Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #angers

Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris

18 Mai 2016, 18:47pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Eh non, ce blog n'est pas tout à fait mort !!

Nous aurions pu diagnostiquer, un peu hâtivement, une activité cérébrale guère plus intense que celle de Siné, mais non, un énième bras clavier d'honneur pour faire la nique à tous les croque-morts du net....

Plus sérieusement, un silence que je rejette sur une bonne grosse flemme, suivie d'une très mauvaise gestion de temps !!

Je reprends donc textuellement la bafouille commencée le 09 mars dernier... et qui arrive à qui sait attendre !!

Article mitraillette, pour évoquer 3 adresses en faisant l'économie de 2 articles !!

Commençons par Angers, où notre migration annuelle aux grands raouts picologiques angevins, nous oblige à nous sustenter sur place le soir venu.

Cette année, pas de grande anticipation sur l'adresse à disséquer (tout est complet 3 semaines avant le week-end mondial angevin du speed dating alcoolique entre vignerons et cavistes).

Seul L'1.10 est prompt à accueillir 1 hippie, 1 dealer de fromages montagnards, 1 Limousin au moral de Droopy sous Xanax et votre serviteur.

Ouvert en fin d'année 2015, L'1.10 (vous avez compris le nom, hein, je vous fais pas un Grafcet) est drivé par un duo salle/piano composé de Peter Emmonet (Comptoir du Lac à Annecy) et Antoine Laborie.

Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris
Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris
Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris

Déco épurée se voulant chic et sobre, un poil froide pour le coup vu le relatif dépouillement. Accueil plein sourire, voix douce et bonne gestion des arrivées décalées (les retardataires dealant du Comté sous le manteau par exemple).

Les volumes nous font dire que les décibels vont rapidement couvrir le bruit de nos couverts et transformer nos débats en harangues romaines... mais point du tout, avec une salle à moitié remplie.

Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris
Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris
Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris

Au global, c'est "gentil et osé" !!

Gentil parce que c'est pas mal fait/présenté mais que ça manque de "caractère" dans les expressions (sans parler des portions relativement chiches en entrée).

Osé, car l'improbable "betterave-sésame", en dessert, marche même avec un betteravophobe comme moi !!

Carte des vins riquiqui (une dizaine de vins), au choix forcément limité. Service discret et efficace.

Un plan B consensuel et pas trop cher le soir (25€ la séquence entrée-plat-dessert), quand les bistrots les plus populaires de la ville sont blindés.

L'1.10
11 rue Louis de Romain
49100 Angers
Tél : 09 83 68 20 77
www.lindice.fr
Fermé mercredi et dimanche

Retour dans ma Breizh d'adoption où, faute de place sur le parking de l'Allium, je me replie sur Erwan, un bistrot fréquenté positivement une fois au déjeuner.

J'y découvre une nouvelle enseigne : Ty Mad.

Erwan( Ansquer) a migré début 2015 à l'autre bout du centre-ville. Après 15 ans à tenir son resto éponyme, il sévit désormais au sein de Bistrot-Quai (ex-Cap-Horn).

Du coup, foutu pour foutu, je m’assois chez Ty Mad.

Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris
Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris
Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris

Peu de changement dans la déco de Ty Mad Vs Erwan !!

On a toujours l'impression de rentrer dans une crêperie-musée, qu'on retrouvera forcément au Puy du Fou, dans 3-4 ans, quand la scénographie "du temps de nos grands-mères" sera prête !!

Séquence entrée-plat-dessert à 18 balles, avec des rillettes pas mal, mais une sauce sucrée conjointe dispensable.

Un cabillaud à peine cuit (à ma demande) qui flirte avec le sushi en son centre, quand les légumes (dont la majorité d'entre-eux me sont aussi salivants qu'un Mouton-Cadet chambré) sont bons à très bons, aux cuissons impeccables !!

Le café n'a rien de gourmand, il est même très nul à ce niveau.

Service sobre et hésitant, carte des vins nulle... on pourra presque hésiter avec le menu à 24 € (19 avec entrée-plat) aux intitulés appétissants pour les entrées, mais aux plats et desserts convenus.

Tout-petit-bon-plan-pratique-pas-cher-frais-sans-prétentions-pour-déjeuner !!

Ty Mad
1-3 rue Aristide Briand
29 000 Quimper
Tél : 02 98 90 14 14
Page FB

Et pour finir, 1 adresse parisienne.

Déjà fréquentée côté bistrot, on m'a vanté l'arrivée toute récente d'un "nouveau-nouveau cuistot".

L'accueil y est plus "frais" que les fois précédentes (beaucoup de résas... et moi, comme d'hab', les mains sur les couilles à l'improviste), une table Tétris (comprendre celle où l'on bouge ses voisins pour s'emboîter jusqu'à l'addition, poche à pisse obligatoire).

Pour cette seconde visite, je tente la carte "côté resto".

Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris
Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris
Tables en Vrac à Angers, Quimper et Paris

Le "tartare de daurade au citron confit, lait de concombre, émulsion de betterave" arrive 3'30 après la prise de commande. Frais, savamment épicé, mais à la betterave "Hello Kitty" dispensable.

L'assiette de "poitrine croustillante de porc laquée aux épices, pluma ibérique de Metzger, patate douce" est par contre d'une nullité confondante.

Les 2 viandes, aux cuissons admirablement ratées, sont plus grasses qu'un confit sumo nourri aux cheveux de Benjamin Biolay, ...

Cette grosse contrariété, adossée à un service étonnamment frais par rapport aux expériences précédentes, met en exergue des détails sur lesquels je ne m'étais guère appesanti lors de mes derniers passages côté bistrot.

Du coup, j'ai trouvé la carte des vins chère (je parle des vins au verre), même si son casting est toujours d'une remarquable pertinence !!

