Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Marathon des liquoreux... le finish

7 Février 2008, 21:46pm

Publié par Docadn

Suite et fin de la dégustation dantesque de Thouarcé.

DSC00087-copie-1.JPG

1 Coteaux de l’Aubance Domaine Richou – La Grande Sélection 2005 :
Nez sur le miel, le citron et un léger boisé. Le vin délivre une fine acidité,un joli fruité et une belle amertume. J'aime bien (***)

2 Coteaux de l’Aubance Marc Houtin – La Grange aux Belles – La Belle Adorée 2005 :
Un boisé ostensible mélé à des notes d'hydroarbure. En bouche c'est le sucre qui s'impose. Le boisé est confirmé réhaussé d'une touche mielleuse. (**)

3 Bonnezeaux Château de Fesles 2003 :
Des notes de carton mouillé et de violette. Une attaque acide, une jolie matière et une finale un poil alcooleuse (**)

4 Quarts-de-Chaume Château Bellerive – Quintessence 2003
:
Un nez sur le gingembre frais. Une matière très riche, épicée, un vrai sirop. Finale alcooleuse. (*)

DSC00098.JPG

5 Coteaux du Layon - Beaulieu Château Pierre Bise – C. Papin - L’Anclaie 2003 :
Un nez "profond" sur des notes d'abricot, de datte et de pétrole. Une matière dense, sur le noyau. Un très bel équilibre (***)

DSC00099.JPG

6 Coteaux du Layon Domaine Patrick Baudouin – Maria Juby 2003 :
Notes intenses de noisette et de pâte sablée. La noisette est présente jusqu'en fin de bouche. C'est long .C'est excellent (****)

DSC00100.JPG

7 Coteaux du Layon – St Lambert Domaine Vincent Ogereau – Les Bonnes Blanches 2002
:
Nez classique sur le bois. Un vin "tendu", belle matière, finale sur l'abricot (***)

8 Coteaux du Layon – Rablay Domaine des Sablonnettes – J. Ménard - Le Champ du Cygne 2002
:
Notes de carton mouillée et de caoutchouc brulé (c'est du Pirelli). Vin relativement "acide" mais surtout alcooleux (*)

9 Coteaux du Layon – St Lambert Domaine du Roy René – Les Cartelles 2001 :
Un étonnant nez de sauvignon (vous savez la fameux pipi de Rominet) et des notes de vernis à ongles.Jolie fraicheur (**)

10 Coteaux de l’Aubance Domaine des Charbotières – D. Chaffardon - 2002
:
Un nez qui évoque le domaine des Griottes du matin et de noix. Je m'arrête là pour le commentaire la bouche étant...(0)

11 Coteaux de l’Aubance Domaine Bablut – Ch. Daviau - Noble 1998 :
12 Coteaux du Layon – Faye d’Anjou Domaine Richard Leroy – Noëls de Montbenault 2001
Une inversion semble s'être glissée entre mes 2 verres et les 2 vins ci dessus donc pas de commentaires

13 Bonnezeaux Château de Fesles 1998
Notes de citron, de bois et d'apothicairerie. Matière alcooleuse et amère désagréable. (*)

14 Coteaux du Layon - Beaulieu Domaine Jo Pithon – Clos des Ortinières 1999 :
Nez de fac de médecine de champignons et et de mirabelles.Une matière sur le noyau, l'eau de vie et finale tout aussi "eau de feu" mais pas si désagréable (**)

15 Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts – J.P. Godineau - Le Malabé 1997
:
C'est Phil.G qui nous dirige sur les lichtis (vu que j'aime pas ça, je suis d'accord,ma collègue de goulot d'à coté me confirme que c'est bon le lichtis frais de la Réunion je la crois sur parole...). La matière est superbe,l'acidité est du même acabit et l'équilibre magistral. Que c'est bon (****)

16 Coteaux du Layon –Faye d’Anjou Domaine de Juchepie – Quintessence 1997
:
Notes de caramel et de figue (ca doit pas être terros ensemble a becter). Une matière un poil en dessous du précédent, une pointe d'alcool, une très belle finale sur l'ananas. C'est encore du bon (****)

17 Coteaux du Layon – St Aubin Domaine des Forges – S. Branchereau - Grains Nobles 1997
:
Nez sur la violette, les fruits jaunes, la cire. En bouche c'est d'un fruité gourmand, le miel et la cire s'en mêlent à nouveau. Equilibre sans faille, superbe acidité, mamita que c'est bon (****)

18 Coteaux du Layon – St Lambert Domaine Vincent Ogereau – Cuvée Prestige 1997 :
Nez torréfié et notes de violette; Matière très riche sur les agrumes. C'est encore du bon (***)

19 Quarts-de-Chaume Domaine de la Bergerie – Y. Guégniard -1996
:
Nez sur la figue, le miel et le pain d'épice (j'aime pas ça non plus mais bon). Matière opulente, acidité un peu courte (**)

20 Coteaux du Layon – St Aubin Domaine Philippe Delesvaux – Carbonifera 1997
:
Voilà la côte qui débarque : c'est salin, iodé, la Bretagne m'a suivie en terre d'Anjou. Le gosier à son tour profite d'une thalasso grand luxe, mélant ce coté salin, la douceur et la force d'un miel oriental ayant fait la fortune de mon dentiste... SUBLIME (*****)

21 Bonnezeaux Domaine Les Grandes Vignes – Noble Sélection 2003 :
22 Coteaux du Layon – St Aubin Domaine Philippe Delesvaux – Clos de la Guiberderie 2004
23 Coteaux du Layon – St Aubin Domaine Philippe Delesvaux – Clos du Pavillon 2004


Je fut très distrait sur les 3 derniers vins aussi je m'abstiendrai de tout commentaire (déplacé ou non) à leur encontre.
Cette seconde partie du marathon fut d'un très très haut niveau. 97 semble en effet être le grand millésime que j'ai pu lire ou entendre. Carbonifera restera une très grande découverte et voir leurs géniteurs à notre table fut un plaisir encore plus grand à la découverte de la quille toute nue (d'étiquette).

Une grosse partie de "l'équipée sauvage" se retrouva à l'auberge bienvenue (à l'accueil des plus charmant et sympathique) ou comme la fin des aventures des porteurs de braies (en papier, pas sur grand écran) nous veillâmes tard autour d'agapes et autres flacons aux diverses origines mais surtout sec très sec...


Commenter cet article

bleriot bruno 13/02/2008 10:16

Bravo pour le CR,
Beaucoup de chose plus parlante que dans certain guide :) je vais me servir de tout cela pour préparer ma semaine de vacance en layon en mars.
Merci et à trés bientot j'espére pour de nouvelles aventures. Bruno BLERIOT

Alain Tordjman 10/02/2008 10:26

Bravo l'artiste, t'as réussi à citer une marque de pneus, à glisser tes désormais légendaires notes pharmaceutiques, et à faire (entre autres) un clin d'oeil à quelqu'un qui m'est proche (j'en profite au passage pour te confirmer que le litchi frais de la Réunion est exceptionnel, bien meilleur en tout cas que le chenin produit à Cilaos !)
Je te transmets d'ici pas longtemps nos propres notes de ces dégustations homériques.
A plus, l'ami du poivron.
Alain