Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #degustations

Tastevin à Saint-Nazaire, les rouges...

14 Novembre 2012, 16:06pm

Publié par Docadn

Bonjour,

 

Suite et fin du "télex de Saint-Nazaire"... les rouges de la mezzanine !! Tous les vins ont été recrachés, à l'exception des exceptionnels...

 

http://img15.hostingpics.net/pics/298929DSCF4850.jpg

 

Domaine Joubert - Fleurie - vieilles vignes 11 : nez entêtant de "Nocibé rayon poudres et fards", ainsi que de fruits rouges. Attaque délitée sur les fruits, ensemble tendre, aux amers saillants. **

 

http://img15.hostingpics.net/pics/140538DSCF4851.jpg

 

Domaine Clape – Cornas – Renaissance 10 : nez de fruits à noyaux (pruneaux), pour une matière fine, pleine, finement asséchante, forcément juvénile. Encore trop tôt. **(*)

 

http://img15.hostingpics.net/pics/918676DSCF4852.jpg 

 

Longue étape chez Emmanuel Reynaud. Interrogatoire de l'inspecteur Jull tentant de décrocher, chez ce dernier, une formule"visite des vignes+ dégustation+conseils pour son jardin" (je ne dis pas non, non plus pour les 2 premiers volets), assortie de quelques recommandations de service et de garde sur différentes cuvées.


Côtes-du-Rhône 01 – Château de Fonsalette : bouteille ouverte 48h00 plus tôt (E. Reynaud conseille même de l'ouvrir 3 jours avant). Une énorme barquette de fraises se rue sur les narines, s'enfonçant sans mal jusqu'au plus profond de deux cloisons, pourtant fortement sollicitées depuis quelques vins.

Un véritable "jus de fraises" déboule dans le palais. Suavité, délicatesse, fruité, élégance se déploient jusqu'au fond du palais, tapissant la glotte d'un voile velouté, très gourmand. Sacré trio gagnant de grenache-cinsault-syrah !! ***(*)/**** 

 

 http://img15.hostingpics.net/pics/735884DSCF4854.jpg 

 

Auxey-Duresse 1er Cru "Les duresses" 09 – Diconne : Un bel acidulé, happé par une prégnance alcooleuse dévastatrice *(*)

 

 http://img15.hostingpics.net/pics/811413DSCF4855.jpg 

 

Vosne Romanée – Les Damaudes 10 – Manuel Olivier : nez peu bavard, attaque sucrailleuse, très fruitée, pleine, au fin trait vert en finale. ** 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/228296DSCF4856.jpg 

 

Chambolle Musigny 10 – Arlaud : nez "lourd", contrastant avec la matière délicate, joliment équilibrée, s'exprimant savamment en bouche. ***

 

 http://img15.hostingpics.net/pics/309205DSCF4857.jpg

 

Pommard - Clos des Epeneaux 10 – Comte Armand : nez très élégant, doublé d'une bouche mûre, juteuse, à l'acidité scintillante. ***(*)

 

http://img15.hostingpics.net/pics/644313DSCF4858.jpg


Bordeaux 11 – château Roque de Jeanlice : nez peu sexy de bois brûlé, quand la bouche exprime une étonnante accessibilité, ouverte sur une relative gourmandise. Le tout, pour un prix limite indécent : 5,20 € **(*)   

 http://img15.hostingpics.net/pics/259051DSCF4859.jpg

 

Château de Coulaine – chinon - Les Picasses 10 : nez riche de cab' franc, au "classique végétal olfactif", quand la bouche délivre un fin sucre, des épices affirmées, un bel équilibre, pour une finale savamment acidulée. **(*)/***

 

http://img15.hostingpics.net/pics/440557DSCF4862.jpg


Coteau de Noiré - Chinon 10 – Alliet : forte réduction, presque animale, teintée d'une certaine rusticité, au fin végétal de rigueur. L'attaque est de soie, concentrée, juteuse, agréablement crayeuse, à la finesse indiscutable. ***/***(*)     


http://img15.hostingpics.net/pics/591452DSCF4860.jpg

 

St-Nicolas-de-Bourgueil 09 – Le Vau Jaumier - Gérald Vallée : Ensemble "sucrailleux", fruité, plein, agréablement épicé, à la finale un poil austère. **(*)/***

 

http://img15.hostingpics.net/pics/994557DSCF4863.jpg


St-Chinian 09 – Clos de la Rivière : un boisé massif, un sucré désobligeant plombent l'ensemble, malgré de sympathiques épices. Bof ! *

 

http://img15.hostingpics.net/pics/759413DSCF4864.jpg


Pic St-Loup – Château de Valflaunès - Espérance 11 : une réduction marquée, pour un ensemble à la fois agréablement mûr et moins agréablement astringent. Moyen. **

 

http://img15.hostingpics.net/pics/323283DSCF4865.jpg


Mas de Libian - Côtes du Rhône 11 : Nous retrouvons Hélène Thibon, nous résumant de vive voix  la catastrophe survenue en mars dernier. Toujours souriante, elle nous propose "la cuvée des jus sauvés" 2011 (j'avais eu la chance de goûter les différentes cuvées prévues à  Renaissance).


L'espace laissé libre sur l'étiquette est une "page blanche" proposée par les vignerons aux dégustateurs. Libre à eux d'y apposer un nom ou autre chose... Je le ferai sûrement à l'ouverture de chacune de mes 2 bouteilles rapportées.

En attendant, le jus est mûr, frais, très très gourmand, dissimulant de manière merveilleusement bluffante les 15,5° affichés (près de 16,5 dans la réalité). ***/***(*)

 

http://img15.hostingpics.net/pics/579102DSCF4866.jpg

 

 

Lalande de Pomerol – Château Tournefeuille 05 : 60% de merlot, 40 de cab' franc, pour un jus évolué, prêt à boire, plaisant. ***

 

http://img15.hostingpics.net/pics/398308DSCF4867.jpg

 

Château Lamartine - Cuvée Particulière 09 – Cahors : un bon canon, cohérent, fruité, mûr, au plaisir primaire juste. **(*)    

 

 http://img15.hostingpics.net/pics/395552DSCF4868.jpg

 

Albe – GD Vajra – Barolo 08 : immédiate finesse, teintée de puissance maîtrisée, finement alcooleuse. C'est mûr, élégant, dangereusement bon. ***/***(*) 

 http://img15.hostingpics.net/pics/498102DSCF4869.jpg

 

Châteauneuf-du-Pape – Janasse 10 : "à boire en dernier" qui disait le petit papier devant la bouteille !! Un jus fin, équilibré, épicé, un poil serré et astringent en fin de gueule. ***

Ainsi s'achève ce rendez-vous, relativement exceptionnel par la présence de vignerons peu disponibles en temps normal (Emmanuel Reynaud, Raveneau, Anne-Claude Leflaive...), organisé à priori tous les 5 ans...

A dans 5 ans alors !!

Voir les commentaires

Tastevin à Saint-Nazaire, les blancs...

12 Novembre 2012, 16:06pm

Publié par Docadn

Vino Vini (une petite "chaîne" de cavistes de l'ouest, 6 boutiques à ma connaissance) fête ses 30 ans. Du coup elle fait une surboum à St-Nazaire... "Tastevin" qu'elle s'appelle la teuf (comme le magasin de St-Nazaire, en fait) !!


C'est dans le hall du cinéma de la ville, qu'elle a convié une grosse vingtaine de vignerons, venus pour l'occasion présenter une cuvée de leur production.


Les blancs au rez-de-chaussée, les rouges sur la mezzanine. Nous démarrons par le frais (je suis en compagnie de Jull alias "la barrique buveuse d'étiquettes sur pattes", ainsi que David alias "le nez du vin version 372 fragrances".


