Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Vendredis du Vin # 30 : Le Vin & Le Sexe...

28 Octobre 2010, 23:00pm

Publié par Docadn

Lecteurs et lectrices pervers bonjour,

 

Longue fut mon hésitation avant de participer aux Vendredis du Vin # 30 parrainés par les bitecéphales torcheurs.

Le sujet ardent, brûlant et O' combien glissant, aurait dû me laisser de marbre, insensible ou patineur émérite...

J'aurais ainsi évité l'écueil du grivois, de la facilité, du cliché ou du

pseudo-littéraire inspiré.

Tant pis !! Aussi j'ajoute ma prose médiocre aux wagons des essais érotiques, pornographiques ou romantiques de la session à la thématique tendue...


Griottes--Vinosseur-.jpg

(source photo Vinosseur)

 

 

Vin de table - P'tite Gâterie 2008 - Domaine des Griottes

 

Totale facilité avec cette pratique sexuelle et gastronomique.

Cuvée au nom ambigu, qui ouvre la voie à la gourmandise dans tous ses états.

Une fois décalottée, la P'tite Gâterie est encore tapie sous le bouchon.

La pénétration d'un tire-bouchon dans ce dernier est le dernier obstacle à la promesse de l'étiquette.

L'orifice généreux du verre laisse le col de la dive offrande s'engouffrer sans ménagement. Le liquide jaillit précipitamment. Il gicle par saccades sur toutes les parois du contenant vierge et accueillant.

L'appendice nasal entre en scène. Trop court pour se délecter directement de la substance, il actionne ses muqueuses pour jouir à sa façon d'un coït par procuration.

La P'tite Gâterie offre sa fourrure dense, sa cigarette mal éteinte et des notes viandées et lardées.

Les lèvres s'emparent du verre et la P'tite Gâterie glisse délicatement vers la langue impatiente.

Cette dernière se tend et se laisse tapisser, sans pudeur, du fruit de la vigne.

Elle se met à vibrer de haut en bas, d'abord comme un sybarite, puis comme une jouisseuse sans morale.

Elle se pâme devant tout le fruit, l'acidulé, les épices que la P'tite Gâterie lui offre sans retenue.

La matière se love dans le septum, puis se fait sautillante comme pour se faire désirer davantage.

La douce sensation sucrée finale laisse le palais sur une faim conséquente, devant la gourmandise et la fraîcheur de ce joli mariage de gamay, grolleau et pineau d'aunis.

Une P'tite Gâterie à se faire entre amis consentants, de tout sexe, à toute heure, en toute impudeur sur un tabouret (Indochinois), une brouette (Thaïlandaise) ou un zinc accueillant.

 

Domaine des Griottes

Le Site

Le Blog

Voir les commentaires

Escapade Finistérienne

24 Octobre 2010, 19:36pm

Publié par Docadn

 

Un petit tour dans le pays brestois, pour aller se saouler les écoutilles avec le retour du grand Joe en terre froggie...

 


  

(Désolé pour cette version batave de la vidéo, la version Bzh n'étant pas disponible à l'heure où j'écris ces lignes).

Avant cette délicieuse soirée, une légitime quête stomacale avait conduit mon modeste 41-42 aux portes de la nouvelle vedette brestoise : Armen.

Une formule déjeuner (menu du Rocher) fort attrayante, avec E+P ou P+D pour 25 euros. Mais les intitulés  "céleri rémoulade" et "escalope viennoise" m'ont tout de suite moins fait saliver.

 

Restos-0006.JPG

 

Et c'est un pakistanais, qui a du coup raflé la mise de notre petit pouvoir de dépense, pour nous régaler de ses spécialités plutôt bien exécutées, mais à des tarifs "à la carte" supérieurs à la moyenne (un lassi à 5.50, une bière indienne basique à 6.80, et des plats oscillants entre 12 et 18 euros, quand les formules entrée+plat  de la semaine varient entre 10 et 12 euros !!).

Le lendemain matin, direction la pointe Saint-Mathieu, pour une balade de 9 kms.

