Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Articles avec #morbihan

Miettes liquides et solides

11 Octobre 2015, 14:30pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Une rentrée très calme sur le front de ce foutoir internautique !!

Mon tire-bouchon est quasiment dans le coma, quand mes raids de gastronomie se réduisent à la fréquence d'un jamboree de scouts unijambistes Burkinabés.

Miettes liquides et solides

Côté liquides, la mandale mensuelle m'est tombée sur le râble par l'intermédiaire d'un splendide Riesling 2008 du Château Béla (Sturovo Region, Muzla, Slovaquie), produit la mythique Weingut Egon Müller (et un certain Miroslav Petrech).

La star allemande (Egon Müller IV de son petit nom) a découvert l'incroyable potentiel de ce terroir (ayant appartenu à un Baron Ullmann) situé sur les bords du Danube, au début des années 2000.

1er millésime en 2001, avec pour objectif de venir se mesurer, notamment, aux "références alsaciennes" des grands secs.

Sur ce 08, le nez est à l'archétype d'un riesling. Hydrocarbures puissants, élégance, déjà salivant. Une attaque finement perlante, à l'expression étonnante "d'écorces de citron", au gras très marqué, finement boisé, aux amers extraordinaires vibrants.

Finale miellée, à l'élégance indéniable, avec une infime-ridicule-limite-tu-la-sens-pas pointe de sucre, que l'équilibre exemplaire intègre parfaitement. Pour à peine 18€, une très belle bouteille qui vieillira encore admirablement. ***(*)

Miettes liquides et solides

Revenons sur nos terroirs, avec un joli jeu de mots dreadlockstracté capillotracté que "Le Telquel un poil dur" (Vin de France 2013), produit par le duo Puzelat-Bonhomme, m'a donné à voir.

Une macération carbonique pinot noir-gamay (80/20) sans soufre ajouté (à la vinif comme à la mise) ni filtration, qui renifle le "peu pas protégé mais droit", avec sa réduction qui sent les poches du manteau de fourrure remisé depuis 3 saisons... limite "cab' franc bio" dans l'esprit.

En tronche, c'est extrêmement fruité, souple, à l'acidité de diable, tout en restant gourmand et équilibré. Un truc pour convaincre les anti-natures par nature qui réduisent (parfois à raison) ces cidres vins à des cours de poterie pour zadistes dépressifs !! ***

Autour de 10 € le glouglou, qui semble avoir plus la cote chez nos voisins anglais que par chez nous, tout en se gardant de tarifs débiles de plus en plus fréquents chez certains "ultra-naturistes" !!

Mises en bouche - Escabèche de maquereau - Dos de lieu jaune aux cocos de Paimpol - Dos de cabillaud - Champs de choux à la framboise
Mises en bouche - Escabèche de maquereau - Dos de lieu jaune aux cocos de Paimpol - Dos de cabillaud - Champs de choux à la framboise
Mises en bouche - Escabèche de maquereau - Dos de lieu jaune aux cocos de Paimpol - Dos de cabillaud - Champs de choux à la framboise
Mises en bouche - Escabèche de maquereau - Dos de lieu jaune aux cocos de Paimpol - Dos de cabillaud - Champs de choux à la framboise
Mises en bouche - Escabèche de maquereau - Dos de lieu jaune aux cocos de Paimpol - Dos de cabillaud - Champs de choux à la framboise
Mises en bouche - Escabèche de maquereau - Dos de lieu jaune aux cocos de Paimpol - Dos de cabillaud - Champs de choux à la framboise

Mises en bouche - Escabèche de maquereau - Dos de lieu jaune aux cocos de Paimpol - Dos de cabillaud - Champs de choux à la framboise

Côté solides, un dîner (le 1er) chez le très discret mais néanmoins très recommandable Tire-bouchon à Lorient, que je fréquente irrégulièrement (au déjeuner).

La déco de "vieille pizzeria-auberge" triste et sombre a laissé place à un intérieur plus "damidoesque". Les poutres ont été repeintes en blanc, une nouvelle moquette à bouclettes, des tons gris... et toujours les classiques nappes blanches.

Un menu à 19, un autre à 29 €, pour 2 séquences parfaitement maîtrisées, où l'esthétisme des assiettes rimaient avec la fraîcheur et le respect des produits .... bon y'a bien 9,58 secondes de cuisson de trop sur les poissons, mais je ne suis toujours pas une référence "normale" dans ce domaine !!

Estampillé d'un "Bib au Gros Rouge", il ne manque à cette table qu'une carte des vins en phase (oui, oui, je me contredis par rapport à ce que j'écrivais en 2009, mais moi z'aussi j'ai changé) avec l'excellence de ces plats, dans cette catégorie "bistrot très soigné", au rapport qualité-prix indéniable le soir comme au déjeuner.