En somme, je préfère la partie bistrot... en espérant que rien n'a bougé avec le nouveau cuistot !!

Le Petit Sommelier
49 Avenue du Maine, 
75014 Paris
Tél : 01 43 20 95 66
www.lepetitsommelier.paris

Allez, c'est tout pour la reprise.... j'ai désormais 2 mois de retard sur les tables et 12 pour le vin... au plaisir de vous écrire avant l'arrivée de l'été !!

Voir les commentaires

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

6 Février 2016, 18:04pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Au lendemain des Pénitentes, nous tentons aussi une première incursion dans le salon estampillé "rock en bouche" (c'est moi qui le surnomme ainsi).

Les Anonymes se veut un salon dédié aux talents de demain, à ceux qui n'ont pas encore, ou n'auront jamais, les moyens financiers ou médiatiques d'accéder aux grands salons voisins...

Une seule condition : être dans la mouvance nature-bio-biody-permaculture et aimer les shampoings pour castors.

Je m'attendais à un peu plus de "dreads-clopes roulées-anneaux écarteurs", mais nos hipsters des Pénitentes sont encore là !!

Si je me suis taillé une solide réputation dans les choix souvent risqués l'éclectisme des vins que je goûte et achète, mon collègue de goulot est beaucoup moins aventureux dans ce domaine. L'exercice qui va suivre va renforcer cette conviction.

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

10h15, c'est déjà la cohue dans les salons Curnonsky !! On annonce près de 300 tickets vendus en 15 minutes !!

Nous errons quelques minutes, tentant de repérer quelques noms familiers, puis de nous arrêter au "bar vigneron".

L’entame se fait avec Sébastien Fleuret et son "Refaire le monde" 14, au fin sr plutôt intégré, à la finesse évidente.

"Léon 14" (semi-carbo) glougloute naturellement, sur fond de raisins bien mûrs et épicés.

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

Un petit tour chez Lilian Bauchet, qui semble enfin "respirer" avec son nouveau domaine, aux dimensions (3,5 ha) plus adaptées.

"Point d'Orgue" 13 se goûte sec, presque austère en l'état, avec une volatile "limite".

"D'une Rive à l'autre" 14 (habitant d'un côté, ses vignes sont sur la rive opposée de la Saône) offre un léger perlant, associé à une typicité toute "beaujoloise".

Pour finir, "Amor Fat" 14 donne dans la grenadine, le juteux enthousiasmant et une finale aux jolis amers.

4 cuvées normalement dispos, mais la dernière était "sur le flanc" selon son géniteur.

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

Détour par Péchigo (Sylvain Saux, 1,3 ha en rouge, 1,2 en blanc), avec un carignan 13 perlant, mûr, très souple, un mauzac 09 poivré, puissant aux amers limites, puis pour finir, une cuvée 08 à dominante de chardo, juste imbuvable en l'état, malgré la sympathique finale miellée.

Chez Bouju (absent, sûrement débordé à fermer un carton), une "Violette 14" juteuse, à la fine volatile, alors que "Brutal 14" est bien plus net (syrah/gamay 50/50).

Julie Brosselin (ex-Le Petit Domaine) s'est lancée toute seule, comme une grande !! Son grenache 14 a le nez qui déboite chafouin, une bouche oxy, une finale épicée moins sauvage.

Son cinsault 15 respire la carbo et glougloute sans efforts. Son "Rue d'la peste" 15 (carignan/syrah) offre un généreux jus, à la jolie finale.

"Queue de comète" 15 (mourvèdre/cinsault 50/50) est simple, plein, mûr, là encore joliment juteux.

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

Grosse série chez Pierre Boyat, avec pour démarrer, "Les Cabanes" 15 (très jeunes vignes) d'une netteté modèle, adossée à une évidente gourmandise !!

"Bois de Lune" 14 a une volatile ravageuse, une matière "rock de chez rock", "Noir de Rouge" 14 offre des tannins rugueux, la version "bois" a une volatile encore plus prononcée.

"Les Rennes" 14 (sur granit) est simple, le St-Véran 14 très épicé et plein, le même sur 13 est plus bordeline, quand le 12 (2 ans de barrique) délivre un voltage à ressusciter Cloclo et le King simultanément, le tout sur un fil"rock barré nature débridé".

Partons dans le Jura, avec une salvatrice découverte postée juste à côté de Lilian Bauchet : Didier Grappe.

Le savagnin ouillé 14 "poire comme un ch'nin", c'est net, très gourmand pour "dé-Lignac-iser" l'expression.

Le "Chant Rouge" 11 (chardonnay) balance un curry puissant au nez, quand la matière file bon train, sur l'amande, entre les badingoinces.

La bulle de "Clash" (vin mousseux de qualité selon l'étiquette) malgré un joli crémeux, laisse une impression brouillonne dans son effervescence peu rectiligne (chardo/savagnin).

Un rouge pour finir, mariage improbable de pinot noir-trousseau-chardonnay et poulsard qui glougloute de plaisir.

Julie Balagny est toute rouge, dynamique et ne manie pas la langue de bois !! Quand c'est barré, elle assume et le reconnaît !!

Son Beaujolais 15 est simple et pas mal, le MAV (moulin-à-vent) 15 très perlant, à la matière nette, "Pestiféré" 14 l'est moins que son nom.

Retour au "bar du vigneron", pour une escale chez Joseph Paillé, qui en a fini avec L'Anjou !! Le voilà désormais Roussillonnais depuis septembre 2015 !!

Le Domaine Benastra proposait un Côtes-du-Roussillon 15 (syrah-grenache et ??, j'écris mal bordel), déjà fort aimable, Benastra 15 (syrah-grenache-mourvèdre, tiens c'est lisible là), au métal jaillissant, au jus expressif, puis pour finir la gamme magenta, un 100% grenache à la finesse palpable, sans lourdeur, malgré le côté très mûr du jus.

