Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Restaurant Mariottat à Agen

12 Décembre 2012, 19:15pm

Publié par Docadn

Eric Mariottat doit être le dernier cuisinier en France (vivant) à se réclamer de Raymond Oliver !! Il raconte que c'est à cause de lui que l'envie de devenir cuisinier est née...

Apprenti à 15 ans et demi, 10 maisons et autant de "maîtres à cuisiner" (dont Ernest Young et André Daguin) plus tard, il s'installe à la périphérie d'Agen à la fin des années 80. Une décennie plus tard, il emménage au coeur de la ville, dans l'adresse actuelle.

Une belle maison bourgeoise, à la cour aérée, nichée dans un dédale de ruelles forcément trop étroites (admirez le pléonasme volontaire, forcément ridicule malgré son signalement).

 

http://img15.hostingpics.net/pics/943056DSCF4901.jpg

 

Un aller-retour dans le Sud-Ouest pour fêter les 40 ans de ma coiffeuse. Quelques heures avant la grosse beuverie sauterie, je m'offre un déjeuner en solitaire, dans une tenue légèrement déconnectée du lieu.

C'est en effet sapé comme un montreuillois (sans sa trottinette) faisant son marché le samedi matin, que je passe la porte de "la table la plus huppée" de la préfecture du Lot-et-Garonne.

Un accueil en cohérence avec "l'esprit et le standing" de la table. Je n'ai pas de réservation, le sourire demeure. On m'installe dans un joli salon "bourgeois vieille France" au charme et à la patine sans artifices. 

Une explication détaillée, souriante de la carte, ainsi que les suggestions du jour, anime le triste sauvignon local qui m'est servi en guise d'apéritif.

J'opte naturellement pour le "menu du marché", communiqué de "bouche à oreilles"...

 

http://img15.hostingpics.net/pics/368577DSCF4893.jpg

 

Grignotages

 

http://img15.hostingpics.net/pics/115257DSCF4894.jpg

 

Mise en bouche : crème de panais, chips de carottes

 

http://img15.hostingpics.net/pics/837963DSCF4898.jpg

 

Risotto, filet de truite, jeunes pousses de salade

 

http://img15.hostingpics.net/pics/184454DSCF4899.jpg

 

Pintadeau, légumes et son jus épicé

 

http://img15.hostingpics.net/pics/393675DSCF4903.jpg

 

Clémentines, sorbet mandarine, tuile de caramel

 

http://img15.hostingpics.net/pics/211291DSCF4904.jpg

 

Mignardises

 

Un ballet de 55 minutes, parfaitement orchestré, au rythme soutenu, très plaisant pour le gourmand impatient que je suis. Cette grande séquence ci-dessus m'a été facturée 26 € (hors boissons et café) !!

Dès les grignotages (mention particulière pour le nem au lapereau), l'ambitieuse cuisine d'Eric Mariottat s'affiche.

La mise en bouche, telle une caresse automnale, détend langoureusement le palais pour le gifler immédiatement après, avec l'entrée.


Une entrée subtile, au risotto bien collant, agrémenté d'un souffle végétal, fil aérien s'opposant intelligemment aux accents carnassiers et aquatiques des filets de truite....


Le plat secoue encore mes sens, avec cette cuisson au millimètre de ce pintadeau moelleux, ne souffrant d'aucune sécheresse, rehaussé d'un jus épicé-corsé puissant (un poil salé), de légumes admirablement traités, donnant à l'ensemble une posture altière indiscutable...


Redoutant, depuis deux décennies, le moment du dessert, je laisse venir les agrumes, pieds trempés dans le jus couleur jaune d'oeuf, pour me faire scotcher la cavité buccale et l'expression générale de ma tronche bobine, dès les premières bouchées de cette "vitamine C reconstituée". Un très grand dessert, dont la seule évocation me fait encore saliver !!


Les mignardises (un cran en-dessous, soyons honnête) ont empli les derniers cm3 encore disponibles dans mon estomac.


Cet "extrait" de la cuisine d'Eric Mariottat m'a tout simplement enchanté. Un déjeuner au rapport qualité-prix impressionnant, au regard du haut niveau délivré (une étoile au Gros Rouge amplement méritée).

Pas un creux notable sur cette longue séquence (hors 2 mignardises). Difficile de voir de quelconques "escoffiades" dans les salves servies...