 

Restos-0033.JPG

 

Très joli chemin du littoral (plein Est, donc gaffe aux yeux le matin) qui bifurque sur quelques hectomètres (un peu ennuyeux) dans la campagne, avant de revenir plein Ouest sur le phare St-Mathieu.

 

Restos-0051.JPG

 

A l'heure du déjeuner, un rapide coup d'oeil sur la carte de l'Hostellerie de La Pointe Saint-Mathieu, avec son menu terroir à 31 euros.

Tentant, mais le (très conséquent) petit déjeuner me fait renoncer...

Direction Le Conquet, pour constater que les 2 premières adresses visées sont fermées, soit pour congés, soit définitivement.

C'est  "Le Relais du Vieux Port" qui gagne, par forfait ,notre présence. Il est 13H00, c'est blindé de gamins qui braillent et de sexagénaires presbytes qui mangent avec leur manteau sur le dos.

Tous les logos y sont : Routard, Lonely Planet, Geo...

Une déco désuette diraient les plus polis d'entre nous. Un caractère totalement "Champerarien" (dont la plaque et l'édition 2002 trônent dans la salle).

Des crêpes sur la carte, une multitude de plats sur l'ardoise. Une poêlée de Saint Jacques pour mézigue, une St-Conquaise pour la miss (galette avec les mêmes bestiaux).

 

Restos-0079.JPG

 

L'assiette est un petit chef-d'oeuvre de naïveté et de kitsch... Le petit quintal de riz au centre est correctement cuit. Les Saint Jacques sont une tuerie de cuisson !! Mais une tuerie en cachant une autre, l'ail flingue absolument tout...

En face, la crêpe est molle et très (trop) salée... Crème brûlée maison correcte...

 

En conclusion : La balade à Saint Mathieu est extra !!!!

Voir les commentaires

Trouver grolle à son pied... Le Blog de Gropif

20 Octobre 2010, 05:10am

Publié par Docadn

le-blog-du-Gropif-V-IV.JPG

 

 

Attention vin de soif dangereux !!

Le duo franco-coréen de Fline sort un pif de "2ème classe" sous le sobriquet de "Reservoir Grolle"...

Un peu de Tarantino dans ce 100% grolleau, issu des rangs de jeunes vignes pas radines et d'autres flirtant avec les voisins.

 

ete-2010-0013-2.JPG

 

La genèse de cette cuvée, était d'enrichir la cuvée de Grolle noire, dispensée pour le coup de ces raisins au rendement généreux.

Elevage en cuve, cuvaison courte, pigeages tranquilles, on reste nature jusque dans la quille.


Une fois dégoupillé, le pif livre la clope de mister Pink, un manteau de fourrure et des baies roses en cadeaux de bienvenue.

Les badigoinces laissent filer sur "Mister Palate" un fruité bluffant. Puis c'est "Mister glide" qui entre en scène, ça grolle bon !! C'est réservoir glotte !!

A 11.5°, mission accomplie...


Merci à Arnaud pour cette découverte et merci à notre Grand Olif pour l'inspiration l'usurpation, sur cette bouteille au prénom typiquement "olifien"...


PS : Article écrit il y a quelques jours, sans savoir que l'insatiable Pipette man allait évoquer ce vin de soif ICI...

PS II : Article sans aucun rapport avec une éventuelle "crise du réservoir", sévissant au moment où ces lignes furent écrites...

Voir les commentaires

GTMC... C'est où qu'on mange ?

17 Octobre 2010, 15:14pm

Publié par Docadn

Petit flashback sur une petite randonnée VTT :  La Grande Traversée du Massif Central.

Une sympathique balade traversant 7départements, entre Clermont-Ferrand et Sète, cumulant 680 bornes et 12 000 mètres de dénivelé.

 

GEDC0075.JPG

 

Les emplois du temps des participants, conjugués à notre préparation physique proche d'un Balladur dans le métro, nous ont obligés à effectuer ce raid en 2 fois 6 jours sur 2 années.

En 2009, nous avions conquis la partie sud entre le lac de Charpal et la mer.

 

GEDC0231.JPG

 

Cet été, c'était la partie nord avec un départ (monstrueux) de Volvic. Deux petits mots sur ce tracé dantesque. Une très large préférence pour la partie nord.

