Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

Florilège de dégustations part XII

30 Mars 2009, 10:06am

Publié par Docadn

Comme annoncé il y a quelques semaines, ce florilège a pris tout son temps pour se poser sur cette page. Voiçi enfin la 12ème "saison" des dégustations. 1er bilan des rouges de cette année bien entamée.

Domaine de la Réméjeanne - Côte du Rhône Villages 2006 - Les Genévriers
: vin carafé 1h30 s'ouvrant sur des notes de menthol et de fruits rouges avec une facette acidulée. Le camphre, l'humus et le poivre (plus un peu de réduction) complètent la palette. La matière présente une trame très épicée, un poil asséchante et un amer prononcé.C'est une vraie liqueur de fruits noirs qui déboulent (une petite touche sucrée), de longueur moyenne et qui va s'arrondir au fil de la dégustation. Mais c'est pas l'extase. **


Rueda -Crianza 2002 - Sindo - Espagne : fruits noirs intenses et un boisé bordelais ouvre le vin. Un caractère solaire et une pointe de graphite pour une bouche aussi boisée que le nez. Typé Rhône sud jeune avec des tannins "en dehors". C'est juste épicé avec une connotation jaillissante de syrah. La finale est sur la prune portée par une belle acidité. C'est pas mal du tout.
**(*) / ***


Rully 2003 - Meix du Pellerey - Duvernay père & fils : un joli nez évolué sur la fraise cuite, les épices et la cerise plus un poil de rafle. En gueule le vin est plein, savoureux laissant la place à un super fruit. Fraîcheur et épices douces caressent le palais. Très fine astringence de fin de bouche pour une finale sur la fraise délicate. Super gourmand et super bon. ***(*)


Saint Joseph 2007 - Jean Michel Gerin : notes de réductions et nez peu bavard (est ce fermé comme dirait les pros ?!).
Une pointe de menthol, de café et un soupçon de bois transpire malgré tout.L'attaque est acidulé (sur les fruits rouges), fraîche et pleine. C'est gras, épicé avec un amer appuyé. Le lendemain, l'acidité se confirme et le boisé s'est fait plus fin. ***


Côtes du Roussillon 2006 - Sol Payré : Certains diront que je m'acharne sur ce domaine. Je souhaite juste connaître toute la gamme et pouvoir dire sans hésiter si ce domaine me sied ou pas. nez très réduit et alcooleux sur le cèdre, la cerise, le plastique, le camphre. Un poil de menthol et une pointe lactée pour terminer cet inventaire du nez. En bouche l'alcool répond présent avec sa grappe de cerises marinées.La matière est mince, courte et très épicée. L'amer est désagréable. Maintenant c'est sûr, je n'aime pas. *


Crozes Hermitage - La Guiraude 2001 - Alain Graillot : Vin carafé 30'. Robe très sombre aux flaveurs profondes d'olive, camphre, menthol, cerise et de fin boisé. Le lendemain ce sont les fruits noirs qui occuperont le terrain olfactif.L'attaque est riche, pleine, sur la prune. L'ensemble est suave,puissant à l'acidité pointue comme affirmant sa jeunesse insolente (elle en a encore sous la pédale la bougresse !!). Finale poivrée longue et amer superbe. Du grand Graillot. ****


Bourgogne - Vieilles Vignes 2005 - Dom. Feuillat - Juillot : Nez alcooleux et cortège fruité (fraise, prune) mêlé à de la réglisse, le menthol, crème fraîche et une pointe herbacée. L'attaque est légèrement sucrée sur la fraise. La matière est fine et aérienne, joliment fruitée et suave. Bel amer et sympathique fraîcheur pour une acidité relevée et une finale tout en douceur. C'est bien bon.***


Vin de Pays des Coteaux du Salagou - L'Hérétique 2005 - Mas des Chimères : nez frais et finement boisé. notes de terre humide, caramel et caractère sudiste avec son coté viandé. Fine sucrosité en entrée, tannins jaillissants et amer prononcé. Un poil asséchant pour une finale poivrée. Le lendemain, c'est la prune qui domine le lot mais avec un amer dérangeant. **(*)


Faugères - Château de la Lauze 2003 ( JC Estève) : Nez délicat et profond sur la confiture de mûre & la réglisse. L'attaque est sucrée sur la fraise et rappelle un pinot. Fin boisé, puissance et fruits à l'eau de vie pour une finale un poil  alcooleuse et très épicée.Voilà un vin que je décris comme ayant "des grains serrés". Amer un poil exacerbé. Mais c'est gourmand et ça coûte moins de 5 euros !! ***


Vin de pays de l'Hérault - Les Pampres 2007 - Mas Laval : concentré de fruits noirs au 1er coup de narine, sanguin, menthol et une syrah jaillissante mêlée à un fin boisé. L'attaque est métallique avec toujours cette syrah dominante. La bouche est serrée et laisse place à une jolie douceur pour monter en puissance avec une finale sur les épices douces.C'est plein, fruité, rond avec un amer sur le fil et des notes de cacao portées par une belle acidité. J'aime bien. ***

Saumur Champigny - La Seigneurie 2006 : nez intensément boisé, végétal et alcooleux et un joli concentré de poivron vert.Acidité relevée, matière courte et fluette à l'amer marqué. Le lendemain, l'ensemble est moins agressif avec des connotations de poire. Pas gégé du tout. *


Coteaux du Languedoc - Pic Saint Loup - L'Arbouze 2007 - Mas Bruguière : Nez solaire, boisé avec des notes de rafles, café et de caoutchouc brûlé. L'attaque est vive à l'acidité là aussi relevée. La matière est malgré tout grasse, sur une expression de fruits noirs mais avec une touche végétale. La longueur est moyenne, l'amer est là aussi relevé. Le vin s'améliorera dans le temps mais me laisse sur ma faim... **


Ainsi s'achève ce tome XII des quilles (version rouge) avec notamment :
  •  la confirmation de la réputation méritée de la Guiraude.
  •  la jolie surprise et l'excellent rapport qualité prix du Château de la Lauze.
  • La belle découverte du Rully des Duvernay père & fils.

