Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

Tables en vrac à Paris...

24 Août 2013, 19:16pm

Publié par Docadn

Bonjour,

Technique d'optimisation éditoriale de grosse feignasse piquée "benchmarkée" sur Mix, pratique quand on a ma célérité bloguesque et qu'on ne souhaite pas conter ses (vieux) souvenirs après Noël 2015...

Un court résumé de quelques tables franciliennes fréquentées lors de mes passages éclairs dans la capitale.

Bibimbap

Bibimbap

Découverte hasardeuse (je ne suis pas un blogueur organisé) d'une sympathique cantine coréenne dans la "plaine vallonnée" du XVème : Nol Bou.

Un accueil et un service à me faire oublier toute la "fraîcheur" à laquelle pas mal de restaurateurs chinois adhèrent naturellement régulièrement rencontrée dans beaucoup de restaurants "asiatiques" (appellation générique, à mes yeux, gustativement aussi fumeuse que "restos africains" ou "sud-américains").

Je ne sais pas si les proprios sont coréens ou autres (en cherchant des infos sur ce dernier, j'ai même découvert un blog "spécialisé dans la critique de restos coréens") , mais sourires et attentions ponctuent les bons calamars sautés et le très honorable Bibimbap servis.

Quand le tout est servi à -40% (merci La Fourchette), on applaudit des 2 mains pour le bon rapport qualité/prix de radin malin.

Au tarif normal, ça commence réellement à piquer pour une "cantine upper class".

Nol Bou

22 rue Frémicourt

75015 Paris

tél : 01 40 59 82 28

Millefeuille d'aubergines - Risotto aux cèpes
Millefeuille d'aubergines - Risotto aux cèpes

Millefeuille d'aubergines - Risotto aux cèpes

Autre "opportunité fourchetienne", cette fois-ci dans le XIVème, à L'Auberge de Venise, rue Delambre (il existe une autre adresse dans le IVème).

Une adresse qui fut, semble-t-il, mythique en son temps, abritant un fameux bar nommé le Dingo...

J'étais passé plusieurs fois devant, mais mon enveloppe frais de bouche budget ne rentrait pas dans la cible. Avec une réduction de 30%, ça passe...

Une énorme entrée, très fraîche (merci le frigo), copieuse, richement garnie en fromage, pas mal, quand le (bon) risotto, richement doté en cèpes, finit par stopper toutes velléités à demander un dessert...

Un représentant en gomina chef de salle aux cheveux très très brillants distille avec difficulté deux sourires crispés, quand la jolie potiche serveuse, agréable, n'a le droit que de vous accueillir et vous saluer en partant...

Déco aux aspirations bourgeoises d'une cuisine italienne qui se veut gastro... c'est assez bon, pas très fin, joliment présenté, mais avec une entrée à 14 boules €, un risotto à presque 18,90 à la carte*, sans la réduction, on boit de l'eau gazeuse...

Carte des vins, non testée, très axée sur la botte, démarrant à 23 €...

L'Auberge de Venise

10 rue Delambre

75014 Paris

Tél : 01 43 35 43 09

www.aubergedevenise.fr

* Il existe une formule, servie midi et soir, entrée-plat-dessert à 29,90 €
Tables en vrac à Paris...
Tables en vrac à Paris...
Tables en vrac à Paris...
Tables en vrac à Paris...

Voilà un moment que je voulais m'attabler dans ce "bistrot viandard au look de carte postale pour touristes".

C'est en compagnie de Mix que je découvre enfin ce fameux resto.

Sorti du giron du Severo, c'est désormais un certain Marco, mexicain d'origine, qui est au commandes de l'établissement.

Il ne semble pas avoir touché à la déco, mais a rapidement imprimé ses propres aspirations. La viande vient toujours de chez Desnoyers, mais pas que...

Menus à 25 (entrée-plat) et 30 €(dessert en sus), adossés à une carte tarifairement cohérente, permettant de sortir des choix parfois restreints des menus, sans multiplier par 2 sa facture (quelques suppléments sur les menus)...

De l'avocat et des asperges, une (excellente) viande et des frites, un (classique) mi-cuit au chocolat, le tout bien arrosé de quelques honnêtes verres de vin.

