis, Le 1 fait partie d'un groupement composé de La Cigale et L'Atlantide. Un trio récemment passé quatuor, depuis l'acquisition de l'autre resto-concept de la ville : Félix

 

DSCF4081.JPG

 

Déco d'archi très étudiée, plaisante dans l'ensemble, discutable dans le détail. C'est lumineux, à la vue sur La Loire agréable, au mobilier chic (cuir et bois clairs). Une cuisine ouverte superbe, à même de rendre tous les showrooms de cuisinistes élitistes dépressifs. 

Accueil souriant par un personnel majoritairement sapé par le bottier de Francis Lalanne (des tabliers en cuir d'aspect aussi souples qu'une peau d'éléphant). La salle est quasi déserte en ce samedi midi. 

Une carte fournie, une formule pique-nique non disponible en ce jour férié, un service continu entre 12h00 et 23h00, 7 jours sur 7 (service "café" de 09h00 à 12h00). Nous arrêtons rapidement notre choix sur les tapas en "finger food"

 

DSCF4072.JPG

 

Sélection de cochonaille ibérique (jambon Pata Negra, lomo, chorizo)... 11 €

 

DSCF4074.JPG

 

Naan cuit dans notre four indien : à l'ail et coriandre fraîche... 5 €

 

DSCF4077.JPG

 

Boeuf-carottes façon maki... 7 €

 

DSCF4078.jpg

 

Tempura de légumes de saison, condiment pomme-poivron... 6 €

 

DSCF4079.JPG

 

Croustilles de langoustines au basilic, sauce citrus... 8 € (au fond à droite)

Wraps de poulet mariné et légumes... 6 € (au fond à gauche)

 

DSCF4080.JPG

 

Antipasti de moules et calamars à l'aigre doux... 7 €

 

DSCF4082.JPG

 

Café Gourmand... 7 €

 

Tout est fait minute. Les grignotages frits et le naan sont hélas un poil gras, alors que les légumes et les langoustines sont superbement cuits. Pour les autres "fingers", mentions pour le Pata Negra, le boeuf-carottes à l'excellente viande marinée, ainsi que pour les wraps de poulet au "fourrage" superbement équilibré. Un petit regret donc, pour cette forme d'hétérogénéité des mets. 

Les portions sont convenables pour deux (assortiment de 6 tapas pour 32 €). Seul le côté impair de certains grignotages peut provoquer des "conflits d'appétit".

Service aimable de brasserie, ne poussant pas à la conso. Une vieille bourge pète-sec voisine de table d'un certain âge, au caractère bien affirmé, assassinera sans ménagement sa "très fade et sans goût"  "persillade d'anguilles de Loire pêchées par Mr Barraud", en réponse à l'éternelle question de fin de plat : "ça vous a plu ?".

 

Carte des vins relativement intéressante, inégale où Couly-Dutheil côtoie Charvin, Guiberteau, Clos Canarelli ou encore Trimbach...

Sur cette base, les formules (14,80 € le pique-nique ou 16,80 € la formule entrée-plat ou plat-dessert au déjeuner en semaine) sont toujours économiquement plus intéressantes que les suggestions du jour, variant ce jour-là, entre 22 et 27 €.

En conclusion, c'est plutôt pas si mal sur l'échantillonnage goûté. Sachant que les "affamés sans montre" peuvent s'y pointer sans se soucier de l'heure de service.  Ce qui doit faire le  succès certain de cette agréable et dynamique brasserie, largement plus salivante qu'une Taverne de Maître Kanter...

 

Restaurant Le 1 

1 rue Olympe de Gouges

 L'île de Nantes

44000 Nantes

Tél. 02 40 08 28 00

Ouvert 7/7 

www.leun.fr

Voir les commentaires

Maison Baron Lefevre

10 Septembre 2008, 20:22pm

Publié par Docadn

Escapade expresse dans la cité  (et son chateau tout récemment restauré)  d'Anne de Bretagne, j'ai nommé Nantes. A la découverte d'une adresse formidable pour nos papilles :


Comme l'enseigne l'indique, un restaurant & épicerie. Le tout installé dans un ancien hangar assez bien aménagé dans un quartier en cours d'aménagement.La déco est plutôt plaisante et l'accueil bien tout comme il faut, même sans réserver. Les proprios n'en sont pas à leur coup d'essai puisqu' ils oeuvraient déjà à Ancenis aux commandes de la toile à Beurre.
Vue sur les fourneaux et une carte plutôt alléchante. A savoir le "menu de l'épicier" à 18 euros qui fut pour moi le meilleur rapport qualité/prix croisé cette année. Pâté de tête + petits (énormes en fait) farcis + tarte au abricots et (excellent) sorbet melon. Difficile à battre et délicieux en tout point. Le menu à 25 ne démérite pas non plus. Délicieuse soupe de tomate crémeuse à souhait suivie d'un dos de cabillaud et un dessert régressif de bon aloi (en faut 2 crèmes, une choco & une vanille fleurant bon les années 60-70) le tout accompagné par une délicieuse et très esthétique bouteille de
St Géron (eh oh je ne bois pas du vin en perfusion tout de même !!). Service toujours impeccable et chef de salle dans le ton. Coté boissons signalons une fort honnête carte des vins et un choix de Champagne remarquable (quasiment toute les cuvées Billecart Salmon). L'Épicerie est aussi alléchante que la table et dans le même esprit.


La Clientèle semble d'affaires (du moins au déjeuner). Une adresse dénichée dans l'édition "bonnes tables à petits prix" du Gault & Millau
(et coup de coeur de la rédac). Après presque 2 décennies de fidélité au guide du pneu, je l'ai troqué en hésitant entre l'omnivore et le GM (comme ils disent les branchés) pour guider mes faims cette année. Plutôt encourageant comme 1ere expérience...
En attendant ce resto-boutique est le "très bon plan nantais du moment"...
Maison Baron Lefevre :
33 rue de Rieux
44000 Nantes
0240892020

Voir les commentaires

Les Goûts Uniques à Nantes... 2012

10 Septembre 2012, 04:53am

Publié par Docadn

Bonjour,

Les Goûts Uniques sont de retour à Nantes !!

2 ans après la première édition au LU, c'est dans les douves et l'enceinte du Château des ducs de Bretagne que se déroulait cette seconde édition.