Eric Mariottat semble s'être définitivement affranchi de ses "maîtres à cuisiner". Il offre une cuisine bourgeoise dépouillée de ses attributs, sans en trahir l'esprit.

La peinture "dite contemporaine" semble avoir inspiré sa cuisine. Les spécialistes (dont je ne suis pas) y trouveront l'épure, assise une base technique solide, vivante, vibrante.  


Certains se focaliseront sûrement sur le service un peu "province" (francilien, ce message est pour toi), très "dress-école hôtelière" (hipster amateur de serveuses au percing sur petites lèvres, ce message est aussi pour toi), légèrement ampoulé (skater amateur de serveurs tatoués te tutoyant, ce message est encore pour toi).

Oui, so what et alors !? 

Il suffisait d'observer le couple d'anglais s'extasier devant chaque assiette, chaque présentation (sortant leur appareil photo après m'avoir vu à l'oeuvre), gloussant presque à chaque bouchée (j'ai même cru que la fille allait nous faire le remake de la scène du Kat's de "When Harry Met Sally", quand le splendide dessert au chocolat est arrivé sur sa table), pour s'affranchir des derniers doutes sur le plaisir vécu...


"Manger comme un prince" au prix d'un menu  "Hippo Plaisir", mon choix est fait !!

 

Christiane et Eric Marriottat

25 rue Louis-Vivent

47000 Agen

tél : 05 53 77 99 77

www.restaurant-mariottat.com

contact@restaurant-mariottat.com

Commenter cet article

bionaute 15/12/2012 22:32

miracle! je ne serai pas allé à Lourdes pour rien!!

mixlamalice 13/12/2012 20:54

Re,

Il m'arrive aussi de temps à autre de manger seul, notamment quand j'en ai marre des sandwichs le midi (les délices de Shandong à deux pas de là où je bosse est devenu mon lieu de rendez-vous quand
je veux me poser peinard 45mn, une fois toutes les deux semaines environ), mais jamais encore dans un étoilé...

Docadn 13/12/2012 21:20



Re,


Je te rassures, je me cogne très très rarement un étoilé en solo (d'ailleurs la semaine suivante, je m'en cognais un en duo pour l'anniversaire de La Miss, 2 étoilés en 7 jours, on frôle le
record olympique pour ma part..).


Après, mes "rares" sorties (perso) de la péninsule sont suffisamment rares pour que je ne profite justement pas d'une petite table locale... Mais un étoilé à ce prix là, j'ai pas hésité longtemps
en effet...



mixlamalice 13/12/2012 13:15

Salut Doc,

Alors comme ça on se fait des étoilés tout seul le midi? Je n'ai jamais fait, ce n'est pas trop "déprimant" (expérience de partage tout ça tout ça...)?

En tout cas, ça fait très "pro", j'espère que tu avais tes ray-ban aviators histoire de passer pour un François Simon local et d'avoir quelques attentions.
Tu lisais l'Equipe ou les mémoires de B. Biolay pendant le déjeuner?

Docadn 13/12/2012 18:50



Salut Mix,


en fait, ça m'arrive assez souvent, mine de rien... Il est clair que je préfère déjeuner ou dîner accompagné, mais parfois, pas le choix, je me cogne, quand je pars en solo en week-end ou en
vacances, souvent des tables en solitaire...


J'ai eu droit à tous les traitements : on t'offre instinctivement le canard local dans les "bonnes maisons", par réflexe, où on te zappe totalement (record perso 40 minutes), parce que tu
discutes pas tout seul, donc tu n'existes plus... Beaucoup sont "épatés" par le fait que je vais au resto seul, mais seul ou pas, j'ai souvent faim !!


Désormais avec l'avènement du "portable-bloc-note", tu peux faire semblant de consulter la 3G et noter ce que ta mémoire refuse de retenir dans les intitulés et/ou les autres détails absents de
la carte...


La seule fois où j'ai eu une remarque, c'était des clients qui m'ont réellement pris pour un inspecteur de guide (j'étais pas sappé vraiment comme un mec qui bosse, d'ailleurs c'est quoi "la
panoplie d'un inspecteur") !! Sinon, j'y vais en mode "je voyage confortablement", c'est pas le jogging frippé et le tee-shirt de nuit, mais après 08h00 de route, ça y ressemble parfois... 


PS : Biolay !! Tu veux en plus que je me nique l'appétit  ?!!