Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #grenache

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil !!

28 Mars 2014, 06:07am

Publié par Docadn

Vendredistes, vendredistes bonjour,

Nous voilà à nouveau réunis en ce dernier vendredi du mois de mars, pour nous épancher sur une thématique aussi large que les branchies d'une sardine du port de Marseille ayant une otite (que les vétos, ORL et autres médecins d'organes parallèles ne viennent pas me gaver le steak devant ce non-sens médical, je suis le Zident, donc j'invente toutes les maladies et les organes que je veux sur la sardine !!).

En tant justement que Zident de cette 64ème édition des Vendredis du vin, j'ai lancé un sujet plutôt casse-gueule, mais prompt à réveiller tous les cocktails saoudiens d'anciens alcooliques anonymes et autres apéros débridés, à la roteuse, de kermesses laïques.

Qu'attendez-vous du vin que l'on vous donnera à boire et à voir demain ?!

Assistez-vous à la dégénérescence de ce "pan de la culture française", ou contrairement à tous les cris "péricolégaciens", voyez-vous de vrais signaux de renaissance de ce dernier ?!

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil !!

Le vin de demain peut-il venir d'ailleurs ?!

Je m'attache à goûter TOUS les "types de vin" passant à proximité de mon gosier.

Pour cela, je n'hésite pas à payer de ma personne, voire dépasser les certitudes (souvent bien franchouillardes) qui occupent les esprits hexagonaux sur la "supériorité des vins français".

Combien d'entre-nous ont plus de 10% de vins étrangers dans leur cave ?!

Je peux lever le doigt en premier, tout en me cachant derrière les prétextes les plus basiques inacceptables pour justifier cette carence !!

J'ai bien quelques breuvages italiens (ramenés d'un périple dans la botte), quelques spécimens allemands, 1 ou 2 pinots américains oubliés, 2-3 cava et tempranillo espagnols, mais rien de "réellement représentatif" d'une pseudo diversité du vin.

La presse se fait régulièrement l'écho d'une énième "revolution-mondialisation" du vin, nous promettant que le vin de demain sera tantôt chilien, tantôt chinois, tantôt argentin, que des vignerons français s'essaient régulièrement à y faire pousser de la vigne.

Le constat est simple : les rayonnages de GMS sont encore bien garnis de ces vins à 2,90 €, quand nos caves sont, pour le moment, loin de suivre ces "paris sur l'avenir".

Aussi, quand je me pose, une seconde fois, la question de "qu'aurais-je envie de boire demain ?"... je sens surtout que je me suis tiré une bonne grosse dum-dum dans le panard avec un tel sujet !!!

Vendredis du Vin#64 : Et le vin devint divin... ou Devil !!

Alors, dans la panique (je suis aussi de ces imbéciles qui pondent quasi à la dernière minute leurs papelards), je parcours mes carnets de dégustation, pour tenter de retrouver un commentaire enflammé citant "le vin de demain", "le vin en avance sur son temps", "le vin retour vers le futur... tu parles !!

Juste quelques gribouillis signalant de lapidaires "trop jeune", "too much", "à ne pas mettre dans toutes les gueules", "difficile à comprendre", "complexe, trop complexe", "trop trituré, trop travaillé", "encore du cab' franc pas mûr"... un peu comme la cuisine d'un chef qui torture ses plats pendant des années, avant de réaliser que la "simplicité est une évidence tellement compliquée à comprendre et à maîtriser" !!

Aussi, c'est cette "évidence" que je cherche à chaque fois qu'un vin s'offre à mes sens !!

L'évidence de voir mes sens gustatifs comprendre le "message" colporté par cette réaction chimique mise en bouteille.

Je veux que demain le vin soit "sensoriel" et "extatique" !!

Je veux que le vin me révèle ses sens, ses origines, ses racines.

Je veux qu'il livre toute sa complexité naturelle que le sol lui transmet, qu'il ressemble non pas obligatoirement au vigneron, mais au paysage qui l'héberge !!

Mais pour que tout cela soit visible, perceptible, évident, il faut que le vigneron, la vigneronne, le chef de culture, l'ouvrier agricole, le maître de chai, le tonnelier, que toute cette "chaine de vie du vin" comprenne ce que la plante et le fruit dissimulent...

Je veux que le vin de demain soit aujourd'hui en mesure de délivrer son plus bel ADN dans mon verre...

Le Claux 2010 - AOP Côtes-du-Rhône - La Roche Buissière

Le Claux 2010 - AOP Côtes-du-Rhône - La Roche Buissière

Et sinon, par chez nous...

Ces derniers mois, c'est un vin rhodanien (mes racines), composé à majorité de grenache (une autre évidence liée à mes racines), produit par Pierre, Antoine et Laurence Joly à Uchaux .

En agriculture bio depuis la fin de règne de Giscard et ses diamants, voilà un domaine de 18 ha planté de grenache, syrah, cinsault, mourvèdre qui m'offre, avec cette cuvée, des râles de bonheur en balade dans mon gosier.

Je pourrais vous faire une propagande éhontée du secret de cette alchimie, mettant en avant que le domaine masse aux huiles essentielles le dos de toutes les coccinelles présentes dans les vignes, que le déchaussage mécanique se fait après traitement homéopathique et séances d'acupuncture de la herse dont l'acier a été coulé le 3ème jour d'un cycle de 6 jours de Mistral, sur les heures "racine" du premier quartier de la nouvelle lune rouquemoute rousse blonde vénitienne.

Si pour certains, il est important incontournable impensable inimaginable nécessaire de boire ce vin uniquement parce que les rendements sont inférieurs à 50 hl/ha, que le sulfitage à la mise n'est pas systématique, alors je ne peux m'empêcher de penser à une forme de cloisonnement des sens et des goûts face à une dimension plus profonde, mais néanmoins occultée....

Sur ce Claux 2010, c'est l'olive locale qui surgit et envahit vos cloisons nasales.

Quand le breuvage glisse entre vos badigoinces, délicatesse et suavité se bousculent sans violence dans votre palais.

Une fraîcheur immédiate, salvatrice, anime le flot continue des gorgées étonnamment aériennes.

Alors, les épices douces, l'orange sanguine, tour à tour libèrent leurs effluves.

L'ossature orientale, élancée, la "chair" ultra-gourmande, emplie de finesse, à l'équilibre modèle, met à mal tous les poncifs sur les "vins rouges lourdauds du sud" !!

Ce vin est l'évidence de demain !!

Il transpire dans le verre la complexité de ses racines perchées (300-400 mètres), son caractère puissamment élégant, profond, sa gourmandise naturelle, son ADN terrien talentueusement décrypté par des vignerons clairvoyants ...

Voilà, notamment, à quoi je veux que leS vinS de demain ressemblent...

Quant aux vins Devil(s), ils continueront d'exister, surfant inlassablement sur la méconnaissance (parfois entretenue) et les repères-critères économiques et moraux du "client lambda".... même au pays du vin et de la gastronomie !!

LA ROCHE BUISSIÈRE
Route de Vaison

84110 FAUCON

Tél. : 04 90 46 49 14

www.larochebuissière.fr

C'était le point de vue du Zident des 64ème VdV... au plaisir de lire tous vos billets sur le sujet !!

Voir les commentaires