Un tour de l'ouest par étapes, membre du Voyage à Nantes. Un final ligérien qui se voyait gratifié de la présence d'Alain Passard. 


DSCF4461.JPG

 

J'avais trouvé la première édition ambitieuse, dans l'organisation et les animations programmées.

Ce second opus est encore plus impressionnant. "Le champ des producteurs" est 4 à 5 fois plus important, le public encore plus nombreux. 

La tablée unique affichait complet tous les soirs, quand les "Pôles des Chefs" (CRU, FEU et EAU) voyaient naître des listes d'attente de plus d'01h40 au pic de la journée !! 

Bien évidemment, la "nostalgie" de la première édition revenait inévitablement à l'esprit. Il est (déjà) loin le temps des chefs qui concoctaient des plats dans le 1/4 d'heure qui suivait l'achat au marché...

Deux autres déceptions notables : pas de "restaurant éphémère" comme celui de Fabrice Biasolo, ni de "Master Class du Grand Chaud" avec l'Assurancetourix du PAF.

Par contre, comme je l'avais écrit lors de ma première prédiction, les hordes de bobos (très) énervants et leurs descendances étaient bien là... 

 

DSCF4454.jpg

 

Fort heureusement, les "ateliers du vin" étaient toujours à l'affiche. Des places "chères" (en terme de rareté, pas de prix) à obtenir, dont j'arrachai le dernier ticket pour la session dominicale visée.

 

DSCF4453.JPG

 

Vincent Caillé (Domaine Le Faye d'Homme) et Aurore Günther-Chereau (Château Du Coing de Saint Fiacre), déjà croisés lors de Vignes de Nantes, étaient en charge de l'animation de cette session consacrée à la dégustation de muscadet "20 ans de millésimes".

 

Nous sommes une petite vingtaine de curieux à nous retrouver dans la sympathique salle des Trois (odorantes) Cheminées du Château des ducs de Bretagne.

Vincent Caillé & Aurore Günther-Chereau nous proposent de remonter le temps, à travers quelques cuvées de leurs domaines respectifs. 

 

DSCF4458.JPG

 

Château du Coing de Saint-Fiacre - Muscadet Sèvre & Maine - Comte de Saint-Hubert 2008 : cette cuvée, issue d'un terroir de schiste, propose un fruité immédiat au nez. Fin pétrole, roche et terre humides, plus un soupçon de sucre candy, complètent le tableau olfactif.

Une bouche fraîche, droite, à l'acidité éclatante mais courte.  Un joli fruit vient danser sur la langue, auréolé d'épices prégnantes, complétés d'amers finaux discrets. Une matière ample et complète. ***

 

Château du Coing de Saint-Fiacre - Muscadet Sèvre & Maine - Comte de Saint-Hubert 2005 : nez miellé, très angevin, au fin sucre, aux hydrocarbures sous-jacents, à la truffe blanche très impressionnante. 

Une bouche ample, terpénique, au fruité affirmé, très épicée, aux amers plus grossiers que sur le 08. **(*)

 

DSCF4457.JPG

 

Domaine Le Fay d'Homme - Muscadet de Sèvre & Maine 2003 : Vincent Caillé indique que nous sommes sur du gneiss.

Belle robe jaune évoluée, au nez éthéré, "angevin" dans l'esprit, très versatile, mêlant fruits secs et noyau, genévrier et notes pharmaceutiques. 

Une attaque douce, suave, tendre, très épicée, fluide, sans creux. Un vin "rassurant", sec, à la longueur extatique, au regard des épices qui l'habitent... **(*)

 

Domaine Le Fay d'Homme - Muscadet de Sèvre & Maine 2002 : notes de carton mouillé prononcées, poire mûre et sureau flottent au-dessus du verre. 

Matière vive, pleine, fruitée, agréablement salivante ("crayeuse"), aux amers soutenus. De jolies notes de curry apparaissent tardivement sur ce Clos de la Févrie, composés de jeunes vignes sur orthogneiss. ***

 

Château du Coing de Saint-Fiacre - Muscadet Sèvre & Maine - Comte de Saint-Hubert 1999 : nez peu disert, distillant du timides notes de berlingot, d'hydrocarbures, puis de roche humide. 

Une attaque "serrée-fruitée", ample, un peu lâche et courte, finement perlante. Des amers ténus, des épices expressives, juste un peu tendre pour mon bec fan de tension. **/**(*)

 

Domaine Le Fay d'Homme - Muscadet de Sèvre & Maine 1996 (en magnum) : très joli fin "boisé-toasté" bourguignon, "chardonnesque", assorti de fines effluves de carton mouillé. 

Une matière immédiatement tonique, complexe, longue, vibrante jusque dans les amers nobles. Très beau vin. ***/***(*)

 

Dégustation très intéressante de part l'identité des terroirs approchés, mais aussi de par le mode de vinification en vigueur chez chacun des 2 vignerons (V. Caillé ne travaille qu'avec des levures indigènes, quand Aurore Günther-Chereau utilise des exogènes). Il manquait juste 4 ans pour arriver aux 20 ans prévus au programme !!


Preuve est faite, une nouvelle fois, que le muscadet peut être un grand vin de garde !! Un public heureux de découvrir cette perspective, désormais prêt à oublier quelques bouteilles en cave, imaginant (enfin) d'autres compagnons pour ces derniers, que les incontournables huîtres...

Encore l'occasion de féliciter une nouvelle fois ce collectif dynamique qu'est Vignes de Nanteslaborieux Don Quichotte face à d'inamovibles moulins à vent assoupis, confortablement bercés d'illusions souvent pétries de marketing et de maquillage mensongers...

Voir les commentaires

Vignes de Nantes...

15 Juillet 2012, 14:47pm

Publié par Docadn

Nantes.jpeg

 

Double animation autour du Belem, en escale à Nantes.

 

DSCF4032.JPG

 

Triple même devrait-on dire, avec "Le Voyage à Nantes", énorme happening culturel et artistique, avec expos et démos permanentes ou éphémères, jusqu'au 15 août prochain.

 

voyage.jpeg

 

Et au milieu, nos vignerons de la Loire-Inférieure campés sur les bords du fleuve, pour cette toute première édition "Les vignerons des vignes de Nantes abordent le Belem".

