Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Message à caractère informatif...

24 Juin 2009, 21:08pm

Publié par Docadn

Oh yeah oh yeah (à la ricaine ça attire toujours plus le chaland qu'à la troubadour) à la population !!
Message à caractère informatif :


Avec en guests :

Manoir de la Tête Rouge (Saumur)

Didier Chaffardon (Anjou)

Nicolas Grosbois (Chinon)

Lise et Bertrand Jousset (Montlouis)

Paul Reder. Domaine des hautes terres de Comberousse (Coteaux du Languedoc)

Catherine Bernard (Coteaux du Languedoc)

Emile Hérédia. Domaine des Dimanches (Coteaux du Languedoc)

Château Terre Forte (Côtes du Rhône)

Le Grand Vellat (Côtes du Ventoux)

Clos Ouvert (Chili)

Pierre Borel (Bourgueil)

Domaine du Mortier (Saint-Nicolas de Bourgueil)

Thierry Michon Domaine St-Nicolas (Brem)

Patrice Colin (Coteaux du Vendômois)

Christian Chaussard Domaine du Brisseau (Jasniéres)

Angelo Negro (Italie)

Domaine Nadine Ferrand (macon)

Château Grand Renard (Côtes de Blaye)

Le tout organisé par le Club Oenologique Montois et l'incontournable Philippe Gallard, limonadier en chef du Chai Carlina, mecque de toutes nos REVEVIN...
Et y'a des chances que le père de la Pipette soit dans les parages (que je félicite au passage pour sa "nomination" dans le dernier Gault & Millaut magazine !!).


Et ca se passe Au Palais des Congrès Odysséa les 04 & 05 Juillet 2009.
Soirée PMG (moi je comprends Pour Ma gueule) de 18h à 22h le samedi
au même endroit.
85160 SAINT-JEAN-DE-MONTS 
Tél. 0 826 887 887

Renseignements complémentaires au
0251580378 (demandez le myope aux cheveux frisonnants et grisonnants).

Qu'on se le dise...

Voir les commentaires

Une Trilogie Beaujolaise...

21 Juin 2009, 14:22pm

Publié par Docadn

Comme de nombreux amateurs de vin, le printemps nous inspire des quilles plus "légères", plus fruitées, et dans ce domaine le gamay retrouve toute notre attention dans ces moments.
Un de mes plus fervents lecteurs toujours en quête de domaines en devenir ou dèjà bien installé dans le PVF (Paysage Viticole Français), me proposa il y a quelques semaines de ramener quelques échantillons de Beaujoland...
Je pris livraison du tout lors des REVIVIN 2009 et j'ai depuis sacrifié 3 d'entre elles :


Fleurie-Les Moriers 2007-Domaine Chignard : Nez d'une grande finesse et très agréable sur les fruits rouges intenses et laissant échapper quelques notes d'olive. C'est profond épicé et sucré en même temps.
L'attaque est très fruitée, sans aspérité, droite, sans creux. Un très bel équilibre avec une acidité qui porte la suavité et la rondeur de la très belle matière. C'est super gourmand, pourquoi je n'en ai pris que 2 !!...***(*)



 Brouilly 2007-Domaine Georges Viornery : Nez acidulé, solaire, fruits rouges, épicé et profond. Quelques flaveurs végétales. L'attaque est un peu végétale, puis laisse place à une matière concentrée, un soupçon de sucre. C'est mûr, ramassé et à la finale très épicée.Ce vin gagne a être carafé (actuellement) vu le profil encore plus délicieux qui l'a montré le lendemain. ***


Moulin à vent 2005-Jean Georges : Nez d'olive intense (syrah sort de ce vin !!), acidulé, camphre et quelques notes de pruneau.L'attaque est douce, avec une pointe sucrée. La matière est aérienne, fine. Là aussi ça glisse sans aspérité au fond du palais, finale épicée, gourmande et longue. ***

Une fois de plus ces beaujolais ne font que conforter ma vision d'excellence en terme de rapport qualité prix en France sur un vignoble qui a bâti sa (triste) réputation sur le 3ème jeudi de novembre.
Le Brouilly coûte 6 euros, Fleurie est à 7,40 euros et pour le Moulin à Vent on est à 7,70 euros.
Et le Fleurie de Chignard est une vraie tuerie que je reprendrais bien en 12 exemplaires...

