Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Florilège de dégustations XXIV

11 Avril 2012, 05:21am

Publié par Docadn

Quand certains réclamaient un florilège par trimestre, Escapades vous livre un vingt-quatrième tome, à peine 5 semaines après le volet XXIII !! Les chaleurs estivales, du printemps à peine entamé, ont sollicité le gosier quasi asséché et le carnet de notes aux nombreuses pages immaculées...

 

Vins-2012-0024.JPG

 

Chablis 1er Cru - Monts de Milieu 05 - Barat

 

Une forte réduction ouvre le ban, laissant place à un "grillé-fumé" tenace, assorti de notes de carton mouillé. Pour une fois, je ressens un soufre conséquent et un côté "serré au nez". La matière se montre fraîche, tendre et confirme son soufre outrageant. L'ensemble est sans vibration, linéaire et plat comme une candidate à un casting Élite. *

 

Vins-2012-0021.JPG

 

Folle Blanche - Gros Plant du Pays Nantais 09 - Pierre Luneau Papin

 

Des notes marquées de fruits blancs, quelques effluves crayeuses. Un pétrole intense finit par dominer l'espace aérien du verre, louchant vers un riesling charmeur. L'attaque est vive, pleine, grasse, assez courte, presque furtive. Les gorgées suivantes se font plus longues, déclamant une pointe épicée, une amertume équilibrée. L'ensemble reste "vif comme un 08", avec un soupçon de complexité supplémentaire le lendemain. Une "Folle Blanche" très sérieuse, d'un (gros) domaine dont la production m'épate assez souvent, pour un prix dérisoire (4,50 €). ***/***(*)

 

DSCF4497.JPG

 

Amphibolite Nature - Muscadet 10 - Joseph Landron

 

C'est une poire très mûre qui se glisse dans mes parois nasales, emportant avec elle, une jolie pierre humide et des notes intenses de calcaire. L'attaque est perlante, très fruitée, assez courte, pour une finale sur d'étonnants fruits secs. Des notes miellées s'invitent à J+2, ainsi qu'une fine sucrosité malvenue, prompte à "détendre" l'ensemble. **(*)

 

Vins-2012-0786.JPG

 

Pomponette - Rousé 10 - La Sorga

 

Dernier spécimen en ma possession ( Cf le CR de l'avant-dernière) du "Rousé" de La Sorga. Intenses petits fruits rouges, agrémentés d'une carbo évidente (ça s'explique pas, ça se sent, mais il faudra bien trouver une parallèle pour imager honnêtement cette "carbo touch"). Matière très perlante, au fin sr, très fruitée, se déclinant sur les agrumes. Les amers sont saillants, peu disposés à laisser le fruit jouer tout seul. **

 

Vins-2012-0788.JPG

 

Comme à Cayenne - St-Chinian 07 - Michel & Pompilla Guiraud

 

Nez très métallique, sanguin, rehaussé d'un joli sous-bois et d'une ronce prononcée. A J+2, le nez évoquera une syrah, alors que seuls carignan et grenache sont présents dans cette cuvée (qui tire son nom du travail de "bagnard" qu'a nécessité le défrichage de cette parcelle). Une matière suave, vive, au caractère très "viandé", qui "syrahte". Un fin végétal, de belles épices, de la densité, du fruité, de la "race". Une complexité qui ne cessera de croître pendant les deux jours de dégustation. A 8,40 €, la "dépense" est très largement justifiée. ***/***(*)

 

Vins-2012-0001.JPG

 

Bourgogne - La Combe 08 - Marc Colin & ses fils

 

Nez typé de "chardo-beurré-toasté" version timide, avec quelques notes de pierre humide. Une attaque bourguignonne (chardonnesque), très fruitée, large et ample, fraîche et suave, aux amers nobles, à la finale de curry. A J+1, le nez est toujours discret, la mâche indiscutable, les amers vibrants. De la droiture et de la tension, comme je les aime sur les 08 bourguignons. ***(*)

 

Vins-2012-0013-copie-1.JPG

 

Brut de Cuve 11 - Beaujolais Nouveau Rosé - I & B Perraud

 

Nez de carbo intense (il faut vraiment que je trouve un glossaire !!), acidulé, au fin végétal, couronné par des discrètes flaveurs de kéfir et de notes fermentaires. Une attaque souple, fruitée, juteuse, relativement courte. Un fin perlant anime de fraîcheur, de gourmandise sous-jacente, la matière très fruitée, à la fine sucrosité, évoquant la groseille en finale. **(*)

 

Vins-2012-0015.JPG

 

Champagne Bt 1er Cru - Henri Chauvet - Cuvée Noire 07

 

Cordon nerveux, bulles nombreuses délivrant des effluves de poire et de craie. Le fin dosage et la craie s'imposent en bouche, pour décliner une matrice ample, toastée, à l'acidité relevée. De jolis amers concluent ce Blanc de Noirs, suffisamment consensuel pour conquérir un électorat de bayrouiste à table. **(*)