Le Tire-Bouchon

45 rue Jules Legrand

56100 Lorient

Tél : 02 97 84 71 92
Crédit photo : letandem.bzh

Crédit photo : letandem.bzh

Côté "nouveauté qu'il faudra tester", on m'a annoncé l'ouverture "récente" (le 19/05 dernier quand même, mais on est pas à Paname non plus où il faut avoir donné son avis avant l’ouverture) à Vannes, d'une nouvelle adresse détenue par Olivia et David Jubin, aux cv de 1ers de la classe (Guérard, Rambaud, Bras, Boulud, ducasse) : Le Tandem.

David est pâtissier de formation, quand Olivia officiait côté salé lors de leur rencontre chez les Bras. Après 3 ans chez les Québécois, les voilà en néo-voisins du Roscanvec.

Le lieu se définit comme "restaurant-brunch-salon de thé". La cave devrait s'étoffer rapidement selon les murmures d'un caviste... à suivre !!

Une naissance qui succède à la fermeture précipitée-soudaine-surprenante du Café de la Mairie à St-Avé en juin dernier. Un énième rideau baissé pour cause de "modèle économique non-viable".

En souhaitant à Nicolas Séjourné de rebondir rapidement après ce trébuchement !!

crédit photo : Laurentleberrigaud.com

crédit photo : Laurentleberrigaud.com

Autre miette solide, sur la côte lorientaise : La Table de Laurent Le Berrigaud à Guidel.

Après avoir transpiré pendant près d'une décennie au Bistrot Saumon à Pont-Scorff dans un anonymat totalement injustifié, Laurent Le Berrigaud s'est rapproché de l'océan au printemps dernier (le 18/04/15 pour les astiqueurs de diptères).

Il en a profité pour "augmenter sa visibilité" en participant à un jeu tv intitulé "le meilleur menu de France", l'été dernier.

Une nouvelle ligne à rajouter à ma liste "nouveauté qu'il faudra tester" !!

Crédit photo : cavepurjus.com... caricature d'Antony tortul alias "le Jésus déclouté" !!

Crédit photo : cavepurjus.com... caricature d'Antony tortul alias "le Jésus déclouté" !!

Dernière miette bretonne, liquide cette fois-ci, avec un "nouveau dealer internautique de jus" basé à Ploemeur (près de Lorient, une adresse signalée par notre correspondant du 8-7, AT) : Pur Jus.

Google m'apprend que c'est un certain Tegwen Naveos qui semble se "cacher" derrière cette enseigne (dont le début des activités date de 2014) axée "vins naturels", avec une boutique en ligne déjà bien achalandée.

Tegwen Navéos est surtout connu dans le milieu de la gastronomie morbihannaise. Il est cuisinier de formation et possédait une très jolie table au milieu des années 2000 à Guidel... qui a fermé... pour rebondir avec 2 autres établissements plus "accessibles" (1 pizzeria et un bistrot de la mer), toujours à Guidel.

J'avais mangé à sa "grande table" (en 2005), puis au "bistrot de la mer" à l'ouverture, mais ne sait pas si les 2 derniers établissements sont toujours d'actualité !!

Voilà, le long flash info "j'ai pas mangé ni bu grand-chose, mais je vous dis ce qu'il en est de l'actu tiède des fourneaux pas encore testés dans le 5-6" est terminé, vous pouvez fermer l'onglet !!

Voir les commentaires

L'Annexe à Vannes

15 Janvier 2015, 22:44pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Heureux de vous retrouver, pour la 8ème année consécutive, au sein de ce foutoir oeno-gastro-pédestre-mais-pas-trop.

Une année 2015 qui commence comme une gueule de bois trop longue... mais foin de larmoyante prose d'un Ghandi discount du clavier, alimentant le cairn mondial des indignations et des formules archi convenues.

Escapades va continuer à vous saturer les pupilles, entre 2 bouteilles bouchonnées et 3 poissons trop cuits, de photos floues, de textes poussifs agrémentés de vaines tentatives d'humour.

L'Annexe à Vannes

Retour en BzH, après 1 année francilienne, pour découvrir la nouveauté de l'automne 2014 à Vannes.

Source le Télégramme

Source le Télégramme

L'Annexe fut (dans le désordre) une pizzeria, un resto marocain, avant d'être repris en octobre dernier par le duo ci-dessus.

A ma droite, Elise Rollet, ex-Roscanvec (Vannes), Ex-Agapa (Perros-Guirrec) au service.

A ma gauche, David Kiburse, ex-Roscanvec (en tant que second, décrochant une étoile en 2014) au piano.

Une "joint-venture" aux aspirations bistrotières prometteuses, vu les parcours, qui a l'honneur d'ouvrir ma saison 2015 à table.

Un mercredi soir de janvier. Il pleut. La salle, à la trentaine de couverts, est vide. La déco dans les tons actuels, plutôt lumineuse, passe-partout.

L'Annexe à Vannes

La Miss a "grouponné" une formule mettant le "Menu Plaisir" à 25 € au lieu de 35 €.

L'accueil est archi souriant... me faisant quasiment passer pour un Droppy sous Prozac (je me défends pas mal en sourire normalement, mais là, je suis battu par K.O).