Un Benastra blanc 15 pour finir (maccabeu-chardo), juste, fin et frais !!

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

Pierre Borel bosse sur un jardin de 2 ha à Bourgueil. Il n'en vit pas encore totalement, pourtant le résultat montre qu'il mérite d'y consacrer tout son temps !!

Son Bourgueil 12 (éraflé) a profité d'1 an d'élevage, se goûte comme une jolie carbo, glissant sans peine jusqu'à la glotte toute heureuse de cette vinothérapie de qualité.

La version 11 montre déjà des signes d'évolution, savant mélange de douceur et de rugosité !! De plus, les prix sont abordables (en direct, comptez moins de 10 €).

Chez L'Escarpolette (Yvo Ferreira), on sert en "chaussettes doigts" sur un piédestal en carton !! Un blanc 15 qui muscate (forcément y'en a), frais, aux sr évidents. Brutal 15 (ils sont plusieurs vignerons à éditer une cuvée Brutal, avec la même étiquette), pète de fruits rouges, tout en restant sec et frais. Escarpolette 14 renifle la "carbo évoluée et sucrée", alors que son cinsault 14 respire la plénitude et la générosité d'un jus. Sur la version 13, des arômes de viande grillée occupe une matière à l'impression, là encore, d'évolution rapide.

Soyons honnêtes, si mon collègue de goulot a grimacé quelques fois, j'attendais aussi un pourcentage plus élevé d'effluves inspirés d'écuries normandes !!

Par contre, on ne peut passer sous silence certaines volatiles débridées, voire carrément délirantes, plus ou moins assumées par leurs géniteurs !!

Les Anonymes, un happening moyennement taillé pour les "radicaux-centristes du vin" comme moi, même si de bonnes surprises s'y dissimulent habilement.

Force est de constater que ce salon plaît assurément à un public venu en (grand) nombre, dont une majorité était déjà présente aux Pénitentes !!

Billet écrit sous rhume XXL, pendant que d'autres collègues de goulot me narguaient avec leurs quilles et leurs plats pour la Xème LPViade BzH à Rennes !!

Voir les commentaires

Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...

1 Février 2016, 19:40pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Le clavier se fait fainéant, les sujets s'accumulent, le retard aussi.... et pas "d'avis à chaud sur les déchus ou les gagnants du Gros Rouge" !!

La ritournelle des salons des vins de fin janvier/début février revient comme le Nothomb de septembre, sauf qu'avec Amélie on ne s'attend plus à rien !!

Cette année, l'organisation de "Renaissance, Greniers St-Jean" avait décidé de "taper du poing", en réservant l'accès au salon strictement aux professionnels.

Vu que je suis un garçon moins rebelle que mon désordre capillaire, j'ai entendu le message et n'ai pas foutu les pieds au "salon des professionnels".

J'apprendrai pendant le week-end que les amateurs les plus fidèles n'ont pas changé leurs habitudes, qu'ils ont pu vaquer sans le moindre souci à leur dégustation favorite !!

Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...

En ce dernier samedi de janvier, nous découvrons, Oxyboldiman et moi, "Le salon les Pénitentes", qui se déroule au sein du très bel Hôtel des Pénitentes.

Une trentaine de vignerons accueillent des professionnels (eh oui, c'est aussi un salon pro) et des amateurs comme nous !!

90 vins plus tard, un constat se dégage : pour la sélection présente revendiquant un esprit nature du vin, ça ne sent pas du tout le rectum de dindon !!

L'entame du salon s'est faite avec les très jolis 14 de Thomas Pico, sur le point de reprendre les 10 ha de son père !! La "nouveauté" réside (pour nous) dans la cuvée Vaillons (élaborée depuis 2012, issue d'achat de raisins à son meilleur pote), plus "ronde" que Jouan, Butteaux ou Beauregard.

Chez Cossard, c'est le St-Romain 13 (Sous Roches) dont la suavité et la délicatesse me scotchent quasiment !! Les autres cuvées (en rouge, comme en blanc) sont moins impressionnantes, mais très loin d'être déshonorantes.

Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...
Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...
Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...

Chez Benoit Courault, une Eglantine 15 à l'esprit "Strauwberry Fields" de Stéphane Rocher, "Les Guinechiens" 13 est compact, puissant et épicé, quand "Les Tabeneaux" 15 largue à chaque gorgée une belle matière extrêmement fruitée et plaisante.

Chez Villemade, ce sont le sauvignon 14 "explosif et fruité à mort", ainsi que Les Saules 14 (romorantin), fin et délicat, qui retiennent mon attention.

Chez Mosse, je retiens le joli squelette d'Arena 14 (Savennières) et le beau ciselage de Bonnes Blanches 14. Contrairement à Alain, j'ai trouvé Rouchefer 14 alcooleux et déjà "anormalement évolué".

Passage chez Frantz Saumon (Montlouis) à la gamme cohérente, au Minéral + 14 assez remarquable.

Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...
Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...
Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...
Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...
Les Pénitentes 2016 à Angers, le (tout petit) débrief...

Après une escale au Clos Tue-Boeuf, nous partons à l'assaut de l'étage.

C'est le très strict (et peu rieur avec nous) Emmanuel Lassaigne qui nous accueille. Vignes de Montgueux, Le Cotet, La Colline Inspirée, Millésime 2007.

Sur à peine 6 ha (allez voir le site internet, très soigné, mais si comme moi vous cherchez juste des renseignements techniques, vous aurez juste envie de défenestrer votre ordi).

Des champagnes de très haut niveau, à la bulle de "laser", à l'expression vineuse aboutie !!

