Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

La Cigale Égarée

31 Mars 2010, 17:11pm

Publié par Docadn

Déjà 2 rendez-vous ratés avec cet établissement au nom bien choisi. Une première tentative de résa, pour un "menu dégustation" il y a 1 ou 2 ans, restée sans réponse.

Une autre tentative quelques mois plus tard, mais c'était fermé. Puis plus rien. Un entrefilet de F. Simon (du temps où il ne faisait pas encore des jeux concours gastros) prudent, comme il sait faire, ou comment nager sans se mouiller même en Bretagne.

photos-2010-0034.JPG

Aux portes de Quimperlé (à la frontière du Morbihan et du Finistère), la Cigale Égarée semble être la naufragée de la zone d'activités dans laquelle elle semble surnager.
Un court chemin défoncé mène à la bâtisse. On a l'impression de s'inviter chez quelqu'un.


photos-2010 0028-copie-1


Déco que je qualifierais de "patinée" rapport aux murs savamment colorés. Vieux plancher et bibelots, sièges résolument modernes et couleurs néo-provençales discutables. Pas âme qui vive à notre arrivée. La maîtresse de maison sort de la cuisine après le toussotement de circonstance dans pareille situation. Toussotement que je ne déclenche jamais avant 180 secondes de solitude. Une vieille astuce qui a ses règles : être bref mais audible.
Elle nous installe rapidement et disparaît à nouveau en cuisine. Deux nouveaux clients arrivent et vivent à leur tour le même long moment de solitude, avant de voir apparaître la responsable des lieux...

photos-2010-0001-copie-3.JPG

Nous voilà enfin en possession des cartes des mets & des vins à l'ergonomie moyennement pratique. Trois menus sont disponibles
le week end : Découverte à 35 €, Promenade des épices à 50 € et l'inévitable Dégustation à 75 €.
En semaine la formule vous propose le plat du jour à 10 €, l'entrée + plat à 15 € et "la totale sans fromage" à 19,80 €.
Puisque nous en sommes au stade de la découverte, nous optons pour ce 1er menu.

photos-2010 0008-copie-3


Escargot et sa réduction au vin rouge - Betterave, bonbon à la poire - velouté de tomate au curry


Les intitulés plutôt approximatifs, sont la réinterprétation de ma mémoire de poisson rouge.

Très jolies mises en bouche avec un escargot au sommet sur sa petite tranche de pain toasté. Une cuisson parfaite pour cette véritable croquandise qui excite le palais. La betterave (dont je ne raffole pas) est sans plus. Le velouté de tomate bien mûre est très expressif, au curry savamment dosé.


photos-2010 0009 1


Pastilla d’agneau caramélisée aux douces épices - extrême réduction de jus de cuisson.

‘’Sorbet d’orange amère à l’estragon"


Une jolie composition, (pas super bien relayée par la photo) qui embaume l'atmosphère de la menthe parsemée sur la pastilla. Posé sur une tranche de navet (excellent puisque je n'ai pas senti ce légume insipide et détestable), l'agneau (pas suffisamment rosé pour ma pomme) est bien exécuté, mais manque un peu de goût. Le jus de cuisson est délicieux et le sorbet accompagnant le plat est une réussite en terme d'accord et de goût.


En face, et toujours en entrée il y avait :


photos-2010-0013-copie-2.JPG


Soupe d’avant le printemps aux petits pois. Croque mignon de St Jacques à l'infu de truffe,

émulsion de lait fumé…


Un concentré de goût et de technique en quelques bouchées. Une soupe "nature & tellement pas sucrée pour des petits pois" (qui devancent de peu les navets en terme de détestation dans mon panthéon culinaire).

Un croque mignon démoniaque, une St Jacques cinglante dans cette petite merveille de réduction de club sandwich. Puis l'étonnante émulsion de lait fumé, amusante et aérienne.


photos-2010-0017-copie-1.JPG


Nage de merlu juste cuit au plat très très gentiment épicé, fondue de verdure relevée de chorizo…


Le merlu est posé sur un lit de lentilles et baigne dans un jus de cuisson de cailles. La cuisson du merlu est un poil poussée à mon goût, les lentilles sont bonnes, la verdure pas incontournable, et le jus de cuisson est la vraie tuerie du plat.


En face :


photos-2010-0018-copie-2.JPG


Mignon de cochon rôti, farci à la sauge… « Extrême réduction de jus de vin rouge et sorbet de poivron rouge. »


Là encore, un bel effort de présentation et de travail sur les couleurs. Le mignon est hélas comme souvent un poil sec, le gratin pas mal, la réduction top, le flan de carotte-citronnelle bien. Le sorbet, malgré sa bonne qualité, était en trop. À croire qu'il faut à tout prix rentabiliser le Pacojet !!!


photos-2010-0027-copie-1.JPG


Et quelques gourmandises du moment…


De gauche à droite :

l'inévitable moelleux au chocolat sans défaut et son excellent sorbet à la clémentine (à ce stade, j'ai pris ma dose de sorbet pour l'été prochain et le suivant).

La tartelette aux mendiants succulente.

Le doux smoothie mangue-carotte et son pain d'épices bien trop riche en cannelle.

Au premier plan du cliché, la crème glacée pruneau-armagnac.

Au delà de la énième glace du repas, c'est juste de texture et de saveur.

Des gourmandises, à l'exception près de la tartelette, en dessous du niveau général du repas.

 

Côté carte des vins, ça pèche terrible... Y'a rien de transcendantal en dehors d'un vin de Bizeul...

 

Au global, un bon repas avec de jolis pics de plaisir. En s'autoproclamant "restaurant gastronomique & atypique", la Cigale Égarée n'usurpe absolument pas le titre gastro. Mais il y a aussi plus atypique !!


Un service là aussi égaré, que j'excuse plus facilement qu'ailleurs. La maîtresse de maison semblait totalement à côté de ses escarpins.

Elle était vraisemblablement très très fatiguée. Oubliant jusqu'aux intitulés des plats, elle a assuré le service au moral. En temps normal, elle doit mener son service de manière plutôt décontractée avec le sérieux qui s'impose...


Certains verront certainement d'un oeil très critique le décalage "palpable" entre le type de service et la cuisine servie.

Les coincés seront certainement déçus de ne pas assister aux courbettes de rigueur avec ce niveau de cuisine. Pour ma part, cela ne m'a pas du tout manqué !!

Et ce décalage fermera, pour un moment je pense, l'accès à une étoile avec laquelle la cuisine surfe joliment sur certains plats...

 

La Cigale Égarée

Villeneuve Braouic
29300 Quimperlé
02 98 39 15 53

www.lacigaleegaree.com

Voir les commentaires

Week end chez les vikings... Off II et fin

28 Mars 2010, 15:34pm

Publié par Docadn

Nous arrivons au QG de Pierrothor. Il défonce d'une botte rageuse la lourde porte de la cave et pénètre dans l'antre fraîs dédié aux bouteilles.
Il murmure des borborygmes incantatoires tout en reniflant les casiers. Il pousse tout à coup un grognement plus fort que les autres, semblant indiquer qu'il souhaite choisir seul les victimes.
Nous l'attendons dans la salle de torture des vins.

Les acharnés que nous sommes, refaisons le monde et le match de cet après-midi.
Pierrothor réapparaît. Il a les yeux injectés de sang et un filin de bave aux commissures des lèvres. Il a aussi troqué la massue contre une carafe emplie d'un liquide or pâle.

