Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #champagne

Escapades... Zi end !!

9 Juillet 2017, 17:00pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Cela fait des lustres que je chante la mort de ce blog... après 4 mois d'inactivité absolue, il est temps de mettre fin à l'acharnement thérablogique !

Beaucoup de blogs gisent sur un dernier article, comme en suspens... j'ai ouvert ce blog le 09 avril 2007 en disant pourquoi je le faisais, autant le fermer le 09 juillet 2017 en expliquant aussi pourquoi !

Toutes les bonnes choses ont une fin... les mauvaises aussi !!

Escapades et son auteur (qui écrit à la 3ème personne du Alain Delon et de son ombre) tournent la page après 10 ans de diffusions chaotiques.

Dans l'espace-temps internautique, cela correspond au règne des dinosaures par rapport à la présence humaine sur Terre, à la dernière fois où un(e) critique gastro a payé une addition, au dernier témoignage d'un flic ayant vu Miossec ou Biolay à jeun !

533 articles, 2547 commentaires, 217 restaurants, 236 comptes-rendus de dégustations de pif,  415 fois le mot "prégnant", 4 poissons à la cuisson parfaite, 87 trop cuits, 93 plats trop salés, 200 desserts ingurgités, 5964 vins goûtés/avalés/recrachés pour toi, ami(e) lecteur/lectrice... mais aussi pour moi, parce que j'ai toujours faim et soif !!

Lassitude quand tu tiens... surtout après 10 ans !

Si la soif et la faim étreignent toujours mon gosier et mon palais, l'envie de vous conter mes aventures gastro-bacchiques m'est passée... clairement !

Je n'ai jamais écrit pour l'audience (heureusement, sinon j'arrêtais dans le trimestre suivant mes débuts), je n'ai jamais dandiné du cul, avec des accroches simili pornos ou érotico-misogynes habillées de teasers singeant les astuces éditoriales aux relents de composteurs de l'industrie agroalimentaire, pour faire venir le lecteur.

J'ai eu plus d'estime que de succès... et c'est moins facile à mesurer !!

Ce succès d'estime a dû me faire passer à côté de 5 ou 6 tentatives de suicide, car je n'ai jamais eu de passion dévorante pour l'écriture.

L'exercice m'amusait parfois, rendre une copie lisible me gonflait souvent, mais de là à jouer aux aspirants ratés d'un Houellebecq ou d'une Despentes, merci... je laisse ce rêve aux désespérés de l'édition et de la reconnaissance.

L'écriture d'un billet ne m'a jamais guère pris plus de temps que celui de taper avec la dextérité d'un gendarme aux 2 doigts gavés de polyarthrite...

En 10 ans, j'ai accepté 2 repas gratuits pour faire plaisir et un 3ème par surprise (et je l'ai signalé sur les articles correspondants), j'en ai refusé des dizaines par souci de liberté d'expression (et elle coûte une blinde dans ce milieu... la liberté).

J'ai payé toutes les bouteilles décapitées et commentées... même celles de potes producteurs... et j'ai dit la vérité, c'est tellement plus simple/sain... mais tellement irréel pour beaucoup !!

Je n'ai jamais fait de "conseil", je ne suis pas vendeur de vins à mes heures perdues (vous verriez le nombre de blogueurs cavistes gus qui vendent du vin, en parallèle, sans que vous vous en doutiez).

J'ai laissé le vin et la nourriture à leur place pour ce qui me concerne : 2 passions qui m'ont coûté et me coûtent toujours... mais qui m'ont apporté beaucoup de plaisir !

Le vin et la table ne sont pas devenus des business pour moi... mais qu'il est drôle aujourd'hui de lire certain(e)s hier en colère et amateurs, aujourd'hui énervés mais pros !!

Le glouglousphère la miamsphère... ou l'art d'utiliser les mécanismes du discours politique et valoriser sa maîtrise des réseaux sociaux.

Comme un film albanais sorti sur 3 écrans en Europe, Escapades ne doit son anonymat qu'au génie forcené de son auteur !

Un talent inné pour le "faire savoir" et inventeur du concept de "buzz" !

L'auteur d'Escapades est à l'origine des ulcères de feu Steve Jobs et des dépressions successives de Marc Zuckertruc !

Largué dès le 1er article, j'ai suivi pendant 10 ans la croissance fulgurante des microsphères dévolues au vin et à la nourriture. J'ai mis un point d'honneur à ne pas suivre dogmatiquement chaque recette pour rester dans la course... effrénée au clic... et ça a marché !

Les sujets et les partis pris se sont rapidement "politisés"... au rythme des tendances et des tribuns du clavier.

On a pu voir l'émergence des "mélenchonistes pinardiers" qui, poing et tire-bouchon levés, ont déclamé et clament encore la naturalité du vin, des hommes et de la société !!

Entre le punk sans clebs qui fait du cidre raté avec des raisins et l'ex-trader venu au vin pour soigner son burn-out, les réussites sont rares... et le prix des bouteilles très très insoumis... eh oui, il ne faudrait pas tout jeter non plus dans le capitalisme !!

Dans la tranchée opposée, les tenants du "vrai vin" : sans défaut, rigide comme un salut hitlérien. On y prône souvent le "vrai manger" qui va avec.  Cela va de l'immuable cuisine populo-bourgeoise, en passant par "le dernier artisan" si chèrement défendu par feu Jean-Pierre Coffe (qui a fini chez Lidl, en passant)...

Mais il serait tellement dommage pour ses "identitaires coronariens" de ne pas profiter du micro pour faire passer d'autres messages moins conviviaux.

Aussi, régulièrement, on croise des saillies contre les vins défendus par les "mélenchonistes natures"... et, au milieu, on se demande toujours pourquoi, des diatribes "Brigitte bardot-grotesques" contre une religion qui, comme tout le monde le sait, a un rapport forcément très très étroit avec le pinard et la charcutaille (toujours de chez Lidl) !

On dit souvent qu'avec le temps, les gens changent, certains mûrissent... mais d'autres pourrissent assurément !

Les réseaux sociaux ou l'Hanounânerie en marche...

Ces 2 factions, face à face, ont nivelé le niveau de la barrique au seuil d'un bassin d'épuration (ethnique, si possible pour ceux de droite).

Je me suis fatigué de lire toutes ces joutes et d'écrire sur ces 2 sujets en me justifiant. Fatigué de la course aux étiquettes, au naturisme de certains amateurs et des discours de quelques vignerons geignards qui palpent parfois autant que 4 smicards.

