750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EscapadeS

randonnees

Balades en Loire-Atlantique

21 Novembre 2013, 19:12pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Comme l'indiquait l'article précédent, quelques balades digestives soutenues ont ponctué toutes ces agapes.

C'est à Pornichet que notre "remise en jambes" a débuté.

En partant du parking d'Intermarché, à la sortie de la ville, face à l'hippodrome, vous pouvez "digérer" pendant près de 16 kms...

Entre une décharge sauvage et un tracé parallèle à la voie express, rien de super sexy sur les 1ers kilomètres.

Le chemin prend ensuite des allures plus champêtres, traversant une campagne qu'on n'imagine pas du tout insoupçonnée dans ce "coin à marais" !!

Dénivelé d'une planche à repasser, assez peu de bitume à signaler, quand la portion "maritime" (la plage de Sainte-Marguerite) est forcément agréable.

Méfiance, si comme nous, vous effectuez le parcours avec des bâtons de marche nordique.

La longue promenade aménagée "façon planches de Deauville cheap" est un véritable piège !! Une seule solution sur cette partie : levez les bâtons pendant un bon kilomètre et demi !!

Traversée de la ville déprimante peu excitante, mais nécessaire pour regagner le point de départ.

Les férus de technologie peuvent, j'imagine, récupérer les coordonnées GPX dans le lien ci-dessus.

Deuxième balade (toujours avec bâtons), plus courte, plus matinale aussi, sur la pointe du Croisic.

Une sympathique "côte sauvage urbanisée", dont les vues sur le large restent superbes, couplées à une luminosité surfant aux limites de la magie.

Les cyclos squattent l'unique route qui longe toute la côte, quand le chemin de rando est désert (enfin pas tout à fait, on a quand même aperçu un mec qui chiait sur la plage, à la vue de tous !!).

Le parcours passe juste derrière le Fort de l'Océan, permettant de prendre connaissance du "menu du marché" étoilé, salivant sur le papier, relativement accessible sur cette formule (34 €) !!

Les points de vue vous dispensent de l'effort soutenu qui accompagne souvent la marche nordique. On se surprend même à "flâner".

La boucle peut s'achever sur le promontoire hélicoïdal du Croisic (Mont-Esprit), offrant un sympathique panorama sur la ville et ses alentours.

Dernière balade du week-end, alors que la tempête du moment commence tout juste à "s'exprimer".

Une rando pratiquée une bonne quinzaine d'années auparavant, dont il ne me restait que de lointains souvenirs.

Garez-vous à l'entrée du bourg de Billiers (au pied de la côte), puis suivez le balisage jaune.

Balades en Loire-Atlantique

Le tracé démarre par la traversée d'un marais squatté par de paisibles vaches. Nous rejoignons tranquillement la pointe de Pen Lan, pour assister aux (premiers) puissants assauts de la mer sur cette dernière.

Ce spectacle de colère maritime est de toute beauté !!

Un tableau venteux, ponctué par un passage à quelques mètres du Domaine de Rochevilaine, dont la carte coûte un rein est plus ambitieuse encore que le Fort de l'Océan.

Une balade dont la magie est stoppée net par le long périple bitumé nous ramenant au point de départ...

C'est sur cette dernière partie du parcours, qu'un autre chemin de randonnée nommé "circuit des vignes", rappelle qu'ici aussi, la viticulture cessa devant le ravageur phylloxera de la fin du 19ème siècle...

Au cumulé, 35 kms vivifiants, assez dynamiques, qui ont permis de peaufiner la technique de marche nordique en mode "loisir", sur différents types de terrains !!

Voir les commentaires

Où marcher en Norvège...

22 Août 2012, 07:47am

Publié par Docadn

Bonjour,

J'avais, en préambule de cette "saga" consacrée à la Norvège, déjà murmuré les réserves concernant les chemins de randonnées (Cf le point 14). 

En effet, les balades effectuées furent rarement à la hauteur de l'attendu (quand elles ne furent tout simplement annulées par manque de signalisation du point de départ !!).

Une déception issue des carences de tracés pertinents, de balisages réguliers, de l'entretien de chemins taillés à travers une nature potentiellement exceptionnelle. 

 

Randos-2011-0119.JPG

 

J'ai rarement vu un pays (dit développé) "négliger" autant son patrimoine pédestre, riche dit-on, de près de 20 000 kms de sentiers balisés.

La Suisse, 9 fois plus petite, qui ne s'est jamais targuée d'avoir "inventé" la randonnée, entretient avec une rare application près de 60 000 kms de sentiers parfaitement balisés. 

 

Randos-2011 0111

 

Première balade au-dessus de Kinsarvik, sur le site du Hardanger Fossasti. Une promenade, qui vous permet de découvrir successivement 3 imposantes cascades.

 

Randos-2011-0126.jpg

 

Une mise en jambes effectuée sous la pluie. Une première partie peu agréable, consacrée à éviter les grosses feignasses en bagnoles qui ne veulent pas se garer sur le parking dédié (1 km plus bas), préférant se ranger maladroitement au bord du chemin avec des feignasses plus matinales.

Comptez 01h45 pour apercevoir la dernière cascade, ainsi qu'un bon coup de rein final pour l'atteindre.

Notons qu'avec cette météo, le terrain devient très vite glissant, les racines assez sournoises. Balisage aléatoire, sa fréquentation rend tout de même l'orientation aisée. 

 

Randos-2011-0121.JPG

 

La deuxième balade était censée nous faire découvrir une des plus jolies promenades du pays.

