Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #acores

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

6 Septembre 2015, 14:13pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Pour clore cette trilogie lusitanienne, un exercice (décalé) déjà appliqué au Japon et à la Norvège (et leurs habitants respectifs).

Si le Japon a l'avantage d'être assez loin, la Norvège d'être suffisamment riche froide fraîche pour ne pas se voir opposer un droit de réponse au premier de degré, j'avoue être bien emmerdé avec le Tossland Portugal.

Mais tant pis, soyons de mauvaise foi parfois !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

1/ Au restaurant, tout ce qui est sur la table est payant !!

Eh oui, un piège que beaucoup de Français n'apprécient que peu, en découvrant le montant des "couverts" (pain, olives, fromages) à l'addition !!

Pratique considérée comme "illégale" par certains, 9 restos sur 10 continuent d'appliquer cette "tradition", se frottant les mains goinfrant au passage sur le dos portefeuille des touristes ignorants et affamés, se jetant sur le pain comme des poules.

Les locaux y touchent rarement, les prix variant de 1,50 à 3,50 € par personne !!

J'avais aussi croisé cette pratique en Sicile l'an dernier, avec tentative de baise d'arnaque qui avait vu le prix des couverts enfler de 2 à 4 € par tête !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

2/ Le risque d'hypoglycémie au Portugal est proche de zéro, quand le risque de carie(s) frise les 400% !!

Le moindre petit patelin portugais abrite toujours une "pastelaria", ou une "confeitaria", sorte de "pâtisserie-snack-salon de thé" servant majoritairement des viennoiseries et autres douceurs capables de tuer une abeille en plein vol !!

La "pastel de nata" ("pastéis de nata" au pluriel, photo ci-dessus), est le gâteau-roi de Lisbonne, même si on en trouve un peu partout au Portugal aujourd'hui !! Le "Pão de Ló" (gâteau éponge) est moins connu, mais n'est pas moins capable d'être classé comme "arme de 1ère catégorie" dans le milieu des diabétiques !!

Sachez aussi que le pain semble être sous la coupe d'une forme de monopole, que vous n'en trouverez pas dans les "pastelarias-confetarias", qu'il vous faudra pousser la porte d'une "panaderia".

Ces boulangeries ne vendent pour le coup que du pain (très) blanc, pas cher et pas terros.

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

3/ Il est interdit de revendiquer vouloir "manger 5 fruits et légumes par jour" au Portugal, tant les lobbies de la patate, du riz et de l'huile de tournesol sont puissants !!

J'avais effleuré l'infinie délicatesse (de lanceuse de marteau qui ne tricote pas) qui anime la cuisine portugaise par l'intermédiaire de sa cousine açorienne.

La cuisine métropolitaine n'a pas démenti cette lubie monomaniaque des féculents et autres sucres lents A CHAQUE REPAS !!

Vous trouverez bien parfois une tranche de tomate, voire une tranche d'ananas avec votre brochette de viande... mais aussi les inévitables patates (bouillies ou frites), accompagnées de 2 ou 3 palettes de riz, qui vous donnent envie de napalmer toutes les rizières du monde, les sacs de Kouchner et lui avec !!

C'est un fait, on ne va pas au Portugal pour compter ses calories, ni y faire des ventrées de carottes râpées !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

4/ Les conducteurs de bus et de tramways sont les principaux responsables de la perte du titre de "peuple le plus sympa d'Europe" !!

Force est de constater que même les "conducteurs-branleurs" du réseau Transdev du 9-3 sont des modèles de politesse, de sourire et de savoir-vivre face à l'introversion la froideur d'une bonne partie du personnel roulant des transports en commun lusitaniens !!

Si comme tout étranger, je n'ai pas saisi dans la seconde toutes les subtilités des us et coutumes régissant la bonne marche des transports locaux, je me suis fait insulter quelques fois pour ne pas être monté dans la rame en moins de 2/10 ème de seconde avec mon sac de 15 kg sans écraser femmes et poussettes !!

Sorti de cette caste à la tolérance aussi peu méditerranéenne que celle d'un Kim Jong-un, le reste de la population fait preuve d'efforts permanents à regagner, à mes yeux, le titre de "peuple le plus sympa d'Europe", trophée souvent disputé avec la Belgique et la très grande majorité des ses ressortissants ni pédophiles et ni Flamands !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

5/ Si tu vas à Sintra, ne va pas à la Pena et contente-toi de la Regaleira...

Classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco, Sintra est située à 45 minutes (en train) de Lisbonne. Symbole de l'architecture romantique européenne, elle est assiégée par des hordes de touristes (dont je ne m'exclue pas) qui errent dans la petite cité avant de trouver le moyen de gagner les hauteurs et de découvrir le "joyau de la cité" : le Palais national de la Pena.