Mises en bouche / Kasha / St-Jacques-carottes-gingembre-Citronnelle
Mises en bouche / Kasha / St-Jacques-carottes-gingembre-Citronnelle
Mises en bouche / Kasha / St-Jacques-carottes-gingembre-Citronnelle

Mises en bouche / Kasha / St-Jacques-carottes-gingembre-Citronnelle

Agréables mises en bouche sur bases fromagères, dont une sympathique de cervelle de canut.

"La mousse de sarrasin torréfié" ou "kasha" est une surprenante et puissante pré-entrée, très bretonne dans l'esprit.

L'entrée est généreuse, les St-Jacques (un poil chétives) sur le fil en terme de cuisson, impeccablement saisies. Sous l'écume de carottes se cache une purée hyper onctueuse, très "hivernale-je-veux-du-moelleux-qui-tient-chaud-on-est-bien".

St-Pierre-Epinards-Bouillon noisette - Quasi de veau-Racines-Châtaignes
St-Pierre-Epinards-Bouillon noisette - Quasi de veau-Racines-Châtaignes

St-Pierre-Epinards-Bouillon noisette - Quasi de veau-Racines-Châtaignes

J'ai opté... pour le veau !! Si, si, ne vous moquez pas, je n'ai pas pris le poisson... pour une fois !!

Bien m'en a pris, car je n'aurais pu passer sous silence les 4,4 secondes de "sur-cuisson" constatée sur les (rares) bouchées volées à La Miss.

Pour le quasi, c'est un sans-faute !! Rosé comme demandé, moelleux et charnu en même temps, avec du goût... pour ceux qui serinent que le veau n'en a pas !!

Les châtaignes font à nouveau écho au volet "hivernal-je-veux-du-moelleux-qui-tient-chaud-on-est-bien" de l'entrée.

On pourra se plaindre de l'inusable tendance des racines et autres végétaux, souvent exotiques, parsemant les assiettes. David Kiburse n'en abuse pas, heureusement...

Crémeux citron-Meringue-Kalamansi - Baba-Ananas-Granité Mojito
Crémeux citron-Meringue-Kalamansi - Baba-Ananas-Granité Mojito

Crémeux citron-Meringue-Kalamansi - Baba-Ananas-Granité Mojito

Un crémeux à ne pas mettre entre tous les palais, vu l'acidité très élevée. Perso j'adore, mais méfiance si vous sortez d'un détartrage !!

Le baba-Mojito est un concept qui tient plutôt la route, malgré un taux de sucre trop élevé pour ma pomme.

Service dynamique, à la banane permanente... c'est qu'elle finirait par m'énerver à sourire tout le temps celle-là, non mais oh !! Ils sont où nos serveurs tristes qui tirent des tronches à faire pleurer des clowns ?!!

Blague à part, ça fait plutôt vraiment du bien de voir un service aussi "éclairé".

Une carte des vins gentille (alimentée par Au Nom du Vin à St-Avé), qui ne fera pas courir nus dans les rues les alcooliques accrocs à la chose, mais aux tarifs humains.

Côté assiette, aucun doute sur la vigilance et le soin apportés aux produits intelligemment mis en oeuvre par David Kiburse et son équipe.

Au global, une jolie cuisine généreuse, plus proche de la définition (éculée) d'une certaine "bistronomie" que celle revendiquée de bistrot...

Un solide rapport qualité/prix*, que l'on peut mettre en perspective sur la formule déjeuner, qui met la séquence entrée-plat-dessert à 19 € !!

Une Annexe qui peut rivaliser sans risques avec quelques jolis voiliers du coin...

A ce tarif, c'est sûrement un des meilleurs plans actuels de la ville

* Sauf sur le café, au tarif un poil trop corsé à mon goût (4€) !!
L'Annexe

18 rue Emile Burgault
56000 Vannes

Tél : 02 97 42 58 85
Fermé dimanche et lundi




 

Voir les commentaires

L'Auberg'ine à Sainte-Anne d'Auray

28 Octobre 2013, 07:03am

Publié par Docadn

Bonjour,

J'avais laissé Sandrine et Nicolas Legrand, il y a un peu plus de 4 ans, au service de l'institution familiale la plus réputée de la cité : "L'Auberge".

Depuis maintenant 18 mois, ils volent de leurs propres ailes au sein de leur "propre maison" (le resto est la "propriété" du père de Sandrine, Jean-Luc Larvoir, boss de L'Auberge), à quelques mètres de celle des "respectifs parents & beaux-parents du couple".

Comme trop souvent, c'est "en passant à proximité, à la bonne heure", que je tente ma chance dans le bistrot à la thématique terriblement sexy, pour le baffreur-soiffeur-aspirant, dont je façonne le statut avec force et ténacité...

L'Auberg'ine à Sainte-Anne d'Auray

L'Auberg'ine (bigre, que je déteste ces jeux de mots de salon de coiffure) trône place Nicolazic.