 

Randos-2011-0300.jpg

 

valley.jpeg

 

(crédit Studio international)

 

Bienvenue à Stalheim, son parc naturel, son hôtel centenaire (n'hésitez pas à entrer dans ce dernier, puis à gagner le jardin-terrasse pour découvrir sa splendide vue), sa vue immortalisée par David Hockney. Nous sommes à la quête de Brekkedalen. 

 

Randos-2011-0303.JPG

 

Voici l'unique signalisation aperçue de cette balade de 03h00, censée nous faire découvrir une vue unique sur la vallée !!

Pas de direction, pas une seule autre indication. Il semblerait qu'il faille emprunter une route carrossable privée, agrémentée d'une barrière close, gribouillée des tarifs d'accès pour les voitures, bus. Ou peut-être un autre chemin grossièrement aménagé en aval, dont les hautes herbes nous ont fait douter de l'appartenance au réseau des sentiers de randonnée. 

 

Randos-2011-0304.JPG

 

Aussi, nous bifurquons à droite, passons devant la ferme Sivle pour aller à Nåli, "courte" marche de 2,3 kms, casse-pattes, glissante, ombragée, au dénivelé de table de billard.

 

Randos-2011-0315.jpg

 

La rando se termine sur une agréable clairière aménagée (vestiges d'une ancienne ferme en activité jusque dans les années 30), avec vue sur 2 grosses cascades.

 

Randos-2011-0316.JPG

 

Sur le chemin, une anodine roche, baptisée Nalasteinen, servait à l'époque "d'hôtel" aux dépouilles en provenance de Jordalen pour le cimetière d'Oppheim. En effet, en cas de météo peu clémente, ces dernières y séjournaient en attendant une accalmie.

Une randonnée "gentille" de 02h00 AR, un peu usante, souvent effectuée par défaut, quand la mystérieuse Brekkedalen ne se livre pas (nous avions discuté sur le parking avec des néerlandais, en quête aussi de cette dernière, qui ont fini sur le même chemin que nous). 

 

Randos-2011-0421.JPG

 

Direction Solvorn, très joli village avec son petit port permettant de rallier le site de l'église en bois debout la plus remarquable du pays. Une nouvelle balade de 8 kms, en bordure du Lustrafjord, linéaire et plane sur le papier. 

 

Randos-2011-0429.JPG

 

Un petit enfer de 02h30, relativement bien balisé, monstrueusement mal pas entretenu, casse-gueule au possible, au point d'arrivée inexistant (plus de balisage à 200 mètres d'une "plage de rochers", sous-entendu après on nage !?).

La Miss est très énervée, pestant contre la nullité absolue de ce chemin !! Les vues sur le Lustrafjord sont quand même sympas. 

Les très nombreuses fourmis rouges affamées (je dois avoir un cou d'oie farci, pas moins de 2 ont tenté de le dévorer) et leurs mégapoles d'un mètre de haut, le sont moins...

PS : la balade faisait 8 kms aller. Soit 16 kms AR en 02h30 ?! Sur un terrain pareil !? Même poursuivis par des bataillons de fourmis rouges, je doute énormément de la précision du km annoncé...

 

Randos-2011-0468.JPG

 

Une des balades les plus célèbres du pays nous attend, au départ de notre  camping de Briiksdalsbre.

40' de marche tranquille, ponctuée trop souvent de l'exécrable odeur des échappements des voiturettes, remplies de personnes âgées et de grosses feignasses bien valides.

 

Randos-2011-0471.jpg

 

Un site très fréquenté, où la majorité des marcheurs préfèrent suivre la route aménagée pour voiturettes, plutôt que le chemin dédié aux marcheurs.

La montée est facile, plaisante. Une aire de pique-nique déserte permet même de faire une pause agréable face au glacier. 

 

Randos-2011-0486.jpg

 

Dernière "marche nature" à Åndalsnes, bourgade jouxtant la très célèbre Trollveggen (plus haute paroi verticale d'Europe, Mecque des Mike Brant équipés amateurs de saut en chute libre).


Randos-2011-0729.JPG

 

A la sortie de la ville (après la station essence, quand on vient du centre-ville), le départ le mieux renseigné du séjour.

Nesaksla semble dans mes cordes. La couleur indique, comme au ski, le niveau de difficulté. Bleu est plus facile que rouge, que noir. 

Une mise en jambe tonique, qui s'accentue très fortement dès les 300 premiers mètres. Puis, c'est un mur qui vient mettre nos cuisses à l'épreuve (moyenne de 42% !!).

Racines, boue, roches humides, tous les éléments prompts à nous décourager. La Miss abandonne aux 3/4 du parcours.

 

Randos-2011-0733.JPG


Je poursuis mon chemin, moralement atteint, en me collant au rythme d'un branleur ado visiblement habitué du tracé.

Mon orgueil Ma condition très moyenne ayant ses limites, je le lâche il me sème au bout de 300 mètres.

 

Randos-2011-0738.JPG


Je parviens au sommet au bout 01h30, pour découvrir de splendides panoramas, ainsi que 2 fillettes de 8-10 ans gambadant avec leur mère.

Vision qui me fait dire que j'ai largement exagéré le danger évident du parcours (certains passages humides, très étroits, donnant parfois sur le vide, équipés de chaînes sont quand même dissuasifs, en montée comme en descente), ou que je suis face à une mère de famille complètement barrée peu consciente des dangers encourus.

