Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #les bons plans restos

Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux

30 Mai 2015, 10:20am

Publié par Docadn

Bonjour,

Après une longue pause, votre scribe reprend enfin la plume le clavier pour vous conter, en mode quasi SMS, ses nombreuses pérégrinations liquides et (surtout) solides vécues.

Une bonne quinzaine de tables ont essaimé ma grande tournée printanière. Honneur à la dernière fréquentée, chronologiquement parlant, puisqu'elle fut visitée lors de la célébration de ma lointaine naissance mon anniversaire !!

Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux

Surprise totale pour cette table, dont j'ignorais tout avant de m'y asseoir.

Nelly et Denis Franc opèrent depuis une trentaine d'années sur la place de Bordeaux. Le Pavillon des Boulevards est une véritable institution de la bourgeoisie locale, affublée de son macaron Michelin prompt à rassurer le snobisme naturel d'une clientèle visiblement aussi souple que les bottes d'Alain Juppé en 1995.

L'élégante devanture laisse place à une déco résolument "chic-moderne" à l'intérieur. C'est lumineux, sobre et d'assez bon goût, loin des clichés des maisons bourgeoises où le portrait de l'arrière grand-mère veille sur des meubles de musée en acajou massif.

Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux
Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux
Le Pavillon des Boulevards à Bordeaux

Accueil très souriant de la maîtresse de maison, personnel affable, au rang attendu pour ce type de table.

Amuse-bouches soignés, sur un verre de châteauneuf-du-pape blanc (Beaurenard 11) au tarif fiévreux de 18 € !!

Nous optons pour le "Menu découverte"... soit un dîner à l'aveugle !!

Oeuf brouillé, haddock fumé - Bouchée de thon rouge, gelée de navet, noix de coco, épicée au vadouvan
Oeuf brouillé, haddock fumé - Bouchée de thon rouge, gelée de navet, noix de coco, épicée au vadouvan

Oeuf brouillé, haddock fumé - Bouchée de thon rouge, gelée de navet, noix de coco, épicée au vadouvan

Place aux "vrais plats" !!

Tous les intitulés sont le résultat des retranscriptions (approximatives) après l'énoncé oral.

Asperges de Blaye sauce yaourt-olives, oeuf de caille - Foie gras fumé minute au bois de hêtre, cédrat et caviar de citron, espuma au sauternes, piment d'Espelette
Asperges de Blaye sauce yaourt-olives, oeuf de caille - Foie gras fumé minute au bois de hêtre, cédrat et caviar de citron, espuma au sauternes, piment d'Espelette

Asperges de Blaye sauce yaourt-olives, oeuf de caille - Foie gras fumé minute au bois de hêtre, cédrat et caviar de citron, espuma au sauternes, piment d'Espelette

Tartare huître-daurade, perle d'huître feuille "iodée" (mertensie maritime) - Le couteau et la langoustine, sauce wazabi
Tartare huître-daurade, perle d'huître feuille "iodée" (mertensie maritime) - Le couteau et la langoustine, sauce wazabi

Tartare huître-daurade, perle d'huître feuille "iodée" (mertensie maritime) - Le couteau et la langoustine, sauce wazabi

Merlu, feuille de nori, sésame noir, sauce miso, petits pois, carottes, girolles - Pigeon : le filet, le cromesquis, le civet, tuile amande, boulghour à l'orientale
Merlu, feuille de nori, sésame noir, sauce miso, petits pois, carottes, girolles - Pigeon : le filet, le cromesquis, le civet, tuile amande, boulghour à l'orientale

Merlu, feuille de nori, sésame noir, sauce miso, petits pois, carottes, girolles - Pigeon : le filet, le cromesquis, le civet, tuile amande, boulghour à l'orientale

Caillé de brebis, gâteau basque - Meringue, blancs en neige givrés-coco, coulis de fruits exotiques - Sabayon au chocolat
Caillé de brebis, gâteau basque - Meringue, blancs en neige givrés-coco, coulis de fruits exotiques - Sabayon au chocolat
Caillé de brebis, gâteau basque - Meringue, blancs en neige givrés-coco, coulis de fruits exotiques - Sabayon au chocolat

Caillé de brebis, gâteau basque - Meringue, blancs en neige givrés-coco, coulis de fruits exotiques - Sabayon au chocolat

Remarquable séquence, qui a frisé le sans faute, si le "caillé de brebis, gâteau basque" n'avait pas dénoté aussi vivement du haut niveau général.

Si en entrant, je m'attendais à une cuisine très sage et soignée, Denis Franc "ose" bousculer sa clientèle avec des associations "peu académiques" et franchement réussies.

Long métrage servi en 02h30, à un bon rythme, aux proportions justes, à la variété qui met en fuite toute pointe d'ennui !! Un macaron largement mérité et très bien tenu !!

Service allant du "gauche volontaire je démarre faut pas m'en vouloir" à l'impeccable "j'ai 9227 services au compteur", toujours aimable et attentif.

Carte des vins classique aux coefficients (outrageants) en phase avec le quotient familial de la clientèle, allant des touristes anglais en "romance bordelaise", jusqu'aux tribus de notables avec le casse-couille de service méprisant (vous savez le lourdaud qui a tout vu, tout fait, tout mangé, tout bu et qui chuchote à 34 000 décibels).

Un grand merci La Miss pour ce joli cadeau !!

Le Pavillon des Boulevards

120 rue de la Croix de Siguey

33 000 Bordeaux

Tél : 05 56 81 51 02

pavillon.des.boulevards@orange.fr

www.lepavillondesboulevards.fr

Voir les commentaires

Les Carmes à Rennes

16 Avril 2015, 04:55am

Publié par Docadn

Bonjour,

En marge du festival Vini Circus, nous nous sommes sustentés au restaurant Les Carmes, situé... 2 rue des Carmes justement !!

C'est le serveur (très rougeaud au visage carmin) qui nous a indiqué que cette discrète institution rennaise assurait le service depuis près de 80 ans !!

Cette dernière a été reprise récemment par Etienne Mangerel (et Iwona).

Etienne Mangerel semble avoir officié quelques années en Irlande, avant un "retour aux sources" couronné d'un encourageant petit buzz local.

2 toques G&M, 2 fourchettes et des "piécettes" (menu à moins de 20 balles) au Gros Rouge au compteur. A nous de voir si les distinctions sont méritées.

