Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #japon

La Table Breizh Café à Cancale

8 Janvier 2017, 20:05pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Une mort maintes fois annoncée, mais toujours le soubresaut inattendu, pas même calculé, pour vous rendre témoin d'une agonie éditoriale sans fin.

Le scribouillard de service, à la navigation internautique aussi approximative que celle d'un migrant sur le Vendée Globe, remet une fois de plus le couvert, pour vous conter une aventure d'un soir.

 

La Table Breizh Café à Cancale

Les "grandes tables" sont rares sur cet espace.

Les bistrots/brasseries sont forcément plus nombreux, reflétant des revenus très éloignés de ceux des électorats mécènes d'un Fillon ou d'un Macron.

Comme tous les amateurs de gastronomie, je ne boude pas mon plaisir d'aller vérifier avec mon bide et mon appétit la qualité d'une table honorée et adoubée par la Trinité gastronomique (au nom du Mich', du Gault et du Fooding amène... tes plats).

Nous devons cette "double adresse" à un certain Bertrand Larcher.

"Crêpier-entrepreneur" et passionné par le Japon, ce dernier a ouvert plusieurs crêperies à Tokyo, Nagoya ou Kyoto notamment.

Le Breizh Café est une de ses crêperies, sise au rez-de-chaussée d'une bâtisse face au port de Cancale. Amis Parisiens, vous pouvez aussi profiter de ce "savoir-faire sarrasin" ici.

Mais revenons à Cancale. Au 1er étage, Bertrand Larcher a voulu installer une table gastronomique reflétant le "terroir cancalais" et la cuisine nippone.

Pour cela, il a recruté le chef japonais Raphaël Fumio-Kudaka (ex-Georgian Club à Tokyo, passé par Roellinger, Guérard, Veyrat, élu "jeune talent" par le G&M en 2012).

Une étoile au Gros Rouge est venue rapidement couronner cette atypique cuisine franco-nippone, où vous ne trouverez ni sushis ni yakitoris.

La Table Breizh Café à Cancale

Un noren marque l'entrée de la salle. Une déco épurée, avec sa touche "aquatique" à gauche de l'entrée.

Une cuisine ouverte où œuvrent le chef et pas moins de 3 autres cuisiniers. On nous propose 2 des 10 places disponibles au comptoir.

Il est 20h00, les 2 meilleures places au comptoir sont encore libres (dos à la mer, avec la cuisine ouverte en perspective face à nous).

Une vingtaine de couverts sont délivrés à chaque service. Si vous avez réservé une des trois "vraies tables", pensez à mettre de belles chaussettes sans trous, car le déchaussage pour accéder à ces dernières est obligatoire !!

Poulet jaune / Palourdes de la baie / Champignons du moment (Consommé à la japonaise de poulet jaune et de légumes, palourdes et champignons) - プーレジョンヌの腿肉と野菜の和風コンソメ仕立て、アサリと旬の茸と共に

Poulet jaune / Palourdes de la baie / Champignons du moment (Consommé à la japonaise de poulet jaune et de légumes, palourdes et champignons) - プーレジョンヌの腿肉と野菜の和風コンソメ仕立て、アサリと旬の茸と共に

La Miss (c'est son anniversaire) a choisi le menu "Saveurs de l'Automne" en 5 services (75 €), avec un "plat en plus pour se faire plaisir" (24€) : Tèmpura. Je l'accompagne sur la même formule.

Le chef tire une tronche des plus patibulaires... limite flippante !

Image furtive, dans ma tête, de moi (en moins beau) et du chef (en plus méchant) derrière moi !!

Image furtive, dans ma tête, de moi (en moins beau) et du chef (en plus méchant) derrière moi !!

C'est d'ailleurs lui qui nous sert l'entrée.

Un sourire, qui lui va super bien, s'affiche immédiatement à la délivrance de ce "consommé à la japonaise", au fumet salivant.

Poulet moelleux, bouillon impeccablement assaisonné, champignons parfumés, palourdes recrachant l'iode de leur vie passée, ça démarre tranquillement mais assurément.

 

 

 

Qu'il est bon de recycler ses photos du blog (2013) !!

Qu'il est bon de recycler ses photos du blog (2013) !!

C'est Terroirs, Extra-brut (2012) de chez Agrapart, qui accompagnera nos agapes de la soirée.

Il se révèlera le consensus idéal de la diversité des plats servis.

La carte des vins, aux accents (ménagés) "naturistes-bio-biody" aux coefs allant de "corrects" à "grrr", est animée par un serveur-sommelier (le seul non-Japonais du staff) ultra pro... et amateur vu le casting proposé (Gramenon, Ganevat, Foulards Rouges, Rougeard...).

Homard des Îles Chausey / Carottes / Algues Bretonnes/Quinoa (Lamelles de homard mi-cuit, vinaigrette aux prunes séchées, condiment d’algues au kabosukoshõ, salade de quinoa, carottes marinées, confit et mousse à l’orange) - ショーゼー島産 オマール海老のミ キュイ、梅肉とオレンジのヴィネグレットソース、 レッドビーツのクーリー、 ブルターニュの海藻コンディモンかぼす胡椒風味、 キヌアのサラダ、砂人参のマリネ、コンフィとオレンジ風味のムース

Homard des Îles Chausey / Carottes / Algues Bretonnes/Quinoa (Lamelles de homard mi-cuit, vinaigrette aux prunes séchées, condiment d’algues au kabosukoshõ, salade de quinoa, carottes marinées, confit et mousse à l’orange) - ショーゼー島産 オマール海老のミ キュイ、梅肉とオレンジのヴィネグレットソース、 レッドビーツのクーリー、 ブルターニュの海藻コンディモンかぼす胡椒風味、 キヌアのサラダ、砂人参のマリネ、コンフィとオレンジ風味のムース

Encore un plat aussi long à expliquer qu'à manger !!

C'est complexe et évident, d'une justesse incroyable... et l'occasion de vérifier que le homard de Chausey est effectivement bien au-dessus de ses congénères du continent !!

Mêmes les tenants de "la langoustine c'est meilleur que le homard" seraient de bien mauvaise foi devant une telle évidence !! Il est simplement somptueux !

A peine travaillé (mi-cuit), découpé avec soin. Légumes et algues au diapason (quinoa dispensable pour moi), grosse claque de début de repas.

 

Huître Prat-Ar-Coum / Râble de lapereau (Huître creuse de M. Madec panée et frite“kakifurai”, râble de lapereau farci à la mousse de Saint-Jacques, sauce tartare au yuzukoshõ, copeaux de légumes crus) - イヴォン マデックさんのプラタクーム牡蠣をフリットにして、 帆立貝のムースを詰めた仔うさぎの背肉、 柚子胡椒を加えたタルタルソース、生野菜のコポー、大根と胡瓜のマリネと共に

Huître Prat-Ar-Coum / Râble de lapereau (Huître creuse de M. Madec panée et frite“kakifurai”, râble de lapereau farci à la mousse de Saint-Jacques, sauce tartare au yuzukoshõ, copeaux de légumes crus) - イヴォン マデックさんのプラタクーム牡蠣をフリットにして、 帆立貝のムースを詰めた仔うさぎの背肉、 柚子胡椒を加えたタルタルソース、生野菜のコポー、大根と胡瓜のマリネと共に

Tèmpura (beignets à la japonaise, langoustine aux feuilles de shiso, ormeau, kakiage de légumes en primeur, bouillon de bonite séchée, daikon râpé, sel aux algues d’Hiroshima) - 天麩羅 (赤座海老の紫蘇風味、近海で採れた鮑、旬の野菜のかき揚げ)広島産 藻塩を添えて

Tèmpura (beignets à la japonaise, langoustine aux feuilles de shiso, ormeau, kakiage de légumes en primeur, bouillon de bonite séchée, daikon râpé, sel aux algues d’Hiroshima) - 天麩羅 (赤座海老の紫蘇風味、近海で採れた鮑、旬の野菜のかき揚げ)広島産 藻塩を添えて

Canard de Challans de M. Burgaud / Sanshõ / Suzu tõfu (Poitrine de canard rôtie, condiment de sanshõ et de mangue, potimarron, suzu tõfu et salsifis poêlés, pommes de terre violettes, sauce au vin rouge lié au foie gras) - ビュルゴー家の窒息シャラン鴨:胸肉のロティ、山椒とマンゴーのコンディモン、 栗かぼちゃのクーリー、 豆腐と牛蒡のポワレ、紫じゃが芋のチップス、 赤ワインで煮出した鴨のジュにレバーペーストを加えて

