Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #drome

Tables estivales... saison 2016 !!

25 Septembre 2016, 13:52pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Comme les adieux d'Aznavour à la scène, ce blog n'en finit plus de crever entretient une agonie aussi longue et insupportable qu'une primaire politique.

C'est l'automne, votre grosse feignasse de scribe procrastinateur intermittent vous propose un bref résumé des tables fréquentées durant l'été 2016.

Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

Direction le Val d'Aoste, à Valnontey, juste au dessus de Cogne.

Le Petit Dahu est un hôtel de poche (9 chambres) au cachet irrésistible. Le genre de cocon dans lequel on se verrait aussi passer l'hiver, blotti au coin du feu à regarder la neige tomber et à lire les 60 livres qu'on s'est promis de dévorer depuis 5 ans !!

Tenu par un couple viscéralement passionné (et francophone), y séjourner est la condition incontournable pour pouvoir goûter à leur cuisine.

Le patron-cuisinier dégaine chaque soir 1 entrée-2 plats-1 dessert pour 18 convives maximum !!

4 dîners plus tard, je crois tenir la meilleure adresse montagnarde de l'année !!

Difficile par contre de "définir" le style culinaire. Sûrement dans la "tradition aostienne", plus montagnard qu'italien, très ancré dans les produits des terroirs environnants !!

Le fromage est souvent roi, les légumes parfaitement cuisinés, les desserts étonnamment plus variés et fins que ceux que j'ai croisés ailleurs dans la botte.

Une copie ci-dessous des 4 menus consécutifs dégustés.

Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

En conclusion, l'hôtel (petites chambres) est idéalement placé au cœur du Parco Nazionale Gran Paradiso, dans un cadre réellement spectaculaire, abritant la meilleure adresse testée (vu le relatif isolement des 5 vallées du massif en question, le choix est très très limité), qui ne rogne pas sur les calories servies, remettant à zéro le compteur de celles perdues lors des magnifiques randos alentours.

Hôtel Petit Dahu
Fraz. Valnontey, 27 Cogne - Valle d'Aosta
Phone: +39 0165 74146
Email: info@hotelpetitdahu.com
Web: www.hotelpetitdahu.com
Tables estivales... saison 2016 !!

PS : à Cogne, ne ratez pas la Pasticceria Perret, véritable institution (depuis 1964), célèbre notamment pour son "mécoulén di Cogne" (sorte de pain au lait), où je me suis déchiré le bide avec une tarte aux framboises d'une justesse à pleurer... vendue au poids, ça peut vite monter au prix d'une mignardise vendue rue du Bac à Paris (7€ dans mon cas, mais ça pouvait lester une nacelle de montgolfière) !!

Pasticceria Perret
Rue Bourgeois, 57
11012 Cogne (AO)
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

La Coccinella est un resto-pizzeria d'une sobre banalité, niché dans une résidence de vacances moche, dans un des hameaux de Névache (Hautes-Alpes) les moins sexys !!

Passée cette introduction qui fait saliver, je n'ai retenu d'un dîner sur place que des pizzas justes honnêtes.

Les proprios sont Italiens, comme quoi, ce ne sont pas les Arabes qui font le meilleur couscous !!

Alors pourquoi en parler ?! Ben, juste pour signaler un tiramisu qui tient vraiment la route !!

Comme quoi, les Indiens savent préparer le lassi quand ils s'appliquent !!

La Coccinella
Hameau du Roubion
05100 Névache
Tél : 04 92 21 20 14
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

Direction Gap (pas les fringues, la ville), pour une des adresses phares (au Gros Rouge) de la petite cité élue "ville la plus sportive de France en 2013" (quand on ne sait pas quoi dire, Wiki est ton ami).

La Menthe Poivrée est bien planquée, malgré une adresse équivoque. Si elle n'offre pas la possibilité de se garer à proximité immédiate, elle possède une terrasse fraîche des plus agréables, quand le cagnard arrose sans retenue la ville.

Accueil agréable, service typé "gastro province", diraient les Franciliens, un menu dominical à 30 €.

Un gaspacho d'1/2 litre providentiel, un pavé de merlu quasi parfait, une panna cotta efficace, des présentations has been, mais des portions XXL qui permettraient d'étouffer 4 barbus anorexiques dans le Marais.

