Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #degustations

VdV #52 : en 2013, soyez coopératifs !

25 Janvier 2013, 05:16am

Publié par Docadn

Bonjour,

 

C'est reparti pour une nouvelle année de VdV avec, pour ouvrir le bal, Eric Leblanc (alias le concierge du blog Le p'tit blanc sans col)  qui, fatigué des vannes à 2 balles sur son nom, nous propose une thématique multicolore et collective... 

Les blancs, les rouges, peu importe la couleur, pourvu que le vin soit coopératif...

 

Quand le vin est d'abord raconté par un barbu...

 

Parlez-nous des vins produits à plusieurs mains...

 

Ça tombe bien, car le domaine en question a été longtemps mené "seul", avant de l'être en duo. C'est grâce à un barbu que j'ai fait connaissance des vins du Domaine de la Pépière.

Une future "tronche de vin", barrant les REVEVIN de St-Jean-de-Monts depuis bientôt une décennie, qui lors d'un fameux warm-up, nous avait scotchés avec des muscadets historiques (quelques bouteilles des années 80, qui "meursaultaient" furieusement). Depuis, je voue quasiment une forme de culte pour le barbu de Maisdon-sur-Sèvre : Marc Ollivier.


Je suis prêt à mettre mon zguègue aux piranhas parier que beaucoup d'ennemis du Muscadet pourraient changer d'avis, après avoir goûté les nectars du sorcier de Loire-Atlantique !! Les américains l'ont compris bien avant nous. Aussi, on raconte que 80% des vins de Marc Ollivier filent directement là-bas.

Notre barbu de vigneron n'est pas non plus né en 1972 !! Aussi, les amateurs se sont déjà posés maintes fois la question : et après ?!

 

Quand le vin est fait par des barbus... et des vignerons glabres aussi !!

 

http://louisdressner.com/lib/images/Marc%20and%20Remi.jpeg

 

(source David Mcduff)

 

C'est la question qui brûlait les lèvres de tous les fans du domaine. Que va devenir ce "monument du granitique", quand notre barbu, fatigué, voudra prendre le repos mérité du guerrier ?!

Est-ce que les vins garderont ce "racé", cette "classe", ce "caractère", cette "identité", ou seront-ils à même de disparaître comme les dinosaures ou Alain Madelin ?!

Au départ, juste des rumeurs du type : "y a un petit jeune qui bosse avec lui, selon ses méthodes". Puis un nom, comme ça, qu'on se filait entre deux godets. Puis un jour enfin, la consécration, "le droit" de signer aussi les vins : Rémi Branger !!

 

http://img4.hostingpics.net/pics/302689DSCF5058.jpg

 

Le duo perpétue "la tradition", mais innove aussi !! Preuve avec cette nouvelle cuvée nommée tout simplement "3"

 

http://img4.hostingpics.net/pics/525566DSCF5059.jpg

 

3 - Muscadet de Sèvre-et-Maine 09 - La Pépière - Marc Ollivier & Rémi Branger

 

Une cuvée composée par 2/3 de Château-Thébaud (granitique), pour 1/3 de Clisson. Élevé 3 ans sur lie !!

Un nez "saumurois" de poire, poivre, menthe, anis, sucre candy, finement métallique, qui "prétrolera" même un peu le lendemain.

Une attaque perlante, immédiatement grasse (merci les lies !), très fruitée, ronde & tendre, un peu coincée sur le volume attendu.

Puis, lentement, mais sûrement, l'acidité se pointe, amenant la tonicité espérée. Il se "melonnise" enfin, avec une expression presque "guillemotaise" (eh oui, encore un barbu !! Là encore, nous aurions pu faire un chapitre entier sur la famille Guillemot). 

Les gorgées suivantes font la remarquable démonstration de "l'équilibre du gras et de la tension". Le tout porté par des amers vibrants comme une cymbale de Mark Guiliana, à la longueur d'une Grande Muraille de Chine des remparts de Saint-Malo...

"C'est goulûment sympatoche" (private joke belge) !! ***/***(*)


Voilà un vin fait à 4 mains, perpétuant la passion et l'expression de terroirs complexes, mystérieux, magiques, comme on veut les voir "chanter" dans nos verres. 

Une transition, faite avec patience, rigueur et soin. Quoi de mieux que de transmettre et voir l'élève dépasser la toile... 

 

Domaine de La Pépière

La Pépière

44690 Maisdon-Sur-Sèvre

tél : 02 40 03 81 19

contact@domainedelapepiere.com

Voir les commentaires

LPV BzH acte VII, session II Roazhon : le Rhône

20 Janvier 2013, 10:00am

Publié par Docadn

Bonjour,

Septième édition et second "congrès mondial des alcoolos de l'ouest", dans le désormais QG de LPV Roazhon : Un Midi Dans Les Vignes à Rennes. Une dégustation en compagnie des plats d'Isabelle Ligeron qui, même à demi-grippée, cuisinera toujours mieux que d'autres bien portants. 

Une très jolie session où il fut question, pèle-mêle, de cravate de notaire, de Groland, Doisneau, de la perversité du corps enseignant dans le privé, de la mollesse des vins du sud, de l'arrivée de la 3ème chaîne et du Minitel en Mayenne, ainsi que de la prochaine abolition de la vignette auto dans ce même département...

Nous sommes 14 autour de la table. Les prénoms/pseudos commencent à nous devenir familiers, quand les "nouveaux" participants nous compliquent un peu plus la tâche.

Un tour de table façon "alcooliques anonymes" aura lieu, évitant on l'espère, de redemander le prénom de chacun, lors de la prochaine session. 

Bernard propose une mise en bouche avant d'attaquer le couloir rhodanien :

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg11.hostingpics.net%2Fpics%2F915046DSCF5024.jpg

 

Champagne Francis Boulard - Les Rachais - Nature 06 - dégorgé le 23/11/12 (zéro dosage)

 

Un nez fermentaire qui louche sur le "chenin angevin", avec ses notes de fruits blancs très mûrs. Une attaque vive, sur la poire (très) sucrée, à la très jolie fine bulle. Un ensemble ample, qui s'ouvrira lentement (il aurait peut-être mérité un carafage) pour enfin laisser poindre un crayeux tardif, une timide finesse, aux jolis amers finaux. ***

 

Nous entrons dans le vif du sujet avec les blancs secs.

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg11.hostingpics.net%2Fpics%2F493415DSCF5029.jpg

 

Saint-Peray - Marsanne 09 - Stéphane Robert - Domaine du Tunnel

 

Réduction marquée et carton mouillé flottent au-dessus du verre. Une réduction que l'on retrouve en bouche, pour une attaque relativement tendre, pommadée, parfois ponctuée par de fugaces phases de fraîcheur. Les notes d'anis, le gras dominant de ce 100% marsanne, les fines épices au final, ne suffisent pas à me convaincre. **

 

L'entrée arrive :

 

http://img15.hostingpics.net/pics/185310DSCF5027.jpg

 

Risotto, fondue de poireaux safranée, St-Jacques au gingembre

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg11.hostingpics.net%2Fpics%2F719242DSCF5031.jpg

 

Saint-Joseph 04 - Domaine Bernard Gripa

 

Un boisé ostensible, des notes de pierre humide, champignons et "profil ligérien" flirtent à l'intérieur de mes naseaux. Une attaque "serrée", fruitée, dansante, grasse & fluide, longiligne, très plaisante se développe jusqu'aux amers saillants déplaisants. Dommage car sans ces derniers, le vin était très bon. **(*)/***

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg11.hostingpics.net%2Fpics%2F306673DSCF5032.jpg

 

Côtes-du-Rhône - Blanc de Blancs 11 - Domaine Jean david

 

Nez riche, puissant, sudiste, déjà alcooleux. Une attaque très exotique sur l'ananas, la mangue, plus tous les autres fruits que tu achètes à l'unité et qui coûtent un oeil sur les marchés bobos. L'ensemble est sec, épicé, aux amers anguleux, à la finale too much pour moi (alcooleuse). **

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F847141DSCF5033.jpg

 

Saint-Joseph 11 - Domaine de Boisseyt-Chol

 