Même la pancarte en norvégien au départ qui semble grossièrement dire : "si tu meurs dans d'atroces souffrances sur ce chemin, ne nous envoie pas ta veuve pour chialer, c'est ton problème, on t'avait averti" ne semble pas anodine. C'est la seule de ce type que j'ai vue lors de mon séjour.


Randos-2011-0736.JPG

 

Le temps de remplir le livre de passage (très bien protégé dans le refuge), de manger 4 barres céréales,  faire mes 4 clichés ratés, marquer de mon urée un territoire qui n'est pas le mien, je redescends prudemment (je hais les descentes).

Je recroise la mère de famille, enfin affolée de la situation dans laquelle elle a embarqué ses gamines.

La descente est pénible pour mes genoux cagneux. Je croise plusieurs groupes demandant, limite les larmes aux yeux pour certains, si le sommet est encore loin.

Je répondais invariablement "Ten minutes". Ayant personnellement failli stopper à 10 minutes du sommet, alors que le "worst was behind me" (sors de ce corps  JCVD !!), je les encourageais vivement à continuer ...

Au-delà d'un parcours difficile, d'une pente moyenne très athlétique, c'est une belle "mini-course" de montagne !! Les quelques 800 mètres de dénivelé sont réellement exigeants. Je le paierai par deux jours de courbatures méritées...

Ces balades furent complétées par des "expéditions urbaines" à Oslo, Bergen, Ålesund, Kristiansund de longueurs variables selon les richesses de la ville...

 

Si toutes les balades avaient été aussi spectaculaires, aussi bien balisées que celle de Nesaksla, je n'aurais pas hésité à faire un billet dithyrambique sans réserve pour les sentiers de randonnée de Norvège.

Hélas, c'est plus souvent le moyen-âge en terme d'infrastructures actives, d'informations fiables et de volonté visible d'engagement pour cette activité...

Je reste forcément influencé par des références élevées comme l'Autriche, la Suisse et désormais l'Allemagne (dont je parlerai prochainement), modèles évidents du genre, dans la promotion et le développement de la randonnée pédestre.

La Norvège, dans ce domaine, a des décennies de retard. A moins que ce ne soit une volonté étudiée, publiquement non avouable...

 

Voir les commentaires

Trois balades drômoises, une ardéchoise...

14 Mai 2011, 09:16am

Publié par Docadn

Le stage de "remise en ventre", en Drôme provençale, m'a permis d'arpenter des itinéraires pédestres pas encore explorés par mes gambettes.


Randos-2011-0226.JPG


La découverte a démarré par une mise en jambes autour de Grignan.

En partant de la "cité de la Comtesse", le parcours déroule de jolis points de vue sur la Lance. Une campagne alternant la douce austérité du "maquis à la provençale" et l'opulence des résidences secondaires (toujours restaurées avec goût), encore inoccupées à cette époque.


Randos-2011-0233.JPG

 

Une balade qui emprunte le "chemin de l'Estang", "le Jas", "la Grande Tuilière", des sobriquets typiquement picards. Certains avertissements ravivent des actualités sombres dans le pays de l'or noir...


Randos-2011-0228.JPG


Puis le parcours emprunte une partie du "sentier des vignes et des cabanons".


Randos-2011-0240.JPG


Des panneaux détaillent les cépages cultivés dans le "Comté de Grignan" et plus généralement dans la région. L'un d'eux rappelle que la marsanne est drômoise dans ses origines. La preuve, on en est tellement fiers que même un village et un pays en portent le nom (pour paraphraser Oscar Wilde). 


Randos-2011-0236.JPG


Nous passons devant le domaine de Montine (en plein travaux d'extension) dans un joli hameau puis revenons tranquillement vers le célèbre château.


Randos-2011-0241.JPG


Mise en jambes douce et agréable, avec une météo idéale.


Randos-2011-0273.JPG


Autre balade du côté de Montbrizon-sur-Lez. Cette localité,  célèbre chez les buveurs patentés, abrite notamment les grenaches magiques (mais aussi un peu de syrah) du domaine le plus emballant du coin : Gramenon

Un parcours qui nous mènera de la mairie à La Viale. Un promontoire dévoilant un sympathique panorama sur le sud de vallée du Rhône.


Randos-2011-0279.JPG


Une (belle) erreur d'aiguillage (comme on aimerait en connaître plus souvent) nous mènera au séduisant et paisible village de Le Pegüe. Là encore, une promenade emplie de senteurs... Thym et romarin sauvages se disputent les faveurs de notre odorat, quand le vent, portant le chant des insectes et des oiseaux, berce notre ouïe...


Randos-2011-0309.JPG

Dernière sortie drômoise à La-Bégude-de-Mazenc, à la conquête du Serre (487 m).

Randos-2011-0312.JPG


Une jolie grimpette à travers les bois et une descente enchantée, en balcon, à travers les buis. Une très jolie balade conclue par un petit saut dans le magnifique village perché du Poët Laval.


Randos-2011-0270.JPG


Passons le Rhône, dépassons Bourg-Saint-Andéol, laissons Saint-Remèze, gagnons Ruoms...


Randos-2011-0282.JPG


Nous sommes en Ardèche. Destination Labeaume, remarquable village de calcaire, une rivière éponyme (orthographiée La Beaume), des gorges moins célèbres que celles de sa grande voisine Ardèche et véritable "trésor de randonnées".


Randos-2011-0287.JPG

Une promenade qui emprunte un chemin filant sur les parois des gorges, avant de nous livrer des "terrasses de pierres" dans les hameaux de Linsolas et Chapias.