 

naoned.jpeg

 

Une affiche au double sens involontaire. Il semble que le vendredi 13 n'ait pas porté chance à la manifestation en terme d'ensoleillement. En ce samedi de "Fêt'nat", seules 2 "petites" averses ont ponctué la journée. Bien à l'abri sous le barnum, 18 domaines viticoles, un fromager de référence, des maîtres queux et des MOF aux fourneaux, pour le plaisir des yeux et des papilles.

 

DSCF4067.JPG

 

DSCF4064.JPG

 

Tout cela donne une légitime soif. Armés de nos verres, nous entamons "la vendange du rang des domaines".

 

DSCF4057

 

Domaine Luneau-Papin

 

Terre de Pierre 10 (Butte de la Roche) a tout juste 1 mois de mise. Très fruité, au perlant prégnant, gras, un ensemble "fluide", frais, au petit amer en rétro, facilement dominé par la finale épicée. **(*)

Excelsior 07 (Schistes de Goulaine), dernier millésime disponible, sent la banane (levure?!), après 36 mois de cuve et une mise en 2010. Là encore, un fin perlant, un gras plus prononcé, un petit amer quasi identique à Terre de Pierre. **(*)

 

DSCF4058.JPG

 

Bruno et Marie-Françoise Cormerais

 

Un domaine dont je croisais régulièrement le nom, au travers d'une littérature relativement dithyrambique. Prestige 09 me plonge directement en plein Anjou. Je renifle à nouveau : on croirait vraiment du chenin !! La matière est soyeuse, complète, vibrante, très dynamique (pour un 09), avec une tension (3,4 g d'acidité) délectable d'une cuvée ayant partiellement vu le bois. ***/***(*)

Bruno 04 "7 ans", sobriquet correspondant aux 7 années d'élevage. Une cuvée issue d'un terroir mixte de grès, de quartz et de granite. Là encore, le chenin angevin plane sur cette matière assagie, complète, au gras confortable, qui se tend en finale pour libérer un très joli poivre blanc. ***(*)

Découverte heureuse d'un domaine passionnant, d'un brillant vigneron "allumé" par le vin, ses mystères et l'expression des terroirs.

 

DSCF4059.JPGDSCF4060.JPG

 

Domaine Les Hautes Noëlles

 

Les Granges 10 nous ramène à des fragrances plus typiques. De la poire, un petit côté salin pour ce vin très sec, un peu court, aux agrumes et au caractère tranchants. **/**(*)

Les Coteaux 11 se différencient des Granges par la fermentation malolactique subie. Une matière plus ample, plus grasse, aux accents de berlingot. **(*)/***

Pour finir Hého 11, le rosé (grolleau) sympathique bonbec de fraise. **(*)

 

DSCF4061.JPG

 

Domaine Poiron Dabin

 

Le domaine aux 12 vins qui pousse certains élevages jusqu'à 50 mois !! Château Thébaud 07 est d'une profondeur évidente, très fruité, plein, équilibré, aux amers gourmands. ***(*)

Le Pinot Gris Séduction 09 est aérien, "safrane" agréablement avec des sr* que j'ai misé à 30g, qui s'avèrent être de 20 g supérieurs. ***

Je fais part à Jean-Michel Poiron de cette "curiosité" existant aussi chez les  Frères Couillaud. Je mentionne en passant le petit manseng de la  Collection Privée. Il m'avoue être allé s'inspirer chez ces derniers, puis avoir tout récemment planté à son tour du petit manseng. Verdict dans quelques années...

 

DSCF4062.JPG

 

Domaine de l'Ecu

 

Grosse séquence (improvisée) sur le bout de table consacré au domaine (chaque vigneron avait droit uniquement à 2 cuvées en dégustation). C'est Fred Niger Van Herck qui est aux manettes.  Démarrage par Orthogneiss 10, au pétrole détonnant, à la fine impression de soufre marqué. La matière déroule souplesse et amers soutenus .**/**(*)

J'enchaîne avec Taurus 10, issu de vignes quinquagénaires, cailloux au pied des ceps, micas (issus de la désagrégation du granite) et orthogneiss au bout des racines, 10 mois de cuve, 6 mois de fûts (from  Anne-claude Leflaive). Monstrueuse matière, à l'amplitude et à l'élégance fulgurantes. Un grand vin en gestation, au prix déjà taillé pour le potentiel (25 €). ***(*)

 

DSCF4088.JPGDSCF4089.JPG

 

Mais la discussion avançant, Fred me propose de goûter à ses vins perso (apportés pour le repas entre vignerons du soir). Je vois mon verre se remplir successivement d'un excellent Côte-du-Jura 06 de chez Macle, puis d'un Condrieu 09 de Bonserine... Une deuxième salve, dans l'après-midi, verra un riesling 06 Turckeim de chez Zind-Humbrecht, Folio 09 de Coume Del Mas, Prima Donna "La Livinière" 07 de L'Oustal Blanc, puis un St-Joseph 09 de chez Gonon pour conclure. "Le vin ça se partage !!" lancera Fred pour conclure. Merci pour cette générosité !!

 

DSCF4070.JPG

 

Domaine de la Toulaudière

 

Romain Petiteau nous livre à son tour les particularités des terroirs de Vallet. Ses Vieilles Vignes 09 sur gneiss sont perlantes, aux agrumes vifs, pour un ensemble relativement plaisant. **(*)

Goulaine 09 (sur schistes) est plus gras, au fruité moins incisif, peut-être plus rassurant pour les amateurs de compromis. **(*)/***

 

DSCF4086.JPGDSCF4087.JPG

 

 Domaine Bonnet-Huteau

 

Dabinières 11 "poire" intensément, puis épice longuement en duo avec des amers pointus en finale. **

L'Héritage 07, est aussi gras, plus dense, au fruité marqué. On retrouve la trame très épicée, vive, mais aussi l'amertume marquée. **

 

DSCF4085.JPG

 

Domaine Jo Landron

 

"L'Astérix du muscadet" maîtrise parfaitement la recette de la potion magique. Fief du Breuil 10 explose de fruit, tout en dévoilant la vertigineuse profondeur d'une matière magistralement élégante, classieuse. ***(*)

Haute Tradition 09 (vieilles vignes élevées en foudre) confirme la haute teneur en fruits des vins     de Jo Landron. La fraîcheur de ce 09 est salvatrice. ***/***(*)

 

DSCF4090.JPG

 

Domaine Landron-Chartier

 

Présent dans le muscadet mais aussi en Coteaux d'Ancenis, voilà les Landron-Chartier père & fils. Un domaine de 25 ha en conversion bio (pour 2013), avec un Gamay 10 finement carbo, plein, juteux, à l'acidité dynamique, très finement asséchant. Un bon glouglou. ***

Malvoisie 11, avec ses 20,6 g de sr* propose d'abord un nez sudiste, puis local. Un perlant étudié, une matière épicée, bien équilibré dans l'ensemble. ***

C'est sur cette note sucrée que je quitte Naoned et cette première édition "bien arrosée" des Vignes de Nantes.