Carte des vins passable, café bof, mais rapport qualité/prix indiscutable et très gourmand (le Bib serait amplement mérité mesdames/messieurs les inspecteurs du Gros Rouge qui ne me lisent pas).

 

La Menthe Poivrée
20 rue du Centre
05000 Gap
Tél : 09 52 77 55 73
Page FB
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

Retour dans ma "matrice originelle", où la Place du marché reste le spot le plus couru du patelin.

4 dîners à Le Souline en 12 mois, pour souligner la pertinence de ce concept dit de tapas. Si vous êtes un(e) intégriste des tapas espagnoles, passez votre chemin !!

Le Souline propose des "bouchées" ou "petits plats" à partager dans "l'esprit tapas". Avec 3 "bouchées" vous êtes normalement repu. Ces dernières sont servies dans le désordre, tout est posé sur la table au fil du débit de la cuisine.

A 4, cela donne une "auberge espingouine" où tout le monde tape dans tout, donne la becquée à son voisin/sa voisine, c'est assurément la force de ce concept !!

Les seiches à la persillade sont très souvent réussies. C'est aussi cohérent "côté mer" que "côté terre".

Service souriant, carte des vins très locale, convivialité assurée pour ce qui reste la table la plus attrayante de la place... en plus d'être un bar à vin, sans prétention, en dehors du service.

Le Souline, 
11, place du Marché,
26130 Saint-Paul-Trois-Châteaux
www.lesouline.com
Tél : 04 69 26 64 20
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!

Juste à côté, sévit depuis un an Pizza Peppino. Si les portions sont généreuses, la pâte visuellement spectaculaire, les garnitures made in Métro ne déçoivent pas !!

C'est sans goût, avec une pâte qui prend des allures de serpillère dans les 5 minutes suivantes. Sur les 4 pizzas goûtées, 1 seule (la chèvre-miel) était "honnête" et n'était pas détrempée !!

Service distant, carte des vins à chier, pizzaïolo (au look de "Les Ch'tis à LA") se pavanant entre 2 pizzas, ... à éviter !!

Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!

J'avais largement "bitché" sur cette adresse, il y a 3 ans, vu la médiocrité culinaire délivrée.

L'hôtel-restaurant de l'Esplan a été repris depuis environ 2 ans, m'a t-on soufflé.

La terrasse reste la plus belle/agréable de la ville, la formule à 27 € du soir largement plus efficace qu'il y a 3 ans (mon beauf a dû y aller 3 fois en 1 semaine durant cet été).

Les présentations sont aussi modernes qu'à La Menthe Poivrée, les portions là encore généreuses.

Ça dégueule de fraîcheur et d'esprit sudiste dans chaque ardoise/assiette, tout en restant aux antipodes des codes culinaires en vigueur dans le Xème arrondissement parisien !!

"Tiramusi tomates/mozza" juste, "carré d'agneau persillé à l'huile d'olives de Nyons" old school mais délectable. L'hôtel retrouve une cuisine locale fraîche et copieuse, à un tarif cohérent.

Hôtel - Restaurant l'Esplan
15 place de l'Esplan 
26 130 St-Paul-3-Châteaux
www.lesplan.fr
Tél : 04 75 96 64 64
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!
Tables estivales... saison 2016 !!Tables estivales... saison 2016 !!

Le 15 août, les tables tricastines sont bondées... la "table de secours" se situe à 10 minutes en voiture de la cité.

Les Méjeonnes, à Valaurie, propose un ensemble hôtelier à faire bander laisser béat d'admiration n'importe quel Américain/Anglais nourri au(x) roman(s) de Peter Mayle.

Un immense "mas provencal" abrite une grande table (l'intérieur est un poil ring' à mes yeux, mais on joue le jeu avec les anglo-saxons !!) et 2 larges terrasses (1 couverte, l'autre non).

Le soir venu, vous dînez au bord de la piscine dans une cour éligible à "La Maison France 5" !!

Un "Menu du Terroir" (entrée-plat ou plat-dessert à 23,50€, la totale pour 28,50€), un autre nommé "Menu des Saveurs" (entrée-plat ou plat-dessert à 32,50€, la totale pour 39,50€) disponibles le soir...