Source "juste à côté"

Source "juste à côté"

Accueil (un poil distant) d'un serveur... qui s'avérera souvent tout seul !! Intérieur aux tons clairs, typé vitrine de Noël sobre de "Maison du Monde".

Il est à peine 20h00, la salle ne déborde pas de monde.

Carte en main, nous optons rapidement pour le menu "Introduction" (pardonnez mon esprit mal tourné, dont l'intitulé me fait plus penser à un séjour à la Fistinière qu'à de la gastronomie) à 33 €.

Rafraîchi(e) chou-fleur saumon mariné - Velouté de potimarron et châtaigne, cuisse de canard confite, vieille mimolette, café - Dos de merlan, crème de quinoa, pickles de citron, moules fumées et pommes de terre confites
Rafraîchi(e) chou-fleur saumon mariné - Velouté de potimarron et châtaigne, cuisse de canard confite, vieille mimolette, café - Dos de merlan, crème de quinoa, pickles de citron, moules fumées et pommes de terre confites
Rafraîchi(e) chou-fleur saumon mariné - Velouté de potimarron et châtaigne, cuisse de canard confite, vieille mimolette, café - Dos de merlan, crème de quinoa, pickles de citron, moules fumées et pommes de terre confites

Rafraîchi(e) chou-fleur saumon mariné - Velouté de potimarron et châtaigne, cuisse de canard confite, vieille mimolette, café - Dos de merlan, crème de quinoa, pickles de citron, moules fumées et pommes de terre confites

Un(e) agréable rafraîchi(e) arrive rapidement. Service toujours un poil distant froid à mon humble goût.

L'entrée (la mienne) est très chaude, bien exécutée, au canard généreux, juste crémeuse, encore dans l'esprit automne-hiver.

Mon enrobé de collègue de tablée ne semble pas moins enchanté par son entrée maritime.

Quasi de veau rôti, écrasé de topinambour rôti, oignons confits - Blanc de cabillaud, raviole de langoustines, pomme, céleri rave façon risotto
Quasi de veau rôti, écrasé de topinambour rôti, oignons confits - Blanc de cabillaud, raviole de langoustines, pomme, céleri rave façon risotto

Quasi de veau rôti, écrasé de topinambour rôti, oignons confits - Blanc de cabillaud, raviole de langoustines, pomme, céleri rave façon risotto

Une viande à la cuisson soignée (riez bande de moqueurs... et ouais, j'ai pas pris de poiscaille) des légumes maîtrisés, un confit d'oignons surpuissant.

Rien à redire, c'est techniquement irréprochable, toujours généreux, sans faute d'assaisonnement excessif !!

Crème brulée au chocolat et gingembre, mousse de banane et glace au pop corn

Crème brulée au chocolat et gingembre, mousse de banane et glace au pop corn

Cohérence qui tient jusqu'au dessert (souvent juge de paix, pour moi, d'une séquence réussie ou non) d'une rare justesse là encore.

Pas d'excès de sucre, un gingembre discret, une mousse banane modèle... et une glace au pop-corn qui aurait dû me faire fuir... mais non !! Excellente crème brûlée alternative !!

Les Carmes à Rennes

Carte des vins courte, trop courte, qui laissera sur sa faim certains amateurs.

C'est donc un Vouvray 13 de chez Vincent Carême qui nous accompagna tout au long du repas.

Un chenin qui, comme l'a précisé le Maître Cappello limougeaud, joua plus sur la finesse que sur la puissance... un peu comme ce dîner au classicisme de bon aloi, techniquement très cohérent, qui rassurera les esprits peu aventuriers, à défaut de surprendre...

Restaurant Les Carmes

2 Rue des Carmes, 

35000 Rennes

02 99 79 28 95

www.lescarmes-rennes.com

Voir les commentaires

Café de la mairie à Saint-Avé... et Téo !!

1 Avril 2015, 12:09pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Une toute nouvelle adresse en BzH, dans le Morbihan, en "banlieue vannetaise".

Nicolas Séjourné a tenu le restaurant- bar à vin "Les Remparts", avec succès, à Vannes entre 2009 et 2014.

Presque 1 an après avoir cédé son adresse vannetaise, le voilà à nouveau "dans la place", cette fois-ci à St-Avé.

Le "Café de la mairie" a ouvert ses portes le 24/03 dernier.

Trois jours plus tard, je débarque au déjeuner, alors que les réglages battent leur plein !!

Café de la mairie à Saint-Avé... et Téo !!

Niché au pied d'un petit immeuble jouxtant la mairie de la bourgade, le "Café de la mairie" impressionne dès l'entrée par son aménagement flambant neuf.

Totalement repensé par Studio 02 (il y avait un fast-food resto tradi "anonyme" auparavant), la déco est "sobre et lumineuse", typée "nordique", loin des horreurs damidoesques trop souvent repompées sur le TF1 discount du PAF M6.

On a fait dans le "chêne blond", jolies chaises design, quelques tables en alcôve (la table 1 est propice à une certaine intimité-tranquillité)... et une très jolie cave à vins (10m2) de type "aquarium à persiennes" au centre de la pièce.

Le Boss est tendu. Normal, c'est un démarrage. Je le laisse bosser, visitant les lieux, bien plus vastes qu'aux Remparts.

Il y a même un coin "dégustation", avec table haute et présentoir de cave. Un petit tour justement dans la cave climatisée, pour un rapide scan des références proposées.

Les bonnes habitudes (et références) sont restées côté liquides, avec une excellente surprise en prime... mais voyons d'abord ce que ça vaut côté miam.

Café de la mairie à Saint-Avé... et Téo !!
Café de la mairie à Saint-Avé... et Téo !!

Une formule "entrée-plat-café gourmand" à 16,50 € (10,50 € pour entrée-plat), une alternative avec le "menu du printemps" à 18 € (entrée-plat, 24 € avec le dessert). Des plats à la carte entre 8 et 23,50 €... plus quelques en-cas sur le pouce !!

Nous partons pour la formule printanière en 2 plats.

