Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #jura

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

6 Février 2016, 18:04pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Au lendemain des Pénitentes, nous tentons aussi une première incursion dans le salon estampillé "rock en bouche" (c'est moi qui le surnomme ainsi).

Les Anonymes se veut un salon dédié aux talents de demain, à ceux qui n'ont pas encore, ou n'auront jamais, les moyens financiers ou médiatiques d'accéder aux grands salons voisins...

Une seule condition : être dans la mouvance nature-bio-biody-permaculture et aimer les shampoings pour castors.

Je m'attendais à un peu plus de "dreads-clopes roulées-anneaux écarteurs", mais nos hipsters des Pénitentes sont encore là !!

Si je me suis taillé une solide réputation dans les choix souvent risqués l'éclectisme des vins que je goûte et achète, mon collègue de goulot est beaucoup moins aventureux dans ce domaine. L'exercice qui va suivre va renforcer cette conviction.

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

10h15, c'est déjà la cohue dans les salons Curnonsky !! On annonce près de 300 tickets vendus en 15 minutes !!

Nous errons quelques minutes, tentant de repérer quelques noms familiers, puis de nous arrêter au "bar vigneron".

L’entame se fait avec Sébastien Fleuret et son "Refaire le monde" 14, au fin sr plutôt intégré, à la finesse évidente.

"Léon 14" (semi-carbo) glougloute naturellement, sur fond de raisins bien mûrs et épicés.

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

Un petit tour chez Lilian Bauchet, qui semble enfin "respirer" avec son nouveau domaine, aux dimensions (3,5 ha) plus adaptées.

"Point d'Orgue" 13 se goûte sec, presque austère en l'état, avec une volatile "limite".

"D'une Rive à l'autre" 14 (habitant d'un côté, ses vignes sont sur la rive opposée de la Saône) offre un léger perlant, associé à une typicité toute "beaujoloise".

Pour finir, "Amor Fat" 14 donne dans la grenadine, le juteux enthousiasmant et une finale aux jolis amers.

4 cuvées normalement dispos, mais la dernière était "sur le flanc" selon son géniteur.

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

Détour par Péchigo (Sylvain Saux, 1,3 ha en rouge, 1,2 en blanc), avec un carignan 13 perlant, mûr, très souple, un mauzac 09 poivré, puissant aux amers limites, puis pour finir, une cuvée 08 à dominante de chardo, juste imbuvable en l'état, malgré la sympathique finale miellée.

Chez Bouju (absent, sûrement débordé à fermer un carton), une "Violette 14" juteuse, à la fine volatile, alors que "Brutal 14" est bien plus net (syrah/gamay 50/50).

Julie Brosselin (ex-Le Petit Domaine) s'est lancée toute seule, comme une grande !! Son grenache 14 a le nez qui déboite chafouin, une bouche oxy, une finale épicée moins sauvage.

Son cinsault 15 respire la carbo et glougloute sans efforts. Son "Rue d'la peste" 15 (carignan/syrah) offre un généreux jus, à la jolie finale.

"Queue de comète" 15 (mourvèdre/cinsault 50/50) est simple, plein, mûr, là encore joliment juteux.

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...
Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

Grosse série chez Pierre Boyat, avec pour démarrer, "Les Cabanes" 15 (très jeunes vignes) d'une netteté modèle, adossée à une évidente gourmandise !!

"Bois de Lune" 14 a une volatile ravageuse, une matière "rock de chez rock", "Noir de Rouge" 14 offre des tannins rugueux, la version "bois" a une volatile encore plus prononcée.

"Les Rennes" 14 (sur granit) est simple, le St-Véran 14 très épicé et plein, le même sur 13 est plus bordeline, quand le 12 (2 ans de barrique) délivre un voltage à ressusciter Cloclo et le King simultanément, le tout sur un fil"rock barré nature débridé".

Partons dans le Jura, avec une salvatrice découverte postée juste à côté de Lilian Bauchet : Didier Grappe.

Le savagnin ouillé 14 "poire comme un ch'nin", c'est net, très gourmand pour "dé-Lignac-iser" l'expression.

Le "Chant Rouge" 11 (chardonnay) balance un curry puissant au nez, quand la matière file bon train, sur l'amande, entre les badingoinces.

La bulle de "Clash" (vin mousseux de qualité selon l'étiquette) malgré un joli crémeux, laisse une impression brouillonne dans son effervescence peu rectiligne (chardo/savagnin).

Un rouge pour finir, mariage improbable de pinot noir-trousseau-chardonnay et poulsard qui glougloute de plaisir.

Julie Balagny est toute rouge, dynamique et ne manie pas la langue de bois !! Quand c'est barré, elle assume et le reconnaît !!

Son Beaujolais 15 est simple et pas mal, le MAV (moulin-à-vent) 15 très perlant, à la matière nette, "Pestiféré" 14 l'est moins que son nom.

Retour au "bar du vigneron", pour une escale chez Joseph Paillé, qui en a fini avec L'Anjou !! Le voilà désormais Roussillonnais depuis septembre 2015 !!

Le Domaine Benastra proposait un Côtes-du-Roussillon 15 (syrah-grenache et ??, j'écris mal bordel), déjà fort aimable, Benastra 15 (syrah-grenache-mourvèdre, tiens c'est lisible là), au métal jaillissant, au jus expressif, puis pour finir la gamme magenta, un 100% grenache à la finesse palpable, sans lourdeur, malgré le côté très mûr du jus.

Un Benastra blanc 15 pour finir (maccabeu-chardo), juste, fin et frais !!

Les Anonymes 2016 à Angers, brèves de stands...

