Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #bat

Le BAT à Paris

11 Août 2014, 06:59am

Publié par Docadn

Bonjour,

Suivre les tendances, est un sport olympique dans le microcosme gastronomique parisien.

Gare au client qui "ne renifle pas" à temps la "mode dans l'assiette", synonyme d'un lapidaire "j'affiche complet pour les 2 mois à venir, tentez votre chance vers Noël" (ça, c'est quand ils daignent répondre) !!

Je ne vous refais pas la retape sur les burgers, les food trucks, les bars à viandes, les légumes-racines cultivés sur les toits des ZEP, les chefs japonais qui "revisitent le terroir parisien", qui font loi sur toutes les cartes des brasseries et bistrots à la crédibilité culinaire de lucioles porteuses d'Ebola...

Je peux dorénavant vous annoncer, sans trop prendre de risques, que la prochaine tendance (valable 1 mois, 09 jours et 03h00) sera de mettre un chef japonais dans un camion en pierres apparentes (aménagé par Peter Zumthor) et de lui faire faire des sushis-burgers façon andouille de Guémené au tandoor...

Cette vague se terminant lorsque le cuisinier aura servi au dernier péquin qui fait la queue (depuis 1 mois, 9 jours et 03h00), des tofus de vessies de dogue allemand snackés sur plancha...

Le BAT à Paris

Ces derniers mois (oui, parfois cela dure plus longtemps qu'un salon de l'agriculture), tartares et tapas (même si le ceviche fait encore de la résistance) semblent être "Ze tendance" dans quelques bistrots plus soucieux d'être "in" que de vous servir une "vraie cuisine".

Le BAT (joint-venture drivée par Joyce Levi et Emmanuel Cotsoyannis, auteurs-traiteurs des "dîners d'Eloïse"), sous la houlette de Yariv Berreby (ex-KGB), a lancé (en octobre 2013) le défi de vous proposer ces "entrées-grignotages" sous forme de vrais plats.

Le BAT à Paris

Pour commencer, pas la peine de vous acharner au téléphone pour une quelconque réservation, ce dernier reste immanquablement muet (pour une fois que je veux réserver).

Autant arriver assez tôt pour être sûr de trouver place... et de constater que de la place, il n'en manque pas au BAT.

Situé sur les "Grands Boulevards" (désert gastro selon les spécialistes, dont je ne suis pas), le BAT affiche une grande terrasse (pas très plane), plus une grande salle à la déco "actuelle-dépouillée".

Au centre de la salle, commis et cuisiniers s'activent, à la plancha, pour débiter les commandes.

Accueil sympa, pas puant du tout, à la cool.

Je m'installe à l'intérieur (même si la température donnait plutôt envie de dîner en terrasse, la perspective de manger sur une table inclinée de 15°23', adossée aux 400 décibels de la circulation sur le boulevard, ne s'y prêtait pas du tout).

Carte rapidement en main, je démarre en commandant 2 "tapas".

Croquettes de veau, condiment, piment doux

Croquettes de veau, condiment, piment doux

Salade de poulpe et chorizo persillade et piments

Salade de poulpe et chorizo persillade et piments

Croquettes correctes, poulpes honnêtes... mais c'est petit !!

Je recommande une fournée... plus par faim que par addiction !!

Ravioles de fevettes, feta, bouillon tomate combawa

Ravioles de fevettes, feta, bouillon tomate combawa

Ravioles justes, bouillon bien "combawawé", mais ça reste petit, trop petit... dans l'esprit du grignotage que je ne cherchais pas en rentrant !!

J'ai même repris 2 fois la "Tartine de ventrèche de thon, mayonnaise sésame noir" !!

A 7 € "le plat", ça a tendance à m'énerver !!

Je ne "décolle" sur rien, ayant juste l'impression de faire un apéro-dînatoire un peu soigné !!

Après 6 tapas... je décide de passer au "tapas à 10 boules €", histoire de voir s'il sera 30% plus gros que les précédents... et parce que j'ai encore super faim !!!!

Encornets grillés, condiments agrumes

Encornets grillés, condiments agrumes

Ce dernier plat est une cata !! La cuisson est totalement ratée (sans parler du déséquilibre sucre-acidité des condiments) !!

Un stage chez des galiciens (ou autres italiens des côtes) serait le bienvenu face "aux morceaux de caoutchouc aux agrumes" devant lesquels mes dernières dents s'acharnent !!

Et pas 30% de plus, en quantité, dans l'assiette...

Je finis même par un médiocre "cheese cake framboise" (7€ again), tant la colère creuse mon appétit (a man angry is a man hungry)!!

Le service, gauche mais gentil, s'est bien déroulé.

La carte des vins n'est pas si mal (La Janasse, Riffault, Bret Brothers, Stéphane Ogier, Fosse-Sèche...) un peu internationale, aux coefficients qui piquent un peu locaux (autour de 3,3-3,5 prix caviste). Vin au verre entre 6 et 7€ le godet.

La douloureuse (avec erreur en ma défaveur, corrigée sans ergoter) à près de 70 boules, fait de ce BAT (pour Bar A Tartares ou à Tapas) un réel BAR (Bar A Réductions ou A Rupins) !!

Je passe sous silence l'acoustique horrible de la pièce, une fois remplie, qui vous fait presque regretter de n'avoir pas choisi le guéridon version "piste rouge de ski" et sa douce ambiance typique de Times Square à 20h30...

Notons aussi que la cuisine ouverte profite à tous... et surtout aux vêtements !!

En résumé, ce BAT ne m'a pas convaincu une seconde, en plus de ne pas remplir mon bide (standard à l'époque), pour un tarif pas tendre.

Cela reste du grignotage pour anorexique argenté, aux antipodes d'une VRAIE cuisine inspirée...

PS : je viens de découvrir que c'est au Fooding... forcément !!

Le BAT

6 Boulevard Montmartre,

75009 Paris

01 42 46 14 25

www.le-bat.com

Voir les commentaires