Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EscapadeS

REVEVIN Saison VI... Séance d'essais !!

24 Mai 2009, 16:43pm

Publié par Docadn

Pour cause de calendrier atypique, j'avais raté l'édition 2008 de cet incontournable rendez vous vendéen. M'étant juré de ne pas faire faux bond sur 2009, c'est avec enthousiasme que je retrouvais les 2 Philous vendéens et des collègues de goulot de circonstance.Bonne humeur et banderilles de rigueur (Hervé B. si vous tombez par accident sur cet article, cette expression est pour vous...) pour 3 jours de découvertes et de plaisirs.


La veille de l'ouverture du festival, les plus mordus d'entre nous étions déjà attablé dans la très sympathique cour du Chai Carlina pour une soirée de warms up des plus denses.
La père de la Pipette avait convié à cette occasion Alain Chaveau, viticulteur à Rosnay en Fiefs Vendéens Mareuil au Domaine RocheBuffère.Ce dernier nous expliqua son parcours et nous proposa de découvrir son travail à travers sa cuvée Caborne sur les millésimes 2005 & 2007 (assemblage de cabernet franc & de pinot noir) :


  • RocheBuffère-VDQS Fiefs vendéeens Mareuil Caborne 2005 : nez profond et dense sur les épices,le bois et des notes sucrées et lactées.C'est un poil typé cabernet. L'attaque est boisée droite et plutôt douce. Un amer peu agréable marque le pas.**(*)
  • RocheBuffère-VDQS Fiefs vendéens Mareuil Caborne 2007 :Notes de pivoine et de chèvrefeuille,c'est solaire et encore plus typé cabernet que le 2005. En bouche cela s'avère plus chaud et marqué par des épices "actives". Les tanins sont plus marqués et c'est un poil asséchant. **
En préambule Philippe avait amené un blanc du domaine des Jumeaux dont il avait parlé sur la Pipette :


  • VDP de Vendée - Chemin du Quercy 2007 : Nez sur la pomme, la noix et un boisé marqué. La matière est vive, l'acidité et l'amer marqués pour une finale sur la pomme verte. Nous le goûterons sur 3 bouteilles et il se montrera différent à chaque fois, l'amer dérangeant s'estompant petit à petit. **

Des grignotages délicieux nous permettent de poursuivre l'échauffement de nos papilles pour comparer 2 domaines de Vouvray sujet à polémique entre 2 intervenants du site LPV (un certain Alfonso Alfredino et notre Lolo Franc régional) :
  • Domaine de la Galinière -Cuvée Clément 2005 - Vouvray : nez de bonbon anisé, notes de réductions, craie. L'attaque est sucrée puis l'amer tue littéralement la matière. La bulle est brouillonne et l'amer désagréable persiste.*
  • Domaine Foreau - Brut Reserve 2002 -Vouvray : nez plus discret sur les agrumes et la pomme.L'attaque est douce, suave et la bulle plus fine et nette. Un poil de sucre enrobe la matière. C'est net,droit. C'est bien bon. ***
Puis nous enchaînons avec :