Cette première victime est tétanisée au fond de sa tanière de cristal. Mais son destin va se jouer entre chacun de nos verres.

photos-2010-0087.JPG
Saint Aubin - En Remilly 1er Cru 2007 - Pierre-Yves Colin-Morey

Nez réduit, fumé et étonnamment pur. Matière qui confirme la pureté pressentie, en affichant un caractère mêlant droiture et netteté. Un joli gras, une prégnance de très jolis amers, et les fines épices finales font de cette bouteille, l'une des plus élégantes croisées ce week end. C'est suave et à 2 doigts d'une relative perfection. ***(*)/****

photos-2010-0088.JPG
Puligny-Montrachet 1er Cru - Les Referts 2007 - Bachelet-Monnot

Nez citronné, beurré et de bonbon anglais. Attaque marquée sur la poire, finement sucrée et pleine. Très jolie structure et rétro de bonbon anglais pour un vin complet, mais moins vibrant à ce stade pour ma part, que son prédécesseur. ***/***(*)

photos-2010-0090.JPG
Erdener Treppchen Auslese - Riesling 1990 - Jos. Christoffel Jr.

La dernière salve Xthorienne avec cet autre riesling mosellan. L'incontournable nez pétrolé, soufré et gazeux. L'attaque est doucereuse, dotée d'une superbe acidité. Cette dernière hisse l'ensemble et donne toute l'ampleur, l'équilibre et la fraîcheur à la matière. Comme "son cousin" de la veille, les 100 à 150 g de sr sont transparents, les 7 à 8° en font un vin à coefficient de torchabilité élevé, et c'est toujours épatant. ***(*)

Un Sam havrais  a la gentillesse de me ramener à bon port. Après avoir remercié cent fois tous les acteurs & actrices de ce week end unique, je m'endors en comptant les bouchons, heureusement rares sur la route qui me ramène chez moué le lendemain...
Espérant revoir bientôt cette bande de fous furieux aux grands coeurs !!!

Voir les commentaires

Week end chez les vikings... La Côte de Beaune - En Blanc

28 Mars 2010, 09:43am

Publié par Docadn

Petite transition pétillante avant la revue des blancs.

photos-2010-0081.JPG
Limoux 2008 - Les caves du Sieur D'Arques - les Toques et Clochers "Haute Vallée"

Bonbec anglois, poire et profil très aromatique au nez. L'aromatique se confirme au palais avec des amers marqués, un poil d'alcool, mais laissant malgré tout transpirer une petite fraîcheur. Un bon moyen de remettre les papilles à zéro. **

photos-2010-0060.JPG
Auxey-Duresses blanc 2007 - domaine Vaudoisey-Creusefond

Pommes blettes intenses, puis cuites. La bouche confirme la compote de pommes complétée par un bel amer et de jolies épices. C'est puissant, un poil aromatique et pas si mal. **(*)

photos-2010-0061.JPG
Santenay blanc 2007 1er cru Gravières - domaine Jessiaume 

Fine réduction, puis des fruits blancs et un élevage soutenu. Bouche de bonbon anglais et aromatique sur un amer dérangeant. **

photos-2010-0064.JPG

Santenay 2003 1er cru Passe-temps - domaine Mestre Père et Fils

Le duo beurré-lacté cher au chardonnay, plane au-dessus d'une matière austère et laisse deviner un petit fruit derrière. C'est un poil déficient en structure pour un amer honnête. **(*)

photos-2010-0062.JPG

St Aubin 2005 1er Cru Sur Gamay - Henri Prudhon 

Nez fumé-grillé qui rappelle le P. Boisson de la veille, puis des notes pharma poussées. La matière révèle une fraîcheur qui appelle du monde, puis finit court et laisse place à une certaine frustration. Dommage. **/**(*)

photos-2010-0066.JPG

Puligny Montrachet 2006 1er cru "Champ Gain" - Michel Bouzereau

Fruits jaunes et bois pour ouvrir le bal, puis des notes pharma sans ordonnance. L'attaque est sucrée-fruitée et assez gouleyante. Hormis le côté mou de la structure, ça commence à être pas mal. **/**(*)

photos-2010-0067.JPG
Bourgogne Grand Ordinaire 200 "Le Fourneau " - Bernard Van Berg

Fumé, pharma et élevage poussif au nez. Structure classique. C'est juvénile, c'est pas mal fait. Deuxième rencontre avec ce jardinier de Bourgogne. Il semble vouloir asseoir une version non bordelaise des vins de garage, mais avec la notion de terroir et de philosophie du travail à la vigne. Côté tarifs, il est déjà au rendez vous.  **(*)

photos-2010-0068.JPG

Meursault 2002 1er Cru Les Bouchères - domaine JM Roulot

Nez profond, élégant, finement anisé. Matière ciselée et là encore élégante. C'est droit, net, sur un déroulé princier et une allure de sénateur... Une marche énorme vient d'être franchie avec ce vin. Franck & Didier sortent enfin de leur mutisme. Les calbuts frétillent. Enfin Ze Bigue Ouane ?! ***(*)/****


photos-2010-0069.JPG

Meursault Poruzot 2002 1er Cru - François Jobard

Boisé-toasté marqué et de fines effluves de vernis. Matière d'une classe absolue, folle et délivrant fraîcheur, peps, densité, longueur et suavité dans un squelette sans défaut. Gros débat sur la supériorité de ces 2 meursaults. Pour ma part, celui de Jobard a plus de "train". Il détonne par l'énergie qui manque au Roulot. Et voilà déjà mon 2ème TOP de l'année ****

photos-2010-0078.JPG

Corton-Charlemagne Grand Cru 2000 - Pierre Marey

Boisé-toasté un poil cliché. Petite menuiserie en bouche, complétée par le gras et l'opulence de rigueur. Un côté très pain grillé au bec, sur un fil amer marqué. **

photos-2010-0079.JPG
Corton-Charlemagne 1999 - domaine Bonneau du Martray

Nez anisé et de banane chimique. Matière là encore avec pas mal de gras mais avec un fruité plus évident. L'opulence est encore plus marquée que sur son prédécesseur, mais la matière un peu fatigante (à moins que ce ne soit mon palais). **(*)/***

Et pour clore le débat :

photos-2010-0082.JPG
Montagny 2005 Vendanges de Novembre 2005 - Cave de Buxy

La petite sucrerie digestive. Nez de verveine et de miel. Bouche de confiserie, épicée, pleine et fort agréable. ***

photos-2010-0077.JPG
Mais la frustation est toujours présente parmi les calbuts en colère. Ils ne veulent pas en rester là... Un off est décrété sur le champ chez Pierrothor... Quand je vous dis que ce sont des grands malades...

Voir les commentaires

Week end chez les vikings... La Côte de Beaune - En Rouge

27 Mars 2010, 10:53am

Publié par Docadn

Après le marathon nocturne élaboré par Franck, il était temps de faire connaissance avec le noyau dur du cercle LPV Haute Normandie.
Les premiers participants semblent débarquer directement du stade de France. La "correction de justesse" de l'équipe nationale sur son éternel rival, a mis nos sportifs du dimanche matin d'excellente humeur...

photos-2010-0035.JPG

Et nous sommes au complet en cette fin de matinée pour aborder un panorama de la Côte de Beaune.

photos-2010-0046.JPG

Nous démarrons la dégustation selon "le rite bourguignon" : rouges d'abord, blancs pour finir. Sauf que la mise en bouche est blanche.

photos-2010-0045.JPG

 Bourgogne Aligoté 2008 - Jean-Marc Roulot

Berlingot, poire et un peu de variétal au nez (quid de l'aligoté versus le sauvignon, t'as des choses là-dessus Olif ?!). Bouche crayeuse, jolis amers, pas mal. **(*)

photos-2010-0048.JPG
 Auxey-Duresses rouge 2005 1er Cru le Val - domaine Vaudoisey-Creusefond

