Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Greniers St-Jean à Angers... Part II

7 Février 2013, 07:04am

Publié par Docadn

Bonjour,

Après la litanie des blancs, voici venue celle des rouges, théoriquement deux fois plus courte au vu des échantillons couleur sang, deux fois moins nombreux que les blancs...

En effet, seulement 63 rouges croisés contre 117 blancs... 

Une tendance assumée, se reflétant aussi dans ma cave, comme aspirant à y voir à terme, une vraie parité...

 

http://img15.hostingpics.net/pics/655898DSCF5112.jpg

 

C'est le Mas de Mas de Libian qui ouvre le bal, avec des rouges moins avenants qu'à l'habitude, comparés au coup de coeur pour le 11, goûté à St-Nazaire. Seule Calade 11 propose le soyeux, la caresse et la mâche attendus. Une expérience intéressante avec le "brut de cuve" de Bout d'Zan 12, déjà très gourmand. 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/616706DSCF5114.jpg

 

Une des déceptions du week-end, avec des rouges qui n'ont pas rattrapé le côté "trop nature" des blancs. Seul le Gevrey 11 sauvait tout juste les pieds des meubles, malgré la bonne humeur naturelle de Dominique Derain.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/612806DSCF5115.jpg

 

Seb' David a toujours le même problème avec les Greniers : la date de ses mises. Une fois de plus, de 5 à 10 jours de mise maxi, pour deviner le potentiel de ses vins ne leur rendent jamais grandement service.

Hurluberlu 12 signe toujours le "gourmand aérien", quand le dernier vin de Patrimoine SD, Dithyrambus, propose soyeux et bel acidulé, derrière une gangue prégnante de bois.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/942028DSCF5099.jpg

 

Retour chez les Mélaric, pour des Billes de Roche 10 épicées, quand Clos de la Cerisaie 10 oscille entre suavité et austérité. 

 

http://img4.hostingpics.net/pics/199369DSCF5113.jpg

 

Chez Tissot, le Trousseau 11 est un chouette "100% pur jus frais de glouglou aux épices et aux fruits"...

 

http://img11.hostingpics.net/pics/457757DSCF5100.jpg

 

Chez Fosse-Sèche, c'est au tour d'Eolithe 09 (98% de cab' franc et 2% de cab' sauvignon) d'entrer en scène, pour nous délivrer un beau jus mûr, gourmand, au crayeux très marqué. 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/899009DSCF5117.jpg

 

Grosse série chez Mas Del Périé, pour découvrir des vins aux antipodes du cliché des mastodontes trop souvent croisés. Ici, on fait rimer fraîcheur et finesse, mais aussi astringence et surmaturation sur certaines cuvées, à la digestibilité forcément limitée.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/401767DSCF5118.jpg

 

Chez Elisabetta Foradori, quand les blancs m'ont laissé de marbre, les rouges ont un racé et une élégance indéniables. Mais une "immédiateté" forcément limitée sur les 10, que le 09 un peu chaleureux rend plus aimable. 

Un arrêt chez Gramenon, avec tous les 12 en dégustation. Peu d'émotions, jusqu'à la Mémé 12, au velouté diabolique. 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/251732DSCF5119.jpg

 

Mais c'est encore un "sans-grade", un "anonyme", qui va (enfin) nous donner la gifle buccale. Nous avons vite oublié les viogniers 11 et 12, ainsi que le St-Jo 10 blanc de Jean-Pierre Monier, pour nous atteler à ses rouges.

Un St-Joseph 11 immédiatement gourmand, supplanté par un Châtelet 11 bien plus complexe, quand Terres Blanches 11 est déjà plein, ouvert, totalement "dispo". Jean-Pierre Monier est un peu comme un Facteur Cheval, dont l'oeuvre sera reprise, on l'espère, par son fils (à ses côtés lors de ces Greniers). 

 

Tant que nous sommes au pays de la syrah, deux mots sur La Ferme des 7 Lunes, à la Syrah 11 juteuse, au St-Joseph 11 gourmand, plus complexe, quand la version "Chemin Faisant" 11 explose de fruits.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/360911DSCF5120.jpg

 

Le Domaine de la Fourmente nous avait épatés l'an dernier avec sa cuvée de vieilles vignes de grenache Garrigues 11. Regoûté cette année, le charme n'est plus. Même la cuvée Native 11 et Amour de Fruits 12 nous laissent sur notre faim.    