Personnellement, je conseillerais aux raiders de stopper cette traversée à  Saint-Jean-de-Fos. Mais comment résister à l'appel du grand lac de la Grande Bleue...

Le parcours entre St Jean et la mer est totalement inintéressant (voire hideux comme à Aniane)...

Ce périple en 12 étapes (confortablement assisté par notre chauffeur-cuisinier-relayeur-bagagiste-vttiste Marc, un must pour pédaler sans portage) fut agrémenté par quelques étapes réparatrices et caloriques.

 

GEDC0378.JPG

 

Première adresse à se faire remarquer : La Cabane à Saint-Alyre-ès-Montagne. Un poil excentré du parcours de la GTMC, ce bar-tabac & station essence est un "pilier de la gastronomie locale".

Les Clermontois et les riverains se ruent tous les midis dans ce hameau, pour y dévorer une partie des 200 kgs de batraciens cuisinés chaque semaine.

 

GEDC0392.JPG

 

Pour 20 euros, vous aurez de la charcuterie, des cuisses de grenouilles, fromage et dessert. Une variante à 22 euros, vous propose les grenouilles en entrée, viande + légumes, fromage et dessert.

Comme vous pouvez le deviner, c'est diététique et les portions sont chiches (la serveuse est presque déçue quand vous laissez des cuisses dans le plat, le rab étant de rigueur dans l'établissement).

Cuisson parfaite des cuisses, un poil "juteuses", ail bien dosé. Côté dessert, mention pour la crème fouettée sur un classique de la maison : la Pêche Melba. Carte des vins à la peine.

 

 La Cabane", 63420 St Alyre ès Montagne

04 73 71 77 53

 

GEDC0472.JPG

Un autre spécialiste de la cuisse de grenouille sévit dans le Cantal, plus précisément à Trailus (à mi-chemin entre Ruynes en Margeride et le Mont Mouchet et au terme d'une des montées les plus costaudes du périple). Les cuisses d'anoures ne sont servies que le vendredi. Nous y faisons étape un mercredi soir. Et le mercredi, c'est aligot...

 

GEDC0464.JPG

 

 Les Volpilières jouent souvent à guichets fermés avec leur "purée de l'Aubrac". Une dizaine de kilos pour apaiser les 50 clients affamés et impatients (La mère du patron promène son énorme gamelle sur roulettes dans toute la salle).

Une assiette "correctement nettoyée", vous permettra de vous faire resservir 2 à 3 fois.


Les Volpilières
15320 Ruynes en Margeride - Trailus, Cantal
E-Mail : info@chambres-les-volpilieres.com

www.chambres-les-volpilieres.com
Mob : 06.07.15.81.19 

Tel : 04.71.23.48.31 
Fax : 04.71.23.42.53


DSCN4888_1.JPG

 

"Côté sud"(du Massif Central), une étape INDISPENSABLE et INCONTOURNABLE dans le stupéfiant paysage du Causse Méjean (et ses chevaux de Prezwalski). C'est au Nivolier que se trouve l'excellente Auberge du Chanet. 

Un établissement qui cumule les fonctions de chambre d'hôte, gîte, bar, restaurant et accueil équestre pour le plus grand soulagement des séants, des pieds, des gosiers, des palais des cavaliers et marcheurs en tout genre.

Sans conteste, la meilleure boutique (testée) pour se restaurer, de toute la GTMC.

Des "plats bistrot soignés", avec la touche locale et une fraîcheur indiscutables. La salle voûtée est superbe, la carte des vins n'est presque pas honteuse.

 

DSCN4894_1.JPG

 

Auberge du Chanet
Nivoliers
48150 Hures la Parade
tel/fax 04 66 45 65 12
e-mail :
lechanet@aol.com
site : www.aubergeduchanet.com

 

Pour 2011  le Tour de la Margeride et celui de l'Aubrac sont normalement au programme (et peu de chance que Bras fasse un accueil VTT dans son auberge)...

 

A SUIVRE

Voir les commentaires

Oui Ski du Monde II

12 Octobre 2010, 17:29pm

Publié par Docadn

Quoi de plus normal après le succès planétaire de Oui Ski du Monde (12 retirages, traduit en 84 langues), de vous proposer une suite, sous l'appellation tellement plus originale de "Oui Ski du monde II".