Pierre Borel bosse sur un jardin de 2 ha à Bourgueil. Il n'en vit pas encore totalement, pourtant le résultat montre qu'il mérite d'y consacrer tout son temps !!

Son Bourgueil 12 (éraflé) a profité d'1 an d'élevage, se goûte comme une jolie carbo, glissant sans peine jusqu'à la glotte toute heureuse de cette vinothérapie de qualité.

La version 11 montre déjà des signes d'évolution, savant mélange de douceur et de rugosité !! De plus, les prix sont abordables (en direct, comptez moins de 10 €).

Chez L'Escarpolette (Yvo Ferreira), on sert en "chaussettes doigts" sur un piédestal en carton !! Un blanc 15 qui muscate (forcément y'en a), frais, aux sr évidents. Brutal 15 (ils sont plusieurs vignerons à éditer une cuvée Brutal, avec la même étiquette), pète de fruits rouges, tout en restant sec et frais. Escarpolette 14 renifle la "carbo évoluée et sucrée", alors que son cinsault 14 respire la plénitude et la générosité d'un jus. Sur la version 13, des arômes de viande grillée occupe une matière à l'impression, là encore, d'évolution rapide.

Soyons honnêtes, si mon collègue de goulot a grimacé quelques fois, j'attendais aussi un pourcentage plus élevé d'effluves inspirés d'écuries normandes !!

Par contre, on ne peut passer sous silence certaines volatiles débridées, voire carrément délirantes, plus ou moins assumées par leurs géniteurs !!

Les Anonymes, un happening moyennement taillé pour les "radicaux-centristes du vin" comme moi, même si de bonnes surprises s'y dissimulent habilement.

Force est de constater que ce salon plaît assurément à un public venu en (grand) nombre, dont une majorité était déjà présente aux Pénitentes !!

Billet écrit sous rhume XXL, pendant que d'autres collègues de goulot me narguaient avec leurs quilles et leurs plats pour la Xème LPViade BzH à Rennes !!

Voir les commentaires

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

2 Février 2015, 21:29pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Les Greniers St-Jean ont à peine fermé leurs portes, que je vous assène mon sempiternel avis.

Comme une journée sans fin, les mêmes rituels, les mêmes têtes... mais aussi trop de "barbus-jeans slim-lunettes oversize-doudounes qui coûtent un smic", sûrement trop de domaines (194 selon les organisateurs, en augmentation d'une cinquantaine, au détriment de l'espace restauration, renvoyé au sous-sol, où ça meulait grave un poil frais !!), trop de monde... mais bon ça, on a l'habitude !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Je ne vais pas vous imposer le détail des 204 vins crachés pendant ces 2 jours, mais un survol rapide, avec quelques piqués, des "découvertes-confirmations-surprises-déceptions" croisées.

Avec pour commencer, le sextet des bulles champenoises Larmandier-Bernier-Fleury-Francis Boulard-Franck Pascal-Marie Courtin-Françoise Bedel, où j'ai noté une Terre de Vertus 09 (Larmandier-Bernier) vibrante, un 02 (Fleury) pas moins excitant, un Rosé 05 (Boulard) au fruité absolu, une Efflorescence 10 (Courtin) joliment orientale, quand Pacifiance (base 06-07 chez Franck Pascal) délivrait une matière très élégante !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Chez Tissot, je retiendrais En Barberon 12, à l'équilibre modèle.

Premier coup de coeur de la journée chez Zind-Humbrecht, avec un Clos Jebsal 08 (une VT* de pinot gris à 70 g de sr**) absolument REMARQUABLE !!

La star de cette édition était Lalou Bize-Leroy (Domaine d'Auvenay - Domaine Leroy), dont le stand n'a jamais cessé d'être pris d'assaut... quand elle avait du vin !!

Un mince espace pour glisser notre verre, puis s'extasier sur un splendide Savigny - Les Narbantons 09, ou encore un Meursault - Les Narvaux 11 à la puissance extra-terrestre !!

* Vendanges Tardives - ** sucre résiduel
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Chez Guillemot, c'est rapide !! Un Quintaine 13 dense, puis un rapide coup de pif sur la toute nouvelle eau-de-vie de la fille, avant de filer chez Mélaric pour ne pas recracher son Billes de Roche 13 (en blanc), quand Cerisaie 12 paraît plus que prometteur.

Chez Delesvaux (généreux vestiaire et couple adorable), nous refaisons le plein des "secs" avec Feuille d'Or 12 et 13, Authentique 12 et 13, aux acidités de diable !!

Petit pèlerinage chez Overnoy, avec un Arbois 11 modèle, quand les savagnins 06 & 11 nous laissent pantois d'admiration !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Chez Ostertag, les amers appuyés du Clos Mathis 13 me gênent fortement... seuls Fronholz et Muenchberg 13 sortent du lot !!

Mais ils souffrent la comparaison après l'arrêt chez Marc Tempé (Alsace) à la gamme racée, stupéfiante de précision !! Gros coup de coeur pour l'ensemble de son oeuvre !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

Je passe totalement à travers les vins de Xavier Caillard (dont beaucoup chantaient des louanges avec lancer de pétales de roses sur son passage et autour de son stand), même si sa "Cuvée 05" reste "nette" !!

Chez Sébastien David (qui a perdu 12 kg juste en s'épilant, pour honorer la mémoire d'un Demis Roussos post rayons), c'est du tout bon. Mentions pour son Coef 13 et la caresse de son Kezako 12 !!