Fin bois, cosmétique, sous-bois et épices. Attaque framboise, de rafle, un poil végétale et austère. Finale asséchante et très épicée. Amer prégnant. **(*)

photos-2010-0049.JPG
 Monthélie rouge 2005 1er Cru "Sur la Velle" - Rémi Jobard

Forte réduction et flagrances toastées. Attaque réduite, boisée qui s'élargit, là encore à la finale asséchante mais un poil plus fruitée. Sans plus. Je suis d'autant plus déçu que c'est mon apport. Il ne présentait pas la moindre  réduction à l'ouverture. Le pauvre s'est fait rapidement descendre par certains. J'ai objectivement moi aussi préféré l'Auxey-Duresses de Vaudoisey-Creusefond face auquel il était proposé.  **

photos-2010-0050.JPG

 Chassagne-Montrachet rouge VV 2007 - Marc Colin

Nez de maquillage, très boisé et "en dedans" (comprendre pas bavard), un poil aérien et métallique. Jolie attaque, fraîche, fruitée et finement astringente. Finale là aussi joliment épicée. C'est franc, c'est bon. ***

photos-2010-0065.JPG

 Bourgogne Grand Ordinaire 2005 "En Busigny" - Bernard Van Berg

Réduction marquée, fumée, solaire, amande, et figue. Grosse attaque épicée et grande largeur de la matière. On sent un fruit prisonnier de la gangue de bois. C'est pas mal ***

photos-2010-0051-copie-1.JPG
 Volnay 2002 1er Cru Santenots- Domaine Nicolas Rossignol

Nez de praliné, chocolat, profond, évanescent et féminin. Attaque très fruitée, pleine, droite qui se fout en large et sur le poivre blanc. C'est très élégant et aérien. I love that !! ***(*)

photos-2010-0052.JPG
 Corton Clos Du Roi - Grand Cru - 2001 - Domaine de la Pousse d'Or

Nez métallique, sanguin, fraise et de "grains serrés". Un peu plus dynamique que son prédécesseur. Là encore, un joli fruit, plein, aux amers élégants. C'est par contre plus austère et serré en bouche mais au potentiel garanti. ***/***(*)

photos-2010-0057.JPG

 Pommard 2007 - Château de Pommard
Nez en dedans, touches boisées, et fraise intense. Bouche "light", aérienne, avenante, sautillante et joyeuse. Un poil de rafle, plutôt agréable dans l'ensemble. ***

 Pommard 2005 - Château de Pommard
Duo toasté-boisé puis un poil de réduction suivie d'une touche mentholée au nez. Attaque lourde, assez complexe mais muselée. Puis le côté confit s'en mêle. Sans plus **

 Pommard 1996 - Château de Pommard
Fraise écrasée intense et gingembre suivis d'une petite réduction au pif. La matière est fraîche et poivrée marquée par une petite astringence. C'est en retrait malgré une jolie acidité. **

Un comparatif intéressant (limité par les millésimes bien évidemment) pour tenter d'évaluer et ressentir la patte des 3 différents vinificateurs sur ces 3 millésimes. Une préférence personnelle pour la cuvée 07 et le travail d'Emmanuel Sala, actuellement aux manettes du château de Pommard. Et le gros débat sur les tarifs et la justification ou non au regard de la qualité attendue sur ce domaine...

photos-2010-0058.JPG
Volnay 1996 - Reyane & Pascal Bouley
Nez de fumée, d'olive et de garrigue mais sur un caractère là encore peu disert. Attaque portée par un fruité marqué, un bel acidulé, mais à l'acidité terrible et destructrice de tout plaisir. *(*)/**

photos-2010-0059.JPG

Volnay 1996 1er Cru Taillepieds - domaine Roblet-Monnot

Nez de Bernardo (muet) puis un poil de réduction et d'olive. Attaque un poil sucrailleuse sur une olive dominante typée syrah pour un ensemble suave & structuré. ***

C'est la fin des rouges et Pierrothor ne nous avait pas encore dévoilé le vin n°4 de B.Van Berg à la fin de la série. Il souhaitait voir le comportement de son alter ego blanc...


On sent déjà une relative frustration chez certains, déçus du niveau qualitatif de la série,
percu comme très moyen.
Personnellement, je ne m'attendais pas non plus à me retrouver sur Mars à chaque quille .

J'en retiens la très belle découverte de Nicolas Rossignol et le fort joli Corton de la Pousse d'Or. Rien que pour ça, la journée est loin d'être foutue. Et il reste encore les blancs... 

A SUIVRE

Voir les commentaires

Week end chez Les Vikings... Off I-Part II : les Rouges

25 Mars 2010, 18:48pm

Publié par Docadn

Nos guerriers dévorent le pauvre animal en sauce et ses carottes (terribles ces dernières, je me répète, je sais). Pierrothor, après son millier de grammes de barbaque, est à deux doigts d'attaquer la bête, à peine tiède, terrassée par Gildgdarr.
Les rouges sont déjà à la fête :


photos-2010-0013-copie-1.JPG
Pinot noir d'Alsace "Les Pierres Chaudes" 2007 - Julien Meyer

Nez de fraise intense, figue, sanguin et un poil alcooleux. L'attaque est suave, sur un trait métallique et intensément fruitée. Ces petits fruits rouges donnent un peps, une densité et une largeur qui font la révérence à la finale épicée délicieuse. Très jolie cuvée nature et chapeau à Cro-vignon d'avoir situé ce pinot noir en Alsace. ***/***(*)

Un duo est proposé pour les prochaines rasades :


photos-2010-0015-copie-1.JPG

Meursault "La Baronne" 2005 - Séléction René Manuel

Nez vanillé, cosmétique et boisé quasi outrancier. La matière révèle immédiatement une certaine fraîcheur, mais aussi une trame relativement austère et une pointe de rafle. La matière est énorme, voire too much pour ma pomme. Pas fan. *(*)/**

photos-2010-0016-copie-1.JPG

Chassagne Montrachet VV "La Goujonne" 2006 - Hubert Lamy

Là aussi, on retrouve les mêmes caractéristiques nasales que le vin précédent mais avec une touche bien plus féminine. L'attaque est un poil sucrée et la matière déroule tranquillement son fruit et son cortège de bois. L'amer est marqué et pas agréable. C'est à peine meilleur que la Baronne, mais là encore pas fan. **
Franckthor a mis ce dernier sous vide pour le regoûter cette semaine... Alors  ??


photos-2010-0017.JPG

Vosne Romanée 1er Cru - "Les Suchots" 2002 - Chantal Lescure

Nez solaire, profond et extrêmement plaisant avec sa petite pointe de rafle. Attaque suave qui décolle d'un coup, pour tapisser le palais d'un ensemble ciselé, joliment poivré, un tantinet boisé, et un peu court dans un premier temps. Il s'allonge et s'ouvre pour livrer un très beau vin au potentiel qui va faire très mal dans les années à venir. ***(*)