Terrine de lapin aux noisettes/salade bio - Tartare de lieu jaune aux herbes fraîches - Merlu au naturel, légumes de printemps, vinaigrette d'herbes
Terrine de lapin aux noisettes/salade bio - Tartare de lieu jaune aux herbes fraîches - Merlu au naturel, légumes de printemps, vinaigrette d'herbes
Terrine de lapin aux noisettes/salade bio - Tartare de lieu jaune aux herbes fraîches - Merlu au naturel, légumes de printemps, vinaigrette d'herbes

Terrine de lapin aux noisettes/salade bio - Tartare de lieu jaune aux herbes fraîches - Merlu au naturel, légumes de printemps, vinaigrette d'herbes

Si la terrine est un poil froide et un peu sèche, le "tartare de lieu" ne souffre pas la moindre critique. Un joli merlu à la cuisson sur le fil (comprendre "impeccablement cuit" pour les gens normaux, "pile au max" pour les psychopathes comme moi), aux généreux et délicieux légumes croquants !!

Mais comme indiqué au début de l'article, 72 heures après son ouverture, le rodage est toujours en cours.

Nicolas est tendu comme un string par ces ajustements. Laissons les choses se mettre en place. Tout ceci pour signaler qu'à 18 balles €, la formule est déjà fort honorable !!

L'excellente surprise, susurrée au début de ma bafouille, concerne justement la carte des vins... qui est déjà au point côté tarifs !!

Le Café de la mairie, au-delà de sa fonction de bar (vous pouvez toujours y boire un café le matin), est aussi une cave à vin !! Vous pouvez donc acheter les vins à prix caviste !!

"And Ze cherie on ze cakeu"... pour les boire à table, un droit de bouchon unique à 7,50 € !! Eh oui, enfin du "vin sur table" à prix raisonnable !!

Un petit tour sur les références aperçues : Gramenon, Mélaric, Fosse-Sèche, Overnoy, Laherte, Foillard, Tripot, La Grange Tiphaine... et plein d'autres qui arrivent !!

Une chose est sûre... que ce soit pour y boire ou y manger, on y remettra les pieds !!

Billet écrit il y a quelques jours, qui tombe à point nommé pour mettre en lumière un évènement organisé par Isabelle Perraud : Un mois pour Téo.

Je ne connais pas le petit Téo, mais je suis (à distance) les terribles épreuves que traverse ce gamin au visage souvent inondé de sourires...

Source Côte de la Molière

Source Côte de la Molière

La généreuse mobilisation "affective et morale" ( par des réseaux sociaux soucieux, que l'on juge trop souvent artificiels) dont il bénéficie est exemplaire.

Téo n'a pas la chance de pouvoir manger ce dont il a envie à cause de cette putain de sa race satanée maladie.

Aussi, par procuration, nous autres baffreurs gourmands de la toile, qui avons la chance de pouvoir manger sans restrictions, d'être en bonne santé, nous allons durant tout le mois d'avril lui "dédicacer" nos plats, nos plaisirs de la table (de la chaise, ou debout), qu'il retrouvera très vite je l'espère.

Aussi, Téo, voici pour toi ce sympathique déjeuner d'un tout jeune restaurant qui a l'espoir, comme toi, de nous rendre heureux...

Pour que Téo, même sans apéro, puisse nous faire rire de ses rôts (forcément bios) !!

CAFE DE LA MAIRIE
Bar-Restaurant-Cave
Place de l'Hôtel de Ville
56890 Saint-Avé
Tél: 02 97 60 60 27

Ouvert du mardi au dimanche pour le déjeuner, du jeudi au samedi pour le dîner.
Cave ouverte mardi et mercredi jusqu'à 20h00, du jeudi au samedi jusqu'à minuit.

EDIT JUIN 2015 : établissement fermé en juin 2015 !!

Voir les commentaires

L'Arbalaise à Saint-Brieuc

15 Mars 2015, 16:15pm

Publié par Docadn

Bonjour,

La déclinaison en version bistrot d'une "table réputée" n'est point le monopole des restaurateurs parisiens ou lyonnais. Le phénomène existe même en Bretagne... jusque dans les Côtes d'Amor.

Après 3 semaines de silence, le foutoir se réveille enfin, car il a faim.

Retour sur une table dont je n'ai pas encore totalement chié le contenu est à peine digéré à l'heure où je dactylographie, avec mes deux index de gendarme raté, ces lignes.

L'Arbalaise à Saint-Brieuc
L'Arbalaise à Saint-Brieuc

L'Arbalaise est l'émanation "bistrot" de la "grande table locale" Aux Pesked (poissons en breizhou), drivée par Mathieu Aumont (1 macaron au Gros Rouge).

C'est une certaine Aurore Gosselin (selon la "vieille référence" trouvée sur le net) qui dirige les pianos.

Pâtissière de formation, elle a oeuvré en tant que telle Aux Pesked, avant que Mathieu Aumont ne lui confie les clés du bistrot, il y a 4 ans, pour y proposer une "cuisine de marché".

C'est Marina Blévin (désormais associée à Mathieu Aumont) qui veille au grain en salle.

Nous nous pointons à midi pétantes, sans résa, pour découvrir un grand comptoir à l'entrée, fort bien garni en pochtrons locaux à casquettes de marin d'habitués venus boire le coup des coups après le marché.

Une grande salle avec carrelage à l'ancienne, tables raccords dans la première salle. Banquettes et déco moins "défraîchie" occupent le long corridor prolongeant la salle (80 couverts au total). Une vraie carte postale pour le Fooding !!

Accueil poli par un clone troublant de Bettane (avec 30 kg de moins), qui nous installe immédiatement au plus près des chiottes (évitez pour le coup les tables 28 et 29), comme si on pouvait lire dans mon regard que je souffrais de troubles prostatiques graves, alors que la salle est quasi vide (et pas totalement réservée) !!

Si vous voyez parfaitement cette illustration depuis votre table, vous pourrez vous soulager en moins de 4 secondes !!

Si vous voyez parfaitement cette illustration depuis votre table, vous pourrez vous soulager en moins de 4 secondes !!

L'ardoise annonce une première séquence entrée-plat-dessert à 17 €... un samedi midi !!

Je pars donc pour la totale, quand La Miss opte pour un moyen métrage entrée-plat à 14 balles, en compagnie d'un chardo pas gégé, mais pas cher (2,90€) !!

Beignets d'encornets, sauce tartare -  Brandade de morue
Beignets d'encornets, sauce tartare -  Brandade de morue

Beignets d'encornets, sauce tartare - Brandade de morue

Des beignets d'encornets TOP pour démarrer ce déjeuner !! Parfaitement saisis, tendres, un pur délice.

La blanquette fait dans le "tradi-maison qui rassure sans surprendre", quand la brandade déçoit La Miss. Il est vrai que les morceaux de poissons se font aussi rares qu'une fève dans une galette, dommage...