Une grosse maison en granit, une terrasse, en partie ombragée, accueillante, intérieur bistrot "aubergine", tables raccords, "plancher sobre et élégant", imposant comptoir (immense, trop grand !?).

Sandrine Legrand (sommelière de formation) est à l'accueil, quand son mari Nicolas Legrand (7 ans de turbin chez le beau-père), est aux fourneaux.

L'Auberg'ine tente de se faire une place sous le discret soleil local, en tant que "bistrot à vins de qualité", dans une bourgade plus dévouée aux pardons qu'aux canons et aux gueuletons !!

L'Auberg'ine à Sainte-Anne d'Auray

"L'esprit bistrot" s'aborde avec des tarifs en cohérence avec ce dernier.

Le midi, L'Auberg'ine propose un plat unique pour 11,50 €, entrée-plat ou plat -dessert pour 15 €, quand la séquence complète coûte 17 € !!

Le cahier des charges est dans les clous !!

Voyons maintenant, côté assiette, ce qui se passe avec la formule entrée-plat (pas d'appareil photo, une fois de plus) !!

Tarte feuilletée de sardine

Tarte feuilletée de sardine

Terrine de paleron et foie gras

Terrine de paleron et foie gras

Curry d'agneau, riz madras

Curry d'agneau, riz madras

Pavé de saumon, duo de choux

Pavé de saumon, duo de choux

Bonne animation de l'ardoise des suggestions, service souriant, courtois, aux antipodes du pompeux de la maison-mère en cohérence avec les aspirations de l'établissement.

Les entrées :

  • Une tarte impeccable, débordant d'iode, de goût, de fraîcheur.
  • La terrine est, selon sa meurtrière, "plus que pas mal".

Les plats :

  • Le curry d'agneau est très tendre, presque confit par moment, au goût suffisamment consensuel pour "ceux qui ne courent pas après l'ovin" (dont je ne suis pas, j'aime le goût du broutard), bien épicé, à la dommageable présentation old-school symbolisé par cette "timbale de riz".
  • Le pavé de saumon est standard, pour une fois pas trop gras (salauds de norvégiens !!).

Un verre de "No Question" (clairette-trebbiano) fort plaisant, disponible parmi une dizaine de suggestions au verre (de 4 à 8 € le godet).

L'autre point fort du bistrot, est son activité "cave à vin".

Pour le coup, j'ai pu repartir avec 2 bouteilles de mon "blanc d'apéro-repas", au tarif caviste (jolie marge en passant, sur le service au verre !!).

Une sélection qui retient somme toute l'attention quand, comme mézigue, on passe son temps à reluquer des étiquettes dans les rades !!

Gripa, Chesnelong, Anne Gros... sont aussi proposés sur le petit présentoir en salle.

En conclusion : "un bon bistrot de pays" diraient les fans de la chose !!

Effectivement, le rapport qualité-prix est bon, la cuisine indéniablement "fraîche et minute", le service au niveau attendu.

La mention "bar à vins" est un plus non négligeable, bien animé, dont on aimerait bien forcément voir 1 à 2 € en moins sur les verres les plus coûteux (vieux réflexes gastro ?!) !!

Si le couple reste dans cet esprit de simplicité et de goût, L'Auberg'ine (diantre que je n'aime toujours pas ce nom de salon de toilettage pour chiens) pourrait voir d'autres cohortes aussi dévotes que celles qui prient alentour !!

L'Auberg'ine

Bistrot, bar à vins

20 place Nicolazic

56 400 Sainte-Anne d'Auray

Tél : 02 97 31 37 19

contact@laubergine.fr

​www.restaurant-aubergine-56.com

Voir les commentaires

Le Yachtman à Lorient

23 Octobre 2013, 06:02am

Publié par Docadn

Bonjour,

 

La "tournée des troquets", à Lorient, continue !!

Pour ce nouvel épisode, je vous emmène au Yachtman.

Voilà un peu plus de 4 ans et demi que je n'avais plus exhibé mes radius et cubitus au Yachtman.

2 repas au compteur, dont le dernier jugé "correct", servi au milieu de quelques "stars" de la vallée du Rhône (eh oui, déjà ce talent ébouriffant de photographe "à part").

Pour autant, rien d'assez excitant ne m'avait donné envie d'y retourner, avant de constater que le Yachtman avait déménagé quelques mètres plus bas, dans la même rue, face à la boutique de fion érotique emblématique de la ville.

Nouvelle salle (plus petite, plus claire, plus moderne, plus bruyante, moins chaleureuse), mitoyenne d'une cave à vin, créée à l'occasion de ce "déplacement".

Eddy Derré et Jean-François Dinasquet, tous 2 sommeliers de formation, patrons historiques du Yachtman, travaillent ensemble depuis 20 ans.

Le chef Grégoire Le Floch est aux pianos !

Rillettes de chinchard

Rillettes de chinchard

Un déjeuner de dernière minute, avant un ciné, le vendredi midi, dernier coup de feu de la semaine des "repas d'affaires" de la ville.