Si le parc (200 ha) vaut le détour, le palais est un véritable sommet du kitsch, sûrement aussi excitant et surpeuplé que celui de Disneyland Paris (que je ne connais pas) !!

Au-delà d'un tarif plutôt prohibitif et d'un accès pas des plus aisés (il faut prendre un bus payant pour parcourir les 6 kms de lacets, ou entreprendre une jolie rando au dénivelé conséquent dont le point de départ n'est pas non plus indiqué est des plus discrets), je vous conseille plutôt de rester "en ville" et de vous diriger à pied vers la Quinta da Regaleira.

Même si, comme moi, vous ne "comprenez rien à l'architecture", vous serez sûrement "touché" par "l'intelligence et l'harmonie des jardins et des terrasses" ainsi que le style "propre" de cette quinta forcément atypique !!

Pour 5€ l'entrée, pas "La Pena" de vous ruiner emmerder là-haut !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

6/ Non, ce pays ne "sent pas la morue jusque dans le coeur des frites batatas fritas que des grosses mains (moustachues) invitent..."

Il est quand même bon de rappeler que la fameuse "bacalhau" est née en Norvège (je l'ai déjà écrit ICI), que son nom originel est même "bacalhau de Noruega", qui ne traduit pas un poisson préparé selon la recette d'un ex-trafiquant de drogue, mais bien "morue de Norvège" !!

Sources Le temps/Le Nouvel ObsSources Le temps/Le Nouvel Obs

Sources Le temps/Le Nouvel Obs

7/ Non, ce pays n'est pas peuplé de clones d'Edwy Plenel pour les hommes et de photocopies de Conchita Wurst pour la partie féminine !!

Là encore, un mythe s'effondre !!

Si vous pensiez voir des hôtesses de l'air à la pilosité d'un Demis Roussos vivant, ou des pêcheurs affichant des bacchantes à la António José Conceição Oliveira, vous serez globalement déçus !!

Les filles pratiquent des bains quotidiens de Roundup afin d'exhiber leurs merveilleux tatouages de "cagoles locales", quand les mecs se laissent majoritairement bronzer les zones entourant le philtrum, s'adonnant aussi au tatouage à la sensibilité artistique aussi élevée que la bibliothèque de Franck Ribery !!

Par contre, pour les fringues, même à Lisbonne, nous sommes quand même plus près des "Deschiens en short à Palavas-les-Flots" que des créations de Felipe Oliveira Baptista.

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

8/ Il y a un secret que les Portugais vous confieront, à l'unique condition de découvrir leur pays autrement que par la plaie des tuk tuk et les bus Sightseeing, bandes de feignasses !!

Ce secret, j'ai eu la chance de le découvrir, par hasard sans leur aide, dès 2004 !!

La découverte de la "métropole" n'était qu'une (longue) escale pour mon 3ème voyage vers l'archipel INOUÏ des Açores !!

9 îles, 9 pays aurais-je envie de dire !!

Cette année, après 2 voyages et 5 îles, c'était au tour de ce qui est considéré comme la "perle absolue des Açores" : Flores.

Et quand les Portugais en parlent, ils ont souvent des étoiles dans les yeux... je fais désormais partie de cette secte !!

Sa "petite soeur" Corvo nous a échappé... ce n'est que partie remise !!

Comme vous l'avez constaté, rien de bien méchant sur cette vision "subjective" du Portugal et de ses habitants, qui sont globalement adorables, accueillants, plutôt pas grands et pas très poilus en plus !!

Voir les commentaires

Les Açores c'est fini... Pour cette fois çi

6 Décembre 2007, 17:15pm

Publié par Docadn

Ultime épisode de cette saga açorienne avec une dernière balade (et sous la pluie) entre Capelo et le fameux Capelinhos.


