750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EscapadeS

Où marcher en Norvège...

22 Août 2012, 07:47am

Publié par Docadn

Bonjour,

J'avais, en préambule de cette "saga" consacrée à la Norvège, déjà murmuré les réserves concernant les chemins de randonnées (Cf le point 14). 

En effet, les balades effectuées furent rarement à la hauteur de l'attendu (quand elles ne furent tout simplement annulées par manque de signalisation du point de départ !!).

Une déception issue des carences de tracés pertinents, de balisages réguliers, de l'entretien de chemins taillés à travers une nature potentiellement exceptionnelle. 

 

Randos-2011-0119.JPG

 

J'ai rarement vu un pays (dit développé) "négliger" autant son patrimoine pédestre, riche dit-on, de près de 20 000 kms de sentiers balisés.

La Suisse, 9 fois plus petite, qui ne s'est jamais targuée d'avoir "inventé" la randonnée, entretient avec une rare application près de 60 000 kms de sentiers parfaitement balisés. 

 

Randos-2011 0111

 

Première balade au-dessus de Kinsarvik, sur le site du Hardanger Fossasti. Une promenade, qui vous permet de découvrir successivement 3 imposantes cascades.

 

Randos-2011-0126.jpg

 

Une mise en jambes effectuée sous la pluie. Une première partie peu agréable, consacrée à éviter les grosses feignasses en bagnoles qui ne veulent pas se garer sur le parking dédié (1 km plus bas), préférant se ranger maladroitement au bord du chemin avec des feignasses plus matinales.

Comptez 01h45 pour apercevoir la dernière cascade, ainsi qu'un bon coup de rein final pour l'atteindre.

Notons qu'avec cette météo, le terrain devient très vite glissant, les racines assez sournoises. Balisage aléatoire, sa fréquentation rend tout de même l'orientation aisée. 

 

Randos-2011-0121.JPG

 

La deuxième balade était censée nous faire découvrir une des plus jolies promenades du pays.

 

Randos-2011-0300.jpg

 

valley.jpeg

 

(crédit Studio international)

 

Bienvenue à Stalheim, son parc naturel, son hôtel centenaire (n'hésitez pas à entrer dans ce dernier, puis à gagner le jardin-terrasse pour découvrir sa splendide vue), sa vue immortalisée par David Hockney. Nous sommes à la quête de Brekkedalen. 

 

Randos-2011-0303.JPG

 

Voici l'unique signalisation aperçue de cette balade de 03h00, censée nous faire découvrir une vue unique sur la vallée !!

Pas de direction, pas une seule autre indication. Il semblerait qu'il faille emprunter une route carrossable privée, agrémentée d'une barrière close, gribouillée des tarifs d'accès pour les voitures, bus. Ou peut-être un autre chemin grossièrement aménagé en aval, dont les hautes herbes nous ont fait douter de l'appartenance au réseau des sentiers de randonnée. 

 

Randos-2011-0304.JPG

 

Aussi, nous bifurquons à droite, passons devant la ferme Sivle pour aller à Nåli, "courte" marche de 2,3 kms, casse-pattes, glissante, ombragée, au dénivelé de table de billard.

 

Randos-2011-0315.jpg

 

La rando se termine sur une agréable clairière aménagée (vestiges d'une ancienne ferme en activité jusque dans les années 30), avec vue sur 2 grosses cascades.

 

Randos-2011-0316.JPG

 

Sur le chemin, une anodine roche, baptisée Nalasteinen, servait à l'époque "d'hôtel" aux dépouilles en provenance de Jordalen pour le cimetière d'Oppheim. En effet, en cas de météo peu clémente, ces dernières y séjournaient en attendant une accalmie.

Une randonnée "gentille" de 02h00 AR, un peu usante, souvent effectuée par défaut, quand la mystérieuse Brekkedalen ne se livre pas (nous avions discuté sur le parking avec des néerlandais, en quête aussi de cette dernière, qui ont fini sur le même chemin que nous). 

 

Randos-2011-0421.JPG

 

Direction Solvorn, très joli village avec son petit port permettant de rallier le site de l'église en bois debout la plus remarquable du pays. Une nouvelle balade de 8 kms, en bordure du Lustrafjord, linéaire et plane sur le papier. 