Nez d'abord vif, puis éthéré, de roche humide, d'abricot, de pêche. Un déroulé frais, souple, un poil "vanillé-lacté", au fruité plaisant, à la finale policée. Consensuel mais pas mal. **(*)/***

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F499059DSCF5035.jpg

 

Les Amidyves blancs - Côtes du Ventoux 10 - Olivier B

 

Un boisé marqué, une vanille entêtante pour démarrer. Une attaque étonnamment fraîche, fruitée, presque aérienne, aux amers médiocres. Je n'aurais jamais mis ce vin dans le sud si la thématique ne m'était connue. J'ai souvent mal goûté les rouges de ce domaine, mais là, je suis agréablement surpris par ce résultat de grenache-roussanne. **(*)/***

 

Place aux rouges :

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F961369DSCF5037.jpg

 

Saint-Joseph - Domaine Coursodon - L'Olivaie 07

 

Nez réduit, champignons (j'en ai vu beaucoup ce jour !!), poussière, rappelant presque un vieux bordeaux. attaque métallique, fraîche, fruitée, joliment acidulée, à la rafle sous-jacente. Simple et pas mal. **(*)/***

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F411566DSCF5042.jpg

 

Cornas - Les Méjeans 08 - Jean-Luc Colombo

 

Nez "évident" de syrah, pour une entrée en la matière fraîche, immédiatement équilibrée, aérienne, forcément juvénile, mais déjà très plaisante. Une bonne surprise en découvrant l'auteur de ce vin, dont je ne suis plus fan depuis des lustres. ***

 

Le plat vient de glisser entre les salves liquides :

 

http://img15.hostingpics.net/pics/249559DSCF5039.jpg

 

Gratin de courges "longue de Nice", épaule roulée d'agneau aux épices (paprika, cumin, girofle, cannelle, coriandre) ail, miel, huile d'olive = une tuerie !!

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F208574DSCF5043.jpg

 

Cornas 09 - Domaine Johann Michel

 

Nez métallique (c'est comme les champignons, c'est la journée aciérie), rafle et encore des champignons !! Une attaque fraîche, sanguine, presque soyeuse, gâchée par une forte amertume, portée par une astringence marquée. Dommage, car la bande-annonce était chouette, le générique de fin nul. **/**(*)

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F683132DSCF5044.jpg

 

Côtes-du-Rhône Villages - Rasteau - Les Adrès 05 - Domaine du Trapadis

 

Olive verte intense, puis grenache typique (80% grenache, 10% carignan, 10% mourvèdre) fruits à noyaux, menthol, fruits rouges compotés, ponctuent le nez. La matière est effectivement très mûre, se déclinant sur la purée de fraise et un acidulé bienvenu. L'ensemble est volumineux, toujours acidulé, pour le coup assez frais, mais à ne pas mettre dans des palais de danseuses anorexiques. **(*)

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F462662DSCF5045.jpg

 

Châteauneuf-du-Pape - La Font de Bessonnes 08 - Mas Grange blanche

 

Caramel au lait, fraise et fruits très mûrs signent le nez de ce second rouge sudiste. Le déroulé de la matière en gueule est frais, très fruité, très équilibré, épicé, aux amers intégrés. On attendra peut-être un peu plus de complexité, une fois le pedigree dévoilé, en attendant, c'est franc, direct et gourmand. ***

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F911480DSCF5047.jpg

 

L'Ebrescade 07 - Vin de Table de France - Domaine Marcel Richaud

 

Nez dominant de syrah, pour une matière soyeuse, délicate, fraîche, juste bridée par un côté surmûri qui, à mon humble avis, dessert le superbe jus qu'on est censé boire à l'entame. La fin de bouche est pleine, presque confite. Content de (re)voir que Richaud ne rime pas toujours avec chaleur. **(*)

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F443599DSCF5049.jpg

 

Châteauneuf-du-Pape 08 - Domaine Charvin

 

Nez peu disert, ponctué de quelques fragrances de friandises aux fruits rouges. Une attaque joliment fruitée, immédiatement amputée par un côté asséchant, désagréable. L'astringence se confirme, enlevant tout le charme au joli fruit aérien du jus. **/**(*)

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F334423DSCF5050.jpg

 

Châteauneuf-du-Pape 95 - Domaine Raymond Usseglio

 

Nez évolué, terreux, pour une attaque acidulée, un poil métallique, aérienne, sur "la vieille fraise oubliée dans une soupe de vin". **(*)

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F271535DSCF5051.jpg

 

Saint-Joseph - Clos de Cuminaille 08 - Pierre Gaillard

 

Nez finement solaire, métallique, pour un ensemble très acidulé, frais, ample, relativement éthéré, délivrant au final, les plus beaux amers de la série. ***

 

http://img15.hostingpics.net/pics/138379DSCF5054.jpg

 

Variation chocolat : crème à l'orange - moelleux au chocolat - sablé aux amandes et chocolat blanc

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F962621DSCF5055.jpg

 

Muscat de Beaume-de-Venise 07 - Domaine de Coyeux

 

Nez intense de litchi, "muscatant" généreusement. Une attaque relativement fraîche, mais délitée, épicée, molle au final. **

 

http://lapassionduvin.com/phorum/addon.php?16,module=embed_images,url=http%3A%2F%2Fimg15.hostingpics.net%2Fpics%2F379865DSCF5056.jpg

 

Rasteau - Vin Doux Naturel 11 "grenat"  - Domaine des Escaravailles

 

Dernière sucrerie de la session, à l'ultime nez de métal et d'orange sanguine. L'attaque est d'une fraîcheur remarquable, aérienne, à l'acidité juste. C'est totalement gourmand, au sucré invisible, un pur piège pour palais assoiffés !! ***(*)

 

03h30 de plaisir, de générosité, et de rires partagés !! Une cuisine toujours réfléchie, généreuse de sens et d'application. Rendez-vous pour la prochaine session... méridionnale !!

Voir les commentaires

Florilège de dégustations XXIX

7 Janvier 2013, 20:36pm

Publié par Docadn

Bonjour,

 

Comment ça déjà !? Oui, déjà le XXIX ème rendez-vous des dégoupillées !! Je ne vais pas vous en faire un par semaine, mais il faut que j'étête ma pile de CR de 2012 !! Alors on ne traîne pas, on attaque :

 

 http://img15.hostingpics.net/pics/605589DSC0716.jpg


Lemberger Ernst Combé - Trocken 07 - Wachtstetter


Un vin du Württemberg au bouchon très boisé-bordelais (je renifle parfois, comme un sommelier un peu gauche, le bouchon pour y déceler des flaveurs assez étonnantes, mais je me demande toujours comment renifler un quelconque défaut, vu que ça doit souvent sentir le bouchon ?!). Je disais donc, un 1er nez typé "bordelais tendance classieux". Le tout semble jeune et corsé.

L'attaque est fraîche, acidulée, relativement aérienne, épicée, éthérée, à l'acidité élevée, au boisé soutenu. La matière se distingue par une délicatesse et une élégance inattendues. Jolie surprise méritant un coffrage une gangue moins épaisse. **(*)/***

 

http://img11.hostingpics.net/pics/113509DSC0714.jpg

 

Côte de Poquelin - Vin de France 09 - Domaine des Côtes de la Molière

 

Un nez peu disert, finement métallique, plein, acidulé, évoquant l'orange sanguine, aux accents de friandises. Une attaque douce, finement sucrée, aérienne, un poil demi-corps, qui glisse goulûment comme un "convoi de canons d'anges heureux" (souvenez-vous des bagnoles de mariage avec ce jeu de mots foireux très discutable). Il se "beaujolise" au fil de la dégustation. Un "collector" désormais décédé. ***

 

http://img11.hostingpics.net/pics/945358DSCF4891.jpg

 

Bret Brothers - Saint-Véran 07 - La Côte-Rôtie

 

Nez "pur", frais, de "caillou après la pluie", au fruité puissant, au calcaire "saumurois" sautillant !! Une attaque très "chardo", finement perlante, puissamment fruitée, aux amers fins monstrueux (et zou l'oxymore), à l'acidité cinglante, au crayeux tonitruant. J'adore !! ***/***(*)