Le seul name-dropping de la séquence, avec cet honorable fromage blanc de "La Ferme des Grands Prés", nappé d'un coulis de framboise au juste sucre.

Une séquence plus qu'honorable sur mes choix, un poil décevante pour La Miss !!

Blanquette de veau - Fromage blanc, coulis de framboise
Blanquette de veau - Fromage blanc, coulis de framboise

Blanquette de veau - Fromage blanc, coulis de framboise

Mais remettons les choses à leur place : où manger aussi correctement pour 17 balles à St-Brieuc ?! A l'Air du Temps me diront sûrement d'autres locaux !!

Peut-être... et sans aucun doute pour mieux y boire, quand j'y lis la carte des vins, écrasant sans mal la très laborieuse sélection de L'Arbalaise (ce dernier n'hésitant pas à souligner qu'elle est faite par la maison-mère... !!).

Le seul bémol (de taille, pour moi qui m'agace aussi souvent de la forme que du fond) est cette propension à "glisser des éléments modernes quand on n'assume pas totalement de faire du bistrot à la papa" !!

Je me suis agacé (intérieurement) dès l'entrée, en voyant ces splendides anneaux d'encornets servis sur une gouttière en porcelaine un plat à apéritif d'à peine 8 cm de largeur !!

Je passe sur la cocotte pour la blanquette et la bassine à Rika Zaraï la simili soupière pour la brandade, mais une assiette pratique et jolie ça existe aussi !!

En attendant, on ne peut nier le succès de ce bistrot au rapport qualité/prix indéniable, attirant sa horde locale de bobos rougeauds et ses vieux beaux à pantalons pastel (45 minutes d'attente à notre départ pour les imprudents qui tentent leur chance après 13h00) !!

Une adresse qui, en travaillant sa carte des vins et sa vaisselle tout en préservant son carrelage de grand-mère, ne tardera pas à s'attirer la sympathie du Fooding, pour être rapidement classée "miniprix-bistrot-terroir".

L'Arbalaise

12 Rue Michelet, 22000 Saint-Brieuc

Tél : 02 96 33 02 30

www.larbalaise.fr

larbalaise@orange.fr

Ouvert tous les midis du lundi au samedi. Tous les soirs du jeudi au samedi

NB : préférez dans le mesure du possible "le corridor", la salle étant très bruyante quand le comptoir est gavé des ses piliers affiche complet !!

Voir les commentaires

La Table d'Anjou à Tiercé

12 Février 2015, 21:54pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Suite et fin du week-end angevin, avec une nouvelle table au tableau de chasse de votre baffreur serviteur.

Cathy et Thierry Michelet sont les heureux propriétaires de La Table d'Anjou, qui a ouvert ses portes en juin 2012.

Deux ligériens de "souche", aux parcours de globe-trotters de la fourchette et du verre à pied.

Honneur à Cathy, qui après des débuts en Allemagne et en Angleterre, a vu sa carrière "décoller" au Bristol, puis au Camélia à Paris (en tant que sommelière), avant de devenir chef-sommelière à "L'Atelier Joël 50 nuances de Robuchon".

La Table d'Anjou à Tiercé

Pour Thierry Michelet, un parcours pas moins "honteux". Apprenti chez Didier Vidus (Au Val-de-Loire à Les Rosiers/Loire), il enchaîne chez Jean Criton (Fontevrault l'Abbaye), avant de "monter à la capitale".

Taillevent, La Présidence de la République, Le Meurice, Le Georges V, Camélia (Bougival), Le Négresco, chef-adjoint à l'Espadon (Le restaurant de Ritz)... que des petites maisons anonymes en fait !!

Un petit tour à Biarritz (Grand Hôtel Loréamar), un autre "coup de main" à La Ribaudière (Bourg-Charente, étoilé Gros Rouge), avant de poser son sac à Tiercé, comme un retour aux sources nécessaire après des années à "bourlinguer".

La salle est déserte à notre arrivée. Elle est d'une blancheur presque trop clinique à mes yeux !! Cathy Michelet est au service, épaulée d'un serveur un poil timide.

Grignotages

Grignotages

Elle nous propose un "menu composé à partir de son marché", soit une séquence entrée-plat-dessert à 39€ (avec 2 plats et 3 desserts au choix) pour ce samedi soir de janvier.

Foie gras poêlé, velouté de topinambour, noisettes du Piémont, pulpe de kumquat

Foie gras poêlé, velouté de topinambour, noisettes du Piémont, pulpe de kumquat

St Jacques d'Erquy, bouillon mousseux de homard, légumes racines

St Jacques d'Erquy, bouillon mousseux de homard, légumes racines

Terrine de pommes confites 5h, cookie noix au chocolat, dôme châtaigne, sorbet noisette grillée

Terrine de pommes confites 5h, cookie noix au chocolat, dôme châtaigne, sorbet noisette grillée

Une séquence de très bon niveau, avec son foie gras juste rosé, ses St-Jacques sur le fil et son bouillon délicieux.

Une réserve sur le cookie, pas gégé, qui gâche la bonne idée du dessert.

Une attente un poil longuette entre l'entrée et le plat. service souriant, pro et discret.

La carte des vins montre tout l'intérêt porté aux crus locaux et voisins, avec une préférence pour les "bios"(on a l'impression d'être aux Greniers St-Jean, mais assis), malgré quelques coefficients assez discutables.

La Table d'Anjou à Tiercé

C'est donc un "Entre Deux Voyes" 2011 du P'tit Domaine de Richard Desouche (un peu moins de 40 balles sur table) qui a remporté l'appel d'offres de la soirée.

Si je me suis déjà extasié devant le rouge du domaine, je ne peux que faire l'éloge de ce chenin à la très bonne tenue gastronomique... mais à la distribution hélas trop ténue pour en remplir sa cave !!

En conclusion, une jolie table (que les parigots qualifieront de "cuisine provinciale") excentrée, où un couple aux cv de cadors s'applique à distiller une cuisine inspirée, sans tomber dans les travers d'une branchitude ennuyeuse et pleine de non-sens.

La Table d'Anjou

Cathie et Thierry Michelet

16 rue d'Anjou

49125 Tiercé

Tél : 02 41 87 99 63

www.latabledanjou.com

restaurant@latabledanjou.com

EDIT décembre 2015 :

établissement signalé fermé fin 2015 !!