Un billet au style télégraphique, comme mes notes prises entre deux crachats... 

Crémant de Loire – Domaine Richou :

90% chardo, 10% de chenin sur une base 2008. De fines bulles, un poil brouillonnes, une acidité soutenue. Réveil tonique des papilles. **(*)

      DSCF4838.JPG

 

Champagne Philipponnat – cuvée Royale Réserve : zéro dosage, une base 06 avec 75% de pinot, exhalant la "boulangerie à 07h02 du matin", ainsi que des notes fermentaires soutenues. L'attaque est crémeuse, ample, relativement aérienne, à la "tendresse" marquée, pour de jolis amers finaux. **(*)


http://img11.hostingpics.net/pics/260840DSCF4839.jpg

 

Bollinger "Spécial Cuvée" : présenté dans la bouteille au format "1846", 60% pinot, 25% chardonnay, 15 de meunier. Relative déception pour une cuvée que j'aime plutôt bien. Dans notre cas, c'est éthéré, simple, sans profondeur. *(*)/**


http://img11.hostingpics.net/pics/434520DSCF4840.jpg

 

Vincent Carême – Vouvray - Le Peu Morier 10 : Notes soutenues de berlingot et d'anis, pour une attaque tendre, aux amers vifs, à la rétro lente. Pas si mal en fait, même si j'attendais plus de "niaque". **(*)


 http://img11.hostingpics.net/pics/887862DSCF4841.jpg

 

François Chidaine – Montlouis/Loire - Les Choisilles 10 : nez assez discret, relarguant quelques effluves très exotiques. Ensemble très marqué par "l'ananas aux épices", plaisant. **(*)


      http://img11.hostingpics.net/pics/398342DSCF4842.jpg

 

Kientzler – Riesling - Grand Cru Geisberg 08 : nez très "pétro-calcaire" (alors qu'on est sur des schistes marnes de mémoire), à l'attaque suave, fruitée, épicée, à la puissance élégante, à l'équilibre spectaculaire. ***(*)


http://img11.hostingpics.net/pics/847614DSCF4843.jpg 

 

Domaine Huet - Vouvray – Le Mont Sec 09 : réduction et élevage marqués, pour une matière cristalline, fraîche, droite, aux fins sr et aux amers délicats. ***/***(*)


http://img11.hostingpics.net/pics/381697DSCF4844.jpg 

 

Chablis 1er Cru – Vosgros 10 – Picq & fils : nez "chablisien", fumé, à l'attaque fruitée, déliée, finement épicée, à la finale flottante et tendre. **


http://img11.hostingpics.net/pics/438197DSCF4845.jpg 

 

Domaine Pithon-Paillé – Anjou - Coteau des Treilles 10 : nez "angevin", puissant, précédant une jus croquant, "en dedans", aux fins sr, comme bridé (fermé !?). **(*)


http://img11.hostingpics.net/pics/666423DSCF4846.jpg 

 

Domaine Raveneau – Chablis 1er Cru – Butteaux 08 : Nez délicat, qui laisse place à une matière ample, tout aussi délicate que le nez, pleine, à la tonicité comme bridée par un côté "lacté marqué". **(*)

En fin de séance, nous retournons "enquêter" à nouveau sur ce dernier. Le vin est plus tonique, l'acidité plus évidente, l'élégance aussi. ***


http://img4.hostingpics.net/pics/962425DSCF4847.jpg

 

Domaine Leflaive – Puligny-Montrachet 05 : élevage et réduction dominants. Attaque schizo "lâche, puis resserrée, puis à nouveau lâche", très épicée, à la finale flottante, très longue. **(*)

Là aussi, en fin de séance, nous regoûtons. Pomme blette, sensation d'oxydation signent la bouche et le nez de l'échantillon testé. *(*)


http://img4.hostingpics.net/pics/695768DSCF4848.jpg

 

Domaine Coche-Dury – Meursault 09 : fin fruité au nez, matière fluide, glycérinée, épicée, avec une petite touche solaire. **(*)

La seconde dégustation révélera un vin plus longiligne, moins gras, à l'ossature plus élégante. ***

http://img4.hostingpics.net/pics/577938DSCF4849.jpg

 

Agrapart & Fils – Terroirs – Extra Bt : Blanc de Blancs sur une base 07-08, issu de vignes de 20 à 40 piges, à l'immédiate vivacité, bourré d'élégance, aux fruits blancs éclatants, à la bulle superbement calibrée pour le plaisir qu'Eva ne boira pas. ***(*)

 

http://img4.hostingpics.net/pics/804641DSCF4872.jpg

 

Ostertag – Fronholz 09 - VT de gewurztraminer : pif de "litchi typique du gewurzt", au fin perlant, à la sucrosité un poil jaillissante (97 g un poil large), au fin safran final. **/**(*)

 

http://img4.hostingpics.net/pics/803023DSCF4853.jpg

 

Domaine des Tours - Vin de Pays de Vaucluse 07 : 100% clairette, au nez sudiste, de berlingot et d'anis typiques. Une matière grasse, très épicée, mollassonne comme je ne les aime guère dans le coin. *(*)


http://img4.hostingpics.net/pics/423751DSCF4873.jpg

 

Domaine de Montgilet - Coteaux de l'Aubance - Les Trois Schistes 10 : nez de flétri, datte confite, à la fraîcheur et à l'acidité sur le rasoir. Joli jus pour diabétique suicidaire (190 g). ***

 

Transmission terminée pour les blancs...

Prochain télex sur les rouges...

Voir les commentaires

Les Vendredis du Vin #50 !!

26 Octobre 2012, 09:13am

Publié par Docadn

Bonjour à tous,

50 !!

50 ème numéro des Vendredis du vin, qui l'eût cru ?! Honneur à un de ses confondateurs, ayant atteint le même score en années : Laurent Baraou.

 

50-cl.jpeg

 

(crédit Rémy Bousquet)

Le taulier est accessoirement scribe pour la promotion de l'alcool et de ses producteurs, quand il ne tient pas la barre agitée de son clandé à Bû !!

Aussi, pour ce 50 ème rendez-vous avec notre addiction, Le "Père Baraou" nous propose d'aller fouiner dans notre "remise" pour y déterrer une 50 cl, la 500 ml, le demi-litron quoi !!

 

Vin-2012-bis-0725.JPG

 

50 cl !! Un volume toujours insuffisant pour 4 gueules desséchées, presque trop gros pour un plaisir solitaire...

Par contre, c'est un volume très très pratique quand on possède, comme mézigue, une cave électrique...

Pratique, car il reste toujours un putain espace rageant qui ne sert à rien, où tu ne peux rien foutre, au risque d'exploser soit la quille, soit la clayette, soit les deux (c'est comme un jean à la rentrée, le bouton et la fermeture Éclair, solidement rivés depuis des années, lâchent subitement, mystérieusement !!).

 

Vin-2012-bis-0723.JPG

 

Aussi, dans ces cas-là, le demi-litre de vin (comme la quille de 37,5 cl) se faufile toujours très facilement dans cet espace, calant pour le coup toutes les 75 cl environnantes.

Pour des raisons pratiques, au risque de faire dégringoler le fragile équilibre de mon "Tétris liquide", je ne touche que très rarement à ces cales naturelles que sont les bouteilles de 50 cl.

Mais parfois, au hasard d'un "recensement" aléatoire, elles effectuent une courte mobilité pour rejoindre un autre putain de trou à la con espace libre limité. 

 

Vin-2012-bis 0719

 

Pour l'occasion, j'ai mis en péril les blancs pour extirper cette longiligne bouteille de 50 cl, aux allures de bouteille de vin de glace. Mais point de breuvage canadien, germanique ou autrichien dans cette dernière, juste un demi-litre "bien de chez nous"...