Les Vins du Mas Jullien m'ont laissé un poil froid, juste avant les rouges de Mélaric et une Cerisaie 12 top, quand Billes de Roche 12 et Cerisaie 11 étaient serrés dans leurs slips !!

Très belle série chez Jean Delobre (Ferme des 7 lunes), où même la température un poil basse des St-Jo n'empêchait pas de s'émouvoir des très jolis jus présentés (12-13-14).

Etape beaujolaise obligatoire chez Michel Guignier (épaulé par sa fille), dont tous les vins étaient d'une accessibilité rare sur ce salon !! Là encore, une superbe série fruitée et très gourmande !!

Juste à côté, le Domaine Dutraive, aux jus très enthousiasmants aussi !!

La déception du moment se trouve chez Monier-Pérreol (St-Joseph), où pas un vin n'a trouvé grâce à mon palais. Je l'aime bien pourtant l'gars Monier, mais c'est ainsi !! C'était pas "sex" ce jour-là !!

Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1
Greniers St-Jean 2015, en brut de cuvaison... part 1

La charmante Hélène Thibon (Mas de Libian) nous régale sans compter avec ses cuvées 13 et 14. Vin de Pétanque 14, Bout d'Zan 14 et Khayyâm 14 (top) en tête !!

Philippe Gourdon nous refait le coup avec ses Amandiers 02... et ça marche !! Les deux Zéro Pointé 14 (rosé et blanc) s'inscrivent dans une logique "top glouglou" qui ne souffrent pas le moindre commentaire.

L'heure du glucose a sonné (la fin de la journée aussi) !! Le liquoreux de la Cerisaie 11 de Mélaric est toujours aussi dément de justesse.

Les Delesvaux nous "snipent" d'une rafale de Clos, SGN et autres Anthologie sur 10-11 et 13 d'un niveau olympique !!

Fin du premier round avec Juchepie et une Passion 09 qui se démarque nettement du lot.

Allez, vous pouvez fermer l'onglet, c'est fini pour aujourd'hui !!

A suivre...

Voir les commentaires

Florilège de dégustations XXXIII

24 Juin 2014, 20:44pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Le 10 mars 2013 paraissait le dernier florilège du blog...

Depuis, des tables, des tables, encore des tables, des balades viticoles, des Greniers, un peu de VDV, mais plus de florilège depuis 15 mois (les cérémonies païennes de LPV BzH, ça ne compte pas) !!

Est-ce la grosse flemme d'écrire toujours "nez de carton mouillé, amers soutenus, bouche compacte" symbolique des 33 qui m'a fait reculer ainsi (Jésus, crucifixion tout ça !!)?!

Et pourtant, ce ne sont pas les bouteilles qui ont manqué !!

Je note toujours scrupuleusement mes impressions laissées par toute boisson, à base de raisins, passant à proximité de mes badigoinces.

Mais je vomis plus ne rends plus beaucoup compte par le biais de ces florilèges, foutoirs au style télégraphique à la profondeur d'un bonnet de soutifs de Milla Jovovich !!

Trêve de mea culpa en copeaux, place aux vins en tonneaux (parce qu'en cuve ça rime moins !!).

Une (très courte) sélection piochée, au hasard, dans mon carnet gribouillé :

Domaine Charvin - Châteauneuf-du-Pape 2007

Domaine Charvin - Châteauneuf-du-Pape 2007

Nez empli de finesse, relativement discret, épicé, à la joli touche de menthol. Si les 1ères impressions sont moyennement rhodaniennes, la bouche s'ancre lentement sur le terroir concerné (la sentence qui ne veut rien dire, mais ça meuble le compte rendu).

La note de rafle s'évertue à dominer, au milieu d'un bouquet de fraises et autres fruits rouges à l'eau de vie. Une matière très poivrée, compacte, pleine, à la puissance débridée, laissant des notes d'alcool peu flatteuses en finale.

A ce stade, il y a même un côté "clérical-bordelais", finement asséchant, à la rétro de champignons.

Le lendemain, le nez est encore plus fin, peu disert, avec une jolie touche de "fraise écrasée avec une pointe lactée". L'attaque est "acidulée", presque crayeuse, mais à la digestibilité limitée à ce stade. **/(**(*)

BBF - Bénédicte et Stéphane Tissot - Crémant du Jura

BBF - Bénédicte et Stéphane Tissot - Crémant du Jura

Nez boisé, fermentaire, "bourgui-chardonnesque" marqué, au fin sucre palpable, au fruité puissant.

L'attaque est boisée, la bulle vive, la matière dense, mais assez court dans l'ensemble.

Finale marquée par une petite amertume presque intégrée, finement salivante.

Le fond de verre de cette bulle élevée en fût durant un an, qui a passé les 52 mois suivants sur lattes est un petit plaisir à humer.

Un joli pirate, qui flirte avec le chenin par moment. ***

Imalaya 2010 - Domaine Le Roc des Anges - Côtes du Roussillon

Imalaya 2010 - Domaine Le Roc des Anges - Côtes du Roussillon

Nez d'une élégance rare, pas du tout sudiste, évoquant le chenin, alors que nous sommes en présence de carignan gris.

La poire mûre, quelques fruits jaunes se bousculent au-dessus du verre. Puis ce sont des notes d'hydrocarbures qui viennent occuper une espace quasi alsacien pour le coup !!

Une attaque très dynamique, à l'acidité haute, très marquée "blanc du nord", un poil courte, au juste gras, au boisé encore marqué.