 

http://img11.hostingpics.net/pics/233920DSCF4960.jpg

 

Domaine Christian Ducroux - Régnié 09

 

Nez vif, mêlant métal, sang, menthol, rafle, plus la "Ducroux' touch" (fourrure). Ce Régnié semble olfactivement un poil plus austère que mes autres rencontres. Une entrée en la matière serrée, granuleuse, acidulée, très vive, pleine, fruitée, droite. Un Régnié très salivant au final. ***

 

http://img11.hostingpics.net/pics/426930DSCF4976.jpg

 

Negro - Barbera d'Alba - Bertu 09

 

Robe très sombre, au nez très bordelais de "vins issus de vignobles entourant des châteaux vides mais souvent bien retapés", café brûlé, menthol, à l'acidulé jaillissant. L'attaque est boisée, métallique et sanguine. Une amertume peu agréable ponctue vivement cet ensemble dense, acidulé, épicé, à la finale chaleureuse s'estompant au fil des gorgées. Elle se fait plus fraîche, laissant la matière dense et juvénile s'exprimer de manière un poil désordonnée, mais intéressante. Le lendemain, un lacté-boisé outrageant domine le "lardé-métalique" du nez. La matière, à l'acidulé et au lacté très expressifs, est moins tranchante, moins charmeuse aussi. **

 

http://img15.hostingpics.net/pics/236955DSC0714.jpg

 

Bourgogne 11 - Les Galtières - Laleure-Piot

 

Nez intensément boisé, immédiatement chardonnesque, au fruité très expressif, à la touche de craie prégnante. Une attaque lâche, sur un étonnant sureau, très épicée, rondouillarde, au fruité confirmé. Le lendemain, il louche vers la Loire avec des accents de chenin crayeux, à l'acidité plus marquée, aux sr traînants dispensables. **

 

http://img15.hostingpics.net/pics/883325DSC0715.jpg

 

Côtes-du- Rhône 10 - Domaine Charvin

 

Un nez métallique d'usine ArcélorMittal en activité, de boucherie chevaline, de cantine d'entreprise où se déroule une collecte clandestine de saignées dons du sang (pour les gens qui n'ont jamais donné, sachez que c'est faux, ça ne sent jamais rien, mais je suis à court d'images), profond, laurier, olive, rafle et d'épices prononcées. Après cet inventaire à la Prévert Bricomarché, attaquons donc la bête au flanc. Une matière très suave, caressante, à l'allure castel-papale, crémeuse, qui se fait un poil austère, corsée sur la fin de gueule. Les gorgées suivantes sont plus gourmandes, dévoilant un vin plein, vivant, à la complexité de bon aloi.**(*)/***

 

http://img15.hostingpics.net/pics/904956DSC0717.jpg

 

Clos des Briords - Muscadet Sèvre & Maine 11 - Cuvée Vieilles Vignes -

Marc Ollivier & Rémi Branger

 

Fruits jaunes entêtants, pierre humide après l'orage, silex, au générique d'un nez qui louche vers le sud. Une attaque perlante, très fruitée, inhabituellement courte, éthérée, qui prend son temps pour "rallonger les caudalies attendues". Un vin tendu, schizophréniquement doté d'un gras de grande classe. Si certains ne sont "jamais déçu par Tariquet" (© Gildas), moi je reste toujours relativement Ali baba devant les vins de Marc Ollivier (et de son "élève" Rémi Branger). ***

 

Allez, ça suffit pour cette fois ci, même si la pile de CR n'est toujours pas terminée...

Rendez-vous pour un XXX ème florilège !!

Voir les commentaires

Florilège de dégustations XXVIII

3 Janvier 2013, 19:05pm

Publié par Docadn

Bonjour,

 

Quoi de mieux que de commencer l'année par un petit florilège liquide, après le traditionnel déluge solide à peine digéré... 

 

http://www.mas-theo.fr/images/to-rouge.gif

 

(source Mas Théo)

Cuvée TO 09 - Mas Théo - Grignan-les-Adhémar 

Un nez puissant, rhodanien par essence, sudiste convaincu avec ses flaveurs de grenade, métal froid, rafle, menthol et de torréfaction. Une attaque assez soyeuse, pleine, souple, crémeuse, épicée, assez courte, équilibrée, aux accents languedociens (grenache-syrah 50-50), à la gourmandise évidente. **(*)/***

 

http://www.vignobletiquette.com/etik/2/listrac_2000_chateau_fourcas_dupre.jpg

 

(source vignobleetiquette.com)

Fourcas-Dupré 00 - Listrac-Médoc 

 

Nez de torréfaction poussée, limite "miettes de biscottes oubliées pendant 1 mois dans le toaster". De fortes notes de caramel au lait, submergées par un végétal flagrant. L'attaque est aussi verte qu'un poivron ramassé 10 jours trop tôt. Un sucré outrageant ponctue l'ensemble. Des notes puissantes de noyau font de ce vin simpliste, le cliché tant honni des vins de Bordeaux. 0

 

http://www.mas-theo.fr/images/to-rose.gif

 

(source Mas Théo)

Sélection Mogul 10 - Mas Théo - Grignan-les-Adhémar 10 


Un nez un poil verrouillé, au fermentaire dominant, presque champenois, prenant des accents "nature peu protégé" peu rassurants. Une matière clairement oxydée, proprement imbuvable, alors qu'à l'achat c'était un joli jus de roussanne-marsanne-viognier (40-40-20), "étonnamment peu sudiste dans l'âme, louchant presque sur un bel aligoté". 0

 

http://img11.hostingpics.net/pics/431876DSCF4623.jpg

 

Prologue - Christian Ducroux - Vin de France 11

 

Nez traditionnel de fourrure, de framboise soutenue et de terre humide. Une attaque foncièrement "trop perlante pour être honnête". Une fausse impression de "refermentation", qui dissimule une matière simple et fruitée. **/**(*)

 

http://img11.hostingpics.net/pics/710088DSC0717.jpg

 

Les 3 Roches - Moulin à Vent 07 - Pierre-Marie Chermette

 

Pain chaud et notes fermentaires puissantes s'annoncent en ouverture. Une réduction malingre stationne longuement au-dessus du verre. La matière est fruitée, fraîche, assez courte, compensée par un gouleyant salvateur, assorti d'une étonnante touche crayeuse. L'ensemble gagnera en mâche ce qu'il perdra en tension le lendemain. ***

 

http://img11.hostingpics.net/pics/594808DSC0718.jpg

 

Trousseau 09 - Bénédicte & Stéphane Tissot

 

Vache !! Ca "gamayte" ?! Épices, mûres et sureau, plus une touche moyennement rassurante d'oxydation. La bouche confirme les doutes olfactifs : oxydé à mort, pas typique du tout. 0

 

http://img11.hostingpics.net/pics/943570DSC0719.jpg

 

Vin de Pays des Balmes Dauphinoises (blanc) 08 - Nicolas Gonin

 

Nez peu disert, finement "boisé ou réduit", au choix. Le temps d'aller faire 10X800 mètres avec 1 minute de repos entre chaque, le vin exhale des notes de fruits blancs qui m'emmènent tantôt en Loire, tantôt en Bourgogne !! L'oscillation géographique laisse la place à une attaque fruitée, souple, élevée, très épicée, vibrante, serrée, à la belle mâche, aux jolis amers gras. Les gorgées suivantes confirment la belle vibrance d'un aligoté de la trempe de celui des De Moor !! J'ai même griffonné "amers de l'année !!". L'acidité tend l'ensemble à la finale de curry. A J+1, le caractère est plus ligérien, mêlant toujours le gras et le côté sec d'un très beau Vin de Pays. ***/***(*)

 

http://img11.hostingpics.net/pics/841230DSCF4988.jpg

 

Châteauneuf-du-Pape 07 - Domaine Charvin

 

Nez aérien de "fraises fraîches écrasées par des bottes Le Chameau", à la finesse jaillissante, profonde, mais quasi monocorde. Une attaque serrée, très épicée, relativement austère, à l'astringence prononcée, peu gourmande. Les gorgées se succédant, il se fait moins "clérical" tendance "ermite-misanthrope", plus castel-papal. Le lendemain, le nez est lacté (caramel au lait), la matière crémeuse, toujours très épicée, puissante, à la finale teintée d'une finesse sous-jacente, mais ténue. **(*)

 

http://img11.hostingpics.net/pics/564345DSC0716.jpg

 

La Volcanique - Côtes du Forez 10 - Cave Verdier-Logel

 

Joli nez doux, métallique, de gamay affirmé. Une matière très fruitée, épicée, pleine, granuleuse caractérise ce joli jus suave, caressant le palais comme une juvénile "Careless Whisper" presque 30 balais après. C'est simple, bon, réconfortant. A J+1, il a gagné en finesse, en mâche, avec une étonnante touche crayeuse portée par une sympathique fraîcheur.