Canard de Challans de M. Burgaud / Sanshõ / Suzu tõfu (Poitrine de canard rôtie, condiment de sanshõ et de mangue, potimarron, suzu tõfu et salsifis poêlés, pommes de terre violettes, sauce au vin rouge lié au foie gras) - ビュルゴー家の窒息シャラン鴨:胸肉のロティ、山椒とマンゴーのコンディモン、 栗かぼちゃのクーリー、 豆腐と牛蒡のポワレ、紫じゃが芋のチップス、 赤ワインで煮出した鴨のジュにレバーペーストを加えて

Sarrasin / Pommes fruits / Coing / Bière de blé noir (Feuilleté de sarrasin, compote de pommes-coings, crème mousseline, pommes fruits caramélisées, glace à la bière de blé noir, coulis de cidre aux épices) - そば粉のパイと林檎、花梨のコンポートのミルフィーユ、 フィーヌブルターニュを加えたカスタードクリーム、 林檎のキャラメリゼ、 ブルターニュ産 そばビールのアイスクリーム、 シードルとスパイス風味のクーリー

Sarrasin / Pommes fruits / Coing / Bière de blé noir (Feuilleté de sarrasin, compote de pommes-coings, crème mousseline, pommes fruits caramélisées, glace à la bière de blé noir, coulis de cidre aux épices) - そば粉のパイと林檎、花梨のコンポートのミルフィーユ、 フィーヌブルターニュを加えたカスタードクリーム、 林檎のキャラメリゼ、 ブルターニュ産 そばビールのアイスクリーム、 シードルとスパイス風味のクーリー

Si nous avons trouvé le service un poil rapide au départ, il a ralenti au bon moment.

Nous avons tiqué de voir de la Part-Ar-Coum en lieu et place de la Cancalaise. Sans avoir posé la question, nous avons imaginé que la "Prat" se prêtait sûrement mieux à la double opération "friture-panure" nécessaire au plat que sa cousine cancalaise. Un râble à la cuisson millimétrée, un mariage terre-mer difficile à imaginer sur la papier, fonctionnant à merveille en bouche.

Les Tèmpura sont à inscrire au Nirvana des fritures !! Aucun crustacé ou légume n'a été maltraité durant la cuisson. Plat généreux, addictif, noble (ormeaux, pince de homard, langoustines) d'une rare maîtrise. Mériterait l'intitulé "plat en plus pour se faire grave trop très très plaisir" dans la formule où il en est exclu.

Un canard "rosé comme dans un songe", au juste esprit hivernal par ses légumes, relatant une fois de plus l'incroyable équilibre, sans cesse renouvelé et réussi, des plats de Raphaël Fumio-Kudaka.

Le dessert conclut simplement un grand moment gastronomique. Après l'avalanche de plaisirs, il est celui qui vous remet les pieds et la tronche sur terre.

Simple, très bien exécuté, aérien, avec cette quête de "juste satiété" qui caractérise si bien la cuisine nippone.

Nous terminons cette escapade au pays des "Saveurs de l'automne" avec une joie et une détente des sens qui contrastent forcément avec la rigueur et l'extrême concentration palpables de l'équipe en cuisine.

Service presque "en lévitation", aux gestes doux, susurrant presque chaque plat, d'une fluidité modèle.

 

Vous l'aurez compris, j'ai adoré cette table, dont le niveau culinaire mérite plus d'une étoile aujourd'hui, quand on est témoin, comme moi, de la grande maîtrise des cuissons et du haut niveau d'équilibre obtenu sur chaque plat (au quinoa près).
 

La Table Breizh Café à Cancale

Site internet

PS : chambres confortables et très bien tenues au-dessus du restaurant. La nôtre était mansardée (Rouget de Dol - Family suite), avec vue sur mer/baie de Cancale. Petit-déjeuner recommandable (crêpes incluses).

PS II: désolé pour la piètre qualité des photos !!

Voir les commentaires

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

6 Septembre 2015, 14:13pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Pour clore cette trilogie lusitanienne, un exercice (décalé) déjà appliqué au Japon et à la Norvège (et leurs habitants respectifs).

Si le Japon a l'avantage d'être assez loin, la Norvège d'être suffisamment riche froide fraîche pour ne pas se voir opposer un droit de réponse au premier de degré, j'avoue être bien emmerdé avec le Tossland Portugal.

Mais tant pis, soyons de mauvaise foi parfois !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

1/ Au restaurant, tout ce qui est sur la table est payant !!

Eh oui, un piège que beaucoup de Français n'apprécient que peu, en découvrant le montant des "couverts" (pain, olives, fromages) à l'addition !!

Pratique considérée comme "illégale" par certains, 9 restos sur 10 continuent d'appliquer cette "tradition", se frottant les mains goinfrant au passage sur le dos portefeuille des touristes ignorants et affamés, se jetant sur le pain comme des poules.

Les locaux y touchent rarement, les prix variant de 1,50 à 3,50 € par personne !!

J'avais aussi croisé cette pratique en Sicile l'an dernier, avec tentative de baise d'arnaque qui avait vu le prix des couverts enfler de 2 à 4 € par tête !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

2/ Le risque d'hypoglycémie au Portugal est proche de zéro, quand le risque de carie(s) frise les 400% !!

Le moindre petit patelin portugais abrite toujours une "pastelaria", ou une "confeitaria", sorte de "pâtisserie-snack-salon de thé" servant majoritairement des viennoiseries et autres douceurs capables de tuer une abeille en plein vol !!

La "pastel de nata" ("pastéis de nata" au pluriel, photo ci-dessus), est le gâteau-roi de Lisbonne, même si on en trouve un peu partout au Portugal aujourd'hui !! Le "Pão de Ló" (gâteau éponge) est moins connu, mais n'est pas moins capable d'être classé comme "arme de 1ère catégorie" dans le milieu des diabétiques !!

Sachez aussi que le pain semble être sous la coupe d'une forme de monopole, que vous n'en trouverez pas dans les "pastelarias-confetarias", qu'il vous faudra pousser la porte d'une "panaderia".

Ces boulangeries ne vendent pour le coup que du pain (très) blanc, pas cher et pas terros.

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

3/ Il est interdit de revendiquer vouloir "manger 5 fruits et légumes par jour" au Portugal, tant les lobbies de la patate, du riz et de l'huile de tournesol sont puissants !!

J'avais effleuré l'infinie délicatesse (de lanceuse de marteau qui ne tricote pas) qui anime la cuisine portugaise par l'intermédiaire de sa cousine açorienne.

La cuisine métropolitaine n'a pas démenti cette lubie monomaniaque des féculents et autres sucres lents A CHAQUE REPAS !!

Vous trouverez bien parfois une tranche de tomate, voire une tranche d'ananas avec votre brochette de viande... mais aussi les inévitables patates (bouillies ou frites), accompagnées de 2 ou 3 palettes de riz, qui vous donnent envie de napalmer toutes les rizières du monde, les sacs de Kouchner et lui avec !!

C'est un fait, on ne va pas au Portugal pour compter ses calories, ni y faire des ventrées de carottes râpées !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

4/ Les conducteurs de bus et de tramways sont les principaux responsables de la perte du titre de "peuple le plus sympa d'Europe" !!

Force est de constater que même les "conducteurs-branleurs" du réseau Transdev du 9-3 sont des modèles de politesse, de sourire et de savoir-vivre face à l'introversion la froideur d'une bonne partie du personnel roulant des transports en commun lusitaniens !!

Si comme tout étranger, je n'ai pas saisi dans la seconde toutes les subtilités des us et coutumes régissant la bonne marche des transports locaux, je me suis fait insulter quelques fois pour ne pas être monté dans la rame en moins de 2/10 ème de seconde avec mon sac de 15 kg sans écraser femmes et poussettes !!

Sorti de cette caste à la tolérance aussi peu méditerranéenne que celle d'un Kim Jong-un, le reste de la population fait preuve d'efforts permanents à regagner, à mes yeux, le titre de "peuple le plus sympa d'Europe", trophée souvent disputé avec la Belgique et la très grande majorité des ses ressortissants ni pédophiles et ni Flamands !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

5/ Si tu vas à Sintra, ne va pas à la Pena et contente-toi de la Regaleira...

Classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco, Sintra est située à 45 minutes (en train) de Lisbonne. Symbole de l'architecture romantique européenne, elle est assiégée par des hordes de touristes (dont je ne m'exclue pas) qui errent dans la petite cité avant de trouver le moyen de gagner les hauteurs et de découvrir le "joyau de la cité" : le Palais national de la Pena.

Si le parc (200 ha) vaut le détour, le palais est un véritable sommet du kitsch, sûrement aussi excitant et surpeuplé que celui de Disneyland Paris (que je ne connais pas) !!

Au-delà d'un tarif plutôt prohibitif et d'un accès pas des plus aisés (il faut prendre un bus payant pour parcourir les 6 kms de lacets, ou entreprendre une jolie rando au dénivelé conséquent dont le point de départ n'est pas non plus indiqué est des plus discrets), je vous conseille plutôt de rester "en ville" et de vous diriger à pied vers la Quinta da Regaleira.

Même si, comme moi, vous ne "comprenez rien à l'architecture", vous serez sûrement "touché" par "l'intelligence et l'harmonie des jardins et des terrasses" ainsi que le style "propre" de cette quinta forcément atypique !!

Pour 5€ l'entrée, pas "La Pena" de vous ruiner emmerder là-haut !!

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

6/ Non, ce pays ne "sent pas la morue jusque dans le coeur des frites batatas fritas que des grosses mains (moustachues) invitent..."

Il est quand même bon de rappeler que la fameuse "bacalhau" est née en Norvège (je l'ai déjà écrit ICI), que son nom originel est même "bacalhau de Noruega", qui ne traduit pas un poisson préparé selon la recette d'un ex-trafiquant de drogue, mais bien "morue de Norvège" !!

Sources Le temps/Le Nouvel ObsSources Le temps/Le Nouvel Obs

Sources Le temps/Le Nouvel Obs

7/ Non, ce pays n'est pas peuplé de clones d'Edwy Plenel pour les hommes et de photocopies de Conchita Wurst pour la partie féminine !!

Là encore, un mythe s'effondre !!

Si vous pensiez voir des hôtesses de l'air à la pilosité d'un Demis Roussos vivant, ou des pêcheurs affichant des bacchantes à la António José Conceição Oliveira, vous serez globalement déçus !!

Les filles pratiquent des bains quotidiens de Roundup afin d'exhiber leurs merveilleux tatouages de "cagoles locales", quand les mecs se laissent majoritairement bronzer les zones entourant le philtrum, s'adonnant aussi au tatouage à la sensibilité artistique aussi élevée que la bibliothèque de Franck Ribery !!

Par contre, pour les fringues, même à Lisbonne, nous sommes quand même plus près des "Deschiens en short à Palavas-les-Flots" que des créations de Felipe Oliveira Baptista.

8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais
8 généralités subjectives sur le Portugal et les Portugais

8/ Il y a un secret que les Portugais vous confieront, à l'unique condition de découvrir leur pays autrement que par la plaie des tuk tuk et les bus Sightseeing, bandes de feignasses !!

Ce secret, j'ai eu la chance de le découvrir, par hasard sans leur aide, dès 2004 !!

La découverte de la "métropole" n'était qu'une (longue) escale pour mon 3ème voyage vers l'archipel INOUÏ des Açores !!

9 îles, 9 pays aurais-je envie de dire !!

Cette année, après 2 voyages et 5 îles, c'était au tour de ce qui est considéré comme la "perle absolue des Açores" : Flores.

Et quand les Portugais en parlent, ils ont souvent des étoiles dans les yeux... je fais désormais partie de cette secte !!

Sa "petite soeur" Corvo nous a échappé... ce n'est que partie remise !!

Comme vous l'avez constaté, rien de bien méchant sur cette vision "subjective" du Portugal et de ses habitants, qui sont globalement adorables, accueillants, plutôt pas grands et pas très poilus en plus !!

Voir les commentaires

La Table d'Aki à Paris

25 Octobre 2014, 11:04am

Publié par Docadn

Bonjour,

Mes (rares) lecteurs le savent : j'adore le poisson !!

J'en prends 7 fois sur 10 au restaurant quand ce dernier s'avère "assez sexy sur le papier"... puis, dans la même proportion, je critique vertement sa cuisson trop souvent ratée !!

Paris ne fait pas exception à cette règle !! Autant chercher une vraie facture dans la dernière campagne présidentielle de Sarkosy !!

J'ai fait l'apologie de Chez Casimir et de Chez Michel dans ce domaine... tout en cherchant d'autres tables capables de me faire décoller avec des "bestioles à nageoires mortes mais fraîches" !!

Notre capitale ne manque pas de ressources pour continuer à me faire espérer, voire bander de m'esbaudir sur des trésors "gastro-maritimes" cachés !!

La Table d'Aki à Paris

Le magazine Wasabi (qui traîne parfois dans certains restos abonnés) avait publié une enquête sur la cuisine dite "hybride".

Cette "investigation" était assortie d'une liste de cuisiniers japonais exerçant à Paris (ces derniers sont très recherchés tendances dans le petit monde du bistrot-branchouille-lutétien) et pratiquant une cuisine autre que celle en vigueur dans l'archipel nippon.

La Table d'Aki avait retenu mon attention, par son fonctionnement atypique et le joli buzz suscité il y a presque 3 ans, lors de son ouverture...

Depuis, un silence guère étonnant, dans une sphère où chaque nouveauté chasse la précédente...

Aussi, je tente ma chance 48h00 avant, pour décrocher 2 des 16 couverts disponibles dans cette dînette avec cuisine ouverte et murs sobres, n'ouvrant qu'à 20h00 pétantes (j'ai essayé 5 minutes avant, c'est fermé !!).... et ça marche !!

Le chef Akihiro Horikoshi a aligné 80 trimestres à l'Ambroisie (Bernard Pacaud), avant de reprendre ce qui fut un salon de thé.

Ici, depuis 3 ans, il oeuvre seul en cuisine, assurant même le service quand la serveuse est occupée.

Un menu unique qui pique au tarif plutôt élitiste le soir, en 5 plats... c'est parti !!

St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée
St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée
St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée

St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée

Puis vint...

Bar rôti-coeur de laitue caramélisée-jus de viande-légumes / Dacquoise mousseline-figue poêlée-caramélisée
Bar rôti-coeur de laitue caramélisée-jus de viande-légumes / Dacquoise mousseline-figue poêlée-caramélisée

Bar rôti-coeur de laitue caramélisée-jus de viande-légumes / Dacquoise mousseline-figue poêlée-caramélisée

  • Si le St-Pierre fait quasiment office de "mise en bouche", vu sa taille, son extraordinaire expression gifle déjà mes sens blasés par le poisson maltraité !!
  • Les St-Jacques nous font décoller à une altitude vertigineuse !! La juste fermeté, l'incroyable maîtrise des textures et la cuisson millimétrée nanométrée font de chaque bouchée un quasi orgasme bucal, adossé à une touche épicée d'orfèvre !! Un plat monstrueux, inhumain de perfection, capable de décrocher 3 macarons sans trembler !!
  • Les 2 poissons suivants ne souffrent d'aucune tare !! Le bar a une peau grillée qu'on ne peut décemment abandonner sur le bord de l'assiette !! J'en aurais dévoré des autoroutes !!
  • Même cette "dacquoise à la con" m'a renversé par sa simplicité et son aérien transfigurés !!

En 01h45, Akihiro Horikoshi a dégainé 80 assiettes (64 en vrai, vu que la dacquoise est déjà prête), d'un sobre esthétisme (les spots éclairant très bien le centre de la table mettent peu en valeur l'assiette sur les bords tout ça pour justifier mes photos pourries), d'une netteté confondante, où chaque poisson garde son identité gustative !!

Je parviens à échanger quelques mots avec l'auteur. Je balbutie mes émotions répétées face à ces salves gastronomiques d'un très haut niveau (ça ne vaut pas moins d'un mac et 3 toques).

Il marmonne ne cuisiner que des poissons sauvages (tous étaient bretons ce soir-là !!), n'avoir servi du saumon que 3 fois (il se pince le nez pour signifier que la majorité d'entre eux puent... sauf celui de l'Adour, seul digne de toucher ses poêles !!).