 

Vins-2012-0021-copie-1.JPG

 

Côtes-du-Rhône - Bout d'Zan 10 - Mas de Libian

 

Une réduction forte, accompagnée d'une odeur de plastique brûlé désagréable se manifestent au premier coup de narine. Quelques rotations du verre permettent de faire disparaître ces odeurs peu glamours, pour laisser place à une rafle intense, un caramel plaisant, des épices nombreuses, une touche de menthol, une syrah très expressive (20% seulement). Une entrée en la matière fraîche, immédiatement gourmande, aérienne, joliment équilibrée entre les fruits et les épices, à la mâche conséquente. A J+1, la syrah s'impose au nez, l'équilibre, la gourmandise et le volume sont toujours au rendez-vous. ***/***(*)

 

Vins-2012-0025.JPG

 

Beaujolais Blanc 09 - Domaine de la Chanaise - Dominque Piron

 

Nez sudiste, évoquant le berlingot, l'anis, annonçant une "présomption de mollesse". Présomption vérifiée par une attaque molle, sudiste, pommadée, aux échos d'hydrocarbures étonnants et alcooleux en finale. *

 

Vins-2012-0022.JPG

 

Châteauneuf-du-Pape 08 - Domaine charvin

 

Nez distillant fraîcheur, fraise écrasée, susurrant "gourmandise", "capiteux", "confiserie"... Un nez très envoûtant, mentholé, finement végétal, qui développera une pointe de graphite, un ample cassis, quelques pointes métalliques, ainsi qu'une rafle soutenue le lendemain. 
Une attaque étonnamment "lactée-fruitée-régressive" (ceux qui ont déjà mangé des "Campino fraise" comprendront), suave, épicée, caressante, très volumineuse, droite, équilibrée, sans creux. Un vin complet, très gourmand, bourré de nuances charmeuses sur 
la longue finale. J'ai très rarement bu un Charvin aussi jeune, délivrant autant de plaisir. 

 ***(*)

 

A suivre, l'opus XXV... mais c'est pas pour demain !!

Commenter cet article

AlainT 12/04/2012 20:00

J'avoue que si tu n'avais pas "taclé" notre jeunot de service, il y aurait eu droit ! Si maintenant, en plus du reste, il faut connaître l'âge des vignes pour apprécier une bouteille, on ne va pas
s'en sortir !..
Sinon, chez Piron, c'est effectivement au Chénas Quartz et au Py que je faisais allusion. Mais sur ces cuvées notamment, les bouteilles sont très inégales (différentes mises ?) Quant au Py, il peut
changer du tout au tout en peu de temps : ouvert, fruité, épicé, puis tannique, fermé, mutique.
Je suis ok avec toi, Jull : il y a nettement mieux dans cette région bénie !

jull 12/04/2012 19:29

Ah il se marre le Alain!!! bah oui grosse deception les bojo de Piron, je me souviens en effet d'un Chenas Quartz de memoire et je me demande aussi s'il n'y avait pas un Py
Pour Cayenne, je pensais que les vignes avaient une vingtaine d'années, sinon 38, ca commence tout juste a etre interessant...

Docadn 12/04/2012 19:33



Mais dis-moi t'as pas encore 38 ans toi !? Tu vas être bientôt intéressant alors...



AlainT 12/04/2012 18:51

"que j'aurais voulu voir", bien évidemment...

AlainT 12/04/2012 18:50

Ah Ah Ah, que j'aurais voir la tête de notre Jull devant son verre de Piron ! Lisse et même pas bon, pas vrai ?! Cela dit, la qualité est certes hétérogène sous cette étiquette, mais il m'est
arrivé de boire des cuvées mieux que correctes, en Chénas comme en Morgon...
Sinon, pour Comme à Cayenne, les vignes ont entre 35 et 40 ans, disons environ 38 ! Jeunes, vieilles ? A chacun de voir...

jull 11/04/2012 21:15

merci pour ce folrigel!
le chablis quel millésime? 10 je presume pour etre cadenassé comme ca de So2?
la folle blanche donne sacrement envie comme canon à desoiffer en plein été!
comme à Cayenne, une vraie sacrée belle cuvée, et pourtant les vignes doivent encore etre jeunes...
Colin, n'est pas trop mon style... assez large de memoire! ma preference va à Lamy sur St Aubin
Enfin Piron, conseillé par un caviste lyonnais (vavro de memoire), j'avais pris plusieurs cuvées, tout été lourdingue et faisait tres techno... il y a tellement mieux en bojo!

Docadn 11/04/2012 22:23



Ah le Chablis, j'ai oublié le millésime, c'est 05 !! Ouais, la Folle Blanche elle claque en tension pour du 09, Comme à Cayenne, si les grands-parents ont planté la vigne, ça doit commencer à
avoir de l'âge non ?! Colin sur 08, plus convaincant que sur d'autres millésimes (06 & 07 de mémoire), Piron, je me méfiais, ben voilà c'est fait !!