**(*)/***

 

http://img11.hostingpics.net/pics/532723DSC0714.jpg

 

Rosé de Touraine 11 - Le Rocher des Violettes - Xavier Weisskopf

 

Nez réduit de carton mouillé, rapidement dominé par de petits fruits rouges et un fermentaire affirmé. L'attaque est immédiatement pommadée comme celle d'un rosé sudiste. Les gorgées suivantes confirment le côté sec, léger, épicé de l'ensemble, louchant sur le "chenin angevin", matiné de simplicité et de perlant. **

 

http://img11.hostingpics.net/pics/924403DSC0717.jpg

 

Domaine de La Taille aux Loups - Montlouis - Sec "Les Dix Arpents" 10

 

Poire opulente, craie et épices animent le nez. Une attaque "serrée" qui libère timidement un vin très sec, à l'acidité affirmée, aux agrumes toniques. Une longueur extravagante qui donne de l'ampleur, du gras, pour une finale salivante aux amers justes. A J+1, l'ensemble est moins tendu, plus gras, l'acidité plus ténue, l'équilibre attendu est là. ***/***(*) 

 

Voilà, ça suffit pour aujourd'hui, en vous souhaitant santé-bonheur contact et chaleur pour cette année 2013 !!

Voir les commentaires

Les Escapalmes d'Or 2012

27 Décembre 2012, 06:59am

Publié par Docadn

Aussi vieux que le Calendrier de l'Avin et Les Vindic d'Or, voici venu le temps de la 3ème cérémonie des Escapalmes d'Or® du "blog qui boit trop, mange trop et qui devrait marcher un peu plus pour compenser tout ça..." 

 

http://img4.hostingpics.net/pics/643526DSC0714.jpg

 

Pour les nouveaux venus et les récipiendaires de cette nouvelle cuvée, un rappel des anciens Escapalmés, pour mesurer l'impulsion que cette distinction a donné à leur carrière :

 

Autre rappel majeur concernant les Escapalmes d'Or. Elles sont comme les étoiles du Michelin à savoir, qu'on ne peut ni les refuser, ni les rendre, ni les revendre !!

Un jury nommé à vie, objectif comme un appel d'offres dans le BTP. Ainsi est bâtie l'impitoyable éthique de L'Académie des sets de table, du verre à pied et du poisson trop cuit

Des centaines de nominés, des débats houleux avec moi-même, un palmarès forcément exceptionnel, avec son lot d'outsiders venus faire trembler "l'establishment"...

Mais ne faisons pas patienter plus longtemps les "élus"....


http://www.oenos.net/wp-content/uploads/2012/06/423297_258460330899368_2016193061_n.jpg

 

trrrrtrrrrtrrrrtrrrrrrrtrrrrtrrrrrrtrrrrtrrtrrtrtrrttrrrrrr (c'est censé imiter le roulement de tambour), Aurélien Litron président d'honneur de ce "3ème festival international des couverts de table et du tonneau" déclare, officiellement, ouverte la 3ème cérémonie des Escapalmes d'Or 2012 !!

Voici le palmarès des Escapalmes d'Or cuvée 2012 :

 

http://img.over-blog.com/200x300/1/01/96/38/Vins-2012/Vins-2012-0320.jpg

 

Escapalme d'Or du "meilleur accueil vigneron de Séguret, que même quand tu arrives à la bourre, que tu te pointes avec des amis bourrés heureux, que même toi tu fais mine de maîtriser, alors que le pique-nique fut très fatigant, ben il garde la banane" est attribuée à Pablo Hocht, vigneron à Séguret...  Un vigneron à découvrir pour sa personnalité, son parcours, ses vins et sa philosophie... Au plaisir Pablo !!

 

Escapalme d'Or de "la meilleure série anti-Aspartam goûtée à Renaissance 2012, où tu te dis que tu préfères mourir d'un diabète sans insuline que d'un cancer du colon causé par un lobby de la chimie" est attribué à : "Coteaux du Layon 10", "Les Clos 10", et "SGN 09" modèles de fruité, d'équilibre et de tension de chez Catherine et Philippe Delesvaux

 

http://img15.hostingpics.net/pics/168099DSCF4691.jpg

 

Escapalme d'Or du "meilleur espoir ligérien, où le gars doit passer sous silence l'influence des capricornes sur les schistes des terroirs sud d'Uranus, qui fait du vin qui ne sent ni la compote fermentée ni la fiente de coccinelle" est attribuée à Thomas Carsin et toute son équipe du Domaine du Clos de l'Elu, pour tous les bons vins goûtés cette année, en blanc sec, en moelleux, et même en rouge qui ne sent pas (trop) le poivron... 

 

Escapalme d'Or "que je suis obligé d'attribuer à un domaine du Rhône-sud parce que j'en viens, pour des vieilles vignes de grenache que tu goûtes pour être poli, que tu restes le palais scotché par tant d'élégance et de soyeux" est attribuée au Domaine de la Fourmente pour sa cuvée "Garrigues 2011".


http://img.over-blog.com/500x334/1/01/96/38/Vins-2012/Vins-2012-0716.JPG

 

Escapalme d'Or de "la dégustation la plus drôle de l'année, où tu prends une fois de plus conscience de ta petitesse face au vin, quand il est servi à la Steevie Wonder, que tu dois jouer à Elisabeth Tessier, que tu repars avec un bonnet d'âne et 6 verres pour apprendre à déguster, quand Les gros épais Jull & David jouent une qualif' aux JO du Pif" est attribuée au Concours de la RVF, étape ligérienne...


http://img.over-blog.com/500x457/1/01/96/38/Vins-2012/Vins-2012-0007.JPG

 

Escapalme d'Or du "meilleur pinot torché, un peu évolué, encore ramené par Ludo avec son étiquette à moitié pourrie, dont la finesse vibre encore sous ta langue juste en prononçant son pedigree" est attribuée à Vaudoisey-Creusefond pour son Pommard-Epenots 1er Cru 2002...


http://img.over-blog.com/300x289/1/01/96/38/Vin-2012-bis/Vin-2012-bis-0868.JPG

 

Escapalme d'Or de la meilleure urine féline du "meilleur sauvignon torché cette année, qu'on pourrait confondre avec un chardo à l'aveugle, tellement c'est complexe, fin, profond, frais, issu de vieilles vignes, pouvant faire chanceler beaucoup de convictions sur le fameux variétal du sauvignon" est attribuée à Les Angeslots 08 - Sancerre de Pascal et Nicolas Reverdy


http://img.over-blog.com/300x249/1/01/96/38/Vins-2012/DSCF4058.JPG

 

Escapalme de "la meilleure initiative vigneronne pour démystifier le sempiternel duo muscadet-huître, avec des mothers fuckers terroirs et des fucking peasants, qui suent sang et vin pour faire des grands vins de garde à prix dérisoires, qui en plus te les font goûter avec de la cuisine étoilée sur les bords de Loire" est attribué au collectif  Vigne de Nantes.

 

http://lapinardotheque.files.wordpress.com/2012/11/006.jpg

 

(source PinardotheK)

 

Escapalme d'Or du "meilleur reportage d'oenotourisme, avec des jeux de mots pourris, qui donne quand même envie d'aller lécher des terrasses cramées par le soleil, de parler à des cailloux en lusitanien, avant de te noyer le gosier avec des noms de séries limitées de bagnoles comme LBV, Tawny, Vintage" est attribuée à Sandrine de la PinardotheK pour sa série Da-Douro-ron ron.