 

Randos-2011-0429.JPG

 

Un petit enfer de 02h30, relativement bien balisé, monstrueusement mal pas entretenu, casse-gueule au possible, au point d'arrivée inexistant (plus de balisage à 200 mètres d'une "plage de rochers", sous-entendu après on nage !?).

La Miss est très énervée, pestant contre la nullité absolue de ce chemin !! Les vues sur le Lustrafjord sont quand même sympas. 

Les très nombreuses fourmis rouges affamées (je dois avoir un cou d'oie farci, pas moins de 2 ont tenté de le dévorer) et leurs mégapoles d'un mètre de haut, le sont moins...

PS : la balade faisait 8 kms aller. Soit 16 kms AR en 02h30 ?! Sur un terrain pareil !? Même poursuivis par des bataillons de fourmis rouges, je doute énormément de la précision du km annoncé...

 

Randos-2011-0468.JPG

 

Une des balades les plus célèbres du pays nous attend, au départ de notre  camping de Briiksdalsbre.

40' de marche tranquille, ponctuée trop souvent de l'exécrable odeur des échappements des voiturettes, remplies de personnes âgées et de grosses feignasses bien valides.

 

Randos-2011-0471.jpg

 

Un site très fréquenté, où la majorité des marcheurs préfèrent suivre la route aménagée pour voiturettes, plutôt que le chemin dédié aux marcheurs.

La montée est facile, plaisante. Une aire de pique-nique déserte permet même de faire une pause agréable face au glacier. 

 

Randos-2011-0486.jpg

 

Dernière "marche nature" à Åndalsnes, bourgade jouxtant la très célèbre Trollveggen (plus haute paroi verticale d'Europe, Mecque des Mike Brant équipés amateurs de saut en chute libre).


Randos-2011-0729.JPG

 

A la sortie de la ville (après la station essence, quand on vient du centre-ville), le départ le mieux renseigné du séjour.

Nesaksla semble dans mes cordes. La couleur indique, comme au ski, le niveau de difficulté. Bleu est plus facile que rouge, que noir. 

Une mise en jambe tonique, qui s'accentue très fortement dès les 300 premiers mètres. Puis, c'est un mur qui vient mettre nos cuisses à l'épreuve (moyenne de 42% !!).

Racines, boue, roches humides, tous les éléments prompts à nous décourager. La Miss abandonne aux 3/4 du parcours.

 

Randos-2011-0733.JPG


Je poursuis mon chemin, moralement atteint, en me collant au rythme d'un branleur ado visiblement habitué du tracé.

Mon orgueil Ma condition très moyenne ayant ses limites, je le lâche il me sème au bout de 300 mètres.

 

Randos-2011-0738.JPG


Je parviens au sommet au bout 01h30, pour découvrir de splendides panoramas, ainsi que 2 fillettes de 8-10 ans gambadant avec leur mère.

Vision qui me fait dire que j'ai largement exagéré le danger évident du parcours (certains passages humides, très étroits, donnant parfois sur le vide, équipés de chaînes sont quand même dissuasifs, en montée comme en descente), ou que je suis face à une mère de famille complètement barrée peu consciente des dangers encourus.

Même la pancarte en norvégien au départ qui semble grossièrement dire : "si tu meurs dans d'atroces souffrances sur ce chemin, ne nous envoie pas ta veuve pour chialer, c'est ton problème, on t'avait averti" ne semble pas anodine. C'est la seule de ce type que j'ai vue lors de mon séjour.


Randos-2011-0736.JPG

 

Le temps de remplir le livre de passage (très bien protégé dans le refuge), de manger 4 barres céréales,  faire mes 4 clichés ratés, marquer de mon urée un territoire qui n'est pas le mien, je redescends prudemment (je hais les descentes).

Je recroise la mère de famille, enfin affolée de la situation dans laquelle elle a embarqué ses gamines.

La descente est pénible pour mes genoux cagneux. Je croise plusieurs groupes demandant, limite les larmes aux yeux pour certains, si le sommet est encore loin.

Je répondais invariablement "Ten minutes". Ayant personnellement failli stopper à 10 minutes du sommet, alors que le "worst was behind me" (sors de ce corps  JCVD !!), je les encourageais vivement à continuer ...

Au-delà d'un parcours difficile, d'une pente moyenne très athlétique, c'est une belle "mini-course" de montagne !! Les quelques 800 mètres de dénivelé sont réellement exigeants. Je le paierai par deux jours de courbatures méritées...