Pas de résa !! Ouf, de la place !! A 2 minutes près, c'était cuit !!

Moins de 25 couverts, à la louche du recenseur visuel que je ne suis pas.

Accueil souriant, speed, très bistrot, pro.

Un sauvignon de Touraine (Barbou, de mémoire), typiquement félin, accompagne de bonnes et douces rillettes de chinchard.

Nous partons sur les formules à 16 & 20 € (entrée-plat & entrée-plat-dessert) disponibles.

Gaspacho de sardines

Gaspacho de sardines

Filet de julienne (très flou, désolé pas d'appareil photo ce jour-là, comme les autres fois diront les moqueurs !!)

Filet de julienne (très flou, désolé pas d'appareil photo ce jour-là, comme les autres fois diront les moqueurs !!)

Tartelette à la rhubarbe

Tartelette à la rhubarbe

  • Le gaspacho est la très bonne surprise du repas. Frais, à l'expression légumière méditerranéenne savoureuse. Une version marine, avec de vrais bons morceaux de sardines fondants dedans. Jolie entrée !!

  • Le filet de julienne est "juste cuit" pour moi, la sauce crémeuse riche, voire trop, vu l'impression laissée la lente digestion subie pendant la séance de cinoche !!

  • La tartelette à la rhubarbe est le "dessert type réussi de brasserie" !!

Quand d'autres diront que c'est "enlevé", je préfère écrire que c'est ce que j'attends d'une tartelette à la rhubarbe : une bonne pâte sablée fraîche, une belle maîtrise de l'acidité naturelle de la polygonaceae par un sucré juste, un ensemble moelleux, vif et doux !!

En conclusion, encore un "bon plan" dans cette cité architecturalement moche peu rieuse, dont le très moustachu maire de la ville était des convives ce midi-là !!

Pour 16 à 20 €, une cuisine copieuse, fraîche (label "Maître restaurateur" vissé à l'entrée), servie avec plaisir et entrain !!

Une impression qui dépasse le "correct" que je collais au souvenir de cet établissement !!

La carte des vins, assez classique sur le rapide coup d'oeil distrait jeté, offre un choix correct de vins au verre et/ou au "pot lyonnais" !!

La cave attenante (il suffit de sonner si elle est fermée, j'ai tenté un autre jour, aux heures d'ouverture, personne n'est venu !!), laisse deviner, que les Meursault d'inconnus comme Boisson-Vadot ou Coche-Dury sont disponibles à la vente !!

Heureusement que le site révèle que Guiberteau, Alliet, Chidaine, Château-Thébaud ou encore le Domaine Singla sont aussi au casting...

Bref, un endroit à "creuser", quand ils daigneront ouvrir aux heures d'ouverture !!

Le Yachtman - Le Restaurant

14 rue de la poissonnerie

56100 Lorient

tél : 02 97 21 31 91

Fermé le dimanche

Le Yachtman - La Cave à Vin

12 rue de la poissonnerie

56100 Lorient

tél : 02 97 89 05 76

Ouverte du lundi au samedi de 09h00 à 15h00,

puis à partir de 17h00

(sonner, puis attendez, attendez... on ne sait jamais !!)

www.leyachtmanlorient.fr

Voir les commentaires

Le Jardin Gourmand à Lorient

20 Octobre 2013, 16:17pm

Publié par Docadn

Bonjour,

A la louche, voilà bien 10 bonnes années que je n'avais pas pointé mon nombril (moins proéminent, à l'époque) au Jardin Gourmand.

Cette discrète institution lorientaise est arrimée, contre vents et marées, depuis bientôt 24 ans, dans l'anonyme (et excentrée) rue Jules Simon.

Nathalie et Arnaud Beauvais n'ont, pour autant, pas été épargnés par quelques tempêtes, dont la dernière aurait pu leur être fatale.

Quand la "fameuse crise de 2008" s'est manifestée, ils en ont très rapidement subi les conséquences.

Constatant une chute vertigineuse de fréquentation (au déjeuner) de près de 60% (en cause : le resserrement drastique des budgets "déjeuners d'affaires"), ils ont immédiatement pris les devants, réduisant la voilure, privilégiant une ouverture uniquement le week-end (du vendredi midi au samedi midi).

Arnaud et Nathalie Beauvais (source l'Internaute)

Arnaud et Nathalie Beauvais (source l'Internaute)

La semaine est désormais consacrée à 4 autres activités périphériques, de quoi largement occuper le champ jardin.

Déjà fort de quelques jolis succès éditoriaux, le couple est à la tête de sa propre maison d'édition : Trop Mad (trop bon, en français !!).

L'Akademi du même nom, dispense des cours de cuisine (assurés par Nathalie Beauvais) et des initiations à la dégustation des vins (animées par Arnaud Beauvais), quand La Boutik propose des produits bretons, "testés et approuvés" par notre duo.