Un Marco d'une intelligence rare au service, nous laissant caqueter discuter tranquillement, intervenant toujours au bon moment, ne nous mettant jamais la presse, partageant avec un énorme plaisir ses découvertes fermentées, soucieux du réel bien-être de ses hôtes...

Ne me parlez pas de la "chaleur et l'hospitalité naturelle latine", il est juste très pro !!

Quand on a soif et faim comme nous deux, l'addition grimpe forcément plus vite (95 € pour deux)... mais au tarif unique de 4,50 le godet (sélection forcément personnelle et curieuse, mais pas "modiste"), j'ai vu des restos faire des "marges liquides" plus sordides que cela !!

Le Bis

16 rue des plantes

75014 Paris

tél : 01 40 44 73 09

​www.restaurantlebis.com

Tables en vrac à Paris...
Tables en vrac à Paris...
Tables en vrac à Paris...

Une adresse piochée dans le "Great for group" de notre docteur-mangeur, testée en "deuxième partie de soirée" : Pramil.

Accueil très "IX-Xème" (chez Richer et autres tables "tendances" il y a encore toujours beaucoup d'éphèbes anorexiques sympas, très souriants, à la pilosité duveteuse barbe balbutiante d'hipster un poil ridicule), courtois et plaisant même à la bourre (22h40 !!)

Entrées et desserts à 9 €, plats à 20 €, menu à 33 € pour entrée-plat-dessert.

Une jolie crème d'asperges pour ma trogne, une bonne salade ficoise pour le collègue, un "désossé de lapin artichauts poivrade et olives de Kalamata" nickel pour moi, 1 grouik-grouik espingouin "côte de cochon ibérique aux 3 carottes" très moelleuse toujours selon mon collègue.

Le chef passe très régulièrement en salle, volubile, il discute ouvertement avec tous les clients. Les salles en enfilade sont étroites, la cuisine-aquarium guère plus grande que le dressing à pompes de Mimie Mathy.

Une chouette adresse qui affiche souvent complet, au service pro et rapide, aux assiettes justes, au très bon rapport qualité-prix dans ce quartier et cette rue peu sexy à mes yeux d'étranger...

Pramil

9 rue Vertbois

75003 Paris

Tél : 01 42 72 03 60

www.pramilrestaurant.fr

Pavé truffade

Pavé truffade

Retour et fin du florilège sur la Rive gauche, dans une rue que je trouve personnellement détestable, mais qui fait le bonheur des "amateurs d'authenticité" : la rue de la Gaité.

Le "vulgus grisus citadinus" aime s'afficher sur des terrasses collées aux bagnoles dès qu'un rayon d'UVA pointe le nez.

Le Plomb du Cantal en a une suffisamment grande pour attirer une faune à lunettes, toute heureuse de pouvoir déjeuner ou dîner, en bronzant ses doigts, sur une table grande comme un 33 tours.

Ce café-resto-brasserie tenu par les Alric a taillé sa réputation par le grand nombre de calories au cm2 servies dans ses assiettes.

C'est auvergnat, donc on vous sert des plâtrées de chou farci et autres légèretés typiques.

Ce midi-là ce fut "pavé truffade".

Une jolie viande, charnue, bien saisie, quand la généreuse truffade (avec une dose d'ail à faire reculer tous les vampires de Roumanie et d'ailleurs) vous accompagne jusqu'au soir pour une digestion aussi facile et rapide que celle d'un anaconda ayant avalé une girafe...

Sinon c'est pas mal, forcément très roboratif, pas fin mais on s'en fout, au service "à la parisienne" (détendu, rentre-dedans, mais efficace et pro !!).

Le Plomb du Cantal

3 rue de la Gaité

75014 Paris

Tél : 01 43 35 16 92

* une autre adresse sur l'autre rive, 4 bld St-Denis dans le Xème

Commenter cet article

achat vin sur internet 16/09/2013 18:27

Merci pour ces bonnes adresses !!

Fabrice 02/09/2013 12:46

Tu aimes bien les adresses de gros ! :)
Je t'ai rajouté en blogroll (je t'avais oublié, désolé...).