Chez POB (Pierre-Olivier Bonhomme), une foule de cuvées (achat de raisins+vignes en propre) cohérentes, à la personnalité et au caractère bien établis.

J'y retrouve notamment Telquel 15 (pinot noir-gamay) au glouglou de bon aloi, ainsi qu'un KO 12 (côt) mûr et plein !!

Cap à l'est, chez Belluard, où seul Le Feu 14 (gringet) m'interpelle assez par son côté "moins sudiste", presque un "angevin des alpages" !! Belles étiquettes en passant !!

Une autre découverte que Vini Viti Vinci (négoce-achat de raisins), à la gamme aboutie et précise, aux Irancy assez bien foutus, quand Coulanges la Vineuse 14 fait dans le "rhaaaa gourmand, j'ai soif, glouglou"...

Déceptions multiples chez Foillard, Les Foulards Rouges, Le Briseau, Meyer (sauf son superbe de Muenchberg 13)... mais déjà les Anonymes se profilent...

Si on allait manger en attendant...

A suivre.

Voir les commentaires

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 2

4 Février 2015, 21:26pm

Publié par Docadn

Bonsoir,

Un excellent dîner à "La Table d'Anjou" à Tiercé (résumé à venir), suivi d'une nuit sur le dos (ou comme notre limousin, à faire la teuf toute la nuit avec des djeunes), avant d'attaquer la suite et fin du grand raout bachique angevin.

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 2
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 2
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 2

Première étape chez Sébastien Mann, dont je retiendrais seulement le Riesling Altengarten 12 à la profondeur notable, ainsi que le Riesling Grand Cru Pfersigberg 11 racé et précis.

Toujours en Alsace, chez Zusslin, seul le Riesling Clos Liebenberg 07, par sa singulière beauté, est parvenu à m'émouvoir.

Direction le Burgenland en Autriche, pour le Domaine Gutt Oggau, avec des blancs aux fruités et aux équilibres enthousiasmants, que les rouges ne confirment pas, en dehors de Bertholdi 11 au soyeux imposant, épaulé par un Joschuari 12 au crayeux et à la fraîcheur marqués.

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 2
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 2
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 2

Retour dans l'Hexagone, chez la star "franco-nippone" du Château Le Puy, où Emilien 10 (millésime des 400 ans du domaine !!) domine de la tête et des épaules les versions 11 et 12 de cette cuvée. Pour Barthélemy (sans soufre), c'est sur le millésime 11 que je trouve le plus de plaisir !!

Chez Le Soula, grosse claque avec le "blanc" 07, alors que c'est le "rouge" 10 qui m'impressionne par sa finesse, sa puissance et sa cinglante netteté !!

Gros passage à vide chez Gramenon, où presque tout me semble sucré et/ou astringent au possible !! Seule La Papesse 14 tient son rang par sa grande mâche et son élégance.

Chez les soeurs du Clos Fantine, La Lanterne Rouge 14 est déjà une grosse gourmandise, quand Faugères 13 et Courtiol 13 ont une astringence rédhibitoire à ce stade !!

Sympathique "rang à boire" au Mas des Chimères, avec en pointe le "blanc" 13 frais et net. En rouge, l'échantillon tiré sur cuve de Nuit grave 13 semble déjà bien en place.

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 2

Déjà la fin du salon pour mon palais exténué. Je me "termine" aux sucres, d'abord chez Tessa Laroche, avec une Cuvée de l'Abbesse 13 à l'équilibre épatant.

Puis un dernier "grand" verre que cet Auguste 14 (ex cuvée Vieilles Vignes) du Domaine des Sablonnettes (Christine et Joël Ménard), à l'amplitude, au fruité et à l'équilibre magistraux !!

Il est déjà 13h00, je quitte Les Greniers (bondés) avec une seule certitude : après 400 "grumages*" (et quasiment autant de crachats), j'aime toujours le vin et ses géniteurs !!

* Néologisme personnel tiré du verbe "grumer"

Voir les commentaires

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

2 Mars 2014, 09:34am

Publié par Docadn

Bonjour,

3 ème et ultime étape du marathon angevin bachique des Greniers St-Jean, version 2014.

Nous nous étions quittés avec la maison Nikolaihof, domaine allemand autrichien avec lequel nous avions débutés la matinée dominicale.

Place aux ligériens avec, pour poursuivre, Vincent Carême (absent lors de notre passage).

On nous propose Le Peu Morier 12 et sa jolie mâche, suivi par Le Clos 10, plus tendre, plus fin aussi.

Brut 11 a la bulle tonique, des amers appuyés, quand L'Ancestrale 11 a une bulle plus finement "calibrée".

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

Tous les vins nous sont présentés par Michel Autran, sympathique vigneron à la tête de 3,5 ha sur Vouvray (plus quelques parcelles "en cours de récupération").

Il en profite pour nous faire déguster Les Enfers Tranquilles 12, à l'acidité et vivacité de bon aloi, quand la version 13 (encore en cuve) est une très belle promesse à venir...

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III
Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

Cap à l'est, avec le volubile Stéphane Tissot, dont la Mailloche 11 affirme une immédiate puissance, couronnée de finesse et de caractère poivré.

En Spois 07 affirme une finesse encore plus soutenue, des amers très expressifs, à l'étonnant cumin en finale.

La Vasée 07 est plus retenue, quand Les Bruyères 07 donnent dans le "tourbé écossais" !!

Pour finir, le 1er Château-Chalon du domaine (07), à la finesse d'un En Spois, au caractère déjà affirmé d'un grand Jaune, avec un grand J, comme la Marque Jaune (qui n'en porte pas toujours un, de grand J) !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

Chez Josmeyer, un Pinot (blanc) 12 relativement frais et gourmand, juste devant un H12 (vieilles vignes d'auxerrois) devant lequel mon carnet est resté muet.