Ils ont encore le temps d'animer, de temps en temps, le blog MPUCBTB (Mouvement Pour Une Cuisine Bretonne Trop Bonne), sans parler de l'activité "agence de com'" assurée par Arnaud, Nathalie & son frère.

Pour le coup, notre couple frise une forme d'hyperactivité, proche de celle d'Eric Guérin.

Une "adaptation au marché et aux tendances" somme toute assez remarquable, réussie, quand on n'est pas les "chouchous naturels surmédiatisés de la sphère culinaire".

En ce vendredi midi, je fête mon "certificat d'aptitude à la pratique sportive".

Je sais, l'excuse est pas super motivée bidon, bon j'avais les crocs, je passais pas loin.

Le Jardin Gourmand à Lorient

Alors que je consulte, dans l'entrée, le menu affiché, Arnaud Beauvais arrive, sourit *, s'excuse, puis affiche le vrai bon menu du jour.

Un menu qui s'avèrera en partie inexact, sur un des plats proposés.

La salle est quasi déserte, bien plus lumineuse que dans mon souvenir.

Une ambiance "bistrot chic", tons clairs, petite terrasse sur l'arrière, verrière végétale sur le côté, me tend les bras.

* Arnaud Beauvais sourit tout le temps !! C'est simple, il a dû naître en souriant ce gars-là !! Il sera sûrement le seul à encore sourire le jour de son propre enterrement !!
Grignotages
Grignotages
Grignotages

Grignotages

Je me laisse guider par le volubile patron-serveur jusqu'à ma table.

Passionné de vins (même si nous ne somme pas, apparemment de la même "obédience vinique", à part Michon en Vendée,la carte est achalandée avec force), il me propose un Sauvion 12 de la Ligne Haute Culture (vieilles vignes), au fruité évident, aux accents un poil technos pour ma pomme, mais qui fera quand même l'affaire, avec la batterie de "grignotages végétaux" qui suivent le service du vin.

Radis noir, rillettes de poissons au curry, concombre mexicain, petites tomates noires, physalis, compotée de blettes au sésame.

J'ai rarement vu autant de grignotages servis pour un seul convive !!

J'opte pour le "Menu du Marché", sur la formule entrée-plat à 24 €.

Terrine de poissons, tartare d'algues et sa fondue de fenouil à la grecque.

Terrine de poissons, tartare d'algues et sa fondue de fenouil à la grecque.

Filet de lieu jaune de ligne, en crêpe de sarrasin, fondue de légumes, Kari Gosse et bisque de langoustine.
Filet de lieu jaune de ligne, en crêpe de sarrasin, fondue de légumes, Kari Gosse et bisque de langoustine.

Filet de lieu jaune de ligne, en crêpe de sarrasin, fondue de légumes, Kari Gosse et bisque de langoustine.

L'entrée, si elle semble visuellement dépouillée, est une ode à la fraicheur et à la complexité !!

Arnaud Beauvais détaille, banane tatouée aux lèvres, chacune des 4 compositions de l'assiette.

De gauche à droite, nous avons :

  1. Une salade, délicieusement assaisonnée à l'huile de noisette (de Pontivy).
  2. Du "fenouil à la grecque" de bon aloi.
  3. Une terrine de poissons fort juste.
  4. Un tartare d'algues (de Roscoff) qui tue sa race de dauphin rose de l'Amazone (même s'il n'y en pas un gramme), par sa texture et sa juxtaposition des saveurs !!

"La crêpe de lieu jaune" n'éclate pas non plus les pupilles, par sa présentation d'une esthétique peu suffocante.

Cette fois-ci, c'est la serveuse (un poil triste) qui me fait l'article du plat.

La galette est délicatement croustillante, le poisson bien cuit (très très légèrement nacré), la bisque juste crémeuse, les légumes parfaitement intégrés au milieu, l'ensemble magnifiquement assaisonné (je n'ai pu m'empêcher de féliciter le mari de la cuisinière sur ce point). Un plat délicieux, très malin, intelligent en fait !!

Le tout fut arrosé d'une verre de "Chenin Sec 10" du Château de Fesles, au boisé moins expressif qu'à l'accoutumée (le domaine est normalement assez fan d'habitacles de castors de boisé dominant), consensuel en l'état.

Mignardises

Mignardises

Le café est accompagné de 2 portions d'un gâteau à l'avoine, d'un aérien unique, prêt à gagner le prochain Grand Prix d'Amérique !!

En conclusion, l'adresse n'a pas perdu de sa superbe, dans les souvenirs qu'elle m'avait laissés !!

Le service est mené avec une "sympathique décontraction sérieuse", qu'on n'apprend dans aucune école d'hôtellerie.

La cuisine est toujours inventive, vivante, équilibrée, généreuse, à "l'esprit bistronomique" affirmé, tenant toutes ses promesses.

Le "name dropping" (très local) des éléments mis en oeuvre, pourra sûrement agacer l'urbain fatigué par cette mode... qui n'en est pas (encore) une ici !!