Une bouteille forcément trop jeune, mais au potentiel de "grande sudiste du sud qui peut faire la nique à quelques seigneurs des blancs du nord". ***/***(*)

Petit Chablis 2012 - Domaine Droin

Petit Chablis 2012 - Domaine Droin

Nez de carton mouillé puissant, assez monotone-monocorde olfactivement parlant. La bouche s'avère plus variée, dansante, avec son toucher "caillouteux" (oui, j'ai beaucoup sucé de cailloux dans mon enfance, c'est la famine de 1976 qui m'a poussé à en lécher des quantités non négligeables), relativement simple, lisse, bien équilibré, aux fins amers dans le ton, un poil lâche en finale.

Plutôt pas mal pour le coup **(*)/***

 Ciel Liquide - Côtes du Roussillon Villages 2005 - Jean-Philippe Padié

Ciel Liquide - Côtes du Roussillon Villages 2005 - Jean-Philippe Padié

Nez caractéristique de grenache, adossé à des fruits rouges cuits et le pruneau. L'attaque est fraîche, très acidulée, épicée, relativement simple.

La matière "s'ouvre" lentement sur les fruits à noyau, se faisant même "crayeuse" par moments. L'ensemble reste frais, gourmand, sur une jolie cerise en finale. ***

Mélaric - Globules Roses - Vin de France (11)

Mélaric - Globules Roses - Vin de France (11)

Nez fermentaire, à l’effervescence débridée. C'est successivement entre l'Aspro et le microbullage macro-bullage pas ménagé du tout !!

La grenade (le fruit, pas l'explosif) survole ce bouillon à l'acidulé jaillissant.

Une attaque nerveuse, à la bulle inversement proportionnelle au visuel (elle est fine sous la langue quand le visuel est plus proche d'un détendeur de plongée en action !!), à l'acidité relevée, au sucre "intégré", à l’amertume sur le fil. Une vraie bulle de soif !! **(*)

Fin du XXXIII ème florilège. Prochain "revue de cave" dans moins de 15 mois, j'espère.

Voir les commentaires

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

2 Mars 2014, 09:34am

Publié par Docadn

Bonjour,

3 ème et ultime étape du marathon angevin bachique des Greniers St-Jean, version 2014.

Nous nous étions quittés avec la maison Nikolaihof, domaine allemand autrichien avec lequel nous avions débutés la matinée dominicale.

Place aux ligériens avec, pour poursuivre, Vincent Carême (absent lors de notre passage).

On nous propose Le Peu Morier 12 et sa jolie mâche, suivi par Le Clos 10, plus tendre, plus fin aussi.

Brut 11 a la bulle tonique, des amers appuyés, quand L'Ancestrale 11 a une bulle plus finement "calibrée".

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

Tous les vins nous sont présentés par Michel Autran, sympathique vigneron à la tête de 3,5 ha sur Vouvray (plus quelques parcelles "en cours de récupération").

Il en profite pour nous faire déguster Les Enfers Tranquilles 12, à l'acidité et vivacité de bon aloi, quand la version 13 (encore en cuve) est une très belle promesse à venir...

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III
Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

Cap à l'est, avec le volubile Stéphane Tissot, dont la Mailloche 11 affirme une immédiate puissance, couronnée de finesse et de caractère poivré.

En Spois 07 affirme une finesse encore plus soutenue, des amers très expressifs, à l'étonnant cumin en finale.

La Vasée 07 est plus retenue, quand Les Bruyères 07 donnent dans le "tourbé écossais" !!

Pour finir, le 1er Château-Chalon du domaine (07), à la finesse d'un En Spois, au caractère déjà affirmé d'un grand Jaune, avec un grand J, comme la Marque Jaune (qui n'en porte pas toujours un, de grand J) !!

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

Chez Josmeyer, un Pinot (blanc) 12 relativement frais et gourmand, juste devant un H12 (vieilles vignes d'auxerrois) devant lequel mon carnet est resté muet.

Kottabe 12 (riesling) affirme plénitude et finesse poussées, quand Pierrets 11 fait dans le cliché pétrolier, avec moins de "sr qui traînent"...

Hengst 11 est plus large que long, bon au bout du compte.

Gri-Gris 12 (rassemblant tous les pinots) est un poil myopathe tendre, quand Folastries 12 fait dans le gaz et le litchi (pas anormal pour un gewurztraminer, concernant le dernier cité).

La version Grand Cru Hengst 08 affiche aussi une tendreté peu excitante, alors que pour finir, le Pinot noir 12 s'exprime entre fraîcheur et une finale un poil asséchante.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

Chez Baudry, Chinon 13 balance déjà fruits et matière mûre, très mûre, pour ma pomme.

La cuvée Domaine 12 donne dans la fourrure des "vins natures-bios-au-plus-près-du-terroir", quand la bouche se révèle nette, pleine, au crayeux marqué, aux épices explosives.

Grézeaux 12 est plus souple, toujours crayeux, au caractère "vendange entière" malgré l'égrappage revendiqué....

Clos Guillot 11, malgré sa réduction prononcée, dissimule une très jolie matière.

Pour finir, Croix Boissée 11 donne aussi dans la craie le "stylo pour tableau noir", sur un registre serré et salivant à la fois.

Greniers St-Jean à Angers, édition 2014 volume III

La très "courue" Ferme des 7 lunes (Jean Delobre très patient avec les êtres humains moins poilus que nous autres filles, moins avec d'autres) nous présente tout son casting, avec un St-Joseph 11 très frais, à l'oxydation "ménagée", quand la même version en 08 affiche 10 g de sr, un nez plus "nature", un "caractère oxydatif" plus tranché.

Du côté des rouges, St-Joseph 12 (mise de 3 semaines) verse dans la tapenade, quand la bouche ultra-fruitée laisse de sensationnelles impressions !!