Dans d'autres circonstances, je me serais plaint d'une "satiété optimisée" de ce dîner (on explique, à qui veut l'entendre, que les japonais mangent à 80% du seuil de satiété, pour rester "éveillés et efficaces").

Hormis le 1er plat, les autres furent de vrais plats "quantitativement parlant".

Mais l'immense bonheur gastronomique vécu remplit aimablement les espaces laissés vacants.

Certains esprits analytiques n'y verront qu'un laboratoire expérimental de la cuisson fondamentale du poisson... faisant abstraction des subtiles combinaisons tissées autour de ce dernier.

Si vous cherchez un VRAI et BON TRES BON EXCELLENT restaurant de poissons à Paris, au service pro, efficace, dans une ambiance "comme à la maison",on ne se risquera pas au "rôt chanté" sans que les 14 autres convives ne tournent la tête vers le ou la coupable dans une ambiance sereine où tout le monde chuchote par respect pour autrui, c'est ici !!

Le prix : pas donné, cette séquence était facturée 70 €... 80 en remplaçant un poisson par un demi homard !!

Les vins : carte courte, pas excitante, 9 rouges, 7 blancs, 2 champagnes, de 30 à 106 €.

La Table d'Aki
49, rue Vaneau
75007 Paris
Métro : Vaneau
Tél. 01 45 44 43 48

Voir les commentaires

Calendrier de l'Avin 2013, Saison IV

5 Décembre 2013, 07:18am

Publié par Docadn

Bonjour,

A l'instar des séries tv ricaines (non, "Joséphine, ange gardien" saison 8, ça ne compte pas !!), le Calendrier de l'Avin entame une 4ème saison !!

Depuis le 1er décembre (et ce, jusqu'au 24), vous pouvez "déguster" une bouteille par jour, grâce à ce calendrier, depuis copié par la concurrence !!

(source Boutique des Vignobles de Larose)

(source Boutique des Vignobles de Larose)

C'est notre gourou onglé rédac' chef, incarnation oubesque de la Liliane de C+ (c'est celle de gauche, pour ceux qui doutent encore), Eva qui gère, comme à l'accoutumée, la ligne éditoriale les "apports".

La synthèse est consultable sur Oenos.net.

Calendrier de l'Avin 2013, Saison IV

Ayant encore eu la chance été plus rapide que d'autres sur l'appel d'offres, me voilà donc titulaire de la 5ème bouteille du calendrier 2013, sans bimbos ni rugbymen tatoués à poil !!

En relisant rapidement mes contributions passées, nous pouvons constater une outrageante domination du gamay, quand le chardonnay occupe les 33% restants.

Dans les 3 cas précédents, les vins furent appréciés.

Ce sera, à coup sûr, le cas de toutes les autres bouteilles à l'affiche de cette édition du Calendrier de l'Avin !!

Aussi, pour cette 4ème contribution, j'ai décidé de placer "la bouteille qui dérange", vous savez un peu comme ce chocolat au kirsch immonde "spécial", dont personne ne veut à la fin, qui reste tout seul, qu'on vire avec la boîte...

Ce, afin de pérenniser, avec une inutile fierté, mon statut de "goûteur de l'improbable", guidé par une curiosité naturelle forcément plus large que d'autres buveurs dogmatiques et/ou bling-bling !!

Grace Kayagatake 2011 - Yamanashi - Japon

Grace Kayagatake 2011 - Yamanashi - Japon

Le seul vin japonais, dégusté sur place, découvert dans un "hôtel-restaurant à thème" de Kawaguchiko.

Le district de Kayagatake (région de Yamanashi) semble bénéficier d'un microclimat, lui permettant de conjuguer le plus gros ensoleillement et la pluviométrie la plus basse du pays.

Composé de cab' sauvignon, de cab' franc et de "muscat Bailey A", le vin dégage des flaveurs de poivron aussi vert que Hulk et Shrek réunis !!

En bouche, le constat est (très très) amer !! Une scierie déboule, avec son flot de "végétal" à vous donner envie de massacrer tous les végétariens à bonnets péruviens !! Sans parler des tannins aussi doux qu'une toile émeri neuve !!

Bref, c'est pas bon du tout, tout rigolo que cela puisse paraître sur le papier !!

Voilà, c'était mon "chocolat au poivre" du sapin de L'Avin, à vous les studios !!

Grace Kayagatake Rouge 2011

Composition : cabernet sauvignon, muscat Bailey A, cabernet franc

Pays/région:Japon/Yamanashi

Voltage :12%

Voir les commentaires

Les 9 lieux incontournables de Tokyo

6 Octobre 2013, 16:17pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Encore un titre un poil mensonger racoleur donc forcément faux à sensation pour s'attirer les faveurs d'un lectorat qui ne cherche que "le meilleur de", "le top du", ou encore "ze spot tou bi" où qu'il aille !!

Aussi, vous pouvez immédiatement fermer cet onglet, vaquer vers des sites encore plus performants bidons, pour vous garantir "la totale éclate pour vos vacances", surtout si vous êtes habitué à chercher les "10 meilleurs lieux", alors que je n'en propose que 9 !!

Après Kyoto, Kawaguchiko (avec le musée Itchiku Kubota, absolument stupéfiant, même si comme moi, vous vous tapez l'oignon n'êtes pas porté sur la peinture sur kimono en soie le Tsujigahana) me voilà donc à Tokyo, ville la plus peuplée du monde, avec près de 38 millions d'habitants, (60 millions dit-on avec "sa très grande banlieue") !!

6 jours sur place ne suffisent guère pour en palper l'essentiel... Un peu comme si on vous demandait d'écrire un guide, après avoir visité la Pologne et avoir observé tous les polonais, en moins d'une semaine !!

6 jours, cela permet aussi de poser un certain regard (forcément réducteur) juste prompt à qualifier cette ville d'insaisissable (et surtout gigantesque) !!

Aussi, voilà en quelques lignes, forcément objectives, les lieux incontournables "visités et à mon humble avis plus intéressants que d'autres" qu'il faut avoir vus, si "vous passez par Tokyo".

Vous y retrouverez la majorité des "inévitables classiques", détaillés dans tous les guides. N'étant guère plus intelligent au fait que d'autres voyageurs, je dois parfois au hasard certaines rares "découvertes".

Le Parc de Shinjuku-Gyoen
Le Parc de Shinjuku-Gyoen
Le Parc de Shinjuku-Gyoen
Le Parc de Shinjuku-Gyoen

Le Parc de Shinjuku-Gyoen

A quelques hectomètres du quartier d'affaires de Shinjuku, le plus grand parc de la ville propose sur près de 59 ha, 20 000 arbres (dont 1500 cerisiers célébrés dans tout le pays au printemps !!) et un résultat paysager abouti !!

L'accès est payant, mais il vaut plus qu'un coup d'oeil !! D'immenses espaces superbement aménagés soit à la française, à l'anglaise ou à la japonaise.

La serre vaut aussi le détour. Une maison de thé est planquée près de la portion japonaise (fermée lors de ma visite).

La cafétéria est fréquentable, les wc dans le parc très propres, des insectes particulièrement voraces profitent allègrement de votre posture pour vous croquer le cul les mollets...

Shibuya
Shibuya
Shibuya
Shibuya

Shibuya

Le carrefour et les passages cloutés les plus célèbres du monde se trouvent dans ce quartier archi-fréquenté, plutôt cheap en dehors de nombreux grands magasins.

On n'y perd pas non plus une journée entière, vu le peu de centres d'intérêts disponibles sur place.

Juste le temps de mater la statue du célèbre Hachikō, point de rendez-vous classique de la ville (l'équivalent de la fontaine St-Michel des parigots), de déambuler dans les rayons de Mandarake (mêmes pour les non-fans, dont je suis), sans rater le fascinant ballet des cohortes de centaines de piétons se croisant sans cesse, faisant passer New-York pour un sympathique village quasi dépeuplé...

Ginza
Ginza
Ginza
Ginza
Ginza
Ginza
Ginza

Ginza

Si vous êtes adepte de luxe et d'architecture, Ginza est votre quartier !!

Toutes les grandes marques ont leur boutique, nichée dans leur immeuble, forcément dessiné par un archi sous MDMA !!