 

Vin-2012-bis-0720.jpg

 

Vingt-neuf octobre 2010 - Vin de Pays Portes de Méditerranée -

Les Alyssas - Laurent Bès

 

Un demi-litre issu d'une vendange "un peu tardive" (comme son sobriquet l'indique par sa date de vendange,) pour un vin du Rhône sud. Une expérience que Laurent Bès voulait tenter depuis un moment. 2010 semblait bien s'y prêter : de beaux raisins, un état sanitaire remarquable...

Passons à l'examen :

un nez prononcé de grenache rhodanien, où se mêlent menthol, encre, fruits à noyaux, fève de Tonka. L'aération lui donne même un petit air faussement castel-papal, où la fraise se love dans les poils lissés de mes narines...


Alors que mon palais s'attend presque, sans grande surprise, à une grosse matière devenue forcément trop sucrée, lourde comme un sketch de Michel Leeb, c'est au contraire un joli "programme court" qui m'est dévoilé. 


L'attaque est très finement sucrée, étonnamment épicée ensuite. Je "regloute" pour voir le reste du casting : de la figue, de la finesse, un équilibre évident, une puissance affirmée (15,5 volts sur l'étiquette, 16 en vrai, de quoi faire tourner une bonne perceuse sans fil), à peine chaleureuse en finale.


La surmaturité de ce 100% grenache, élevé 5 mois en vieux fûts, fit sûrement l'objet de toutes les attentions (15 g de sucre au final). Le résultat dans le verre est gustativement bien foutu, laissant même poindre un potentiel de plaisir encore plus grand dans l'avenir. 


Pas totalement sec, loin d'un VDN*, un objet viticole bien maîtrisé. Quelques gorgées supplémentaires évoquent même la solarité d'un pinot très musclé...

**(*)/***


Pour le coup, 50 cl est le volume approprié pour ce "jus d'automne", qui saura se défendre face à du salé à table... 

C'était les VdV#50, à vous les studios !!

 

*VDN : vin doux naturel

 

Laurent Bès

Les Alyssas

26130 Clansayes

www.lesalyssas.com

Voir les commentaires

LPV BzH acte VI, session Roazhon

7 Octobre 2012, 12:41pm

Publié par Docadn

Bonjour,

 

Un vieux voeu pieu vient enfin d'être exaucé : voir le cercle LPV BzH voguer vers des horizons moins morbihannais !!

Aussi, cette 6ème édition de LPV BzH, organisée par un groupuscule rennais passionné et motivé, s'est déroulée le 06/10/12 dernier au sein de la cave à manger "Un Midi dans les Vignes".

 

DSCF4625.JPG

 

Isabelle & Christophe Ligeron accueillent une grosse dizaine d'alcooliques de passionnés de la dive quille pour un déjeuner "exceptionnel" (le resto est normalement fermé le week-end).

Le temps d'assimiler les prénoms et les pseudos des participants, que j'oublie presque dans la minute suivante, nous voilà déjà attablés attendant que les premiers bouchons sautent. Aucune thématique pour cette session, juste une limite tarifaire de 20 € pour chacun des apports. Tous les vins sont dégustés à l'aveugle.

 

DSCF4629.JPG

 

Domaine Les Loges de la Folie - Montlouis sur Loire - Extra-Brut

 

Nez finement sucré, de pierre humide, à l'attaque tendre, à la bulle moyenne relativement agréable pour le palais, aux amers "pointus". La "tendresse" s'accentue au fil des gorgées, les amers se polissent. Une bulle consensuelle, qui plaira sûrement à un auditoire large, dont je ne suis pas le 1er fan. **

 

DSCF4630.JPG

 

Vouvray - Brut 08 - Domaine Foreau

 

Un nez un poil plus disert que le précédent, laissant juste échapper des flaveurs fermentaires et crayeuses. Une bulle vive, une matière un peu endormie qui se tend lentement. L'ensemble est éthéré, se tonifiant au fil des gorgées. Une bulle à la taille "idéale", portant une matière complexe, complète, vivifiante. J'aime !! ***

 

DSCF4632.JPG

 

Chardonnay - Hautes-Côtes de Nuits 08 - David Duband (mon apport)

 

Un nez boisé prégnant, teinté d'une certaine élégance, où la fraîcheur tente de s'extirper. Une attaque idoine, mêlant insolente jeunesse, soyeux, puissance, ainsi qu'une acidité presque mordante. Un côté alcooleux heureusement dompté par l'entrée du déjeuner. L'ensemble me paraît plus massif que lors des précédentes dégustations. Il n'empêche que le travail délicat d'élevage, l'acidité naturelle du millésime, la puissance de ce chardonnay ne plairont pas à tous. J'aime toujours !! ***

 

DSCF4633.JPG

 

Vouvray - Les Tartemains 03 - Lemaire-Fournier

 

Nez appuyé de champignon, figue, botrytis, avec une pointe d'oxydation de type "peu protégé". Une attaque demi-corps, au sucre évident, relativement déséquilibrée pour mon palais de chieur-né. Moins que la puissance en filigrane de l'ensemble, c'est cette impression d'oxydation prématurée qui me gène un tantinet. Pas mon kif. *(*)/**

 

DSCF4635.JPG

 

Vouvray - Cuvée Château Gaillard 08 - Vigneau-Chevreau

 

3ème vouvray sans entente préalable, un record !! Nez extrêmement fruité, se déclinant sur le berlingot et le raisin flétri. Une acidité salvatrice équilibre parfaitement l'ensemble "typé moelleux", s'étirant sur le bonbon anglais et les fruits exotiques. Très jolie bouteille. ***(*)

 

Place aux rouges.

 

DSCF4640.jpg

 

Mas de la Seranne - Le clos des immortelles 08 - Terrasses du Larzac

 

Nez frais, fruité au bois finalement dominant. L'aromatique très épicée (de ce qui sera au final identifié comme de la syrah) finit par dominer les débats olfactifs. Une attaque boisée, à l'amertume saillante, dont la robe claire (et forcément trompeuse) de la matière m'a fait partir dans un premier temps sur un pinot mal travaillé maltraité !! Les amers désagréables parachèveront mon opinion moyennement positive. **

 

DSCF4641.jpg

 

Porto - Traditional LBV 92 - Ramos Pinto

 

Une incompréhension entre le contributeur et Christophe (ce dernier a compris "bordeaux" au lieu de "porto") met le lusitanien sur les rails d'un improbable accord avec le plat en cours. Nez de cerise à l'eau de vie qui laisse place à une remarquable matière au sucre juste, à la longueur et à la mâche conséquentes. ***

 

DSCF4642.jpg

 

Marqués de Riscal - Rioja - Reserva 06

 

Nez prononcé de "boisé bordelais", avec l'impression d'un élevage relativement soigné. Quelques notes de rafle clôturent le générique du nez. Une attaque plutôt soyeuse, aux épices ménagées, à la fine amertume finale. Pas si mal au bout du compte. **(*)

 

DSCF4643.JPG

 

Clos Romain - Patience 10 - Coteaux du Languedoc

 

Très joli nez, empli de finesse, teinté de fruits à noyaux, assurément sudiste, à la syrah dominante (syrah/grenache selon le site du domaine, mais pas de proportions disponibles). Un boisé, relativement conséquent, laisse une jolie trame jaillir et danser sur le palais avec des amers d'abord prononcés, puis standards. Pas de lourdeur notable, juste un bois un poil prégnant (et c'est encore jeune). **(*)/***

 

DSCF4645

 

Plan de Dieu - Côtes-du-Rhône Villages - Philippe Gambie & Gilles Ferran - Calendal 10

 

Nez gore de boucherie et de lame de couteau froide. Une attaque pleine de mâche, très épicée, à l'élevage dominant, à l'amertume soutenue. Vin servi un poil froid. **(*)

 

Retour sur les blancs. 