Une promenade humide sur 7 kms avec un dénivellé transparent.Après avoir démarré à la sortie de Capelo, nous rejoignons et faisons le tour du Cabeço Da Fonte (sans grand interêt sous la pluie) et découvrons plus loin au milieu d'une assez jolie végétation,le miradouro de Furna Ruim. La barrière de protection plutôt fragile de ce gouffre, nous incite à la prudence. Comme tous les grands enfants, nous voulons bien évidemment y jeter notre caillou pour "palper" la profondeur de ce dernier... Mais pas l'ombre d'un projectile à 50 m autour du trou. Comme pour certaines fontaines de par le monde nous y jetons une pièces de 2 centimes... Le bruit se fait attendre puis vient au bout de plusieurs longues secondes...
Nous répétons l'opération 2 à 3 fois et appliquons même la formule h=1/2xgxt(au carré)pour estimer la profondeur à environ 160 à 180 mètres...La frèle barrière en bois et l'accès à cette dernière nous paraîssent tout à coup plus dangereux.
La pluie et les nuages-brouillard nous privent de certaines vues détaillées par notre plaquette (d'ailleurs nous zappons le tour du cabeço Do Canto). On passe devant une antenne tout en basalte du musée de Capelinhos. Puis nous arrivons à proximité du site du Capelinhos dont le phare subit un lifting poussé après 50 ans d'inactivité et d'abandon. 
Une balade un poil ennuyeuse en dehors du passage dans les bois entourant la Furna Ruim. C'est bien évidemment une rando en ligne  (environ 12 bornes aller retour  sans repasser par les 2 Cabeço).
De retour à Horta, nous faisons une rapide visite (40 minutes en prenant son temps) dans le jardin botanique (très moyen et gratuit) de la ville et un bon moyen de mettre un nom sur toutes les plantes endémiques croisées + un petit  carré de plantes médicinales (avec explication en anglais je crois).

0056.jpg
Ainsi se termine, ce très beau voyage à la découverte d'îles toutes différentes et d'un archipel encore un peu préservé du tourisme de masse. Un seul conseil allez y vite avant qu'il ne soit trop tard. C'est mon 2ème séjour et il me reste encore 4 îles à découvrir... Et comme beaucoup de voyageurs croisés là bas, prèsque tous ont juré qu'ils y reviendraient ... Il y de forte chance que moi aussi...


Allez un dernier lever de soleil sur le Pico et on referme l'album de l'été...

DSCN2895.JPG
Prochainement... eh ben on verra !!

Voir les commentaires

La Caldeira

23 Novembre 2007, 09:56am

Publié par Docadn

Lever de soleil vue de notre chez nous...

DSCN2896.JPG
Volià une dizaine de jours que nous sommes aux Açores et nous n'avons  guère aperçu le  point culminant de Faial quelque soit l'endroit ou nous fûmes. Mais ce matin St Gillot Pétré feu l'apôtre des nuages & anticyclones est avec nous. Notre monture franco japonaise se rue à l'assaut de la Caldeira. C'est encore désert (seuls 2 photographes shootent fébrilement le panorama en effet extraordinaire).

DSCN2934.JPG
Et nous découvrons  enfin ce cratère de 8 km de circonférence et qui est à quelques centaines de mètres près la distance à parcourir pour notre balade du jour. Le passage sous le relais de tv est un peu délicat (limite ornières donc méfiance pour les entorses). Sinon pas de difficulté particulière. Des résidus de nuages quittent lentement le cratère ou l'on peut encore observer les lits de 2 anciens lacs engloutis lors de l'éruption de Capelinhos entre  1957 et 1958.

DSCN2939-copie-1.JPG
Les incontournables vaches ponctuent notre chemin, et nous découvrons l'origine du surnom de l'île par le panorama coté nord ouest...

DSCN2944.JPG
Des champs immenses d'hortensias (avec Praia Do Norte au fond du paysage)... Même si Sao Jorge nous avait impressionné par la quantité, ici cela dépasse tout.

DSCN2947.JPG
D'ailleurs le chemin lui même n'est pas en reste puisque à un moment nous traversons carrément un tunnel d'hortensias.
L'île est petite (à peine 180 km2 ou pour être plus parlant 14 x 21 km au plus long & large) et il n'est pas rare de croiser plusieurs fois les mêmes personnes dans le séjour ou la journée. Et c'est sur cette Caldeira que nous recroisons Béatriz et ses amis en compagnie d'une dizaine de chiens (nous la croiserons du coup 3 fois en 5 jours). Au bout de 2h00 de marche très tranquille nous bouclons notre tour pour constater que nous ne sommes plus seuls...

DSCN2951.JPG
Un petit  clin d'oeil à la Martin Parr

Nous poursuivons notre exploration par la découverte de la seule faja de l'île au lieu dit Faja (simple à retenir). Encore un ènième (qui s'en plaindrait) bel endroit calme & désert. Nous nous attardons sur les très très belles vagues qui me font immanquablement penser que les Açores risque de devenir une future grosse destination pour surfeur averti...


DSCN2975.JPG
Nous bouclons le tour de l'île par des incursions au hasard dans des piscines "naturelles "désertes comme celle de Salao (plutôt dangereuse quand la mer est enervée) ou très (trop) peuplée comme celle de Varadouro, des petits ports ou autres hameaux... Retour à la maison pour un risotto aux fruits de mer et un Frei Gigante (du nom du moine qui aurait introduit les 1ers ceps de vigne à Pico). 

