Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
EscapadeS

De Pollionnay à Beaune...

29 Août 2010, 09:49am

Publié par Docadn

Le périple démarre par une sympathique étape au Cardon Bleu. Cette chambre d'hôtes "charmance" abrite un gîte et 2 chambres. Nous logeons dans le chalet  (La Lézardière),

 

ete-2010-0359.JPG

 

quand un autre couple loge dans une étonnante roulotte.

Table et hôtes recommandables proposant une bonne cuisine familiale ponctuée de nombreux produits du jardin cultivés en mode bio.

La bourgade de Pollionnay, véritable petite station verte, propose de nombreux parcours pédestres et vtt.

Les commerces (censés détenir le dépliant des randos) nous renvoient vers les services de la mairie, d'une incompétence rare en la matière.

 

ete-2010-0380.JPG

 

Nous effectuerons tout de même le "circuit de la Roche Coucou" (11 kms), offrant un parcours agréable et quelques jolis points de vue sur Lyon et ses environs.


ete-2010-0385.JPG

 

A noter l'excellence de tous les pains (sans additif) proposés par l'unique boulanger de la ville (Franck Fournier,  le bourg - 69290 Pollionnay - Tél 04 78 48 11 57), qui propose aussi de solides sandwichs chèvre-concombre ou bleu-concombre.

 

ete-2010 0395

 

Déjà les paysages du Beaujolais et un petit détour par  Vauxrenard pour saluer et faire la connaissance physique d'une connaissance virtuelle...

 

ete-2010 0399

 

Isabelle et Bruno Perraud, dynamiques vignerons du domaine des  Côtes de la Molière, tiennent aussi une boutique nature et bio en lieu et place de l'ancestrale épicerie familiale.

On y retrouve notamment quelques uns des fers de lance (bio) de l'appellation (dont ceux du modèle local Michel Guignier), ainsi que des "pièces rapportées" comme les bulles de  Boulard...

Un sympathique échange qui nous donne l'occasion de goûter la production 2009 de la Molière :


Le chardonnay des Molières 09 (90-95% chardonnay et 5-10% du sauvignon) propose un nez de fût neuf (100%) qui se confirme en bouche, mais avec une matière tranchante, pondérée par des expressions d'acacia et de miel. L'ensemble est sur le fil, laissons lui "manger sa petite gangue de bois".


Le Côte de la Molière 09 dégage un boisé plus nuancé (vieux fûts provenant d'un petit domaine répondant au sobriquet " Clos des Lambrays"), mais le fruit est pur et net en bouche.


Le Moulin à Vent 09 bégaie le même plaisir que lors de ma première rencontre avec la version 07.

Une joli nez de carbo, de petits fruits rouges et empreint de profondeur.

Une fine pointe de rafle, un froissement de feuille de fraisier. L'attaque est très fruitée, animée par un bel acidulé. Matière pleine, à la finale très épicée et aux fins amers très finement asséchants. C'est soyeux, dynamique, c'est bon !!

Nous repartirons avec un flacon de ce jus de plaisir ainsi qu'un des derniers Morgon Tradition 05 du Domaine du Crêt de Ruyère.

 

ete-2010-0657.JPG

 

A nous la Bourgogne...

Voir les commentaires

Virée lyonnaise...

24 Août 2010, 09:05am

Publié par Docadn

Deux petits arrêts dans la capitale des Gaules et (re)découverte du Vieux Lyon, ses traboules, ses cours intérieures et sa gastronomie.

C'est l'été, et nombre d'établissements sont eux aussi en congés.

Aussi, je n'ai pu me sustenter au  Georges Five (en prestation extérieure selon l'écriteau, et ce par deux fois à 1 semaine d'intervalle).

J'ai aussi tenté ma chance au  "Verre et l'Assiette". Là encore, je me suis cogné au rideau de fer...

Aussi, avant de manger, j'ai sacrifié au rituel lyonnais chez le glacier historique :  René Nardone.

 

ete-2010-0020.JPG

Duo figue-citron vert. La figue (fraîche) est une tuerie absolue !!!!

Petit tour chez le chocolatier Bouillet. La météo caniculaire nous incite plutôt à déguster ses macarons (5,10 € les 6 pièces).

 

ete-2010-0291.JPG

 

Les versions salées sont plus convaincantes que les sucrées, l'ensemble ne me fera pas non plus relever la nuit. Petite mention pour le carotte-cumin et le citron-gingembre, quand les versions framboise ou vanille nagent dans le "tout juste correct".

C'est du côté des Halles Bocuse que nous testerons ceux de Sève.

 

ete-2010-0368.JPG

 

Le gérant de la boutique nous indique que Bouillet est plutôt dans l'esprit macaron "biscuit-craquant" quand Sève élabore les siens dans l'esprit "gâteau-moelleux".

Pour ma part au-delà de la texture, il y a plus de complexité gustative dans les macarons de Sève. Le macaron verveine est top !!! Crémeux, parfumé et fondant. Le gorgonzola-cèpe est une tuerie d'équilibre...


Pour le déjeuner, j'avais envie de retourner dans l'antre historico-touristique de la Brasserie Georges.