 

DSCF4650

 

Mas de Libian - Cave Vinum MMXI - IGP Vin de Pays de l'Ardèche

 

Nez prononcé de carton mouillé, entêtante réduction. Une attaque à l'amertume immédiate pour un ensemble sec, relativement fruité, simple, voire simpliste, pas très mûr, qui m'a fait partir sur un "muscadet pas soigné" alors que nous sommes en présence de viognier, marsanne et clairette... juste à côté !! *

 

DSCF4652.JPG

 

Vignoble d'E - Gewurztraminer 10 - Domaine Ostertag

 

Un nez puissant de litchi nous met rapidement sur la piste du gewurzt. Une attaque fraîche, droite, nette, un poil demi-corps par moments. ***

 

DSCF4654.JPG

 

Domaine Jo Pithon - Anjou - Les Pépinières 05 

 

Bouchonné !! NN

 

Aussi, pour remplacer au pied levé ce TCA imprévu :

 

DSCF4655

 

Floréal Roméro - Dulcinée 05 - Le bouscas 

 

Nez de "flétri" prononcé, safrané, qui me fait partir sur des "sucres angevins". Une très belle acidité anime ce nectar à l'équilibre modèle, à la puissance maîtrisée, à la finale vibrante. Épatant colombard passerillé !! ***(*)

C'est sur cette belle douceur que se termine cette session à l'ambiance détendue, ponctuée des plats gourmands et des explications passionnées d'Isabelle Ligeron (Cf un prochain article). 

En conclusion, un éclectisme plaisant qui me fait (enfin) réfléchir sur les limites de certaines thématiques (cépage, appellation, région) avec leur cortège limité de comparaison, d'exigence subjective, de discipline et de concentration souvent mal appropriées dans ce type de rencontre. 

 

DSCF4648.jpg

 

Encore merci les gars (c'est vrai que ça manque cruellement de filles), c'est quand vous voulez pour la prochaine !! Vous pouvez d'ailleurs lire leurs CR ICI.

Voir les commentaires

Florilège du Languedoc...

1 Octobre 2012, 09:45am

Publié par Docadn

Bonjour,

 

Un de mes dealers organise régulièrement des dégustations dans son "clandé". Aussi, quand le soir vient, tel un tripot d'antan, il tire les rideaux, puis dégoupille quelques quilles tirées des rayonnages et de sa cave perso. 

Ce soir, c'est Languedoc !! Notes succinctes en 12 tableaux. 

 

DSCF4522.JPG

 

Les Cabanes - Vin de France (11) - C. Barbier - Domaine de Simonet

 

Nez fruité, berlingot, carton mouillé intense, éthéré, aux fruits blancs marqués. Une attaque douce, rapidement épicée, grasse, relativement fraîche, à l'amertume saillante. Relativement simple au global. **

 

DSCF4524.jpg

 

Bourboulenc 11 - Domaine de Simonet - IGP Aude Terre de Perignan

 

Carton mouillé, fruits blancs sur le nez. Fraîcheur, limpidité et joli poivre blanc sur le palais. Un ensemble plaisant, au bon goût de friandise, à la complexité timide et tardive. ***

 

DSCF4526_2.jpg

 

Viognier 11 - La Prade Mari - Vin de Pays d'OC

 

Une réduction tenace finit par laisser place à de jolis effluves d'orange amère et d'anis. L'attaque, malgré une certaine vivacité, retombe rapidement, pour laisser la matière ronde très fruitée s'exprimer mollement comme un "blanc du sud". **

 

DSCF4530.JPG

 

L'Or des Garrigues - Minervois 11 - La Prade Mari

 

Nez de "chardo boisé" pour ce 100% roussanne. Belle robe jaune soutenu, qui exhale pierre humide, curry et fraîcheur. Un matière ample, fort boisée, encore dans sa gangue forestière. A revoir. **

 

DSCF4529.JPG

 

Quelques grignotages bien affinés avant les rouges.

 

DSCF4532.jpg

 

Secret de Fontenille - Minervois 11 - La Prade Mari 

 

Un mix de grenache-syrah-carignan (40-20-40), au nez ostensiblement boisé, au cassis et à la rafle expressifs, aux allures cosmétiques teintées de menthol et de fruits à noyaux. Une attaque finement sucrée, fort épicée, mettant en exergue une ensemble mûr, aux tanins hélas saillants. **

 

DSCF4534.jpg

 

Domaine Verdy Mayrannes - Minervois 96

 

Nez prononcé de champignons et de pruneaux à l'eau de vie. Matière fluette, très évoluée, sans fulgurances notables. Comme un vieux bordeaux simple et sans âme. L'aération finira par le tuer, selon les fans de la 1ère heure. *(*)

 

DSCF4536.JPG

 

Les Novices - Faugères 11 - Abbaye Sylva Plana

 

Café, caoutchouc, réduction, ronce se croisent au-dessus du verre. Une attaque sucrée, relativement fluide. Un vin plein, épicé, "étiré mais court", à la matière très mûre, simple et digeste. **(*)

 

DSCF4538.JPG

 

La Prade Mari - Conte des Garrigues - Minervois 08

 

El Gringo débarque avec ses notes de café, mêlées de fruits noirs et d'étonnantes notes anisées. Une attaque encore sucrée, sur le caramel au lait, qui se décline sur les épices, un certain soyeux et une puissance sous-jacente tardive. **

 

DSCF4540.JPG

 

Château Haut-Blanville - Grès de Montpellier 06 - Coteaux du Languedoc - Grande Cuvée

 

Aromatique prononcée de syrah, de bois, de fruits à noyaux. Un amer immédiat rare, qui s'estompe rapidement, pour laisser de jolies épices et la syrah dominer les débats. **/**(*)

 

DSCF4543.JPG

 

Domaine de Montcalmès - Coteaux du Languedoc 06

 

Nez peu disert, distillant des notes de rafle et d'épices fines. Il s'ouvre lentement pour laisser une impression de profondeur évidente. L'attaque est suave, aérienne, équilibrée, plus contemplative que gourmande. Le "reviens-y" est pourtant naturellement gourmand.

***/***(*)

 

DSCF4544_2.jpg

 

Les Fusionels - Intemporelle - Faugères 08

 

Boisé soutenu, camphre et fourrure signent le nez d'une matière qui, comme le Montcalmès, annonce une certaine "profondeur" de l'ensemble. Une attaque mûre, suave, au bel acidulé, aux jolis amers, "salivant comme un blanc", à la fraîcheur étonnante. ***/***(*)

 

DSCF4546.JPG

 

Les Creisses - Vin de Pays d'Oc 08 

 

Café torréfié et réglisse intense flottent au-dessus du verre. Une attaque mûre, relativement fine, fort épicée donne de belles gorgées à ce vin encore empreint de jeunesse. **

 

En conclusion, une dégustation relativement "light" pour les papilles, sans cette impression de rapide saturation accompagnant souvent les vins de la région.

Un Montcalmès qui tient son rang de "grand du Languedoc", une belle découverte que cette Intemporelle 08, à la texture remarquable. 

Voir les commentaires

Florilège de dégustations XXVII

20 Septembre 2012, 08:00am

Publié par Docadn

Bonjour,

 

Comment !? Déjà ?! Eh oui, le florilège est de retour !!

J'avais signalé une suite estivale des "dégoupillées", à la fin du XXVI ème numéro. Ainsi, juste avant l'arrivée de l'automne, voici la rétrospective des victimes de la canicule 2012.