A SUIVRE

Voir les commentaires

ÎLE DE FAIAL :A la découverte de la petite Bleue

15 Novembre 2007, 18:27pm

Publié par Docadn

Dernière étape de ce séjour dans le grand archipel de la Macronésie, direction  Horta sur l'île de Faial. Nous reprenons le bateau à Velas puis arrêt à Cais do Pico, nous longeons les côtes de Pico pour faire à nouveau une courte escale à  Madalena puis 15 minutes plus tard nous débarquons à Horta.
C'est  Béatriz accompagnée de son énorme berger blanc qui nous accueille à l'arrivée. Après avoir récupéré notre ultime monture mécanique, nous la suivons pour découvrir notre villégiature. Direction Flamengos à moins de 5 kms de Horta. Après une côte conséquente nous découvrons notre résidence. 

DSCN2883.JPG

Notre silence à la découverte de notre logis est à la taille de notre surprise. Cette demeure est stupéfiante de charme. Un calme absolu et un esprit zen plane sur ce lieu. Personnellement c'est ma plus belle location réalisée à ce jour.

DSCN2884.JPG

Grosso modo une maison de près de 150m2 , très bien équipée avec 4 couchages.

DSCN2885.JPG

Mais c'est le vis à vis unique qui nous scotcha net. Et Béatriz de nous demander "ca vous plaît ?"...

DSCN2890.JPG

Il faudrait être vraiment difficile pour affirmer le contraire...Bref rien a redire (y'a même un trampoline géant dans un coin du très grand jardin). Nous décidons de nous offrir un après midi plage. Faial en possède de nombreuses dont certaines de sable...

DSCN2898.JPG

et nous découvrons celle de Porto Pim à Horta. Elle a l'avantage d'être au fond d'une baie peu profonde (et donc plutôt chaude) et sans vagues dangereuses. La grande plage se situe au fond de la photo et ,à l'instar de Deauville et ses planches, possède "un chemin de toile" (longeant toute la longueur de la plage) des plus utiles. Le sable est noir et donc EXTRÈMEMENT chaud. Soyez donc très prudent mais surtout très rapide pour aller de votre serviette à l'eau...Une plage très calme juste ponctuée par quelques sprints nerveux vers l'eau. Puis un rapide tour dans Horta pour constater que la ville vit au rythme des festivités de la semaine de la mer (et escale de la route des Hortensias)..

DSCN2903.JPG
Nous découvrons  la mythique marina ou moult navigateurs & plaisanciers du monde entier ont marqué les quais du port de leurs griffes artistiques...

DSCN2900.JPG
Certainement la plus grande BD du monde et toujours pas terminée...

DSCN2912.JPG
Puis nous regagnons notre logis pour préparer un poisson grillé et savourer notre "vin de bienvenue" face au géant de l'atlantique...

DSCN2894.JPG



Voir les commentaires

Sao Jorge : Épilogue

27 Octobre 2007, 08:43am

Publié par Docadn

Pour beaucoup de voyageurs Sao Jorge s'apparente à un petit paradis de la marche.En dehors des fajas, il existe des marches sur les sommets de l'île. Un couple d'allemands rencontré à Pico nous avait vanté les qualités de ces balades sur  "l'arête de l'île". Il y en a notamment  une entre  la Faja Do Ouvidor et Pico Pedro qui offre de beaux panoramas sur les 4 îles (Terceira,Graçiosa,Faial et Pico).Une fois de plus les caprices de la météo n'ont guère dégagés "la dorsale" lors de notre séjour pour pouvoir la faire dans de bonnes conditions.Ce qui ne nous a pas empêché d'aller découvrir cette faja.

DSCN2824-copie-1.JPG

Nous y avons découvert un ensemble de piscines naturelles, intéressantes non loin du petit feu. garez votre monture à proximité du terrain vague. pénétrez y.

DSCN2831.JPG
Vous passez devant "une déchetterie sauvage" sur votre gauche et continuez tout droit.Vous arrivez devant ceci.

DSCN2832.JPG
L'escalier est un peu abrupte (il semblait récent, car Christian n'en connaissait que la version précédente en très mauvais état) et vous accedez à une ravissante piscine déserte. Bien évidemment vous avez pris soin de prendre votre masque et tuba pour observer de jolis fonds et quelques (rares) poissons.Les amateurs d'oursins pourront même faire une très belle cueillette tout au bout de la piscine (ces derniers ne faisant pas partie des fruits de mer courus par les Açoriens). Après votre baignade, et en revenant sur vos pas,jetez un coup d'oeil à l'autre piscine.

DSCN2826.JPG
Et observez le joli travail des vagues sur le basalte.