Vive le gamay et vive le vrai bon Beaujolais
...

PS : ces exploitations n'ayant (à priori) pas leur propre site internet, je vous donne des liens abritant leurs coordonnées...

Voir les commentaires

Florilège de dégustations Part XIV

19 Juin 2009, 17:35pm

Publié par Docadn

Attention voici la batterie des rouges- rosés. Affûtez votre mulot et la fonction défilement. C'est parti :


Vacqueyras 2005-Domaine de Montvac : Nez métallique, fruité, sanguin et profond (impression de grains serrés) de figue. Entrée en matière toute en douceur et relativement courte. L'amer est vif et la finale sur des fruits à l'eau de vie (pour pas dire alcooleuse).Vin un peu simpliste dans un 1er temps. Le lendemain la matière s'est complexifiée, c'est toujours aussi peu concentré mais il devient bon en fin de vie... A carafer longuement peut être **(*)


Cahors-Solis 2004-Mathieu Cosse : nez très mûr et sur la mûre, boisé, terre humide, de fumée et un poil de réduction. Attaque sucrée, enchaînant sur le poivre. Une acidité relevée mais de bon aloi laisse surfer un joli fruit. Finale sur la prune, la figue et les épices. Le boisé sera bizarrement encore plus marqué le lendemain. ***


Bordeaux-Medoc 2004-Rollan de By : Nez concentré, torréfié, solaire et caféine. Le vin démarre sur une acidité marquée et un cortège de bois et d'austérité.C'est un poil végétal, de longueur moyenne. Le soir le vin se met à pinoter agréablement. Il délivre en gueule non pas des fruits noirs mais rouges, il s'est assagit, pas si mal. **(*)

Bordeaux-Medoc 2003-Rollan de By : nez évolué, solaire, prune, fruits à l'eau de vie et bois humide.L'attaque est pleine, un poil végétale là aussi avec une acidité marquée et un amer encore plus démonstratif.Finale poivrée et bizarrement verte (quid de 2003 !!). L'ensemble est court, gras, plutôt frais mais austère et pas vibrant. **

Côtes du Rhône 2005-Guigal : nez réduit, sanguin, solaire, végétal sur les fruits rouges et la pierre humide.Entrée suave puis l'austérité s'installe pour laisser place à une fine astringence et des tanins saillants. Amer appuyé et rétro très épicée. **


Vin de pays des collines rhodaniennes-Syrah 2007-Louis chèze : fin boisé, hémoglobine, café et rose ouvrent le nez. L'attaque est légèrement sucrée et enchaîne avec une matière gourmande, fraîche, sur les fruits noirs. Amer tenace avec une rigueur bordelaise. C'est bon. ***

Bordeaux-Medoc 2000-Rollan de By : Bois, rafle et vanille pour commencer. matière ramassée, vanillée mais fraîche et agréable. Toujours cette austérité, mais il apparaît comme le plus abouti des 3 Rollan dégustés.La matière exprime un coté flatteur par son boisé persistant et une jolie crème de mûres. **(*)

Beaujolais-Fleurie 2005-Domaine du Niagara : solaire, sanguin, réduction et bois humide jaillissent du verre. attaque un peu molle sur les fruits rouges (fraises). C'est court, de corps moyen mais porté par une belle acidité. Pas si mal en fait. **(*)

Vin de pays des collines rhodaniennes-La dernière vigne 2007- Gaillard
: flaveurs de fruits rouges, de bois et d'alcool. Un coté bordelais par la grosse gousse de vanille qui déborde du verre. L'attaque est herbacée, puis fruitée. L'acidité est relevée, la matière marquée par le bois, des tanins granuleux et lâches. Le lendemain la matière s'est adoucie mais le corps du vin a aussi fait une cure d'amaigrissement. **


Côtes du Rhône 2006-Domaine Charvin : nez terreux, de rafle et de rose dans un 1er temps.Puis ce sont les fruits rouges, la figue et de la réglisse qui frappent les parois nasales.Attaque souple, ronde et aérienne, puis la matière se durcit avec là aussi des tanins rugueux. C'est fin, à l'amer marqué. le lendemain le vin s'est assagit. **(*)