 

Vin-2012-bis-0859.JPG

 

Vouvray 02 - Clos Baudoin - Chidaine : nez peu disert, à la fine réduction. Une fraîcheur de bon aloi, un manque évident de relief de l'ensemble. **

 

Vin-2012-bis-0855.JPG

 

Le Rocher des Violettes- Montlouis-sur-Loire - La Négrette 08 - Xavier Weisskopf

 

On m'avait promis un bon moment avec cette bouteille. Hélas, le nez est presque muet, la bouche quasi atone. Pas de relief, peu de vivacité. Même en l'oubliant sur le côté, La Négrette se fait aussi improbable qu'un puma dans les Appalaches. **/**(*)

 

Vin-2012-bis-0868.JPG

 

Sancerre - Les Anges lots 08 - Pascal et Nicolas Reverdy

 

Nez peu disert (trop froid, c'est ma faute, ma grande faute, oui fouette-moi !!), fine réduction et manque de relief dans cette première approche polaire.

Le vin se réchauffant, il laisse apparaître une très belle matière, ample, pleine, pulpeuse, crayeuse, au gras digeste des grands vins, à la vibration éclatante, au sauvignon mûr et majestueux.

Complexité, acidité, finesse, profondeur, fraîcheur d'un vin, issu de vieilles vignes, pouvant faire chanceler beaucoup de convictions sur le fameux variétal du sauvignon. ***(*)

 

Vin-2012-bis-0865.jpg

 

La Granges aux Belles - Anjou 08- La Niña

 

Terrien, terreux, métallique, sanguin, à l'acidité sautillante signent le nez agité de cette Niña. Un gamay aux accents rustiques, ample, plein, engoncé dans une relative austérité qui ne délivre pas la gourmandise attendue. **

 

Vin-2012-bis-0869.JPG

 


Escapade - Côtes de Provence 08 - Les Comptoirs de Magdala

 

Nez très grenache, sudiste, frais. Matière sapide, délicate, puissante et aérienne. Merci Jull pour la dédicace sans S. **(*)/***

 

Vin-2012-bis-0866.jpg

 

Domaine du Monteillet - St Joseph 05

 

Aromatique de syrah prononcée, boisé ostensible. Une indéniable fraîcheur habite ce vin plein, encore boisé, à l'aube d'une prometteuse carrière. ***

 

Vin-2012-bis-0867.jpg

 

Le Mont - Première trie - Vouvray - Moelleux 96 - Huet

 

La fatigue n'aidant pas, ce moelleux qui safrane et donne dans la pierre humide, a un profil "fluide", moins complexe que prévu, manquant un poil de peps (on en attend toujours avec 96). **

 

Vin-2012-bis-0717.JPG

 

Domaine Les Alyssas - Entre chien & Loup - Grignan-les-Adhémar

 

Nez intense de confiserie, petits fruits rouges, vanillé, pêche jaune. Un rosé sudiste assurément. Une attaque tendre, trop tendre, très fruité, ample, toujours sudiste, au berlingot envahissant. Une impression pommadée, à peine rehaussée par des épices trop discrètes. *(*)

 

Vin-2012-bis-0002.JPG

 

Domaine Le Rocher des Violettes - Xavier Weisskopf - Côt Vieilles Vignes - Touraine 10

 

Jolis fins fruits rouges, métal, fourrure au générique du pif. Une seconde salve annonce des promesses de sensations juteuses, crayeuses, dont les faux-semblants "carbernisant" louchent vers un bordeaux "finement" boisé.

Une attaque immédiatement fraîche, vive, acidulée, crayeuse, tonique, aérienne, juteuse, gourmande, aux amers salivants. Le côt version gymnaste !! ***/***(*)

 

Vin-2012-bis-0716.JPG

 

Mas de Libian - Bout d'zan 09 - Côtes-du-Rhône

 

Nez "corsé", rhodanien, épicé, étonnamment calcaire (1ère fois que je le ressens ainsi sur cette cuvée, issue d'un terroir argilo-calcaire), à la syrah expressive (20% en moyenne). 

Attaque dense, granuleuse, fruitée, épicée, à la mâche gourmande, crayeuse, acidulé. Les gorgées suivantes accentuent le côté salivant du calcaire, toujours doté d'un joli grain, à la belle fraîcheur.

Le lendemain, la matière s'avère plus "sucrée", à l'expression de framboise appuyée. L'ensemble est toujours suave et agréable. ***

 

Vin-2012-bis-0714.JPG

 

Domaine de Gabelas - Pierrette Cravero - St Chinian 09

 

Nez de syrah dominant (36%), crémeux, olive verte, très "Costières-de-Nîmes", au fin "trait vert"(syrah et grenache sont égrappés, quand le carignan est vinifié à part en macération carbonique). 

Attaque serrée, dense, à la mâche appréciable, toujours serrée au fil des gorgées. Si la matière est plutôt bien foutue, l'alcool domine hélas les débats. Finale amère. Dommage. *(*)/**

 

Ouf, juste avant que les feuilles ne tombent !! Prochain florilège, ben la prochaine fois !!

Voir les commentaires

Florilège de dégustations XXVI

13 Septembre 2012, 06:39am

Publié par Docadn

Bonjour,

La rentrée est passée, la routine s'est à nouveau installée. Escapades n'échappe aucunement à ses habitudes, en vous livrant une nouvelle fournée des quilles dégoupillées durant l'été...

XXVI ème florilège liquide, c'est parti mon Tino Rossi :

 

Vins-2012-0714.JPG

 

Pinot noir 10 - Les Jamelles - Vin de Pays d'Oc

 

Nez muet de prime abord, laissant apparaître de très discrètes notes acidulées. Un profil de jeunesse évidente, assorti de notes végétales fugaces. 10 minutes après, le nez n'est toujours pas plus causant, juste timidement rhodanien.

Une attaque "grenache", sudiste, acidulée, dynamique, aux amers sages. Les gorgées suivantes s'avèrent plus fines, à la gourmandise attendue, teintées d'une certaine austérité. Le lendemain, le nez est toujours muet, légumier, quand la bouche se montre lâche, légère, aux accents métalliques... **

 

Vins-2012-0718.JPG

 

Les Schistes 09 - Borie de la Vitarelle - St Chinian

 

Nez capiteux, très joli, mêlant menthol, rafle, olive, épices. Une expression en bouche douce, crémeuse, qui s'alourdit au fil des gorgées. La texture soyeuse, un poil végétale, surfe entre élégance et lourdeur. La fraîcheur daigne enfin se montrer. Le soir, l'expression de la syrah est plus évidente (je ne connais pas la proportion de cette dernière dans cette cuvée, contenant aussi grenache et carignan). Las, la tenue à l'air semble limitée, les amers presque insupportables. Dommage, car le jus est bien là. **/**(*)

 

Vins-2012-0716-copie-1.JPG

 

Nemea 08 - Grèce 

 

Des flaveurs pinoteuses gentilles, un boisé prononcé. Un attaque forestière, acidulée, simple, toujours pinoteuse, aux fins amers, à la finale très vanillée. **

 

Vins-2012-0719-copie-1.JPG

 

Monferrato - Bianco 09 - Italie

 

Étonnant nez de chenin, puis de "chardo champenois", aux effluves calcaires. Un nez schizophrène, oscillant entre chardonnay et chenin, ponctué d'un soufre entêtant. Une matière lâche, épicée, ample mais peu dynamique. Bien moins plaisant que lors de la précédente dégustation, même si pas mal de similitudes sont récurrentes**

 

 

Maguelonne-2008

 

(source  Château de la Selve)

 

Château de la Selve - Maguelonne 11 - IGP Coteaux de l'Ardèche

 

Nez de caillou humide, petits fruits rouges (fraises) et de carton mouillé. Une expression de poire très marquée en bouche, grasse, au fruité agréable, à la dynamique absente. **

 

DSCF4092.JPG

 

Louis Chèze - Cuvée Ro-Rée - Saint Joseph 07

 

Il s'agit de la version rouge de la cuvée Ro-Rée.