DSCN2828.JPG
Autre endroit intéressant pour du snorkling sur "la praia" du camping de la Faja Grande (juste à coté de Calheta)
un bel endroit calme (avec transats disponibles). n'hésitez pas non plus à faire un saut à la pointe de Topo pour y découvrir l'île de Topo (classée natura 2000).

DSCN2796.JPG
On découvre enfin une pelouse grillée par le soleil !! Seuls habitants de cette îlot : Des vaches bien sur.
Des insulaires me confirment bien le fait que ces dernières gagnent la pâture par leurs propres moyens : A la nage !!!
Je n'ai hélas pu assister à ce spectacle sûrement unique. Et derrière le muret de cette pointe se cache encore un fois une piscine très bien aménagée...
Coté restaurants je vous conseille vivement celui de l'école professionelle de Sao Jorge A Quinta
et avec un peu plus de réserve (sauf pour l'architecture "spéciale") quant à la durée du service : Fornos de Lava avec des grillades correctes.Puis pour dépanner, Mazeninho à Urzelina,un self pratique, nourriture pas gégé (sauf la carte de vins), mais bon pour refaire le plein de calories...
Nous profitons largement du calme très reposant de tous les petits ports en assistant au ballet des embarcations sur "les grues" de mise à sec (quasi tous les ports en sont équipés).
Et disons au revoir à cette île au charme fou...

DSCN2800.JPG
Prochaine et dernière étape de notre périple, celle que l'on surnomme  "L'île Bleue" : FAIAL

Voir les commentaires

Faja Dias Joao : La faja perdue

19 Octobre 2007, 16:39pm

Publié par Docadn

C'est en petit déjeunant dans notre maison d'hôtes qu'un voisin de tablée nous a suggeré cette balade. Il semblait fort enchanté de cette découverte... Christian confirme et nous dit "voilà la dernière vraie faja de l'île..."
Sitôt notre dernier fruit de la passion englouti nous nous mettons en quête de la faja. A proximité du parc de sete fontes, les indications se font rares voire inexistantes. Puis une piste rouge avec la plaque d'azulejo de rigueur indique le lieu  (c'est à 15 mètres d'une intersection avec un parc à veaux meuglants à tue tête "maman" en portugais).
Un demi km de piste plus loin, un parking avec 2 pick up et un local repeignant la barrière d'accès à la faja. Un rapide coup d'oeil en contrebas.

DSCN2853.JPG
Un joli dénivellé en perspective. C'est un sentier uniquement emprunté par les ânes & mules qui transportent péniblement tout le nécessaire pour "vivre" là bas en bas...

DSCN2851.JPG
D'ailleurs les effluves d'hydrocarbures laissées par les caravanes croisées au retour ne font pas de doutes sur l'utilisation de groupes electrogènes. Après 45 minutes de descente sur un sentier boueux (et donc très glissant) et abrupte, nous arrivons tranquillement à la faja.

DSCN2842.JPG
Un calme absolu règne dans ce hameau du bout du monde.

DSCN2849.JPG
Quelques occupants discrêts cuisine des poissons au barbecue (en fait des vacanciers, car d'après les infos récoltées une seule personne y vivrait  à l'année).

DSCN2843.JPG
Des chevaux paissent et un vieux pêcheur se faufile entre les énormes rochers pour récolter des coquillages.
Nous nous attardons largement sur la plage en contrebas d'une maison au dessins (très) naïfs (ou maladroits).

DSCN2845.JPG
Les occupants rentrent d'une pêche sous marine qui fût semble t il très prolifique...Bref c'est réellement un petit paradis mais aux conditions de vie spartiate(il y a tout de même l'eau courante dont le tuyau d'approvisionnement est visible sur le sentier. Nous regagnons le chemin du retour tout en profitant des vues plongeantes que ce dernier laisse entrevoir.

DSCN2840-copie-1.JPG
1h00 plus tard notre périple se termine (et les veaux beuglent toujours)...Nous reprenons la route et faisons une halte sous un abri (genre paillotte un poil délabré) en bois faisant face à la baie de Entre Morros.


Quand vous allez ou quittez  Vélas vous passez obligatoirement devant. Avec le Moro Do Lemos (ci dessus) et le Moro Grande à l'opposé culminant à 161 m. Installez vous dans le restant d'abri bus à la Charles Ingalls, et vous ne tarderez pas a voir débarquer des dizaines de lézards (du type lézard de Madère). Et pour autant que vous grignotez alors là vous assistez à des empoignades uniques. Ces derniers ne semblent pas avoir de prédateurs et contrairement à leurs cousins de nos contrées dont on voit rarement plus que la queue, sont pour le moins peu farouches.De plus ils sont inoffensifs donc pas de souci.