 

ete-2010-0249.JPG

 

Excellente bière maison (version dorée) de rigueur pour démarrer. 

 

ete-2010-0256.JPG

Nous sommes jeudi, je prends le plat du jour : Volaille fermière en croûte de sel.

Un vrai plat de brasserie. Volaille et pommes de terre fondantes, cuisson aboutie, rien à redire...

En face, je redécouvre le bonheur d'un plat ancestral que j'évite systématiquement, certainement à tort...

 

ete-2010-0251.JPG

 

Tête de veau sauce ravigote

 

Quasiment pas de partie gélatineuse, morceaux là encore d'un fondant, comment dire, confondant. Sauce ravigote pêchue, un plat excellentissime !!

 

ete-2010-0259.JPG

 

Mille-Feuille aux framboises

 

Nous sommes toujours jeudi et c'est le dessert du jour. Le petit génocide® (copyright  Chrisos) de fin de repas. Un feuilleté modèle, une crème renversante et des fruits à l'acidulé jouissif. Je persiste sur l'excellence de cette populaire et grosse brasserie, au service enjoué et attentionné, dont nous avons bénéficié grâce à l'une des rares serveuses de la maison.

Carte des vins toujours pertinente et étonnante pour une brasserie.

 

Le soir venu, c'est indécis et hésitants que nous avons passé le seuil du Comptoir des Marronniers, sis dans la rue éponyme et attrape-touriste.

Une déco pseudo-historique réussie, mais sans âme. Nous commandons "le plat lyonnais".

Une "rassurante attente de 20 minutes" que l'on occupera avec une "assiette lyonnaise".

 

ete-2010-0299.JPG

 

Les gratons sont fidèles à leur réputation, à savoir gras à souhait, la rosette quelconque, la cervelle des canuts est par contre bonne.

 

ete-2010-0300.JPG

 

Quenelle & coulis sauce homardine

 

Très jolie réalisation et taille plus que respectable pour ladite quenelle. C'est  gustativement réussi et loin des  avatars Liebig que certains restos n'hésitent pas à servir. La sauce homardine est puissante (juste un poil trop salée à mon goût). La carte des vins est nulle, le service très distant, en dilettante, limite méprisant par moments.


Les très belles adresses ne manquent pas à Lyon. J'ai maté par curiosité la carte de Cuisine & Dépendances Acte II, n'ai pas trouvé En mets fais ce qu'il te plaît, louché sur la belle cour et les menus de La Cour des Loges. Bref, trop de belles promesses et pas assez de temps, ni d'argent pour vous en dire plus sur ces derniers...

Voir les commentaires

A Stalla Sischese

23 Août 2010, 13:10pm

Publié par Docadn

Escapades izzzzzzzzzzzze baque...

C'est la rentrée, il faut donc s'y remettre...

Je ne vais pas vous saouler avec mes vacances à l'itinéraire d'un VRP multicartes, mais juste vous narrer les quelques bons glous-miams-randos vécus lors de cette trêve estivale.

Des congés qui ont démarré sur l'Ile de Beauté, plus exactement au nord de Bastia dans la vallée de Sisco. Côté assiette, rien à signaler, jusqu'à cette adresse trouvée totalement par hasard en traversant le bourg, la langue sur le bitume brûlant en cette fin de mois de juillet.

Une jolie terrasse (quasi déserte) ombragée en bord de route. Deux arguments suffisants pour y faire une halte après 03h00 de marche.

La carte propose des viandes, des pâtes et des planches avec la touche locale de rigueur. Les tarifs sont "bord de mer et station pas trop touristique". Je pars "côté mer" pour un loup grillé au four (17 €).

 

ete-2010 0165

 

Je reste ébahi devant la taille du plat (de la planche en fait). Le poisson est bien cuit, la mini ratatouille est très bonne et les beignets de brocciu excellents. Je peine à finir l'ensemble tellement c'est roboratif.

 

Ma coéquipière s'est jetée sur une entrecôte grillée aux parfums du maquis (17,50 €), et elle va (un peu) le regretter.

 

ete-2010-0167.JPG


"Le cuistot a eu la main un peu lourde sur votre entrecôte..." C'est ainsi que fut annoncée et servie cette planche monumentale.

Un morceau d'au moins 400 g, sublime de goût et à la cuisson irréprochable.

Le tout arrosé du "Perrier du coin" (formule copyrightée par une normande en villégiature, qui n'a jamais pu prononcer "Orezza").

Je me laisse tout de même tenter par un "petit dessert".

 

ete-2010-0168.JPG

 

Tiramisu à la châtaigne (6 €)

 

Assiette Ikéa là encore, pour un fort honnête tiramisu local.

 La carte indique les adresses de 2 autres établissements :

 Le Caraïbo à Pietracorbara et  l'Ostéria di U Portu à Macinaggio.

Un excellent déjeuner avec un service discret, complice et efficace. A faire absolument si vous êtes dans les parages...

L'hôtel (du même nom) faisant face au resto, peut très bien compléter l'étape d'un motard gourmand.

 

A Stalla Sischese

Lieu-dit Marina, 20233 Sisco

04 95 35 26 34

www.astallasischese.com

Voir les commentaires