Nez d'élevage soutenu, sanguin, "métallique Rhône sud", lacté, acidulé, sur des accents de "rafle de cab' franc". Notes tardives de torréfaction et de caramel. 

Une matière fraîche, vive, acidulée comme le nez s'y épanchait, boisée, ample, droite, prenant de la hauteur. Les gorgées suivantes délivrent une élégance, une tension, un vin soyeux, épicé, à la jeunesse évidente, taillé pour quelques années encore. ***/***(*)

 

Vins-2012-0721.JPG

 

Côtes-du-Rhône 10 -Domaine Charvin

 

Nez intense et typique de grenache. Quelques fines notes de syrah, à la rafle marquée, donnant une forme de teaser à la fraîcheur attendue. De fines épices, un caractère crémeux, des parfums orientaux complètent le tableau olfactif.

Une attaque acidulée, finement asséchante, à la rafle dominante, laissant place à une prune vive. L'ensemble est ténu, aérien. Le lendemain, une fine solarité anime le nez, accompagnée de fraise prégnante et d'une pointe alcooleuse. La bouche est très fruitée, granuleuse, très bien équilibrée. ***

 

Vins-2012-0716-copie-2.JPG

 

Pernand-Vergelesses - Sous le Bois de Noël et Belles Filles 06 - Rollin

 

Robe évoluée, nez typique de pinot, acidulé, petits fruits rouges, au "boisé-vanillé" dominant. Une attaque tranquille, fraîche, un poil austère, courte, épicée, à l'acidité élevée. L'ensemble est éthéré, terne, à l'amertume prononcée. *(*)

 

Vins-2012-0715.JPG

 

Sancerre 10 - Vincent Grall 

 

Notes prononcées de carton mouillé, pierre humide et d'agrumes. Une attaque très citronnée, hélas lâche, qui parvient à extirper une ampleur irrégulière.  Des amers fins, vifs, pour un ensemble basique, peu complexe. **

 

Vins-2012-0722-copie-1.JPG

 

Mondeuse/Persan 09 - Vin de Pays des Balmes Dauphinoises - Domaine Nicolas Gonin

 

Nez "nord-rhodanien", mêlant fourrure, carbo, terre humide, crème. Tourbillon nasal qui propose un copieux casting, composé d'épices, de sang, de métal... Presque ligérien par moments, avec ses notes de ronce et de suie.

Une matière suave, apaisée par rapport au nez. Un acidulé ménagé, un équilibre immédiat, un fruité affirmé. Un vin plein, juteux, épicé, à la finale de poivre blanc qui anesthésie délicatement le bout de ma langue. C'est juste corsé comme un bon cab' franc mûr... ***/***(*)

 

Vins-2012-0723.JPG

 

Chardonnay 10 - Vin de Pays du Val de Loire - Domaine Le Rocher  des Violettes

 

Fruits blancs intenses, craie, identité ligérienne criante, flottent au-dessus du verre. Une attaque fluide, très fruitée, un poil "diluée", qui se fait large, puis ample au fil des gorgées. Un creux subsiste dans cet ensemble fruité, au fin sucre, à la finale de poire William. Le lendemain, le caractère "délié" est toujours présent. Finale plus épicée et un poil plus vibrante. **

 

Vins-2012-0715-copie-1.JPG

 

Black Mountain 10 - Thracian Valley - Domaine Boyar - Bulgarie

 

Fin boisé, végétal, vanille, rafle marquée, épices, bois brûlé et solarité signent le nez de ce dernier. Une attaque vive, puis acide, asséchante, hyper boisée, à l'amertume quasi insoutenable. Le vin fait  "bordeaux pas mûr", malgré un juteux sous-jacent, assorti d'une lourdeur flagrante, d'une extraction visiblement poussée. Finale sur la prune et l'alcool. *

 

Vins-2012 0003-copie-1

 

Coteaux du Tricastin 09 - Tissu de Syrah 09 - Domaine les Alyssas

 

Fin végétal, épices et olive ponctuent les vapeurs expressives du vin. Un peu d'écurie chevaline après la course, cassis et solarité complètent le tableau. Ensemble frais, dense, juteux, suave, finement éthéré, aux amers un poil marqués. Un vin digeste, à la finale finement alcooleuse. **(*)

 

Vins-2012-0714-copie-1.JPG

 

Vouvray Brut Nature - François Pinon

 

C'est une véritable boulangerie qui débarque dans le verre, avec ses notes de pain chaud et de brioche soutenues. Une attaque dynamique, des bulles moyennes, à la taille pas déplaisante, mais pas dans mes favorites. L'ensemble est citronné, aux amers doux, assez consensuel. **(*)

 

Vins-2012-0715-copie-2.JPG

 

Cava Bt Nature - Ferret - Gran Reserva 03 

 

Nez champenois, au sucré sautillant, très aromatique. Bulles fines, vives, miellées, virant sur le coing. Juste un poil tendre, pas déshonorant pour autant. **(*)

 

Vins-2012-0715-copie-3.JPG

 

Côte de Poquelin 10 - Vin de France - Domaine des Côtes de la Molière

 

Une fine réduction ouvre le nez de ce joli gamay du Beaujolais, en sommeil, qui exhalera, lentement, des notes de fourrure et de métal. Une matière très fruitée, souple, à la mâche conséquente, qui déploie un caractère étonnamment calcaire, en plus de ses accents gourmands et juteux. Un acidulé salvateur anime l'ensemble. **(*)/***

 

16 vins, c'est suffisant pour un florilège, long comme un rapport européen que personne ne lit.

L'été fut riche en rencontres. Aussi, une suite estivale occupera une bonne partie du prochain florilège (oui oui, Jull, il y aura les pifs de Roche Cochon si je retrouve mes notes !!).  

Voir les commentaires

Les Goûts Uniques à Nantes... 2012

10 Septembre 2012, 04:53am

Publié par Docadn

Bonjour,

Les Goûts Uniques sont de retour à Nantes !!

2 ans après la première édition au LU, c'est dans les douves et l'enceinte du Château des ducs de Bretagne que se déroulait cette seconde édition.

Un tour de l'ouest par étapes, membre du Voyage à Nantes. Un final ligérien qui se voyait gratifié de la présence d'Alain Passard. 


DSCF4461.JPG

 

J'avais trouvé la première édition ambitieuse, dans l'organisation et les animations programmées.

Ce second opus est encore plus impressionnant. "Le champ des producteurs" est 4 à 5 fois plus important, le public encore plus nombreux. 

La tablée unique affichait complet tous les soirs, quand les "Pôles des Chefs" (CRU, FEU et EAU) voyaient naître des listes d'attente de plus d'01h40 au pic de la journée !! 

Bien évidemment, la "nostalgie" de la première édition revenait inévitablement à l'esprit. Il est (déjà) loin le temps des chefs qui concoctaient des plats dans le 1/4 d'heure qui suivait l'achat au marché...

Deux autres déceptions notables : pas de "restaurant éphémère" comme celui de Fabrice Biasolo, ni de "Master Class du Grand Chaud" avec l'Assurancetourix du PAF.

Par contre, comme je l'avais écrit lors de ma première prédiction, les hordes de bobos (très) énervants et leurs descendances étaient bien là... 

 

DSCF4454.jpg

 

Fort heureusement, les "ateliers du vin" étaient toujours à l'affiche. Des places "chères" (en terme de rareté, pas de prix) à obtenir, dont j'arrachai le dernier ticket pour la session dominicale visée.

 

DSCF4453.JPG

 

Vincent Caillé (Domaine Le Faye d'Homme) et Aurore Günther-Chereau (Château Du Coing de Saint Fiacre), déjà croisés lors de Vignes de Nantes, étaient en charge de l'animation de cette session consacrée à la dégustation de muscadet "20 ans de millésimes".