A SUIVRE : Sao Jorge l'épilogue



Voir les commentaires

Faja Dos Vimes - Faja de Sao Joao : la route du café

9 Octobre 2007, 17:24pm

Publié par Docadn


Encore une balade sur une faja du sud. Sur place seule la descente entre Serra Do topo et  Dos Vimes est indiquée (d'ailleurs le départ est quasi en face de la rando précédente).  Mais en prenant le chemin longeant la côte nous empruntons celui d'une autre rando reliant Dos Vimes à Sao Joao. 9,3 kms (-585m,+633m).Une première partie avec quelques jolis points de vue...

DSCN2806.JPG
avant de croiser les 1eres chutes d'eau....

DSCN2808.JPG
Nous progressons à travers une végétation hallucinante et des côtes plutôt relevées...Puis un innocent passage à gué me fait faire bien une pirouette peu gracieuse et entendre un craquement inquiêtant sur ma cheville. C'est bien évidemment la même jambe que sur le Pico.
Comme nous en sommes à la moitié du parcours, je continue en serrant les dents. Nous arrivons au point culminant de la ballade à l'Ermida Do Loural (500 m).

DSCN2807.JPG 
Une petite pause pour grignoter et ne voir passer qu'une seule voiture sur ce qui semblait être une piste auparavant. Nous entâmons la descente et cette dernière s'avère agréable (pour moi qui déteste toujours cela et malgré l'entorse) et magnifique mêlant cultures et fleurs.


Puis la faja de Sao Joao au bout de 02h40 de marche.


Nous recroisons dans cette faja déserte les occupants de la seule voiture vue à l'Ermida. Nous entamons la conversation. Il s'agit d'une famille de Teircera.Le conducteur met à l'épreuve son français (plus qu'honorable) vieux de 30 ans. Il nous fait savoir qu'il n'était pas revenu dans cette faja depuis 1980. Elle n'a pas changée hormis le fait qu'elle est aujourd'hui électrifiée.

DSCN2816.JPG
Il nous propose gentiment de nous remonter jusqu'à la route principale. Nous acceptons et en profitons pour faire plusieurs arrêts sur la montée et prendre quelques clichés.

DSCN2818.JPG
Notre chauffeur nous fait découvrir quelques plantes endémiques des Açores, puis nous nous quittons sur la grande route (menant à Topo). Et c'est là que nous faisons appel à ce cher Fernando qui comme prévu, en moins de 15 minutes, vient nous récupérer et nous ramène à la faja du départ. 35 minutes plus tard nous revoilà au point de départ prêt a découvrir ce qui fait la fierté de la faja Dos Vimes...

DSCN2823.JPG

Face à la terrasse duDSCN2822.JPGnous observons ces jolis grains séchant selon l'humeur du soleil.

DSCN2821.JPG
Le café affiche des horaires d'ouverture s'étalant entre 07h00 du mat et 02h00 du mat. S'il est fermé sonnez donc  à l'entrée du hall à gauche du café  (les gérants habitent au dessus) et goutez au seul café d'Europe (pour le thé c'est à Terceira). Entre nous le café au Açores est tellement fort que j'aurais bien du mal à vous dire sil il était bon. Mais c'est fait. Si vous êtes curieux cherchez donc les plants de café disséminés dans la faja...
Tiens j'en avais oublié mon entorse...

A SUIVRE la Faja Dias Joao... L'autre joyau de Sao Jorge
 

Voir les commentaires

Serra Do Topo - Faja Dos Cubres : La descente enchantée

7 Octobre 2007, 10:18am

Publié par Docadn

Sao Jorge est considérée comme le petit paradis des randonneurs aux Açores. Et cette balade va nous confirmer ce statut. Tous les habitants nous ont dit : S'il ne faut n'en faire qu'une c'est celle çi. Aussi nous nous dirigeons vers celle qui est considérée comme la perle des fajas de Sao Jorge : la faja Dos Cubres. 

DSCN2791.JPG
Et en effet cette faja est de toute beauté, elle est facile d'accès et carrossable. Nous stoppons devant LE bar resto (en vente lors de notre passage) et demandons la liste des taxis de l'île à la gérante. Comme beaucoup de randos aux Açores, il s'agit d'une balade en ligne. Nous avons donc déposé notre monture mécanique au point d'arrivée et gagnons notre point de départ en tacot. Petit détail, la couverture gsm (car la faja n'a évidemment pas de ligne fixe) est limite. Placez vous sous l'arbre en face de l'entrée du resto pour obtenir un faible signal (il semblerai que ce soit le seul point ou l'on capte). Moins de 15 minutes plus tard c'est un certain Fernando (966780070) qui nous mène à Serra Do topo. Ce dernier parle un excellent anglais. 10 ans passés en Californie et ce fut le retour sur son île natale comme nombre de ses concitoyens. Il est taré de ponctualité et se fait un point d'honneur à vous déposer à l'heure annoncée en début de course (il faut dire que les taxis ont une conduite plutôt sport). Je l'ai du coup surnommé "mister 15 minutes" à l'issue de notre séjour ou nous avons fait appel par 2 fois à ses services. Nous arrivons à Serra Do Topo (711 m) sous une fine pluie et démarrons notre descente...