Voir les commentaires

L'Annexe à Vannes

15 Janvier 2015, 22:44pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Heureux de vous retrouver, pour la 8ème année consécutive, au sein de ce foutoir oeno-gastro-pédestre-mais-pas-trop.

Une année 2015 qui commence comme une gueule de bois trop longue... mais foin de larmoyante prose d'un Ghandi discount du clavier, alimentant le cairn mondial des indignations et des formules archi convenues.

Escapades va continuer à vous saturer les pupilles, entre 2 bouteilles bouchonnées et 3 poissons trop cuits, de photos floues, de textes poussifs agrémentés de vaines tentatives d'humour.

L'Annexe à Vannes

Retour en BzH, après 1 année francilienne, pour découvrir la nouveauté de l'automne 2014 à Vannes.

Source le Télégramme

Source le Télégramme

L'Annexe fut (dans le désordre) une pizzeria, un resto marocain, avant d'être repris en octobre dernier par le duo ci-dessus.

A ma droite, Elise Rollet, ex-Roscanvec (Vannes), Ex-Agapa (Perros-Guirrec) au service.

A ma gauche, David Kiburse, ex-Roscanvec (en tant que second, décrochant une étoile en 2014) au piano.

Une "joint-venture" aux aspirations bistrotières prometteuses, vu les parcours, qui a l'honneur d'ouvrir ma saison 2015 à table.

Un mercredi soir de janvier. Il pleut. La salle, à la trentaine de couverts, est vide. La déco dans les tons actuels, plutôt lumineuse, passe-partout.

L'Annexe à Vannes

La Miss a "grouponné" une formule mettant le "Menu Plaisir" à 25 € au lieu de 35 €.

L'accueil est archi souriant... me faisant quasiment passer pour un Droppy sous Prozac (je me défends pas mal en sourire normalement, mais là, je suis battu par K.O).

Mises en bouche / Kasha / St-Jacques-carottes-gingembre-Citronnelle
Mises en bouche / Kasha / St-Jacques-carottes-gingembre-Citronnelle
Mises en bouche / Kasha / St-Jacques-carottes-gingembre-Citronnelle

Mises en bouche / Kasha / St-Jacques-carottes-gingembre-Citronnelle

Agréables mises en bouche sur bases fromagères, dont une sympathique de cervelle de canut.

"La mousse de sarrasin torréfié" ou "kasha" est une surprenante et puissante pré-entrée, très bretonne dans l'esprit.

L'entrée est généreuse, les St-Jacques (un poil chétives) sur le fil en terme de cuisson, impeccablement saisies. Sous l'écume de carottes se cache une purée hyper onctueuse, très "hivernale-je-veux-du-moelleux-qui-tient-chaud-on-est-bien".

St-Pierre-Epinards-Bouillon noisette - Quasi de veau-Racines-Châtaignes
St-Pierre-Epinards-Bouillon noisette - Quasi de veau-Racines-Châtaignes

St-Pierre-Epinards-Bouillon noisette - Quasi de veau-Racines-Châtaignes

J'ai opté... pour le veau !! Si, si, ne vous moquez pas, je n'ai pas pris le poisson... pour une fois !!

Bien m'en a pris, car je n'aurais pu passer sous silence les 4,4 secondes de "sur-cuisson" constatée sur les (rares) bouchées volées à La Miss.

Pour le quasi, c'est un sans-faute !! Rosé comme demandé, moelleux et charnu en même temps, avec du goût... pour ceux qui serinent que le veau n'en a pas !!

Les châtaignes font à nouveau écho au volet "hivernal-je-veux-du-moelleux-qui-tient-chaud-on-est-bien" de l'entrée.

On pourra se plaindre de l'inusable tendance des racines et autres végétaux, souvent exotiques, parsemant les assiettes. David Kiburse n'en abuse pas, heureusement...

Crémeux citron-Meringue-Kalamansi - Baba-Ananas-Granité Mojito
Crémeux citron-Meringue-Kalamansi - Baba-Ananas-Granité Mojito

Crémeux citron-Meringue-Kalamansi - Baba-Ananas-Granité Mojito

Un crémeux à ne pas mettre entre tous les palais, vu l'acidité très élevée. Perso j'adore, mais méfiance si vous sortez d'un détartrage !!

Le baba-Mojito est un concept qui tient plutôt la route, malgré un taux de sucre trop élevé pour ma pomme.

Service dynamique, à la banane permanente... c'est qu'elle finirait par m'énerver à sourire tout le temps celle-là, non mais oh !! Ils sont où nos serveurs tristes qui tirent des tronches à faire pleurer des clowns ?!!

Blague à part, ça fait plutôt vraiment du bien de voir un service aussi "éclairé".

Une carte des vins gentille (alimentée par Au Nom du Vin à St-Avé), qui ne fera pas courir nus dans les rues les alcooliques accrocs à la chose, mais aux tarifs humains.

Côté assiette, aucun doute sur la vigilance et le soin apportés aux produits intelligemment mis en oeuvre par David Kiburse et son équipe.

Au global, une jolie cuisine généreuse, plus proche de la définition (éculée) d'une certaine "bistronomie" que celle revendiquée de bistrot...

Un solide rapport qualité/prix*, que l'on peut mettre en perspective sur la formule déjeuner, qui met la séquence entrée-plat-dessert à 19 € !!

Une Annexe qui peut rivaliser sans risques avec quelques jolis voiliers du coin...

A ce tarif, c'est sûrement un des meilleurs plans actuels de la ville

* Sauf sur le café, au tarif un poil trop corsé à mon goût (4€) !!
L'Annexe

18 rue Emile Burgault
56000 Vannes

Tél : 02 97 42 58 85
Fermé dimanche et lundi




 

Voir les commentaires

Restaurant AG à Paris 6ème

1 Novembre 2014, 14:06pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Une boulimie toujours très active en cette fin de séjour parisien.

Votre scribe maladroit se la joue Pudlo, avec cette toute nouvelle table face au marché St-Germain, en compagnie de la trop rare Louise, de nos expats Chrisos et Oanèse, notre maestro de la fourchette Alain, sans oublier mon alter et (pas trop) gros explorateur des curiosités pas forcément branchées : Mix !!

L'AG (pour Atelier Gastronomique, ou Alan Geaam du nom du proprio-restaurateur, déjà aux commandes de L'Auberge Nicolas Flamel et L'Autobus Impérial, à Paris aussi) a ouvert le 13 octobre dernier, en lieu et place du Bistrot de l'Alycastre.