Fatigué de ces enjeux âprement disputés par des claviers souvent haineux, où le spectacle prime sur la passion.

Ces mêmes claviers qui dénoncent le totalitarisme d'en face (ou d'à côté) à longueur de billets, aveuglés par celui qu'ils distillent au quasi quotidien.

Ils ventilent sur tous les supports internautiques leur "philosophie de la détestation d'autrui(e)", quand le vin et la nourriture sont les armes de pacification les plus redoutables qui existent.

Aussi, avant de tomber à mon tour (en retard... à moins qu'il ne soit trop tard) dans le tourbillon de cet affligeant spectacle, je ferme la boutique (bon, elle est déserte en même temps, c'est vrai) !!

L'avantage de ne pas avoir goûté à la soupe quand tous les autres y ont déjà craché !

Et pour fêter en fanfare la fin d'une décennie à lire, écrire et dire des conneries, quoi de mieux qu'une belle bulle de bouzy ?!

Escapades... Zi end !!

Ciao "Monde de(venu) merde", adieu microcosme (à qui je dois de jolies rencontres), bonjour terre(s) inconnue(s) pas encore polluée(s) par ces enfants d'Hanouna prêt à manger leurs excréments pour briller comme des pitbulls édentés devant un parterre de Claudettes neurasthéniques.

Merci à vous pour votre attention durant ces 10 ans... n'oubliez jamais le seul cri de ralliement qui vaille la peine d'être hurlé :

santé-bonheur... contact et chaleur !!

Voir les commentaires

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

25 Février 2017, 22:28pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Notre groupe armoricain de picolos discussion autour du vin s'est retrouvé pour la XIXème fois autour d'une thématique bacchique consacrée au cépage alsaco par excellence : le riesling.

 

 

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

Un groupe plus réduit qu'à l'accoutumée, plus propice à l'échange au-delà des 4 personnes entourant ton assiette.

Nouveau point de ralliement (Vino e Gusto) en plein centre de Rennes, avec une salle au sous-sol très pratique. Cuisine sans magie particulière, mais bien exécutée dans le registre revendiqué (bistrot-produits frais-fait maison-carte des vins ritalo-froggie).

La démographie est un domaine très actif dans notre assemblée. 2 naissances à fêter. Bienvenue à Louise & Manon (pardon si j'ai becté les prénoms de ces 2 nouvelles princesses)

 

 

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

La première bulle propose un nez "très évolué", complexe, racé, pour une bouche vive/tonique, un poil marqué par l'élevage. Un vin "plein", long et dynamique malgré sa prégnante touche boisée. Assemblage de 2003/2004, vieilli sur lattes 78 mois... très joli Champ' que ce V.P (pour Vieillissement Prolongé) d'Egly-Ouriet ***(*)

La seconde bulle présente un nez fermentaire, complété d'un trait de fine oxydation pas désagréable. La bouche confirme ce caractère "oxydatif", très jurassien dans l'esprit. Beaucoup, dont moi, y voient un champ' à l'esprit "nature"... mais pas si vieux !! Moins emballé pour ce Millésime 2005 de chez Francis Boulard **/**(*)

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

Mais nous sommes venus téter de l'alsaco, donc place au riesling.

Un 1er verre qui pétrole comme tout bon riesling qui se respecte (ou pas), un trait solaire/chaud se fait aussi sentir au nez. Les hydrocarbures se confirment en bouche, l'ensemble est dissocié, sans relief, peu agréable en l'état... pas ma came que cet Alsace - Les Grandes Lignes 2014 - Léon Boesch *

Le second vin présente un nez tout simplement superbe, savant mélange de pierre et de fioul grand cru. La bouche confirme la promesse olfactive !! De la mâche, de la longueur, de la complexité, salivant au possible en finale. Excellent Bruderback - Clos des Frères 2014 du Domaine Loew ***/***(*)

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

3ème vin, toujours avec sa touche Total/Esso/BP qui "suinte", un côté "lâche/demi-corps" et le sucre. Matière perlante, aux sr confirmés, qui nous laisse dubitatifs. Un mauvais placement dans la série que cet Alsace Grand Cru - Zinnkoepflé 2012 de chez Agathe Bursin *

Avec le 4ème godet, nous revenons sur du "sec". Un pif de "peu protégé" peu rassurant... mais dont la matière fait oublier instantanément ce "travers". La bouche est ciselée, puissante, au caillou explosif. Le riesling déroule, c'est loooooonnnnng.  Merci M'sieur Ostertag, pour cet exemplaire Riesling 2014 - Vignoble E déjà addictif ***(*)

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

Auteur d'un grand chelem vinique, depuis quelques éditions dans notre groupe de thérapie, je jouais une fois de plus ma réputation de "gus qui fait goûter des trucs zarbis aux autres".

Sur ma bouteille, le nez "peu protégé" fait grimacer pas mal de dégustateurs, je ne m'en prive pas non plus !! Un nez clairement pas sexy, limite inquiétant pour la suite.

Dès les premières "ablutions buccales", la matière annonce une netteté immédiate. C'est très sec, limite cinglant, joueur sur la langue, très épicé (curry) en finale. Pour une fois, je suis plutôt content de mon apport. Un Alsace - Clos Sand 2012 de chez Barmès-Buecher, fidèle à mes attentes ***

Le suivant cache derrière son nez, peu disert, une bouche quasi hypnotique. Matière superbe de précision, à l'équilibre modèle, sur des agrumes délicats, mûrs... jolie claque avec ce Grand Cru Osterberg 2014 de chez Kientzler ***(*)

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

LE NEZ de la session !! Fin et puissant, délicat et massif... sur des notes mellifères & safranées chapeautant cette schizophrénie olfactive surfant avec la magie !! Le perlant n'empêche pas le safran d'envahir et d'hypnotiser la cavité buccale. Les sr sont intégrés, l'abricot danse à chaque gorgée. On regrettera juste la fine pointe d'alcool en finale. Il rate de peu les 4*, mais quel beau vin que ce Sommerberg grand Cru 2011 de chez Albert Boxler ***(*)

On pourrait penser que l'alsaco suivant souffrirait de la comparaison... que nenni !! Le nez louche sur l'Anjou, avec une acidité exacerbée à dégager toutes les narines obstruées. L'ensemble se révèle tendu-tonique, à l'équilibre superbe, à la belle finale évanescente. Encore une très belle expression d'un Riesling - Vieilles Vignes 14 produit par Jean-Louis & Fabienne Mann ***(*)

 

LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling... LPV BzH #19 : voyage au pays du riesling...