 

Nous sommes une petite vingtaine de curieux à nous retrouver dans la sympathique salle des Trois (odorantes) Cheminées du Château des ducs de Bretagne.

Vincent Caillé & Aurore Günther-Chereau nous proposent de remonter le temps, à travers quelques cuvées de leurs domaines respectifs. 

 

DSCF4458.JPG

 

Château du Coing de Saint-Fiacre - Muscadet Sèvre & Maine - Comte de Saint-Hubert 2008 : cette cuvée, issue d'un terroir de schiste, propose un fruité immédiat au nez. Fin pétrole, roche et terre humides, plus un soupçon de sucre candy, complètent le tableau olfactif.

Une bouche fraîche, droite, à l'acidité éclatante mais courte.  Un joli fruit vient danser sur la langue, auréolé d'épices prégnantes, complétés d'amers finaux discrets. Une matière ample et complète. ***

 

Château du Coing de Saint-Fiacre - Muscadet Sèvre & Maine - Comte de Saint-Hubert 2005 : nez miellé, très angevin, au fin sucre, aux hydrocarbures sous-jacents, à la truffe blanche très impressionnante. 

Une bouche ample, terpénique, au fruité affirmé, très épicée, aux amers plus grossiers que sur le 08. **(*)

 

DSCF4457.JPG

 

Domaine Le Fay d'Homme - Muscadet de Sèvre & Maine 2003 : Vincent Caillé indique que nous sommes sur du gneiss.

Belle robe jaune évoluée, au nez éthéré, "angevin" dans l'esprit, très versatile, mêlant fruits secs et noyau, genévrier et notes pharmaceutiques. 

Une attaque douce, suave, tendre, très épicée, fluide, sans creux. Un vin "rassurant", sec, à la longueur extatique, au regard des épices qui l'habitent... **(*)

 

Domaine Le Fay d'Homme - Muscadet de Sèvre & Maine 2002 : notes de carton mouillé prononcées, poire mûre et sureau flottent au-dessus du verre. 

Matière vive, pleine, fruitée, agréablement salivante ("crayeuse"), aux amers soutenus. De jolies notes de curry apparaissent tardivement sur ce Clos de la Févrie, composés de jeunes vignes sur orthogneiss. ***

 

Château du Coing de Saint-Fiacre - Muscadet Sèvre & Maine - Comte de Saint-Hubert 1999 : nez peu disert, distillant du timides notes de berlingot, d'hydrocarbures, puis de roche humide. 

Une attaque "serrée-fruitée", ample, un peu lâche et courte, finement perlante. Des amers ténus, des épices expressives, juste un peu tendre pour mon bec fan de tension. **/**(*)

 

Domaine Le Fay d'Homme - Muscadet de Sèvre & Maine 1996 (en magnum) : très joli fin "boisé-toasté" bourguignon, "chardonnesque", assorti de fines effluves de carton mouillé. 

Une matière immédiatement tonique, complexe, longue, vibrante jusque dans les amers nobles. Très beau vin. ***/***(*)

 

Dégustation très intéressante de part l'identité des terroirs approchés, mais aussi de par le mode de vinification en vigueur chez chacun des 2 vignerons (V. Caillé ne travaille qu'avec des levures indigènes, quand Aurore Günther-Chereau utilise des exogènes). Il manquait juste 4 ans pour arriver aux 20 ans prévus au programme !!


Preuve est faite, une nouvelle fois, que le muscadet peut être un grand vin de garde !! Un public heureux de découvrir cette perspective, désormais prêt à oublier quelques bouteilles en cave, imaginant (enfin) d'autres compagnons pour ces derniers, que les incontournables huîtres...

Encore l'occasion de féliciter une nouvelle fois ce collectif dynamique qu'est Vignes de Nanteslaborieux Don Quichotte face à d'inamovibles moulins à vent assoupis, confortablement bercés d'illusions souvent pétries de marketing et de maquillage mensongers...

Voir les commentaires

Forêt-Noire en bouteille... épilogue

3 Septembre 2012, 12:56pm

Publié par Docadn

Bonjour,

 

bollenhut.jpeg

 

(source peapod-peasinapod)

 

Comme je l'écrivais précédemment, la Forêt-Noire a (heureusement) su diversifier son savoir-faire en dehors des bons gâteaux crémeux, des coucous ridicules et du non moins discret et seyant Bollenhut.

 

ete-2010-0827.JPG

 

Le vignoble du Bade s'étend entre la vallée du Rhin et la Forêt-Noire, sur près de 130 kms. Une région plus arrosée que l'Alsace, dont les meilleurs vins sont naturellement issus des versants orientés sud.

L'autre particularité veut que les "bons vins" soient aussi originaires des terroirs majoritairement volcaniques, alors que le loess compose la majorité des terroirs exploités.

 

ete-2010-0835.JPG

 

On y cultive principalement du spätburgunder (ou pinot noir en français), müller-thurgau (du nom du prof qui l'a mis au point), grauburdunger (pinot gris, véritable spécialité du Bade). 

 

ete-2010-0830.JPG

 

La route (principale) des vins badois démarre à la sortie de Baden-Baden, pour se terminer, en pointillés, aux portes d'Offenburg (une cinquantaine de kms balisés, avec les discrets panneaux ci-dessus). Elle a, par endroits, de quoi faire pâlir notre belle route des vins d'Alsace...

Le vignoble badois quant à lui, s'étend de Weinheim au nord, jusqu'aux rives des lacs de Constance et du Bodensee, au sud. 

 

DSCF4108.jpg

 

Dans beaucoup de pays (de tradition viticole) visités, je commence souvent par acheter du vin en supermarché.

Histoire de situer "qualitativement" les daubes "petites expressions" disponibles en GMS (et inconsciemment, pouvoir comparer avec celles de nos "têtes de gondoles"). Ensuite, j'écume les cavistes, piochant dans l'offre locale disponible. 

La différence qualitative n'était, pour une fois, pas super franche entre les deux sources (sur la même gamme de prix).

J'oserais même dire que les vins goûtés en supermarché n'avaient même pas à rougir face à ceux testés chez les cavistes. La majorité des vins coûtent entre 5 & 10 € (guère plus au supermarché). Quelques cuvées de luxe flirtent avec les 20 € chez les cavistes.

 

ete-2010-0821.jpgDSCF4265.JPG


J'ai démarré mon apprentissage local par les rouges. J'ai assez rapidement renoncé à ces derniers. En effet, les différents spätburgunder dégustés étaient souvent de grosses caricatures bourguigno-alsaciennes, très boisées, extraites au possible.

Par exemple, "Cuvée Noire" 2008 Königschaffausen (6,40 € en supermarché), s'ouvre sur un joli nez de pinot, puis laisse la place à un boisé outrancier se déclinant sur le caramel et le brûlé. L'attaque est suave, sucrée, finement acide, développant fruits rouges, poivre,  avec une amertume finale marquée assez désagréable. *(*)

J'ai bu d'autres rouges au restaurant, assez semblables à ce dernier...

 

DSCF4139.jpg


Aussi, les blancs ont occupé l'essentiel de mon carnet d'alcoolique de vacances. J'ai principalement bu des vins classés "kabinett" (voir la hiérarchie des six "pradikate"), essentiellement "trocken" (secs).