Corbières-La Combe des Oliviers 2007-Miren de Lorgeril : nez solaire, réduit, de liqueur de café et de caillou après la pluie.Le vin s'ouvre sur une acidité relevée puis enchaîne avec une expression poivrée. Le tout présente de la fraîcheur, une pointe de sucre. Le lendemain, l'acidité est moindre, l'amer est marqué. C'est hélas simple et sans grande personnalité.*(*)


Fitou-Bel Amant 2006-Château Champs des Soeurs
: Fin bois, rafle et métal au 1er coup de narine.Puis Camphre, éther et essence algérienne dans un second temps. Attaque finement sucrée avec une matière un peu granuleuse.Matière fine, fraîche et fruitée. C'est dynamique, droit et net . Finale charmeuse et dense sur le cassis. C'est bon. ***


Coteaux du Tricastin-Entre chien et loup 2007-Rosé-Les Alyssas : Fruits rouges, métal et pierre humide plus un coté bizarrement liégeux.L'attaque sur les fruits rouges (grenade) est large, pour un léger perlant. Finale plutôt courte et éthérée sur les fraises aux épices. Amer appuyé. **(*)


Vin de pays de l'Hérault-Mas de Daumas Gassac 2003 : seul millésime en ma possession et carafé 10h00. nez de prune et de sous bois humide, puis d'alcool et de poivron, solaire. Entrée suave puis rebondissant sur une acidité très relevée. tanins fondus, matière de structure très moyenne. Amers discret. Finale un poil chaude. C'est évolué mais manque cruellement de structure. Déçu. **

Mendoza-Clos de los Siete 2004-Argentine
: nez végétal, de fruits noirs et de boisé conséquent. Sous bois, épices et poivron (sur du malbec !!) terminent le cortège olfactif. attaque sucrailleuse, douce, fluide au boisé flatteur. C'est un brin végétal au final, et gras. Le fin amer sauve grandement les meubles, c'est pas si mal et ça s'est réellement arrangé dans le temps puis c'est devenu alcooleux à J+2. **(*)


Alsace-Pinot Noir Rosé 2006-Coteau du Haut Koenigsbourg-C.Fahrer : Nez discret sur les fruits rouges, sudiste, pommadé et confiserie. Une certaine minéralité et des notes de miel pour clôturer le dessus du verre. à l'intérieur on découvre une matière sur la fraise écrasée intense. C'est sec, de structure moyenne à l'amer marqué et à la finale d'amande. une certaine austérité. Pas gégé *(*)


Coteaux du Languedoc-Le Marteau 2006- Domaine Clavel : Nez sudiste, solaire et sanguin au 1er coup de tarin. L'olive, les épices et un peu de rafle me font penser à un Châteauneuf !! (or il n'y a que 23% de grenache pour 59 de syrah et 18 de carignan). D'emblée la matière se montre tout en puissance. C'est rond, ramassé, à l'équilibre acide/amer excellent et tout en haut de l'échelle si une mesure existait pour cet ensemble.Ensemble épicé à souhaits, douceur de la syrah et puissance de la grenache pour une finale de fraise. cuvée tirée à 8952 exemplaires. ***

Vous pouvez arrêter votre défilement, Le 14 ème "listing de Cr" est terminé...
J'ai volontairement soustrait 3 vins rouges pour un (petit) billet à venir, spécial beaujolais...

Voir les commentaires

Florilège de dégustations Part XIII

19 Juin 2009, 16:01pm

Publié par Docadn

Après cette série de tables, retour aux fondamentaux avec cette pluie de CR sur les quilles dégoupillées ces 3 derniers mois... Comme d'hab, on commence par les blancs :


Vin de pays de l'Hérault-L'In 2007-Mas Conscience : Nez réduit, et persistant et pas grand chose d'autre.Attaque grasse, un peu molle et anisée.Matière polissée, fraîche et aérienne. De jolis amers sur l'amande concluent le vin avec des épices en rétro bien agréables. ***



Montlouis-Rémus 2005-La Taille aux Loups : ouverture typique d'un chenin sur la poire, le vernis à ongles et des notes de miel plus un soupcon de bois.Malgré le gras d'emblée, l'attaque est en retrait avec un énorme creux en milieu de bouche qui accentue le coté "dilué" de la matière.La finale nous raconte le contraire avec puissance, finesse et une poire jaillissante.Un vin contradictoire dans son "déroulé" mais bien bon dans l'ensemble.***