Il y a franchement plus horrible comme quartier, mais il faut reconnaitre que l'audace visuelle de certains immeubles est souvent réussie.

Je n'ai aucune notion d'architecture, mais j'ai rapidement repéré la scintillante boutique Annex Wako, qui propose, à l'étage (2F), des "sandwichs aux fruits" et autres pâtisseries de très bon niveau, accompagnés d'un délicieux chocolat chaud. Ca coûte une petite blinde Tarifs en phase avec le standing du quartier.

Ne pas manquer, non plus, de visiter la splendide et séculaire papeterie Haibara Kyukyodo à proximité de l'immeuble Wako.

Kappabashi-dori
Kappabashi-dori
Kappabashi-dori
Kappabashi-dori

Kappabashi-dori

Déjà signalée lors du premier article consacré à l'archipel, la Kappabashi-dori est plus communément appelée "quartier des ustensiles".

Cette longue avenue (ainsi que ses petites rues perpendiculaires) est un peu "le Sentier des restaurateurs", version équipement professionnel de cuisine.

Si vous cherchez une signalétique de wc en japonais, une inutile enseigne lumineuse, des couteaux hors de prix, une crevette ou une bière en plastique, vous trouverez assurément votre "bonheur" sur cette artère et ses canaux latéraux.

N"hésitez pas à faire une pause au "Bridge - Sturdy Style".

Partageant l'espace avec un bureau d'architectes (qui en est peut-être une émanation ?!), on se croirait dans un "loft concept béton brut" new-yorkais ou berlinois, avec son caribou à l'étage.

Musique costienne, café pas si mal pour le coin, muffins honnêtes, calme et désert... le matin.

Bridge by Sturdy Style

Matsugaya 3-1-12, Taito-ku, Tokyo
Tel: (03) 62
31-6781

Marché de Tsukiji
Marché de Tsukiji
Marché de Tsukiji
Marché de Tsukiji
Marché de Tsukiji
Marché de Tsukiji
Marché de Tsukiji
Marché de Tsukiji
Marché de Tsukiji
Marché de Tsukiji

Marché de Tsukiji

Si vous voulez voir des japonais ne pas vous dire spontanément bonjour, faire la gueule, cloper en dehors des zones autorisées (à Tokyo, comme dans d'autres grandes villes, fumer dans la rue est interdit, des zones sont aménagées et signalées pour cette activité), le marché de Tsukiji est le lieu idéal pour observer "le côté sombre du japonais énervé, qui bosse au milieu des hordes de touristes" !!

Le plus grand marché de poissons au monde, dont on annonce depuis des années le déménagement pour un site plus "adapté", n'en finit pas fasciner les légions de curieux.

Si la perspective de voir des carcasses gigantesques de thons rouges débitées à la meuleuse, d'observer des bizarreries, crustacés ou autres céphalopodes vivants vous excite, alors vous passerez un bon moment dans cette immense halle décatie, dont les déambulations demandent une vigilance de tous les instants (risque de percussion très élevé avec les Fenwick locaux).

Les rues adjacentes sont blindées de gargottes qui proposent le petit-déjeuner pour pigeons amateurs et clientèle locale.

Si à 09h00 du mat' vous êtes plus enclin à boire un bon café, nos errances nous ont guidés au Yonemoto Coffee, aux excellentes moutures torréfiées, dont La Miss a flashé sur le Blue Mountain ("origin" seulement, vu le tarif accessible).

Yonemoto Coffee

Chuo-ku Tokyo 104-0041

4-11-1 Tsukiji
Ph
one: 03-3541-6473

Cimetière de Yanaka et son quartier
Cimetière de Yanaka et son quartier
Cimetière de Yanaka et son quartier
Cimetière de Yanaka et son quartier
Cimetière de Yanaka et son quartier

Cimetière de Yanaka et son quartier

A l'instar du Père-Lachaise (cette maladie typiquement française qui consiste toujours à comparer les endroits par rapport à chez soi !!), le cimetière de Yanaka est un lieu de promenade bucolique, vous projetant pour une paire d'heures en dehors de la grouillante mégapole, abritant les mausolées de quelques légendaires personnalités (dont le dernier shōgun) et autres héros endémiques, ainsi qu'une forte communauté féline très vivante...

Le quartier environnant est esthétiquement plaisant, donnant l'impression de déambuler dans un grand village dissimulant une multitude de temples aussi déserts qu'apaisants...

Omotesandō
Omotesandō
Omotesandō
Omotesandō
Omotesandō
Omotesandō

Omotesandō

Considéré comme les "Champs-Elysées de Tokyo" (ce qui n'est pas un argument pour me donner envie de visiter le lieu), Omotesandō est le quartier concurrent le plus frontal de Ginza, en terme de boutiques de luxe et d'architecture.

Les grandes marques ont pour le coup investi dans ces 2 quartiers !! C'est là encore une débauche de bâtiments "dizaïgneu" et de luxe ostentatoires.

Largement moins intimidants et selectifs que les boutiques de la place Vendôme, on peut entrer dans ces dernières, en "pauvres curieux", sans se faire jeter comme un Rom toiser par le personnel.

C'est d'ailleurs au "4F" de la "Tour Gyre" qu'on peut déjeuner local sans trop se ruiner, au 丸角 (quasiment en face de la version tokyoïte du Pré-Verre), en version je me pète les genoux posture traditionnelle, avec sympathique vue urbaine depuis la mezzanine, pour déguster soupes, tempuras de légumes et de crustacés...

丸角

Omotesando 4F Gyre Building
5-10-1 Jingumae Shibuya-ku
Tokyo 150 0001
- Japan

Le parc de Zōjō-ji
Le parc de Zōjō-ji
Le parc de Zōjō-ji

Le parc de Zōjō-ji

Si la "Tokyo Tower" n'a qu'un intérêt très limité pour le français moyen (copie discutable de notre horreur nationale), le parc voisin bouddhiste de Zōjō-ji est assez intrigant pour s'y attarder.

Le béotien qui sommeille en moi s'est arrêté à l'excentricité visuelle des statuettes, pour ne pas cramer de précieuses synapses à tenter de comprendre le sens et les symboles mis en scène.

Asakusa Hotel Sky Bar & Asahi Sky Room
Asakusa Hotel Sky Bar & Asahi Sky Room
Asakusa Hotel Sky Bar & Asahi Sky Room
Asakusa Hotel Sky Bar & Asahi Sky Room

Asakusa Hotel Sky Bar & Asahi Sky Room

Tokyo est une ville vertigineuse certes, mais n'est pas une mégapole gavée de gratte-ciel (sûrement grâce à la tectonique des plaques).

Aussi, on peut facilement "embrasser" du regard des panoramas impressionnants de la ville, sans devoir grimper à des centaines de mètres de hauteur (même si la Tokyo Sky Tree avec ses 634 mètres de verticalité est une exception très notable visible) !!

Les "sky bars" sont le moyen idéal de voir la ville d'un autre oeil.

La Asahi Sky Tower trône aux côtés du "Super Dry Hall" de "l'étron d'or", sobriquet vachard donné par les tokyoïtes à l'oeuvre de Philippe Starck (photo de jour du diaporama ci-dessus). L'ensemble appartient aux brasseries Asahi.

Au 26 ème étage de la tour, l'Asahi Sky Room (un autre "Asahi bar" trône sur le parvis du "Super Dry Hall") propose des bières qui se boivent et qui se pissent légères, désaltérantes, ainsi que des doses accessibles (massacrées en les noyant dans de la glace) de Taketsuru 19 ans (by Nikka, ne sachant pas à ce jour qui, de Asahi ou de Nikka possède l'autre).

Le panorama est spectaculaire, surtout en ce dimanche soir, ou pas moins de 5 feux d'artifice se tiraient la bourre dans le ciel de la ville...

Quant au sky bar de "l'Asakusa Hotel"(27F), son accès n'est possible qu'en prenant une formule "grignotages + une boisson au choix" à 2300 yens (environ 17 €, valeur du yen été 2013).

Une offre disponible au "Grill bar" (l'hôtel doit compter 6 ou 7 restos, plus un bar exclusif privé un étage au-dessus).

L'endroit est plus cosy qu'à l'Asahi Sky Room, plus excentré aussi !!

Mais là encore, le panorama doit (sûrement ?!) valoir celui du célèbre et (plus) dispendieux Park Hyatt de Shinjuku.