Kottabe 12 (riesling) affirme plénitude et finesse poussées, quand Pierrets 11 fait dans le cliché pétrolier, avec moins de "sr qui traînent"...

Hengst 11 est plus large que long, bon au bout du compte.

Gri-Gris 12 (rassemblant tous les pinots) est un poil myopathe tendre, quand Folastries 12 fait dans le gaz et le litchi (pas anormal pour un gewurztraminer, concernant le dernier cité).

La version Grand Cru Hengst 08 affiche aussi une tendreté peu excitante, alors que pour finir, le Pinot noir 12 s'exprime entre fraîcheur et une finale un poil asséchante.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

Chez Baudry, Chinon 13 balance déjà fruits et matière mûre, très mûre, pour ma pomme.

La cuvée Domaine 12 donne dans la fourrure des "vins natures-bios-au-plus-près-du-terroir", quand la bouche se révèle nette, pleine, au crayeux marqué, aux épices explosives.

Grézeaux 12 est plus souple, toujours crayeux, au caractère "vendange entière" malgré l'égrappage revendiqué....

Clos Guillot 11, malgré sa réduction prononcée, dissimule une très jolie matière.

Pour finir, Croix Boissée 11 donne aussi dans la craie le "stylo pour tableau noir", sur un registre serré et salivant à la fois.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

La très "courue" Ferme des 7 lunes (Jean Delobre très patient avec les êtres humains moins poilus que nous autres filles, moins avec d'autres) nous présente tout son casting, avec un St-Joseph 11 très frais, à l'oxydation "ménagée", quand la même version en 08 affiche 10 g de sr, un nez plus "nature", un "caractère oxydatif" plus tranché.

Du côté des rouges, St-Joseph 12 (mise de 3 semaines) verse dans la tapenade, quand la bouche ultra-fruitée laisse de sensationnelles impressions !!

Le "1er quartier" de cette cuvé St-Joseph 12 (n'insistez pas, je ne me souviens absolument pas à quoi correspond cette dénomination) est plus austère, quand Chemin Faisant 12 est un fantastique jus, caressant sûrement mieux les sens qu'un onéreux gadget d'un Dorcel Store.

Une surprenante et très jolie série au domaine Le Mas de mon Père, avec Cause Toujours 12 (grenache-cinsault) gourmand, M comme je Suis 11 cohérent, quand la version 12 (100% merlot) se fait plus suave et finement végétale.

C'est Comme Ca 12 (carignans centenaires) délivre une superbe matière, face à la franche austérité de Partez pour le Rêve 11 (cab' franc/cab' sauvignon), puis Insolite 11 (pur malbec) à l'étonnant crayeux de ce jus issu des grès.

Une bien bien pourrie pour finir !!

Une bien bien pourrie pour finir !!

"Je me termine" en Roussillon, au Domaine Jean-Philippe Padié, où Calice 12 (carignan) expose ses fruits gourmands, Petit Taureau 11 (carignan-syrah) son joli jus épicé, puis pour conclure, un Ciel Liquide 09 remarquable.

Ligne d'arrivée, ouf, on embarque le verre dégueu habillé aviné, une soupe et au lit...

Merci Les Greniers, merci les vignerons, merci Sim et Oxyboldiman !!

Voir les commentaires

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume II

23 Février 2014, 11:52am

Publié par Docadn

Bonjour,

C'est reparti pour une "revue ussainboltienne" des vins croisés lors des derniers Greniers St-Jean à Angers.

Nous repartons vers quelques rouges, en démarrant par Mélaric et ses Billes de Roche 11, au cab' franc typé, mêlant fourrure au nez et suavité sur la langue.

Cerisaie 12 a un splendide "toucher de bouche", sans occulter le crayeux puissant, assorti d'une astringence évidente à ce stade.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume II

Chez Sébastien David, on a l'habitude de faire la mise quasiment sur le parking des Greniers, pour présenter les vins à temps !!

Hurluberlu 13 (la mise date de 3 jours) est tout simplement déjà très gourmand, quand Amphore Ever 13 semble cacher une petite pointe acétique derrière une matière pleine, charnue.

Sensation vite oubliée grâce à Kézako 12, au fruité net, à l'esprit "bon gros canon sympa".

Vin d'une Oreille 08 pinote allègrement, avec son cortège de lacté-boisé-crémeux.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume II

Direction le Rhône, chez Gramenon, avec pour entame, Poignée de Raisins 13 au nez "sureau-cranberries", à la matière "top fruitée", quand Sierra du Sud 13 se fait suave et cosmétique.

Les Laurentides 12 se signalent par une astringence très marquée, quand Papesse 13, relativement perlant, fait dans l'austérité quasi monacale.

Finale avec Sagesse 13 (pas de Mémé sur le millésime 13), qui est tout simplement TOPISSIME !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume II

Chez Jean-Pierre Monier, le viognier 11 est d'un "faditude" démoralisante, quand le St-Joseph 12 est plus complexe, largement plus suave.

"L'increvable" Châtelet 08 (St-Joseph) est réduit mais "pur", quand Châtelet 12 est très bon, mais plus "light" en structure.

Pour finir, Les Serves 11 (St-Joseph), au boisé marqué, bien plus charnu que les 12, pourrait-on conclure sur ces gorgées...

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume II

Au Mas de Libian, Vin de Pétanque 13 a les mêmes caractéristiques organoleptiques le même pif que Poignée de Raisins de Gramenon.

Khazan 13 est né d'une coulure de grenache qui a empêché l'élaboration de la cuvée Khayyâm. Ainsi, la contraction entre Khayyâm et Bout d'Zan a donné le Khazan.