Vouvray-sec 2002-Foreau : Nez délicat, floral et poire et quelques notes pétrolées.L'attaque est un peu miellée et tranquille, puis brusquement s'accèlere pour donner toute l'ampleur et le dynamisme d'une matière énorme.Légère perception de sr et on retrouve en bouche les notes de poire et de pétrole. Les amers sont puissants et contrebalancent parfaitement une acidité de toute beauté.Finale sur l'amande amère. Il en a encore sous le pied le bougre, et c'est très bon.***(*)


Vin de pays d'Oc-Eolienne 2006-Mas d'Espanet : Effluves de citron, d'anis, poire et de carton mouillé. Une certaine minéralité (le caillou) et des notes d'épices cloturent le nez. L'entrée en matière se fait sur la poire et des épices relevées.C'est gras, tout en longueur mais c'est mou tout mou... Jolie rétro anisée mais c'est mou... **

Alsace-Riesling 2005-Trimbach : Nez sucré, de fleurs et de caillou mouillé.L'attaque est pétrolée, fleurie et volumineuse. C'est vraiment ample, sur la pomme et très sec. Un amer délicat en finale pour une expression très minérale. J'aime beaucoup.***(*)

St Peray-St Peray 2005-Gaillard Cuilleron Villard Villa
: nez discret de fleurs blanches,poire,un poil boisé,lacté et de bonbon anglais. Attaque sur la poire et le vernis. C'est fluide, épicé, anisé, à l'amer marqué.Le tout se révèle gras mais relativement svelte. Le lendemain le nez est transparent et la rétro finale encore plus épicée. **

Alsace-Pinot blanc 2004-P.Blank
: nez de pomme verte et de pierre sèche et de bois. Attaque végétale, molle avec son lot de sr inutile. Matière fluette et simpliste. *

Alsace-Tokay Pinot Gris 2002-Roger Heyberger : Nez fleuri, exotique de fruits jaunes, de pierres humides, de pétrole et d'épices. Attaque sur la poire accompagnée d'une acidité exacerbée.C'est court et "poiré" au final. **

Peu de vins blancs en ce printemps calamiteux en terme de météorologie. Quelques quilles alsaciennes de derrière les fagots (heu en fait provenant de fav pathétiques,j'en ai un peu honte mais j'en ai fini, ouf...) et de la poire dans presque tous les verres !! 
Les rouges dominent encore les verres et ils sont nombreux.
A SUIVRE...

Voir les commentaires

La Virgule qui tombe à point...

16 Juin 2009, 17:07pm

Publié par Docadn

Il y a quelques semaines, j'étais en escapade dans la cité phocéenne, ville où je n'avais pas remis les pieds depuis près de 3 décennies (ben oui j'étais tout petit lorsque j'ai découvert la canebière et le vieux port).
Comme d'habitude, j'ai battu le macadam en long et en (grand) large à travers la ville avant de céder à l'appel d'une table bien méritée...
J'avais dans un premier temps jeté mon appétit sur le Café des épices... Las, ce dernier était "réquisitionné" par une équipe de tournage (sûrement le 17 354 ème épisode de "plus belle la vigne vie").
Quelques mètres plus loin, en retrait du "quai du port", une terrasse ombragée et des tables disponibles.
J'ai faim, je ne cherche même pas à savoir où je suis (je lis quand même les propositions du jour).
Je me trouve du coup dans un bistrot à la déco super branchouille mais à la carte relativement attrayante.
Christopher Pereda est un ex apprenti de chez Lévy (chef de la réputée "Une Table, au Sud").Après un passage chez Thierry Marx, retour sous le soleil marseillais pour diriger son piano avec la bénédiction de son talentueux ex maître d'apprentissage.
L'esprit bistrot est là. Des plats sûrs, simples et surtout des produits frais. On est à Marseille, donc place à la cuisine provençale et à tout ce qui la caractérise.
Mon choix est fait, ce sera à la carte. En face aussi, c'est parti...