  • Domaine des Balmettes - 66 le p'tit Grain - Muscat de Rivesaltes 2008 : nez capiteux, un poil pétrolé. L'attaque est sucrée potée par une belle acidité pour une fin de bouche épicée et sur les poires pochées. Pas mal **(*)
  •  Domaine Jean Macle - Côtes du Jura 2007 : un chardonnay ouillé au nez "jurassien". Matière volumineuse et plutôt aérienne sur une acidité un poil derrière. Pas mal non plus **(*)
  • Vino de Secano Maule 2008 - Chili : Un véritable jus de fraise olfactivement parlant qui pinote légèrement. Même impression en bouche. C'est plutôt neutre pour un cépage autochtone nommé Païs peu cultivé de nos jours.*(*)
  • Domaine de l'Octavin-Dorabella - Arbois 2008 : Nez liégeux et de plastique brûlé. Une entrée en matière là aussi liégeuse suivi par un bel acidulé qui sauve les meubles d'un vin sans grand charme pour moi *(*).
Et vlà ti pas notre Lolo de Chinon revient avec la 2ème paire de Delaleu/Foreau (Vouvray sec 2007) sur lesquels, trop occupé à goûter les gourmandises proposées, j'ai juste noté la grande classe et la matière superbement ciselée du Foreau ***(*) à coté d'un bien pale Delaleu *(*).
Et les bouteilles passent sur l'autel (le tonneau plus précisément) du sacrifice les unes après les autres. Nous passons à table et je troque mon stylo contre des couverts pour retenir notamment :
  • Domaine des  Côtes de la Molière - Moulin à vent 2007 : derrière un nez que je qualifie de "nature", un superbe vin du beaujolais comme j'en ai rarement bu. Une pure gourmandise de fruits rouges amené par Olif.***(*)
  • Domaine de la Pépière - Cuvée Vieilles Vignes - Clos des Briords - Muscadet 2006 : un domaine déjà goûté ici même lors de l'édition 2007.Nez sur le caillou et les fruits blancs. Attaque sur la poire, matière très fruitée et finale anisée des plus agréables.***
Le repas fut ponctué par 2 surprises plutôt désagréables lors de la dégustation de 2 des cuvées emblématiques du célèbre vigneron de Vingrau :
De battre mon coeur s'est arrêté 2008 (fraîchement mise en bouteille selon mes souvenirs) et qui se goûtait très mal aux dires des habitués. N'étant pas un expert de ce domaine en n'ayant bu qu'une "Sorcières 2006" vraiment pas terros et une "Petite Sibérie 2003" (à l'aveugle)"pas si mal".
Derrière un très joli nez "profond", un amer terrible au final et rédhibitoire. Le lendemain une autre quille sera sacrifiée avec des notes moins marquées que la veille mais toujours pas gégé.
Le Clos des Fées 2003
subira lui aussi des appréciations très "mitigées".
Pour ma part c'est son boisé ostentatoire et international (qui nous a fait pencher vers l'Espagne avant la découverte de l'étiquette) vraiment too much gachant
certainement une jolie matière...
Quelques douceurs de Tire-séant Cul la gravière amené par Eric et une cuvée d'entrée superbe (Les Pins) à l'excellent rapport qualité prix pour terminer la soirée et un dodo bien mérité avant d'attaquer la stupéfiante sélection des Roussillon Blancs...
A SUIVRE


Commenter cet article

AlainT 26/05/2009 22:22

Comme le dit si bien Julien (salut au passage !), la hiérarchie a été respectée sur Vouvray, mais force est de reconnaître que l'opposition n'était pas d'un très haut niveau.J'ai également apprécié le MAV de la Molière et nettement moins le poulsard de l'Octavin.
A noter également l'excellente tenue des vins de Tirecul, avec une remarquable "entrée de gamme".
Alain

docadn 25/05/2009 22:25

Salut Jull,
en effet la hiérarchie semble avoir été respectée; Laurent peut dormir tranquille...
Salut Olif,
des vins natures comme la Molière j'en veux tous les jours, s'ils pouvaient juste améliorer leurs nez...Pour les notes liégeuses, tu as raison de préciser que dans ce cas ce n'était pas bouchonné, c'était juste liégeux. Et pour les Tricastin je n'en bois que pendant les REVEVIN, soit autant que toi ;-)

olif 25/05/2009 21:22

Une dernière précision: le Moulin à Vent de la Molière, c'est un 2007. Ça, par contre, je suis très content que tout le monde ait bien apprécié parce que ça le mérite!

olif 25/05/2009 21:20

Il faudra que tu envisages un petit stage en "vins nature", Doc! Ça te changera du Tricastin! :-)
Le Païs du Chili, tout le monde l'a pris pour du Ploussard, raison pour laquelle j'ai mis Dorabella 2008 en comparaison. Bon, ça reste "nature", un vrai vin de soif. J'adore! Je précise aussi que les notes que tu décris comme liégeuses ne correspondent en aucun cas à un goût de bouchon, mais plutôt à une réduction passagère. Voilà qui devait être dit, je l'ai dit! :-)

jull 25/05/2009 18:34

Ravi de voir que la hierarchie vouvrillonne est respectée... ;-o)))
jull