Réduction terrible pour ce nouvel échantillon... mais un vin très sec et plein, une fois dans le cornet. Il porte une belle maturité... temporelle ce Grand Cru Schoenenbourg de Riquewihr 2004 de la maison Dopff au moulin, que des amers brouillons font dégringoler en terme de plaisir **(*)

L'abricot et la rhubarbe se répandent au-dessus du 10ème verre de riesling de la journée. L'acidité est conséquente, l'abricot toujours présent... mais le vin s'avère svelte et sans longueur. Déception, en levant la chaussette, de voir le Fronholz 13 d'Ostertag aussi mal briller **

Dernier invité de cette "drinklist", manifestant un ensemble perlant, opulent, au bel ananas tonique. La rondeur ressentie pourrait fatiguer le palais au bout de 3 gorgées, mais non ! Ce n'est pas lourd, mais ça manque un peu d'entrain !!

Un vin qui a fait débat, certains adorant, d'autres, comme moi, plus circonspects... tout en reconnaissant la classe indéniable de ce Clos Saint Urbain (Rangen de Thann) 2009 de la maison Zind-Humbrecht ***

Je passe(rai) sous silence le "rouge pirate" (sur le plat) que mon nez a mis en grenache, quand mon bec a crié "cab' franc" devant le mordant végétal du jus !! Le Châteauneuf-du-Pape 08 de chez Charvin n'avait pas la gourmandise de sa jeunesse !!

Une très belle session, des vins d'un niveau rarement atteint dans nos rendez-vous bacchiques.

L'Alsace et le riesling ont tenu leurs promesses !! La complexité des terroirs transpire dans les crus & jus soumis.

Boxler tient sa réputation, Ostertag vacille mais tient bon, Mann et Kientzler sont (pour moi) les bonnes surprises de la série, quand Loew rafle sans conteste la palme du meilleur rapport qualité prix !!

 

Voir les commentaires

La Table Breizh Café à Cancale

8 Janvier 2017, 20:05pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Une mort maintes fois annoncée, mais toujours le soubresaut inattendu, pas même calculé, pour vous rendre témoin d'une agonie éditoriale sans fin.

Le scribouillard de service, à la navigation internautique aussi approximative que celle d'un migrant sur le Vendée Globe, remet une fois de plus le couvert, pour vous conter une aventure d'un soir.

 

La Table Breizh Café à Cancale

Les "grandes tables" sont rares sur cet espace.

Les bistrots/brasseries sont forcément plus nombreux, reflétant des revenus très éloignés de ceux des électorats mécènes d'un Fillon ou d'un Macron.

Comme tous les amateurs de gastronomie, je ne boude pas mon plaisir d'aller vérifier avec mon bide et mon appétit la qualité d'une table honorée et adoubée par la Trinité gastronomique (au nom du Mich', du Gault et du Fooding amène... tes plats).

Nous devons cette "double adresse" à un certain Bertrand Larcher.

"Crêpier-entrepreneur" et passionné par le Japon, ce dernier a ouvert plusieurs crêperies à Tokyo, Nagoya ou Kyoto notamment.

Le Breizh Café est une de ses crêperies, sise au rez-de-chaussée d'une bâtisse face au port de Cancale. Amis Parisiens, vous pouvez aussi profiter de ce "savoir-faire sarrasin" ici.

Mais revenons à Cancale. Au 1er étage, Bertrand Larcher a voulu installer une table gastronomique reflétant le "terroir cancalais" et la cuisine nippone.

Pour cela, il a recruté le chef japonais Raphaël Fumio-Kudaka (ex-Georgian Club à Tokyo, passé par Roellinger, Guérard, Veyrat, élu "jeune talent" par le G&M en 2012).

Une étoile au Gros Rouge est venue rapidement couronner cette atypique cuisine franco-nippone, où vous ne trouverez ni sushis ni yakitoris.

La Table Breizh Café à Cancale

Un noren marque l'entrée de la salle. Une déco épurée, avec sa touche "aquatique" à gauche de l'entrée.

Une cuisine ouverte où œuvrent le chef et pas moins de 3 autres cuisiniers. On nous propose 2 des 10 places disponibles au comptoir.

Il est 20h00, les 2 meilleures places au comptoir sont encore libres (dos à la mer, avec la cuisine ouverte en perspective face à nous).

Une vingtaine de couverts sont délivrés à chaque service. Si vous avez réservé une des trois "vraies tables", pensez à mettre de belles chaussettes sans trous, car le déchaussage pour accéder à ces dernières est obligatoire !!

Poulet jaune / Palourdes de la baie / Champignons du moment (Consommé à la japonaise de poulet jaune et de légumes, palourdes et champignons) - プーレジョンヌの腿肉と野菜の和風コンソメ仕立て、アサリと旬の茸と共に

Poulet jaune / Palourdes de la baie / Champignons du moment (Consommé à la japonaise de poulet jaune et de légumes, palourdes et champignons) - プーレジョンヌの腿肉と野菜の和風コンソメ仕立て、アサリと旬の茸と共に

La Miss (c'est son anniversaire) a choisi le menu "Saveurs de l'Automne" en 5 services (75 €), avec un "plat en plus pour se faire plaisir" (24€) : Tèmpura. Je l'accompagne sur la même formule.

Le chef tire une tronche des plus patibulaires... limite flippante !

Image furtive, dans ma tête, de moi (en moins beau) et du chef (en plus méchant) derrière moi !!

Image furtive, dans ma tête, de moi (en moins beau) et du chef (en plus méchant) derrière moi !!

C'est d'ailleurs lui qui nous sert l'entrée.

Un sourire, qui lui va super bien, s'affiche immédiatement à la délivrance de ce "consommé à la japonaise", au fumet salivant.

Poulet moelleux, bouillon impeccablement assaisonné, champignons parfumés, palourdes recrachant l'iode de leur vie passée, ça démarre tranquillement mais assurément.

 

 

 

Qu'il est bon de recycler ses photos du blog (2013) !!

Qu'il est bon de recycler ses photos du blog (2013) !!

C'est Terroirs, Extra-brut (2012) de chez Agrapart, qui accompagnera nos agapes de la soirée.