C'est un certain Medi Ben (passé par Le Meurice, Les Crayères et le Pré Catelan) qui officie au piano.

Jolie salle à la déco très classique, discrète, aux hauts plafonds bordés de plâtres sculptés, mais catastrophique en terme d'acoustique quand des bourrins gueulent comme au PMU quand le canasson et le jockey ont perdu "clients à la voix qui porte" dînent ensemble.

Restaurant AG à Paris 6ème
Restaurant AG à Paris 6ème

Une formule tarifée à 40 € pour la séquence entrée-plat-dessert, adossée à une carte aux tarifs bistrotiers pas trop délirants vu le quartier et le standing visé.

Un verre de Drappier (champagne, offert par la maison), avant une mise en bouche de saison.

Espuma de châtaignes, cromesquis au foie gras - Raviole de veau/Butternut/Pickles
Espuma de châtaignes, cromesquis au foie gras - Raviole de veau/Butternut/Pickles

Espuma de châtaignes, cromesquis au foie gras - Raviole de veau/Butternut/Pickles

Volaille/Comté/Champignons - Chocolat/Praliné
Volaille/Comté/Champignons - Chocolat/Praliné

Volaille/Comté/Champignons - Chocolat/Praliné

Une entrée "comme chez les autres" (j'ai pensé à Richer pour le coup, ne cherchez pas, moi-même je ne sais pas), une volaille superbe de moelleux et d'équilibre (même si je cherchais un peu la place des champis dans le lot), quand le dessert était plus qu'honorable très correct.

J'ai goûté d'autres desserts dans les assiettes de mes voisins (sablé/Yuzu/meringue, mais aussi un pavlova sans fruits rouges assez pertinent, obtenu grâce à la perspicacité de notre barbu gourmand). Un niveau sucré costaud pour un bistrot.

Si je me plains souvent du moment casse-gueule du "dessert au restaurant", force est de constater qu'il y a un pâtissier derrière ces jolies réalisations.

Alan Geaam nous confirmera avoir effectivement "investi" sur un vrai pâtissier (qui ne "touche pas le salé") en la personne de Marius Dufay (passé par Ledoyen et Mandarin Oriental).

Service courtois (un poil longuet au départ), carte des vins courte, pas super sexy, avec un honorable Crozes-hermitage blanc 11 de chez Mucyn (37 €), quand le prix du verre de chablis générique de Fèvre (bu en guise d'apéritif), m'a carrément fait sursauter (10 €) !!

A noter, l'eau "maison" à 4€, gazéifiée sur place, servie à volonté...

En conclusion, une nouvelle adresse qui reprend tous les codes tendances en vigueur (légumes de saison, dénomination télégraphique des plats, présentations), avec quelques fulgurances notables, le tout en assurant une réelle cohérence gustative jusqu'aux desserts.

Restaurant AG

2 rue Clément

75006 Paris

Tél : 01 43 25 77 66

Voir les commentaires

La Table d'Aki à Paris

25 Octobre 2014, 11:04am

Publié par Docadn

Bonjour,

Mes (rares) lecteurs le savent : j'adore le poisson !!

J'en prends 7 fois sur 10 au restaurant quand ce dernier s'avère "assez sexy sur le papier"... puis, dans la même proportion, je critique vertement sa cuisson trop souvent ratée !!

Paris ne fait pas exception à cette règle !! Autant chercher une vraie facture dans la dernière campagne présidentielle de Sarkosy !!

J'ai fait l'apologie de Chez Casimir et de Chez Michel dans ce domaine... tout en cherchant d'autres tables capables de me faire décoller avec des "bestioles à nageoires mortes mais fraîches" !!

Notre capitale ne manque pas de ressources pour continuer à me faire espérer, voire bander de m'esbaudir sur des trésors "gastro-maritimes" cachés !!

La Table d'Aki à Paris

Le magazine Wasabi (qui traîne parfois dans certains restos abonnés) avait publié une enquête sur la cuisine dite "hybride".

Cette "investigation" était assortie d'une liste de cuisiniers japonais exerçant à Paris (ces derniers sont très recherchés tendances dans le petit monde du bistrot-branchouille-lutétien) et pratiquant une cuisine autre que celle en vigueur dans l'archipel nippon.

La Table d'Aki avait retenu mon attention, par son fonctionnement atypique et le joli buzz suscité il y a presque 3 ans, lors de son ouverture...

Depuis, un silence guère étonnant, dans une sphère où chaque nouveauté chasse la précédente...

Aussi, je tente ma chance 48h00 avant, pour décrocher 2 des 16 couverts disponibles dans cette dînette avec cuisine ouverte et murs sobres, n'ouvrant qu'à 20h00 pétantes (j'ai essayé 5 minutes avant, c'est fermé !!).... et ça marche !!

Le chef Akihiro Horikoshi a aligné 80 trimestres à l'Ambroisie (Bernard Pacaud), avant de reprendre ce qui fut un salon de thé.

Ici, depuis 3 ans, il oeuvre seul en cuisine, assurant même le service quand la serveuse est occupée.

Un menu unique qui pique au tarif plutôt élitiste le soir, en 5 plats... c'est parti !!

St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée
St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée
St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée

St-Pierre-salsifis-ail-romarin / St-Jacques-mousseline de potimarrons / Minute de cabillaud cèpes et huile parfumée

Puis vint...

Bar rôti-coeur de laitue caramélisée-jus de viande-légumes / Dacquoise mousseline-figue poêlée-caramélisée
Bar rôti-coeur de laitue caramélisée-jus de viande-légumes / Dacquoise mousseline-figue poêlée-caramélisée

Bar rôti-coeur de laitue caramélisée-jus de viande-légumes / Dacquoise mousseline-figue poêlée-caramélisée

  • Si le St-Pierre fait quasiment office de "mise en bouche", vu sa taille, son extraordinaire expression gifle déjà mes sens blasés par le poisson maltraité !!
  • Les St-Jacques nous font décoller à une altitude vertigineuse !! La juste fermeté, l'incroyable maîtrise des textures et la cuisson millimétrée nanométrée font de chaque bouchée un quasi orgasme bucal, adossé à une touche épicée d'orfèvre !! Un plat monstrueux, inhumain de perfection, capable de décrocher 3 macarons sans trembler !!
  • Les 2 poissons suivants ne souffrent d'aucune tare !! Le bar a une peau grillée qu'on ne peut décemment abandonner sur le bord de l'assiette !! J'en aurais dévoré des autoroutes !!
  • Même cette "dacquoise à la con" m'a renversé par sa simplicité et son aérien transfigurés !!