Très bonne ambiance, public curieux, vignerons attachés à expliquer patiemment les caractéristiques des sols cultivés et leurs vins.

L'avantage d'une première édition encore anonyme, de taille humaine, où on peut tenir le crachoir aux vignerons sans se faire expulser sur le côté par d'autres amateurs impatients.

Côté solide, des produits ultra-frais impeccablement préparés, avec mention spéciale pour le fromager-crémier Pascal Beillevaire.

 

DSCF4069.JPG

 

 www.facebook.com/vignes.nantes

 

* sr = sucres résiduels

Voir les commentaires

Les Goûts Uniques à Nantes...

5 Septembre 2010, 09:16am

Publié par Docadn

Petit intermède dans le récit estival pour vous narrer "une journée aux Goûts Uniques".

Évènement organisé conjointement par le  Lieu Unique et  Omnivore, cette 1ère édition a vu les choses en grand, avec notamment  le champ des producteurs (un marché bio à 98,3 %) et les  tablées uniques.

Le tout orchestré par le grand manitou des lieux (sur le départ du LU dit-on) Patrick Bouchain.

 

ete-2010-0946.JPG

 

La riche idée de ce marché, était de proposer aux visiteurs la transformation de certains produits dans l'un des 3 stands implantés au coeur du marché.

Prénommés CRU, FEU et EAU, les 3 stands mettaient en oeuvre la vapeur (impressionnant cuiseur à vapeur sèche de chez Hobard) , le feu ou la découpe et l'assaisonnement des mets proposés.

 

ete-2010-0922.JPG

 

Un poissonnier vendait les petits crustacés bleus ci-dessus à 8,80 euros pièce !!. Les 3 pianos voyaient se succéder des cuisiniers comme  Nicolas Bourget,  Alexandre Hardy,  Alain Ruffault, le talentueux  Olivier Arlot ou encore le jeune  Joackim Salliot.

Point de baluchon pour notre part (la tablée du samedi soir était complète), mais l'envie de goûter au menu unique concocté par Fabrice Biasiolo.

 

ete-2010 0948

 

Ce dernier a investi les cuisines du restaurant du LU pour nous proposer :

 

ete-2010-0928.JPG

 

Salade roquette-brebis - Tourin tomate - Carpaccio magret

 

Une triple entrée fraîche et bienvenue. Un carpaccio délicieux, un tourin étonnamment oriental (pois chiche marqué, dans l'esprit d'une soupe marocaine du ramadan, mais froide, accompagnée de capres TOP) et une salade roquette-brebis alliant croquant et moelleux.

Suite à des problèmes avec le curry (passager j'espère), on me propose une alternative au "curry porc, gambas et prune dente" :

 

ete-2010 0937

 

Brochettes de poulpes et de poulet

 

Tout est très bien cuit, de la viande aux légumes. C'est roboratif et soigné, le poulpe est juste tendre. De la bonne utilisation de la plancha.

 

ete-2010-0940.JPG

 

Duo de cup cake, pomme confite et écume de "Petit Lu"

 

Un joli dessert régressif où même les "gouttes de CBS" sont excellentes...

Le tout pour 17 euros !! Un petit verre d'Appétillant de chez Jousset en apéro.

 

ete-2010-0961.JPG

 

La 2ème session du Grand Chaud se profile déjà :

 

ete-2010 0962

 

C'est (le désormais très médiatique) Sébastien Demorand qui est en charge de l'animation des "Master Class du Grand Chaud".

Le père fouettard des apprentis cuistots de PAF est juste un poil plus sobre qu'à la téloche, et surtout bien plus respectueux.

Le 1er invité de ces Master Class n'est autre que la coqueluche parisienne de l'année 2009 : William Ledeuil.

Peu démonstratif et théorisant énormément sur SA cuisine, Ledeuil nous la joue conférencier. Il dit cuisiner à l'intuition et justifie son orientation asiatique par un seul mot : fraîcheur. C'est donc autour de la tomate (thématique de son master class) déclinée en 3 versions qu'il applique sa vision culinaire avec une obsession : l'acidité.

 

ete-2010 0972

 

45 minutes plus tard, c'est un Olivier Bellin au look de judoka qui débarque sur le plateau.

 

ete-2010-0979.JPG

 

Ce dernier a la mission de nous montrer les vertus et les qualité du blé noir.

Un chef (bi-macaronné depuis cette année) dont la cuisine m'avait ébloui il y a 3 ans.

Je découvre un personnage jouant sur la corde du terroiriste, revendiquant à tout va SA cuisine de paysan.

"Le cuisinier du pays bleu" (dixit la broderie dans le dos de son tablier) se veut le chantre du blé noir à toutes les sauces.

Passablement "excité" et à l'humilité trop peu discrète (à mon humble goût sur le coup) sur son ascension et la place qu'occupe désormais "l'Auberge des Glazicks", Olivier Bellin balance avec une "énergie violente", des plats d'une délicatesse désarmante.

 

ete-2010-0989.JPG

 

Un chef dont le maître à penser est Robuchon (il a été formé chez ce dernier), en espérant qu'il n'aille pas jusqu'à cultiver l'arrogance de ce dernier...

 

ete-2010-1009.JPG

 

Dernier acte de cet après-midi de Grand Chaud avec Fabrice Biasiolo.