Randos-2011-0293.JPG

Un balisage aléatoire pour un parcours surprenant, très plaisant, malgré une chaleur printanière très généreuse (pour l'été prévoyez au moins 2 l d'eau par personne).


Randos-2011-0290.JPG


Efforts que l'on oublie rapidement, en regagnant le village pour boire un grand sirop artisanal (violette, châtaigne...) sur la salutaire (et charismatique) promenade ombragée, au bord de la rivière.
Une solution alternative (et solide) au Bec Figue, estampillé de la qualitative enseigne "Bistrot de Pays".


Voilà deux "terres de marche" qui renforcent leurs statuts naturels dans mon esprit (et dans mes cuisses). Objectivement, Labeaume fut la plus spectaculaire, la plus plaisante, mais aussi la plus chaude des balades. Ardèche 1, Drôme 0. La revanche l'an prochain !!

Voir les commentaires

Tous les chemins mènent à Saint-Julien...

12 Janvier 2011, 18:31pm

Publié par Docadn

Bonjour à tous,

 

Aucun hymne à la gloire de cette petite appellation du Médoc, championne du monde des nominations au classement de 1855.

Si vous comptiez lire des CR sur Las Cases 82 ou sur un autre grand cru, passez votre chemin ou restez-y, au choix.

Escapades se remet lui aussi sur ce dernier, après une quinzaine à baffrer et à picoler me sustenter et à déguster avec modération, en arpentant de nouveaux horizons.

 

Des perspectives très locales (d'autres diront éco-responsables) teintées de bout du monde.

Direction la presqu'île de Quiberon, pour le discret et très charmant quartier de Saint-Julien.

 

Une première promenade nommée "La Côte Sauvage" propose un circuit de 9 kms au départ du "hameau".

 

Randos-2011-0057.JPG

 

Elle permet de découvrir la tour de l'ancien sémaphore, point culminant de la presqu'île avec ses vertigineux 33 mètres d'altitude (on doit frôler les 40 mètres au sommet de la tour).

L'accès à la tour est libre et permet de découvrir un panorama (assez banal) sur Houat, Belle-Ile, Groix et Lorient qui, même de loin, ne fait toujours pas rêver...

 

Randos-2011-0072.JPG

 

Le reste du parcours est d'un ennui terrible. Hormis les vieux panneaux en béton et le hameau de Kerboulevin, rien de passionnant pour les yeux et les cuisses.

Le passage en facade "Côte Sauvage", entre la Pointe de Kervihan et Berg Er Goalannec, est lui aussi sans éclats.

Un balisage aléatoire, sur la fin du parcours, finit par sensiblement m'agacer.

Le meilleur chocolat chaud breton (une tuerie absolue pour le "fâché du lait" que je suis) du Gulf Stream et la lumière divine de la grande plage de Quiberon apaiseront un peu mes contrariétés.

 

Randos-2011-0149.JPG

 

15 jours plus tard, retour à St-Julien pour une autre balade baptisée "Pointe du Conguel" (11 kms) qui, comme son nom l'indique, passe par la Pointe du Conguel, un truc de dingue quoi !!

Le départ est identique à la précédente rando mais se dirige immédiatement vers le littoral, "côté baie". Il fait très beau, la lumière est une nouvelle fois divine. Le charme opère instantanément...

 

Randos-2011-0080.JPG

 

Port-Haliguen est serein.

 

Randos-2011-0071.JPG

 

Le Pêcheur & l'ondine, vu par le sculpteur berlinois Karsten Klingbeil, se font face.

 

Randos-2011-0072-copie-1.JPG

 

Nous plongeons rapidement, après le Fort Neuf, vers la fameuse Pointe de Conguel.

Point final de la presqu'île, elle fut le théâtre d'une  catastrophe aérienne en pleine bleumania...

 

Randos-2011-0084.JPG

 

Le retour se fait par les quartiers tranquilles et déserts de la station balnéaire, ponctuée par des centres de vacances historiques.


Randos-2011-0087.JPG

 

La rando se termine par le chemin de Tal Fetan (humide en hiver), qui nous laisse découvrir les dernières parcelles de "campagne à la mer" de cette langue de terre, soumise à une pression foncière incessante...

La grosse majorité du parcours emprunte le GR 341 qui couvre près de 55 kms à travers toute la presqu'île...

 

En conclusion, Saint-Julien est un quartier au charme indéniable et la rando "Côte Sauvage" n'est pas incontournable.

Préférez-lui donc "La pointe de Conguel" vraiment remarquable. Une troisième alternative, un poil technologique, trouvée sur le oueb ICI.

 

Ne ratez pas le chocolat à l'ancienne du Gulf Stream (je l'ai déjà dit, mais j'ai oublié de parler du "triptyque de Johnny", avec "Johnny se marie", "Johnny rit avec la patronne" et "Johnny a acheté un gâteau et une bougie pour sa fille"...).

Voir les commentaires

Escapade Finistérienne

24 Octobre 2010, 19:36pm

Publié par Docadn

 

Un petit tour dans le pays brestois, pour aller se saouler les écoutilles avec le retour du grand Joe en terre froggie...

 


  

(Désolé pour cette version batave de la vidéo, la version Bzh n'étant pas disponible à l'heure où j'écris ces lignes).

Avant cette délicieuse soirée, une légitime quête stomacale avait conduit mon modeste 41-42 aux portes de la nouvelle vedette brestoise : Armen.