Le "1er quartier" de cette cuvé St-Joseph 12 (n'insistez pas, je ne me souviens absolument pas à quoi correspond cette dénomination) est plus austère, quand Chemin Faisant 12 est un fantastique jus, caressant sûrement mieux les sens qu'un onéreux gadget d'un Dorcel Store.

Une surprenante et très jolie série au domaine Le Mas de mon Père, avec Cause Toujours 12 (grenache-cinsault) gourmand, M comme je Suis 11 cohérent, quand la version 12 (100% merlot) se fait plus suave et finement végétale.

C'est Comme Ca 12 (carignans centenaires) délivre une superbe matière, face à la franche austérité de Partez pour le Rêve 11 (cab' franc/cab' sauvignon), puis Insolite 11 (pur malbec) à l'étonnant crayeux de ce jus issu des grès.

Une bien bien pourrie pour finir !!

Une bien bien pourrie pour finir !!

"Je me termine" en Roussillon, au Domaine Jean-Philippe Padié, où Calice 12 (carignan) expose ses fruits gourmands, Petit Taureau 11 (carignan-syrah) son joli jus épicé, puis pour conclure, un Ciel Liquide 09 remarquable.

Ligne d'arrivée, ouf, on embarque le verre dégueu habillé aviné, une soupe et au lit...

Merci Les Greniers, merci les vignerons, merci Sim et Oxyboldiman !!

Voir les commentaires

LPV BzH acte X : il me Jura que Savoie était une Altesse sans Chardonnay

26 Janvier 2014, 11:21am

Publié par Docadn

Bonjour,

Retour à des préoccupations plus liquides que solides, avec un nouveau congrès d'alcoolos assumés, dans le QG rennais des "gourous du glouglou", je veux bien évidemment parler des Ligeron et leur "Un Midi Dans les Vignes" (que je propose de rebaptiser "Un 13h00-13h30 dans le bourrier, si on veut", vu l'heure tardive à laquelle ils daignent commencer leur service ces grosses feignasses) !!

Dixième rendez-vous breton, 5ème édition rennaise, orchestrée par "Nanard la Rocaille", amputé de son Martin occupé à descendre des Henri Maire et autres délices, plutôt que partir à la découverte de 2 régions trop souvent oubliées dans la PVF (Paysage Viticole Français).

Grosse appréhension des Padawans de la table sur ces 2 mystères régionaux, bien garnis en rumeurs urbaines et autres clichés savamment tatoués au fil des décennies, par la presse et la foule, souvent en colère, même quand il n'y a pas un seul portique à brûler !!

LPV BzH acte X : il me Jura que Savoie était une Altesse sans Chardonnay

Une grosse épidémie de chiasse gastro a cloué aux chiottes lit quelques prétendants à ce voyage initiatique ou de remise à jour !!

Grand Cru Blanc de Blancs - Extra Brut - VO - Jacques Selosse (dégorgé en ??/12)

Grand Cru Blanc de Blancs - Extra Brut - VO - Jacques Selosse (dégorgé en ??/12)

Mais pour l'heure, nous démarrons en souhaitant la bienvenue à Agathe, qui se repose avec sa mère, quand le père lâche déjà ses responsabilités en festoyant avec nous...

Un nez un poil fermentaire, teinté d'une immédiate élégance, doublée d'une attaque d'une finesse inouïe, à la bulle caressante, au diamètre parfait, dotée d'une sapidité intense, d'un équilibre immense, très très finement oxydative, au crayeux vibrant, à l'amertume de haute couture. ***(*)/****

Merci Agathe (surtout à sa courageuse maman, accessoirement au père) d'être arrivé plus tôt que prévu, pour me faire redécouvrir une cuvée que j'avais estampillée "oxydative et puissante", quand cet exemplaire s'est révélé être un très grand vin (au tarif raccord !!).

Mais place à la thématique du jour, avec un petit gars qui se fait remarquer, avec l'unique rouge de la session (quand on avait précisé, au préalable, des critères très Ku Klu Klan monochromes)

Domaine Rolet -Arbois - Poulsard Vieilles Vignes 2009

Domaine Rolet -Arbois - Poulsard Vieilles Vignes 2009

Robe claire, très "pinot-boisé-tabac" au nez, à l'attaque fraîche, relativement astringente (limite asséchante), très épicée, tonique, mais relativement monolithique. **/**(*)

Domaine André et Mireille Tissot - Crémant du Jura - (estimé 2012)

Domaine André et Mireille Tissot - Crémant du Jura - (estimé 2012)

Nez très marqué de pomme, fermentaire, à la bulle sauvage. L'épaisseur de la bulle se confirme en bouche. C'est brouillon, voire envahissant. Aurait peut-être sûrement mérité un bon carafage pour mieux voir ce que ce crémant cachait derrière ce spa-balnéo. **

Michel Gahier - Arbois - Fauquette 2002

Michel Gahier - Arbois - Fauquette 2002

Un nez "tradi", juvénile, à l'expression attendue (c'est mon apport), qui en a encore sous les orteils, que personne ne voyait aussi "vieux".