Il se révèlera le consensus idéal de la diversité des plats servis.

La carte des vins, aux accents (ménagés) "naturistes-bio-biody" aux coefs allant de "corrects" à "grrr", est animée par un serveur-sommelier (le seul non-Japonais du staff) ultra pro... et amateur vu le casting proposé (Gramenon, Ganevat, Foulards Rouges, Rougeard...).

Homard des Îles Chausey / Carottes / Algues Bretonnes/Quinoa (Lamelles de homard mi-cuit, vinaigrette aux prunes séchées, condiment d’algues au kabosukoshõ, salade de quinoa, carottes marinées, confit et mousse à l’orange) - ショーゼー島産 オマール海老のミ キュイ、梅肉とオレンジのヴィネグレットソース、 レッドビーツのクーリー、 ブルターニュの海藻コンディモンかぼす胡椒風味、 キヌアのサラダ、砂人参のマリネ、コンフィとオレンジ風味のムース

Homard des Îles Chausey / Carottes / Algues Bretonnes/Quinoa (Lamelles de homard mi-cuit, vinaigrette aux prunes séchées, condiment d’algues au kabosukoshõ, salade de quinoa, carottes marinées, confit et mousse à l’orange) - ショーゼー島産 オマール海老のミ キュイ、梅肉とオレンジのヴィネグレットソース、 レッドビーツのクーリー、 ブルターニュの海藻コンディモンかぼす胡椒風味、 キヌアのサラダ、砂人参のマリネ、コンフィとオレンジ風味のムース

Encore un plat aussi long à expliquer qu'à manger !!

C'est complexe et évident, d'une justesse incroyable... et l'occasion de vérifier que le homard de Chausey est effectivement bien au-dessus de ses congénères du continent !!

Mêmes les tenants de "la langoustine c'est meilleur que le homard" seraient de bien mauvaise foi devant une telle évidence !! Il est simplement somptueux !

A peine travaillé (mi-cuit), découpé avec soin. Légumes et algues au diapason (quinoa dispensable pour moi), grosse claque de début de repas.

 

Huître Prat-Ar-Coum / Râble de lapereau (Huître creuse de M. Madec panée et frite“kakifurai”, râble de lapereau farci à la mousse de Saint-Jacques, sauce tartare au yuzukoshõ, copeaux de légumes crus) - イヴォン マデックさんのプラタクーム牡蠣をフリットにして、 帆立貝のムースを詰めた仔うさぎの背肉、 柚子胡椒を加えたタルタルソース、生野菜のコポー、大根と胡瓜のマリネと共に

Huître Prat-Ar-Coum / Râble de lapereau (Huître creuse de M. Madec panée et frite“kakifurai”, râble de lapereau farci à la mousse de Saint-Jacques, sauce tartare au yuzukoshõ, copeaux de légumes crus) - イヴォン マデックさんのプラタクーム牡蠣をフリットにして、 帆立貝のムースを詰めた仔うさぎの背肉、 柚子胡椒を加えたタルタルソース、生野菜のコポー、大根と胡瓜のマリネと共に

Tèmpura (beignets à la japonaise, langoustine aux feuilles de shiso, ormeau, kakiage de légumes en primeur, bouillon de bonite séchée, daikon râpé, sel aux algues d’Hiroshima) - 天麩羅 (赤座海老の紫蘇風味、近海で採れた鮑、旬の野菜のかき揚げ)広島産 藻塩を添えて

Tèmpura (beignets à la japonaise, langoustine aux feuilles de shiso, ormeau, kakiage de légumes en primeur, bouillon de bonite séchée, daikon râpé, sel aux algues d’Hiroshima) - 天麩羅 (赤座海老の紫蘇風味、近海で採れた鮑、旬の野菜のかき揚げ)広島産 藻塩を添えて

Canard de Challans de M. Burgaud / Sanshõ / Suzu tõfu (Poitrine de canard rôtie, condiment de sanshõ et de mangue, potimarron, suzu tõfu et salsifis poêlés, pommes de terre violettes, sauce au vin rouge lié au foie gras) - ビュルゴー家の窒息シャラン鴨:胸肉のロティ、山椒とマンゴーのコンディモン、 栗かぼちゃのクーリー、 豆腐と牛蒡のポワレ、紫じゃが芋のチップス、 赤ワインで煮出した鴨のジュにレバーペーストを加えて

Canard de Challans de M. Burgaud / Sanshõ / Suzu tõfu (Poitrine de canard rôtie, condiment de sanshõ et de mangue, potimarron, suzu tõfu et salsifis poêlés, pommes de terre violettes, sauce au vin rouge lié au foie gras) - ビュルゴー家の窒息シャラン鴨:胸肉のロティ、山椒とマンゴーのコンディモン、 栗かぼちゃのクーリー、 豆腐と牛蒡のポワレ、紫じゃが芋のチップス、 赤ワインで煮出した鴨のジュにレバーペーストを加えて

Sarrasin / Pommes fruits / Coing / Bière de blé noir (Feuilleté de sarrasin, compote de pommes-coings, crème mousseline, pommes fruits caramélisées, glace à la bière de blé noir, coulis de cidre aux épices) - そば粉のパイと林檎、花梨のコンポートのミルフィーユ、 フィーヌブルターニュを加えたカスタードクリーム、 林檎のキャラメリゼ、 ブルターニュ産 そばビールのアイスクリーム、 シードルとスパイス風味のクーリー

Sarrasin / Pommes fruits / Coing / Bière de blé noir (Feuilleté de sarrasin, compote de pommes-coings, crème mousseline, pommes fruits caramélisées, glace à la bière de blé noir, coulis de cidre aux épices) - そば粉のパイと林檎、花梨のコンポートのミルフィーユ、 フィーヌブルターニュを加えたカスタードクリーム、 林檎のキャラメリゼ、 ブルターニュ産 そばビールのアイスクリーム、 シードルとスパイス風味のクーリー

Si nous avons trouvé le service un poil rapide au départ, il a ralenti au bon moment.

Nous avons tiqué de voir de la Part-Ar-Coum en lieu et place de la Cancalaise. Sans avoir posé la question, nous avons imaginé que la "Prat" se prêtait sûrement mieux à la double opération "friture-panure" nécessaire au plat que sa cousine cancalaise. Un râble à la cuisson millimétrée, un mariage terre-mer difficile à imaginer sur la papier, fonctionnant à merveille en bouche.