 

http://www.ouest-france.fr/of-photos/2007/12/30/52ac56_1641086_1_apx_470_.jpg

 

(source Ouest-France)

 

Escapalme d'Or de "la cave que t'es content d'habiter assez loin d'elle pour ne pas liquider ton RSA tous les 09 du mois, que le taulier a toujours un truc intéressant à te faire goûter, que quand tu vois sa sélection, tu regrettes juste de ne pas être grossiste en shit avoir assez travaillé à l'école" est attribuée à Laurent Briand pour sa cave Vino Vini à Séné (56).


http://img.over-blog.com/500x332/1/01/96/38/Restos-2012/DSCF4787.JPG

 

Escapalme d'Or du "meilleur bistrot lorientais qui, sans changer de cuistot, est passé d'une cuisine gentille à une cinglante petite gastronomie qui fait que tu veux y retourner à plat ventre tout en dévorant la carte des vins qui est sûrement une des plus pertinentes de la ville" est attribuée à Anthony Rault & Mathias Carnot pour le restaurant-bar à vins L'Astéroïde à Lorient.  

 

http://img.over-blog.com/500x334/1/01/96/38/Restos-2012/Restos-2012-0716.JPG

 

Escapalme d'Or du "meilleur plus grand cabillaud de l'année de tous les temps de 2012, mangé dans un resto avec un carrelage de crêperie, pour qui j'avais juré de me baigner à poil en hiver s'il n'obtenait pas une étoile au Gros Rouge, qui depuis a changé de carrelage et m'a évité un rhume du cul séant" est attribuée à Aurélia & Olivier Samson pour le Restaurant La Gourmandière à Vannes. 

 

http://img.over-blog.com/500x331/1/01/96/38/Restos-2012/DSCF4638.jpg

 

Escapalme d'Or "du meilleur sauté de veau de Lisbonne que si tu as un peu de respect pour ta planète, tu te cognes pas le voyage juste pour aller le manger là-bas, alors que y'a des gens qui le font vachement bien, moins loin, avec des pifs qui tiennent normalement plus que la route" est attribuée à Isabelle et Christophe Ligeron de la "cave à manger" Un Midi dans les Vignes à Rennes

 

http://img15.hostingpics.net/pics/393675DSCF4903.jpg

 

Escapalme du "meilleur dessert de fruits de l'année mangé lors du déjeuner étoilé au meilleur rapport qualité-prix de l'année, quand d'autres se font chier ne réfléchissent pas plus loin que le menu Grilladin de Courtepaille 5,20 € moins cher, alors que le top, le frais, le non décongelé est sous vos yeux bande de Gilbert Montagné !!" est attribuée à Christiane et Eric Mariottat à Agen


http://img.over-blog.com/500x334/1/01/96/38/Restos-2012/Restos-2012-0473.JPG

 

Escapalme d'Or "du service le plus glamour de l'année, avec une envoûtante ambassadrice de la cuisine la plus lumineuse de l'Avenue Foch, qui te fait dire pourquoi se faire chier à aller à St-Jacques de Compostelle, où à part te prendre un encensoir et de la fumée dans la tronche en arrivant, on ferait mieux d'aller au Havre à pied, car c'est moins loin, t'es sûr de manger pas trop loin du paradis si t'y crois, tout en dévorant Ze quatre-quart du nirvana si t'es adepte d'hindouisme ou de bouddhisme" est attribuée à Anabelle et Jean-Luc tartarin au Havre

 

http://img.over-blog.com/500x332/1/01/96/38/Randos-2011/DSCF4598.JPG

 

Escapalme d'Or du "meilleur filet de rumsteack de l'année, noyé dans la nuée parisienne des bars à viandes qui poussent comme des pissenlits dans un jardin non-traité, qu'on te vend au prix d'un avant-bras, quand le pif est vendu au prix du reste du corps" est attribuée au Beef Club à Paris

 

http://img.over-blog.com/259x300/1/01/96/38/Restos-2012/DSCF4770.jpg

 

Escapalme d'Or du "meilleur restaurant asiatique insulaire fréquenté par des Beigbeider l'été, par des ploucs ruraux l'hiver, à la musique chiante comme du Lou Doillon, à la déco à faire se pâmer un inspecteur du Fooding, aux assiettes épatantes pour le prix d'un snacking bien marketé à Lutèce" est attribuée à Suwanna à St-Martin-de-Ré

 

http://img4.hostingpics.net/pics/821564DSCF4745.jpg

 

Escapalme d'Or de "la tartellette fine aux pommes que tu as toujours rêvé de manger à la sortie de l'école quand t'étais minot, dont je me goinfre désormais à chaque fois que je vais à Paris en faisant la queue avec les gamins de 5ème B qui créent un bouchon dans la boulangerie tous les jours à 16H49" est attribuée à Jean-Paul Charbonnier à Paris XVème.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/551836DSCF4964.jpg

 

Escapalme d'Or du "chocolat quasi indétrônable qui te scie par son équilibre, sa force, sa finesse, sa délicatesse, sa régularité et qui tue toujours sa race de caniche abricot" est attribuée, comme en 2011, à  Fabrice Gillotte à Dijon. 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61gjGKKFVcL._AA1500_.jpg

(source Amazon)

Escapalme d'Or du "livre-enquête sorti en 2011, écrit à deux pour se partager le boulot des requêtes Google, des réseaux sociaux, les 4 coups de fils aux attaché(e)s de presse, censé nous dévoiler les dessous de la gastronomie française, qui te fait dire que pondre un bouquin avec autant de fautes d'orthographe, de poncifs, enfonçant autant de portes ouvertes de hangars d'Airbus A380, est à la portée du premier péquin qui maîtrise un clavier azerty, Google et Twitter, moins son correcteur, que je serais aussi capable de perdre du temps à d'écrire un livre qui ne t'apprend rien, ah non je le fais déjà avec ce blog" est attribuée à Aymeric Mantoux et Emmanuel Rubin pour leur inutile contenu et le titre prétentieux du "Livre noir de la gastronomie française".


http://images.telerama.fr//medias/2011/11/media_75492/if,M64097.jpg

 

Escapalme d'Or du "skeud de l'année, puisqu'il en faut au moins un pour recevoir cette inutile distinction, sachant que ce n'est pas Iron & Wine comme d'habitude, mais encore un truc qui ne fait pas la promotion de la langue de Franck Ribery" est attribuée à "l'évanescent" album If de Bill Ryder-Jones. 

Ainsi s'achève cette 3ème cérémonie des Escapalmes d'Or. Encore bravo à tous les récipiendaires, qui n'hésiteront pas, j'en suis certain, à mentionner sur leur cv cette prestigieuse récompense.


Cette dernière devrait leur permettre :

  • de voir le retour de l'être aimé à la casa.
  • d'avoir 563 amis de plus sur Facebook.
  • vaincre des maladies dites incurables comme "aimer le football".
  • retrouver un boulot à 285 k€ + un Picasso 7 places.
  • d'être classé 58 mois de suite dans le top 10 d'Ebuzzing scrapbooking. 
  • mettre dans ton lit celui ou celle qui te résiste depuis le deuxième trimestre de CM2.
  • avoir une peau plus nette, même en fin de journée. 
  • de se protéger des méfaits de l'huile de palme, même si elle est signée Max Havelaar.
  • d'exploser la tête du diable si tu es possédé depuis le 23 janvier 1998.
  • d'amener la paix dans le monde entier sans que la colombe te chie dessus en passant.

 

A l'année prochaine...

Voir les commentaires

Calendrier de l'Avin 2012, saison III

24 Décembre 2012, 06:53am

Publié par Docadn

Ça y est, c'est mon tour ??

Ok, bon, je suis prêt !!


Bonjour à tous,


Heureux de vous retrouver pour cette 3ème édition du calendrier de l'Avin.