Très content du comportement de ce"chardo-pas-oxydatif-délicat-gourmand-à-la-longueur-contemplative", mais surtout de mettre en "lumière" ce vigneron trop discret à la Fauquette toujours épatante. ***(*)

Autrement - Roussette de Savoie - Jacques Maillet - Altesse 2012

Autrement - Roussette de Savoie - Jacques Maillet - Altesse 2012

Une étonnante aromatique de "berlingot-fruits blancs", après ces nez "jurassiens". Un côté "chardo-anisé-sudiste", à l'amertume marquée, un poil mou en l'état pour moi. **

Domaine Ganevat - Grusse en Billat - Côtes du Jura - Chardonnay 2008

Domaine Ganevat - Grusse en Billat - Côtes du Jura - Chardonnay 2008

Nez classique de "jurassien potentiel", à l'attaque riche, très puissante, aux notes pharma marquées, très épicé, finement perlant, à l'acidité relevée, à la longueur notable. ***

Baud père & fils - Côtes du Jura - Cuvée Tradition 2008

Baud père & fils - Côtes du Jura - Cuvée Tradition 2008

Voilà la "fameuse noix" que se coltinent les vins du Jura depuis la paléolithique !! Un nez très "savagnin", accompagné de notes d'alcool à brûler peu sexy.

Une matière caractérisée par une fraîcheur plutôt agréable, au profil "classique-tradi-old school" peu excitant pour ce chardo-savagnin 50-50. **

Domaine Ganevat - Les Grandes Teppes Vieilles Vignes - Côtes du Jura - Chardonnay 2009

Domaine Ganevat - Les Grandes Teppes Vieilles Vignes - Côtes du Jura - Chardonnay 2009

Nez réduit, "serpillère oubliée", à la bouche très élégante, alliée à une puissance démoniaque !!

C'est riche, miellé, à la finesse graduelle, à la fraîcheur salvatrice, face à la potentielle exothermie de l'ensemble !! ***(*)

Domaine le Soleyane - Roussette du Bugey - Arbane 2009

Domaine le Soleyane - Roussette du Bugey - Arbane 2009

Le nez me lance immédiatement sur la roussette du début de la série, avec ce "berlingot-fruits blancs" presque identique.

Des notes de compote de poire s'imposent, au nez comme en bouche, découvrant une matière un poil tendre, relativement solaire, au joli potentiel à regoûter sur un millésime plus "frais". **(*)

Arbois - La Mailloche 2010 - Domaine André et Mireille Tissot

Arbois - La Mailloche 2010 - Domaine André et Mireille Tissot

Un pif frais, puissant, quand la matière s'avère monstrueuse, explosant tout sur son passage.

Les notes mentholées de fin de tronche apaisent le "volcan sous cocotte-minute" qui couve dans ce vin, forcément trop jeune en l'état, mais qui va tout péter dans 10 20 23 ans et 4 mois !! ***

Domaine Ganevat - Cuvée Florine - Côtes du Jura - Chardonnay 2009

Domaine Ganevat - Cuvée Florine - Côtes du Jura - Chardonnay 2009

La cire jaune trahit l'origine de ce vin, au nez encore très réduit, à la puissance et au perlant conjugués, aux amers de toute beauté, comme "un boxeur en tutu jouant une partition parfaite de Rachmaninov avec ses gants". ***

Domaine Ganevat - Cuvée Prestige - Côtes du Jura - Savagnin 2009

Domaine Ganevat - Cuvée Prestige - Côtes du Jura - Savagnin 2009

On enchaîne, avec le premier 100% savagnin de la série, au nez de "fruits à coque", mais à la bouche finement liégeuse, délivrant une "fesse de traviole en finale".

La bouteille a un pet pour moi !! NN

Domaine le Soleyane - Roussette du Bugey - La cuvée N°9 - Altesse 2009

Domaine le Soleyane - Roussette du Bugey - La cuvée N°9 - Altesse 2009

Nez de "peu protégé", à la matière fraîche, plutôt monolithique d'une altesse "particulière", qui a passé 3 ans en cuve avant sa mise !! **/**(*)

Gilbert Perrier - Fleur de Roussane - Chignin-Bergeron - Savoie 2012

Gilbert Perrier - Fleur de Roussane - Chignin-Bergeron - Savoie 2012

Nez sudiste, à la matière pommadée, pataude, pas ma came !! *(*)

Domaine Dupasquier - Roussette de Savoie - Marestel - Altesse 2009

Domaine Dupasquier - Roussette de Savoie - Marestel - Altesse 2009

Nez d'allumette, toasté, carton mouillé, "chardo-élevé", au contenu épicé, souple, ample, qui vire au lourd, too much, à l'amertume marquée, aux antipodes des autres Dupasquier croisés jusqu'à ce jour. **

 Rouleau de legumes croquants au sésame - volaille au vin jaune (Paul Renault) - Trilogie de Comté - Crumble mousse & mangue
 Rouleau de legumes croquants au sésame - volaille au vin jaune (Paul Renault) - Trilogie de Comté - Crumble mousse & mangue
 Rouleau de legumes croquants au sésame - volaille au vin jaune (Paul Renault) - Trilogie de Comté - Crumble mousse & mangue
 Rouleau de legumes croquants au sésame - volaille au vin jaune (Paul Renault) - Trilogie de Comté - Crumble mousse & mangue

Rouleau de legumes croquants au sésame - volaille au vin jaune (Paul Renault) - Trilogie de Comté - Crumble mousse & mangue

Le tout accompagné de la toujours délicieuse cuisine de "Maïté Ligeron", à la douce volaille, aux puissants Comté (jusqu'à 48 mois !!), quand j'aurais bouffé les 3 kg de mangues et les 2 litres de mousse du dessert !!

Une dégustation d'un bon niveau général, aux Ganevat nombreux, aux chardonnay majoritaires, aux Roussette bien représentées, qui a permis de flinguer, pour bon nombre de dégustateurs présents, toutes leurs peurs des vins de Jura et de Savoie !!