Bout d'Zan 12 signe fraîcheur et puissance, quand Khayyâm 12 (80% grenache, 10% syrah, 10% mourvèdre) semble plus mûr et charnu.

Calade 12 (90% mourvèdre, 10% grenache), malgré des tannins anguleux, affiche une très belle matière !!

Chez Pierre André, le CDP 11 (lire Châteauneuf-du-Pape) a une acidité marquée, pour un vin plein, très mûr.

La version 10 exhale une pointe de vernis, pour un ensemble suave, dans un registre "Bien +" écriront ceux qui refusent de mettre des étoiles ou des notes à la Parker !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume II

Clos Fantine propose une Lanterne Rouge 13 tout simplement "très glouglou". Le Faugères 12 poivre allègrement, quand Courtiol 12 "syrahte" à fond.

La nouvelle cuvée Arc-en-Ciel 13 (carignan-mourvèdre-syrah) est une petite tuerie top juteuse !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume II

Petit passage à vide chez "Les 2 Ânes", quand Le Soula nous propose, pour commencer, Trigone L11 (composé de 4 millésimes) à la mâche et au cousinage étonnant avec un muscadet (pas mal pour un 80% en maccabeu).

Le Soula 10 (sauvignon-maccabeu-grenache blanc) poivre intensément, quand Le Soula 07 donne dans l'oxydatif et la volatile garantis !!

Pour les rouges, Le Soula 10 (à ranger dans la catégorie "top très glouglou") par sa simplicité, son côté très avenant, nous dispense de dissertation interminable à son sujet !!

Le Soula 07 monte d'un cran, par sa caressante matière et sa finesse remarquable.

Pour finir, La Macération du Soula 10 ("vin orange, ou blanc macéré comme un rouge", vermentino-maccabeu), aux saveurs de mandarine, au "nez sucré qui goûte comme un sec".

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume II

Petite séquence diabétique de douceurs chez Joël Menard (les Sablonnettes). Fleur d'Erable 13 délivre une très fine poire Williams, sur un squelette équilibré, quand son homonyme, en 10, marque par son botrytis et sa datte charmeuse.

Retour chez Mélanie et Aymeric (Mélaric), pour découvrir leur premier liquoreux (11) après 2 ans d'élevage.

Un délice terrible d'équilibre, au confit splendide, flirtant avec les 300 gr de glucose, saccharose, business pour dentistes !!

Chez les Delesvaux, l'accueil est toujours chaleureux (je suis obligé de le dire, ils gardent gentiment mon sac à dos de touriste, malgré mes vannes sur les sandales de Jésus de Philippe !!).

Feuille d'Or 12 est sec et rond, Authentique 12 fait dans l'aérien et l'iode, quand la Passerillé 12, Les Clos 11 et SGN (pour Sur Grains Nobles) montrent encore toute la maîtrise de "l'homme qui joue au foot avec des socles de charrue" !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume II

On nous vante depuis 24h00 des vins autrichiens extraordinaires !!

Nous parvenons au stand pour goûter aux breuvages de la maison Nikolaihof.

Nos collègues de goulot ayant omis de préciser le nom du "domaine à goûter à tout prix", vu qu'il y en avait 2, nous avons donc goûté à "l'autre" (de plus "le bon" n'était pas à son stand au moment de la dégust').

Im Weingebirge Grûner Veltliner Federspiel 2012 a une acidité de diable, quand la version Smaragd 2011 (à la place de Ferdespiel, faut suivre un peu !!) dégage une fraîcheur et un petit côté aligoté gourmand, le tout porté par une acidité salvatrice.

Le Vom Stein Riesling Federspiel 2012 détonne par son côté "muscaté", porté par un riesling puissant.

Le Steiner Hund Riesling Reserve 2009 est une démonstration de finesse et de longueur.

Le Vinotek Riesling 1995 (16 ans de foudre) est un ovni "alsaco-riesling-dingo-on-a-les-repères-qu'on-peut" stupéfiant.

Pour finir, le Hollerblüttensyrup 2005 (c'est l'intitulé en bas de l'étiquette) et ses 250 gr de sr sont au top des sucres du week-end !!!

Tous les vins sont commentés avec les notes Parker à l'appui (histoire d'être "impressionnés").

Après ce petit traité autrichien, mes yeux et mes doigts sont fatigués. Ce qui vous condamne à un 3ème et dernier volet de ce marathon alcoolique !!

A SUIVRE...

Voir les commentaires

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

16 Février 2014, 15:07pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Et voilà, comme un marronnier de février, le bulletin de santé (perso) du grand raout viticole "bio-biody-en-conversion" que je ne manque jamais de fréquenter en ce début de mois de février.

Toujours cette impression de "jour sans fin", que chacun s'applique à revivre et faire revivre par une indéfectible présence !!

Aussi, dès le samedi matin, papilles affûtées, nous entamons notre marathon annuel, sans objectif de chiffre ou de record (171 vins en 26h30, c'est juste pour mes stats annuelles).

Juste l'envie de se "régaler", de découvrir, de se faire suspendre, même si les mauvaises surprises sont forcément au rendez-vous !!

Comme un fidèle papy que les rituels rassurent, je démarre, forcément avec les bulles, avec Sim Ifif, puisque l'autre Papy-Limougeaud n'aime toujours pas ça !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Nous voilà donc en Champagne, avec le fidèle Domaine Marie Courtin en guise de mise en bouche.

Résonnance 11 (100% pinot noir) présente un caractère fermentaire, une bulle fine, aux jolis amers. Il y a pire comme entame !!

Eloquence (assemblage chardo 09-10) est tranchant, vif et acidulé. Concordance 10 pour finir (pinot noir) exhale la brioche, quand le jus est plein de peps, crémeux, frais !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

La Miss Fleury est revenue sur son stand.