Rapport qualité-prix juste, au déjeuner... à voir pour le dîner (quasiment toujours complet) !!

Le Jardin Gourmand

46 rue Jules Simon

56100 Lorient

tél : 02 97 64 17 24

Ouvert du vendredi midi au dimanche midi

(réservation conseillée)

www.tropmad.com

Voir les commentaires

Le Pressoir à Saint-Avé

17 Octobre 2013, 14:49pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Première participation personnelle, à la 4ème édition de l'opération "Tous au Restaurant".

Le principe est simple : une sélection de restaurants propose un menu unique pour 2 personnes, à moitié prix.

En résumé, c'est le restaurant qui "invite votre invité(e)" !!

Le Pressoir à Saint-Avé

Comme tous les ans (apparemment), le site de réservation a été pris d'assaut dès le 1er jour. Il a fallu attendre la fin de la journée, pour pouvoir effectuer son choix (s'il était encore disponible).

Il faut reconnaître que, pour une fois, le statut de bouseux non-francilien a un avantage énorme dans ce type d'opération.

On pouvait se délecter, presque sadiquement, sur la page FB du site "Tous au restaurant", des très nombreuses frustrations suscitées, souvent proportionnelles au prestige des tables "blindées".

Certaines d'entre-elles ont été "bookées" en moins de temps qu'il n'en faut pour virer du pognon en Belgique ou à Singapour...

De mon côté, pas de mauvaise surprise. La table choisie est disponible, mais pas le soir désiré. Ce sera donc le samedi soir.

Attention ce billet comporte un grand nombre de photos jaunâtres, dues à la combinaison d'un éclairage intimiste et d'un appareil photo taquin (pour ne pas parler de l'incompétence notoire du photographe)

Attention ce billet comporte un grand nombre de photos jaunâtres, dues à la combinaison d'un éclairage intimiste et d'un appareil photo taquin (pour ne pas parler de l'incompétence notoire du photographe)

Le Pressoir est LE restaurant historique de St-Avé. Tout proche de Vannes, il fut dirigé, 30 ans durant, par Bernard Rambaud.

Seul étoilé du coin (avec Régis Mahé, en son temps), John Chef Rambaud a maintenu le macaron jusqu'à son départ à la retraite, il y a maintenant 3 ans (qu'il a depuis interrompue, en distillant des cours à l'Ecole des desserts de Theix).

C'est au milieu de l'année 2010, que Katia Brissay & Vincent David ont repris Le Pressoir.

Le Pressoir à Saint-Avé

Vincent David est passé par le Château d'Audrieu, le Moulin du Val de Seugne, ou encore l'Espérance de Marc Meneau (dont il avait reconquis la 3ème étoile en tant que chef des cuisines).

Il voulait revenir sur "ses terres", être enfin "chez lui".

Un changement tout en douceur. Le couple a veillé à ne pas brusquer la fidèle clientèle de Rambaud, tout en distillant ses propres aspirations.

Les "classiques" sont restés, adossés à l'inventivité d'un Vincent David passionné, pragmatique et volontaire.

Des qualités qui lui ont permis de garder le macaron du Gros Rouge.

N'ayant pas eu le loisir de goûter à la cuisine de son prédécesseur, c'est le palais vierge que j'entre dans l'établissement.

Une jolie bâtisse locale où se mêlent, plus ou moins heureusement, vieilles pierres, murs blancs et poutres de crêperie cossue, sur lesquelles reposent des éléments d'une salvatrice contemporanéité...

L'ensemble respire quand même "l'ambiance bourgeoise", prompte à rassurer les frileux à la modernité allergiques au changement.

Le Pressoir à Saint-Avé

Pour cette opération, Vincent David et son équipe nous proposent le "Menu Saveurs de Saison" en 4 temps, pour 65 € (70 € avec le fromage), pour 2 !!

Au regard d'autres propositions croisées sur cette opération, autant vous dire que, sur le papier, le menu du Pressoir mettait la barre bien plus haut que beaucoup d'autres.

Galet de pomme de terre au coeur coulant, crème ciboulette au caviar de hareng et saumon fumé.

Galet de pomme de terre au coeur coulant, crème ciboulette au caviar de hareng et saumon fumé.

Croquant de haricot vert à la chair de tourteau, mayonnaise au malt et coulis de crustacé.

Croquant de haricot vert à la chair de tourteau, mayonnaise au malt et coulis de crustacé.

 Dos de gros lieu jaune rôti meunière au chorizo ibérique, marmelade de piments doux, beurre au piment d'Espelette.

Dos de gros lieu jaune rôti meunière au chorizo ibérique, marmelade de piments doux, beurre au piment d'Espelette.

 Agneau du Quercy confit au caviar d'aubergine, bayaldi de légumes et jus aux aromates.

Agneau du Quercy confit au caviar d'aubergine, bayaldi de légumes et jus aux aromates.

Granité champagne-litchi sur une gelée de framboise, mousse légère d' une infusion de pétale de rose.