Ces balades furent complétées par des "expéditions urbaines" à Oslo, Bergen, Ålesund, Kristiansund de longueurs variables selon les richesses de la ville...

 

Si toutes les balades avaient été aussi spectaculaires, aussi bien balisées que celle de Nesaksla, je n'aurais pas hésité à faire un billet dithyrambique sans réserve pour les sentiers de randonnée de Norvège.

Hélas, c'est plus souvent le moyen-âge en terme d'infrastructures actives, d'informations fiables et de volonté visible d'engagement pour cette activité...

Je reste forcément influencé par des références élevées comme l'Autriche, la Suisse et désormais l'Allemagne (dont je parlerai prochainement), modèles évidents du genre, dans la promotion et le développement de la randonnée pédestre.

La Norvège, dans ce domaine, a des décennies de retard. A moins que ce ne soit une volonté étudiée, publiquement non avouable...

 

Commenter cet article
M
Bonjour,
Merci pour cet article Monsieur Docadn.
Je tiens à préciser que la "miss" a abandonné au 5/6ème ( et non au 3/4) du parcours caillouteux, glissant et vertigineux : ainsi je n'ai pas mis une semaine à m'en remettre moa ;-))
Répondre
D


Bonsoir,


Si vivre dans une illusion vous ravit, alors soit, vous avez même vaincu le sommet !! Et sans courbatures, félicitations !!



J
Slt Doc !

Donc, la Norvège c'est balade nulle pour digérer plumard et bectance au prix du caviar ?!
Ce pourrait être un programme politique, ça...
Répondre
D


Salut JC,


T'as été embauché par Bionaute pour monter une filiale en Vendée ou quoi !? Espèce de Breivik des blogs !! sinon, la Norvège ça doit être encore plus chouette quand tu peux effectivement te taper
la cloche et le couchage sans compter (pour la marche, faut pas rêver)... et j'y retournerai !!



M
Salut Doc,
La dernière rando me rappelle une balade kazakhe, avec la aussi 800m de dénivelé à 20% de moyenne sur un sentier tellement dur à trouver qu'on a fini par le penser inexistant, dépassé suant et
ahanant par un gamin de 9 ans rose et frais etc. "Humbling experience" comme disent les ricains.
Répondre
D


Salut Mix,


"Humbling experience", je ne connaissais pas l'expression, mais on est dans cet esprit là en effet !! "saloperie de jeunesse" ;-)



O
La randonnée telle que nous la concevons n'est pas, à proprement parler, une activité prisée par les norvégiens et ce, pour deux raisons.
A la différence des nôtres, leurs forêts sont, pour une majeure partie, restées à l'état quasi naturel dans un logique plus proche des parcs d'Amérique du Nord que des forêts cultivées du sud de
l'Europe. Le norvégien est un homme de la mer et des bois et n'apprécie pas trop qu'on artificialise son espace.
Ajoutons que la vraie marche nordique n'a pas grand chose à voir avec notre rando, plus proche qu'elle est du sprint silvestre que de la balade le nez au vent !
Pour m'être un jour littéralement fait déposer par un papy qui devait avoir au moins 5 fois mon âge telle une vieille 2CV doublée par une Audi R18 dans la ligne droite des Hunaudières, j'avais
compris ce jour là qu'on ne jouait pas dans la même cour ! :o)

Merci pour cette très belle série de reportage, Doc' !
C'est déjà beau d'en bas, un Fjord mais vu d'en haut, c'est incomparable !
Amitiés,
Oliv
Répondre
D


Salut Oliv'


et merci de ton expertise éclairée, plus solide que la subjectivité aérienne de mes suppositions. En effet nous ne sommes pas sur la même conception de la marche (de plus sur cette base, elle
semble donc   réservée aux locaux, seuls aptes à connaitre les lieux !?) ! Ta conclusion me permets en plus de rebondir sur ce que j'ai découvert juste après, en Forêt-Noire, où j'ai passé
une semaine sur un immense site extrèment bien aménagé, fortement balisé totalement dédié... à la marche nordique l'été et au ski nordique l'hiver !! A suivre...


PS: Ah c'est bon de se faire remettre à sa place parfois, même dans les bois ;-)


PS II : Je dois commencer la marche nordique dans quelques semaines (ça fait deux ans que je m'y refuse, la faute aux bâtons !!). 


Encore merci pour ton attention