Loin des calories savamment comptabilisées dans les restos pour tatoués parisiens, ça envoie des doses individuelles pour 3 convives ailleurs !!

J'ai goûté aux 2 menus, c'est parfois riche, toujours frais, bien exécuté, un poil passéiste dans la mise en scène, mais bon !!

Les desserts sont énormes mais oubliables, la carte des vins est largement plus intéressante qu'ailleurs !!

Les Mejeonnes
9 chemin de la Mejeonne
26 230 Valaurie
Tél : 04 75 98 60 60 
www.mejeonnes.com

PS : si vous y êtes pour le déjeuner, pensez à "gauler" quelques exemplaires des excellents sirops de la Distillerie d'Eyguebelle voisine.

En résumé, l'été 2016 fut ponctué non pas de "grandes adresses", mais de "bonnes adresses", perpétuant une tradition de "cuisine fraîcheur", quand les innombrables pièges estivaux investissent plus dans les frigos/congélos/micro-ondes que dans les produits de saison !!

Voir les commentaires

Anne-Sophie Pic à Valence

4 Juin 2015, 12:28pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Parfois, vous lancez des défis en l'air... et ils finissent par vous retomber sur le coin de la gueule !!

En 2014, un de mes neveux passe son bac. Aussi, en "tonton blagueur", je lui lance un défi du type "prime de résultats" :

  • Mention "assez bien", je lui offrais le buffet à volonté de la caféteria voisine.
  • Mention "bien", c'est l'étoilé local qui était honoré de sa présence.
  • Mention "très bien", les portes du paradis valentinois au déjeuner pour son palais.

Le morveux bosseur a raté les "félicitations du jury" de 0,1 point !!

Aussi, avec son 17,9 de moyenne et ladite mention "très bien" en poche, je retrouve Quentin un an plus tard, dans le jardin du 285 avenue Victor Hugo à Valence, pour savourer enfin sa victoire.

Anne-Sophie Pic à Valence
Anne-Sophie Pic à Valence

Petit apéro dans l'agréable jardin du restaurant (jus de fraise pour notre désormais lyonnais, un verre de châteauneuf-du-pape blanc pour ma pomme), avec déjà des grignotages de haut niveau !!

Moment consacré au choix du menu de ce déjeuner de l'Ascension, que j'oriente insidieusement vers la version "Découverte" !!

Anne-Sophie Pic à Valence
Anne-Sophie Pic à Valence

Accueil "grande maison", staff conséquent papillonnant en silence dans l'immense bâtiment à la déco et au mobilier très soignés.

Anne-Sophie Pic passe en salle, dit bonjour à tous, sait qui fête quoi, se prête avec grâce aux photos.

L'apprenti gourmand est impressionné. C'est la première fois qu'il met les pieds dans un grand restaurant gastronomique.

Je lui conte rapidement la saga de la famille Pic* et le fait que seuls 26 établissements en France sont couronnés de 3 étoiles au Gros Rouge Michelin... une mise en bouche arrive.

* j'avais déjeuné il y a 2 ans dans la brasserie "Le 7", article visible -> ICI
Crème brûlée au foie gras
Crème brûlée au foie gras

Crème brûlée au foie gras

A partir de là, nous voilà embarqués pour 02h30 de voyage.

La carotte et la fleur de jasmin

La carotte et la fleur de jasmin

Les berlingots, coulant au crémeux de chèvre de Banon légèrement fumé, consommé au cresson infusé au gimgembre et à la bergamote

Les berlingots, coulant au crémeux de chèvre de Banon légèrement fumé, consommé au cresson infusé au gimgembre et à la bergamote

Le pigeonneau de la Drôme mariné au saké et au géranium Rosat, grué de cacao, petits navets et radis primeurs

Le pigeonneau de la Drôme mariné au saké et au géranium Rosat, grué de cacao, petits navets et radis primeurs

Le Brie de Meaux à la vanille Bourbon

Le Brie de Meaux à la vanille Bourbon

Interlude (pré-dessert dont j'ai franchement oublié l'intitulé mais qui reste un souvenir "frais et fleuri" dans mon esprit)