Voir les commentaires

Le Tire Bouchon

20 Mars 2009, 17:21pm

Publié par Docadn

Mes errements sur la toile avait "révélé" le nom de cet établissement et mon orgueil ne fit qu'un tour lorsque je vis que je n'avais point posé mon séant dans ce lieu (à quelques pizzerias et un Amphitryon près, j'ai écumé à peu tout ce que Lorient compte de restos).
Mon orgueil fit un nouveau tour sur lui même quand au sobriquet du-dit restaurant : "Tire Bouchon" comment ai je pu raté un nom pareil, moi le buveur à la petite semaine, le cancre assidu de la dégust à l'aveugle, l'obnubilé des miscellanées bachiques...
Aussi en cette journée d'action nationale, je décidais de récupérer de ma randonnée contestative en rendant visite à cette table...
Dans une rue un peu excentrée et guère passante, le tire bouchon offre sa façade triste des pizzerias des années 80.Je pousse la porte et recule encore d'une décennie en découvrant le décor d'où pourrait surgir un Horst Tapper au sommet de son art...
Accueil chaleureux de Karine Mahé la maîtresse de maison qui assure à elle seule le service de la petite trentaine de couverts disponibles.
Il  y a encore quelques places de disponibles. La table est sobre et élégante. La carte arrive rapidement et propose viandes et poissons à la carte ainsi qu'un menu déjeuner à l'attractif tarif de moins de 10 sacs 15,50 euros :


Je jette mon dévolu sur ce dernier et commence à consulter la carte des vins... Bonne nouvelle : France Boissons n'est pas de la partie et je rebondis de nom en nom pour me dire : "Hé c'est achement pertinent comme carte.. Au hasard Gallety, Fonsalette... Miam... Menu marin : L'appel du blanc et direction :


Vin de pays de la haute vallée de l'Aude - Chardonnay 2007 - Domaine Antugnac.
Ce vin est l'histoire de 2 maçonnais,
Jean-Luc Terrier et Christian Collovray (Domaine des 2 roches) qui ont voulu planter leurs 2 cépages favoris (et bourguignons) près de Limoux pour voir ce que cela pourrait donner. Et bien le résultat est plus que convainquant : Fraîcheur, belle acidité, et une certaine minéralité composent les principales qualités d'un véritable vin de "table".
L'entrée arrive déjà : Les pétoncles sont cuites au micromètre, la tarte est fine et tiède et le poireau poireaute. Simplement bon et gourmand. Le chardonnay s'est légèrement réchauffé et commence à dévoiler sa complexité. Cette entrée tout aussi classique soit elle me scotche par sa finesse.
Karine assure un service délicat et glisse entre les tables.
Le plat du jour à été légèrement modifié : la mousseline de céleri et pommes cocotte a été remplacée par un écrasé de pomme de terre (purée c'est quand même plus court même si cela fait plus cantoche) et son cabillaud :


La purée est crémeuse et relevée d'une juste mesure d'ail. Le cabillaud trahit par sa brillance une fraîcheur sans appel. Il est là aussi juste cuit, fondant et puissant. Deuxième stupeur du repas devant la belle maîtrise des cuissons et des goûts. Là encore, nous ne sommes pas dans des innovations mais dans une éxécution et une maîtrise technique remarquable.Le chardonnay "se pacse" superbement au plat.
Le dessert :


Ma plus grande joie fut de découvrir un crumble sans cannelle. Dessert à la texture et au goût attendus et final en douceur avec le jus de goyave.
La salle s'est vidée. Je traîne un peu pour pouvoir enfin assouvir tout ma curiosité sur ce couple inconnu dans une rue anonyme à la table sautillante. C'est Karine qui me dévoilera un bout de leur histoire avec l'arrivée dans ces lieux il y a 2 ans.
N'ayant pas voulu s'alourdir d'une cave dont ils ne connaissaient pas l'inventaire exact, ils sont repartis de zéro de ce coté et on construit une carte à l'aide de 3 cavistes régionaux.
Il ont aussi sympathisé avec un client fidèle qui n'est autre que le sommelier du plus brillant des établissements lorientais.
 Anthony semble apprécier la table des Mahé et leur fait régulièrement découvrir des vins dans ces occasions. D'autres clients ont repéré rapidement cette adresse pour y manger mais aussi pour y boire des quilles peu ou pas disponibles ailleurs.
Les Mahé refusant toutes dépenses publicitaires, c'est le buzz local qui en fait l'actuel repère d'épicuriens et de rabelaisiens du déjeuner et du dîner.
Un menu par mois anime leur carte.
Il y a fort longtemps que je n'avais pas aussi bien mangé pour aussi peu. Certainement un des meilleurs plans déjeuner de la ville aujourd'hui (et le pain de la boulangerie larmorienne est bon en plus)...Une des plus pertinentes carte des vins croisée là aussi... Courrez y c'est une pépite.
Le Tire Bouchon
45, rue Jules Legrand
56100 Lorient
0297847192
Ouvert le dimanche midi et soir
fermé le mercredi & samedi midi
www.letirebouchon.net
letirebouchon22@orange.fr


PS : mille excuses auprès de mes lecteurs occasionnels et les plus fidèles pour la piètre qualité des clichés (réalisés avec un vulgaire téléphone japonais). Je ne suis déjà pas un "natural born photographer" mais l'oubli de l'APN de service expliquant cela...

Voir les commentaires