Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Un 1er avril chez Régis Marcon phase III

9 Avril 2007, 17:28pm

Publié par Docadn

C'est le grand soir. Nous nous sommes mis sur notre 31 en ce 1er avril.
nous réempruntons le fameux souterrain ou on peut encore y lire sur les
ardoises les vins abrités quelques mois auparavant "la guiraude Alain Graillot"
"hermitage Guigal"...
Nous redébouchons dans le hall de la Coulemelle. Un silence plutôt inquiétant.
Personne, pas âme qui vive, quand tout à coup on nous appelle par notre nom
Il s'agit de notre chauffeur (répondant au prénom de Jean Christophe)
nous invitant à monter dans le monospace.Ah oui j'oubliais de vous dire que nous nous rendons au restaurant par une navette privée spécialement dédiée au transport entre l'hôtel et le restaurant (quand je vous dis qu'on touche au grand service ce n'est pas exagéré). 1 km sépare les 2 enseignes.
Sur la route nous apercevons enfin le temple de nos agapes.
Perché au sommet du village le restaurant Jacques & Régis Marcon
trône en citadelle  sur le Velay et se teinte des derniers rayons de soleil
(je vous jure j'arrête la poésie à 2 euros à la fin de cet article).
Une dernière route totalement dédiée à l'établissement nous mène aux
portes des délices tant rêvés et désirés.
La bâtisse est immense toute de verre de bois et de pierre.
A l'accueil le choix nous ai donné de passer au salon ou de gagner notre table et profiter des dernières lumières de la journée.
Vous auriez choisi quoi vous? hein ??
Et bien c'est ce qu'on a fait.
Nous arrivons dans l'immense salle toujours avec cette alliance
de pierre et de bois. Notre table est là près de la monumentale baie vitrée courant
sur toute la longueur de la salle. La vue est splendide sur des massifs
parsemées de neige et des sommets alternant alpages et sapins.
Le chef de salle nous installe et nous confie les menus et le bottin des vins
(vu la taille la mot carte semble désuet et le choix en vins du rhône est de toute beauté quand on s'intéresse un tant soit peu à ce domaine).
Notre choix s'arrête sur le menu le Vellave qui est le 1er menu disponible en
terme de prix. Il est à 105 euros avec 2 plats. Nous optons pour ce menu avec 3 plats (une viande et un poisson 120 euros) pour goûter au travail de Marcon sur ses 2 matières.
Madame Marcon vient nous saluer et nous souhaiter une bonne soirée
suivi par Régis himself avec qui nous échangeons des banalités typiquement
françaises sur les affres de la météo et la réouverture du restaurant datant de la veille.
Après s'être mutuellement souhaité une bonne soirée, Nous débutons la soirée avec un condrieu 2005 de chez Guigal qui m'a interloqué par ses accents "sauvignon"doublé
d'une acidité tranchante et une trame minérale très "silex".
Mais voici déjà que se profile celui qui fera office
de responsable de notre table accompagné d'un autre serveur.
Le restaurant en compte pas loin d'une vingtaine pour moins de vingt tables
pour le service unique du soir.
Il nous tend une boite en bois munie d'un oiseau
articulé qui plonge le bec dans cette dernière pour en extraire un cure dent.
Nous le prenons avec grâce car le 1er des "savoureux apéritifs" vient d'arriver.
Il s'agit d'une pomme dauphine fourrée de saint nectaire fondant.
Puis arrive immédiatement après une tartelette au escargot,
Cela va un peu vite, mais ce sont des bouchées. Tout semble "fait minute".
puis enfin la mise en bouche annonciatrice du véritable commencement
de la grande soirée tant attendue:

DSCN2133.JPG
*La cuisse de grenouille à l'ail des ours et sa tuile au thon séché  (désolé c'est flou)

DSCN2134.JPG
*Asperges vertes et langoustines en terrine, les pointes servies tiède au jambon de chez nous .

DSCN2137.JPG
*La morue demi sel rôtie aux morilles et petites herbes brandade aux 2 céleris

DSCN2138.JPG
*Dans la tradition ponote,le ragoût de lentilles vertes du Puy et oeuf de caille fumé

DSCN2139.JPG
*Boeuf "le fin gras du Mézenc" dégusté en 3 cuissons : la pièce poêlée,le paleron braisé,et la marinade façon tartare.

DSCN2140.JPG
*Sorbet au bleu d'auvergne marmelade de pomme et céleri, stick au parmezan
(sorry encore flou mais pas dans mon souvenir).

DSCN2141.JPG

*Blanc manger dans un oeuf coulis de fraise
(rere pas terrible en image mais terriblement bon et beau en vrai).


*Les prés desserts ; Mont blanc, pâte à la verveine,tartelette citron, éclair à la vanille et liqueur de châtaigne.
A ce moment l'estomac commence à tirer la sonnette d'alarme du genre "eh coco faudrait penser à lever le camp,on va pas continuer à ce rythme là pendant des plombes..."
DSCN2143.JPG
*Les tuiles.

DSCN2144.JPG
*La banane rôtie au caramel de morilles

Dantesque et REMARQUABLE. oui Marcon mérite largement sa réputation.
Sa morue, son sorbet au bleu et sa banane pour ne citer que mes préférés
furent des éxpériences inoubliables de cette soirée unique. Dans le coin
à droite de la dernière photo se trouve un post dessert que j'ai oublié de détailler
mais qui ne dénotait pas de l'ensemble du repas.
coté vins nos choix se portèrent sur
un Croze hermitage 2005 (en blanc) de chez Alain Graillot présentant une robe claire au reflets verts un nez sur la poire, la pêche et l'ecorce d'orange, en bouche, une jolie matière et une fraicheur très agréable une phase ethérée précédant des notes d'eucalyptus en rétro.
Puis ce fut un très joli chateauneuf du pape en la personne d'un
Beaucastel 98,carafé 1h00 robe évoluée reflets tuilés,
nez sur les fruits rouges puis le pruneau et les champignons
(normal chez Marcon)en bouche une matière soyeuse, équilibrée
avec une amertume sur le fil...

Nous prîmes le soin de gouter aux infusions sélectionnées et préparées
par un herboriste local et mal nous en pris car en plus d'être délicieuses
nous nous vîmes infliger une dernière volée de gourmandises dont un carré
de chocolat au cèpes à tomber.

DSCN2148.JPG
On nous racccompagna à notre chambre avec le menu en guise de souvenir
DSCN2124.JPG
 et nous plongions 10 minutes après
dans un lit qui avait subi quelques transformations pendant notre absence.

DSCN2150.JPG

Mais demain est un autre jour et nous ne manquons pas de fixer nos désidérata pour le petit déjeuner même si la faim n'est plus d'actualité
à cette heure avancée de la soirée.

Commenter cet article