Interlude (pré-dessert dont j'ai franchement oublié l'intitulé mais qui reste un souvenir "frais et fleuri" dans mon esprit)

Le citron Meyer comme une évocation de la garrigue

Le citron Meyer comme une évocation de la garrigue

Le thé Sencha et le géranium Rosat (dessert de Quentin) : dans l'esprit d'un vacherin, crème légère au géranium Rosat odorant, glace gingembre et thé Sencha, coeur coulant passion-mangue

Le thé Sencha et le géranium Rosat (dessert de Quentin) : dans l'esprit d'un vacherin, crème légère au géranium Rosat odorant, glace gingembre et thé Sencha, coeur coulant passion-mangue

Fin du voyage et très jolie séquence gastronomique.

Avec mon neveu, nous refaisons le match. Gros coup(s) de cœur pour la crème brûlée au foie gras et les berlingots de chèvre pour lui.

Il est vrai que le Banon, très puissant, ne fait pas dans la dentelle et se place aussi dans mon trio de tête. Le pigeonneau, tout classique soit-il, est terrible de justesse.

Ma grosse claque reste tout de même pour le dessert (le moment que je redoute le plus) !! Ce citron Meyer restera, je pense, longtemps comme le meilleur dessert aux "agrumes-herbes" jamais savouré englouti.

Le "syndrome Ratatouille" (ou "Les Gouttes de Dieux" au choix), quand la première bouchée vous emmène quasi instantanément dans la "vraie garrigue", puis que le citron vous téléporte en Loire avec un chenin crayeux qui vous fait saliver...

Et pour finir...

Et pour finir...

J'ai entendu, ça et là, des réserves sur le travail d'Anne-Sophie Pic. "Cuisine de fille", "pas une grande cuisinière", des avis aussi durs que ce microcosme gastronomique !!

J'admets juste que les "touches japonaises, ou d'inspirations japonaises" quasi systématiques sont un poil "fatigantes" sur les plats dégustés.

Elles ne flinguent pas les assiettes, mais le fait de "name-dropper" chaque plat avec son herbe, sa racine, son fruit ou son whisky japonais me gonfle un peu parait superfétatoire vu le haut niveau culinaire délivré !!

Le gros reproche de la maison, guère différent dans d'autres grandes maisons, reste forcément la question du vin.

Dès l'apéritif, on vous vante les vins de la maison Pic, propriétaire de vignes, dont les vins sont élaborés par la maison Chapoutier.

Les tarifs de la (très grosse) carte sont forcément indignes (les coefs 4-5 et plus sont légions). Mon neveu ne buvant pas, j'ai juste tenté un verre de vin rouge, sur le pigeon, à la guise du sommelier.

Ce dernier, tout droit sorti des années 82-84 en terme de style, m'a servi un Hermitage 11 de la maison Pic.

Un jus de raisin d'ébéniste, à l'amertume prompte à faire fuir le pigeon... servi plutôt chichement et facturé plus de 20 € !!

Il est toujours triste, dans ce genre d'établissement, de ne pouvoir s'extasier aussi sur le vin.

Si le déjeuner est solidement facturé (160 € par personne, 90 € en semaine hors jours fériés), j'admets presque sans broncher que les frais induits (produits, salaires) soient en (grosse) partie justifiés.

Pour le vin, s'il sert toujours de "vache à lait" pour gonfler la marge par couvert, rien ne justifie de tels coefficients !!

Des détails qui n'ont guère ému mon neveu, soufflé et heureux d'avoir enfin pu caresser le monde merveilleux du luxe et de la haute gastronomie !!

Cette immense joie spontanée a suffi à rendre ce moment unique, à tout jamais gravé dans sa mémoire... et dans la mienne aussi !!

Anne-Sophie Pic

285 Avenue Victor Hugo

26000 Valence
04 75 44 15 32

www.anne-sophie-pic.com

Voir les commentaires

#VdV 59, pif & zique, la version "Zi Artist" de "j'kiffe ton pif"...

27 Septembre 2013, 15:02pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Petite pause sur les péripéties nippones, pour revenir sur les fondamentaux : les Vendredis du Vin.

59 ème épisode avec une Zidente de moins de 35 ans, fan de "wine-séries", de rouges à lèvres, des lunettes d'Hubble de Ségolène Royal jeune et de vin.