On reprend les mêmes (dégustateurs) et on recommence avec des nouveautés, millésimées ou non, des découvertes. Dégustation de chaque cuvée avec et sans eau.

 

Karuzawa - 12 years Pure Malt (Mercian Corporation) : Un blend composé de 12 ans et  30 ans d'âge (mais la législation impose que le moins âgé soit référencé sur l'étiquette).

Imposante poire au nez, iode et tourbe pour conclure. L'attaque se fait sur la poire et le caillou mouillé. Ensemble ramassé sur la langue, qui se déplie en épices et caillou. Étonnante impression de constater que le breuvage "stationne" sur la langue mais pas sur la palais.

Le rajout d'eau provoque l'apparition de la cannelle et d'un boisé-vanillé appuyé. La minéralité est encore plus prégnante en bouche. Un très joli blend ***(*)

 

Dun Eidann Islay - Caol Ila - 19 years : un véritable nez de clinique mutualiste, mêlant dans le désordre, chloroforme, bonbon anglais, et un boisé marqué. Matière soyeuse, épicée, qui "berlingote" pour une finale terreuse.

L'ajout d'eau dévoile un ensemble sans aspérité, avec un certain gras et un fruité remarquable. Là encore, une certaine minéralité s'impose au final. Un excellent whisky élevé dans des fûts de Chateauneuf du Pape du domaine de La Nerthe ***(*)

 

Knockando 12 years (1995) :bienvenue chez Haribo®!! Confiserie, barbe à papa et fin bois se développent au-dessus du verre. D'emblée, c'est la fraîcheur qui s'impose, avant de laisser la place aux épices et à une poire jaillissante et envahissante. La finale laisse une impression de "sucrailleux" et des notes de cumin.

Les quelques millilitres d'eau livrent une version lactée du single. Un épatant caramel au lait au nez, moins convaincant en bouche. ***

 

ete-2010 0010-copie-1

 

Puis une dégustation comparative entre le Pure Malt White & la cuvée From The Barrel produits par Nikka.

 

La version White démarre par un nez de pharmacie, et pas grand chose d'autre. Comme s'il était cadenassé. L'attaque se révèle fruitée, épicée et finement boisée. Le caillou se cale sur la langue, la finale est fumée. La pointe aqueuse accentue cette impression de fumée, laissant une fine sensation lactée-pralinée. **(*)

 

La version From The Barrel est au premier coup de narine too much (51.4°). C'est fermentaire et lacté. L'attaque est un condensé de caramel mâtiné de cannelle. L'ensemble est brut et droit. La touche d'eau renforce la cannelle, en donnant du ressort au boisé, jusque là peu dominant. La vanille complète le tableau. Les gorgées successives rendent la chose très agréable, alors que mon premier contact (15 jours avant) fut détestable. ***/***(*)

 

Encore une jolie balade dans le monde des whiskeys. Le Karuzawa et Caol Ila m'ont emballé, tout en faisant souffrir les 2 cuvées de Nikka pourtant pas déméritantes.

 

Peu de personnes savent que le Japon élabore du whisky depuis plus d'un siècle. Le grand bond eut lieu dans les années 20, grâce à Masataka Taketsuru. C'est à lui que les distilleries japonaises doivent leur savoir et leur maîtrise. Et si Nikka existe aujourd'hui, c'est aussi largement sa faute.

Phénomène actuel dans les restos et autres bars tendances, le whisky japonais ne doit pas sa réputation à un marketing élaboré, mais tout simplement à sa haute exigence. Les Ecossais n'ont pas rendu les armes pour autant, mais peut-être qu'un "Taketsuru rouquin" devrait aller voir à son tour ce qui se passe au pays du soleil levant...

 

PS : Ceci n'est pas un publi-reportage pour la maison Nikka, juste une petite digression sur une distillerie qui m'a impressionné à la première rencontre, et dont je suis impatient de goûter la cuvée Yoichi.

PS II : Désolé pour les photos introuvables des autres quilles, seule ma quille s'est fait reshooter pour l'article...