Un "sapin-calendrier liquide" coaché par la prêtresse "des caves à manger franciliennes", j'ai nommée Eva, rédactrice en chef d'Oenos et de la rubrique "maux de ventre" chez Top Santé, accessoirement caution féminine de "Trogne de pif fatiguée" seule auteure de Tronche de Vin pouvant taguer ses ongles sans subir les quolibets de ses potes tatoués...


J'ai le "privilège" d'avoir obtenu un siège à chacune des éditions. le 18/12/10 lors de la première édition, le 19/12/11 lors de la seconde. Par deux fois, c'est le gamay qui se cachait derrière. Pour cette 3 ème "olymPIFiade" de Noël, nous partons vers des contrées un peu plus septentrionales :

 

http://img11.hostingpics.net/pics/863481DSCF4969.jpg

 

Quintaine 10 - Pierrette & Marc Guillemot - Viré-Clessé

 

Une cuvée déjà goûtée lors de Renaissance 2012. J'avais griffonné, à l'époque, la synthèse suivante :

 "Quintaine 10" de Guillemot, pour la première fois en appellation Viré-Clessé suite à un assouplissement du cahier des charges de l'AOP. Ce dernier est éclatant de fruit (poire opulente) et de gourmandise. 

 

Me voilà devant un des spécimens acquis dans ma Drôme natale (la pertinente cave   Toutengros à Montélimar) au printemps dernier, au tarif très attrayant de 13,50 € (je viens de découvrir que Quintaine est désormais à 12,40 € sur le site du magasin !!).


C'est tout d'abord des notes de miel, de fleurs, de compote de pommes qui flottent paisiblement au-dessus du verre. La pierre humide, le vernis (Eva, on a dit pas de vernis lors des dégust' !!), un caractère presque ligérien dessine les contours de la matière à la robe claire, aux reflets verts.

L'attaque, un poil perlante, est très fruitée, relativement tranquille, un peu serrée pour tout dire... Une impression de "fermeture" que je n'avais pas encore rencontré sur les vins des Guillemot. 


Quelques minutes d'attente permettent au vin de "s'ouvrir". Les gorgées se succèdent, donnant à voir une matière qui "poivre" gentiment, avec un fin sr sous-jacent.

L'ensemble prend un virage tonitruant, où se mêlent puissance et finesse....

Le lendemain, un miel oriental occupe l'espace olfactif, avant de laisser la poire Williams dominer les débats.


Un vin "zen" comme la barbe de Marc Guillemot, où l'élégance croise la danse sexy du chardonnay de Quintaine...

C'était l'éphéméride du jour, à vous les studios...  un joyeux Noël à tous et un bon anniversaire à ma copine Inge !!

Voir les commentaires

Baston de marrons... le debriefing !!

21 Décembre 2012, 09:51am

Publié par Docadn

Bonjour,

 

C'est la première fois que je me risque à l'exercice du compte-rendu sur une telle série de sucreries. Je n'ai fait que ce que je sais faire, en abordant les marrons presque comme des vins, en analysant l'aspect, parfois les flaveurs, mais surtout les textures...

Trop occupé à manger, je n'ai pas pris de photos. Aussi, les illustrations ci-dessous ont été lâchement empruntées sur le blog de l'organisatrice du hang out : Louise-Raids Pâtisseries. La dégustation a eu lieu dans l'ordre suivant (si je ne me suis pas planté dans mes notes), par paire de marrons.

 

http://2.bp.blogspot.com/-WuOMemC2__8/UNLTiw0wZhI/AAAAAAAAGrw/UxujS6StDD0/s1600/Sabaton.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

Sabaton (disponible chez G. Detou)  (22,20€ les 12)

 

Découpe moelleuse, flaveurs délicates de marron. Un sucre assez présent, un goût authentique de marron, ne souffrant aucunement de sécheresse. Il est difficile d'ouvrir une dégustation, mais cet exemplaire me plaît beaucoup par la délicatesse qu'il dégage. ****

 

http://2.bp.blogspot.com/-9go10HV2Lh4/UNLTfzQW6AI/AAAAAAAAGrg/WOnomoV9saA/s1600/Patrick+Roger.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

Patrick Roger  (3€ l'unité)

 

Robe très claire, aux flaveurs plus délicates que Sabaton. Une immédiate "liqueur" de café enveloppe puis domine un ensemble bien plus sec que celui de Sabaton. Il est aussi plus pâteux, au sucre plus lourd. Il fait néanmoins l'unanimité auprès de la majorité des autres dégustateurs. Pas moi, Sabaton et son marron de l'Ardèche lui est supérieur. ***

 

http://2.bp.blogspot.com/-t2GdTENKxIw/UNLTZUF-GCI/AAAAAAAAGrA/Xtr29mvrQOc/s1600/Debauve+Gallais.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

Debauve & Gallais  (4€ l'unité)

 

Un marron très cassant, comme déjà sec. Une texture bien moelleuse qui ne masque pas la petite sécheresse de l'ensemble. La vanille est dominante, rappelant l'archétype du goût de la crème de marron Clément Faugier de mon enfance. Il y a par contre de véritables morceaux de marrons qui rattrapent un peu l'ensemble très moyen. **(*)/***

 

http://4.bp.blogspot.com/-M6iikRhWQ8U/UNLci1ydF-I/AAAAAAAAGsI/sLBsmxhq1c0/s1600/M%C3%A8re+de+Famille.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

A La Mère de Famille  (prix au kg. 28,60€ facturé pour 10 unités)

 

Aspect très (trop) glacé, encore plus difficile à découper que celui de Debauve & Gallais. Il est très cassant, s'émiettant comme aucun avant (ni après d'ailleurs). texture un poil sèche, sucre dominant, trop peu typique pour ma pomme. **/**(*)

 

http://3.bp.blogspot.com/-_4-Z0YaNLXw/UNLTlO9EekI/AAAAAAAAGr4/OIBsVVEklQI/s1600/Sadaharu+Aoki.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

Sadaharu Aoki ** (3€ l'unité)

 

Joli marron, au coeur brillant, comme parfumé à la noisette. Il est hélas extrêmement sucré, avec un profil aromatique de marron très tardif, à cause justement de la prégnance du sucre. Sans parler de l'inévitable sécheresse qui flingue rapidement les chances de briller face à la concurrence. Je constate, avec cette nouvelle expérience, que je n'accroche toujours pas plus avec la vision pâtissière de cet artisan réputé. **

 

http://1.bp.blogspot.com/-9y13lHOeh4U/UNLThlhf-MI/AAAAAAAAGro/y2Q2V8JZ5U0/s1600/Pierre+Herm%C3%A9.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

Pierre Hermé  (37€ les 12)

 

Robe assez claire, au goût immédiat de marron brut. Bien moins sucré que son prédécesseur, il se montre presque nature (merci à la vanille dispensable). C'est réussi. ***(*)/****

 

http://1.bp.blogspot.com/-EsoMSUWFrio/UNLTeI2zEtI/AAAAAAAAGrY/1MtUpN7GqFw/s1600/Marcolini.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

Pierre Marcolini (3€ l'unité)

 

Une texture et un goût "comparable" à une pâte de fruits, à la vanille entêtante. Un marron pâteux, plat, banal au global. **

 

http://4.bp.blogspot.com/-u0JRhq1SDRo/UNLTa2t6GzI/AAAAAAAAGrI/drTKqMJmv24/s1600/Genin.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

Jacques Genin (4€ l'unité)

 

Un concentré de savoir-faire qui se décline sur un évident pralin, au goût puissant de marron. On peut presque l'aborder comme un gâteau. Pour moi, le plus "pâtissier" des marrons de la série. ****(*)

 

http://2.bp.blogspot.com/-QQ18uACtD_c/UNLTWEeb9mI/AAAAAAAAGqw/T55yBBtv0XE/s1600/Constant.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

Christian Constant (34€ les 10)

 

Un sucre outrageant, un goût de véritable marron assez prononcé, gâché par une vanille opulente. Une impression sirupeuse qui ne fait pas de moi le premier fan du marron de Constant. **(*)/***

 

http://3.bp.blogspot.com/-d1ca_xx-uJM/UNLTcunSrXI/AAAAAAAAGrQ/qdhqWlLZaqs/s1600/JPH.JPG

 

(source Raids Pâtisseries)

 

Jean-Paul Hévin  (3,30€ l'unité)

 

Difficile à couper, un poil sec à l'entame, au sucre généreux. Il s'exprime sur des notes exotiques (ananas) assez intenses, portées par un marron puissant, relativement naturel. C'est sa complexité qui me pousse à le mettre en très bonne place sur le podium. ****

 

Comme résumé la veille, mon podium se compose, dans l'ordre, des marrons de Jacques Génin en tête, suivi par celui de Jean-Paul Hévin, devançant d'une courte tête celui de la Maison Sabaton (seul marron d'Ardèche !!).