Lolita Sene est la gourou du blog "j'<3 ton wine".

Pour son VdV, elle nous propose la feuille de route suivante :

pour ce VdV#59 c’est à votre tour de m’annoncer vos accords vin et musique.
Un Saint Joseph avec de la pop ?
Un Pomerol avec une sonate de Chopin ?
Un Champagne avec du bon vieux rock ?
Un Touraine avec de la chanson française ?
Présentez-moi votre cuvée confrontée au morceau de musique qui vous parait
être le plus adéquat, vibrant, intense.

Comme votre serviteur est un "véritable amateur" au sens incompétent noble premier du terme, cette session "expérimentale" m'aura conduit à découvrir les fonctions animées le mode vidéo de mon appareil photo.

Les plus fins connaisseurs observateurs pourront apercevoir une magistrale non-maîtrise de ce dernier, sans parler des nombreuses bourdes coquilles qui parsèment le propos.

Aussi, le flou "artistique" observable sur ladite vidéo, est involontaire, d'où des "images qui ne bougent pas" ci-dessous, pour préciser les éléments "floutés" de la vidéo...

N'y cherchez point d'hommage au Bob nasillard, ni à Alain chante pas trop fort, j'ai juste plus de voix...

Ici Bernardo, à vous les studios...

Coeur de Roche - Vin de France - Emmanuel Chauvin - Domaine du Chardon bleu

Coeur de Roche - Vin de France - Emmanuel Chauvin - Domaine du Chardon bleu

"Le convoi", extrait de l'album "Vers les lueurs" - Dominique A - Cinq7 de Wagram Music - sortie le 26/03/12

"Le convoi", extrait de l'album "Vers les lueurs" - Dominique A - Cinq7 de Wagram Music - sortie le 26/03/12

Voir les commentaires

Le 7, "bistrot chic" à Valence Anne-Sophie Pic

26 Juin 2013, 06:11am

Publié par Docadn

Bonjour,

A peine arrivé dans "le sud", que je le quitte par le nord. Je me dirige vers le mâconnais, non sans avoir tenté de décrocher un couvert dans ce qui semble être le bistrot le plus couru de la préfecture de la Drôme...

Le 7, &quot;bistrot chic&quot; à Valence Anne-Sophie Pic

Je ne vous fais pas la pige sur la maison Pic à Valence. Si ?! Bon d'accord, mais juste 3 mots, même si résumer cette saga familiale gastronomique peut s'avérer aussi long que la vulgarisation d'une complication horlogère...

Commençons par la fin, avec la 4ème génération à la tête de cette maison "cent-vingtenaire" : Anne-Sophie Pic (qui a succédé à son frère, incapable de "maintenir à flots" le vaisseau, allant jusqu'à perdre une des 3 étoiles).

2ème dame de la famille à occuper le poste de "capitaine des fourneaux", seule cuisinière en France à détenir le Graal du Gros Rouge depuis la Mère Brazier (les 3 macs ont été reconquis en 2007), elle ventile depuis son savoir-faire avec succès, en éditant des livres, en signant des cartes, de Lausanne à Paris, en animant une école de cuisine, tout en restant fidèle à la maison historique...

Le 7, &quot;bistrot chic&quot; à Valence Anne-Sophie Pic

Mes vacances m'ayant laissé un peu sur la paille...

Pressé par le temps, je n'ai pas le temps de m'attabler pour 04h00 à la grande table...

C'est le bistrot que je suis venu découvrir, en ce mercredi (férié) de mai. J'arrive à midi pétantes, sans réserver.

Accueil très souriant, chaleureux, dans la très grande salle (mais aussi une très grande terrasse ombragée disponible), à la déco moderne, routière, sobre et sombre, "aux chiottes propres qui sentent très bon" (il paraît que pour certains, c'est encore un "signe de qualité non négligeable" de nos jours #SorsDeCeCorpsLouisDeFunès).

Notaires et autres médecins généralistes déconventionnés à la retraite entrent lentement mais sûrement tout droit dans le temple, quand les pauvres CSP- arrivent fébrilement devant le bistrot (dont l'entrée se situe à gauche dans le hall).