Voir les commentaires

Champagne et Bulles d'art !!

3 Octobre 2010, 16:59pm

Publié par Docadn

Dernier volet estival, quand l'automne a déjà frappé à nos portes.

Fin de périple chez le chouchou des bloggeurs, des facebookers et autres amateurs de vin avec ou sans pacemaker.

 

ete-2010-0842-copie-1.JPG

 

Nous sommes à Cauroy-Lès-Hermonville chez le désormais célèbre Francis Boulard.

Le personnage très intimidant, qui nous ouvre la porte, soulève en moi une large inquiétude.

Un "C'est pourquoi ?", pas super chaleureux pour commencer.

Après avoir décliné mon identité, un  "Alors comme ça, vous connaissez les Olif, Rapiteau et Chtibruno !!" un peu plus rassurant.

C'est bien lui le Francis Boulard, dont tout le monde me bassine avec sa gentillesse légendaire !!

 

ete-2010-0852.JPG

 

Il nous annonce la venue d'autres visiteurs très en retard. Aussi, la visite des vignes se fera sans eux. La Dangel nous conduit à quelques kms de là, sur la fameuse parcelle Les Rachais.

 

ete-2010-0832.JPG

 

Et c'est là que Francis Boulard s'est dévoilé. Comme si la vigne le rendait plus doux, plus accessible. Il s'est mis à tout nous montrer.

 

ete-2010-0837.JPG

 

Les feuilles, le raisin, les attaques de mildiou, les vers, la terre. On ne pouvait plus l'arrêter !! Nous avons pris une fascinante et majeure leçon de Nature (la majuscule n'est pas une erreur).

 

ete-2010-0834.JPG

 

Un petit détour par le Murtet, pour observer le Chardonnay, en continuant "d'effleurer" la démarche et la philosophie de Francis Boulard.

Retour au domaine pour passer aux travaux pratiques. L'américain et ses 2 compagnes russes ne sont toujours pas arrivés.

Francis est gêné de ne pouvoir nous faire goûter d'autres vins que ceux dégorgés 3 semaines plus tôt...

 

ete-2010-0851.JPG

 

Il est vrai que ces derniers sont encore sous "le coup du dégorgement", mais Francis s'attachera à nous faire goûter les versions Extra Brut & Brut Nature disponibles de chacune des cuvées.

 

ete-2010-0848.JPG

 

Murgiers, Grand Cru Mailly, Blanc de Blancs V.V, Les Rachais et Petraea pour conclure.

Une bulle taillée au laser pour les Murgiers. Un caractère plus rond mais néanmoins crémeux et nerveux sur Mailly. Une belle fraîcheur sur le Blanc de Blancs et Petraea. Un petit faible personnel pour les versions natures existantes.


ete-2010-0853.JPG

 

et toujours la même douceur et passion dans les mots de Francis, pour exprimer sa quête et ses espoirs à sculpter des bulles, à retranscrire et traduire le message du terroir dans une bouteille.

Il suffit de lire ses contre-étiquettes pour deviner que ce bonhomme n'a rien à cacher et qu'il veut tout nous dire...

en conclusion, ils avaient raison, ceux qui me juraient que ce bonhomme était la gentillesse incarnée...

Une visite qui a débuté à 15h30 et que nous avons interrompue volontairement à 19h30...

Quatre heures d'échanges, de culture et de convivialité. J'en avais oublié la fraîcheur du premier contact, pour ne voir que l'immense passionné et ses vins transpirants de générosité.

Vous voilà avertis !! Le gars comme ses vins sont terriblement attachants (prenez impérativement rendez-vous).

Encore mille mercis pour ton accueil Francis, au grand plaisir de te revoir...

 

Champagne Francis Boulard & Fille
Route Nationale RD 944 (Reims-Laon)
51220 - Cauroy-Lès-Hermonville

Tél. (+33) 03 26 61 52 77
Mobile : 06.11.29.21.83
Email : contact@francis-boulard.com
Site internet : www.francis-boulard.com

Le Blog : www.vigneron-champagne.com


Voir les commentaires

O Neu Ze rod in Burgundy...