Nouveau duo proposé :


photos-2010-0018-copie-1.JPG

Sancerre Cuvée Prestige 2005 - Christian Salmon

Nez métallique, de sous bois et un poil végétal. Entrée très fruitée avec une pointe acidulée agréable. La matière glisse sans trop d'accroches. C'est frais, sanguin et à la fine sucrosité qui fait penser à 05. L'amer est marqué et un poil désagréable. Il souffre terriblement de son prédécesseur. **

photos-2010-0019.JPG

Sancerre Tradition 2000 - Gérard Boulay

Fine réduction et boisé en début de générique. Cosmétique et confiserie pour clore ce dernier. Attaque d'une fraîcheur absolue. Le vin se fait soyeux, gourmand et superbement structuré. C'est large, aérien et dense à la fois, c'est bon, c'est bon !! Qui peut oser dire après ça que le Sancerre rouge est un vin pour touriste. Cuvée ultra confidentielle (et tout juste mise en bouteille), renversante. Et encore ce satané Boulay. ***(*)

photos-2010-0020-copie-1.JPG

Côte Rôtie "Les Grandes Places" 1998 - Domaine du Monteillet

Le nez le plus élégant de la soirée !! Mûr, sensuel, teinté de rafle et de menthe. Une pointe terreuse. Nous sommes nombreux à partir sur "Rhône sud" alors qu'il s'agit d'une syrah nordiste évoluée sur un joli millésime. La matière confirme le côté mûr du nez. C'est d'une fraîcheur !!! Au-delà d'un visage un peu strict, c'est d'une structure enjoleuse, aux amers prégnants, d'une classe inouïe, à la finale très épicée et d'une longueur stupéfiante... C'est Xtor qui vient de nous gratifier de ce carat XXL ***(*)/****

photos-2010-0021.JPG
Clos Rougeard - Saumur Champigny - "Les Poyeux" 2004

Qu'il est difficile de succéder aux Grandes Places !! Le suivant souffre hélas de commentaires pas très élogieux !! On est bien au pays de Jull & Laurent sur cette bouteille ... Et derrière un nez de rafle, finement végétal et épicé, l'attaque est souple, dense, épicée et un poil austère. L'astringence monte au fur et à mesure. Je finis par clamer que "c'est pas si mal"... pour un breton  et me remémore la dégustation entre collègues de goulot. Il s'ensuit 5 bonnes minutes de discussion sur Poyeux 04, sans savoir que c'est justement elle que nous avons au bout des lèvres. Franck avait comme Laurent lu que les Poyeux 04 se goûtait bien ces derniers temps. Objectivement elle était meilleure que chez Laurent, mais toujours pas au niveau attendu pour ce domaine phare et cette cuvée carafée 08h00... **(*)

photos-2010-0022.JPG
Minervois La Livinière - " La Féline" 2000 - Domaine Borie de Maurel

Le nez le plus démoniaque de la soirée !! Figue intense, prune, noyau, et olive délirante !!! La matière délivre une belle tapenade et les fruits à noyaux du nez, sur un volume démentiel. Les spécialistes du domaine affirment que Féline prend des accents de Sylla avec l'âge... Je n'ai jamais bu Sylla, mais une chose est sûre, Féline 00 c'est bon !! ***

photos-2010-0025-copie-1.JPG
Pauillac- Mouton Rothschild 2001

El Gringo vient de débarquer dans mon verre !! Des notes très marquées de torréfaction et de boisé. La bouche est très bordelaise, droite, classique, finement sucrailleuse et teintée de moka. Le café ferme le peloton de la matière insolente de jeunesse... Une folie de Franckthor qui m'a laissé sans voix sur le coup. ***

Et pour clore cette soirée de dingo (il est 02h00 du mat', et les barbares ont encore soif !!), Xthor nous sert l'OVNI de la soirée :


photos-2010-0029.JPG

Mosel Saar Ruwer Riesling Erdener Prälat 1994 - Domaine Jos Christoffel
"On se croirait au Havre !!" s'écrie un viking. C'est en effet, pétrolé, soufré, gaz de ville et pas des plus glamour côté pif... L'attaque est très pétrolée. Elle développe de jolis sr, une fraîcheur remarquable, sur un perlant typique et volontaire des rieslings allemands selon notre initiateur. C'est terriblement curieux et déstabilisant, mais ô combien excitant pour l'apprenti permanent que je me targue d'être dans le domaine du vin.***

Voilà à peine 08h00 que je suis sur les terres normandes et mon week end prend une tournure "very very good trip".
Encore merci à Franck & Marie pour leur accueil et à tous les vikings pour leur sens du partage...

Voir les commentaires

Week end chez Les Vikings... Off 1-Part I : les Blancs

23 Mars 2010, 21:31pm

Publié par Docadn

A l'invitation du cercle LPV-Haute Normandie, je me suis rendu dans un des bastions de dégustation les plus actifs du forum.
Et c'est Gildas (Ze grand scribe du Cercle de Maigremont) qui est le grand ordonnateur de cette dégustation consacrée à la Côte de Beaune.
Nous nous sommes croisés la première fois pendant environ 38 secondes lors de la Dive. Son épouse et lui m'accueillent très chaleureusement chez eux pour le week end, comme une connaissance de toujours.

La dégustation est prévue pour le lendemain matin. Ce soir, un off est organisé par un fidèle intervenant du forum vert & prune : Franck alias le Cro-vignon, rapport à ses pulsions à dézinguer les quilles remplies de sauvignon...

photos-2010-0002.JPG
Et derrière cette posture bucolique et innocente, se cache un véritable furieux du raisin fermenté, un sérial quilleur, un viking assoiffé accompagné d'une horde non moins déshydratée.

Étaient présents ce soir, Gildgdarr, Pierrothor et sa douce Hilda (bon c'est Séverine mais ça le fait moins pour le texte), et Xthor venu de Lutèce et qui a garé son drakkar en double voie navigable.

Franckthor et Mechtild (c'est Marie dans le civil) avaient concocté une version soft de Súrsaðir hrútspungar (officiellement c'était un excellent boeuf "à la bourguignonne" et des carottes top de chez top alors que j'aime pas ça en temps normal) afin d'assouvir les affres stomacales de Pierrothor.

Chacun ayant amené une ou plusieurs bouteilles pour étancher la soif, avant, pendant et après les agapes.
Les cornes à boire Riedel de rigueur, ainsi que des modèles de carafes dont le tintement a fait frémir moult fois notre hôte.

Le pauvre Gildgarr se fait vertement huer par la guilde, pour avoir oublié le pain. Pour payer sa grande faute, il se voit infliger un combat à mains nues contre un taureau de Bazas en rut. Ce sera du coup biscottes suédoises pour tous...

photos-2010-0001-copie-2.JPG
Sancerre Chêne Marchand 2006 - Christian Salmon

Une fine pointe variétale me dirige vers un sauvignon (on est chez Cro-vignon pour rappel). Touches de fruits blancs, agrumes et miel. L'attaque est très fruitée, finement sucrée. L'ensemble est gras, dense avec cette petite mollesse qui me fait penser à 06. Cela fait une fort jolie entrée en la matière ***

photos-2010-0004-copie-1.JPG
Sancerre d'Antan - Silex - H. Bourgeois

Très forte réduction, eau de puit et soufre intense (oeuf pourri d'autruche minimum). Bouche large, déviante et finalement bouchonnée. Dommage !! NN

photos-2010-0006-copie-2.JPG

Clos de Beaujeu 2008 - Gérard Boulay

Nez d'agrume, berlingot là encore assez sauvignonesque. L'attaque sur le pomélo est nette, droite et aérienne. Les amers sont magnifiques et nobles. Tout en largeur et en longueur, ce Sancerre carafé 36h00 est superbe. Si 08 est comme ça dans tout le Sancerre, alors là attention : Gros millésime !!! ***(*)

photos-2010-0027.JPG
Puligny Montrachet 2006 - Louis Carillon

Nez de bois neuf, toasté et de noix verte. Attaque révélant de fins sr, très fruitée (poire), un poil tendre qui me fait là encore dire que c'est du 06. C'est relativement dissocié et pas gégé à ce stade. **

photos-2010-0008-copie-2.JPG
Puligny Montrachet 1er Cru "Folatières" 2006 - Bachelet-Monnot

Nez boisé "jeune". Attaque finement perlante, très fruitée (poire again) tout en largeur. C'est plein, doté d'une jolie fraîcheur, droit, sans creux et sans la mollesse du millésime. Bien fait. ***

photos-2010-0009-copie-2.JPG
Auxey Duresse 1er Cru "En Reugne" 2005 - Pierre Boisson