Les 9 lieux incontournables de Tokyo
Les 9 lieux incontournables de Tokyo
Les 9 lieux incontournables de Tokyo
Les 9 lieux incontournables de Tokyo
Les 9 lieux incontournables de Tokyo

J'aurais pu vous parler du marché d'Ameyoko (sorte de bordel criard entre les puces off de St-Ouen et le souk de Tétouan), du parc de Ueno, ou du sanctuaire de Meiji-jingu, mais cela aurait fait 12 lieux incontournables, m'obligeant à changer mon titre !!

Aussi, voilà quelques miettes de cette ville, difficile impossible à résumer de part ses dimensions, sa diversité, sa complexité...

J'y ai globalement moins bien mangé qu'à Kyoto...

Y retourner 20 fois, pendant 1 mois, doit être à peine suffisant pour en effleurer les contours.

Le licencié-volontaire François Simon est sûrement, à ce jour, le français qui en connait le mieux les intestins...

Une ville que je n'ai pas agrippée aussi intensément que Kyoto !! Ma faute est entière, l'espoir d'effacer "ce rendez-vous raté" est faible à ce jour... mais qui sait !!

Voir les commentaires

Où manger à Kyoto...

23 Septembre 2013, 21:08pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Voici un titre aussi fin et précis mytho et prétentieux que d'annoncer, sans trembler :

  • "où manger à Paris sans marcher dans croiser une merde de chien déjection canine entre votre hôtel et le restaurant ?"
  • "comment avoir l'air d'une "Léa Seydoux", tout droit sortie d'un magazine, quand on vient de se cogner 15 heures d'avion dans la bétaillère en classe éco ?"
  • "où boire un bon vin sans Oxyboldine le 3ème jeudi de Novembre en Mayenne ?"

Tentons de répondre à toutes ces questions, dont les blaireaux ignorants saturent les call center plateaux téléphoniques, en ce qui concerne cette modeste bourgade japonaise !!

Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...

Tout d'abord, il faut savoir que dans tous les Shinkanzen (et autres trains moins rapides), vous pouvez vous restaurer correctement, sans vous faire braquer le porte-monnaie, comme dans les "chères" voitures-bars de notre SNCF chérie !!

Une vendeuse arpente toutes les voitures avec son chariot, chargé de boissons et des fameux "Eki-uri-bento" alias ekiben (signifiant grosso-merdo "bento vendu en gare", mais du coup, aussi dans les trains).

Pour 800 à 1000 yens (6 à 7,50 €, valeur du yen été 2013), vous avez un "plateau-repas" frais, très copieux, assez bien présenté, complet et plus que correct.

N'hésitez pas à les tester (dites juste "ekiben" ou "ekibento" à la vendeuse, elle va vous sortir toutes les variétés encore disponibles), la photo (assez fidèle) sur l'emballage peut vous guider rapidement dans vos choix...

Où manger à Kyoto...

A Kyoto donc, nous avons suivi (première fois que cela m'arrive) les conseils de Tour Club, sympathique "hôtel pour backpackers middle class", dans lequel nous séjournions.

Comme conseillé dans l'article précédent, il vaut mieux photographier les idéogrammes, pour ne pas se tromper de resto (1% de ces derniers affichent des caractères en latin), une fois sur place.

Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...

L'okonomiyaki est LA spécialité caractéristique de Kyoto (mais aussi à Ôsaka, ou encore Hiroshima).

Signifiant littéralement (toujours grosso-merdo) "ce que vous aimez" ou "ce que vous voulez", l'okonomiayki est souvent comparé à la pizza ou à la crêpe, alors que pour moi, c'est plus près de la crique (origines méridionales forcément vivaces) !!

A base de chou, on y ajoute tout ce que l'on a sous la main, ou dans le frigo (viande, poisson, crevettes, poulpe, tout le monde a ça dans le frigo, non ?!), on recouvre le tout d'une sauce "okonomi" (souvent composée de vinaigre de saké, miel et purée de légume), plus un oeuf pour finir !!

Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...

Le cuistot du Chabana m'a fait pensé à Darry Cowl, c'est à dire aussi incompréhensible, mais physiquement aussi drôle, grâce à la barrière de la langue !!

Devant son teppanyaki chauffé à blanc, il nous a délivré un "gyu-vasai itame" (lamelles de boeuf et légumes), suivi d'un "ebi-yasai-itame" (même chose, version crevettes), délicieux, frais, digestes, peu salés, aux antipodes des pseudos "plaques japonaises" croisées en France !!

le "chabanagonomi" (okonomiyaki à la cuisson très longue) reste lui aussi assez digeste, malgré la généreuse couverture de sauce "okonomi", ainsi que les 400 000 calories des autres ingrédients.

Un vrai plan populaire, pas trop cher (3800 yens à deux, avec 3 bières, soit 14-15 € par tête tarif du yen en 2013).

Tellement conquis qu'on y est retourné à la fin du séjour kyotoïte !!

L'adresse exacte m'est forcément inconnue, sachant qu'il n'y a pas de n° sur les maisons et immeubles japonais, sans parler du fait que c'est souvent l'ancienneté du bâtiment qui régit la numérotation !!

Cela conduit souvent à un Sudoku pour aveugle, un bordel sans nom pour nous, pour eux aussi apparemment !!

On peut tout de même remercier Google Street, sans qui, je n'aurais jamais pu vous communiquer le cliché correspondant à la façade dudit restaurant.

Chabana

113 (à confirmer) Schichijo-dori

Tél : 075 (361) 7138

Kyoto

PS : pour vous repérer, il y a un "Kyo-Chabana" quasiment en face du vrai (où rien n'est écrit en anglais sur la façade), appartenant à une chaine dont les implantations essaiment Kyoto et Osaka, spécialisé aussi dans l'okonyomaki et la cuisine au teppaniaky.

Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...

A proximité, toujours sur la Schichijo-dori, Onishi propose des yakitori (littéralement "oiseau grillé"), soit "le barbecue à la japonaise" pour raccourcir le propos !!

Intérieur tout en bois, accueil forcément souriant (là-bas, l'accueil "je te fais la tronche en guise de bonjour" "cliché-français" n'existe pas !!).

Nous avons dégusté 15 brochettes différentes, dont des parties trop peu "valorisées" du poulet, comme le foie, l'estomac, cartilage... mais aussi plus classiquement, aile, cuisse, etc...

D'autres yakitori à la queue de boeuf, oignons, champignons japonais, le tout cuisiné au charbon !!

Nous avons goûté, par la même occasion, le tofu.

C'est une véritable révélation, pour nous autres occidentaux, qui ne connaissons (très souvent) que les ersatz fabriqués par chez nous !!

La texture d'un flan, enfin du goût et des saveurs identifiables !!

En bref, une adresse sympa, assez peu onéreuse (2660 yens, soit moins de 20 € à deux, valeur du yen été 2013), qui souffre juste de l'odeur tenace du traitement du bois du mobilier (genre traverses de rails) !!

Onishi

234 Shichijio-dori

Daikoku-cho

Kyoto

+81 75-371-257

Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...

Qui dit Japon, dit (presque) forcément ramen et udon (ou soba)...

Ces plats de pâtes (ou nouilles) sont très consommés au Japon. A chaque échoppe son secret de fabrication... du bouillon !!

Kubota est la petite pépite des ramen, cachée dans une rue non loin de notre hôtel-ryokan (n'hésitez pas à la limite à passer les voir, pour choper les adresses en question).

Une gargotte de moins de 20 places, 2 cuistots, un à la cuisson des "pâtes", l'autre à l'élaboration du bouillon (qu'il goûte très souvent, tout en surveillant les "bouillons" successifs).

Une machine délivre le ticket de la "soupe" choisie (encore un exemple "hygiénique" que bien des vendeurs de kébabs devraient suivre : on ne touche pas l'argent ET la bouffe !!).

Ramen froides pour mézigue, avec un bouillon chaud d'anthologie, qui m'a renvoyé à l'immense nostalgie des soupes du ramadan...

Service non-stop, gars cools et sérieux, le "boui-boui premium" ne désemplit pas !!

Là encore, comptez 700 à 900 yens (entre 5 et 7 euros, valeur yen été 2013) selon la taille et la composition du plat.