Le 7, &quot;bistrot chic&quot; à Valence Anne-Sophie Pic

Je grignote de petits sablés au parmesan en découvrant la formule "Plein des Sens" (Nationale 7, bagnole, station-service, tout ça, 100% jeu de mots "M6 Turbo" !!).

Un courte sélection de vin au verre, dont une thématique "à l'aveugle" que je m'empresse de prendre...

Un blanc que je place immédiatement en Muscadet Loire Méridionale, aux accents sudistes évidents... qui se trouve être un blanc 11 de Mas de Libian... en Ardèche (dont le domaine se situe effectivement sous la Loire, n'y voyez aucune mauvaise foi de ma part, ce n'est absolument pas mon style) "encore dans le mille Cécil B2" !!

C'est sans points Tatal que j'opte pour la formule hydrocarbures à 30 €...

Le velouté d'asperges vertes, panna cotta à la réglisse

Le velouté d'asperges vertes, panna cotta à la réglisse

L'entrée arrive très rapidement (tout droit du frigo, vu la température de service). Le velouté est impeccable, aussi bien sur le volet consistance que sur celui du goût. La belle idée réside dans l'étonnante panna cotta à la réglisse, là encore d'une rare justesse en terme de texture et de goût... Le ton est donné !!

Le merlan saisi, fenouil confit, bouillabaisse revisitée à la fève Tonka

Le merlan saisi, fenouil confit, bouillabaisse revisitée à la fève Tonka

Le temps de regoûter à mon blanc, toujours sudiste, que voilà le plat. Le choc thermique avec l'entrée est imposant. L'ensemble est bouillant, mais pas un élément ne souffre d'une surcuisson !!

Le merlan (cuisson-laser) est une ode à la mer, le fenouil un hymne au potager et à la cuisson douce, la bouillabaisse un splendide hommage à Fernandel la cuisine méridionale, quand la fève se cherche en finale, comme un Jo-Wilfried Tonka... Un plat ébouriffant !!

La (toute petite) Anne-Sophie Pic passe, donnant à tous du "bonjour" timide et souriant, s'installe au passe de la cuisine (ouverte) du bistrot, puis déjeune (la même chose que moi, copieuse !!) sur un tabouret en compagnie d'un de ses enfants...

Un serveur m'amène une second verre de vin blanc, mais c'est mon voisin qui l'a commandé...

Le moelleux au chocolat Guanaja, coeur coulant et sorbet à la framboise

Le moelleux au chocolat Guanaja, coeur coulant et sorbet à la framboise

Le "creux" de ce "programme court" quasi parfait !! Un moelleux un poil sec, au "coeur coulant" moyennement digeste, bien trop sucré pour mon bec !! Le sorbet est classique, "typé Pacojet", servi à la température idéale...

Service souriant, aimable, "détendu-sérieux". Carte des vins locale, accessible et courte...

Le 7, &quot;bistrot chic&quot; à Valence Anne-Sophie Pic

Le 7 dans l'assiette ressemble à l'image que l'on devrait avoir du (souvent trop fumeux) concept de la "bistronomie".

Pour 30 €, vous avez de vrais produits de saison travaillés, une réflexion évidente et originale des alliances entre ces derniers, des assiettes très gourmandes, un service très pro... et l'envie d'y retourner !!

La reine de la gastronomie 3* a tout compris !! Son "bistrot chic" l'est... son mobilier décalé beaucoup moins !!

Seule ombre à l'ardoise (dont j'assume la moitié de la responsabilité), le second verre de vin (non commandé) m'a été facturé !! Mon timing de "lapin d'Alice" n'ayant relevé la boulette que 4 jours après... en rentrant de Bourgogne !!

En conclusion, une excellente adresse à faire sur "la route des bouchons", dont la réservation ne paraît pas inutile est tout de même fortement conseillée...

Le 7, bistrot chic

285 avenue Victor Hugo

26000 Valence

Tél : 04 75 44 53 86

Ouvert toute l'année midi et soir, sans exception...

www.pic-valence.com

Voir les commentaires

Restaurant l'Esplan à Saint-Paul-Trois-Châteaux

14 Juin 2013, 05:36am

Publié par Docadn

Bonjour,

De retour en France, c'est toujours lesté de mes 4 kgs que je pars à la découverte du restaurant de l'hôtel du centre-ville de la bourgade, d'où on jettera sûrement mes cendres le jour venu, là-haut sur la colline, à côté de la chapelle !!