Granité champagne-litchi sur une gelée de framboise, mousse légère d' une infusion de pétale de rose.

 Déclinaison d'un Saint-Honoré aux fruits rouges : crémeux framboise, sorbet aux épices, chantilly en gelée

Déclinaison d'un Saint-Honoré aux fruits rouges : crémeux framboise, sorbet aux épices, chantilly en gelée

Une séquence très très roborative, aux antipodes des clichés que beaucoup ont, en évoquant les "restaurants pour culs serrés, où y a rien à manger dans l'assiette", propageant une rumeur inversement proportionnelle à la fréquentation des restos en question.

  • Le généreux et surprenant "galet de pomme de terre" donne une impulsion immédiate au dîner. C'est bon, riche, à l'équilibre aussi large qu'une lame de rasoir.

  • Le "croquant de haricot vert", tout esthétique soit-il, contient un peu l'enthousiasme généré par son prédécesseur.

  • Le "dos de gros lieu jaune", relance un peu notre affaire, par sa cuisson sur le fil, son beurre juste, mais n'accélère pas l'ensemble, à cause de l'assaisonnement un poil trop élevé pour moi.

  • "L'agneau de Quercy" est remarquable, avec sa viande superbement confite, pas sèche, des cocos de Paimpol top croquants. Seul le sel fut encore trop ravageur pour moi.

  • Le "granité" est la divine surprise, inattendue, m'envoyant enfin sur l'orbite visée.

  • "La déclinaison" a le crémeux ravageur, le fruité puissant, la chantilly inventive, le roboratif qui vous empêche d'avaler quoi que ce soit d'autre.
Le Pressoir à Saint-Avé

Service très aléatoire, entre un sommelier remplissant fort honorablement sa mission, en alternance avec un autre serveur, plus formaté "grande maison qui semblait adapter son service, tantôt empreint de fraîcheur avec les pauvres opportunistes de la semaine, versus la chaleur spontanée pour les habitués d'autres têtes plus connues".

La grande force du service réside sans conteste en la personne de Katia Brissay (ex-Le Bec, Troisgros). Nous avons eu droit à ses égards, vers le milieu du repas. Le changement fut radical.

Je pense qu'elle est la meilleure professionnelle croisée dans toute la Bretagne, à ce jour, depuis la disparition de Véronique Abadie.

Cette dame est d'une intelligence rare dans le beau et dur métier du service. Sourire, justesse du mot et du geste, précision du moment.

Une grande dame, au service de la cuisine !!

La carte des vins est classique, aux coefficients qui pourraient être plus doux dans l'ensemble.

Sympathique carte des cafés, tarifairement exclusive (de 5,5 à 9 € la tasse), mais d'un haut niveau gustatif !!

Le Pressoir à Saint-Avé

La cuisine, quant à elle, mérite son macaron.

Il y a tous les ingrédients et la "maîtrise" dans les plats découverts ce soir-là.

Je me plains du sel (ça change du poisson trop cuit !!), mais en demandant à d'autres clients ayant fréquenté la table, la même semaine, je suis le seul à avoir souffert de cet "excès de NaCl" (La Miss ayant la même sensibilité dans ce domaine).

Si certains doutent de la bonne volonté de certains établissements pendant cette semaine du "goût pour tous", on ne peut contester l'envie de toute l'équipe du Pressoir de vouloir "faire plaisir à tous, comme les autres jours".

Cet extrait de leur page FB suite à l'opération "Tous au Restaurant", résume assez bien leur esprit d'ouverture et la joie, non feinte, de partager le fruit de leur travail :

Un grand merci à nos 451 clients (exactement !) qui nous ont rendu visite cette semaine à l'occasion de l'opération "Tous au restaurant". Merci à tous de vos encouragements qui nous donnent envie de continuer !!!
Merci également à nos équipes qui ont beaucoup donné cette semaine, et toujours avec le sourire
Certains doivent rêver des 90 galets de pomme de terre chaque jour, des 400 pains quotidiens, des 40 kgs de haricots verts à équeutter, à couper à 2,5cms et à séparer en deux, des 70kgs de lieu jaune et des 56 kgs de poivrons pour l'accompagner, des 98 kgs d'agneau avec ses 30 kgs de cocos de Paimpol, etc etc.... sans oublier les 1500 chous à garnir... si on ne compte que les "beaux" !!! lol
Et les autres doivent encore avoir la chanson en tête "quel pain puis-je vous proposer ?" "bonne dégustation" "bonne continuation" "Pour commencer en amuse-bouche, l
e galet....."
Merci à tous !!! et bon repos bien mérité

Le Pressoir

Katia Brissay & Vincent David

7 rue de l'hopital

56890 Saint-Avé

tél : 02 97 60 87 63

info@le-pressoir.fr

www.le-pressoir.fr

Ouvert du mardi au dimanche midi.

PS : encore désolé pour ces clichés pourris, qui ne servent pas au mieux le propos...

Voir les commentaires