Une formule déjeuner (menu du Rocher) fort attrayante, avec E+P ou P+D pour 25 euros. Mais les intitulés  "céleri rémoulade" et "escalope viennoise" m'ont tout de suite moins fait saliver.

 

Restos-0006.JPG

 

Et c'est un pakistanais, qui a du coup raflé la mise de notre petit pouvoir de dépense, pour nous régaler de ses spécialités plutôt bien exécutées, mais à des tarifs "à la carte" supérieurs à la moyenne (un lassi à 5.50, une bière indienne basique à 6.80, et des plats oscillants entre 12 et 18 euros, quand les formules entrée+plat  de la semaine varient entre 10 et 12 euros !!).

Le lendemain matin, direction la pointe Saint-Mathieu, pour une balade de 9 kms.

 

Restos-0033.JPG

 

Très joli chemin du littoral (plein Est, donc gaffe aux yeux le matin) qui bifurque sur quelques hectomètres (un peu ennuyeux) dans la campagne, avant de revenir plein Ouest sur le phare St-Mathieu.

 

Restos-0051.JPG

 

A l'heure du déjeuner, un rapide coup d'oeil sur la carte de l'Hostellerie de La Pointe Saint-Mathieu, avec son menu terroir à 31 euros.

Tentant, mais le (très conséquent) petit déjeuner me fait renoncer...

Direction Le Conquet, pour constater que les 2 premières adresses visées sont fermées, soit pour congés, soit définitivement.

C'est  "Le Relais du Vieux Port" qui gagne, par forfait ,notre présence. Il est 13H00, c'est blindé de gamins qui braillent et de sexagénaires presbytes qui mangent avec leur manteau sur le dos.

Tous les logos y sont : Routard, Lonely Planet, Geo...

Une déco désuette diraient les plus polis d'entre nous. Un caractère totalement "Champerarien" (dont la plaque et l'édition 2002 trônent dans la salle).

Des crêpes sur la carte, une multitude de plats sur l'ardoise. Une poêlée de Saint Jacques pour mézigue, une St-Conquaise pour la miss (galette avec les mêmes bestiaux).

 

Restos-0079.JPG

 

L'assiette est un petit chef-d'oeuvre de naïveté et de kitsch... Le petit quintal de riz au centre est correctement cuit. Les Saint Jacques sont une tuerie de cuisson !! Mais une tuerie en cachant une autre, l'ail flingue absolument tout...

En face, la crêpe est molle et très (trop) salée... Crème brûlée maison correcte...

 

En conclusion : La balade à Saint Mathieu est extra !!!!

Voir les commentaires

O Neu Ze rod in Burgundy...

1 Octobre 2010, 09:45am

Publié par Docadn

ete-2010-0510.JPG

 

Dernier épisode du séjour Bourguignon, pour relater les chemins de traverse mais surtout pédestres de la Côte de Beaune et de Nuits.

 

ete-2010-0444.JPG

 

Une région "bien équipée" dans ce domaine, plus particulièrement sur la Côte de Beaune, avec ses nombreux circuits de " Promenade en Pays Beaunois" (dépliant disponible dans les O.T contre 3 euros).

 

ete-2010-0412.JPG

 

Notre premier dégourdissage eut lieu à Pernand-Vergelesses. Une boucle facile proposant des points de vue sur le mythique vignoble de Corton et de ses différents climats. Ces derniers ne donnent pas visuellement le tournis, mais permettent de coller un paysage à des bouteilles que l'on ne boit jamais...

 

ete-2010-0432.JPG

 

Le retour sur Pernand est par contre plus charmeur, mais pas non plus de quoi rester des heures assis à attendre le coucher de soleil... La vue la plus connue étant celle de l'oratoire de Notre Dame de Bonne espérance, avec sa table d'orientation "Sur Frétille".

 

ete-2010 0446

 

La descente à travers le village permet de croiser les panneaux les "petits noms" locaux,

 

ete-2010-0461.JPGete-2010-0462.JPG

 

ou la plaque luxueuse d'un "grand nom"...

 

ete-2010-0457.JPG

 

"Le tracé du sentier des Cabottes" offre une autre alternative. Un petit mot d'avertissement signale aux volontaires, que le balisage est très souvent vandalisé. La zone étant largement déconseillée en période de chasse, je n'oserais même pas faire un lien entre ces 2 stupides activités...

 

Plus bas, un autre "Chemin des Grands Crus" ayant pour point de départ la gare de Santenay, offre une balade ennuyeuse mais instructive. 


ete-2010-0614.JPG

 

Un autre balade partant de Savigny-Les-Beaune, nous fait même découvrir un cimetière d'avions de chasse, au milieu des vignes (voir les musées du Château de Savigny-Les-Beaune).

 

ete-2010-0661.JPG

 

En résumé, peu de balades passionnantes. Les paysages de la Côte de Nuits sont assez quelconques. Pas de village charmant en dehors d'une rue de Gevrey- Chambertin, une tout petite mention pour une infime partie du paysage de Morey-Saint-Denis. Dijon est agréable, sans plus. 

ete-2010-0499.JPG

 

L'église de Fixey (juste à côté de Fixin) est très belle, et les pressoirs de Chenove sont réellement impressionnants (et classés).

 

ete-2010-0507.JPG

 

La Côte de Beaune m'a semblé plus parlante (pour le plaisir des yeux), même si là non plus, je ne suis pas tombé amoureux du coin. C'est du côté de Saint-Romain que les gambettes ont pris plaisir à se mettre en action. Côté ville, Beaune n'est pas incontournable.