Les Tèmpura sont à inscrire au Nirvana des fritures !! Aucun crustacé ou légume n'a été maltraité durant la cuisson. Plat généreux, addictif, noble (ormeaux, pince de homard, langoustines) d'une rare maîtrise. Mériterait l'intitulé "plat en plus pour se faire grave trop très très plaisir" dans la formule où il en est exclu.

Un canard "rosé comme dans un songe", au juste esprit hivernal par ses légumes, relatant une fois de plus l'incroyable équilibre, sans cesse renouvelé et réussi, des plats de Raphaël Fumio-Kudaka.

Le dessert conclut simplement un grand moment gastronomique. Après l'avalanche de plaisirs, il est celui qui vous remet les pieds et la tronche sur terre.

Simple, très bien exécuté, aérien, avec cette quête de "juste satiété" qui caractérise si bien la cuisine nippone.

Nous terminons cette escapade au pays des "Saveurs de l'automne" avec une joie et une détente des sens qui contrastent forcément avec la rigueur et l'extrême concentration palpables de l'équipe en cuisine.

Service presque "en lévitation", aux gestes doux, susurrant presque chaque plat, d'une fluidité modèle.

 

Vous l'aurez compris, j'ai adoré cette table, dont le niveau culinaire mérite plus d'une étoile aujourd'hui, quand on est témoin, comme moi, de la grande maîtrise des cuissons et du haut niveau d'équilibre obtenu sur chaque plat (au quinoa près).
 

La Table Breizh Café à Cancale

Site internet

PS : chambres confortables et très bien tenues au-dessus du restaurant. La nôtre était mansardée (Rouget de Dol - Family suite), avec vue sur mer/baie de Cancale. Petit-déjeuner recommandable (crêpes incluses).

PS II: désolé pour la piètre qualité des photos !!

Voir les commentaires

Cycle de lavage...

2 Janvier 2016, 16:56pm

Publié par Docadn

Bonjour,

A l'instar d'un autre blogueur-amateur-jouisseur, j'ai aussi le clavier triste et le palais amer à l'aube de nouveau cycle.

2016 ème, 5776 ème, 1437 ème année après qui que ce soit, on s'en fiche !!

Alors oui, j'aurais aimé vous écrire, comme beaucoup, les sempiternelles formules à l'empathie aussi durable qu'une bougie chauffe-plat, mais le moral n'a pas envie de forcer le trait pour "disneylandiser" des sentiments chaleureux et des espérances rieuses !!

Je n'ai pas pour autant envie de troller l'espace internautique par des sentences évangélistes du dernier jour !!

Alors oui, au fond, je souhaite la paix dans le monde, un dîner chez Gagnaire et des vins naturels droits pour tous, tous les jours !!

Mais je souhaite aussi ne plus voir ces "chers" réseaux sociaux picolos-gastros se transformer systématiquement en "bar-tabac-PMU" à chaque catastrophe meurtrière, pour alimenter de haine, de fiel et de bêtises toutes les analyses de comptoir aussi profondes qu'un ballon de picrate vide avec de la cendre au fond !!

Source Ouest-France

Source Ouest-France

2015 fut une année "bizarre", quand côté vigne et cuisine, on semble être plus "vivants", presque optimistes !!

J'ai scalpé quelques bulles durant le dernier réveillon... elles avaient toutes une amertume inhabituelle !!

De l'avis de tous (ça fait presque 2 décennies que je réveillonne avec les mêmes personnes), c'est le pire casting que nous ayons eu à "juger" dans nos verres !!

Seules la Triple Zéro de Blot et une bulle 04 de Philippe Gourdon (Saumur) ont sauvé les meubles !!

On parle souvent de "déguster avec la bouche et non avec la tête", il n'empêche que quand la tronche est en biais, les vins soumis le sont parfois aussi !!

Je défends depuis toujours une "liberté d'expression et de pensée" plutôt large, mais quand elle véhicule stupidités et dogmes sans fondements, je bous !!

Si je suis prêt à lire et acquiescer à la majorité des critiques, virulentes ou non, sur le vin, la gastronomie, la politique, le tuning en zone périurbaine, mes limites à la connerie ambiante sont rapidement atteintes quand c'est "la faute à Hollande", "aux 35h00", "aux sans-papiers forcément musulmans, de race peu blanche et zoophiles", "à l'Europe", "aux Roms qui seraient tellement mieux vus s'ils étaient agricoles", "aux Juifs qui ont le pouvoir, de l'argent et les meilleurs locaux dans le Marais", "aux Ricains qui imposent leur culture qui ne fait pas maigrir", au "Qatar qui achète tout surtout si c'est beauf, cher et que ça court vite sur de la prairie tondue" !!

Si je n'ai l'esprit à verser dans la scatologie justifiée du Père Olif, je peux, même sans patois, être aussi tenté d'apporter ma bouse à l'édifice !!

Aussi en 2016, je conchierai toujours plus ou moins poliment sur Sarkosy quand il postillonnera une énième connerie en piétinant, par son arrogance et sa stupidité, "l'esprit français" et les imbéciles qui l'applaudissent !!

En 2016, j'effectuerai comme le colibri ma part dans ce nécessaire "cycle de lavage" !!

Je pisserai (oui, l'ondinisme est une posture plus pratique pour échapper aux représailles) à la figure ou à la raie (selon la taille) des hygiénistes, extrémistes, téléphonistes (fans de la daube musicale renommée Les Insus), végéto-cabernistes (fans du poivron) et autres "snobituristes" (espèce très répandue d'alcooliques ne picolant que de la cartouche éligible à l'ISF) de tout poil !!

1ère bouteille bue en 2016, ça commence bien pour une fois !!

1ère bouteille bue en 2016, ça commence bien pour une fois !!

Et le blog dans tout ça ?!

Ben, il continuera à vivre à son rythme de feignasse, éditant irrégulièrement des billets ronronnants, où votre scribouillard étrillera injustement un vin naturel ou pas, encensera inutilement une table à la cuisine rétrograde du XXème siècle...

Pas d'Escapalmes en décembre dernier.... et moins de voitures brûlées la nuit du 31/12... comme quoi !! Je vous l'ai dit, cette année 2015 était vraiment bizarre !!

Allez, on passe au programme "lavage main, textiles fragiles" pour cette 9ème année miamglouesque !!

A la bonne vôtre mes fidèles et rares lecteurs/lectrices !!