DSCN2782.JPG
nous longeons des haies et des champs d'hortensias à perte de vue, les quelques inévitables vaches sont bien évidemment à poste. La pente est plutôt douce (et un poil humide et donc glissante) et nous arrivons rapidement à proximité de petites cascades avant de plonger vers la faja de Santo Cristo. Comme celle de Dos Cubres elle possède un étang ou plutôt une lagune reliée à l'océan et faisant office de port.

DSCN2784.JPG
Le hameau semble paisible. On peut même s'y restaurer dans un établissement dédié aux fruits de mer (et les palourdes notamment).

DSCN2786.JPG
Nous sommes quasi à mi chemin de notre rando longue de 9 kms et présentant un  dénivellé négatif de 700m.
Nous attaquons la dernière partie nous menant à notre point de départ : Faja Dos Cubres.Nous découvrons avec étonnement un chemin plus large et croisons plusieurs véhicules motorisés...
J'ai appris plus tard, que pendant très longtemps, la faja de Santo Cristo n'était accessible que par la mer ou par un chemin de mûle. Puis des continentaux découvrirent ce paradis perdu et y amenèrent  des quads. Les locaux les adoptèrent rapidement.Le chemin fût agrandi à la taille de ces 4 roues et Santo Cristo perdit définitivement son charme. Des panneaux (un arreté municipal en vigueur) ont beau signaler les heures de circulation de ces machines (et sur ce chemin la priorité est au marcheur), mais rien n'y fait, leurs pétaradants moteurs viennent gacher notre marche...

DSCN2789.JPG
Après 2 petites heures de marche nous arrivons à la Faja Dos Cubres et nous attardons enfin sur ce lieu vraiment magique et reposant...Et nous reprenons notre cheval mécanique et découvrons la vue quasi aérienne du site

DSCN2780.JPG
ainsi que celui de la côte...

DSCN2793-copie-1.JPG
Une très belle balade, techniquement aisée et très agréable (sans les quads)...

A suivre, la rando de Faja Dos Vimes à Faja de Sao Joao



Voir les commentaires

Sao Jorge île des Fajas

28 Septembre 2007, 09:54am

Publié par Docadn

Nous arrivons donc à Velas, petit port très animé à chaque rotation de navette et ou certains petits paquebots font escale. Nous récupérons notre fiat 500 coréenne et filons vers le nord de l'île à Rosais pour découvrir le jardin de sete fontes (7sources). Ne les cherchez pas elles sont certainement taries depuis des lustres. Petite ménagerie (avec une étonnante cohabitation entres des cochons du Vietnam et des daims) et parcours ponctué d'arbres et plantes exubérantes.

DSCN2768.JPG
Nous tentons le miradouro signalé à la sortie du parc (1 petit km de marche) mais comme prévu ces messieurs les nuages sont à la fête. Une rando est signalée menant au phare abandonné de la pointe de Rosais. Il s'agit d'une piste de 5 kms en ligne droite). Nous mettons à l'épreuve notre cheval mécanique et empruntons cette piste (je vous déconseille du coup la ballade à pied sans interêt sur le parcours ). Le phare est en état de délabrement avancé et le temps est dégagé. En faisant le tour du muret (par la gauche) entourant ce dernier on accède à un panorama somptueux sur Faial & Pico et la vue plongeante est de toute beauté.

DSCN2772.JPG
Il est temps pour nous de découvrir notre villégiature à Manadas. Sao Jorge est une cigarette de 56 kms de long et 8 de large avec un point culminant à un peu plus de 1000m.Elle me fait vaguement penser à Madère (toutes proportions gardées en terme de pentes). Les routes sont dans un état passable comparé aux billards de Pico. Manadas est à mi chemin entre Velas & Calheta. C'est Christian qui nous accueille dans ses chambres d'hôte d'Eco Triangulo. Depuis 1997 il gère avec son épouse cette activité. Nous prenons possession de notre chambre avec terrasse et fruits de la passion en guise de tonnelle. La vue sur Pico est magnifique et la chambre tout simplement délicieuse.