 

En conclusion, ce n'est pas le plus beau vignoble de France, mais assurément le plus grand en terme de prestige. Je me suis quand même amusé à figer les signalétiques les plus méconnues.

 

ete-2010-0515.JPG

 

Avec un nom pareil, pourquoi de ne pas faire une "cuvée Marie Trintignant" tant qu'on y est !! Aucune chance que ce Grand Cru ne se fasse un nom sérieux...

 

ete-2010-0523.JPG

 

Une étrange plaque, un étrange climat que l'on pourrait confondre avec un pays emergent produisant des Dacia. Peu de chance de percer, heureusement que Brice veille !!

 

ete-2010-0514.JPG

 

Avec son faux mur en pierres sèches, encore un Clos qui peine à se démarquer... Ce n'est pas l'Alhambra !!

 

ete-2010-0518.JPG

 

Un attroupement de japonais m'a fait croire, l'espace d'un instant, qu'une énième enseigne de  Laurent Peugeot était présente dans les parages. Point du tout, encore le même pays emergent qui a "cru" bon de rajouter une terminaison italienne à son appellation...

Avec ce nom de pizzeria, peu de chance que le pauvre proprio s'en sorte là encore...

 

Prochaine étape en Champagne

Voir les commentaires

Remise en Jambes III : Angers

6 Mars 2010, 17:40pm

Publié par Docadn

Dernier et tardif volet de ce week end ligérien qui s'achève par une  balade à travers Angers.
Randonnée urbaine qui démarre du côté de la Doutre, ses ruelles pavées et ses maisons à colombages.

photos-2010-0039.JPG
Un quartier souvent ignoré par les visiteurs qui se contentent de la rive opposée. C'est aussi pour ma part une découverte. Petit crochet sur le parcours pour admirer la façade du magnifique hôtel des Pénitentes.

photos-2010-0041.JPG
Puis se succèdent, les rues Billard, de la Harpe, la sempiternelle (et sympathique) place du Tertre avant l'inévitable rue de la soif.

photos-2010 0043
On enchaîne avec la rue de l'Hommeau et son café éponyme que les Costes n'ont pas encore pu racheter...

photos-2010-0044-copie-1.JPG
Puis un imposant bâtiment à la façade de schiste et aux flancs de tuffeau....

photos-2010-0047.JPG
 "Ils" sont fermés...Ils, ce sont les fameux greniers St-Jean. Puis la balade quitte doucement la cité, file vers la Savatte, longe le quai Tabarly pour atteindre la Parc Balzac...
Les indications sont plus floues. Une vieille barre d'immeuble nous sert d'amer et nous mène à la partie "verte" de la rando.
Des centaines de joggers du dimanche (comme l'ânonne maladroitement Miossec sur son pas très bon dernier album) filent vers l'étang de Saint Nicolas.
Ces derniers trottinent sur une boucle de 5 ou 7 kms selon leur envie. Et nous, nous marchons toujours...
L'étang couvre plusieurs parcs. Aussi nous passons du parc de la Garenne à celui des Carrières. Ce dernier doit son nom à d'anciennes exploitations d'ardoise. On en tirait les fameuses barrettes (du schiste débité en pieux) qui faisaient office de tuteurs et échalas de vigne.

photos-2010-0051.JPG
L'ensemble est très plaisant, et donc victime de son succès avec un seuil marginal de promeneurs face aux hordes galopantes des chasseurs de calories en cette fraîche matinée dominicale.
Et voilà qu'une ampoule s'allume à environ 2000 mètres de l'arrivée (négligence technique de ma part : chaussettes inadaptées). Résultat presque décevant au finish : une led d'à peine 10W sur l'échelle de la voûte plantaire...
Une jolie promenade de 13 000 mètres et de 02h00 environ.
Le point de départ se situe à quelques mètres de "Ze Table Tou bi" de la ville : Le Favre d'Anne.
Aucun espoir de s'y attabler car c'est dimanche et c'est relâche !!
La lecture des cartes & menus est alléchante, mais c'est la partie bistrot qui est presque plus tentante coté plats...
Tant pis, nous reprenons la route car comme Gilles Servat, je dors en Bretagne ce soir...

Voir les commentaires

Remise en jambes II :Montlouis mon c...

26 Février 2010, 18:46pm

Publié par Docadn

Une bonne nuit et un petit déjeuner plus tard et nous prenons congé du Petit Hureau pour poursuivre notre remontée de la Loire direction Montlouis.
Une matinale remise en jambes "entre Loire et Cher à la découverte d'un patrimoine riche et varié"dixit la fiche de rando qui annonce une petite boucle de 8000 m.
Partant du centre ville, la balade se poursuit sur une allée de l'Europe au décor "rieur moscovite seventies" et file à travers une campagne pelée et juste peuplée de quelques bourricots dépressifs et d'une joggeuse en rose.
Le topo annonce un panorama sur le Cher et rien, nada, le cerveau de dopé de Candeloro...3 maisons troglodytiques et un champ de boue et enfin un bâtiment digne de ce nom,

JUIN-2009-0035.JPG
en la personne du château de La Bourdaisière.
Magnifique demeure qui vit la naissance de la 184 ème infidélité de François 1er qui se tapa la femme de son trésorier Philibert Babou pas rancunier pour un sou (sors de ce corps Raymond Devos !!).
Et de découvrir que ce domaine (bien évidemment fermé en cette période) abrite un conservatoire de la tomate avec pas moins de 630 variétés, et un jardin contemporain de dahlia (dessiné par Louis Benech) de 130 variétés.
Autant vous dire qu'aucune de ses 2 spécialités n'est visible de notre chemin ni même à l'intérieur vue la saison...