Les "puristes" crieront "au scandale" devant le manque flagrant de savagnin, vins jaunes et autres douceurs de paille !!

Mollo les gars, on ne commence jamais le ski par des pistes noires et du hors-piste !! Laissons à tous le temps de faire son éducation vinoco-alpestre avant d'explorer les "chemins de traverse" !!

Voir les commentaires

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

13 Octobre 2013, 11:02am

Publié par Docadn

Bonjour,

A peine ai-je remis les orteils en France, que je suis reparti vers de nouveaux horizons... moins orientaux certes, mais pas moins exigeants !!

Je retrouve la Momo Team, après 2 ans d'absence en tant que Momoteur titulaire !!

5 vttistes et un "logisticien", avec qui je traverse des contrées sauvages et inconnues, tous les étés, depuis 2007.

Le groupe s'est étoffé de 2 ados, dont un petit branleur grand zguegue steak de 17 balais, à la résistance aiguisée, nous rappelant, dans les moments difficiles, le poids des années.

Avant/après
Avant/après

Avant/après

Retour sur la selle, couronné par un changement de destrier.

Mon Sunn Notion de 2003 fait place à un Lapierre X-Control 310 édition 2013.

Mon premier "tout suspendu" (dont j'ai depuis, changé les pédales de daube) !!

Ce changement va s'avérer révolutionnaire... pour mon séant !!

Ne me parlez plus jamais de semi-rigide pour ce genre de rando !!

Revue de la cavalerie

Revue de la cavalerie

Le plaisir est double après cette longue absence. C'est la GTJ, alias la Grande Traversée du Jura qui est au programme de ces 6 jours de balade.

La GTJ "intégrale", c'est près de 350 km de sentiers, pour 7500 mètres de dénivelé positif...

Un timing, relativement serré, nous épargnera quelques kms de part et d'autre du parcours.

Pour nous, ce sera départ de Pont-de-Roide (nuit dans le gite collectif de la Maison pour Tous, désert lors de notre passage, dont nous avons enfreint l'interdiction de stationnement des vélos dans les coursives), pour une arrivée à Giron !!

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

C'est une commerçante qui nous a conseillé ce resto, à quelques kms de Pont-de-Roide.

"La bonne friture" propose pour 17 €, friture de carpe (sans arêtes), frites et salade... à volonté !!

Laissez-moi vous dire qu'avec un Momo, un Lazzo et des ados à table, le rythme en cuisine a dû augmenter les déos des cuistots ont du voir très vite leurs limites dès notre arrivée !!

Service sympathique, ambiance populaire, cuisine efficace, suffisamment roborative pour attaquer les première pentes de la GTJ, dès le lendemain matin !!

La Bonne friture

6 rue du commerce

25 190 Villars-sous-Dampjoux

03 81 96 21 65

​Plan Google

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

Le lendemain soir, après 37 km et 1390 m de dénivelé (je ne fais mention que du dénivelé positif) nous voici à Fessevillers.

Les automatismes sont encore rouillés, les muscles aussi...

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

... quand notre humeur potache ne souffre d'aucune courbature !!

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

Pas un rade ouvert, nous obligeant à dîner face à la frontière suisse...

Restaurant largement évitable, si vous trouvez autre chose d'ouvert dans les environs (ce qui ne fut pas notre cas) !!

Nuitée au gite communal de Fessevillers. Pour 8 € la nuit, l'intimité est assurée, avec un lit unique de 8 places, et un autre de 8 places au-dessus.

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

Le lendemain, la GTJ nous propose 47 bornes, 1200 mètres de dénivelé, dont une partie côté Suisse, jusqu'à Le Barboux.

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

La météo est belle, les paysages raccords... la route jusqu'au gîte, interminable... mais méritée !!

La nuitée la plus luxueuse du séjour !!

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

Un gîte tout en bois, quasi neuf (datant de 2011), construit dans les "règles de l'art" (bois coupé à la lune montante ou descendante, quand les loups ont des aphtes), à l'esprit bio revendiqué.

7 chambres, 26 couchages, sauna, jacuzzi, une réussite boisée architecturale !!

Dîner à la ferme (pédagogique), tout y est bio, même le vin (du Vaucluse, ça c'est un peu dommage, vu la production moins lointaine !!).

Comptez une quarantaine d'euros par personne pour la "nuitée-dîner-petit-déjeuner".

Ferme découverte du Barboux

Dominique Rondot

25210 Le Barboux

Tél : 03 81 43 77 03

www.fermegitegroupe.com

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

3ème étape entre Le Barboux et Pontarlier. La plus agréable pour le groupe, malgré les 51 km et les 950 m de grimpette.

Une belle descente nous mène à Pontarlier.

Nuit dans l'auberge de jeunesse de la ville, dont l'âge moyen des pensionnaires du soir frôlait plus celui d'une maison de retraite.

Les chambres sont correctes, les douches pourries, la bouffe (très) dispensable, le personnel plutôt bougon (le congrès des nombreux cyclos, chiants comme des ampoules grillées, ne devait pas être étranger à cette humeur).

Heureusement qu'un bon apéro chez les régionaux de l'étape (Catherine, Olif, encore merci) m'a permis de rater l'entrée du repas, mais pas la paella...

Une étape qui nous a permis (encore grâce à l'appui technique d'Olif) de panser les blessures mécaniques de certaines de nos montures.