Par le passé, j'ai dû tenter 4 ou 5 fois d'y déjeuner à l'improviste !! A chaque tentative j'ai pris un rebond digne d'une épreuve olympique de trampoline !!

A l'époque, c'est un certain Cédric Denaux qui distillait, avec succès, sa cuisine très inspirée !! Depuis, il a migré à quelques centaines de mètres de la place de l'Esplan, avec Madame, dans sa propre maison (qui fut aussi la mienne) nommée L&Lui.

Restaurant l'Esplan à Saint-Paul-Trois-Châteaux

Ce (chaud) soir-là, je me pointe, une fois de plus, sans convictions. Des tables inoccupées... le "oui, nous avons une table de libre" franchit enfin les lèvres de la responsable de salle !!

Je vais enfin pouvoir poser mon séant dans "le patio aux brumisateurs" (c'était une pure "révolution" à l'époque où l'hôtel ouvrit ses portes !!).

A peine le fessier thermomoulé dans le siège, que l'on me dépose quelques tartines grillées et "l'éternelle-sempiternelle-traditionnelle tapenade" (aux olives vertes).

Grignotage banal, dégusté avec un verre de "Colombier 11" (Grignan-les-Adhémar) du très local Bonetto-Fabrol, au boisé très marqué (alors qu'il n'y a que de la cuve), à la syrah gustativement dominante (c'est normalement 50/50 grenache-syrah). L'ensemble est crémeux, plein, aux Gildas amers marqués.

Papeton d'aubergines, coulis de tomates fraîches au pistou

Papeton d'aubergines, coulis de tomates fraîches au pistou

Une entrée au goût très marqué par l'oeuf, servie tiède, au coulis gentil, que le serveur m'a servi dans un mutisme à faire passer un Chartreux pour une pipelette de terrasse de café...

Sauté de boeuf longuement mijoté à la provençale

Sauté de boeuf longuement mijoté à la provençale

A la première bouchée, une impression immédiate se dégage : voilà un plat qui semble avoir été amoureusement réchauffé dans un micro-ondes d'une puissance de 15 yottawatts !!

Je manque juste de me brûler la langue et le reste du bec avec le jus de ce "sauté du Vésuve" !! La viande n'a pas le moelleux qu'un long mijotage est censé lui donner.

Elle est même dure par moments !! La sauce semble avoir été allongée à la flotte, sans parler de l'assaisonnement à la pelleteuse !! Un sauté d'une absconse nullité, sauf pour les fanas de volcanisme maritime buccal...

Dessert du jour : millefeuille aux pommes

Dessert du jour : millefeuille aux pommes

Là encore, une affligeante banalité entoure ce montage de pièces de feuilletage et les morceaux de pommes !!

Une séquence facturée 25 € (Menu de Saison) assez ennuyeuse, pour ne pas dire pathétique.

Le service peut parfois compenser minorer la médiocrité de la cuisine. Là encore, il n'en fut rien. Comme si ce dernier se devait d'être au diapason des fulgurances réchauffées délivrées...

Le verre de vin fut tarifé 6€, quand la bouteille vaut environ 8€ prix caviste (je vous laisse calculer le coefficient) !!

Le chef n'est autre que ... Serge Fricaud, petite gloire locale qui tient aussi les pianos du couru Logis de l'Escalin, (même si ma mémoire approximative reste persuadée que c'est le prénom d'une fille qui signait la carte et le menu ce soir-là !!).

Vu le résultat, peu importe !! La sympathique cour ne suffit pas à claquer 25 boules pour manger du "mal réchauffé" et boire un verre de vin au prix des 3/4 de la quille !!

Si vous passez par "mon village", faites plutôt honneur à Cédric & Cathie Denaux, ou bien à la discrète Chapelle hélas fermés ce lundi soir...

Restaurant l'Esplan

15 place de l'Esplan

26130 St-Paul-3-Châteaux

Tél : 04 75 96 64 64

Voir les commentaires