Pour revivre l'ensemble de la dégustation, la vidéo est toujours visible ICI. Encore un grand merci à Louise de m'avoir convié à ce "run sucré".

 

Voir les commentaires

Baston de marrons...

20 Décembre 2012, 06:44am

Publié par Docadn

Bonjour,

 

C'était mardi 18 décembre dernier. Hangout : voilà presque 2 jours que je me la pète avec ce terme 2 ou 3.0.

Une première mondiale, pour ma pomme, organisée avec brio par Louise, intendante en chef du délicieux blog Raids Pâtisseries (rien qu'en regardant la première page, tu prends 11 kgs et tu fais péter ton cholestérol au niveau de celui de Gérard Depardieu),

Valentine et Raphaelle du staff Google (merci à vous 2 d'avoir assisté le boulet informatique que je suis).

 

 

C'est mon aisance informatique qui m'a permis d'arriver avec 10 bonnes minutes de retard sur l'ensemble des convives (composé d'Emilie, Reuven, Virginie, Andrey, Thierry, Anne-Gaël et Rémy).
Je vous laisse découvrir ce "run gourmand" sur la vidéo ci-dessus.

Un exercice interactif vraiment très intéressant. Des avis et des goûts judicieusement opposés par moments. Un podium presque aux antipodes de celui des "pros de la chose"

Le mien fut composé des marrons de chez Génin, Hévin et Sabaton.

Je vous invite à  découvrir les jolies photos et un compte-rendu détaillé sur le site de Louise. Pour finir, je poke à mon tour Virginie, drômoise expatriée chez les gones, chocolatement addict...

Voir les commentaires

Les Vendredis du Vin #51 : des vins vivants pour fêter la mort !

30 Novembre 2012, 06:45am

Publié par Docadn

Bonjour,

51 ème rendez-vous des VdV, avec au pupitre, Olivier Lebaron dans le rôle du chef d'orchestre.

Le Showviniste du sud nous propose une thématique "vivante d'outre-tombe", pour ce vendredi où nous fêtons les André ("à la Saint-André si tu entres dans un troquet, tu sortiras 02h00 plus tard bourré comme une urne de l'UMP").

http://img15.hostingpics.net/pics/488369vivant.jpg

 

(crédit Rémy Bousquet)


Le sieur Lebaron nous invite "à faire partager le vin du dernier festin. Quel serait l’ultime vin à retenir ? Avant un dernier souffle, quelle serait votre dernière gorgée ? Aurez-vous le vin gai ou le vin triste ? Serez-vous seul ou accompagné ? Et si cette fin vous effraie, passez donc à l’étape d’après et imaginez le vin de vos funérailles, qu'aimeriez-vous laisser dans votre cave pour arroser vos amis ?"  


 

http://img15.hostingpics.net/pics/398699VIV.jpg

 

(crédit Rémy Bousquet)

 

Nous sommes en 2075. Je viens de fêter mes 107 ans et ne sais toujours pas ce que l'expression à la con : "j'vais pas attendre 107 ans", signifie !

Tous les matins, depuis désormais près de 70 ans, je consulte les blogs dédiés au vin. Ils se font rares depuis 2 décennies.

Les dinosaures de la blogosphère ont presque tous disparu. Ne reste plus que Bourgogne Dead, animé par la 3ème génération Desperriers-Ibanez, ainsi que No Wine is Alive coaché par Byron Iommi-Amunatéguy et Zoubir Audouze (oui, oui, le prénom Zoubir est devenu très tendance dans les années 2060, comme quoi, tout arrive !!).

 

http://img15.hostingpics.net/pics/795667olif.jpg

 

(source tronches de vin)

 

Olif nous a quitté à la fin des années 60. Le chantre du vin vivant s'est éteint tranquillement dans son Jura natal. On raconte qu'il a même reçu l'extrême-onction du neveu du petit-fils de Bettane en personne (à la tête de la Fondation MB pour "Mieux que Bio") !!

C'est dans un cercueil en épicéa, renforcé par des clavelins, que le porte-voix des vignerons natures a rejoint le caveau des "héros du jaja" (une sorte de Panthéon pour alcoolos). Ses derniers mots furent "chardoglou, plouglou, savaglou..." agrémentés de deux filins de bave, naturellement sans soufre...

Son petit-neveu Donovan Big John a tenté de reprendre le flambeau, mais a rapidement décrédibilisé le blog historique, en s'associant avec le groupe Castel lors du lancement d'un vin "bio", selon les critères de la 115 ème réforme du cahier des charges européen du vin biologique... 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/852348rapit.jpg

 

(source tronches de vin)

 

Quelques mois plus tôt, le diplodocus du webwine 2.0 (alors que je vous écris à l'heure du web 35.0), le père de La Pipette aux 4 vins nous quittait.

50 ans durant, il a nourri la toile et notre curiosité. On raconte que son trépas fut causé par "une négrette vendéenne de contrebande, qui déboula en contresens face à des tellines garées en double file sur un dentier-test en corne de vache"... "Raharglhhlrglarhhh" furent ses dernières paroles...

  

http://img15.hostingpics.net/pics/861365Pina.jpg

 

(source metrofrance)

 

Personne ne donnait cher de sa peau, pourtant elle est encore là, "l'Annie Girardot du comptoir", "la Simone Signoret du verre à pied", celle qui a enterré des wagons d'Amy Winehouse, j'ai nommé Sandrine, alias la tenancière de la PinardotheK.

Cette dernière a pris une retraite est désormais une pensionnée active, après avoir gavé le foie de clients ignorants, 45 ans durant.

Des années d'abus liquides qui ont conduit l'ex-égérie de la twittosphère à une démence quasi permanente.

Elle occupe désormais ses journées à couper quotidiennement 0,03 mm de sa frange fatiguée, twittant, entre 07h05 et 18h34, 711 fois de suite : "JE SUIS CAVISTE PUNK AVEC UNE CRÊTE DE SCREWPULL". Elle s'assaisonne désormais le foie au Porto 2068, en souvenir d'un 1968 magique...

 

http://img15.hostingpics.net/pics/254990EVA.jpg

 

(source tronches de vin)

 

Autre survivante du web du début du siècle, voici Eva (la photo date de cette période). En retrait de la vie publique, elle vit désormais recluse sur les bords de Loire, distillant des conseils pointus en onglerie et en prévention des troubles gastriques.

Sa vue baisse, sa soif de chenin non !! Elle nous a confié ses dernières volontés : 6 applications 3D de chenin (nous sommes en 2075 je vous rappelle), 1 boite d'Imodium biodynamique, de l'acétone estampillé AB, le rouge #58 de chez Kure Bazaar en hologramme permanent...

Une fois par an, elle anime encore le calendrier de l'avin... comme un pied de nez au fantôme-tourmenteur de Bétourné...


http://img15.hostingpics.net/pics/837809faria.jpg

 

(source le Journal de Saone et Loire)


Dernier survivant du "Moyen Âge électronique", David Faria, le Bicéphale-torcheur à lui tout seul.

L'ex-bassiste guitariste musicien de "La Grosse Commission" a lui aussi pris sa retraite. Il officie désormais, en tant que chanteur, dans un petit groupe de quartier baptisé "Fuite Urinaire". La pratique de tout instrument lui est désormais interdite, suite à un accident qui aurait pu lui coûter la vie. 

En cause, une palette mal chargée (sûrement volontairement) de vins angolais lui est tombée sur le bras, lors de la FAV 2057 des magasins Brandon Leclerc (oui, oui, c'est toujours la même famille !!). 