Le patron "d'une Auberge en Gascogne" est en plein chamboulement. L'auberge est actuellement fermée et devrait rouvrir début 2011 avec une partie hôtellerie (à la place du "Square" toujours à Astaffort). En attendant, Fabrice Biasiolo assure toujours un service de traiteur, a ouvert dans l'intervalle "Cochon, canard & Cie", mais aussi "Imagine" dans la banlieue agenaise.

Gilles Choukroun avait animé le matin même, un atelier sur le thème "cochon et mâche". C'est au tour de Biasilio de nous livrer son cochon, mais dans une version apéro.

Cet atelier fut pour moi le meilleur des 3. Voilà un chef au look de pilier (de rugby) qui nous a livré un morceau d'amour de la cuisine. Quarante minutes de passion, de sueur et de générosité pour nous concocter un "apéro cochon" salivant.

 

ete-2010-0009.JPG

 

Une cuisine décomplexante pour les amateurs que nous sommes. Pas de prouesse technique, juste de l'envie, de la convivialité et la joie que peut procurer un filet mignon fourré de mascarpone, de gambas et d'un peu de coriandre.

Une belle leçon de cuisine et toute l'humilité de cet ogre au charisme et à la gentillesse communicatifs.

 

En résumé, une première édition à taille humaine, au public paisible (sauf à la fin de chaque atelier, c'est le lâcher des "morts de faim" sur les 3 pauvres petits plats qui disparaissent en 4 secondes chrono, d'où les photos sur écran).

La météo étant de la partie, les bobos énervants n'ayant pas encore monopolisé la manifestation, il ne reste plus qu'à tester la tablée unique, les ateliers du goûts, ceux du vin... Facteur freinant : les tarifs. Entre 5 et 18 euros l'atelier, préparez les pépettes, ou sélectionnez vos envies !!

On verra l'an prochain...

 

ete-2010-0958.JPG

 

 Les Goûts Uniques 

au Lieu Unique

quai Ferdinand-Favre  
Nantes

Ou

2, rue de la biscuiterie 
Nantes

 

Voir les commentaires

Debotté

29 Novembre 2009, 16:33pm

Publié par Docadn

Escapade à Nantes en week end météorologiquement catastrophique mais O' combien doux pour l'apprenti épicurien que j'aspire à devenir.
Et c'est sous des trombes d'eau dignes de giboulées de Mars, que je découvre la maison centenaire Debotté.
Chocolatier de tradition, et inventeur du Mascaron nantais, la maison compte 4 adresses dans la capitale "ligéro-atlantique", dont 2 salons de thé.
Et c'est dans l'un d'entre eux (Rue Crébillon) que je me suis sacrifié à la dégustation de quelques pâtisseries :

Royal et réduction Mikado



La réduction Mikado est une crème au beurre fleurant les gâteaux des "seventies quand y'avait rien d'autre". C'est riche, goûtu mais un poil too much pour ma pomme. La nougatine est correcte et le biscuit servant de base au montage est excellent.
quant au Royal, il est composé d'une mousse de chocolat noir, d'un praliné croquant et d'un biscuit aux amandes d'Espagne.
Hormis un coté un poil trop sucré pour l'ensemble c'est fort bon. Le praliné est un modèle du genre,croustillant et puissant. Dans l'ensemble c'est encore un gâteau fort riche.

réduction d'éclair au café et Maragogype



L'éclair est classique et très bien exécuté. Chou extra frais, pas "trempé", crème équilibrée, juste sucrée et bien dosée en café. La réduction disparaît en 2 bouchées.
Le Maragogype est mon coup de coeur de cette mini dégustation. On retrouve le praliné du Royal, mais sans "la surcharge" de sucre qui l'entoure. Le coté crème au beurre est bien plus léger que sur les pâtisseries précédentes et c'est excellent de bout en bout.
Un salon de thé dominé comme souvent par une clientèle "vieille France", certainement  à la recherche du "goût d'autrefois" et d'un savoir faire et de traditions sans équivoques.
Les macarons semblent avoir les grandes faveurs de cette dernière. Effet de mode ou réelle qualité ?? Je ne pourrais me prononcer ne les ayant pas goûté.
Coté boutique c'est celle située au 9 rue de la fosse qui mérite le détour pour sa déco (surtout les plafonds) et sa devanture remarquables.
Les thés servis sont plutôt corrects ( ils sont revendeurs Mariage Frères de mémoire mais je ne connais pas ceux servi au salon).

Toutes les adresses sur : www.Gautier-Debotte.com

Et puis il fut l'heure d'aller découvrir notre chambre...Sous des trombes d'eau évidemment...

A SUIVRE

Voir les commentaires

L'Atlantide

3 Décembre 2009, 18:27pm

Publié par Docadn

Vingt heures pétantes et c'est au 3ème étage de la CCI de Nantes que nous avons rendez vous avec la cuisine de Jean-Yves Gueho.
Jolie salle panoramique avec vue sur l'ile du grand éléphant le plus célèbre de l'ouest et toujours cette pu.. de pluie qui balaie la terrasse et les baies vitrées.
Accueil pro et délicat, table bien située (201). C'est parti et très vite puisqu'à peine 25 secondes après avoir posé nos séants, les grignotages sont déjà là :


Bonbon de foie gras et gelée de coing

Le bonbec de foie gras est tiède et bon. Joli contraste entre la brick craquante et fine et le foie gras poêlé.La gelée de coing me parle moins mais est bien exécutée.
Le tout sur une flûte rosé Besserat de Bellefon (Cuvée des moines), très crémeux et (hélas) encore un poil trop dosé pour moi. Ça me laisse un peu froid contrairement au tarif de la dite flûte (17 euros). en face on sirote le cocktail maison à base de Cointreau et de champagne.


N'étant ni fan de cocktail ni Cointreau et malgré la jolie présentation, je me lance dans l'étude des menus.


Et rapidement l'un d'eux se détache rapidement par sa variété et les produits proposés et il se nomme "Métissage des saveurs" (55 euros).
En parallèle la carte des vins (le bottin) au premier abord classique, et qui après un second balayage s'avère pertinente, éclectique notamment coté Loire (heureusement). Un jeune et passionnant sommelier au service. Et coup d'envoi du menu avec :

Éveil de palais


"Levée de merlan" mi cuit et velouté de poireau

Un tronçon de filet juste saisi et fondant comme je l'aime. C'est délicat, juste relevé par le fin velouté. Une bouchée délicieuse pour amateur de poisson "presqu'à poil". Un peu japonais, totalement bon. Ça commence très bien.