 

DSCF4136.jpg

 

Rivaner Kabinett 2011 - Kilian Hunn

 

Le rivaner est l'autre nom du müller-thurgau. Bu dans une agréable brasserie de Freibourg, ce blanc perlant avait des accents de sauvignon variétal évidents, compensés par un fruité puissant. Étonnante schizophrénie, qui ne sera pas le dernière du séjour. **

 

DSCF4267.JPG

 

Alde Gott 2010 - Winzer cG - Weissburgunder Kabinett Trocken (5,50 € caviste)

 

Un pinot blanc à l'expression très "melon de Bourgogne", fruitée, sur la poire et le bonbon anglais. Matière très perlante, toujours sur le bonbec Albion. C'est court, peu complexe, un poil sucré, tendre et "peu naturel".  *(*)

Un riesling "trocken", bu à Baden-Baden (dans une salon de thé, pas de référence supplémentaire) à l'expression très citrique, fruitée, louchant aussi vers le melon et/ou l'aligoté.

Un autre riesling de Gengenbach (bu à la MartinSkappel), avait aussi cette expression ligérienne très marquée.

Pas mal de "Blanc de noirs" sont disponibles. Le style "bourguignon" (quelque soit le cépage d'ailleurs) est souvent revendiqué. 

Le Blanc de noirs (4 photos au-dessus) de Glottertaler 2010 (6,40 € en supermarché), proposait un joli nez de "boisé bourguignon", virant brusquement sur le chenin avant de s'installer dans le squelette olfactif du riesling. Une attaque acidulée, très fruitée, citrique, riche, grasse, un poil soufrée.

Là encore, on ne peut s'empêcher de penser, face à cette vivacité, à un muscadet de bonne qualité, bien élevé. **(*)

 

DSCF4341_2.JPG

 

Oberkircher - Winzergenossenschaft - Riesling Kabinett Trocken 2009 (7-8 € caviste)

 

Un nez ligérien, matiné d'hydrocarbures, "caillouteux" qui se fixe sur le riesling attendu. Une attaque pétrolée, fruitée, vive, éthérée, pleine, fraîche, aux amers relevés, à la finale tonique de pamplemousse. **(*)/***

 

ete-2010-0853-copie-1.JPG

 

Riesling sekt brut 2008 - Oberkircher (10,90 € caviste)

 

Une première pour moi, partagée avec mes collègues de goulot du Centre So et Jull, que ce riesling pétillant. Très belle robe vieil or, fines bulles comme je les aime, très légèrement pétrolée, au très fin sucre, à la fine amertume. Une jolie bulle de soif, évoluant agréablement au fil de la dégustation. ***

 

Au final, des "petits vins" à la complexité limitée, tout en fruits, sans sucres traînants, aux degrés digestes.

Il n'atteindront sûrement jamais la notoriété de leurs prestigieux (et onéreux) voisins mosellans, mais sont d'un rapport qualité/prix juste.

Mes maigres références gustatives conduisant à faire souvent un parallèle avec cette singulière expression "ligéro-alsacienne" (je parle des blancs uniquement), intéressante, assez bien conduite quand elle s'affranchit de loucher maladroitement sur ses voisins d'outre-Rhin.

J'ai même dégoté un auxerrois chez un gros caviste de Villingen, plus deux-trois autres breuvages chez le principal dealer de Schönwald. A découvrir au calme à la maison, ou chez d'autres amateurs...

Les rouges gagneraient aussi à se "déboiser partiellement", quand on devine le joli potentiel fruité, parfois perceptible, derrière les nombreuses menuiseries liquides proposées.

Des vins forcément introuvables en France, mais que les frontaliers suisses et alsaciens peuvent dégoter sans mal, juste en traversant le Rhin.

Zi inde...

Voir les commentaires

VdV#48 : les vins en série font leur cinéma...

27 Juillet 2012, 07:35am

Publié par Docadn

 

vdv-logo

 

"Ce sera donc une musique de film ou de série télévisée. Peu importe le genre ou la date de diffusion de cette musique, ce qui compte c’est l’univers qui l’entoure, l’émotion qu’elle vous procure et ce qu'elle vous donne envie de boire..." 


Derrière Vin de Presse se cache le joli minois d'une blogueuse découverte, pour ma part,

lors du VdV consacré à la syrah. Sonia nous avait gratifié d'un fort plaisant traité géo-historique du cépage. Elle est la présidente de cette 48 ème édition des Vendredis du Vin.

 

vdv-48.jpeg



C'est une thématique musicale, soit d'obédience cathodique* soit issue du monde du 35 mm, que Sonia nous propose de développer pour ce 38ème numéro des VdV. 

La musique d'un grand film à pour vocation de devenir intemporelle, unique, comme seul un grand moment de cinéma sait l'être.


La musique de "séries tv" a trop souvent vocation de jingle. On l'entend, souvent des années durant, marquer le début puis la fin de chaque épisode. C'est un peu le chronomètre qui égrène ses notes provoquant, si on est aux cabèches, une soudaine pression supplémentaire sur l'urètre pour ne pas rater la moindre image de notre série préférée.

 

Je suis fan de série tv. Principalement de séries moins populaires plus anonymes que celles, souvent tièdes, massivement diffusées par la petite boite noire (*plus très cathodique et désormais très plate).


Cette addiction a démarré avec la série "Six Feet Under". Un humour corrosif, une écriture jouissive, pionnière dans la "révolution scénaristique télévisuelle"

 Depuis, moult séries en ont copié les mécanismes. Peu ont égalé ce niveau. Le diabolique Dexter, ou encore l'éblouissante saga 60's de Mad Men ont des ressorts propres à me tenir en haleine, comme un bon vin jusqu'au cul de son contenant...

Il y a dix ans (soit un an après les débuts de Six Feet Under), naissait une série considérée comme majeure, louée par tous les spécialites de la chose, citée en tête du Panthéon des fictions de l'histoire de la télévision : The Wire ("Sur écoute" in french).

5 saisons diffusées par la chaine HBO (considérée comme "network alternatif" et déjà responsable de la diffusion de Six Feet Under), au réalisme, aux dialogues et à l'originalité exemplaires. Une originalité que l'on retrouve jusque dans la musique : 5 génériques, un par saison, la même chanson,"Way Down in the Hole", déclinée par différents interprètes, dont l'originale by Tom Waits (tirée de l'album "Franks Wild Years" sorti en 1987) pour la saison II.


 

 Saison 1 – The Blind Boys of Alabama

 



Saison 2 – Tom Waits

 

 

Saison 3 – The Neville Brothers

 

 

Saison 4 – “DoMaJe”

 

 

Saison 5 – Steve Earle

 

J'avoue un grand faible pour la version originale de Tom Waits, suivie par celle des Neville Brothers (saison III), puis celle de Steve Earl (saison V).

Bon, c'est bien beau tout ça, mais il est où le vin dans notre histoire ?! A vrai dire, il y en a très peu dans cette pentalogie imaginée par David Simon, coécrite avec Ed Burns. Nos protagonistes sont plutôt du genre à "se la coller" très régulièrement à coup de Jameson et de bières. Quelques coupettes de champagne ponctuent la série, mais rien d'excitant. Une seule scène montre Bunk amenant un "Coat du Rown" (Côtes-du-Rhône) pour dîner chez Mc Nulty et Beadie

"Way Down in the Hole" avec ses accents blues, finement jazzy, à la fausse lenteur, toutes tripes dehors, inspire un vin terrien, apaisé, apaisant, vigoureux, sûr de lui. Un vin empli de sagesse, de savoir, à l'ossature solide. Un nectar qui ne bluffe pas, qui va à l'essentiel, qui impressionne, que l'on attend pas !! Un vin direct, profond, complexe, sans concessions, juste habité des aspirations puisées dans la nature et que son auteur a voulu nous faire partager...

 

Vins-2012 0022

 

Châteauneuf-du-Pape 08 - Domaine Charvin 


Aussi, quand démarre le générique, le nectar castel-papal épouse parfaitement la douce lumière, ponctuée de la rude atmosphère de Baltimore (un personnage à part entière de la série) et sa kyrielle de dealers, flics, dockers, profs, journalistes, écoliers et politiciens...

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>