Sa Fleur de l'Europe (6 ans sur lattes) est un brut nature, aux bulles serrées, à l'acidité élevée, quand le premier pinot blanc (09) du domaine, propose des bulles nerveuses, accompagnant un crayeux intense.

Le Brut (assemblage 06-07-08-09) a la vivacité affirmée, sur un toasté marqué.

Sonate N°9 (zéro soufre) a la bulle très délicate, pour des amers puissants.

Boléro 04 (pinot noir) est le 1er depuis 90. Il offre tranchant, amplitude et crémeux affirmés.

Le Rosé de saignée (09) est le plus vineux de la série, doté d'une fraîcheur évidente.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Chez Larmandier-Bernier, il n'y a hélas pas le très attendu Les Chemins d'Avise, nouvelle cuvée disponible depuis août 2013 !!

Pour autant, Longitude 10 (blanc de blancs) dégage finesse, vivacité et crémeux délicats.

Terre de Vertus 08 a une belle vinosité derrière ses bulles serrées.

Je me risque à citer les Vieilles Vignes de Cramant (absente du panel proposé), quand Sophie Larmandier me propose de le goûter sur 07 (au frais dans la glacière), pour découvrir un jus complexe, long, à la vinosité évidente !!

Le Rosé 10 (pinot noir, 3 jours de macération) hume la framboise, sur une trame simple et fraîche.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Chez Françoise Bedel, on nous fait l'article. Crouttes-sur-Marne, en biody depuis 98, cultivant majoritairement le pinot meunier.

Originelle (base 04) est un poil brouillon, plein, évolué, simple.

Dis Vin Secret (base 05) est un extra-brut très vif, ample, assez monolithique.

Entre Ciel et Terre 05 semble coincé dans un solide carcan.

Place à L’Âme de la Terre 04 (8 ans sur lattes), au nez finement oxydatif, à la bouche raccord, bourré de finesse, sur les "fruits à coques".

L’Âme de la Terre 03 (8 ans sur lattes aussi) est très évolué, crémeux, plein, aux amers vibrants.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Francis Boulard est de retour, mais pas tout seul !! Delphine, sa fille, est là aussi !!

Le Blanc de Blancs 10 (passage en foudre + malo) déroule sa puissance, son volume et sa finale languissante.

La version Vieilles Vignes 10 est plus tendre, plus vineuse, presque éthérée, aux amers marqués.

Rachais 07 (non dosé) dégage des notes de fumée, de noix, pour une matière acidulée, vive, très puissante, un poil courte, quand Rachais 05 à une jolie mâche !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I
Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Nous attaquons enfin les vins tranquilles, avec les De Moor et les Guillemot (ces derniers semblaient sponsorisés par Napapijri) dont les jus 12 ne m'ont guère fait vibrer (Bel Air et Clardy 12 des De Moor, pas goûté ce jour fut, tout récemment au 6 Paul Bert, convaincant).

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Nous bifurquons chez Zind-Humbrecht, avec un a priori peu favorable (au vu des sensations laissées les autres années), pour découvrir Calcaire 11 fruité et frais, un Clos Windsbuhl 11 phénoménal, éclatant, Brand 11 pétrolé, très puissant, juteux, un Rangen de Thann 11 exaltant de fraîcheur, un Pinot gris 11 éthéré, quand le Gewurztraminer 11 maison est fidèle aux clichés de litchi, rose, sur une trame aérienne, manquant un poil de mâche.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Chez Marc Tempé, pas moins de 7 cuvées proposées, avec du 07, des 09, du 10, des 11.

Le Grafenberg 09 (riesling) a une incroyable et juste "sucrosité-acidulée", le Pinot blanc 11 est exotique et frais, quand le Zellenberg 10 marque par son bel équilibre, son fin sucre intégré.

Le Schoenenbourg 07 (pinot gris, 3 ans de barriques) est d'un équilibre modèle avec ses 30 gr de résiduels et sa juste acidité.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Cap à l'ouest, chez Richard Leroy, dont les Rouliers 12 (encore en cuve) annoncent puissance,vernis, poire, et déjà un grand potentiel.

Les Noëls de Montbenault 12 signent un nez "pur", une bouche splendide, pour des amers finaux un poil marqués à ce stade.

Gros passage à vide chez Kenji Hodgson & Maï Sato et son Faia 12, dont j'avais plutôt apprécié le jus l'an dernier...

Chez Mélaric, 4 blancs dont un(e) Cerisaie 11 (pas filtré(e),malo faite) net(te), pur(e), étonnamment anisé(e).

Chez Château Tour Grise, ce sont les Amandiers 02 qui, par leur suavité et l'acidité relevée, retiennent tout notre attention. Sans oublier la bulle sauvage, ample et épicée de la Tradition 02.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Un pas sur le côté pour nous retrouver à la Ferme du Mont Benault de Stéphane Rocher. Son K.Blanc 12 a le crayeux et l'opulence singulières d'un cab' franc vinifié en blanc (avec 10% de chenin).

Grappes de Bulles 11 (cab' franc/gamay) fait presque dans le "frizzante frais".

Mais, comme il y a 2 ans, c'est Strawberry Fields 12, un gamay teinturier (donc pas blanc, faut suivre), qui m'espande totalement, avec sa superbe acidité, soulevant aisément les 70 gr de sucre.

Rapide arrêt chez Fosse-Sèche pour Arcane 11, doté d'un joli nez, à la matière opulente, riche, aux amers marqués.

Virginie Joly nous présente les 3 cuvées de l'emblématique Domaine de la Coulée de Serrant.

Si Bergerie 12 est ample, sur une note finement oxydative, Vieux Clos 12 exulte de richesse, de suavité, pour un caractère dominant un poil tendre pour mon bec.