En 01h45, Akihiro Horikoshi a dégainé 80 assiettes (64 en vrai, vu que la dacquoise est déjà prête), d'un sobre esthétisme (les spots éclairant très bien le centre de la table mettent peu en valeur l'assiette sur les bords tout ça pour justifier mes photos pourries), d'une netteté confondante, où chaque poisson garde son identité gustative !!

Je parviens à échanger quelques mots avec l'auteur. Je balbutie mes émotions répétées face à ces salves gastronomiques d'un très haut niveau (ça ne vaut pas moins d'un mac et 3 toques).

Il marmonne ne cuisiner que des poissons sauvages (tous étaient bretons ce soir-là !!), n'avoir servi du saumon que 3 fois (il se pince le nez pour signifier que la majorité d'entre eux puent... sauf celui de l'Adour, seul digne de toucher ses poêles !!).

Dans d'autres circonstances, je me serais plaint d'une "satiété optimisée" de ce dîner (on explique, à qui veut l'entendre, que les japonais mangent à 80% du seuil de satiété, pour rester "éveillés et efficaces").

Hormis le 1er plat, les autres furent de vrais plats "quantitativement parlant".

Mais l'immense bonheur gastronomique vécu remplit aimablement les espaces laissés vacants.

Certains esprits analytiques n'y verront qu'un laboratoire expérimental de la cuisson fondamentale du poisson... faisant abstraction des subtiles combinaisons tissées autour de ce dernier.

Si vous cherchez un VRAI et BON TRES BON EXCELLENT restaurant de poissons à Paris, au service pro, efficace, dans une ambiance "comme à la maison",on ne se risquera pas au "rôt chanté" sans que les 14 autres convives ne tournent la tête vers le ou la coupable dans une ambiance sereine où tout le monde chuchote par respect pour autrui, c'est ici !!

Le prix : pas donné, cette séquence était facturée 70 €... 80 en remplaçant un poisson par un demi homard !!

Les vins : carte courte, pas excitante, 9 rouges, 7 blancs, 2 champagnes, de 30 à 106 €.

La Table d'Aki
49, rue Vaneau
75007 Paris
Métro : Vaneau
Tél. 01 45 44 43 48

Voir les commentaires

Restaurant Rossi & Co à Paris

10 Octobre 2014, 22:28pm

Publié par Docadn

Bonjour,

A peine digéré, déjà en ligne !!

J'accuse un retard éditorial conséquent sur mes dégustations de vin. Par chance, les impressions de ces dernières sont figées sur le papier, quand celles d'un restaurant s'évaporent souvent à la vitesse d'un rot d'une digestion.

Il m'arrive parfois de griffonner, à la va-vite, des notes très synthétiques, pour les reprendre des mois après.

Mais là, pas question de cramer quelques milliards de synapses supplémentaires pour conter ce dîner.

Restaurant Rossi & Co à Paris

Je me retrouve dans la peu rieuse rue Mandar (du nom de l'architecte qui a vécu dans cette rue, puis dessiné les immeubles s'y trouvant... pour les bizarres comme moi qui veulent toujours connaitre la genèse des noms des rues), au 10, une nouvelle fois invité pour découvrir une table "digne d'intérêt" (ce qui est quand même plus fastoche que de mentir d'écrire sur un bouge infâme pour compenser les avis pourris de TripMachinChose).

Rossi & Co est tenu depuis 5 ans par Marco Rossi (j'ai découvert qu'il avait un homonyme footballeur).

Ce napolitain qui pourrait provoquer une émeute entre cougars et gays au physique très intelligent avait d'abord tenu la "Salumeria Rossi", avant de se lancer dans cette aventure gastronomique.

Restaurant Rossi & Co à Paris

La salle est petite, un poil froide, mal éclairée pour y faire des photos pas trop pourries l'éclairage tamisé, la déco dépouillée... mais l'accueil chaleureux !! Nous sommes venus pour manger... à table !!

Poulpe, capres, concassée de tomates, mousse à l'orange - Truite de Banka, encre de seiche, aubergine brûlée, sésame noir - Soufflé de mozzarella de Buffala fumée, girolles, truffe blanche (tuber magnatum Pico)
Poulpe, capres, concassée de tomates, mousse à l'orange - Truite de Banka, encre de seiche, aubergine brûlée, sésame noir - Soufflé de mozzarella de Buffala fumée, girolles, truffe blanche (tuber magnatum Pico)
Poulpe, capres, concassée de tomates, mousse à l'orange - Truite de Banka, encre de seiche, aubergine brûlée, sésame noir - Soufflé de mozzarella de Buffala fumée, girolles, truffe blanche (tuber magnatum Pico)

Poulpe, capres, concassée de tomates, mousse à l'orange - Truite de Banka, encre de seiche, aubergine brûlée, sésame noir - Soufflé de mozzarella de Buffala fumée, girolles, truffe blanche (tuber magnatum Pico)

Puis vinrent...

Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise
Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise
Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise
Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise

Merlu de St-Jean de Luz, carottes Joël Thiebault, bouillon de verveine - Linguine, bouillon de betteraves jaunes, truffe blanche, consommé de champignons - Agneau des Prés-salés, roquette pourpre, carottes, jus de veau - Panna cotta, cardamome, poire Williams, glace poire, framboise

Le tout arrosé de...

Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris
Restaurant Rossi & Co à Paris

On pourrait s'agacer du sempiternel name-dropping des légumes et autres "hommage à Soulages" (cauchemar des photographes, surtout les mauvais comme moi !!), mais c'est sans compter sur l'infinie douceur et de la satiété issues des assiettes délivrées.

Le très joli panel des vins proposés, certes trop jeunes pour certains, ne manque pas d'interpeller sur la passion viscérale de notre maître queux pour la dive bouteille... mais comment faire autrement quand on a épousé une bourguignonne ?!

Restaurant Rossi & Co à Paris

La carte des vins, mise en scène toute en douceur par un sommelier lui aussi italien, sera justement plus pertinente du côté de la Botte (y compris Sardaigne et Sicile) que sur les vins français, dont les coefficients peuvent faire légitimement sursauter... mais ceux qui cherchent à boire du Rousseau (Armand, bon Eric en fait) en trouveront aussi !!