Nez de sous bois, réduit, noix, pas très expressif et laissant échapper quelques notes de sucre résiduel. La matière ne cause guère plus, puis s'allonge timidement. Personnellement trop timide à ce stade, pour apprécier pleinement  la patte d'un Coche Dury junior qui doit interagir de plus ou moins loin sur les vins de son pote Boisson. **

photos-2010-0010-copie-2.JPG
Chassagne Montrachet 1er Cru "Chenevottes" 2007 - Pierre-Yves Colin-Morey

Nez là encore peu disert, relativement boisé. Attaque finement sucrée sur les fruits blancs mûrs. Allonge poivrée, large, sur de très beaux amers. Finale à la rétro épicée, faisant écho à la très jolie structure et au "gras" juste nécessaire pour cette cuvée carafée 24h00 pour l'occasion. ***/***(*)


photos-2010-0011-copie-1.JPG
Alsace Cuvée K (Kirchberg) Riesling Grand Cru "Brand" - Albert Boxler

Étonnant nez de "chenin pharma" (tiens salut Laurent ça va bien !!) qui vire sur la poire très mûre et qui pétrole tardivement à mon tarin. L'attaque confirme la poire, un fin perlant accompagne la jolie matière tout en rondeur, avec le "bon sr qui sert". La parfaite antithèse des clichés alsaciens. ***/***(*)

Mais la barbe de
Pierrothor frémit depuis trop longtemps au doux fumet ambiant du boeuf et ses carottes qui torture son estomac...
L'heure des rouges a sonné...
A SUIVRE

Voir les commentaires

Le Buisson Ardent

16 Mars 2010, 15:49pm

Publié par Docadn

72 heures parisiennes pour forcément profiter des quelques heures de liberté et aller taquiner de l'assiette lutécienne...

La destination initiale se nommait L'Agrume.
 Le Michelin killer de ces dernières semaines avait fait une pause dans ses diatribes anti pneumatiques.
Il s'est remis tout à coup à faire son métier. Étant donné sa crédibilité non discutable aux yeux de beaucoup, il a du coup (re)provoqué un "No Vacancy" sur la table...

Chrisos lance "Le Buisson Ardent". Banco, nous sommes 2 (Mixlamalice & mézigue) à répondre à l'annonce, et à nous retrouver tous les 3 à 20h00 pétantes dans cet ancien relais de poste de taille modeste, à la déco bistrot soignée et agréable.

Les cartes nous arrivent entre les mains, et nous voilà les heureux bénéficiaires de la fameuse baisse de la TVA...So rare !!

DSCN5118.JPG

La formule Entrée, Plat & dessert est passée de 32 à 30 euros, tellement plus pratique pour rendre la monnaie sur la carte bleue...

Velouté de Potiron
DSCN5121.JPG
Sympathique mise en bouche, crémeuse, douce et chaude. Disparaît assez rapidement au fond du gosier...

Parmentier de queue de veau et topinambours au Parmiggiano

DSCN5125_1.JPG

Le voyage dans la douceur se poursuit. La queue de veau est fondante mais manque juste un poil de goût (et pour faire cliché, le veau a moins de goût que sa mère ou que celui qui aurait pu être son père...). Topinambours crémeux et légers. L'ensemble est plutôt aérien et vraiment pas si mal foutu au global...

Aloyau de boeuf, wok de soja et pleurotes, émulsion de pommes de terre et Kikoman

20100311-buisson_ardent-03-boeuf-alloyau.jpg
(photo by Chrisos)
Jolie pièce (avec quelques nerfs solides), saisie à point comme je l'apprécie. Le soja est croquant et la pleurote plus discrète en bouche qu'au nez.
L'émulsion est là encore tout en douceur et en légèreté...

Mi-cuit de marron, anglaise au grand Marnier et mandarine

20100311-buisson_ardent-04-micuit_marron.jpg
(photo by Chrisos)
"La soupe" anglaise au grand Marnier est agréable.Le mi-cuit est hélas un poil trop cuit. Du coup le goût de la crème de marron peine à percer l'ensemble... Là encore on baigne dans une douceur. Le Grand Marnier est effacé (mais ça me va côté alcool).

Quant à mes collègues de couverts, ils se régalaient notamment de :


Terrine de sanglier au genièvre, marmelade de coing et châtaigne

20100311-buisson_ardent-02-terrine_sanglier_genievre.jpg(photo by Chrisos)

Croustillant de boudin noir, purée de céleri, rougail de mangue, oignon et granny

20100311-buisson_ardent-03-croustillant_boudin_noir-celeri_.jpg
(photo by Chrisos)

      Clafoutis aux litchis, smoothie banane et glace yaourt

20100311-buisson_ardent-04-clafoutis_litchi.jpg
(photo by Chrisos)

  Parfait au citron vert, perles du japon comme un riz au lait au thé vert

20100311-buisson_ardent-04-parfait_citron_vert.jpg
(photo by Chrisos)

Juste avant les desserts, le trop fameux Mr Lung et sa "Lungette gourmette du soir" (désolé pour votre prénom ravissante italo-allemande) annonçaient leur venue.
Le service du Vatel ayant à priori fortement déplu à Wai-Ming, ils nous rejoignent pour enfin dîner. Le personnel se montre extrêmement arrangeant et courtois de bout en bout, même dans ce bouleversement du service.

Côté glou, un Gigondas 06 du Cayron au boisé inutile et à la structure classique, et quelques gorgées d'un Pouilly-Fuissé (terroirs de Vergisson) de Eve & Michel Rey à l'acidité trop aiguë pour mon palais fatigué.
La carte annonçait un passionné du vin. Elle reflète un caractère plutôt trop prudent et pas super curieux...


En résumé, une cuisine soignée qui flatte le palais et les papilles. Trop, diront certains en manque d'épices ou de contrastes dans les saveurs.
Je serais aussi pour un tout petit peu plus de peps, mais c'est bien exécuté et le service est d'une justesse rare...
Une adresse comme il faut avec un menu à 30 euros tout à fait justifié...

Le Buisson Ardent
25 rue de Jussieu
75005 Paris
01 43 54 93 02
www.lebuissonardent.fr

Voir les commentaires

Les Angesvins reviennent à Nantes

14 Mars 2010, 14:45pm

Publié par Docadn

angesvins2010.jpg
C'était le samedi 13 mars dernier. Pour la seconde fois, la manifestation d'origine aubinoise tenait salon au pied de la Loire et aux portes de Nantes. Le restaurant la Civelle à Trentemoult, accueillait 17 vignerons dont 3 non angevins...
J'arrive tranquillement sur les coups de 11h00.
J'échange un billet de 5 euros contre un godet estampillé "Anges Vins". Je suis paré pour ma rando dégust...C'est pour le moment calme, et ça me va très bien pour démarrer.

Domaine Pithon Paillé

photos-2010-0001-copie-1.JPG
C'est Joseph Paillé qui tient le stand épaulé par sa ravissante et anglophone compagne. Je regoûte l'Anjou 08 puis découvre La Fresnaye 08. Issue d'une "parcelle argileuse et recouverte de cailloux", il est bien plus ample et minéral que la cuvée de négoce (ces dernières sont identifiables par "la bouteille à voile" qui orne les étiquettes).
Les Treilles 08 proviennent d'une parcelle de 3 ha recomposée après le rachat de 70 parcelles (de 30 propriétaires différents). C'est une grosse pente de cailloux et de roches qui délivre un chenin opulent, pétrolé, frais et sautillant.
Pour finir, retour à "la bouteille à voile" sur les Graviers 08 (Cabernet franc) au caractère solaire, de sous bois mais là encore animé par une jolie fraîcheur et un fruité agréable, faisant presque oublier le petit côté asséchant de la chose...