Cabillaud rôti, purée d'aubergines et cumin


En face je pouvais dévorer des yeux :


Calamars sautés, vinaigre de Xérès et légumes de Méditerranée


Panna Cotta ananas


Cuissons remarquables des 2 plats, on nage dans une fraîcheur indiscutable des mets, des goûts à la juxtaposition jubilatoire et des couleurs sudistes mettant les pupilles dans le même émoi que les papilles.
C'est simple, bien fait et totalement gourmand.La Panna Cotta étant hélas bien en retrait dans ce festival des plaisirs.
Coté vin c'est un Bandol blanc du Domaine de La Laidière qui fut mis à contribution pour ce délicieux déjeuner.
La cave fait la part belle aux vins de la région et elle est mine de rien plutôt pertinente au delà des grandes maisons traditionnelles.
Service pro et détendu pour une clientèle semble t il branchée.
Coté presse, l'établissement a déjà été repéré par le G&M comme une "table tendance et à la mode" (faudra m'expliquer un jour en quoi bien manger est à la mode !!). Coté Bib nada comme d'hab.
Une Virgule comme j'aimerais en mettre plus souvent dans mes carnets de dégustations...

Restaurant La Virgule
27 Rue de la Loge
13002 MARSEILLE
Tel 04 91 90 91 11
Parking Hôtel de Ville
Fermeture Dimanche soir et lundi
Site internet : ICI

Voir les commentaires

Le Coquillage ou une histoire (presque) sans paroles...

7 Juin 2009, 14:31pm

Publié par Docadn

Toujours en marge du 20ème festival international du livre & du film de
St Malo (C'est plus long qu'Etonnants Voyageurs mais c'est l'intitulé que l'on retrouve sur le ticket d'entrée), je me suis retrouvé à St Méloir Des Ondes pour un dîner d'anniversaire surprise.
C'est désormais la seule table ouverte du "corsaire de Cancale". Toujours estampillé Relais & Châteaux, cet hôtel restaurant jouit d'une situation géographique unique et sublime. Des jardins et un château superbes pour un intérieur bourgeois et un poil rétro.
Après un passage par le salon et un St Véran dont j'ai oublié le nom, place aux images :


Des grignotages pas terros en apéro...



Puis on attaque le menu "un grignotage des bords de mer"


Et dans le détail nous observions avant passage entre nos mâchoires

 Une émulsion légère de "fenouillette des falaises"

"Saint Jacques"

"Saumon Bio d'élevage"

"Rillettes de maquereau"

"Poisson froid."

"Poisson chaud !!"

"Bigorneaux taille XL"

"Les huîtres de la baie"

"Une pause s'impose" après cette première salve. Batterie pendant laquelle notre excellent St-Joseph 2007 de chez Gripa évolua pour trouver toute sa place dans ces grignotages...
Les 2 salles affichent complet et nous sommes nombreux à déguster ce menu... La seconde salve arrive :


Et dans le détail :

Quelques encornets frits

"Crabes et coquillages..."

Solettes et "quenelle" de purée de pommes de terre

"Saint Pierre & Chou" (de mémoire de poisson rouge !!)

Puis ce fut l'interminable attente du chariot des desserts... Qui arriva fort dépourvu mais qui me permit de déguster :

J'avais une énorme envie de fraise !!

Un menu pratique pour goûter le travail "bistronomique" d'Olivier Roellinger, mais assez inégal au niveau gustatif. Cela va du "bof" (les encornets) au très bon (les solettes et le Saint Pierre).
La grande majorité des plats sont d'une simplicité déconcertante alliant fraîcheur et goût. Les épices y sont discrets et savamment dosés.Les sauces accompagnant les poissons sont divines.
Le service est lui aussi relativement inégal. "La" maître d'hôtel (au demeurant très sympa) souffrant du "laxisme" relatif de certains serveurs et serveuses. La notre était parfaite.Un sommelier aussi insaisissable que Casper.
La formule du chariot sympa comme tout, a ses limites. Quand la moitié des tables terminent en même temps de manger, le pâtissier (devant faire l'article de la quinzaine de desserts disponibles pour chaque table et "recharger" les desserts manquants jusqu'à épuisement) doit "piloter" entre ces dernières. Ce qui réclame adresse et patience dans les 2 salles à la configuration peu pensée pour la circulation de ce dernier (le chariot des fromages ayant la même problématique).
J'imagine une certaine déception des clients pensant goûter à "l'identique" l'ex cuisine étoilée et qui doivent tomber de haut. Même si le "grand menu" reprend quelques grands classiques, le Coquillage n'a pas (encore !!) la prétention de remplacer l'ex bateau amiral de Cancale.
La carte des vins est classique (trop, à mon humble avis) ou Mosse et Le Moing (et Boulard de mémoire)font figure d'extra terrestres...
C'est uniquement à la fin du repas qu'une tablée (arrivée tardivement) a "explosé" le niveau sonore jusqu'ici tranquille du lieu.
Un voix plus forte que les autres et que je qualifierais de "marseillais de terrasse" (mes excuses aux marseillais de terrasse discrets) a troublé sensiblement l'ambiance tranquille qui prévalait jusqu'ici.
Et c'est en quittant les lieux que je découvris que le stentor du moment n'était autre qu'Olivier Roellinger himself, expliquant à très haute voix les épices des plats à "ses invités".
Cela reste malgré tout un lieu unique avec une cuisine simple et inspirée... La nuit est tombée et je suis rentré...