Accident qui le prive désormais des riffs rageurs, avec lesquels il avait bâti sa réputation depuis l'avènement de son Parkinson. Il boude désormais les GMS, faisant ses courses sur le net, comme tout le monde...

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/315949VIII.jpg

 

(crédit Rémy Bousquet)


Et votre vieux serviteur dans tout ça ?! Il pense boire quoi avant le grand saut, pour profiter enfin pleinement de sa convention obsèques ?!

 

http://img15.hostingpics.net/pics/367401vII.jpg

 

(crédit rémy Bousquet)

 

Comme beaucoup, il voudrait revenir aux sources !!

Celles qui l'ont vu naître, ou pas trop loin !!

Vu son âge désormais canonique, il regoûterait bien un vin, pour le coup presque centenaire :


http://img15.hostingpics.net/pics/305214centenaire.jpg

 

Les Cailloux 1990 - Cuvée Centenaire - Châteauneuf-du-Pape - André Brunel

 

65 ans plus tôt, je découvrais ce vin et je notais :

Le vin est aérien, d'une élégance absolue. Ça glisse, la trame est taillée au couteau à sushi !! La dernière fois qu'un Châteauneuf m'a fait cet effet, c'était Brunel. ***(*)/****

 

Les vignes seront bicentenaires, le vin aura 85 ans, sera sûrement peut-être par terre, comme moi d'ailleurs, nous serons enfin à égalité !!

 

Je voudrais juste retrouver le souvenir d'une profondeur (peut-être éreintée en 2076), l'écho (à bout de souffle ?!) de l'émotion "vivante" que ce vin m'a donné en ce printemps 2010 !!

Grenache en ossature, syrah et mourvèdre en renforts.

Juste pouvoir caresser du palais, une ultime fois, l'élégance conjuguée d'une vieille dame aux racines séculaires, drapée de galets roulés, fruit d'un terroir et d'un savoir-faire...

 

PS : big up pour Rémy et ses illustrations !!

Voir les commentaires

Soirée "vins-terre-mer"...

22 Novembre 2012, 04:12am

Publié par Docadn

Tardif debriefing d'une soirée "accords vins-fromages-crustacés-coquillages" organisée fin octobre dernier, par un des mes dealers.

Toujours le même  rituel obscur, derrière les rideaux tirés du  clandé à pifs. Tout le monde est là, nous pouvons démarrer...

De la plate et creuse pour le maritime, de la vache et de la chèvre pour le terrien... 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/862986DSCF4680.jpg

 

Domaine de la Mercredière - IGP Val de Loire 10

 

Nez prégnant de poire, de fruits blancs divers, moins oblongs que le premier. L'attaque est tendrement sucrée, aux jolis amers longilignes, très gentillet. *(*)/**

 

http://img15.hostingpics.net/pics/803111DSCF4681.jpg

 

Clos des Briords - Cuvée Vieilles Vignes - Muscadet Sèvre et Maine 11

 

Un nez très bavard, bourré d'iode, pour une attaque "berlingotée", au joli gras, au perlant de bon aloi, à la complétude agréable, en harmonie avec les huîtres "birkiniennes" (les plates) et "samanthafoxiennes" (les creuses) proposées. ***

 

http://img15.hostingpics.net/pics/990467DSCF4679.jpg

 

http://img15.hostingpics.net/pics/895716DSCF4683.jpg

 

Clos Cormerais - Cuvée Vieilles Vignes - Muscadet Sèvre et Maine 10

 

Un nez à l'opposé des Briords, taiseux, au fin fût discret, à l'attaque tranquille, presque éteinte, finement épicée, s'ouvrant lentement, devenant opulente après de longues minutes d'attente. En retrait, face à la polyvalence des Vieilles Vignes des Briords 11. **/**(*)

 

http://img15.hostingpics.net/pics/565029DSCF4684.jpg

 

Domaine de la Mercredière - Le Saphir- Le Pallet - Muscadet Sèvres et Maine 03

 

Un boisé et une déviance qui ne méritent guère plus de mots. O

 

http://img15.hostingpics.net/pics/966351DSCF4687.jpg

 

Quelques produits laitiers fermentés...

 

http://img15.hostingpics.net/pics/734384DSCF4690.jpg

 

François Crochet - Sancerre 10 

 

Joli nez de réglisse, matiné d'anis, pour une matière oscillant intelligemment entre vivacité et gras. Des amers vibrants, une finale salivante, qui appelle l'inévitable copine de Mr Seguin, avec un peu de fleur de sel. ***

 

http://img15.hostingpics.net/pics/168099DSCF4691.jpg

 

Domaine du Clos de l'Elu - Anjou - Bastingage 11

 

un boisé soutenu, des fragrances puissantes, typiques de chardo (pas mal pour un 100% chenin !!), un acidulé marqué devisent devant les narines.

Un fin perlant, une puissance affirmée, des fruits exotiques déboulent en vrac aux premières gorgées. L'ensemble trouve rapidement une chorégraphie plus disciplinée, exprimant une salvatrice fraîcheur, une droiture exemplaire, une jeunesse et, par ce biais, un potentiel enthousiasmant. ***/***(*)

 

http://img15.hostingpics.net/pics/901029DSCF4692.jpg

 

Domaine Thévenot-Le Brun & Fils - Hautes-Côtes de Nuits - Les Renardes 09

 

Allez, un coup de rouge !! Robe claire, pinoteuse, sur des airs de cosmétique. Une attaque un poil végétale, "kirschée", à l'amertume marquée, relativement simple dans son ensemble. ** 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/157389DSCF4695.jpg

 

Un claquos de compét', une tuerie, un abattoir, un génocide... 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/570854DSCF4700.jpg

 

...affiné par la Fromagerie de Kérouzine...

 

http://img15.hostingpics.net/pics/273454DSCF4696.jpg

 

Viognier - vin de France 11 - Gaillard

 

un nez sudiste, qui "muscate" un poil, pommadé, finalement très viognier. Une attaque molle, chiante comme une chanson, une interview, les cheveux gras  de du Benjamin Biolay tout court, à la finale anisée. *

 

http://img15.hostingpics.net/pics/562821DSCF4698.jpg

 

Domaine Bordenave Coustarret - Renaissance 07 - Jurançon sec 

 

Nez mellifère, au champignon évident, déviant. 0

Pour se racheter d'une déviance dont il n'est pas responsable, Michaël nous dégoupille un "Blanc de blancs" de chez Laherte, dont la tension, le "calibrage" des bulles, le "crayeux salivant" me plaisent toujours autant. ***

 

http://img15.hostingpics.net/pics/644234DSCF4699.jpg

 

Domaine Pierre Gelin - Fixin 1er Cru - Clos Napoléon 07

 

Retour sur le rouge, avec une robe très évoluée, pinoteuse, finement solaire, qui délivre un "délicat soyeux dans un taffetas d'épices douces" (on dirait une dissert' d'une classe de 3ème latiniste, celle que tout le monde déteste, car "c'est des gros fayots coiffés comme des culs de babouins").

Pas une aspérité pour gâcher le roulement du jus entre langue et palais. Vibrant pinot, à la puissance d'un Pommard, à la délicatesse d'un Chambolle, dont on boirait des piscines de Takieddine sans intrus dedans. ***(*)

 

http://img15.hostingpics.net/pics/286367DSCF4701.jpg

 

Pour le persillé, faut du costaud...

 

http://img15.hostingpics.net/pics/831614DSCF4702.jpg

 

Coteaux du Layon 10 - Domaine Clos de l'Elu

 

Nez mêlant miel et champignons, assorti d'une acidité en filigrane. Une matière tonique, à l'acidité de nerf de boeuf, se développant sur un fil d'équilibre remarquable. Très belle finale sur l'ananas et la pierre humide. Un fort joli sparring-partner pour notre corpulente pâte persillée... ***(*)

 

Sympathique exercice, où la diversité des vins et des mets permet des combinaisons osées, difficilement réalisable chez soi, à table, quand on peine à ouvrir plus de 2 bouteilles... A faire avec des pochtrons fous du vin... et de la table.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>