Aucune certitude pour l'adresse exacte, comme trop souvent là-bas, où je n'ai parfois jamais trouvé l'adresse (si j'y retourne, je prendrai toutes les positions GPS des restos).

Kubota Ramen

563 Nishiatsuya-cho

Shimogyo-ku,

Kyoto

Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...
Où manger à Kyoto...

Autre adresse encore plus "confidentielle" : Minoko.

Une superbe maison de 1912, comptant une dizaine de salles privatives, aménagée dans le style dit "sukya-zukuri".

Souvent présentée comme "une porte d'entrée exemplaire" de la "cuisine cha-kaiseki" (version simplifiée de la "cuisine kaseiki", équivalent de la haute gastronomie kyotoïte), Minoko est une très belle expérience pour les curieux et les contemplateurs...

C'est à l'heure du déjeuner qu'est servie la version "bento-box" de la cuisine du Minoko (un repas en version "kaseiki" peut durer 3 à 4 heures !!).

Une grande et jolie salle traditionnelle rien que pour nous, une vue sur un splendide jardin, avec tortues et bassins.

Des serveuses en tenue traditionnelle, un protocole très codifié, du thé chaud, du froid, un bento sur 3 niveaux.

Une finesse de présentation assez bluffante, une obsession du détail, des saveurs nettes, des cuissons maîtrisées... comme un tableau à manger sur 3 niveaux, avec des genoux en béton !!

Un service époustouflant, un raffinement de tous les instants, un havre de silence et de paix tout près du grouillant quartier de Pagoda Yasaka...

7694 yens pour 2 (58 €, valeur yen été 2013) justifiés !!

Adresse assez bien "géolocalisée".

Minoko

Higashiyama-ku

Kyoto

+81 75-561-0328

Minoko.co.jp

Où manger à Kyoto...

Fautes de place à l'horizontal, beaucoup de restos au Japon se trouvent dans les étages d'immeubles !!

Une tentative au 3ème étage d'un immeuble sur Schichijio-dori (ci-dessus) s'est avérée intéressante (barbecue), mais un peu décevante par le fait de nous avoir "imposé" un menu "in english" à 2000 yens (15 €) par tête !!

Kyoto est une ville splendide, à la cuisine assez excitante, mêlant talentueux mets populaires et culture du raffinement gastronomique...

Trouver une adresse demande beaucoup de chance, vu les indications sur les frontons des restos. Pas de caractères en latin, aucun numéro, pas de plaques non plus pour les rues...

Comme conseillé plus haut, pensez à photographier les idéogrammes des noms des restaurants, montrez-les aux passants, vous aurez peut-être un peu de chance dans votre quête...

A suivre... Tokyo

Voir les commentaires

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

8 Septembre 2013, 16:30pm

Publié par Docadn

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

Bonjour,

C'est la mort dans l'âme que j'ai constaté le crash total de cet article le 06/09 dernier, sans qu'Overblog ne donne la moindre explication sur ce "reset" dépendant de SA volonté.

Premier accident en 428 éditions, mais aucune chance de retrouver la spontanéité de la version originale, perdue dans les méandres de la toile...

Les généralités seront les mêmes, les addendum forcément différents.

Aussi, comme un jour sans fin, voici, à l'instar de mon périple norvégien, 15 généralités forcément caricaturales, sur le Japon et les japonais.

1/ Arigâto gozaimasu

Voilà une expression que l'on entend 50 100 fois par jour !! Les japonais la prononcent plus souvent que leur coeur ne bat, ou qu'ils ne respirent.

Ils passent leur temps à se remercier, à vous remercier... on ne sait de quoi !! D'être venu ?! Sûrement !!

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

2/ Les japonais parlent très bien... japonais !!

Ils l'écrivent aussi très bien !! Voilà un peuple tellement fier de sa langue et de son écriture, qu'il n'a pas jugé utile d'en apprendre d'autres !!

C'est la très grande surprise, pour ne pas dire stupéfaction, d'avoir découvert cette culture monolinguiste des japonais.

"Peu" d'entre-eux causent l'anglais, même chez les plus jeunes !! Le niveau croisé dans l'hôtellerie frisait celui d'un premier trimestre de CE2 !!

Aussi, il n'est pas inutile de photographier quelques idéogrammes vitaux, qui vous sortiront de situations délicates, même si les japonais se démènent en permanence pour vous porter de l'aide, en cherchant un gus capable de baragouiner les paroles de Justin Bieber !!

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

3/Le japonais dort et mange par terre... quand toi, tu te niques les genoux et le cul !!

La tradition est effectivement très forte sur l'archipel nippon. Aussi, tous les "restaurants traditionnels" ne proposent que "tables basses et tatamis" en guise de mobilier.

Les tables et les chaises existent, mais "manger local" se fait souvent au ras du sol !! Pour le couchage, c'est un peu pareil, si vous optez pour un ryokan...

Après, n'ayez crainte, les hôtels standards proposent literie et mobilier occidentaux partout !!

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

4/ Faire ses besoins au Japon, requiert un titre de champion du monde de danse des canards et un master en domotique...

Ce n'est pas une légende, les japonais ont une "passion hypocondriaque" pour les latrines.

A gauche, les "chiottes de base japonais" (toujours très propres, où que ce soit), que je n'ai pas eu le courage de tester, alors que le modèle de "cockpit" à droite, m'a beaucoup plus inspiré.

Sans notice, on découvre rapidement :

  • comment actionner le "bruiteur" (imitant souvent une fontaine) couvrant vos décibels aux oreilles du voisinage.
  • le réglage de la pression pour se faire un lavement "karcheriser" efficacement le rectum.
  • que le jet avant ne sert à rien si vous êtes un gars, à moins de vouloir vous arroser les burnes à l'eau chaude expérimenter une forme pressurisée de l'ondinisme.
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

5/ Les japonais ne transpirent jamais...

Alors que moi, oui !!

L'été au Japon (Tokyo-Kyoto-Osaka) est très chaud (32-35°C) et très humide (80%). Le japonais est un être athermique, capable de supporter veste-chemise-pantalon sans faire couler une seule goutte de sueur !!

Le japonais voue une haine farouche déteste les UV !!

Aussi, ombrelles et manches amovibles sont monnaie courante chez les japonaises (une vraie industrie textile est dédiée à tous ces objets), sans parler de la petite serviette, presque un symbole à lui tout seul, avec laquelle TOUS les japonais s'épongent régulièrement.

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

6/ Un japonais, même équipé d'une Rolex, peut avoir raté sa vie s'il n'a jamais mis les pieds sur le Mont Fuji.

On a du mal à imaginer l'engouement et l'excitation que suscite l'évocation de la montagne sacrée pour les japonais (inscrit à l'Unesco depuis juin 2013, rare pour un "bien naturel") !!

Un dieu vivant, assoupi, que chacun s'emploie à gravir dès qu'il le peut (praticable seulement les 2 mois d'été). C'est un défilé non-stop sur les pentes du volcan (aux parcours presque trop bien superbement aménagés, différents pour la montée et la descente).

Il y a le camp de "ceux qui partent le soir pour voir le soleil se lever", celui de "ceux qui partent l'après-midi pour voir le soleil se coucher", puis "les touristes comme nous qui montent dès qu'ils peuvent, partant comme tous, de la 5ème station".

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

L'ascension est belle, la joie de vaincre le volcan lisible sur tous les visages, le "village" à 3776 m est drôle et pathétique !!

Tous les japonais qui (le peuvent) grimpent sur le Fujisan, sont souvent équipés comme s'ils allaient vaincre le K2 !!

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

7/ L'espace est une denrée très rare, dans les villes au Japon...

Imaginer la France avec 187 millions d'habitants... Ben le Japon, c'est ça !!

Avec une superficie égale aux 2/3 de l'Hexagone, une population de 128 millions d'habitants, le Japon doit "optimiser" en permanence ses espaces* pour :

  • loger (décemment) ses habitants dans 1M3 de petits logements.
  • tracer des voies de circulation "fluides et efficientes".
  • maintenir et développer ses industries pour tenir son rang de 3ème puissance économique mondiale.

Aussi, on peut voir dans les villes japonaises, vélos et piétons circuler ensemble sur les trottoirs, des feux rouges réglés à la seconde près, de nombreux parkings (aux tarifs prohibitifs) verticaux, sans parler des trains... Si, si parlons-en !!