Domaine de la Paonnerie

photos-2010-0006.JPG
C'est Jacques Carroget d'Anezt (et l'un des 3 invités ligériens non angevins) qui propose ses vins.
J'en ai retenu, un joli Muscadet 09 aux antipodes des détartrants dont la région s'était faite une solide réputation... Dans notre cas, c'est rond, gras, frais et c'est bon.
Son Pineau 09 des Côteaux d'Ancenis (et issu d'une vigne centenaire) a ce côté surmûri sur la mirabelle et le noyau. C'est très expressif et là encore frais malgré l'opulence de la matière...
Puis pour finir, toujours en Côteaux d'Ancenis, un Gamay 09 qui "gamayte", bien plein, bien fruité, juste un peu froid au service...

Domaine Agnès & René Mosse

photos-2010-0008-copie-1.JPG
Je démarre la revue par la "Lettre à Élise 08" (chenin issu d'un achat de raisins d'où le classement en VDT). Il propose un nez miellé, mûr pour une matière ample, un poil pharma et un peu molle qui ne me transporte pas.
Les Bonnes Blanches 08 sont plus complexes mais avec ce caractère pharma prégnant au nez. La bouche confirme ces notes pharma, mais la longueur est remarquable.
Place au rouge et à l'Anjou 08 qui propose un joli nez profond et de sous-bois, pour une bouche pleine mais un poil rugueuse et astringente.
Je termine cette revue des troupes par l'Achillé 09, un rosé composé de grolleau, gamay et cabernet qui délivre un très joli nez de pomme cuite pour une attaque sur la poire bien mûre et un résiduel (80g) aérien et juste.
Une fin sympathique pour une appréciation générale en demi-teinte de ce domaine que j'ai mieux goûté d'autres fois (effet millésime ??)...

Jo Landron

photos-2010-0009-copie-1.JPG
Second Guest de la manifestation et non des moindres avec "un des meilleurs secoueurs du muscadet". L'Amphibolite Nature 09 dont la mise avait à peine 1 mois et demi au moment de la dégust. De belles fleurs blanches et de la poire William sans Saurin, pour une superbe fraîcheur et un fruité délicieux qui s'évanouit sous de fines épices au final.
Melonix 09, c'est l'histoire d'un petit cépage irréductible qui tente de résister vaillamment à l'envahisseur Chardonnix...Une jolie caresse au palais que délivre cette cuvée aux accents de pêche. C'est moins structuré que l'Amphibolite, mais c'est bien bon.
Puis la cuvée "Haute tradition" 2005 du domaine de la Louvetrie. Un muscadet "élevé sous bois", là encore ample, très fruité, soyeux et complet.C'est bien fait...

Patrick Baudouin

Dont j'ai oublié de figer les quilles proposées. On démarre par l'Anjou 08 au nez très expressif et à l'attaque pharma. C'est (encore sur ce millésime) un poil déficitaire en structure à mon humble goût.
L'Effusion 07 est par contre plus complexe, plus péchu et fort joli. J'en ai même ramené 2 exemplaires à la maison...
Les Saulaies 06 annonce eux aussi un caducée des enseignes vertes et clignotantes. Il éclate en bouche sur la poire au sirop (25g de sr) et c'est achement bon.
On passe au rouge avec l'Anjou 08 aux petits fruits rouges et des notes de caramel au nez. C'est d'une fraîcheur et d'un aérien exemplaires et propice à étancher les soifs de pique-nique...

Domaine de l'Écu - Guy Bossard

photos-2010-0011.JPG
3ème et dernier invité de la session, c'est la fille de Guy Bossard qui tient la boutique. Guy Bossard n'étant pas fan de l'exercice selon sa fille, il s'échappe dès qu'il peut. Je fais les choses à l'envers, en ouvrant la dégust par l'Expression de Gneiss 08 (qui hiérarchiquement parlant est la 1ere cuvée suivie par Orthogneiss puis Granit). Floral et anisé au nez. L'anisé est aussi présent en bouche. C'est dynamique et fruité.
La cuvée classique 09 sent le carton mouillé. La matière délivre des agrumes. C'est donc vif et typiquement muscadet tranchant et pas mal.
Je termine par la bulle "Ludwig Hahn" (du nom d'un copain de Bossard, munichois et 1er violon de l'opéra de la ville). Composé de gros plant, muscadet, chardonnay, pinot noir et cabernet. Au delà du fermentaire du nez,  la bulle est vraiment trop grosse à mon petit palais. Je manque de m'étouffer et retient difficilement des larmes collatérales...

Domaine de Bablut

photos-2010-0012-copie-1.JPG
L'énergique Christophe Daviau m'accueille et me lance directement sur le Petit Princé 07 à la jolie structure allégée puis enchaîne avec Ordovicien 05 ample, aromatique et plaisant.
Petit détour par le sympathique rosé Topette 08 (un rosé qui dessaoule dixit son géniteur) super frais, vraiment bon.
Anjou-Brissac 05 (70 cabernet franc/30 cabernet sauvignon) aux fruits noirs et de suie au pif. C'est rond, plein et torréfié pour une finale épicée, pas mal.
Rocca Nigra 05, 50-60 jours de macération (le record est battu en 09), 18 mois d'élevage pour saisir une belle et grosse matière sur un fil de fruits à noyaux, pas mal .
Petra Alba 05, lui est moins sauvage que Roca. C'est soyeux, sans aspérité, plus féminin et là aussi pas mal...

Une assiette de fromage plus tard, je reprends ma promenade viticole...

Domaine Saurigny

photos-2010-0015.JPG
Gamme large et complète proposée par Jérôme et Madame. La conversion bio initiée en 07 se poursuit.
Sau8, un sauvignon pas variétal, souple, fruité mais à la structure légère.
Chenapan 08 (chenin) au nez nature, plus péchu et prégnant que Sau8 mais là encore à la structure light.
Gamma GT 08 (gamay nature) au nez métallique avec une fine sucrosité d'entrée de bouche qui ouvre une matière aérienne et très agréable. Bon je suis toujours dans ma phase "gamay addict", j'aime et j'en prends une.
Pactole 08 (100% Grolleau) avec son nez de sous-bois et de terre humide. C'est joliment fruité et souple, et un poil en dessous de Gamma côté plaisir, mais bien puisque je repartirai avec un exemplaire.
Au Suivant 08 (cabernet franc) au nez de rafle et là aussi une petite sucrosité d'entrée de bouche, pour une impression de "pas mal" au général.
2 liquoreux présents (05 & 07) avec une petite préférence pour le 05 (rejeté à l'agrément pour déficit en alcool). 07 ayant eu l'agrément pour Côteaux du Layon.

Les Vignes Herbel

photos-2010-0018.JPG
Laurent Herbel et Nadège Lelandais se sont installés en 2005 sur 3 ha. ils s'occupent aussi bien des vignes que des insectes alentour.... Et j'attends de voir la naissance d'un miel de vipérine !!
Tous les vins en "vin de table" par choix.
La Pointe 06, chenin issu de vieilles vignes de 90 ans. Élevage de 12 mois en barrique. Un peu de volatile pour une attaque moelleuse (9g de sr) et épicée. C'est rond et pas mal.
Le Rouge 06, composé à parts égales de cabernet franc et cabernet sauvignon. La prégnance du franc domine au nez. La matière est d'une fraîcheur réconfortante et d'un dynamisme bienvenu.
Rosé d'un jour 09, composé de 70% de franc, 30% de cabernet sauvignon et 5 de chenin. 70g de résiduel et un magnifique fruit au nez comme en bouche. Encore un vin qui doit dessaouler...