Château Richeux
Restaurant Le Coquillage
D155, route du Mont Saint Michel
35350 Saint-Méloir-des-Ondes
02 99 89 64 76

http://maisons-de-bricourt.com/

Voir les commentaires

Le Bistrot de Jean

5 Juin 2009, 12:39pm

Publié par Docadn

Fréquenté en marge de l'excellent festival "Étonnants Voyageurs" à St Malo, ce bistrot fut une belle découverte pour l'épicurien apprenti que je me targue d'être.

Entre deux débats, mon estomac fit des revendications légitimes après plusieurs heures de mise en sommeil.Mes pieds me menèrent par hasard devant le Bistrot de Jean.
Une ardoise appétissante proposant 2 plats pour 14 euros et 3 pour 19 euros.
Je tente ma chance en plein "rush". L'un des serveurs apparemment débordé mais plutôt zen me promet une table dans les 300 secondes qui suivent.
Je profite de ce laps de temps pour faire le "plein d'UV après 2h00 sous un chapiteau déjà chauffé à blanc" sur la petite et très agréable terrasse.
Me voilà à l'intérieur d'un authentique bistrot de poche. Tables au coude à coude, déco de bois et murs tapissés de gravures raccords.Des suggestions que l'on pourrait qualifier "du marché". On ne passe pas 3h00 à élaborer son menu. J'opte pour une formule entrée + plat à 14 euros :


Duo de tartare de saumon et thon aux herbes

Un entrée tout en fraîcheur (et bienvenue en ce samedi quasi caniculaire dans la cité corsaire).Bel équilibre entre le saumon et le thon. D'ailleurs ce dernier fait une fois de plus mentir sa réputation de poisson sec.La sauce aux herbes est goûteuse.C'est fondant, c'est bon, mince déjà fini...


Mijoté de veau aux épices douces et petits légumes printaniers.

Là aussi un plat qui se dévore des yeux puis à la fourchette pour découvrir d'excellents légumes croquants comme je les aime. Le veau et d'une "tendreté" divine et la sauce aux épices douces porte parfaitement son nom.Je vous ai fait grâce de l'assiette vide, mais je vous assure qu'un rinçage à l'eau claire aurait suffit avant de l'égoutter...
Là encore un plat roboratif dans ses proportions et l'esprit bistrot.

Un service délicat et attentif (voir acrobatique quand on observe la configuration des lieux) et un sourire naturel à chaque rotation sur la table.
Coté vin, j'ai juste opté pour un verre de viognier. Une rapide analyse de l'ardoise des vins montre un intérêt relatif et misant sur certaines "étiquettes". Beaucoup de Bordeaux mis en avant, et une sélection de vins au verre courte et simple.
Coté médias, le Bistrot est signalé par G. Pudlowski
à travers le Point  (j'imagine aussi qu'il figure sur son guide).
Coté Michelin nada (j'aurais envie de dire comme d'hab, hélas).
Coté Gault & Millau il est signalé avec la sévère note de 10/20. Note motivée semble t-il par des "retours de lecteurs" n'ayant pas trouvé le sourire de circonstance en ce lieu.
Personnellement, le sourire était là (malgré l'affluence record liée au festival), le goût, la sincérité d'une cuisine généreuse et fine et dont les malouins ont fait un de leurs repères selon ma logeuse du week end.
Réservation (fortement) conseillée ou "cul bordé de nouilles" de rigueur.

Le Bistrot de Jean
6 rue de la Corne de Cerf
35400 Saint Malo
Tél/Fax : 02 99 40 98 68

Voir les commentaires