Voir les commentaires

Digression estivale

16 Août 2015, 11:53am

Publié par Docadn

Bonjour,

Reprise des activités, quand la moitié de la France soigne encore intensivement son cancer de la peau sur des plages souvent bondées.

Un foutoir internautique qui promène sa bedaine depuis maintenant 9 saisons, tout en se posant l'éternelle question du "renouvellement-lassitude-habitudes-à-la-con".

Je vous épargne le couplet du"je-sais-pas-si-je-vais-arrêter-dans-l'espoir-de-provoquer-une-mobilisation-de-mes-3-lecteurs-et-feindre-le-caprice-de-diva-discount-sans-talents-qu'on-supplie-de-continuer", car je suis aussi (et avant tout) un lecteur de blogs !!

Digression estivale

Mais combien de blogs sont soit morts-nés, soit aussi actifs que Vincent Lambert, comatant dans une permanente procrastination éditoriale ?!

Pour les "encore vivants", combien de blogs à la même rhétorique grammaticale, visuelle, provocatrice aussi passionnante qu'une cérémonie des César ?!!

Ce foutoir n'échappe pas non plus à ce constat et ces travers !!

Si le vin a occupé grandement les débuts calamiteux de ce carnet (à l'orthographe qui peut encore rendre aveugle), la gastronomie s'est faite majoritaire au fil de l'eau... et depuis ronronne !!

Les limites "littéraires" personnelles, les "carcans descriptifs" des sujets abordés, pour ne pas se couper de son petit auditoire... quand certains n'écrivent plus que pour leur petit ego, cultivant au quotidien la frustration d'être un écrivain raté de n'avoir jamais percé dans le milieu de l'édition !!

Cela reste assurément une question de talentS !!

Digression estivale

Alors oui, nous pouvons user et abuser de toutes les astuces grossièretés éditoriales pour "attirer le chaland".

Comme si ces artifices devaient combler, à marche forcée, le vide éditorial et créatif de ces supports potentiellement très excitants !!

Mais non, la "Closer-isation" des blogs poussifs va bon train !!

Voyez vous-mêmes : deux zobs en porcelaine, une poitrine en pvc, un chaton aux yeux d'aryen et c'est la quasi garantie d'une course au clic !!

Digression estivale

Rajoutez un cliiffhanger une accroche suffisamment travaillée pour vous assurer un nombre de like, retweet conséquent... puis monétisez le tout, quitte à ne pas faire ça que pour la gloire, merde !!

Je sais de nombreux blogueurs viscéralement braqués sur leurs "stats" !!

Certains pour mieux vendre leur "pouvoir de prescription" auprès des marques, d'autres pour toiser leurs semblables et/ou masturber caresser langoureusement leur ego !!

Fin de la digression "crachons-sur-les-blogs-à-entraîneuses-pas-de-ça-chez-moi-je-suis-au-dessus-de-cette-vulgarité", pour parler "liquide", même si la question du "renouvellement éditorial" reste ouverte et en suspens !!

Brut Viard-Lanier - 45% pinot meunier, 45% pinot noir, 10% chardonnay

Brut Viard-Lanier - 45% pinot meunier, 45% pinot noir, 10% chardonnay

Poursuivons dans le "décalé bacchique", qui à force de se démarquer finit par ressembler à du "normcore vinique" !!

Au détour d'un séjour forcé aux confins de l'Aisne, j'ai découvert une boutique excitante : La Triperie de Luzoir qui, comme son nom l'indique, vend des produits tripiers à Luzoir !!

Après avoir rempli mon panier d'une bonne dizaine de conserves, mon regard a été happé par cette étiquette !!

La patronne m'en fit un article dithyrambique, normal elle vend pas de la merde !!

5 semaines plus tard, je scalpe ladite bouteille lors d'un apéritif au soleil !!

Et je retrouve dans mon verre l'exact contenu décrit par notre tripière picarde !!

Un vrai bon petit champagne, au dosage un poil appuyé pour mon palais fan du "zéro dosage", mais à l'esprit de circonstance !!

Une acidité de bon aloi, une amertume "intégrée", à l'expression maîtrisée, bref un vrai champ' de consensualité apéritive !!

Si on fouille sur le site de la maison Viard-Lanier, on voit que ce petit domaine ne foule pas ses raisins avec des Birkenstocks traitées "à la 500", qu'il travaille en "raisonné", comme la très grande majorité des domaines champenois !!

Ah, une dernière chose, ça coûte 17 € en boutique, soit le prix d'un crémant "haut de gamme"... et c'est plutôt bien foutu, à mon humble goût, pour du brut !!

Allez, bonne fin de congés payés... pour ceux qui en ont !!!

Voir les commentaires

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

2 Février 2015, 21:29pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Les Greniers St-Jean ont à peine fermé leurs portes, que je vous assène mon sempiternel avis.

Comme une journée sans fin, les mêmes rituels, les mêmes têtes... mais aussi trop de "barbus-jeans slim-lunettes oversize-doudounes qui coûtent un smic", sûrement trop de domaines (194 selon les organisateurs, en augmentation d'une cinquantaine, au détriment de l'espace restauration, renvoyé au sous-sol, où ça meulait grave un poil frais !!), trop de monde... mais bon ça, on a l'habitude !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Je ne vais pas vous imposer le détail des 204 vins crachés pendant ces 2 jours, mais un survol rapide, avec quelques piqués, des "découvertes-confirmations-surprises-déceptions" croisées.

Avec pour commencer, le sextet des bulles champenoises Larmandier-Bernier-Fleury-Francis Boulard-Franck Pascal-Marie Courtin-Françoise Bedel, où j'ai noté une Terre de Vertus 09 (Larmandier-Bernier) vibrante, un 02 (Fleury) pas moins excitant, un Rosé 05 (Boulard) au fruité absolu, une Efflorescence 10 (Courtin) joliment orientale, quand Pacifiance (base 06-07 chez Franck Pascal) délivrait une matière très élégante !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Chez Tissot, je retiendrais En Barberon 12, à l'équilibre modèle.

Premier coup de coeur de la journée chez Zind-Humbrecht, avec un Clos Jebsal 08 (une VT* de pinot gris à 70 g de sr**) absolument REMARQUABLE !!

La star de cette édition était Lalou Bize-Leroy (Domaine d'Auvenay - Domaine Leroy), dont le stand n'a jamais cessé d'être pris d'assaut... quand elle avait du vin !!