DSCN2773-copie-1.JPG
La chaleur nous pousse à rejoindre l'océan. Christian nous indique justement une faja ou nous pourrons nous adonner à une de mes activités favorite : le snoorkling (ou masque-tuba en français, éléments obligatoires si vous séjournez aux Açores). Les fajas semblent devoir leurs origines aux effondrements de falaise. Sao Jorge en compte 46 dont une trentaine dans le nord. Nous partons à pied pour l'une des rares située au sud : la Faja das Almas. Une petite marche d'environ 4 kms en passant devant la très jolie église de Santa Barbara.

DSCN2774.JPG
Puis après un éprouvante côte par "el caminho de la iglésia" (le chemin de l'église) et une descente ensoleillée nous découvrons un petit morceau de terre en contrebas uniquement accessible à pied.

DSCN2775.JPG
Une piscine naturelle aménagée peu profonde (et accessible même aux enfants) permet d'observer des centaines de poissons dignes des plus beaux aquariums. Un snoorkling à ne pas rater si vous êtes à Sao Jorge.Certains s'adonnent coté océan à la pêche sous marine et en sortent des spécimens impressionnants.
Après 2h00 de contemplation aquatique nous entamons le retour sous un soleil mordant mais heureux de cette découverte. Le soir tombe et nous nous prélassons sur notre terrasse en compagnie d'un verre de vin rouge portugais pas inoubliable mais qui prend une autre dimension devant ce spectacle de lumière...


DSCN2776.JPG

Prochainement : la fameuse rando Serra De Topo - Faja dos Cubres

A SUIVRE






Voir les commentaires

Pico épilogue...

23 Septembre 2007, 17:27pm

Publié par Docadn

Au delà des randos détaillées précédemment l'île regorge de nombreux points d'interêts et d'activités. Tout d'abord les nombreuses pistes (sans parlez d'un des plus beau réseau routier croisé aux Açores) qui sont largement carrossables et réservent rarement de mauvaises surprises.Qui dit île dit bateau dit poissons voire gros poissons...Comment ne pas citer le pape du Whale watching. En effet sans Serge Viallelle, l'île n'auraient pas vu naître cette activité totalement inouïe car succédant à la chasse baleinière. Il a défini la charte et les règles d'approches des cétacés qui sont depuis appliqués par tous et depuis près de 20 ans ne cesse de communiquer sa passion. il a notamment organisé toute la logistique des équipes de tournage sur les Açores du prochain opus de Jacques Perrin actuellement en bouclage se déroulant sur toutes les mers du monde...
Amateurs de grottes vous découvrirez à travers la gruta das torres la 12ème grotte mondiale (en taille avec ses 5,150 kms)

DSCN2756.JPG
issue d'une coulée de lave. On en visite environ 800 mètres. Elle a le grand avantage de ne pas avoir été défigurée par des autoroutes de béton et autres projecteurs aveuglants. elle se visite à la frontale et la guide (commentaires en anglais ou portugais) est tout simplement passionnante et passionnée... Elle s'attache a nous expliquer toutes les étapes de formation de ce remarquable couloir de lave souterrain agrémenté d'anecdoctes succulentes. Vous apprendrez notamment ce qu'est la lave "biscoito"... Puis y vous croiserez une queue de baleine et la joconde...
Coté cuisine de par l'isolement de Piedade, nous avons soir après soir gouté à quasi tous les plats de O ponta da ilha à
Manhenha. Une excellente cantine. Pour les pique niqueurs c'est à Fogos (en dessous de Candelaria) que nous avons découvert une jolie aire aménagée et déserte (qui comme ailleurs doit être prise d'assaut le dimanche) avec une jolie vue maritime (en fait vous suivez la route goudronnée vous passez un beau dragonnier et la 1ere piste sur votre gauche vous y êtes). Prenez le temps de savourer le calme des petits ports comme Calheta De Nesquim (là aussi un kiosque aux motifs viticoles) ou d'admirer les très belles vagues et le coucher de soleil dans le joli hameau de Cais do Mourato.
Mais l'image qui marque tous les hôtes de Pico est cette montagne visible de quasi partout (sauf à Piedade) et qui rythme la vie de tous les habitants. Même caché on sent sa présence par les flancs massifs qu'il laisse toujours apparaître. Aussi sur la centaine de photos réalisées sur cette île une bonne trentaine concerne uniquement ce pic de balsalte.

DSCN2660.JPG
Mais l'île montre parfois un visage commun à tous les pays mais avec sa touche personnelle...

DSCN2761.JPG
Une île fascinante que nous avons découvert par Madalena et que nous quittons par Sao Roque (Cais Do Pico).
Moins d'1h00 après commence un nouveau périple...

DSCN2763.JPG
A SUIVRE


Voir les commentaires

1 2 > >>