1 Octobre 2010, 09:45am

Publié par Docadn

ete-2010-0510.JPG

 

Dernier épisode du séjour Bourguignon, pour relater les chemins de traverse mais surtout pédestres de la Côte de Beaune et de Nuits.

 

ete-2010-0444.JPG

 

Une région "bien équipée" dans ce domaine, plus particulièrement sur la Côte de Beaune, avec ses nombreux circuits de " Promenade en Pays Beaunois" (dépliant disponible dans les O.T contre 3 euros).

 

ete-2010-0412.JPG

 

Notre premier dégourdissage eut lieu à Pernand-Vergelesses. Une boucle facile proposant des points de vue sur le mythique vignoble de Corton et de ses différents climats. Ces derniers ne donnent pas visuellement le tournis, mais permettent de coller un paysage à des bouteilles que l'on ne boit jamais...

 

ete-2010-0432.JPG

 

Le retour sur Pernand est par contre plus charmeur, mais pas non plus de quoi rester des heures assis à attendre le coucher de soleil... La vue la plus connue étant celle de l'oratoire de Notre Dame de Bonne espérance, avec sa table d'orientation "Sur Frétille".

 

ete-2010 0446

 

La descente à travers le village permet de croiser les panneaux les "petits noms" locaux,

 

ete-2010-0461.JPGete-2010-0462.JPG

 

ou la plaque luxueuse d'un "grand nom"...

 

ete-2010-0457.JPG

 

"Le tracé du sentier des Cabottes" offre une autre alternative. Un petit mot d'avertissement signale aux volontaires, que le balisage est très souvent vandalisé. La zone étant largement déconseillée en période de chasse, je n'oserais même pas faire un lien entre ces 2 stupides activités...

 

Plus bas, un autre "Chemin des Grands Crus" ayant pour point de départ la gare de Santenay, offre une balade ennuyeuse mais instructive. 


ete-2010-0614.JPG

 

Un autre balade partant de Savigny-Les-Beaune, nous fait même découvrir un cimetière d'avions de chasse, au milieu des vignes (voir les musées du Château de Savigny-Les-Beaune).

 

ete-2010-0661.JPG

 

En résumé, peu de balades passionnantes. Les paysages de la Côte de Nuits sont assez quelconques. Pas de village charmant en dehors d'une rue de Gevrey- Chambertin, une tout petite mention pour une infime partie du paysage de Morey-Saint-Denis. Dijon est agréable, sans plus. 

ete-2010-0499.JPG

 

L'église de Fixey (juste à côté de Fixin) est très belle, et les pressoirs de Chenove sont réellement impressionnants (et classés).

 

ete-2010-0507.JPG

 

La Côte de Beaune m'a semblé plus parlante (pour le plaisir des yeux), même si là non plus, je ne suis pas tombé amoureux du coin. C'est du côté de Saint-Romain que les gambettes ont pris plaisir à se mettre en action. Côté ville, Beaune n'est pas incontournable.

 

En conclusion, ce n'est pas le plus beau vignoble de France, mais assurément le plus grand en terme de prestige. Je me suis quand même amusé à figer les signalétiques les plus méconnues.

 

ete-2010-0515.JPG

 

Avec un nom pareil, pourquoi de ne pas faire une "cuvée Marie Trintignant" tant qu'on y est !! Aucune chance que ce Grand Cru ne se fasse un nom sérieux...

 

ete-2010-0523.JPG

 

Une étrange plaque, un étrange climat que l'on pourrait confondre avec un pays emergent produisant des Dacia. Peu de chance de percer, heureusement que Brice veille !!

 

ete-2010-0514.JPG

 

Avec son faux mur en pierres sèches, encore un Clos qui peine à se démarquer... Ce n'est pas l'Alhambra !!

 

ete-2010-0518.JPG

 

Un attroupement de japonais m'a fait croire, l'espace d'un instant, qu'une énième enseigne de  Laurent Peugeot était présente dans les parages. Point du tout, encore le même pays emergent qui a "cru" bon de rajouter une terminaison italienne à son appellation...

Avec ce nom de pizzeria, peu de chance que le pauvre proprio s'en sorte là encore...

 

Prochaine étape en Champagne

Voir les commentaires