Un mince espace pour glisser notre verre, puis s'extasier sur un splendide Savigny - Les Narbantons 09, ou encore un Meursault - Les Narvaux 11 à la puissance extra-terrestre !!

* Vendanges Tardives - ** sucre résiduel
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Chez Guillemot, c'est rapide !! Un Quintaine 13 dense, puis un rapide coup de pif sur la toute nouvelle eau-de-vie de la fille, avant de filer chez Mélaric pour ne pas recracher son Billes de Roche 13 (en blanc), quand Cerisaie 12 paraît plus que prometteur.

Chez Delesvaux (généreux vestiaire et couple adorable), nous refaisons le plein des "secs" avec Feuille d'Or 12 et 13, Authentique 12 et 13, aux acidités de diable !!

Petit pèlerinage chez Overnoy, avec un Arbois 11 modèle, quand les savagnins 06 & 11 nous laissent pantois d'admiration !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Chez Ostertag, les amers appuyés du Clos Mathis 13 me gênent fortement... seuls Fronholz et Muenchberg 13 sortent du lot !!

Mais ils souffrent la comparaison après l'arrêt chez Marc Tempé (Alsace) à la gamme racée, stupéfiante de précision !! Gros coup de coeur pour l'ensemble de son oeuvre !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Je passe totalement à travers les vins de Xavier Caillard (dont beaucoup chantaient des louanges avec lancer de pétales de roses sur son passage et autour de son stand), même si sa "Cuvée 05" reste "nette" !!

Chez Sébastien David (qui a perdu 12 kg juste en s'épilant, pour honorer la mémoire d'un Demis Roussos post rayons), c'est du tout bon. Mentions pour son Coef 13 et la caresse de son Kezako 12 !!

Les Vins du Mas Jullien m'ont laissé un poil froid, juste avant les rouges de Mélaric et une Cerisaie 12 top, quand Billes de Roche 12 et Cerisaie 11 étaient serrés dans leurs slips !!

Très belle série chez Jean Delobre (Ferme des 7 lunes), où même la température un poil basse des St-Jo n'empêchait pas de s'émouvoir des très jolis jus présentés (12-13-14).

Etape beaujolaise obligatoire chez Michel Guignier (épaulé par sa fille), dont tous les vins étaient d'une accessibilité rare sur ce salon !! Là encore, une superbe série fruitée et très gourmande !!

Juste à côté, le Domaine Dutraive, aux jus très enthousiasmants aussi !!

La déception du moment se trouve chez Monier-Pérreol (St-Joseph), où pas un vin n'a trouvé grâce à mon palais. Je l'aime bien pourtant l'gars Monier, mais c'est ainsi !! C'était pas "sex" ce jour-là !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

La charmante Hélène Thibon (Mas de Libian) nous régale sans compter avec ses cuvées 13 et 14. Vin de Pétanque 14, Bout d'Zan 14 et Khayyâm 14 (top) en tête !!

Philippe Gourdon nous refait le coup avec ses Amandiers 02... et ça marche !! Les deux Zéro Pointé 14 (rosé et blanc) s'inscrivent dans une logique "top glouglou" qui ne souffrent pas le moindre commentaire.

L'heure du glucose a sonné (la fin de la journée aussi) !! Le liquoreux de la Cerisaie 11 de Mélaric est toujours aussi dément de justesse.

Les Delesvaux nous "snipent" d'une rafale de Clos, SGN et autres Anthologie sur 10-11 et 13 d'un niveau olympique !!

Fin du premier round avec Juchepie et une Passion 09 qui se démarque nettement du lot.

Allez, vous pouvez fermer l'onglet, c'est fini pour aujourd'hui !!

A suivre...

Voir les commentaires

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

16 Février 2014, 15:07pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Et voilà, comme un marronnier de février, le bulletin de santé (perso) du grand raout viticole "bio-biody-en-conversion" que je ne manque jamais de fréquenter en ce début de mois de février.

Toujours cette impression de "jour sans fin", que chacun s'applique à revivre et faire revivre par une indéfectible présence !!

Aussi, dès le samedi matin, papilles affûtées, nous entamons notre marathon annuel, sans objectif de chiffre ou de record (171 vins en 26h30, c'est juste pour mes stats annuelles).

Juste l'envie de se "régaler", de découvrir, de se faire suspendre, même si les mauvaises surprises sont forcément au rendez-vous !!

Comme un fidèle papy que les rituels rassurent, je démarre, forcément avec les bulles, avec Sim Ifif, puisque l'autre Papy-Limougeaud n'aime toujours pas ça !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Nous voilà donc en Champagne, avec le fidèle Domaine Marie Courtin en guise de mise en bouche.

Résonnance 11 (100% pinot noir) présente un caractère fermentaire, une bulle fine, aux jolis amers. Il y a pire comme entame !!

Eloquence (assemblage chardo 09-10) est tranchant, vif et acidulé. Concordance 10 pour finir (pinot noir) exhale la brioche, quand le jus est plein de peps, crémeux, frais !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

La Miss Fleury est revenue sur son stand.

Sa Fleur de l'Europe (6 ans sur lattes) est un brut nature, aux bulles serrées, à l'acidité élevée, quand le premier pinot blanc (09) du domaine, propose des bulles nerveuses, accompagnant un crayeux intense.

Le Brut (assemblage 06-07-08-09) a la vivacité affirmée, sur un toasté marqué.

Sonate N°9 (zéro soufre) a la bulle très délicate, pour des amers puissants.

Boléro 04 (pinot noir) est le 1er depuis 90. Il offre tranchant, amplitude et crémeux affirmés.

Le Rosé de saignée (09) est le plus vineux de la série, doté d'une fraîcheur évidente.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Chez Larmandier-Bernier, il n'y a hélas pas le très attendu Les Chemins d'Avise, nouvelle cuvée disponible depuis août 2013 !!

Pour autant, Longitude 10 (blanc de blancs) dégage finesse, vivacité et crémeux délicats.

Terre de Vertus 08 a une belle vinosité derrière ses bulles serrées.

Je me risque à citer les Vieilles Vignes de Cramant (absente du panel proposé), quand Sophie Larmandier me propose de le goûter sur 07 (au frais dans la glacière), pour découvrir un jus complexe, long, à la vinosité évidente !!