* En même temps, la forêt occupe 75% du territoire
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

8/Un train en retard au Japon, est aussi fréquent qu'un turc méchant sans moustaches dans une série tv...

L'obsédé de la ponctualité que je suis, a chopé une demie-molle avait presque les larmes aux yeux en découvrant ce dogme typiquement cette 3ème religion typiquement japonaise !!

Le pays possède un réseau ferroviaire étendu, transportant des millions de passagers tous les jours, à des fréquences très élevées, dont les Shinkanzen (trains rapides) sont un modèle de ponctualité et de propreté, à faire passer nos (sales) TGV pour des Corail à la bourre !!

Les Shinkanzen annoncent, tous les ans, un retard cumulé sur 1 an inférieur à la minute (record en 2004 : 6 secondes !!).

J'ai eu la chance de prendre un train (non rapide) qui est arrivé avec 1 minute de retard. Il fallait entendre et voir les (très nombreux) messages diffusés pour s'excuser (english compris) de ce retard, que le pilote a tenté jusqu'au bout de combler.

En arrivant, on l'a éviscéré, puis on l'a jeté en pâture aux familles qui avaient attendu !!

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

9/ Le japonais dort n'importe où, n'importe quand, n'importe comment...

La sieste nippone est un sport très pratiqué, toléré dans tous les lieux publics. Il est donc très courant de voir des japonais en "écraser une", dès qu'ils le peuvent, n'importe où (centres commerciaux, squares, etc...).

Le salaryman est le plus fervent pratiquant. Des heures de travail adossées à de nombreuses heures de transport, transforment en fin de journée trains et métros en immenses dortoirs climatisés.

9 bis/ Le chauffeur de taxi doit cotiser au moins 200 trimestres avant de pouvoir partir en retraite...

C'est le constat "visuel" que l'on peut faire quand on estime l'âge moyen de ce dernier en activité.

Il porte (normalement) gants blancs et casquette, lustre en permanence son rutilant taxi (équipé de dentelles en plastique ringardes), a des cernes grosses comme des réacteurs d'avion, fume et dort entre 2 courses.

Il talonne de près celles que j'appelle "les mamies des stands", des (quasi) septuagénaires tenant du matin au soir, des "boutiques-stands" dans les galeries des centres commerciaux.

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

10/ Bouddhisme et shintoïsme sont pratiqués alternativement, comme un "loisir sérieux et léger à la fois".

Les japonais adorent aller dans les temples !!

Qu'ils soient shintos ou bouddhistes, les japonais passent de l'un à l'autre sans problème. Allumer des encens, faire sonner des cloches, frapper dans ses mains, s'incliner devant des tori ou une statue de Bouddha se fait naturellement... Ou quand une "forme d'oecuménisme" ne dit pas son nom !!

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

Ce manque de sectarisme les porte même à rendre hommage et prier (dans des temples dédiés) pour les animaux de compagnie défunts*...

* Les japonais sont dingues d'animaux, surtout des chats !! 
Le manque de place empêchant pas mal de japonais d'en posséder, le "neko café" est là pour combler cette frustration !!

On annonce le premier "bar à chats" à Paname pour mi-septembre 2013...
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

11/ Avoir le choix au Japon s'apparente à un lieu commun...

Si on critique régulièrement les modes de (sur)consommation des américains, les japonais n'ont pas à jaunir rougir non plus sur ce thème.

Les temples de la consommation sur 8-9 étages sont légions dans les grandes villes. Si nous, pauvres européens, sommes coutumiers d'un choix souvent restreint sur les "produits manufacturés", il en est autrement chez nos très lointains voisins japonais.

Là-bas, si vous cherchez une valise, un bracelet de montre, une montre, une boite pour bento, vous pouvez avoir jusqu'à 100 modèles différents !!

Pour une balance pèse-personne (une vraie lubie au Japon), une horloge de cuisine comptez sur pas moins de 30 50 modèles...

Comptez plusieurs heures pour votre journée shopping de fin de séjour..

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

12/ Les japonais emballent tout...

Sur cet item, c'est votre "conscience (naissante ou pas) écologique" qui risque de prendre un coup, quand vous verrez le nombre de sacs en plastique distribués dans tous les commerces.

Sans parler d'un héritage hypocondriaque et hygiénique historique (le Japon a été peu touché par des pandémies dans son histoire, contrairement à celles qui ont ravagé l'Europe !!!), absolument tout est sous plastique (fruits, gâteaux, etc..).

De plus, les cadeaux japonais obéissant à des règles strictes, la culture du paquet cadeau est aussi très répandue.

Si la discipline postule aux J.O (en 2020 why not !), les japonais seront très difficiles a battre imbattables en terme de rapidité, précision, bon goût !!

Quand on voit comment on attend galère ici à Noël avec nos scouts, c'est tous les jours Noël là-bas, mais avec des pros !!

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

13/ Les japonais ont inventé la 3D pour la gastronomie, bien avant Avatar

99% des restaurateurs, pâtissiers, glaciers sont obligés de présenter une version en plastique (ou en cire) de leurs plats pour attirer la clientèle !!

Encore une facette étonnante d'une peuple qui vit au quotidien avec les technologies, mais qui a besoin d'un "plat de dînette pour enfant" pour arrêter son choix (en passant, très pratique pour nous autres touristes).

Cette particularité a développé toute une industrie du "plat en plastique, en cire ou en résine" qui fournit, en articles factices (plus ou moins réalistes, selon les plats et la matière utilisée), tous les professionnels des métiers de bouche.

On peut acquérir un "fausse bière qui mousse", un "sushi-crevette" ou une fausse pastèque dans la Kappabashi Dori (quartier d'Asakusa), rue ultra-spécialisée dans toutes les fournitures BHR* (enseignes lumineuses, éviers, couteaux, décorations de table, etc...).

* Bar-hôtellerie-restauration
15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

14/ Les japonais sont montés comme des écureuils...

Vous devez cette généralité désobligeante à un groupe de gros cons d'indélicats, qui s'est attaché à reluquer avec insistance mon gros chibre d'occidental sexe !!

Aussi, pour répondre à leur voyeurisme ostentatoire, j'ai fixé aussi discrètement directement leur anatomie enfantine.

Raccourci laborieux pour vous parler de la merveilleuse expérience du onsen.

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

Le onsen est un bain thermal japonais, aux vertus relaxantes indéniables.

Je suis devenu rapidement accroc à ce dernier, délaissant la triste salle de bains de l'hôtel pour jouir (souvent seul) du plaisir intense que procure ce bain chaud.

Ci-dessus, celui de l'hôtel dans lequel je séjournais était une pure merveille !!

Un séjour au Japon sans onsen, est un peu semblable à un séjour au ski sans neige...

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

15/ Le japonais pratique le "safe sex" tous les samedis, quand tout le monde le croit féru d'électronique et de mangas...

Comme tout bon "touriste moyen", j'ai visité le fameux quartier de l'électronique : Akihabara.

Il semble que les Otakus et les boutiques dédiées à l'électronique sont en recul net, pour ne pas dire en danger, face à la montée en puissance des boutiques de "safe sex".

Le japonais affronte donc très régulièrement (le rouge au front), sa fausse pudeur par rapport au sexe avec la bd et les dessins animés pornos !!

De "grands magasins" ont pris le pouvoir dans ce domaine aussi !!

15 généralités subjectives sur le Japon et les japonais

Ainsi s'achève (à nouveau) cet inventaire décalé du Japon et des japonais.

Les japonais sont, pour être sérieux 3 lignes, des gens naturellement désintéressés, prêts à se casser en 8 pour vous aider. C'est cet altruisme qui est fascinant !!

Altruisme issu d'une solidarité inaltérable, dont ils font preuve dans toutes les situations, même les plus inquiétantes* !!

Des modèles à suivre en terme d'accueil, de service rendu, de gentillesse naturelle, dont pas mal de professionnels du tourisme "bien chez nous" feraient bien d'imiter à la marge !!

Un pays qui ressemble à la nature qu'il nous donne à voir : torturé pour mieux nous ébahir...

Je reviendrai...

* Entendu sur France Inter de la bouche célèbre de la championne du monde belge de la rentrée littéraire française : "par solidarité avec Fukushima, certains japonais ne mangent plus que des légumes cultivés là-bas !!"

Voir les commentaires