Une adresse recommandable, compétente, approuvée par les "blessés" :

Cycles Favrot

1 bis rue de Mervil

ZA les Grands Planchants

25300 Pontarlier

Tél : 03 81 39 22 92

GPS : latitude 46.9031, longitude 6.33219

Pour ceux qui n'ont rien à réparer, vous pouvez jeter vos dernière forces en dynamisant le (bon) commerce local.

6, 12, 18, 22, 24 mois... Non, ce ne sont pas des tailles de vêtements, encore moins des types de croquettes pour chatons, mais l'âge que l'on accole souvent au mot "Comté".

Là encore, Olif nous a soufflé l'adresse de sa pharmacie favorite :

Crèmerie Marcel Petite

1 Rue Sainte-Anne
Pontarlier
03
81 39 09 50

www.comte-petite.com

Lionel Petite et ses souriantes vendeuses soignent le chaland, avec leurs savoureux Comté du Fort Saint-Antoine !!

Sans parler de la discrète cave à vins "planquée" au fond de la boutique, mettant en exergue les pépites de la "crème locale".

Les amateurs de "vins respectueux" y trouveront forcément leur compte.

Point de vue sur le château de Joux, après le "mur de l'impossible" sur les hauteurs de Pontarlier

Point de vue sur le château de Joux, après le "mur de l'impossible" sur les hauteurs de Pontarlier

Cette 4ème étape, reliant Pontarlier à Mouthe, démarre par une ascension terrible (210 m sur moins de 2 km d'un chemin parsemé d'ornières, parfois glissant, bien garni en grosses caillasses) que seuls 3 d'entre-nous effectuerons.

Les 470 hectomètres de la journée, agrémentés de 1100 m de pente, n'entament pas notre moral...

Paysages de Morteau
Paysages de Morteau

Paysages de Morteau

même après un roulé-boulé dans la "fange bovine"...

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

Un bel itinéraire, passant à proximité de Métabief (La Mecque des descendeurs), puis à proximité de l'arrivée, une vue sur "un des sauts du Doubs"... pour une arrivée au pied de la "source du Doubs".

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

Nuitée sur le site de la source du Doubs, au sein du restaurant-chalet "de la source du Doubs".

Prestation très très moyenne, au regard des 43 € par personne demandés, pour la formule "nuit-dîner-petit-déjeuner" (Le chalet du Barboux paraît presque une trop bonne affaire "donné" à côté).

La bonne adresse du jour se nomme "Haut-Doubs Performance".

Un magasin de sport, dont le mécano-vendeur a corrigé la tension d'un câble de commande d'une fourche avant, ainsi que la pression de cette dernière, facturant toutes ces opérations par un tonitruant "l'air est gratuit à Mouthe".

Haut-Doubs Performance

17 Grande Rue

25240 Mouthe

03 81 69 25 40

www.haut-performance.com

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

Déjà la 5ème étape entre Mouthe et Prémanon.

55 km et 1000 m de grimpette (mon GPS est tombé en rade à quelques km de l'arrivée).

Une étape exigeante, passant par Les Rousses.

Nous dormons à Prémanon, sans le savoir, chez une légende vivante du VTT.

Fofo, alias Michel Forestier, double-champion du monde de VTT (1987, puis 1988), créateur de la fameuse "Forestière".

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Fofo est un taciturne très doué. Le dîner fut bon, les dialogues assez proches de "The Artist".

Si vous voulez entendre ses cordes vocales vibrer, parlez-lui de VTT et de Cannondale (son sponsor historique).

Son gîte est "familial", assez sympa, le personnage aussi énigmatique qu'un serial killer de poissons-chats paraplégiques, cherchant à échapper au FBI et à la SPA depuis 20 ans...

Comptez 37 € par personne, pour la formule "nuit-dîner-petit-déjeuner".

Chez Fofo

(Michel Forestier)

Chalet Fofo

39220 Prémanon

Tél. 03.84.60.79.01

www.fofo-velo.com

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

6ème et ultime étape de cette GTJ, reliant Prémanon à Giron, longue de quelques 55 km et cumulant 1300 m de dénivelé.

De splendides points de vues, quasi alpestres, s'offrent encore à nous. Le changement de géologie est flagrant !!

Les derniers coups de pédales sont énergiques. La descente jusqu'au chalet "Le Jura", se fait quasiment à la vitesse d'un vélo de route.

Une immense bâtisse (aux couloirs labyrinthiques), sombre mais chaleureuse, nous accueille. Grandes chambres et calme sont aux rendez-vous.

Le dîner (sous forme de buffet à volonté) est taillé pour les brûleurs de calories que nous sommes.

La joie se concentre sur les galettes de Michon du Jura, quand la fatigue se dilue à coups de pots lyonnais...

La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...
La GTJ, alias La Grande Traversée du Jura...

La GTJ est, à ce jour, la plus belle balade VTT accomplie !!

Même la GTMC n'a pas tous les ingrédients, pour en faire une sorte de must que la GTJ occupe très largement à mes yeux.

Si on peut se plaindre d'un balisage un peu "espacé" sur le nord du parcours, le sud ne souffre pas de cette fantaisie.

Pas de portage à signaler, un parcours bien entretenu. La GTJ peut certainement servir de "villa témoin" à d'autres parcours plus brouillons.

N'ayant pas remis le cul sur une selle roulé depuis 2 ans, le souffle fut court, les jambes cotonneuses le 1er jour.

Quelques sorties (avec montées) sont quand même nécessaires avant d'attaquer ce parcours exigeant, mais abordable, au rythme "cool", oscillant entre 5 à 06h30 de vélo par jour (hors casse-croûte).

L'an prochain, nos organisateurs nous proposent une balade sur les Monts de Guéret...

A suivre...

Voir les commentaires