Nous nous engageons vers la partie la plus passionnante du parcours en longeant une magnifique départementale (faisant certainement partie du "patrimoine riche et varié" et que nous n'avons pas su comprendre) avant de rejoindre un chemin longeant le parc du château ci-dessus.
Nous traversons des vignes fraîchement taillées et parsemées des plastiques de rigueur artistiquement éparpillés par le vent et la négligence des viticulteurs. Encore un aspect du "patrimoine riche et varié" tellement particulier que nous passons encore à côté...
C'est passionnant comme une poursuite de péniches... Le chemin débouche sur la zone commerciale de Montlouis où toutes les enseignes hideuses sont là pour magnifier le fameux "patrimoine riche et varié"...

il faudra attendre les 1500 derniers mètres pour atteindre "le sentier en balcon" (chemin Bellevue de mémoire) pour jouir enfin "de la découverte d'un patrimoine riche et varié" que nous, stupides bipèdes à chaussures montantes, sommes enfin en mesure de comprendre...

une vraie balade à chier qui mérite malgré tout un billet pour ne pas faire perdre du temps à des randonneurs occasionnels qui ne rechausseront jamais le moindre godillot après une rando aussi nulle...

du coup même pas eu envie de passer à La Cave Insolite (et ils n'y sont pour rien),tellement le patelin m'a mis en rogne en terme de foutage de gueule...
Je ne leur demande pas le grand canyon non plus, mais de tenir leurs promesses à savoir la fameuse "découverte d'un patrimoine riche & varié"...

Direction Tours pour oublier rapidement cette matinée
.
A Suivre...

Voir les commentaires

Remise en jambes : Montsoreau

21 Février 2010, 16:59pm

Publié par Docadn

"Déjà février" et pendant que certains se meulent à Vancouver, d'autres tentent de roder leurs toutes nouvelles chaussures de marche pour ne pas choper des ampoules 400 watts l'été prochain.
Escapades renoue avec sa devise après des mois à baffrer et à picoler et démarre la saison par la découverte "d'un des plus beaux villages de France" selon ses habitants et les fans de sites troglodytiques : Montsoreau.
La découverte s'est faite par l'intermédiaire d'une randonnée démarrant sur les bords de sa majesté la Loire.

JUIN-2009-0030.JPG
Après 2-3 kms, le chemin traverse le magnifique site de la demeure de la Vignolle. Un hôtel restaurant (fermé de novembre à Mars) niché dans une demeure du XVII ème (et dominant des vignes de Filliatreau) et équipé d'une piscine troglodytique et de chambres raccord. Un établissement membre des Châteaux, Demeures de traditions et Grandes Etapes des Vignobles.

Puis un petit coup de cul à donner sur le chemin (glissant) grimpant sur le plateau et nous voici au beau milieu du vignoble (et accessoirement au dessus de La Champignonnière du Saut Aux Loups ornée de son champi en tuffeau en bien mauvais état) avec un délicieux panorama sur la vallée.

JUIN-2009 0020-copie-1
La balade se poursuit et la carte annonce "les Vignobles", "les Bournais"... Elle annonce aussi un moulin (la Herpinière) on en aperçoit un autre au loin (La Tranchée). Mais la course du soleil est plus rapide que nos pas et nous oblige à raccourcir notre itinéraire... Un dernier coup d'oeil avant de regagner le niveau de l'eau...

JUIN-2009-0023-copie-1.JPG
La balade fait 9,5 km au total et elle propose des points de vue remarquables (sur la partie effectuée). Seule la partie Loire est impraticable lors des crues. Retour sur les quais de Montsoreau et un dernier cliché(et une volute de Chinon à l'extrème droite du cliché) avant de découvrir notre logis...

JUIN-2009-0027-copie-1.JPG
C'est le Petit Hureau qui nous accueille pour la première nuit de ce week end ligérien. Cette chambre d'hôtes située à la sortie/entrée de Dampierre est une petite perle d'architecture animée avec talent par Christian Pommery.

JUIN-2009-0033.JPG
Mise en jambe pas encore douloureuse pour les mollets en phase de "réveil".Une douche plus tard, nous sommes parés pour la table...
A SUIVRE

Voir les commentaires

La Palma pour marcher...

2 Octobre 2009, 17:09pm

Publié par Docadn

C'est donc sur l'île la plus escarpée au monde que je suis allé user mes semelles il y a quelques semaines...
Surnommée la Isla Bonita, la plus verte des îles canariennes est dotée de l'impressionnante Caldera de Taburiente
(culminant à 2426 mètres),
et abrite en son sein le parc national du même nom...


Et c'est un véritable paradis du marcheur que cette île propose à travers ses 800 kms de sentiers pédestres remarquablement balisés et se déclinant en GR, PR et SL.
Le GR 130 alias "El Camino real de la Costa" avec ses 200 kms serpente le long des côtes de l'île quand le GR 131 (alias "El baston") long de 100 kms longe la caldera avant de plonger du nord au sud sur "la dorsale" de l'île et la mythique "Ruta de Los Volcanes".


Et c'est par la forêt de Los Tilos ou Tiles (classée en réserve biosphère) située au bout de la LP 105 (les routes portent les initiales LP pour La Palma suivi d'un numéro) au nord de l'île (à quelques kms des communes San Andrés Y Sauces) que nous avons entrepris notre remise en jambes.