 

http://img15.hostingpics.net/pics/767024DSCF5152.jpg

 

A quelques mètres, c'est chez "l'homme au bonnet" que nous posons notre verre à pied. De jolies fulgurances sur les vins de Jean David, mais peu de "décollages". Mention spéciale pour Bonnet 11 (vieilles vignes), fin, net, droit, à la pureté (presque) justifiée du sans soufre.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/376665DSCF5153.jpg

 

Déception relative sur l'accueil et les vins du Domaine des Bruyères. Seule la cuvée "Entre Ciel & Terre 10" dépasse du panier, mais n'arrive pas à nous scotcher, comme la version 09 de l'an dernier. 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/119395DSCF5154.jpg

 

Chez Mathieu Barret, c'est Gore 09 (Cornas) qui réveille par sa finesse, son élégance et sa douceur, nos papilles fatiguées. 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/995146DSCF5155.jpg

 

Nous terminons ce marathon liquide par le Domaine de la Vieille Julienne, qui signe les plus jolis "toucher de bouche" rouges du week-end, malgré l'austérité relative des jeunes jus proposés. 

 

Comme d'habitude, de légitimes regrets, des impasses souvent (in)volontaires, des pans entiers zappés (Languedoc, Roussillon, Provence, etc...), bordel !! C'est physique un week-end dégust' !!

Je n'imagine même pas 5 jours à ce rythme !! Juste la satisfaction, malgré le chiffre relativement important des vins dégustés (180), d'avoir échangé, parfois durablement, avec les parents passionnés des vins présentés...

 

Greniers St-Jean 2014 ?! Why not !!

Commenter cet article

JCfromLivrS 08/02/2013 10:20

Ha reng,

Tiens, m'étonne pas kil réagisse, l'ancien. A la lecture de ta réponse, me suis dit kil allait bondir, euh, bouger.
;o)

Bebert 08/02/2013 10:06

Soldat inconnu, soldat inconnu... faut pas exagérer non-plus... y a quand même un paquet de monde qui le suit, le défend et apprécie son travail. La preuve, il ne peine pas à écouler toute sa
production d'une année sur l'autre... Mais je t'accorde qu'il n'est pas médiatisé comme une star. Et c'est tant mieux, car sinon, ses prix pourraient s'envoler.

Docadn 08/02/2013 13:08



Salut Bebert,


Oui, j'ai oublié les guillemets du "soldat inconnu", mais le "paquet de monde" qui le suit est quand même dépendant de la superficie cultivée  (certes plus importante depuis l'association
avec Pérreol) et des volumes obtenus (variables), mais on est encore loin du GROS domaine, avec de gros moyens...


D'autres diront que les terroirs sont "moyennement prestigieux", que le "Crozes-Hermitage ne vaudra JAMAIS n'importe Hermitage où Côte-Rôtie" (les buveurs d'étiquettes bien sûr).


Alors oui, ça nous arrange tarifairement parlant qu'il ne soit pas très médiatisé, pourvu que ça dure... et que d'autres amateurs en profitent !!



JCfromLivrS 07/02/2013 12:02

Slt Ad Doc,

Je confirme pour Monier, TTBon ! Tout !! En rouge.

Docadn 07/02/2013 14:21



Saut JC,


 


Oui, un soldat inconnu que je défends depuis quelques années, souvent dans le vide (pas assez sexy sûrement !!).


PS : désolé, pour le tag, j'avais oublié, vais voir comment tourner la chose !!



Durocher 07/02/2013 11:54

Vieille Julienne et non Villeneuve ou me tromperais-je?La fatigue et je comprends;Merci pour tes commentaires.Bernard

Docadn 07/02/2013 14:19



Salut Bernard,


 


Je suis bien fatigué en effet !! Je n'ai pas accès au blog, mais je plaide coupable !!


Merci pour ta vigilance !!



AlainT 07/02/2013 07:55

Globalement d'accord avec tes impressions, tant en rouge qu'en blanc, à quelques nuances près (non, je ne développe pas !) Coup de coeur partagé pour les ST Jo de Monier, d'une gourmandise et d'une
justesse évidentes.
Ça me fait tout bizarre de me dire qu'on n'a rien fait en Languedoc, ni en Roussillon, alors que j'avais coché pas mal de stands sur le programme. En Provence, aucun regret.
Au final, sur ces deux jours, j'ai l'impression d'avoir été moins "scotché" que les années précédentes, et me dis que si je reviens l'année prochaine (je crois que oui !), j'éviterai certains
stands qui se révèlent moins pourvoyeurs de sensations positives que par le passé !