Domaine des Griottes

photos-2010-0020.JPG
Un domaine avec lequel j'étais resté sur un grand malentendu. Ma 1ère rencontre avec les vins du domaine (ainsi que la seconde à l'aveugle) était à oublier au plus vite. Je me lance sur le coup prudemment, sur leurs propositions du jour.
Moussaillon 09, vin mousseux issu d'un assemblage de chenin-chardo-sauvignon. La bulle est plaisante, avec une fine sucrosité, c'est sobre, simple et bon.
Petite Gâterie 08, une sucrosité d'emblée qui laisse place à un joli fruit. Là encore pas complexe mais très gourmand (j'en ai même acheté une... Si si, j'ai Griottes en cave !!).
La Griotte 07 (CF + CS) est plus sauvage, mais reste droite. C'est un poil austère mais pas mal pour du cabernet...(Aïe pas taper...)
Caroline 04 ou le chenin d'automne. La datte & l'abricot se marient joliment dans cette douceur aérienne...

Benoît Courault

photos-2010-0024.JPG
4 millésimes au compteur et 6,5 ha à ressusciter. Il a réussi à mettre la main sur des vieilles vignes taillées en gobelet. Ça tombe bien, Benoît adore cette taille. Là aussi tout est en vin de table par choix.
Gilbourg 08, matière aérienne, qui accuse une petite déficience structurelle. Pas mal au global.
La Coulée 08, un 100% grolleau qui m'envoûte le pif avec un fruit démentiel, c'est super gourmand.
Les Rouliers 08, 100% cabernet franc, typé, un peu âpre mais correct.

Stéphane Bernaudeau

photos-2010-0025.JPG

Un Stéphane comme à son habitude peu disert qui propose :
Les Nourrissons 08 dont la malo n'est toujours pas terminée (04 & 05 avaient connu aussi ce sort mais là le record est battu...Il parie que pour Pâques ce sera fini). C'est fermentaire au nez, fine sucrosité, plein et amers marqués.
Le San Souff' des Abstèmes 08, un 100% gamay qui livre des effluves de caramel au lait. La bouche est fruitée et large pour une finale bien épicée. J'aime bien.
Les Vrilles 08, composées de 90% de CS de 10 ans et 10% de CF de 90 ans (faut pas se mélanger les pinceaux...). Là encore, le CF est prégnant, l'ensemble délivrant des notes de fraîcheur et de netteté sans équivoque. C'est juste un poil court.

La Coulée D'Ambrosia

photos-2010-0026.JPG
Rencontre avec Jean François Chéné, à peine remis d'un anniversaire et doté d'une bonne humeur de lendemain de fête...
Euréka 08, un pet nat qui bulle plus trop, nature et simple.
L'O2 Vigne 07, un chenin tranquille un peu réduit et finement épicé.
L'O2 Vigne 05, est par contre un petit extra terrestre. Chenin atypique et vraiment déroutant.
Rosé d'1 Jour 09, un vrai jus de grenadine avec un acidulé sympa.

Didier Chaffardon

photos-2010-0028.JPG
Anjou 06, classique, ample et épicé.
Anjou 07, un peu réduit mais livrant une matière nette et rectiligne.
Anjou - Isidore 07, encore plus réduit mais se place un cran au dessus. C'est fruité et là aussi net et rectiligne. J'aime beaucoup et j'embarque une quille.
L'Incrédule 08, un 100% CF, là encore joliment fruité, sans aspérité mais à la petite structure idéale pour la soif.
Rosé d'un jour 09 (90% CF - 10% CS) au très joli nez, simple pas prise de tête et à la finale de compote de pommes.

05h00 que je plonge mon nez et mes badigoinces dans le verre, quand une petite voix qui me dit "Hé ho, suffit là, non mais !!"
J'échange rapidement avec Mileine Oosterlinck-Brake, pour argumenter mon refus de passer au stand Juchepie. Ces derniers étant les invités du dimanche des REVEVIN 2010, je me les garde pour l'Ascension.
J'ai aussi zappé La Sansonnière qui comme d'habitude est venu avec un seul vin (un rosé liquoreux), de la farine de froment taïwanaise et des bougies en tofu texan...
En résumé, les 08 (année de gel) m'ont paru déficients , les 07 (année de mildiou) s'en sortent largement mieux, et les 09 dispos annoncent de très jolies choses.
Sinon, hormis un coup de bourre vers 15h00, c'est paisible, on peut discuter tranquillement avec les vignerons, et l'ambiance est vraiment comme j'aime (bon pour les pépettes, ça doit moins "travailler" qu'à St Aubin...).

Voir les commentaires

Un dîner joliment arrosé...

6 Mars 2010, 22:35pm

Publié par Docadn

Lors de la première rencontre LPV BzH, j'ai pu enfin mettre un visage
sur des intervenants locaux que je n'avais pas encore eu le loisir de rencontrer.
Ludo nous avait concocté un repas-débriefing mémorable.

 Il y a quelques semaines c'est Nicolas & Solenn qui lancent une invitation. Pas une hésitation, et nous nous retrouvons à 6 autour d'une table pour une formidable parenthèse de convivialité et d'agapes qui se termineront très tôt dans la journée suivante...

Pas de prise de notes, mais des impressions fortes à très fortes sur les quilles croisées ce soir. Elles sont toutes servies à l'aveugle, et la brouette de compétition que je suis dans cet exercice va s'en donner à coeur joie...

Sur des bigorneaux, tapenades, samossas chèvre & algues, Nicolas nous propose le 1er vin de la soirée.

Je le place en Loire, mais une petite résilience me fait pencher vers un chardonnay de Bourgogne (Ahh ce Laurent Tribut !!).
Bien évidemment, je propose Muscadet et c'est Bourgogne.On reste perplexe devant ce chardonnay atypique et bien fait et pour cause, c'est un Aligoté...

photos-2010-0008.JPG
Bourgogne Aligoté 2007 - Michel Bouzereau & Fils

Bien meilleur que celui d'Aubert de Villaine et objectivement bien fait. ***

Nicolas peine à retenir le bouchon de la seconde bouteille de la soirée. Voilà donc de la bulle.
C'est très oriental pour ma part,un véritable souk déboule dans les narines. "Safrané" dira Ludo. L'attaque est stupéfiante.
J'ai rarement bu une bulle aussi "bien calibrée". Elle a la taille parfaite pour moi. L'ensemble est une caresse, c'est quasi érotique, une impression de dosage qui disparaît rapidement pour laisser place à une pure merveille de blanc de blanc...

photos-2010-0007.JPG
Larmandier-Bernier Vieille Vigne de Cramant Grand Cru

Je ne connaissais ce domaine qu'à travers la cuvée de base qui m'avait énormément plu.
Là je touche à une dimension du champagne que je ne soupçonnais même pas. Assurément le 1er coup de coeur de l'année avec cette cuvée... ****

Nous passons à table et entamons le dîner avec "un foie gras et poire".

Le 3ème acteur de la soirée arrive. Là encore en blanc.
C'est fleuri, profond et déroutant côté nez. Une matière élégante, joliment corsée et tout en largeur. Les pronostics vont bon train.
Ludo annonce Rhône. Il est dedans. Il précise Sud, raté...
Donc retour dans le nord et la liste des grands blancs défile.
Nicolas nous donne un repère sur le fait que le vigneron est plus connu pour ses rouges que ses blancs... On finit par ne trouver que l'appellation et découvrir...

photos-2010-0010.JPG
Saint-Joseph - Les Oliviers - Pierre Gonon

C'était un 2004 de mémoire et première rencontre personnelle avec un St Jo blanc. C'est bon. ***
Le foie gras est vraiment divin et si vous passez par Les Remparts goûtez le !! Emilie le façonne vraiment très bien (et pourtant j'en ai mangé quelques kilos et suis plutôt "exigeant" sur ce dernier). Pas d'alcool, très peu salé. C'est une petite merveille...