Le Rosé 10 (pinot noir, 3 jours de macération) hume la framboise, sur une trame simple et fraîche.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Chez Françoise Bedel, on nous fait l'article. Crouttes-sur-Marne, en biody depuis 98, cultivant majoritairement le pinot meunier.

Originelle (base 04) est un poil brouillon, plein, évolué, simple.

Dis Vin Secret (base 05) est un extra-brut très vif, ample, assez monolithique.

Entre Ciel et Terre 05 semble coincé dans un solide carcan.

Place à L’Âme de la Terre 04 (8 ans sur lattes), au nez finement oxydatif, à la bouche raccord, bourré de finesse, sur les "fruits à coques".

L’Âme de la Terre 03 (8 ans sur lattes aussi) est très évolué, crémeux, plein, aux amers vibrants.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Francis Boulard est de retour, mais pas tout seul !! Delphine, sa fille, est là aussi !!

Le Blanc de Blancs 10 (passage en foudre + malo) déroule sa puissance, son volume et sa finale languissante.

La version Vieilles Vignes 10 est plus tendre, plus vineuse, presque éthérée, aux amers marqués.

Rachais 07 (non dosé) dégage des notes de fumée, de noix, pour une matière acidulée, vive, très puissante, un poil courte, quand Rachais 05 à une jolie mâche !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I
Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Nous attaquons enfin les vins tranquilles, avec les De Moor et les Guillemot (ces derniers semblaient sponsorisés par Napapijri) dont les jus 12 ne m'ont guère fait vibrer (Bel Air et Clardy 12 des De Moor, pas goûté ce jour fut, tout récemment au 6 Paul Bert, convaincant).

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Nous bifurquons chez Zind-Humbrecht, avec un a priori peu favorable (au vu des sensations laissées les autres années), pour découvrir Calcaire 11 fruité et frais, un Clos Windsbuhl 11 phénoménal, éclatant, Brand 11 pétrolé, très puissant, juteux, un Rangen de Thann 11 exaltant de fraîcheur, un Pinot gris 11 éthéré, quand le Gewurztraminer 11 maison est fidèle aux clichés de litchi, rose, sur une trame aérienne, manquant un poil de mâche.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Chez Marc Tempé, pas moins de 7 cuvées proposées, avec du 07, des 09, du 10, des 11.

Le Grafenberg 09 (riesling) a une incroyable et juste "sucrosité-acidulée", le Pinot blanc 11 est exotique et frais, quand le Zellenberg 10 marque par son bel équilibre, son fin sucre intégré.

Le Schoenenbourg 07 (pinot gris, 3 ans de barriques) est d'un équilibre modèle avec ses 30 gr de résiduels et sa juste acidité.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Cap à l'ouest, chez Richard Leroy, dont les Rouliers 12 (encore en cuve) annoncent puissance,vernis, poire, et déjà un grand potentiel.

Les Noëls de Montbenault 12 signent un nez "pur", une bouche splendide, pour des amers finaux un poil marqués à ce stade.

Gros passage à vide chez Kenji Hodgson & Maï Sato et son Faia 12, dont j'avais plutôt apprécié le jus l'an dernier...

Chez Mélaric, 4 blancs dont un(e) Cerisaie 11 (pas filtré(e),malo faite) net(te), pur(e), étonnamment anisé(e).

Chez Château Tour Grise, ce sont les Amandiers 02 qui, par leur suavité et l'acidité relevée, retiennent tout notre attention. Sans oublier la bulle sauvage, ample et épicée de la Tradition 02.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Un pas sur le côté pour nous retrouver à la Ferme du Mont Benault de Stéphane Rocher. Son K.Blanc 12 a le crayeux et l'opulence singulières d'un cab' franc vinifié en blanc (avec 10% de chenin).

Grappes de Bulles 11 (cab' franc/gamay) fait presque dans le "frizzante frais".

Mais, comme il y a 2 ans, c'est Strawberry Fields 12, un gamay teinturier (donc pas blanc, faut suivre), qui m'espande totalement, avec sa superbe acidité, soulevant aisément les 70 gr de sucre.

Rapide arrêt chez Fosse-Sèche pour Arcane 11, doté d'un joli nez, à la matière opulente, riche, aux amers marqués.

Virginie Joly nous présente les 3 cuvées de l'emblématique Domaine de la Coulée de Serrant.

Si Bergerie 12 est ample, sur une note finement oxydative, Vieux Clos 12 exulte de richesse, de suavité, pour un caractère dominant un poil tendre pour mon bec.

Quant à la fameuse Coulée de Serrant 12, elle crie, au nez, un chenin puissant, qui s'avèrera un poil lâche, très poivrée, à la dureté en finale un poil marquée.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Au Château Yvonne, le Saumur 11 laisse une bouche compacte, fruitée et fort boisée succéder à un nez puissant !!

Quant à Le Gory 11 (100% bois neuf), il est plus "séveux", concentré, au fin bois, plutôt pas mal...

Revue des troupes chez Albert Mann, avec pour débuter, un Albert 12 au caractère oxy, sec, simple, quand le GC Schlossberg 12 est droit, net, frais, direct, salivant, puissant, malgré ses 8-10 gr de résiduels.

Le Furstentum 12 (riesling) donne dans les agrumes, avec un équilibre acide/sucre cohérent.

La version Pinot Gris 12 Albert est simple, relativement gouleyante, aux amers un peu grossiers.

Le Gewurztraminer 12 est standard, mais peu excitant.

Chez Vincent Fleith, nous entamons la série par un assemblage effervescent (pinot blanc-pinot noir-riesling) au nez évolué, à la bulle puissante.

L'Alsace 12 (composé des 6 cépages alsaciens, allez, on se les remémore, je ramasse les copie à la fin de la lecture) est très sudiste en texture, mais frais au final.

L'Alsace 11 (riesling issu du Steinweg, allez les alsaco-germanophones, deuxième copie à rendre dans l'heure) est standard avec ses effluves pétrolées.

Un Pinot Gris 10 frais et digeste, quand le Furstentum 09 (pinot gris) a une délicate et très très fine sucrosité.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume I

Escale chez les Bret Brothers peu convaincante, sur les 12 proposés. Seul Quartz 06 était un peu la lumière attendue, malgré la "lâcheté" au final de l'ensemble !!

Allez, ça suffit pour le moment, je ramasse les copies pour les 2 questions posées ci-dessus.

La suite, avec du blanc et du rouge mélangés, prochainement...

Voir les commentaires