Au bout de la route un centre d'interprétation de la réserve est le point de départ de quelques balades dont celle menant au "Mirador de la Baranda".
Une montée comptant 200 m de dénivelé et près de 750 marches !! Comptez une grosse 1/2 heure (3/4 d'heure à 1h00 selon les topos) pour découvrir une providentielle aire de pique nique ombragée et une superbe vue sur la Barranco Del Agua et les sommets environnants...


Retour rapide pour découvrir à quelques hectomètres, la très populaire "Monte El Canal y Los Tiles".


J'y découvre une spectaculaire et endémique forêt de lauriers et une végétation aux dimensions à vous faire passer pour un playmobil® sur la place Tienanmen:


Balade facile ou il faut juste donner un petit coup de reins sur les 300 derniers mètres et accéder à un petit promontoire très étroit et admirer la vertigineuse et verte vallée.
nous n'avons pas manqué de grimper sur le site un poil lunaire d'El Observatorio Astrofisico ( où se côtoient une quinzaine de lunettes astronomiques),


et faire quelques pas sur le GR 131 jusqu'au Pico de la Cruz (y'a même un petit "dolmen naturel" pour pique niquer à l'ombre sur le GR) et et longer la Caldera. Puis se promener sur le Roque de los Muchachos, point culminant officiel de l'ile...


Coté SL (senderos locales) nous avons parcouru le "SL BL 41" alias Barlovento-La Fajana. une promenade qui commence par une fontaine joliement réhabilitée (Fuente Del Llano)


qui traverse les paysages les plus répandus (et déprimants) de l'île, à savoir des hectares de bananiers squattant tous les mètres carrés cultivables...


Et pour y découvrir une fajana de toute beauté et aux vagues hypnotisantes...


Une balade en ligne au retour musclé pour les cuisses avec quelques pentes avoisinants les 30%...
Coté PR c'est sur le "parque Cultural de la Zarza" que nous avons découvert une courte randonnée menant à la Ermida San Antonio (PR LP 9.3 et 9).


très belle rando avec l'exceptionnelle "Barranco de la Zarza" et ses 3 vallées en cascade dont l'impressionnante "Caboco La catedral".Un tout petit dénivelé et pour une fois un balisage limite, voir instinctif, réalisé parfois par les randonneurs eux mêmes sur des panneaux étonnamment vierges. Les randonneurs sont encore et toujours rares même sur l'esplanade de l'Ermida (ou on trouvera à l'arrière de la Ermida une aire de pique nique ombragée, géante et déserte)...


Puis vint l'heure de s'attaquer aux choses sérieuses avec un des must de l'île : de Los Brecitos à Barranco de Las Angustias.
L'accès au départ se fait obligatoirement par taxi (52 euros pour 4, tarif été 2009) depuis le parking situé à l'entrée de la "vallée des angoisses" (environ 5 km de Lllanos).
Après 1/2 heure de taxi on accède à Los Brecitos à 1030 m d'altitude et c'est parti pour une descente à travers la Caldera.


Le parcours est sensé être ponctué de cascades. Au mois d'août et même sans les conditions exceptionnelles (plus de 42°c ce jour et vague de chaleur durant près de 8 jours), difficile d'apercevoir le moindre filet d'eau...
En à peine 1h00 (-290 m de dénivelé) vous rejoignez la plage de Taburiente :


Une incontestable et providentielle rivière fraîche nous accueille. C'est l'emplacement du camping de la Caldera et de l'une des 2 maisons du parque national (faisant office de centre de secours et lien avec la civilisation).


Ce camping et le centre n'ont aucun autre accès que ce chemin pedestre (ravitaillement assuré par hélico). Nous poursuivons donc la descente pour retrouver notre point de départ.


Comptez 3 grosses heures pour rejoindre le point de départ. Cette partie s'effectuant en grande partie dans le lit d'une rivière (au débit très bas). Un panneau funèbre témoigne de la mort d'une jeune randonneuse sur la fin de ce parcours...
Cette partie n'est pas techniquement difficile mais longue et un poil ennuyeuse. Le balisage nous fait traverser plusieurs fois le lit, et je n'imagine même pas les galères engendrées par les montées des eaux...


Le caractère exceptionnellement chaud de la journée marqua une gestion de l'eau délicate. Les 2 litres par personne ont disparu avant l'arrivée au camping et je peux du coup témoigner de la buvabilité de l'eau de la rivière (sans traitement pastilles) sur la 1ere partie du parcours.
Je déconseille  par contre vivement de se désaltérer après le point des Dos Aguas (lieu où les 2 rivières se rejoignent).
Puis j'avais inscris sur mes tablettes la fameuse Ruta de Los Volcanes, mais la stupidité de quelques villageois à provoquée un incendie géant ( 3000 ha brulés, 4000 personnes déplacées et une cinquantaine d'habitations détruites) à ravagé l'ile durant 4 jours...


En conclusion, voilà une ile richement dotée en terme de chemins de toutes dimensions. Plutôt bien balisés, suffisamment variés mais dont la banalité de beaucoup de paysages (j'entends hors Caldera et le sud volcanique de l'ile) m'a laissé un peu sur ma faim...
Coté randobook c'est l'incontournable Rother Walking guide de la Palma et ses 63 parcours qui nous a guidé sur toutes ses balades, acheté sur place pour 12,90 euros et dispo uniquement dans les langues de Margaret Thatcher, de Tokio Hotel, ou de Enrique Iglésias...
A suivre la Palma pour manger et dormir et la Palma à boire....

Voir les commentaires

1 2 > >>