Homard du pays aux navets croquants, miel et romarin

De fines pétales de navets abritent la pince de homard tiède. L'ensemble est une tuerie de chez Attila !! navets croquants et fins (je hais les navets !!), homard saisi au laser, iodé, moelleux et ce "faux bouillon et vrai jus" est le second homicide du plat. Très grand plat, trop petite entrée, mais très grand plat...Une véritable gifle gustative !!!


Bar laqué au citron coquillages du golfe

A peine remis ce cette entrée d'anthologie, que survient l'un de mes poissons favoris. D'emblée une douche froide comme j'en ai rarement vécu après un tel plaisir. Le poisson est définitivement bien trop cuit. La cuisson se fait plus fine au fur et à mesure que l'épaisseur du poisson se fait plus dense. Las, c'est raté !!!Matière asséchée par une cuisson mal maîtrisée. Les petits coquillages sont le parfait contre exemple du poisson. Un moelleux laissant l'iode et la fraîcheur intactes. Ils sont délicieux et trop rares.


Tranche épaisse de côte de veau , jus corsé

La tranche est grasse est goûteuse et parfaitement saisie.La grande surprise vient de l'accompagnement composé d'une aubergine et de champignons aux parfums et à la cuisson extra. Le jus corsé est juste un poil trop salé à mon goût. dans l'ensemble un bon plat.


Cake citron en dôme ananas rôti

En fin la deuxième belle claque de la soirée. Cake juste "trempé", cuisson de l'ananas parfaite et très belle expression de fruit dans l'ensemble. La glace au nougat (au demeurant délicieuse) me paraît juste de trop dans ce dessert fort réussi.L'ananas "parfait" restant pour moi à la charge de l'Auberge de Kerbourg de St Lyphard désormais fermée.


Les mignardises

des mignardises soignées avec une "petite mention" pour les macarons framboise juste un poil trop sucrés. Nous terminons le repas par un moka d'Ethiopie fort corsé. Service relativement rapide pour ce type d'établissement (02h00).
mais une jolie régularité dans le "lancement des plats".
Coté vin, j'ai voulu redonner une autre chance à un domaine goûté la semaine précédente et qui m'avait laissé une impression mitigée.


Macon Villages Guillemot-Michel "Quintaine" 2004

Et j'ai bien fait, car j'ai pu goûter un vin exprimant toujours des fruits jaunes et exotiques mais avec une très belle tension dont il manquait sur 2006. Un vin qui s'est ouvert au long du repas et toujours marqué par cette finale épicée et délicieuse. Là je l'aurais noté plutôt ***/***(*).
L'Atlantide, "un mac, 4 toques" selon les classements du rouge et jaune. Ok pour le mac, pour les 4 toques, c'est moins évident, car il y a un manque flagrant de régularité et d'application sur les mets goûtés.
Il est capable du meilleur et j'ai pu l'entrevoir alors pourquoi pas sur tout un repas !!!
Malgré tout de bons moments et de moins bons aussi.
Une belle conclusion de normand...

L'ATLANTIDE
16 quai Ernest Renaud 44100 NANTES
 Tél : 02 40 73 23 23
Fax : 02 40 73 76 46
 www.restaurant-atlantide.net

Voir les commentaires

Déjeuner à L'Azimut

2 Juin 2011, 07:24am

Publié par Docadn

Après avoir perdu 11 563 € en 8 minutes au casino voisin, je retrouve mon lieu d'apprentissage, côté salle. 

 

Restos-0518.JPG


J'y avais dîné le 27 octobre 2005 (un vrai "réflexe de pauvre" que de garder toutes les factures de restos, puis de les coller sur un cahier d'écolier).

A cette époque, le resto était encore étoilé, "l'ère Le Calvez" juste terminée.


C'est en février 2005 que Véronique et Rudy Deniaud ont repris L'Azimut. 

Ex-Lenôtre et Fauchon à Paris, Rudy Deniaud fut aussi un "abonné des Manoirs" avec celui de La Régate à Nantes, puis celui du Ménec à Bannalec.


Je me souvenais juste de la seconde salle, "aux allures de pizzeria des années 80" (toujours d'actualité, hélas, à ce jour) et d'un repas de bonne facture (à 171 € à deux, l'expression est pour le coup adéquate).


La première salle est plus contemporaine, lumineuse. C'est dans cette dernière que je vais déjeuner.


Restos-0520.JPG


En accompagnement d'un Chablis 09 J.Drouhin et d'un Patrimonio 09 du domaine de Santamaria.


Restos-0521.JPG


 Panacotta au foie gras, grué au cacao - Tourteau en cage d'agrumes 


Étonnantes mises en bouche. La panacotta est sucrée, originale, à la texture ferme et fondante à la fois.Le grué donne un ton "café" aux bouchées.

Le tourteau aux agrumes est très rafraîchissant, équilibré, aux antipodes de son voisin d'ardoise.


Restos-0524.JPG


Rôti de lotte contisée à la pancetta dans une panure d'herbe, pomme de terre fumée, marmelade de tomate à l'origan


Un gros plan maladroit, pour occulter le cliché général dévoilant une des quenelles de pomme de terre, déjà entamée par mes soins.

Poisson juste cuit, pomme de terre très bien parfumée, surprenante marmelade sucrée. Le salé-sucré me gène encore, parfois. Là non, c'est cohérent. Un plat juste, pas renversant, mais bien fait.


Restos-0527.JPG


Tartelette à la pistache - Glace chocolat-Cardamome - Mousse au chocolat blanc


En guise de pré-desserts. Glace assez remarquable, tartelette honnête, plus de réserve sur la mousse chocolatée.


Restos-0530.JPG


Mousse de mangue, sorbet litchi, concassée de noisettes, émulsion de cidre, cerise poêlée au balsamique, tranche de figue séchée.


Le dessert le plus "space" de l'année. Et pourtant, là encore, une cohérence que "l'intitulé ésotérique" ne laisse pas transpirer.

L'allergique au litchi que je suis, trouve le sorbet bon, la mousse est pile dans l'expression, le tout sied au palais. Un bon dessert.