C'est l'heure du plat, et je place ma quille, sur laquelle je n'ai strictement aucun recul... C'est phénoménal au nez, dense, riche et profond, limite alcooleux.
Ludo lance grenache après avoir pensé pinot. La matière est monstrueuse. Pinot inattendu pour mon palais, tellement c'est démonstratif.
Sa buvabilité me semble limitée (même expérience avec un CDR 2005 du château des Tours).
Nicolas lance alors "ce ne serait pas Confuron ? Je ne l'ai jamais bu, mais j'en ai parlé ce midi, et beaucoup lui reprochent ce côté démonstratif..."Bien joué...

photos-2010-0009.JPG
Côte de Nuits-Villages - Les Vignottes 1999 - Domaine JJ Confuron

Je suis aussi partiellement déçu par ma quille. J'aime beaucoup 99 en Bourgogne, mais là c'est vraiment too much pour mon palais...
**/**(*)


Ludo place son apport et annonce confiant : "C'est un Monsieur...".
Nico y voit une belle grenache,j'y vois plus généralement un rouge sudiste. Nous concluons pour un Rhône sud, puis sur Châteauneuf...
Je lance alors 98 puis 90, bingo sur 90. Le vin est aérien et d'une élégance absolue. Ca glisse et la trame est taillée au couteau à sushi !! La dernière fois qu'un Châteauneuf m'a fait cet effet, c'était Brunel. Je lance Brunel, signal vert....

photos-2010-0012.JPG
Les Cailloux - Châteauneuf-du -Pape - Cuvée Centenaire 1990

Un très beau vin qui confirme le franc penchant que j'ai pour les vins de ce domaine, injustement méconnu mais dont la production me va à ravir côté goût... ***(*/****
il sera un bon compagnon de route du veau marengo...

C'est le moment du fromage et celui de placer mon apport blanc. Le nez n'annonce pas de grandes choses. Ludo et Nico annoncent même une déviance liégeuse !!! La bouche ne semble pas confirmer la chose. Je trouve cela hélas étriqué et fermé à double tour... Ludo l'a bien placé en Anjou :

photos-2010-0001.JPG
Domaine Richard Leroy - Noël de Montbenault - Anjou 2005

Je suis profondément déçu par cette cuvée qui se goûtait tellement bien à l'achat aux Angevins en 2007. Un domaine que j'affectionne en temps normal.
C'était pas son jour...**

On annonce un blanc.Le nez évoque un élevage ambitieux. Après la Bourgogne, je pars instinctivement sur une nouvelle résilience de dégustation avec un Mas Jullien (dont Nico nous avait déjà gratifié).
Puis j'égrène toutes les régions de France en omettant juste Tulle et le territoire de Belfort, pour revenir sur un chenin (il y en a un poil dans le Mas Jullien mais c'est pas recevable..), et sur la Loire.
Ludo et moi sommes perplexes et confondus par la noblesse du vin évoquant toujours la Bourgogne. C'est fin, élégant et racé... L'étiquette découverte confirme ma perception du domaine...

photos-2010-0013.JPG
Clos Rougeard - "Chacé" 1998 - Saumur

Stupéfiant chenin d'un domaine que je qualifie depuis toujours comme "le plus bourguignon des ligériens" en rouge et qui enfonce le clou dans cette veine en blanc aussi... ***(*)
Et pour finir, il est d'une isolente jeunesse qui lui laisse encore une à deux décennies minimum de potentiel...

Un délicieux crumble pomme-ananas pour finir le repas et une dernière bouteille sacrifiée qui m'envoie direct à Olifland..."Ouh là !! Ça trousseaute ça !!" m'écriais je.
C'est "petits fruits rouges, ça pète, c'est goulu-gourmand". Je tente la star du moment... Raté. Je tente l'autre trublion du Jura... Gagné.

photos-2010-0016.JPG
Domaine André & Mireille Tissot - Trousseau 2006

Un trousseau de Stéphane Tissot (que j'ai en plus récemment acheté et sur ce millésime) comme je l'aime, franc et droit...***

03h00 du mat', j'ai des frissons, je claque les bises et démarre l'canasson,
 seuls sur la route à moitié gelée, c'est l'insomnie et le palais habillé,
je perds la tête et les quilles défaites sont toutes rangées dans le grand cellier,
c'est plein d'ivresse et de bouteilles vides...
et je conduis pas...


Bref, une très belle soirée et un grand merci à Nico & Solenn ainsi qu'à Ludo & Valérie... Ça va être dur de vous succéder, mais c'est à notre tour...

Voir les commentaires

Remise en Jambes III : Angers

6 Mars 2010, 17:40pm

Publié par Docadn

Dernier et tardif volet de ce week end ligérien qui s'achève par une  balade à travers Angers.
Randonnée urbaine qui démarre du côté de la Doutre, ses ruelles pavées et ses maisons à colombages.

photos-2010-0039.JPG
Un quartier souvent ignoré par les visiteurs qui se contentent de la rive opposée. C'est aussi pour ma part une découverte. Petit crochet sur le parcours pour admirer la façade du magnifique hôtel des Pénitentes.

photos-2010-0041.JPG
Puis se succèdent, les rues Billard, de la Harpe, la sempiternelle (et sympathique) place du Tertre avant l'inévitable rue de la soif.

photos-2010 0043
On enchaîne avec la rue de l'Hommeau et son café éponyme que les Costes n'ont pas encore pu racheter...

photos-2010-0044-copie-1.JPG
Puis un imposant bâtiment à la façade de schiste et aux flancs de tuffeau....

photos-2010-0047.JPG
 "Ils" sont fermés...Ils, ce sont les fameux greniers St-Jean. Puis la balade quitte doucement la cité, file vers la Savatte, longe le quai Tabarly pour atteindre la Parc Balzac...
Les indications sont plus floues. Une vieille barre d'immeuble nous sert d'amer et nous mène à la partie "verte" de la rando.
Des centaines de joggers du dimanche (comme l'ânonne maladroitement Miossec sur son pas très bon dernier album) filent vers l'étang de Saint Nicolas.
Ces derniers trottinent sur une boucle de 5 ou 7 kms selon leur envie. Et nous, nous marchons toujours...
L'étang couvre plusieurs parcs. Aussi nous passons du parc de la Garenne à celui des Carrières. Ce dernier doit son nom à d'anciennes exploitations d'ardoise. On en tirait les fameuses barrettes (du schiste débité en pieux) qui faisaient office de tuteurs et échalas de vigne.

photos-2010-0051.JPG
L'ensemble est très plaisant, et donc victime de son succès avec un seuil marginal de promeneurs face aux hordes galopantes des chasseurs de calories en cette fraîche matinée dominicale.
Et voilà qu'une ampoule s'allume à environ 2000 mètres de l'arrivée (négligence technique de ma part : chaussettes inadaptées). Résultat presque décevant au finish : une led d'à peine 10W sur l'échelle de la voûte plantaire...
Une jolie promenade de 13 000 mètres et de 02h00 environ.
Le point de départ se situe à quelques mètres de "Ze Table Tou bi" de la ville : Le Favre d'Anne.
Aucun espoir de s'y attabler car c'est dimanche et c'est relâche !!
La lecture des cartes & menus est alléchante, mais c'est la partie bistrot qui est presque plus tentante coté plats...
Tant pis, nous reprenons la route car comme Gilles Servat, je dors en Bretagne ce soir...

Voir les commentaires