Docadn 02/09/2013 13:05

Salut Fabrice,
Ouais, pas que, mais je suis un ex-gros-yoyo, donc le gras et le sucré j'aime !! Merci pour le blogroll, no problemo !!il faut que j'en refasse un, la nouvelle version (faut que je creuse ça chez Overblog) m'a planté l'existante...

mixlamalice 25/08/2013 21:05

Salut Doc,

Ben alors, tu sais ce qu'elle te dit la grosse feignasse?

Sinon, moi je la trouve assez chouette la rue du Vertbois, qu'est-ce que tu lui reproches? Petite rue assez typique, avec quelques vieux immeubles et 2 restos pas mal (Pramil, + le Vertbois). Il y a je crois aussi un traiteur italien pas mal, un resto argentin dont on m'a dit qu'il valait le coup, et même l'un des bistrots les plus connus parisiens (aux tarifs de multi-étoilé, l'Ami Louis).
Que demande le peuple?

Quant au dernier, le Plomb du Cantal, dans le genre je préfère l'Ambassade d'Auvergne même si c'est un poil plus "chic": le Plomb du Cantal m'avait vraiment laissé une impression d'usine où on cherchait avant tout à te faire dégager fissa. Mais bon, rue de la Gaité c'est probablement ce qu'il y a de mieux... A Bercy, dans le même registre, il y avait l'auberge aveyronnaise mais je ne sais pas si ça existe encore.

mixlamalice 26/08/2013 23:22

La maison de l'Aubrac est plus dans le registre du Plomb du Cantal, grosse "usine" qui, je crois à l'époque en tout cas servait 24/24h ou pas loin. L'ambassade d'Auvergne est quand même un cran au-dessus, dans le service et dans l'assiette, même si c'est du classique roboratif (salade de lentilles, saucisse aligot, potée). Il doit avoir un bib gourmand depuis que ça existe ou pas loin (il l'avait perdu il y a quelques années mais l'a regagné). C'est pas très loin de Pramil d'aillleurs, et comme c'est immense, si tu es en rade un soir, tu peux le garder dans un coin de tête.

Certes, la rue du Vertbois n'est pas vraiment la rue de la Roquette ou la rue de Lappe en terme d'ambiance... mais en journée, c'est une petite rue "bucolique" (justement parce qu'elle est peu passante et pleine de vieux immeubles. Au bout de la rue, un vestige du Prieuré St Martin, une tour du Moyen-Age.

docadn 26/08/2013 18:37

Salut Mix,
promis, c'est seulement moi la grosse feignante qui ne veut pas se fader 5 articles aussi fascinants que l'arrivée d'un quinté au trot...
Sinon la rue Vertbois, à 23h00 en semaine, y a franchement plus rieur comme rue !! Après il est vrai que je suis passé devant l'Ami Louis, mais j'ai pas fait gaffe à l'archi de la rue, c'est juste éclairé au bec à gaz et pas folichon quand on débarque de la pampa comme moué...
L'Ambassade d'Auvergne connait pas, ça me fait penser à un autre "poids lourd de la cause auvergnate" derrière les Champs Elysées : la maison de l'Aubrac (jamais testée, pas fan de la 1ère heure des "vitrines gastro"). Pour "L'auberge Aveyronnaise" pareil, jamais vu...
Bon, notre guide XIV-XV s'étoffe, vite avant que tu tailles la route...
Sinon pour le Japon, ça arrive, c'était achement bien...
A suivre...

Docadn 25/08/2013 07:12

Salut,
on va juste dire que ma dernière série parisienne fut moins désastreuse que de nombreuses autres... que le blogueur non-influent que je suis a "écouté", pardon est "instinctivement entré" dans de "meilleures adresses" qu'à l'accoutumée... tiens, j'avais effectivement oublié que le gars de la naine magicienne était restaurateur...

AlainT 25/08/2013 00:18

Je ne veux pas être désagréable, tu me connais, mais j'ai l'impression que tu as distribué une sacrée dose de compliments, mine de rien ! Certes, j'ai déjà lu des compliments plus appuyés, mais chez toi, une "non-critique" est déjà un compliment. J'ai un peu peur pour ceux qui vont passer derrière, car la dernière série de 2 articles "positifs" doit remonter au début du quinquennat de l'agité neuilléen !
Puisque tu évoques Mimi, pourquoi n'irais-tu pas manger dans le resto de son mari, au lieu de causer de son dressing de pompes ?!