Une petite "initiation à la sommellerie" (en l'absence du sommelier, en congés) un peu maladroite m'a été proposée pendant le repas.

C'était ludique. J'ai mis en "Rhône nord 05" (roussanne-marsanne et un poil de viognier), un honnête Crozes-Hermitage du Domaine de Roure 06.

Puis j'ai placé en "Bordeaux 05, cabernet sauvignon & merlot", un austère Pessac-Léognan 06 du Château Couhins-Lurton.


Le chef vient en salle s'enquérir de mon stage et du déjeuner. S'ensuit une longue discussion sur les vins et les quelques 450 références proposées (dont une partie récupérée lors de la reprise,  une autre "en construction" depuis 6 ans).

Il a à coeur de mettre sur la table des vignerons méritants et talentueux.

Il peste quand il découvre certains d'entre-eux chez Métro ou ayant intégré "Bouquet de Loire"... Il dit "investir" en envoyant régulièrement son sommelier "sur le terrain", à la quête de nouveaux talents.


Une adresse sympathique, un chef passionné par les beaux produits de la mer. Des verres aux vins aux tarifs un poil excessifs selon La Miss (j'étais invité). Une cuisine tous azimuts, qui frôle parfois le mac perdu... 


L'Azimut

1 rue du Men Du

56470 La-Trinité-sur-Mer

tél : 02 97 55 71 88

www.lazimut-latrinite.com

Voir les commentaires

Le Tandem - Les Enfants Terribles - Soon Grill

8 Janvier 2016, 19:23pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Queue de comète des tables fréquentées sur la fin de l'année 2015 !!

Pour démarrer, j'avais parlé dans "Miettes liquides et solides" d'une nouvelle adresse vannetaise au "pedigree théoriquement prometteur".

J'y ai depuis traîné ma bedaine, au déjeuner, un jour de pluie, quelques jours après les attentats parisiens de novembre.

Salle quasi déserte, tout en longueur, pierres apparentes, un vrai tandem accroché au mur... et un accueil qu'on imaginait un poil plus souriant !!

Maquereau mariné, pomme de terre, sucrine, pickled et chips de pain - le hareng, croûte de moutarde et tournesol grillé, sarrasin, fondue de poireau sauce nantaise - Le beurre-sucre en kouign amman, croustillant et crémeux, sauce CBS, sorbet lait ribot
Maquereau mariné, pomme de terre, sucrine, pickled et chips de pain - le hareng, croûte de moutarde et tournesol grillé, sarrasin, fondue de poireau sauce nantaise - Le beurre-sucre en kouign amman, croustillant et crémeux, sauce CBS, sorbet lait ribot
Maquereau mariné, pomme de terre, sucrine, pickled et chips de pain - le hareng, croûte de moutarde et tournesol grillé, sarrasin, fondue de poireau sauce nantaise - Le beurre-sucre en kouign amman, croustillant et crémeux, sauce CBS, sorbet lait ribot
Maquereau mariné, pomme de terre, sucrine, pickled et chips de pain - le hareng, croûte de moutarde et tournesol grillé, sarrasin, fondue de poireau sauce nantaise - Le beurre-sucre en kouign amman, croustillant et crémeux, sauce CBS, sorbet lait ribot
Maquereau mariné, pomme de terre, sucrine, pickled et chips de pain - le hareng, croûte de moutarde et tournesol grillé, sarrasin, fondue de poireau sauce nantaise - Le beurre-sucre en kouign amman, croustillant et crémeux, sauce CBS, sorbet lait ribot

Maquereau mariné, pomme de terre, sucrine, pickled et chips de pain - le hareng, croûte de moutarde et tournesol grillé, sarrasin, fondue de poireau sauce nantaise - Le beurre-sucre en kouign amman, croustillant et crémeux, sauce CBS, sorbet lait ribot

Une formule à 18 € pour la séquence entrée-plat-dessert, en plein centre-ville d'une préfecture peu réputée pour la douceur de ses tarifs, on s'engage !!

Le maquereau mariné monte rapidement dans les tours côté plaisir, alors que le hareng pondère brusquement cet enthousiasme !! Mention toute particulière sur toutes les parties génitales végétales des plats, soignées et respectées !!

La montée en régime reprend au moment du dessert, petite pépite de moelleux, de chaleureux, d'un déjeuner qui se termine sur une note quasi "ouatée" !!

Petite carte des vins (fournie principalement par "Au nom du Vin" à St-Avé et l'Ampélographe à Auray) encore balbutiante... et un service vécu comme pas désagréable, mais assez froid frais côté zygomatiques !!

Je n'ai pu m'empêcher de penser à Elise Rollet, de l'Annexe voisine, qui pourrait aisément céder 50% de son sourire à Olivia Jubin, sans impact sur la tenue de son service rayonnant !!

La prestation globale reste d'un rapport qualité/prix fort honorable au déjeuner !!

J'ai aussi testé la version salon de thé, quelques jours plus tard.

Le "chocolat chaud maison" est bon, assez atypique (gavé d'épices) mais assurément maison, les grignotages dan le ton (dont le fameux et délicieux kouign) !!

Le Tandem

13 rue des halles

56 000 Vannes

Tél : 02 97 63 53 37

letandem.bzh

Direction Nantes, pour un bistrot discret, à la "visibilité" d'une Clio grise sur un parking de supermarché !!

J'avais envoyé, 2 ou 3 ans auparavant, La Miss et ses collègues teutonnes en guise de cobayes !! Elles étaient toutes revenues enchantées par l'adresse.

Au prétexte d'un concert la veille (et d'un dîner tard, sur le pouce, au Lieu Unique largement oubliable), je découvre à mon tour "Les Enfants Terribles", sans Cocteau ni Marais !!

Une "institution quasi anonyme", tenue depuis 9 ans par les mêmes proprios !!

Déco "faussement décharnée", élégante, hauts plafonds, limite "vieux café autrichien" assez agréable, limite branchouille quand la clientèle présente semble plus habituée aux décos aseptisées des maisons de retraite...

Pas de résa en ce samedi midi, pour une salle à moitié vide (ou pleine si vous êtes optimiste). Accueil impeccable, une bouteille de Prestige 11 de Cormerais en guise "d'apéro + je mange avec" !!