Quant à la fameuse Coulée de Serrant 12, elle crie, au nez, un chenin puissant, qui s'avèrera un poil lâche, très poivrée, à la dureté en finale un poil marquée.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Au Château Yvonne, le Saumur 11 laisse une bouche compacte, fruitée et fort boisée succéder à un nez puissant !!

Quant à Le Gory 11 (100% bois neuf), il est plus "séveux", concentré, au fin bois, plutôt pas mal...

Revue des troupes chez Albert Mann, avec pour débuter, un Albert 12 au caractère oxy, sec, simple, quand le GC Schlossberg 12 est droit, net, frais, direct, salivant, puissant, malgré ses 8-10 gr de résiduels.

Le Furstentum 12 (riesling) donne dans les agrumes, avec un équilibre acide/sucre cohérent.

La version Pinot Gris 12 Albert est simple, relativement gouleyante, aux amers un peu grossiers.

Le Gewurztraminer 12 est standard, mais peu excitant.

Chez Vincent Fleith, nous entamons la série par un assemblage effervescent (pinot blanc-pinot noir-riesling) au nez évolué, à la bulle puissante.

L'Alsace 12 (composé des 6 cépages alsaciens, allez, on se les remémore, je ramasse les copie à la fin de la lecture) est très sudiste en texture, mais frais au final.

L'Alsace 11 (riesling issu du Steinweg, allez les alsaco-germanophones, deuxième copie à rendre dans l'heure) est standard avec ses effluves pétrolées.

Un Pinot Gris 10 frais et digeste, quand le Furstentum 09 (pinot gris) a une délicate et très très fine sucrosité.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Escale chez les Bret Brothers peu convaincante, sur les 12 proposés. Seul Quartz 06 était un peu la lumière attendue, malgré la "lâcheté" au final de l'ensemble !!

Allez, ça suffit pour le moment, je ramasse les copies pour les 2 questions posées ci-dessus.

La suite, avec du blanc et du rouge mélangés, prochainement...

Voir les commentaires

Mets et Vins Plaisirs à Angers...

3 Juin 2013, 06:16am

Publié par Docadn

Bonjour,

Après l'intermède des VdV, retour sur la suite de notre périple ligérien qui, comme dans les BD peuplées de gaulois moustachus et rieurs, se termine par un banquet...

Mets et Vins Plaisirs à Angers...

Retour à Angers, pour nous sustenter au "Mets & Vins Plaisirs", table reprise et baptisée ainsi en 2009 par Gaëlle & Richard Cerini.

Ce dernier aspirant à "créer une table de toute pièce", a aussi ouvert depuis août 2012 le XVIIème (dans l'ex-hôtel particulier "Gohin des Aulnays", 6 rue Claveau à Angers), aux aspirations plus gastronomiques que notre table du soir...

Nous passons devant la cave et une impression de vide nous saisit "au volume étudié", avant de rejoindre notre table dans une salle à la déco "branchée", que l'allergique au "lounge-Damidot" que je suis boude immédiatement...

L'accueil est très poli, un poil guindé pour un bistrot...

Mets et Vins Plaisirs à Angers...

Assez rapidement, nous jetons notre dévolu sur le "Menu 1er Cru" (37€). La question de "quoi boire" anime très vite notre hippie-motard.

Ici, le principe est simple : on va choisir directement dans la cave (à l'entrée, dans "l'espace très dégagé") avec l'aide du sommelier, la victime désignée...

Mais le choix est rude, surtout avec notre "polaire-man" aussi pointilleux qu'un régleur de Tourbillon, devant une sélection relativement maigre... pour des chieurs comme nous !!

                            Fondant de crabe aux agrumes, vinaigrette exotique

Fondant de crabe aux agrumes, vinaigrette exotique

Une entrée plutôt plaisante à regarder, par ses couleurs vives, au crabe à la texture un peu trop humide, à l'accord réussi avec les agrumes, à la vinaigrette trop exotique (en plus d'être "trop sucrée") pour moi !!

Thon rouge, sauce mangue & piment d'Espelette, billes de légumes

Thon rouge, sauce mangue & piment d'Espelette, billes de légumes

Les intitulés auraient dû faire reculer le fan de sucré-salé que je ne suis pas !! Mais l'espoir de voir le piment d'Espelette jouer les trouble-fête dans cette "salade de fruits maritime" m'a décidé à choisir ce plat, dont le thon rouge fut le principal alibi !!

Je ne m'éternise pas sur la cuisson du poisson (assez hétérogène, délivrant de vraies petites bouchées de bonheur quand d'autres gâchent la fête), mais plutôt la sauce sucrailleuse où surnagent d'agréables billes de légumes et d'autres de melon !!

Fondant au chocolat, sorbet coco

Fondant au chocolat, sorbet coco

Le sorbet coco ayant été (à ma demande) remplacé par un autre sorbet à l'origine moins douteuse bien meilleur (question de goût personnel, pas de jugement qualitatif), je termine ce repas par un fondant classique, servi trop chaud, dont les 11 000 calories de rigueur viennent tapisser la cuisine trop "sucrée" pour mon bec !!

Mets et Vins Plaisirs à Angers...

Pour le glou, c'est un Savennières Roche-aux-Moines de chez Damien Laureau qui accompagna par sa "grasse" son "opulence" et son "boisé ostensible" le repas, là où on nous promettait de la tension.

En conclusion, une cuisine relativement soignée, mais dont les "expérimentations" sucrées-salées présentent un déséquilibre rédhibitoire sur les plats goûtés...

Mets & Vins Plaisirs

44 boulevard Jean-Marc Ayrault

49100 Angers

Tél : 02 41 87 03 35

Voir les commentaires