Mais je martèle depuis des lustres que je vais d'abord au restaurant pour manger... et sur cette thématique, Marco Rossi, cuistot-bambin-barbu aux yeux emplis d'étoiles quand il vous présente ces (énormes) cèpes ou ses légumes, nous a livré une séquence remarquable, aux saveurs justes, aux cuissons respectées, aux expressions très élaborées, explorant au-delà des terroirs napolitains avec une élégance épurée et un talent créatif indéniable, le cuit, le cru, le brûlé, le fumé (je l'ai même traité de "scandinave" pour le coup)... un peu comme un Patrice Gelbard qui aurait réussi à se débarrasser du superflu pour ne garder que l'essentiel !!

Rossi & Co

10 rue Mandar,

75002 Paris

Tél : 09 54 96 00 38

Fermé dimanche et lundi

Formule déjeuner à 24 €, comptez 40-45 € le soir, sans les vins. 

PS : à noter en face, "Rossi le Deli", version foccace-panini-salades

Rossi le Deli
9 rue Mandar 75002 Paris 

Voir les commentaires

Les Diables au Thym à Paris

5 Octobre 2014, 14:22pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Retour dans un quartier qui a laissé exsangue mon pouvoir d'achat et presque intact mon appétit.

Le BAT est déjà très loin, quand on m'invite* à dîner aux Diables au Thym, adresse hors des radars et guides tendances.

Les Diables au Thym à Paris

Eric Lassauce a repris cette table (à son ancien chef) voilà 7 ans.

Passé par la case Senderens, il rame un peu s'évertue depuis à faire sa cuisine, presque dogmatique, très loin des esbroufes à picorer pour hipsters anorexiques et autres trucks à huile pour foodistas aux jeans trop serrés...

Alors forcément, la presse et le microcosme "branchés" n'ont que faire de cette adresse... normale !!

Je retrouve mon collègue de goulot du soir (responsable de ma "débauche éditoriale") que je n'avais pas revu depuis au moins 3-4 ans... 20 kg de moins pour l'un, 8 de plus pour l'autre...

Les Diables au Thym à Paris

Le sommelier étanche rapidement nos soifs avec un savoyard dynamique, à l'acidité diabolique.

Les Diables au Thym à Paris

Je pioche rapidement dans le menu à 38 €, histoire de pouvoir comparer le comparable** !! Un tarif "dans la cible", le soir à Paris, dans les bistrots estampillés chics "(bistro)nomie" !!

D'ailleurs, la déco sobre et les nappes blanches sont raccords avec le "standing" visé par le cuisinier belfortain.

Salade croquante aux supions, quenelle de ricotta / Dos de cabillaud, tian provençal au romarin / Tourte de blettes à la niçoise
Salade croquante aux supions, quenelle de ricotta / Dos de cabillaud, tian provençal au romarin / Tourte de blettes à la niçoise
Salade croquante aux supions, quenelle de ricotta / Dos de cabillaud, tian provençal au romarin / Tourte de blettes à la niçoise

Salade croquante aux supions, quenelle de ricotta / Dos de cabillaud, tian provençal au romarin / Tourte de blettes à la niçoise

  • Une petite salade, tantôt salée, tantôt sucrée, aux multiples textures et épices agréablement juxtaposées. Une pointe finale de clou de girofle, un poil surdosé, gâchera à peine la fraîcheur anisée et la justesse de l'ensemble.
  • L'inévitable cabillaud (je parle pour moi, vu que je prends du poisson 7 fois sur 10) et sa cuisson sur le fil, à coeur, alors que l'extérieur faisat craindre le pire. Le tian passe plutôt pour une ratatouille, tant les légumes sont confits et bons (mention pour la tomate) !!
  • Une première pour moi que de manger des blettes au dessert... en manger tout court devrais-je écrire (ma dernière expérience c'était en 1994 à Lyon) !! Si je ne suis pas fan de la 1ère heure de la fleur d'oranger, elle est assez discrète pour ne pas flinguer la bonne tourte aux blettes qui doit se faire bastonner tous les niçois dont les mères respectives doivent faire la meilleure du monde, la vraie ou je ne sais quoi d'autre !! Par contre pour la glace, c'est bien de la fleur d'oranger... et je ne suis toujours pas fan !!
Les Diables au Thym à Paris
Les Diables au Thym à Paris
Les Diables au Thym à Paris

Sympathiques découvertes bacchiques, animées par un sommelier dont la juste humilité fait honneur à la profession (il a vécu et travaillé 5 ans au Japon, avant de revenir en France).

Je retiens notamment ce pinot noir braucol syrah cabernet franc cabernet sauvignon merlot, syrah La Coquille, rouge aveyronnais produit par Patrick Rols, aux accents naturels et à la digestibilité modèle !!

Une carte des vins serrée, sobre, curieuse, aux tarifs humains, joliment illustrée par une rubrique "C'est dix vins pour enchanter vos palais" mettant en avant les coups de coeur de notre échanson.

A noter, une VRAIE carte des eaux (autre passion de notre sommelier) qui nous change des sempiternelles San-Pé et Badoit !!

Les Diables au Thym à Paris

Puis vint l'heure du digestif, moment propice pour échanger assez longuement avec Eric Lassauce.

Un patron un peu ovni dans ce microcosme gastronomique où la course à la tendance est permanente. Il a décidé de ne pas courir avec les marionnettes des assiettes, en payant cher l'anonymat qui en découle.

Il a l'innocence de croire semble encore croire à la "vraie cuisine", celle qui ne brode pas QUE sur la com', celle qui nourrit, qui apaise, qui gifle, refusant de céder aux sirènes des cuisines éphémères et sans relief du "show-boufness" !!

Si je me plains depuis des mois des copiés-collés sans âme d'un dogme imposé par le Fooding d'une certaine "bistronomie parisienne", voilà assurément l'adresse que je conseillerais à des fourchettes fatiguées des poitrines de cochon cuites 12 jours à 27,86°C et autres céviches péruviens.

Les Diables au Thym
35 Rue Bergère 
75009 Paris
Tél : 01 47 70 77 09

www.lesdiablesauthym.com

*Comme je reproche à pas mal de bloggeurs/bloggeuses de ne pas jouer la transparence lorsqu'ils vont au resto sans payer, pour la 1ère fois dans l'histoire de ce blog, j'ai accepté une invitation à la seule condition d'écrire la "vérité vraie"...

** Vu que je ne prends que des formules ailleurs, pourquoi changer sous prétexte que je ne raque pas suis invité ?!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>