Signalée bouchonnée, elle est immédiatement changée par la patronne, visiblement passionnée par la dive bouteille vu le casting de la carte des vins !!

Formules à 18 et 22 € pour entrée-plat et entrée-plat dessert !!

Godaille en vinaigrette, tarama et pommes de terre/Croustillant de lapin au verjus - Noix de veau grillée, potimarron bio beurre noix-xejes - Crémeux chocolat, kumquat et pain d'épices
Godaille en vinaigrette, tarama et pommes de terre/Croustillant de lapin au verjus - Noix de veau grillée, potimarron bio beurre noix-xejes - Crémeux chocolat, kumquat et pain d'épices
Godaille en vinaigrette, tarama et pommes de terre/Croustillant de lapin au verjus - Noix de veau grillée, potimarron bio beurre noix-xejes - Crémeux chocolat, kumquat et pain d'épices
Godaille en vinaigrette, tarama et pommes de terre/Croustillant de lapin au verjus - Noix de veau grillée, potimarron bio beurre noix-xejes - Crémeux chocolat, kumquat et pain d'épices
Godaille en vinaigrette, tarama et pommes de terre/Croustillant de lapin au verjus - Noix de veau grillée, potimarron bio beurre noix-xejes - Crémeux chocolat, kumquat et pain d'épices
Godaille en vinaigrette, tarama et pommes de terre/Croustillant de lapin au verjus - Noix de veau grillée, potimarron bio beurre noix-xejes - Crémeux chocolat, kumquat et pain d'épices
Godaille en vinaigrette, tarama et pommes de terre/Croustillant de lapin au verjus - Noix de veau grillée, potimarron bio beurre noix-xejes - Crémeux chocolat, kumquat et pain d'épices

Godaille en vinaigrette, tarama et pommes de terre/Croustillant de lapin au verjus - Noix de veau grillée, potimarron bio beurre noix-xejes - Crémeux chocolat, kumquat et pain d'épices

L'archétype du bistrot que j'affectionne !!

Des produits frais, des plats inspirés, une carte des vins locale et cohérente, un service soigné, pas guindé et souriant... et un rapport qualité-prix-plaisir angélique !!

Sans avoir fait le tour des tables nantaises, tout en rappelant que j'avais plutôt apprécié Baron-Lefèvre il y a prescription fort longtemps dans ce registre, je désigne sans la moindre hésitation "Les Enfants Terribles" bisT(r)OP de la ville !!

Les Enfants Terribles

4 rue Fénelon

44 000 Nantes

Fermé le jeudi soir

Tél : 02 40 47 00 38 (résa conseillée tout de même)

www.les-enfants-terribles.fr

Pour finir, visite surprise à l'ami Arthur (Pétillault, ex-leader de l'Hédoniste), aux manettes de la cave du phénomène "gastro-grill coréen" du Marais : Soon Grill à Paris !!

C'est un certain Sunghak Han qui pilote les pianos d'un établissement à la déco architecturalement sexy et épurée (by Woojin).

105 couverts, une petite vingtaine d'employés, 300 m2 sur 2 niveaux, dont un petit salon traditionnel "Maru", où tu peux te niquer les genoux dîner au ras du sol !!

Autant dire que l'investissement est visible, qu'il semble aussi léger qu'un Tyson à la retraite et qu'il n'est pas question de faire dans la gamelle de cantoche !!

Le Tandem - Les Enfants Terribles - Soon Grill
Le Tandem - Les Enfants Terribles - Soon Grill
Le Tandem - Les Enfants Terribles - Soon Grill
Le Tandem - Les Enfants Terribles - Soon Grill

Me voilà l'hôte particulier d'Arthur, qui ne manquera pas de m'abreuver de pépites liquides sélectionnées !!

L'Odjinhô Pajeun (calamar-ciboulette) est la galette à partager pour démarrer... que je me suis bâfré seul comme un Pacman !!

S'en est suivi le fameux Dolsotbimbimbab (version tartare de boeuf) et son cortège de "condiments", dont un "kimchi maison" assez addictif... mais toujours spécial !!

Côté liquides, une "intégrale à l'aveugle" qui m'a vu briller comme un Ribéry au Trivial Pursuit !!

Pêle-mêle, j'ai vu défiler un pinot gris 14 (Hors Pistes) du Domaine des Pothiers, un beaujolais blanc verrouillé qui sortira de sa léthargie tard... très tard, une épatante malvoisie slovène de chez Korenika & Moškon, ainsi qu'un refosco de la même maison, aux accents roussillonnais !!

L'accord somptueux sur le Dolsotbimbimbab se fera avec le savagnin 12 de chez Macle (je l'ai trouvé celui-là !!), seul puncheur taillé pour défier ce plat !!

Le Tandem - Les Enfants Terribles - Soon Grill
Le Tandem - Les Enfants Terribles - Soon Grill
Le Tandem - Les Enfants Terribles - Soon Grill

Je termine, avec peine, heureux de ce voyage sur place... qui m'aura permis de discuter avec, d'un côté, de sympathiques voisins curieux de voir les verres s'aligner sans que je les termine... quand, de l'autre côté, un certain Stéphane Bern cherchait désespérément une salade "normale" sur la carte !!

L'impeccable Arthur "omettant" de me présenter la facture (statut "invité surprise" qui m'a coupé les pattes, transparence oblige pour cet article), j'avais pour autant déjà réglé le sort de sa boutique pendant l'orgie !!

Soon fait dans la "cuisine supérieure" (la partie "grill" peut partir dans des tarifs stratosphériques si on veut manger de la "barbaque Baumgartnerienne" à 190 balles l'entrecôte japonaise l'Ilbonsan Wagyu), mais qualité des plats, sélection des produits, logistique de feu (barbecues intégrés dans les tables) sont le prix à payer pour ce grill haut de gamme, aux vins curieux et pertinents (ne prenez pas de rouge, les plats ne s'y prêtent guère), pour une cuisine atypique pour beaucoup d'entre-nous !!

PS : toilettes ravissantes !!

Soon Grill

78 rue des Tournelles

75003 Paris

Tél : 01 42 77 13 56

ouvert 7/7

La prochaine fois, nous parlerons vins où "étoilés bretons"... si j'ai envie !!

Voir les commentaires

1 2 > >>